Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 05:32
Whenever you become absent-minded, choose spiritual reading over prayer, for reading is the source of pure prayer. (St. Isaac of Syria)

Whenever you become absent-minded, choose spiritual reading over prayer, for reading is the source of pure prayer. (St. Isaac of Syria)

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 1,26-31.2,1-2.

Frères, considérez votre propre vocation : il n'y a parmi vous ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. 
Mais ce que le monde tient pour insensé, c'est ce que Dieu a choisi pour confondre les sages ; et ce que le monde tient pour rien, c'est ce que Dieu a choisi pour confondre les forts ; 
et Dieu a choisi ce qui dans le monde est sans considération et sans puissance, ce qui n'est rien, pour réduire au néant ce qui est, 
afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu. 
Or c'est par lui que vous êtes dans le Christ-Jésus, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, et justice, et sanctification, et rédemption, 
afin que, selon le mot de l'Ecriture, " celui qui se glorifie, se glorifie dans le Seigneur. " 
Moi aussi, mes frères, lorsque je suis venu chez vous, ce n'est pas avec une supériorité de langage ou de sagesse que je suis venu vous annoncer le témoignage de Dieu. 
Car je n'ai pas jugé que je dusse savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 10,1-9.

En ce temps-là, le Seigneur en désigna soixante-douze autres, et les envoya devant lui, deux à deux, dans toutes les villes et dans tous les lieux où lui-même devait aller. 
Il leur disait : La moisson est grande, mais les ouvriers sont en petit nombre. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers à sa moisson. 
Allez : voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. 
Ne portez ni bourse, ni besace, ni sandales, et ne saluez personne en chemin. 
En quelque maison que vous entriez, dites d'abord : " Paix à cette maison ! " 
Et s'il y a là un fils de paix, votre paix reposera sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. 
Demeurez dans cette maison, mangeant et buvant de ce qu'il y aura chez eux, car l'ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison. 
Et en quelque ville que vous entriez et qu'on vous reçoive, mangez ce qui vous sera servi ; 
guérissez les malades qui s'y trouveront, et dites-leur : " Le royaume de Dieu est proche de vous. " 
 



SHOLOMO IKOULKOUN

La Paix à vous tous !

 

Par Saint Ephrem

(v. 306-373), diacre en Syrie, docteur de l'Église 
Diatesseron 8,3-4 (trad. SC 121, p. 159 rev.) 

 

« Si cette maison en est digne, que votre paix vienne sur elle »

 

« A la maison dans laquelle vous entrerez, dites d'abord :

Je vous salue ; paix à vous » (Lc 10,5) pour que le Seigneur lui-même y entre et y séjourne, comme auprès de Marie...

Cette salutation est le mystère de la foi qui rayonne dans le monde ; par elle, l'inimitié est étouffée, la guerre arrêtée et les hommes se reconnaissent mutuellement.

L'effet de cette salutation était caché par un voile, malgré la préfiguration du mystère de la résurrection...

chaque fois que la lumière se lève et que l'aurore chasse la nuit.

A partir de cet envoi du Christ, les hommes ont commencé à donner et à recevoir cette salutation, source de guérison et de bénédiction... 

Cette salutation avec sa puissance cachée...suffit amplement pour tous les hommes.

C'est pourquoi Notre Seigneur l'a envoyée avec ses disciples en avant-coureur, pour qu'elle réalise la paix et que, portée par la voix des apôtres, ses envoyés, elle prépare le chemin devant eux. Elle était semée dans toutes les maisons...; elle entrait dans tous ceux qui l'entendaient, pour séparer et mettre à part ses enfants qu'elle reconnaissait.

Elle restait en eux mais dénonçait ceux qui lui étaient étrangers, car ils ne l'accueillaient pas. 

Cette salutation de paix ne tarissait pas, jaillissant des apôtres dans leurs frères, dévoilant les trésors inépuisables du Seigneur...

Présente en ceux qui la donnaient et en ceux qui l'accueillaient, cette annonce de la paix n'en subissait ni diminution ni division.

Du Père, elle annonçait qu'il est près de tous et en tous ; de la mission du Fils, elle révélait qu'il est tout entier auprès de tous, même si sa fin est auprès de son Père.

Elle ne cessa pas de proclamer que les images sont désormais accomplies et que la vérité chasse enfin les ombres.

 

Afficher l'image d'origine

« Faisons-nous le procès ; que chacun examine bien ses pièces,

les infirmités de son corps,

le dérèglement de ses puissances,

son inclination au mal,

le désordre de son imagination,

son infidélité et son ingratitude vers Dieu et

ses déportements vers les hommes ;

il trouvera en soi plus d'actes de malice et de sujets d'humiliation qu'il n'en connaît en personne au monde ; et alors qu'il dise hardiment :

« Je suis le plus grand pécheur et le plus insupportable des hommes. »

Oui, si nous nous étudions bien, nous trouverons que nous sommes grandement à charge à ceux qui nous fréquentent ; et quiconque en est là, que de bien connaître toutes ses misères, qui est un effet de la grâce de Dieu, assurez-vous qu'il est au point qu'il faut pour voir l'obligation qu'il a de supporter les autres ; il ne verra point de fautes en eux, ou, s'il en voit, ce sera peu en comparaison des siennes ; et ainsi du milieu de sa faiblesse il supportera son prochain en charité.

Support admirable de Notre-Seigneur !

Vous voyez cette poutre qui soutient tout le poids du plancher, qui sans elle tomberait ; il nous a de même supportés en nos chutes, aveuglements et pesanteurs d'esprit. Nous étions tous comme accablés d'iniquités et de misères selon le corps et selon l'âme, et ce débonnaire Sauveur s'en est chargé pour en souffrir la peine et l'opprobre. Si nous y pensions bien, nous verrions combien nous méritons d'en être punis et méprisés, nous qui en sommes coupables...

Que ferez-vous quand vous supporterez vos frères ?

Vous accomplirez la loi de Jésus-Christ.

Disons-lui tous :

-« Mon Seigneur, je ne veux point désormais reconnaître de défauts qu'en moi seul ; faites que, dès ce moment, éclairé de la splendeur de votre exemple, je porte tous les hommes en mon cœur, que je les supporte par votre vertu ; faites-moi la grâce d'y entrer, enflammez-moi de votre amour ».

St Vincent de Paul (fêté ce jour dans l'Eglise Latine), extrait de la Conférence aux missionnaires, 30 mai 1659 (De la charité, texte du frère Ducournau), in "Saint Vincent de Paul. Œuvres présentées par André Dodin", Les Maîtres de la spiritualité chrétienne, Aubier, Paris, 1949.

 

Afficher l'image d'origine


 

 

See original image

 

 

DU CÔTE DE NOS FRERES AÎNES LES SAINTS...

 

 

 

Saint Arsène

 

C'était un  anachorète du désert de Scété en Egypte, il est mort en 449.

 

Le nom vient du grec "qui se retire", un anachorète est donc un religieux solitaire, mais le désert de Scété, entre Alexandrie et le Caire était  alors "peuplé"  de plusieurs milliers d'anachorètes, qui suivaient  le modèle du grand saint Antoine, mort en 356 et premier d'entre eux.

 

Le désert de Scété est aujourd'hui occupé par le grand monastère
de St Macaire 

Ces anachorètes venaient de tout l'empire et on trouvait aussi bien de simples fellahs que des philosophes ou des aristocrates. Arsène est l'un de ces derniers puisqu'il appartenait à une famille sénatoriale de Rome, il avait été ordonné diacre par le pape Damase. Il se retira alors dans ce désert de Scété en Egypte où il vécut une cinquantaine d'années. Sa sainteté est due au fait qu'il a développé  les grands principes de "la paix du coeur" ou  "hésychaste."

(http://www.pagesorthodoxes.net/coeur/recherchededieu.htm)

 

 

Saint Séraphim de Sarov

(Invention des reliques et canonisation en 1903) ,

né à Koursk le 19 juillet 1754 (ou 1759)

Kondakion, t. 8

Ayant délaissé les attraits du monde et tout ce qui se corrompt, * tu as élu demeure au monastère de Sarov * et, par la vie angélique que tu menas, * pour beaucoup tu fus le chemin vers le salut; * c'est pourquoi le Christ t'a glorifié en t'accordant * le don des guérisons et des miracles; aussi nous te chantons: * Réjouis-toi, vénérable Père Séraphim.

 

Ikos

Ayant délaissé ta famille et tes amis * et considéré les richesses comme rebut, * tu as habité le désert de Sarov; * l'ayant emporté sur les passions comme un incorporel, * tu as mérité de rejoindre les Anges dans leurs chœurs; * toi qui as reçu le discernement des esprits, * donne-nous le discernement pour te chanter ainsi: 

Réjouis-toi, ange terrestre, homme du ciel, * réjouis-toi, imitateur du Christ en son amour, * réjouis-toi, vénérable demeure de l'Esprit saint, * réjouis-toi, grande allégresse des sans-espoir. 
Réjouis-toi, fontaine d'où jaillissent les guérisons, * réjouis- toi, douce consolation des âmes affligées, * réjouis-toi, calme havre des moines et sage père spirituel, * réjouis-toi, fierté de la terre de Russie. 
Réjouis-toi, vénérable Père Séraphim.

Le 19 juillet 1903, soixante-dix ans après sa mort, prenant acte de la vénération dont le starets Séraphin était l'objet, « persuadé de l'authenticité des miracles attribués aux prières du starets Seraphim, et rendant grâce à Dieu glorifié dans ses saints », le Saint Synode procède à sa canonisation.
En présence du Tsar Nicolas II, d'un clergé nombreux et d'une foule immense eut lieu l'office de canonisation, au cours duquel on chante le tropaire composé en l'honneur du nouveau saint :
Tu as aimé le Christ dès ta jeunesse
Et tu fus enflammé du désir de le servir, Lui seul.
Tu as vécu dans la solitude
T'adonnant au travail et à la prière incessante.


Par ta tendresse et ta douceur, tu as acquis l'amour du Christ
Et tu as été l'élu de la Mère de Dieu.

Par tes prières, conduis-nous au salut, bienheureux père Séraphim.

Durant la nuit qui suit, la foule est toujours là, occupée à prier puis, contrairement à l'usage, on entonne les hymnes de Pâques.

Uncovering of the relics of the Venerable Seraphim of Sarov

Commemorated on July 19

The glorification of St Seraphim of Sarov (January 2), took place in 1903, seventy years after his repose. On July 3, 1903 Metropolitan Anthony of St Petersburg, assisted by Bishop Nazarius of Nizhni-Novgorod and Bishop Innocent of Tambov, transferred the saint’s relics from their original burial place to the church of Sts Zosimus and Sabbatius. Tsar Nicholas II and Tsarina Alexandra provided a new cypress coffin to receive the relics. This cypress coffin was then placed inside an oak coffin and remained in the church until the day of the saint’s glorification.

At noon on July 16, the first day of the festivities, Metropolitan Anthony offered a Memorial Service for the ever-memorable Hieromonk Seraphim in the Dormition Cathedral. Services also took place in the monastery’s other churches.

The next day Metropolitan Anthony and Bishop Nazarius served a Memorial Liturgy in the Dormition Cathedral. At 5:00 that afternoon, the bells of Sarov began to ring, announcing the arrival of Tsar Nicholas and his family. Metropolitan Anthony greeted them and then led them to the Dormition Cathedral for a Service of Thanksgiving.

The royal family attended the early Liturgy on July 18th and received the Holy Mysteries. Later that morning, the final Memorial Service for the repose of Hieromonk Seraphim’s soul was offered in the Cathedral. These would be the last prayers offered for him as a departed servant of God. From that time forward, prayers would be addressed to him as a saint. At 6 P.M. the bells rang for Vigil, the first service with hymns honoring St Seraphim, and during which his relics would be exposed for public veneration.

At the time of the Litia during Vespers, the saint’s coffin was carried from the church of Sts Zosimus and Sabbatius and into the Dormition Cathedral. Several people were healed of various illnesses during this procession. During Matins, as “Praise ye the Name of the Lord” was sung, the coffin was opened. After the Gospel, Metropolitan Anthony and the other hierarchs kissed the holy relics. They were followed by the royal family, the officiating clergy, and all the people in the cathedral.

On July 19, the saint’s birthday, the late Liturgy began at 8 o’clock. At the Little Entrance, twelve Archimandrites lifted the coffin from the middle of the church, carried it around the altar, then placed it into a special shrine. The long awaited event was accompanied by numerous miraculous healings of the sick, who had gathered at Sarov in large numbers. More than 200,000 people came to Sarov from all across Russia.

The festivities at Sarov came to an end with the dedication of the first two churches to St Seraphim. The first church to be consecrated was over his monastic cell in Sarov. The second church was consecrated on July 22 at the Diveyevo convent.

In 1991, St Seraphim’s relics were rediscovered after being hidden in a Soviet anti-religious museum for seventy years. Widely esteemed in his lifetime, St Seraphim is one of the most beloved saints of the Orthodox Church.

“One should not think about the doings of God when one’s stomach is full; on a full stomach there can be no vision of the Divine mysteries.”

St. Seraphim of Sarov)

St Macrina, sister of St Basil the Great and St Gregory of Nyssa (380)

She was sought as a bride by many because of her exceptional beauty and wisdom as well as her noble birth. She was betrothed at a young age, and when her betrothed died, she refused to consider any more suitors, saying that since her betrothed was alive in Christ, it was not right for her to turn to another. Instead she turned to a life of virginity, ascetic struggle and prayer. She greatly influenced her younger brothers, turning them from worldly things to monastic life. She established a monastery and, with her mother Emilia, became a nun. She reposed in peace in 379.

 

  Her brother St Gregory of Nyssa held her in special honor. He was present at her death and gave a moving oration at her funeral. He describes how, in her last moments, she prayed thus to God: 'Thou, O Lord,givest rest to our bodies in the sleep of death for a little time, then Thou wilt waken them again with the Last Trumpet. Forgive me, and grant that, when my soul is parted from my body, it may be presented before Thee stainless and without sin, and that it may be as incense before Thee.' Then she made the sign of the Cross on her brow, eyes, face and heart, and died. St Gregory's work on the resurrection of the dead (available in English as On the Soul and Resurrection) is cast in the form of a dialogue between himself and his sister Macrina in which he is the earnest but ignorant student and she the wise and patient teacher. So do the Saints honor the Saints.

Saint Ambroise Autpert
Moine († 784)

Afficher l'image d'origine

Ambroise Autpert, né en Provence, dans une bonne famille, - selon son biographe Tardif Jean - vécut à la cour du roi franc Pépin le Bref où, en plus de sa charge d'officier, il exerça également d'une certaine façon celle de précepteur du futur empereur Charlemagne.

Probablement à la suite du Pape Etienne II, qui en 753-54 s'était rendu à la cour franque, Autpert vint en Italie et eut l'occasion de visiter la célèbre abbaye bénédictine Saint-Vincent, à la source du Volturne, dans le duché de Bénévent. Fondée au début de ce siècle par les trois frères du Bénévent Paldone, Tatone et Tasone, l'abbaye était connue comme une oasis de culture classique et chrétienne.

Peu après sa visite, Ambroise Autpert décida d'embrasser la vie religieuse et il entra dans ce monastère, où il put se former de façon adaptée, en particulier dans le domaine de la théologie et de la spiritualité, selon la tradition des Pères.

Autour de l'année 761, il fut ordonné prêtre et, le 4 octobre 777, il fut élu abbé avec le soutien des moines francs, tandis que les moines lombards s'opposaient à lui, soutenant le lombard Potone. La tension à caractère nationaliste ne se calma pas pendant les mois qui suivirent, de sorte que l'année suivante, en 778, Autpert décida de donner sa démission et de se retirer avec quelques moines francs à Spolète, où il pouvait compter sur la protection de Charlemagne. Mais malgré cela, la divergence dans le monastère Saint-Vincent ne fut pas aplanie et quelques années plus tard, quand à la mort de l'abbé qui avait succédé à Aupert fut précisément nommé Potone (782), le conflit reprit avec vigueur et l'on arriva à la dénonciation du nouvel abbé auprès de Charlemagne. Celui-ci renvoya les adversaires devant le tribunal du Pape, qui les convoqua à Rome. Il appela également Autpert comme témoin, mais celui-ci mourut de manière inattendue pendant le voyage, peut-être assassiné, le 30 janvier 784.

Pour approfondir, lire la Catéchèse d'un Pape de Rome, SS Benoît XVI :
>>> Saint Ambroise Autpert 

===

Saint Symmaque

Pape de Rome (51e) de 498 à 514

Symmaque naît en Sardaigne. Il fut élu au Latran par une majorité du clergé mécontent de la position conciliant d'Anastase II à l'égard du déjà ancien schisme d'Acace (482-519). Mais une minorité des clercs romains qui était favorable à la poursuite de la détente avec Constantinople élut au même temps Laurent, à Sainte-Marie-la-Majeure.

Les deux factions demandèrent à Théodoric, roi ostrogoth d'Italie (493-526), tout arien qu'il fut, de trancher. Du fait que Symmaque avait été élu le premier, par une majorité de clercs, le roi se prononça en sa faveur. Laurent se soumit d'abord à la décision, et fut nommé évêque de Nuceria en Campanie. En attendant, un synode romain décréta qu'il n'y avait sur terre aucune autorité au dessus du pape et que celui-ci ne pouvait être jugé par personne en ce monde, le pape étant juge suprême (1er mars 499).

Les nobles romains, dont le sénateur Festus, étaient décidés à chasser Symmaque de Rome, et l'accusèrent auprès du roi Théodoric, lequel convoqua Symmaque à Ravenne. Celui-ci s'y rendait, lorsque, en cours de route, il apprit les accusations qui avaient été portées à Ravenne contre lui. Il paniqua, et retourna à Rome, se réfugiant à Saint-Pierre. Ceci apparut comme une reconnaissance de sa culpabilité et Théodoric s'excita contre lui.

Le roi confia à un synode le soin de juger la situation de Symmaque. Dans sa 2e session, le synode décida qu'aucun tribunal ne pouvait juger le pape, juge suprême. Pour sa part, Théodoric, brouillé politiquement avec Byzance et ses alliés romains, fut amené à confirmer l'acquittement de Symmaque par le synode et ordonna à Festus de faire de manière qu'il n'y eut qu'un pontife à Rome. Laurent dut se retirer définitivement. Ce pape envoya le pallium au célèbre évêque d'Arles, Césaire (502-542); c'était la première fois que cet insigne était conféré à un évêque hors Italie.

Il fut inhumé sous le portique de Saint-Pierre. Il est vénéré par l'Église comme saint. Fête, le 19 juillet.

===

L'Eglise Occidentale s'honore aujourd'hui d'un "saint de la charité"

SAINT VINCENT de PAUL
Confesseur
(1581-1660)

Saint_Vincent_de_Paul_21b.jpg

        Ce saint, dont le nom est devenu synonyme de charité, est l'une des plus pures gloires de la France et de l'humanité tout entière. Il naquit à Pouy, près de Dax (France), le 24 avril 1581. Ses parents faisaient valoir une petite ferme et vivaient du travail de leurs mains. Les premières années de Vincent se passèrent à la garde des troupeaux. Un jour qu'il avait ramassé jusqu'à trente sous, somme considérable pour lui, il la donna au malheureux qui lui parut le plus délaissé. Quand ses parents l'envoyaient au moulin, s'il rencontrait des pauvres sur sa route, il ouvrait le sac de farine et leur en donnait à discrétion. 

        Son père, témoin de sa charité et devinant sa rare intelligence, résolut de s'imposer les plus durs sacrifices pour le faire étudier et le pousser au sacerdoce : « Il sera bon prêtre, disait-il, car il a le cœur tendre. » À vingt ans, il étudie la théologie à Toulouse et reçoit bientôt le grade de docteur. 

        Un an après son ordination au sacerdoce, il se rend à Marseille pour recueillir un legs que lui a laissé un de ses amis. Au retour, voyageant par mer pour se rendre à Narbonne, il est pris par des pirates et emmené captif en Afrique. Sa captivité, d'abord très dure et accompagnée de fortes épreuves pour sa foi, se termina par la conversion de son maître, qui lui rendit la liberté. C'est alors que Vincent va se trouver dans sa voie. 

        Les circonstances le font nommer aumônier général des galères, et il se dévoue au salut de ces malheureux criminels avec une charité couronnée des plus grands succès. La Providence semble le conduire partout où il y a des plaies de l'humanité à guérir. 

        À une époque où la famine et les misères de toutes sortes exercent les plus affreux ravages, il fait des prodiges de dévouement ; des sommes incalculables passent par ses mains dans le sein des pauvres, il sauve à lui seul des villes et des provinces entières. Ne pouvant se multiplier, il fonde, en divers lieux, des Confréries de Dames de la Charité, puis l'ordre des Filles de la Charité, plus connues sous le nom des Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul. Nulle misère ne le laisse insensible ; il trouve le moyen de ramasser lui-même et de protéger partout des multitudes d'enfants exposés à l'abandon et à la mort, et mérite le nom de Père des enfants trouvés. 

        Il a formé des légions d'anges de charité; mais il lui faut des légions d'apôtres, et il fonde les Prêtres de la Mission, destinés à évangéliser la France et même les peuples infidèles.

 

 

 

If we have true love with sympathy and patient labor,

we shall not go about scrutinizing our neighbor’s shortcomings. As it is said, “Charity shall cover the multitude of sins” (1 Peter 4:8), and again, “Love thinketh no evil… hides everything, etc.”(1 Cor.13:5,6) As I said, if we have true love, that very love should screen anything of this kind, as did the saints when they saw the shortcomings of men.Were they blind? Not at all! But they simply would not let their eyes dwell on sins.”

(Saint Dorotheos of Gaza)

 

 

 

 

 

Je me sens à 3000 mètres d'altitude, dans l'air pur

marie orthodoxe

Dans l'ombre et l'écriture de la Loi, / fidèles, nous voyons le mystère préfiguré: / Tout enfant mâle qui ouvre le sein / doit être consacré au Seigneur! / Fils premier-né, Verbe du Père éternel, / et premier-né d'une Mère vierge, nous te magnifions.

Sortant de l'ombre de la Loi, tu contemplas / la splendeur de la divine grâce illuminant / avec force les confins de l'univers / et chassant de l'ignorance l'obscurité: / sage Prophète, saint Jean, / pour tout cela nous te chantons fidèlement.

Divin Baptiste et Témoin du Seigneur, / luminaire de la conversion au Christ, / aurore de la foi qui assures la jonction / entre l'ancien et le nouveau testaments, / renouvelle mon âme vieillie dans le mal, / de la divine science envoie sur elle la clarté.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit

À l'heure de la crainte et de l'effroi, / au jour du terrible jugement, / délivre-moi (je suis d'avance condamné) / de la menace qui m'attend dans l'au-delà: / le Sauveur de nos âmes exaucera / tes prières, en tant qu'ami de l'Époux.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen

Mère du Verbe Dieu né de toi, / avec les Prophètes, les Pontifes, les Martyrs, / les Apôtres et les Anges incorporels / implore sans cesse ton Fils, / Vierge toute-sainte et Mère de Dieu, / pour qu'au monde il fasse don de la paix.

Témoignage de Françoise :

« C’était un mercredi, je jeûnais et priais dans une église ouverte, à La Madeleine (Nord de la France). Un jeune homme s’approche et me dit « Madame, je veux voir un prêtre, c’est très grave, c’est urgent." 

Dehors, il y a une cabine téléphonique, mais à 15h, mes appels ne donnent rien. Le jeune homme tremble et m’exprime sa détresse, faite de rupture familiale, de drogue, et de prostitution pour payer les 700 francs (100 euros) de drogue quotidienne… 

Nous tentons notre chance à la maison de personnes âgées, saluant au passage Notre Dame de Lourdes, dans sa grotte, au milieu du jardin.

Le prêtre est là, par chance. Le jeune homme l’approche. Il revient après à sa confession.

Nous retournons prier devant la grotte de Notre Dame de Lourdes.

Il est maintenant droit, dégagé.

Son visage s’éclaire.

Il s’écrie :

« Je me sens à 3000 mètres d’altitude, dans l’air pur. » 

Deux ou trois semaines après nous nous rencontrons de nouveau, dans la rue.

Seul, il a jeûné de toute drogue et de tout moyen malhonnête de gagner de l’argent, et il s’est inscrit pour un séjour dans une famille d’accueil, dans le Massif central. 

Merci Notre Dame de Lourdes ! » 

 

Françoise
mariedenazareth.com

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

See original image

 

 

DU CÔTE DE NOS FRERES AÎNES LES SAINTS...

 

POURQUOI INVOQUER LES SAINTS,

DES HOMMES ET DES FEMMES

QUI ONT  ETE SANCTIFIES PAR

LA GRACE DU SAINT ESPRIT ?

theotokos.gif

Dans notre règle de prière, nous pouvons également demander aux saints d'intercéder pour nous et de nous aider dans nos luttes du monde. Les saints sont ces personnes saintes qui sont mortes en martyres, qui ont fait une confession de foi intrépide souvent avec une menace de mort, qui ont fait preuve d'abnégation et de sacrifice de soi, qui ont un don spécial de guérison et de miracles après leur mort, quand on les commémore dans la prière.

Ces saints, le Seigneur les appelle Ses amis. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître, mais je vous ai appelés amis, parce que tout ce que j'ai entendu de mon Père, je vous l'ai fait connaître. (Jean 15:14-15)

Ce sont ceux qu'Il a reçus dans Ses demeures célestes en accomplissement de Ses paroles: Là où je suis, vous serez aussi. (Jean 14:3) Au lieu de prier pour le pardon de leurs péchés, nous leur rendons hommage pour leurs luttes en Christ. Nous faisons des prières pour leur demander de prier pour nous et pour la rémission de nos péchés et notre croissance spirituelle, en recherchant leur aide dans nos besoins spirituels.

Les saints sont proches du trône de Dieu.

Alors je regardai, et j'entendis la voix de beaucoup d'anges autour du trône, des créatures vivantes, et les vieillards, et leur nombre était dix mille fois dix mille, et des milliers de milliers, qui louaient le Seigneur.(Apocalypse 5:11)

Notre communion dans la prière avec les saints est la réalisation du lien entre les chrétiens sur la terre et l'Église céleste. (Hébreux 12:22-23)

La Sainte Écriture présente de nombreux exemples prouvant que les justes, alors qu'ils sont encore en vie, peuvent voir et entendre et en savoir beaucoup sur ce qui est inaccessible à l'entendement ordinaire. Les saints alors qu'ils étaient encore sur terre, étaient en mesure de pénétrer en esprit dans le monde de l'au-delà.

De la parabole du riche et du pauvre Lazare (Luc 16:10-31), nous savons qu'Abraham étant dans le ciel, put entendre le cri de l'homme riche qui souffrait en enfer, malgré le grand fossé infranchissable qui les séparaient.

L'Église a toujours enseigné l'invocation des saints, convaincus qu'ils intercèdent pour nous auprès de Dieu au Ciel. Avoir une relation de prière avec un saint est une autre façon d'avoir de l'aide dans notre cheminement spirituel vers le salut dans l'Église.


(Version Française Claude Lopez-Ginisty d'après http://www.resurrectionmission.org/mainFrame-PrayerSaints.html www.orthodoxologie.blogspot.com)

 

 

 

Toujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons...

 

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

 

 

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 

See original image

EN VRAC...ÉLÉMENTS ÉPARS POUR VOTRE

 

RÉFLEXION PERSONNELLE ET...ALIMENTER

 

VOTRE PRIERE...

 

 

===

 

Amélie Boukhobza, psychologue clinicienne, constate « une très inquiétante poussée de l’idéologie radicale ». Elle estime également que la « déradicalisation » est le plus souvent impossible. Elle travaille pour l’association Entr’Autres, qui gère la «déradicalisation» organisée par l’État.

L’attentat a eu lieu à Nice. Cela ne vous étonne-t-il pas ?

Absolument pas. La région compte énormément de cas de radicalisation suivis par la cellule préfectorale. Nous faisons aussi partie des départements qui fournissent le plus grand nombre de départs en Syrie, sans compter ceux qui ne sont pas repérés. Pendant un an, nous nous sommes concentrés sur les cas que l’on considérait comme prioritairement dangereux, ceux des jeunes passés par la Syrie. On voit bien aujourd’hui que cette donnée n’est plus un indicateur pertinent. Pour Orlando comme pour Nice, les auteurs n’ont, semble-t-il, jamais mis un pied là-bas.

Cette attaque terroriste risque-t-elle de créer de nouvelles vocations ?

Assurément. On assiste en ce moment à une très inquiétante poussée de l’idéologie radicale, qu’elle soit politique ou religieuse. Je le mesure chaque jour dans les maisons de quartier et auprès des missions locales. Mohamed Merah était la principale figure d’identification jusqu’à cette année. Aujourd’hui, il « partage l’affiche » dans le coeur des jeunes radicaux avec cette nouvelle génération de terroristes apparue au Bataclan. Il y a eu un basculement très net au lendemain du 13 novembre 2015. [...]

Y a-t-il une « déradicalisation » possible ?

Tous me disent que la vie commence après la mort et que leur but, c’est le paradis. « La vie d’ici vaut 20 % et celle d’après, 80 % », répètent-ils en boucle. Ils nous disent qu’ils aiment la mort « bien plus que la vie » et nous expliquent que tous leurs actes sont menés au nom du bien, pour nettoyer ce monde de corruption. [...]

On a cru, jusqu’à la revendication de Daech, à l’acte isolé d’un déséquilibré…

C’est vrai que cela aurait été d’une certaine manière soulageant de croire qu’il s’agissait d’un acte isolé, d’un malade qui décompense. Mais foncer dans le tas, dans des familles, des poussettes, des enfants…, cela correspond parfaitement au mode opératoire préconisé par les théoriciens de Daech. [...]

Le Point

 

===

 

===

DHIMMITUDE !

Lyon : Polémique autour des statues des sept moines de Tibhirine !

Rappelons-nous, dans la nuit du 26 au 27 mars, il y a 20 ans, sept des neuf moines du prieuré de Tibhirine, en Algérie, étaient enlevés et séquestrés durant plusieurs semaines, avant que leur mort ne soit annoncée. Les frères se savaient menacés et avaient fait le choix de rester en Algérie.

Une messe en leur mémoire a été célébrée en juin 2016 à Saint-Louis-de-la-Guillotière, à Lyon, en présence du cardinal Barbarin et du prieur du monastère Notre-Dame de l'Atlas. Et les funérailles nationales des 7 moines de Tibhirine assassinés avaient lieu à la Basilique Notre-Dame d'Afrique à Alger. 

Comme un symbole, le père Jean-Pierre Flachaire a apporté une chasuble, un calice et une patène pour l'hostie, trois objets utilisés par les moines de Tibhirine.

A Lyon, l'association " Le message de Tibhirine " a vu le jour en 2016 pour continuer à faire vivre le témoignage des moines et leur message de paix et de dialogue entre chrétiens et musulmans. Sébastien de Pothuau, président de l'association, estime que : " Même 20 ans après leur mort, les moines de Tibhirine continuent d'être un exemple à suivre."

Et le minimum en France est effectivement de leur rendre hommage, et quel plus bel hommage qu'une statue les représentant dans le domaine public, dans un square lyonnais ? Hélas ce beau projet n'a pas eu lieu, de peur des musulmans, de : " peur qu'un déséquilibré ne décapite les statues..." précise le cardinal Barbarin. Ou de peur que le consul d'Algérie ne demeure fâché, hommage aux moines et oubli des milliers de morts algériens. Et les catholiques de Lyon laissent faire.

L'œuvre qui montre, en prière, les moines français tués en Algérie devait être un temps installée dans un square de la Guillotière à Lyon dans le 7ème. Elle est finalement implantée à la Maison Sainte-Irénée dans le 5e. Le cardinal Barbarin a dû reculer pour ne fâcher personne. Les arguments de son entourage ont eu gain de cause, et le cardinal Barbarin a fini par céder devant la crainte de dégradations.

En effet, le diocèse frôlera l'incident diplomatique avec le consulat d'Algérie. L'inauguration était prévue au printemps 2016, au moment de l'anniversaire de l'enlèvement des moines. Après réflexion, elle sera repoussée pour éviter toute collision avec les commémorations de l'indépendance algérienne. Le consul d'Algérie à Lyon a été furieux de ne pas avoir été averti plus tôt de ce projet d'inauguration des statues dans l'espace public.

Mais l'héritage que nous laisse ces 7 moines martyrs n'a pas fini de nous interpeller : " Il faut que des hommes et des femmes prennent le chemin de l'Atlas pour faire fleurir le désert irrigué du sang des frères. Le deuil se fait, il a fallu du temps, le moment est venu de faire germer l'espérance " explique le père Jean-Marie Lassausse, prêtre de la Mission de France, qui veille avec dévouement sur l'avenir du prieuré de Tibhirine. Il s'y dessine l'installation prochaine d'une Communauté Nouvelle, peut-être le Chemin-Neuf, qui lui permettrait de continuer à vivre et à accueillir le public. Et c'est à Midelt, au Maroc, que souffle désormais l'esprit de Notre-Dame de l'Atlas, là où ont trouvé refuge les frères Amédée (décédé en 2008) et Jean-Pierre Schumacher. Et où la vie cistercienne se poursuit.

Aujourd'hui, il n'y a plus de moines à Notre-Dame de l'Atlas, mais des croyants qui continuent à faire vivre Tibhirine, et poursuivent le travail commencé par les frères. Tibhirine est à ce jour un lieu de prière, de recueillement, de retraite spirituelle. Un lieu d'accueil ouvert sur le monde des croyants chrétiens et musulmans et sur le monde des non-croyants.

(Source "Vexilla Galliae", article de Mr Eric Muth/ Le surtitrage est de nous.)

 

===

 

Alors que l'armée américaine est en alerte maximale dans ses bastions en Turquie, Erdogan a exigé que Washington «extrade» le prédicateur Fethullah Gulen, réfugié aux Etats-Unis, qu'il soupçonne d'être le cerveau du putsch du 15 juillet.

Le cas Fethullah Gulen, éternel sujet de tensions

«Extradez-le si vous êtes notre allié», a lancé le président turc Recep Tayyip Erdogan à l’attention des Etats-Unis, en référence à Fethullah Gülen, religieux exilé en Pennsylvanie qui a nié toute implication dans la tentative de coup d'état, malgré les accusations d'Ankara.

Auparavant, le gouvernement turc avait indirectement critiqué l'attitude de Washington.

«Je ne vois aucun pays capable de protéger un tel homme, qui est le chef d’une organisation terroriste, surtout après ce qui s’est passé la nuit dernière. Protéger cet homme constitue un acte d’hostilité envers la Turquie et le pays qui le ferait ne serait pas un ami», a martelé le Premier ministre turc Binali Yıldırım devant la presse sur un ton clairement menaçant. 

Le clerc de 75 ans est présenté comme l'inspirateur des putschistes par les autorités turques et le mouvement politico-religieux qu'il dirige, le Hizmet, est considéré par Erdogan comme un «groupe terroriste». La Turquie avait d'ailleurs déjà demandé aux Etats-Unis l'extradition de l'opposant.

Fethullah Gulen et Recep Tayyip Erdogan, avant d'être des ennemis, ont été des alliés de circonstance. Ainsi, Gulen a soutenu l'AKP, le parti du président turc, dès 2002, jusqu'à ce que la crise éclate ouvertement entre les deux hommes en 2014. Le Hizmet a alors été accusé par le pouvoir de noyauter les milieux de la justice et de la police. Gulen a pour sa part dénoncé la dérive autoritaire de l'AKP et de son dirigeant, estimant qu'elle pourrait compromettre l'intégration à l'Union européenne de la Turquie.

Washington renforce au maximum le niveau de sécurité de ses bastions en Turquie

Un responsable de la défense des Etats-Unis, cité par Reuters sous couvert d’anonymat, a déclaré que la sécurité avait été élevée au niveau «delta» le 16 juillet, ce qui signifie généralement qu'une attaque terroriste ou qu'un attentat est imminent.

Le responsable a cependant fait savoir qu’au niveau diplomatique, la sécurité restait la même, précisant que l’ambassade des Etats-Unis à Ankara et le consulat à Istanbul continuaient de fonctionner normalement et qu’aucun ressortissant américain n’avait été rapatrié par l’armée durant la tentative de putsch.

Néanmoins, l’ambassade et le consulat américains ont invité leurs ressortissants à ne pas s’y rendre en raison de risques sécuritaires encore non clairement définis. 

L'avenir des bases américaines en Turquie pourrait être compromis

Vendredi 15 juillet, la tentative de coup d'Etat avait soulevé des questions sur les opérations militaires américaines à l’avenir, notamment en ce qui concerne la lutte contre l’Etat islamique en Irak et en Syrie, les Etats-Unis utilisant à cet effet des bases militaires situées sur le territoire turc. Mais ces préoccupations ont semblé diminuer le samedi 16 juillet, selon le responsable de la Défense.

En effet, le Pentagone fait stationner ses troupes sur la base aérienne d’Incirlik, près de la frontière sud avec la Syrie et celle de Diyarbakir, dans la partie sud du pays. Les deux bases ont un rôle primordial dans la lutte des troupes américaines contre Daesh.

«Nous suivons la situation de près en Turquie et prenons les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de nos soldats, des civils, de leurs familles, ainsi que des installations», a déclaré un autre responsable de la défense américaine le soir de la tentative de coup d’Etat.

Il a notamment ajouté que jusqu’à présent, il n’y avait pas eu d’impact particulier sur la base aérienne d’Incirlik et que les opérations de lutte contre Daesh se poursuivaient normalement.

Ces déclarations semblent totalement contraster avec la réalité sur le terrain, puisque le 16 juillet, l’accès à la base d'Incirlik, qui abrite notamment des armes nucléaires américaines, a été bloqué et l’électricité coupée.

L’espace aérien au-dessus de la zone aurait lui aussi été fermé, selon la chaîne d'actualité américaine CNN. 

Les autorités turques ont expliqué vouloir s’assurer que tous les éléments de l’aviation turque sont bien sous le contrôle des forces pro-gouvernementales, alors que des avions et des hélicoptères militaires ont été utilisés par des putschistes la veille.

En conséquence, les missions américaines menées contre Daesh depuis la base d’Incirlik ont été temporairement suspendues, a indiqué un responsable américain à l'AFP sous couvert d'anonymat.

À Incirlik, les États-Unis font également stationner des avions de combat, des navires-citernes, ainsi que des drones de combat. Un commandant de la Force aérienne américain avait déclaré en mai 2016 que son unité gérait à elle seule un tiers du ravitaillement en carburant nécessaire pour les frappes aériennes en Irak et en Syrie. 

Les Etats-Unis utilisent par ailleurs d’autres bases en Turquie, notamment à Izmir, à environ 320 km au sud-ouest d'Istanbul et à Aksaz sur la côte égéenne.

En Mars 2016, le Pentagone et le Département d'Etat avait ordonné aux familles de soldats américains, ainsi qu’aux diplomates de quitter le pays, invoquant de graves risques sécuritaires et des menaces d’attentats.   

SOURCE

 

===

 

===

Why France? It's in the Math


Assyrian International News Agency
To unsubscribe or set email news digest options, visit http://www.aina.org/mailinglist.html

Why France? It's in the Math
By Peter Ahern
2016-07-19 00:15 GMT

 

A body is seen on the ground July 15, 2016 after at least 84 people were killed in Nice, France, when a truck ran into a crowd celebrating the Bastille Day national holiday. ( Eric Gaillard/Reuters)(AINA) -- As France reels from yet another terrorist attack on its citizens, many commentators are asking why that particular country has borne the brunt of recent terrorist attacks on the West. It's true that other atrocities have been carried out earlier in the USA, UK, Belgium, Spain and other Western locations, but France seems to be particularly targeted and has suffered an especially high toll over the last 18 months. Mass murder in the name of Islam has been carried out in the Charli Hebdo offices (January 2015), on the streets of Paris (November 2015), on the seaside boulevard in Nice (July 2016), with several smaller scale but similarly murderous attacks in various locations across France in between times.

Demographics and statistics are a great help in trying to understand the scale of the French problem. Also helpful are public opinion surveys taken among Muslim communities both in the majority Muslim world and in the West. Liberal commentators regularly remind their audiences of the diversity of Muslims and some even go so far as to declare Islam as a religion of peace. And indeed, many Muslims are as horrified by terrorist attacks as are non-Muslims.

But public opinion surveys among Muslims reveal a very worrying statistic. Such surveys regularly show support for radical jihadist activity running at somewhere between 5 -- 10%. Such are the findings of small-scale surveys taken among Muslims in Britain and European countries, as well as larger surveys taken among Muslims in the Middle East and other majority Muslim locations.

Extrapolating from these figures, we begin to understand why the Muslim world is in such a mess. Four countries that are typically torn apart by violent conflict are Afghanistan, Iraq, Libya and Syria. The Muslim proportion of the populations of the first three countries is over 95%, while in Syria Muslims represent around 85% of the population. So if a minimum of 5% of the population is inclined to jihadi activity, that translates to 1.6 million Afghans, 1.9 million Iraqis, 320,000 Libyans and 850,000 Syrians. Such figures do not even take account of floating radicals coming in from other locations. Simply put, majority Muslim societies are prone to political and social conflict because of the significant presence of trouble-making radical Islamist elements. And indeed, the terrorist strikes in France that have stunned the West are sadly relatively commonplace in countries such as Afghanistan, Iraq, Libya and Syria, so much so that when they occur media reporting is barely sufficient.

With Muslim communities typically containing within themselves the dangerous radical fringe, it is little wonder that as Muslim minorities grow in the West, a radical Islamist fringe will similarly grow in those Western locations. Some Western countries are a lot further down the road in hosting the growing Islamic presence, but none more so than France. That country's hospitality to North African migrants was facilitated by a sense of guilt felt by the French liberal elite in the wake of the Algerian Civil War and France's colonial history in North Africa. Hence North Africans flocked to France in the last decades of the 20th century, with the result that today the French Muslim community constitutes around 10% of the population, equal to around 6 million people. By contrast, the smaller Muslim communities of other European countries are still playing catch-up. Muslims represent 6% in the Netherlands, a rapidly growing 4% in Germany, 3% in Britain and 2.5% in Spain.

So if we apply the 5% jihadi rule, that means that French hospitality has resulted in approximately 300,000 Muslims in France today being in clear sympathy with the terror strikes in Paris, Nice and elsewhere. In such circumstances, it is surprising that there have not in fact been more strikes, and this is probably testimony to the efficiency of the French security services. However, there will be more. France is at a crossroads and its ruling elites need to take some very hard decisions if this situation is not to spiral out of control, leading to eventual civil conflict.

At the same time, other Western nations should be asking hard questions of their own immigration policies. If Muslim immigration means significant growth of radical jihadi sentiment, do immigration policies need to be reviewed to favour those communities who are more likely to contribute to social cohesion, rather than fragmentation? Do the political elites of Western countries have the courage to address such questions? Only time will tell, but time is of the essence.

 

 

Peter Ahern is a British freelance writer on religion, politics and society, currently residing in Australia.

 


 

Views and opinions expressed in guest editorials do not necessarily reflect the views and opinions of AINA.
Guest Editorial Policy

 

 

 

===

 

===

 

 

Dans « terrorisme » il y a « terreur »… Et le terrorisme, c’est le fait d’utiliser la violence, meurtrière souvent, pour imposer des idées, qu’elles soient politiques, religieuses ou idéologiques.

Plusieurs méthodes sont utilisées : attentats, sabotages, prises d’otage, assassinat, pillage… Et bien d’autres encore. Le terrorisme a cette particularité de s’attaquer à des civils, des gens qui ne combattent pas.

 

metr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

France Télévisions

 

===

 

Nice après les attentats du 14 juillet. Crédits : Flickr.com.Baï Parchoev aurait dû rentrer chez lui quelques heures après l’attentat de Nice, le 14 juillet dernier. Mais avant de prendre son vol pour Moscou, il a décidé de se promener un peu dans la ville et a croisé la trajectoire du camion fatal un peu avant d’arriver sur le front de mer. Il revient, pour le quotidien Izvestia, sur les événements et son sauvetage miraculeux.

« Je me sens bien, même si les médecins m’ont interdit de voyager pendant encore quatre ou cinq jours. J’ai subi un traumatisme crânien, confie Baï Parchoev, 28 ans. J’étais à Nice depuis un mois et demi, alors que j’étais censé n’y passer que trois jours. Ça s’est fait comme ça. J’avais d’abord atterri à Milan, pour la finale de la Ligue des champions. Mais ensuite, avec des amis, on a décidé d’aller passer quelques jours à la mer. Puis l’Euro a commencé, et nous avons décidé de rester. Je devais retourner à Moscou jeudi dernier, précisément. »

Baï explique que jeudi soir, après dîner, il a proposé à son ami Arthur, avec qui il était venu à Nice, de faire un petit tour en ville avant le départ.

« Je savais que les Français fêtaient le 14 juillet. J’ai proposé à Arthur d’aller se promener, mais il n’a pas voulu. Il m’a dit : ”Il pleut”. J’ai répondu : ”Mais ce n’est pas le tonnerre qu’on entend, c’est le feu d’artifice. Viens !”. Finalement, il n’a pas voulu sortir, je suis donc parti seul. Je suis arrivé sur le front de mer, et 40 secondes plus tard, le camion est arrivé sur la promenade. Il roulait très vite », se remémore-t-il.

Baï se souvient qu’il y avait énormément de monde – quasiment toute la ville était de sortie.

« Heureusement, les terroristes sont arrivés un peu en retard – les gens avaient commencé à se disperser. À propos, je ne comprends pas pourquoi on ne parle que d’un terroriste ? Ils étaient deux ! Un qui conduisait, et un autre sur le siège passager, c’est lui qui a tiré », assure l’homme.

Parchoev a eu une chance étonnante – il a échappé à la mort par miracle, alors que le véhicule se dirigeait pratiquement droit sur lui.

« Le camion roulait derrière moi, il a surgi dans mon dos à une vitesse dingue. Je ne le voyais pas. Ce qui m’a sauvé, c’est que le camion a percuté un homme qui m’est tombé dessus et j’ai été poussé hors de la trajectoire du camion. Je suis tombé sur la piste cyclable, et le camion a roulé le long de ma jambe, mais en effleurant seulement la peau.

Quand l’homme m’est tombé dessus, j’ai été projeté et ma tête a frappé violemment le sol. Mais c’est vraiment ce qui m’a sauvé. Lui, il semblait déjà mort. Je ne comprenais pas, raconte le témoin. C’était une sorte de hachis de gens. On voyait partout des restes humains. Des gens morts partout… J’ai vu au moins 15 jambes arrachées. Il y avait énormément d’enfants. Énormément… Les gens étaient venus voir le feu d’artifice en famille. Il y a eu un mouvement de panique terrible – tout le monde hurlait, s’enfuyait. J’étais pratiquement au tout début de la trajectoire du camion. »

Crédits : Archives personnelles.
Baï Parchoev hospitalisé après avoir été renversé par le camion, à Nice. Crédits : Archives personnelles.

Baï explique qu’il n’y avait quasiment nulle part où fuir.

« Vous avez le trottoir, et tous les 50 ou 100 mètres environ – des marches, qui descendent à la mer. Il y a une rambarde puis un petit mur, et en bas, la plage. On ne pouvait fuir que sur la route », décrit-il.

Après le premier choc, Baï s’est relevé et a poursuivi son chemin sur la digue, sans aller voir les secours. « Il y avait tant de gens mutilés sur place que j’avais tout simplement honte de demander de l’aide avec mes blessures », reconnaît-il.

Baï a tout de même fini par aller à l’hôpital au milieu de la nuit, s’étant mis à souffrir d’un mal de tête violent. Mais avant cela, il a marché parmi les corps à la recherche de personnes qu’il connaissait. Il se trouvait à Nice avec plusieurs amis.

« J’ai tout de suite appelé mes amis sur place, pour que eux-mêmes appellent leurs connaissances, afin de savoir si quelqu’un avait été blessé. Ensuite, j’ai avancé le long de la digue, au milieu des corps recouverts, je soulevais les couvertures pour voir s’il y avait des gens que je connaissais parmi les victimes. Les gens se sont immédiatement serré les coudes, ils s’aidaient les uns les autres, les taxis emmenaient les blessés à l’hôpital gratuitement », explique l’homme.

Baï a deviné quasiment sur le champ qu’il s’agissait d’un attentat dès lors qu’il s’est relevé et qu’il a retrouvé ses esprits.

« Au début, j’ai pensé que c’était un accident, que le conducteur avait perdu le contrôle ou que les freins avaient lâché. Mais quand j’ai vu qu’il roulait en zigzags, qu’il fonçait exprès sur les gens, je me suis dit que c’était un malade ou un terroriste. Sans aucun doute », affirme Parchoev.

Baï ne peut pas encore rentrer à Moscou – les médecins insistent pour qu’il reste au lit.

« On m’a interdit de marcher à cause de mon traumatisme crânien. Ils m’ont dit : ”tu peux rester à l’hôpital ou rentrer chez toi, comme tu veux, mais reste allongé. Un médecin viendra te voir tous les jours pour te faire des piqûres”, poursuit Baï. Je n’ai pas d’assurance, mais à l’hôpital, ils ne m’ont rien demandé, pas d’argent. Ils m’ont d’abord fait toutes les radios sur place, puis ils m’ont emmené dans un autre hôpital. Les médecins ont été très efficaces. Franchement, bravo ! Quant à moi, je n’arrive toujours pas à comprendre comment je suis resté en vie. Je suis toujours sous le choc. Théoriquement, j’aurais dû mourir – le camion me fonçait droit dessus. »

SOURCE

 

===

See original image

Programme des prochaines semaines au Monastère

 

Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de

 

Miséricorde:

 

Program in the coming weeks

 

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

 

Au Monastère Syriaque de

 

CHANDAI-BREVILLY (61) :

 

(Messe tous les dimanches et en semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

*22 et

 

*29 du mois)

 

 

 

*Dimanche 24 JUILLET:

 

Pèlerinage à Saint Christophe

See original image

-10h30, Messe suivie de la Bénédiction des Voitures et d'un repas fraternel.

 

(Programme habituel)

 

 

 

 

*Dimanche 7 AOUT:

 

 Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde

 

 'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

Mère de Miséricorde, priez pour nous, secourez-nous!

 

et aux Saints du Kerala

 See original image

St Abraham Koorilose Bava, priez pour nous !

 

See original image

St Grégorios de Parumala, priez pour nous !


 

10h30, Messe suivie de la BENEDICTION DES VOITURES et du repas fraternel,

possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

 

Ramassage des fidèles sur

 

*Paris: le Samedi 6 Aoüt à 15 h 

 

au lieu de R.D.V habituel.

 

  

* Sunday, Auguste 7:
  monthly pilgrimage to N-D Mercy and Saints Kerala.
10:30 am Mass followed by a fraternal meal and reception of the faithful.

 

 

 

WEEKEND DE L'ASSOMPTION:

 

*Dimanche 14 à Jauldes (Charente)

 

 

-10h30, Messe du jour et prières mariales de vigile

 

 

de la "Dormition Assomption" de la Très Sainte

 

 

Vierge Marie)

 

See original image 

 

*Lundi 15 AOUT au Monastère

 

 Pèlerinage de l' Assomption (Dormition de la Très Ste

 

Vierge Marie)

 

10h30, Messe suivie de la PROCESSION MARIALE et des

 

prières au monument du "SAYFO" et des autres reposoirs.

 

Repas fraternel,

 

 

Possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

See original image

 

 

*Dimanche 28 AOUT,

 

 Pèlerinage de Préparation à la Rentrée scolaire

 

See original image

-9h Baptêmes d’Axel et Cyprien

 

 

-10h30, Messe suivie des prières et bénédictions des

 

enfants, écolier, étudiants, parents et. Repas fraternel,

 

Possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

(Ramassage des fidèles de région parisienne chaque samedi précédent le 1er dimanche du mois à 15h )

 

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


See original image 

 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale. 

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires. 

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F " 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 12,46-50.

En ce temps-là, comme Jésus parlait encore aux foules, voici que sa mère et ses frères se tenaient au-dehors, cherchant à lui parler. 
Quelqu’un lui dit : « Ta mère et tes frères sont là, dehors, qui cherchent à te parler. » 
Jésus lui répondit : « Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? » 
Puis, étendant la main vers ses disciples, il dit : « Voici ma mère et mes frères. 
Car celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. » 
 


Par Ste Thérèse de l'Enfant Jésus

(1873-1897), moniale Romaine-Catholique (carmélite), canonisée par son Eglise: Ste Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Ste Face.
 

« Celui qui fait la volonté de mon Père..., celui-là est pour moi un frère, une sœur et une mère »

 

      « Mes pensées ne sont pas vos pensées dit le Seigneur » (cf Is 55,8).

Le mérite ne consiste pas à faire ni à donner beaucoup, mais plutôt à recevoir, à aimer beaucoup.

Il est dit que c'est bien plus doux de donner que de recevoir (Ac 20,35), et c'est vrai, mais alors, quand Jésus veut prendre pour lui la douceur de donner, ce ne serait pas gracieux de refuser.

Laissons-le prendre et donner tout ce qu'il voudra ; la perfection consiste à faire sa volonté, et l'âme qui se livre entièrement à lui est appelée par Jésus lui-même « sa mère, sa sœur » et toute sa famille.

Et ailleurs:

« Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole »

(c'est-à-dire il fera ma volonté)

« et mon Père l'aimera, et nous viendrons à lui et nous ferons en lui notre demeure »

(Jn 14,23).

Oh, comme c'est facile de plaire à Jésus, de ravir son cœur ; il n'y a qu'à l'aimer sans se regarder soi-même, sans trop examiner ses défauts... 

      Les directeurs font avancer dans la perfection en faisant faire un grand nombre d'actes de vertu et ils ont raison, mais mon directeur qui est Jésus ne m'apprend pas à compter mes actes ; il m'enseigne à faire tout par amour, à ne lui rien refuser, à être contente quand il me donne une occasion de lui prouver que je l'aime, mais cela se fait dans la paix, dans l'abandon ; c'est Jésus qui fait tout et moi je ne fais rien.

"j'ai toujours pensé que l'on devait dire toutes les paroles de la prière

- 'Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi, pécheur',

mais vous indiquez dans vos instructions la prière courte

- Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de moi."


Saint Grégoire le Sinaïte dit que la version courte de la Prière de Jésus est préférable pour les débutants. Et saint Syméon le Nouveau Théologien mentionne lui aussi cette courte prière de 5 mots.
Staretz Nicodème de Karoulia, enseignements sur la Prière de Jésus

"A sign of spiritual life is the immersion of a person within himself and the hidden workings within his heart."

St Seraphim of Sarov)

 

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 08:15
"Arise, O soul that has grown old in sins, and renew thyself with repentance. From contrition and tears mix thyself an ointment and heal the wounds of the fallen image in thee." (St. Ephraim the Syrian "A Spiritual Psalter")

"Arise, O soul that has grown old in sins, and renew thyself with repentance. From contrition and tears mix thyself an ointment and heal the wounds of the fallen image in thee." (St. Ephraim the Syrian "A Spiritual Psalter")

Livre de l'Ecclésiastique 24,17-21.

Comme la vigne, j'ai produit des fleurs d'une agréable odeur, et mes fleurs ont donné des fruits de gloire et de richesse. Je suis la mère du pur amour, de la crainte, de la science et de la sainte espérance. En moi est toute la grâce de la voie et de la vérité, en moi toute l'espérance de la vie et de la vertu. 
Venez à moi, vous tous qui me désirez, et rassasiez-vous de mes fruits. 
Car mon souvenir est plus doux que le miel, et ma possession plus douce que le rayon de miel. 
Ceux qui me mangent auront encore faim, et ceux qui me boivent auront encore soif. 
Celui qui m'écoute n'aura jamais de confusion, et ceux qui agissent par moi ne pécheront point. 
Ceux qui me font connaître auront la vie éternelle.
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 11,27-28.

En ce temps-là, tandis que Jésus parlait à la foule, une femme élevant la voix du milieu de la foule, lui dit : Heureux le sein qui vous a porté, et les mamelles que vous avez sucées ! 
Mais il lui dit : " Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent ! " 
 


« Ô Marie, notre Médiatrice, c'est en Vous que le genre humain met toute sa joie. Il attend Votre protection. En Vous seule il trouve refuge et voici que, moi aussi, je viens avec toute ma ferveur, car je n'ai pas le courage d'approcher votre Fils : aussi j'implore Votre intercession pour obtenir mon salut. Ô Vous qui êtes compatissante, ô Vous qui êtes la Mère du Dieu de miséricorde, ayez pitié de moi. Ainsi soit-il. » 

Saint Éphrem le Syrien (306-373)

Par Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus

(1873-1897),moniale Romaine-catholique (Carmélite)
Poésie « Pourquoi je t'aime, ô Marie », strophes 4-7 (OC, Cerf DDB 1992, p. 751) 

 

« Le Puissant fit pour moi des merveilles » (Lc 1,49)

 

Oh ! Je vous aime, Marie, vous disant la servante 
Du Dieu que vous ravissez par votre humilité (Lc 1,38) 
Cette vertu cachée vous rend toute-puissante 
Elle attire en votre cœur la Sainte Trinité 
Alors l'Esprit d'Amour vous couvrant de son ombre (Lc 1,35) 
Le Fils égal au Père en vous s'est incarné 
De ses frères pécheurs bien grand sera le nombre 
Puisqu'on doit l'appeler : Jésus, votre premier-né ! (Lc 2,7) 

O Mère bien-aimée, malgré ma petitesse 
Comme vous je possède en moi le Tout-Puissant 
Mais je ne tremble pas en voyant ma faiblesse : 
Le trésor de la mère appartient à l'enfant 
Et je suis votre enfant, ô ma Mère chérie. 
Vos vertus, votre amour, ne sont-ils pas à moi ? 
Aussi lorsqu'en mon cœur descend la blanche hostie 
Jésus, votre Doux Agneau, croit reposer en vous ! 

Vous me le faites sentir, ce n'est pas impossible 
De marcher sur vos pas, ô Reine des élus. 
L'étroit chemin du Ciel, vous l'avez rendu visible 
En pratiquant toujours les plus humbles vertus. 
Auprès de vous, Marie, j'aime à rester petite, 
Des grandeurs d'ici-bas je vois la vanité, 
Chez sainte Élisabeth, recevant votre visite, 
J'apprends à pratiquer l'ardente charité. 

Là j'écoute ravie, douce Reine des anges, 
Le cantique sacré qui jaillit de votre cœur (Lc 1,46s) 
Vous m’apprenez à chanter les divines louanges 
A me glorifier en Jésus mon Sauveur. 
Vos paroles d'amour sont de mystiques roses 
Qui doivent embaumer les siècles à venir. 
En vous le Tout-Puissant a fait de grandes choses 
Je veux les méditer, afin de l'en bénir.

Afficher l'image d'origine

Par Saint Nicomède

Moine de "la Sainte Montagne de l'Athos"

Je sais que beaucoup de chrétiens parmi vous, pensent que c'est une grande bénédiction et une grande cause de fierté que d'aller à Jérusalem et de vénérer avec respect et componction, les Lieux Saints de pèlerinage là-bas, à savoir le vivifiant Tombeau du Seigneur, le saint Golgotha, la ville sacrée de Bethléem, et le reste.

 
Beaucoup d'entre vous voyagent vers des endroits éloignés, sur terre et mer, faisant de grands efforts afin de vénérer pieusement les reliques sacrées de nombreux saints...
 
En effet, un tel pèlerinage, une telle piété et un tel voyage sont bons et louables. Mais ne devriez-vous pas, frères, avoir sinon une piété plus grande, au moins la même quantité de piété et de révérence, quand vous allez assister aux offices de l'Eglise du Christ, où tous les lieux de pèlerinage trouvés à Jérusalem sont présents symboliquement?
 
Ne devriez-vous pas montrer la même componction et le même bon ordre et respect lorsque vous assistez à la redoutable Divine Liturgie dans laquelle vous trouvez présente, non pas la relique de tel ou tel saint, mais les Très Vivifiants, Divins et Immaculés Corps et Sang de notre Seigneur Jésus-Christ, le Saint des Saints?
 

 

 

Aidez-nous à emmener en vacances ceux qui,

sans moyens, ne partiraient jamais !...

VACANCES FAMILIALES 

(PARENTS-ENFANTS)

Programme des "Vacances familiales" (PARENTS-ENFANTS) du 7 au 16 AOÛT 2015 /  Aidez-nous à emmener en vacances ceux qui,  sans moyens, ne partiraient jamais !...

Chers amis. Aloho m'barekh

Voici les dates des Vacances familiales pour l’été 2016 organisée en priorité pour les familles démunies (Mais pas seulement car nous ne formons qu'une seule communauté chrétienne et tous doivent se connaître et se fréquenter!) par notre Métropolie (Archidiocèse) de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone:

 

JUILLET :

Départ du Monastère le 30 Juillet, retour le 5 Août 

 

AOÛT : 

Début le 12 Août, retour et fin le 22 Août. 

 

Un programme détaillé suit ci-dessous 

NB :

En dehors de ces périodes, parents et enfants peuvent être reçus au Monastère en Normandie pour tous séjours et activités lorsqu'ils le désirent 

 

En union de prières, votre fidèlement dévoué en Notre Seigneur. Aloho m'barekh (Dieu vous bénisse) ! 

+ Mor Philipose-Mariam 

 

Programme des "Vacances familiales“ 2016

(Aumônerie assurée par Mgr Philippe-Marie, Rd Père Isaac et Sœur Marie André):

Aidez-nous à emmener en vacances ceux qui,

sans moyens, ne partiraient jamais !...

VACANCES FAMILIALES (PARENTS-ENFANTS) 

 

CAMP DE JUILLET:

Départ du Monastère le 30 Juillet, retour le 5 Août

 

Samedi 30 Juillet : 

Départ du Monastère à 7 h   après un bon "p’tit déj" . Déjeuner en arrivant vers les Plages de Vendée (Sous surveillance). Coucher le soir à JAULDES (16)
 

*Dimanche 31 Juillet:-

Messe Dominicale en la Paroisse Syriaque de N-D des Grâces-St Ubald, Bénédiction des voitures. Déjeuner avec les moines et fidèles. L'après-midi Plage de St Yriex (Sous surveillance)


*Lundi 1er Août:-

Départ pour Périgueux. Visite de la Vieille Ville-Piquenique autour de la Paroisse Syriaque N-D de la Très Ste Trinité, remise en ordre-Visite de l’Abbaye de Chancelade, retour à Jauldes.

 

*Mardi 2 Aout:

-Matinée à la Maison Notre-Dame, Plage de St Yriex et ses multiples activités (Sous surveillance)
En soirée visite d’Angoulême et participation (Sous surveillance parentale) aux activités de rue.
 


*Mercredi 3 Août: Journée d'éveil et de détente visite de l'Aquarium de LA ROCHELLE, piquenique et retour par les plages de SAINT PALAIS (Baignade)

 

 

*Jeudi 4 AOUT:

Départ à 8h30 pour Limoges, visite du Sanctuaire de N-D de SAUVAGNAC et des Moniales Orthodoxes. Piquenique sur place. Départ pour un beau lac de montagne (Baignades sous surveillance), retour le soir à JAULDES.

 

 *Vendredi 5 Août :

Départ à 7 h pour la Normandie. Piquenique autour de l’Abbaye Royale de Fontevrault.et découverte surprise de sites intéressants. Arrivée en soirée au Monastère.

 

CAMP D'AOUT:

Début le 12 Août, retour et fin le 22 Août. 

 

*Vendredi 12 Août : 

Ramassage des familles et installation  au Monastère Syriaque Notre-Dame de Miséricorde (Normandie)
 

*Samedi 13 Août: 

Grasse matinée. L'après-midi, activités nautiques en piscine de l'Aigle (toboggan, deux grandes piscines, etc...Sous surveillance)


*Dimanche 14 Août:

-Messe Dominicale en la Paroisse Syriaque de N-D de Miséricorde

Après le déjeuner, visite de la Ville moyenâgeuse de Verneuil Sur Avre

Au retour, après un bon goûter, derniers préparatifs aux reposoirs pour la Procession Mariale du lendemain.

 

*Lundi 15 Août:

Activités Spirituelles autour de la Solennité Mariale de LA DORMITION-ASSOMPTION DE LA Bse Vierge Marie. Messe, Procession, renouvellement de la consécration de la France au Christ-Roi par Marie.

 

*Mardi 16 Août: 

Départ du Monastère à 7 h   après un bon "p’tit déj" . Déjeuner en arrivant vers les Plages de Vendée (Sous surveillance). Coucher le soir à JAULDES (16)

 

*Mercredi 17 AOUT:

-Matinée à la Maison Notre-Dame ,Plage de St Yriex et ses multiples activités (Sous surveillance)
En soirée visite d’Angoulême et participation (Sous surveillance parentale) aux activités de rue.

 

 *Jeudi 18 Août :

Journée d'éveil et de détente visite de l'Aquarium de LA ROCHELLE, piquenique et retour par les plages de SAINT PALAIS (Baignade)

 

*Vendredi 19 Aout :

-Départ pour Périgueux. Visite de la Vieille Ville-Piquenique autour de la Paroisse Syriaque N-D de la Très Ste Trinité, remise en ordre-Visite de l’Abbaye de Chancelade, retour à Jauldes.

 

*Samedi 20 Août:

Départ à 8h30 pour Limoges, visite du Sanctuaire de N-D de SAUVAGNAC et des Moniales Orthodoxes. Piquenique sur place. Départ pour un beau lac de montagne (Baignades sous surveillance), retour le soir à JAULDES.

 

*Dimanche 21 Aout :

-Messe Dominicale en la Paroisse Syriaque de N-D des Grâces-St Ubald. Déjeuner avec les moines et fidèles . L'après-midi Plage de St Yriex (Sous surveillance)

 

*Lundi 22 Août:

Départ à 7 h pour la Normandie. Piquenique autour de l’Abbaye Royale de Fontevrault.et découverte surprise de sites intéressants. Arrivée en soirée au Monastère.

 

===


Nous rappelons que ces Vacances familiales ont pour but de permettre à toutes personnes et de toutes conditions de pouvoir se ressourcer.

 

En conséquence: OFFRANDES LIBRES ET NON OBLIGATOIRES.

Il n'y a donc aucune obligation financière. 

 

Les dons, lorsque c'est possible, aussi humbles soient-ils, doivent donc être fait à l'ordre de  l'Association Cultuelle de la 

« Métropolie de l’Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone"

en précisant au dos du chèque:

"Vacances familiales".

 Merci pour votre générosité

 

Monastère Syriaque Notre-Dame de Miséricorde. 

Brévilly. 

61300 CHANDAI. 

Tel : 0233247958  

Courriels :asstradsyrfr@laposte.net

________________________________________________________

 

Que sont

 

« LES VACANCES FAMILIALES » ?


  - Elles étaient initialement et habituellement

 

organisées par notre Association Caritative 

 

«SOLIDARITE SYRO-FRANCOPHONE / ENTRAIDE

 

AUX ENFANTS DU CAMEROUN/..." (  ) 

 

Elles se font toute l'année lors des VACANCES

 

SCOLAIRES (Offrandes libres) autour du Monastère en

 

Normandie.

 

L’Association Caritative étant cette année en

 

réorganisation, les Offrandes (En espèces ou par Chèques

 

Bancaires) doivent être faites au nom de l’Association

 

Diocésaine (Association cultuelle de la Métropolie de l’Eglise Syro-

 

Orthodoxe-Francophone Mar Thomas»)

 

 

   Notre Association étant reconnue d'Intérêt

 

Général 

 

tous dons que vous lui feriez

 

pour permettre aux enfants et familles les plus

 

défavorisées de partir en vacances, 

 

seront déduits de vos impôts à raison de 66 pour cent

 

de votre revenu imposable. 

 

 

Merci. 

 

 

 

______________

 

 

Prière pour les vacances

Seigneur, notre Dieu, veillez sur ceux qui prennent la route :
qu’ils arrivent sans encombre au terme de leur voyage.

Que ce temps de vacances soit pour nous tous
un moment de détente, de repos, de paix!
Soyez pour nous, Seigneur, l’Ami
que nous retrouvons sur nos routes,
qui nous accompagne et nous guide.

Donnez-nous le beau temps et le soleil qui refont nos forces 
et qui nous donnent le goût de vivre.

Donnez-nous la joie simple et vraie
de nous retrouver en famille et entre amis.

Donnez-nous d’accueillir ceux que nous rencontrerons
pour leur donner un peu d’ombre quand le soleil brûle trop,
pour leur ouvrir notre porte quand la pluie et l’orage les surprennent,
pour partager notre pain et notre amitié 
quand ils se trouvent seuls et désemparés.

Seigneur notre Dieu, veillez encore sur nous quand nous reprendrons le chemin du retour: que nous ayons la joie de nous retrouver pour vivre ensemble une nouvelle année, nouvelle étape sur la route du salut.

(Prière inspirée de l’Itanium, « Prières pour les jours incontournables », Éditions du Signe, 2001)

 

_________________

 

ATTENTION !

INSCRIPTIONS AU : 02.33.24.79.58

 

INSCRIPTIONS CLOSES 

 

*LE DIMANCHE 24 JUILLET pour le camp de

 

Juillet

 

*LE DIMANCHE 31 JUILLET pour le camp

 

d'Août

 

 

Programme des "Vacances familiales" (PARENTS-ENFANTS) du 7 au 16 AOÛT 2015 /  Aidez-nous à emmener en vacances ceux qui,  sans moyens, ne partiraient jamais !...
 
 

 

'The state of love may be recognized in the giving of money, and still more in the giving of spiritual counsel and in looking after people in their physical needs.'

(St. Maximos the Confessor)

 
 

 

 

SE PARDONNER À SOI-MÊME ?

Se pardonner à soi même

Un non-sens –

L’expression « il faut se pardonner à soi-même », quelque fois rétorquée à la douceur évangélique, voudrait dire que l’on prend la place de Dieu, qu’on se suffit à soi-même : on est alors pour sa propre conscience une référence suffisante pour être à la fois l’avocat et le juge de soi. La prétention de se pardonner à soi-même relève de l’idéologie de l’auto disposition de soi. Dans cette vue, on pense n’avoir de comptes à rendre à personne qu’à soi-même et être à même de savoir ce qui est bon pour soi. C’est un narcissisme de la conscience morale. Et, pour s’excuser, se défendre soi-même devant le for de sa conscience et devant toute instance de ce monde et de l’autre, les ressources de l’indulgence sont grandes ! « J’ai ma conscience pour moi », est une belle expression, sauf si cette conscience n’est qu’un miroir. C’est une belle expression, quand je pense sincèrement pouvoir ouvrir sans condamnation ma conscience devant Dieu « devant qui seul j’ai péché » (cf. ps.51). Mais c’est une ineptie de se chercher des excuses jusqu’à en trouver, afin de se blanchir soi-même. C’est une erreur, car l’on confond alors excuse et pardon.

L’enfer

A l’inverse, celui qui ne se pardonne pas à lui-même et qui ne peut espérer le pardon que de lui-même, souffre indéfiniment. Il est livré au jugement impitoyable de sa conscience. C’est le supplice d’une âme qui ne sait croire au pardon de Dieu et à ces paroles dites aux apôtres : « ce que vous remettrez sur terre sera remis dans les cieux ». C’est le tourment de l’orgueilleux qui oppose son propre jugement et même son auto condamnation à la miséricorde divine. Il est plus juste que Dieu. Il le brave. Il a raison contre lui. Dieu veut lui pardonner mais il se condamne. Qui oppose sa propre justice à la miséricorde divine, voudra se punir lui-même, trouvant Dieu trop bon et son pardon trop facile. Il tend au suicide, terrible exécution des désespérés.

C’est ici l’une des formes du « péché contre l’Esprit », une des portes de l’enfer. Satan, archange de l’orgueil, est celui qui toujours veut avoir raison contre Dieu : et il accuse celui-ci de sévérité inhumaine ou de faiblesse méprisable. Il ne peut croire à la parole miséricordieuse de l’Evangile, comme il ne peut s’incliner devant la mansuétude divine. Il se réserve le droit et le pouvoir de se remettre à lui-même les dettes – si seulement il se trouve débiteur. Quelque part, il a de la haine pour l’amour qui pardonne. L’orgueil déteste l’humilité. Il trouve humiliant le pardon de Dieu.

L’humilité

« Se pardonner à soi-même » veut peut-être dire, paradoxalement, accepter de l’être ; renoncer au jugement sans appel qu’on a porté sur soi. Je m’en veux terriblement de tel acte, de telle parole ; je me trouve impardonnable ; je ne me pardonne pas d’avoir fait ou dit cela. Quelle issue sinon l’enfer ? Quelle issue sinon renoncer à être le procureur et le juge infaillible de soi ? Renonçons à cette prérogative diabolique : une justice sans Dieu, une auto déification ; renonçons à être plus juste et plus sévère – ou plus indulgent ! – que celui qui est le Juge des vivants et des morts. Renonçons même à être l’avocat de nous-mêmes devant notre conscience, devant autrui et devant Dieu : ne nous cherchons pas d’excuse ; ne nous défendons pas ; plaidons coupable ; livrons-nous à la merci de la miséricorde divine. Risquons l’hypothèse Dieu : et si c’était vrai ?

Allons-y ! jetons-nous à l’eau ! immergeons-nous, baptisons-nous dans le fleuve de l’amour qui remet les dettes, qui pardonne sans condition. Risquons cette prière : « o Dieu, si Tu existes, je t’invoque, car je suis au bord du précipice. Je m’en veux terriblement. Je ne mérite à mes yeux que le pire des châtiments. Je ne suis digne d’aucun pardon. Toi, Dieu, si Tu existes, et bien des saints chantent la louange de ton Nom – si Tu existes, châtie-moi ou pardonne-moi ! Remets-moi la dette que je ne peux me remettre à moi-même. Absous-moi, délie-moi ; à moi aussi dis, comme dans ton Évangile : ‘Va ! Tes péchés sont remis !’ »

La grâce du repentir a comme père le Père céleste, Source de toute grâce et de tout bien ; et, comme mère, le cuisant sentiment de l’impardonnable. « Jamais je ne me le pardonnerai » : cette exclamation, si elle n’est pas confisquée par le démon du désespoir, se marie au divin Consolateur, l’Espoir des désespérés, le Verbe et Fils unique de Dieu qui promet : « Les péchés que vous remettrez seront remis ! »

(Source: "Sagesse Orthodoxe")

SAGESSE, SCIENCE ET CONSCIENCE NE PEUVENT ÊTRE SEPAREES DE DIEU...

 

Parce que, selon le  sage Salomon, Sagesse n’entre pas en âme malveillante et que Science sans Conscience n’est que ruine de l’âme, tu dois servir, aimer et craindre Dieu, et mettre en lui toutes tes pensées et tout ton espoir; et par une foi nourrie de charité, tu dois être uni à lui, en sorte que tu n’en sois jamais séparé par le péché.

 

Méfie-toi des abus du monde; ne prends pas à cour les futilités, car cette vie est transitoire, mais la parole de Dieu demeure éternellement.

 

Sois serviable pour tes prochains, et aime-les comme toi-même. Révère tes précepteurs.

 

Fuis la compagnie de ceux à qui tu ne veux pas ressembler, et ne reçois pas en vain les grâces que Dieu t’a données.

 

Et, quand tu t’apercevras que tu as acquis tout le savoir humain, reviens vers moi, afin que je te voie et que je te donne ma bénédiction avant de mourir.


Mon fils, que la paix et la grâce de Notre Seigneur soient avec toi. Amen.
D’ Utopie, ce dix-sept mars, Ton père, Gargantua.

Par François Rabelais dans "Pantagruel":

Rabelais_portrait.jpg

 

 

See original image

 

 

DU CÔTE DE NOS FRERES AÎNES LES SAINTS...

 

 

Triste anniversaire:

Le 16 juillet 1054 : Le cardinal Humbert de Moyenmoutier et les légats du Pape de Rome déposent sur l'autel de la cathédrale Ste Sophie de Constantinople la bulle papale excommuniant le patriarche Michel Cérulaire.

En toute logique, le Pape de Rome étant décédé entre temps pendant le trajet du légat et des siens (Les voyages étaient long à cette époque!), celui-ci aurait dû attendre une confirmation de cet acte si grave par le successeur du défunt Pape. Il n'en fut rien. Loin de voir en cela un signe providentiel, il déposa tout de même cette bulle papale, sur l'autel du Patriarche Cérulaire en pleine célébration liturgique. C'était le début d'un processus qui conduira Rome , Eglise "impériale" comme celle de Constantinople à se séparer toujours davantage de l'Unité Catholique telle que garantie par la Foi Orthodoxe, mieux, la Foi Apostolique....

CARMEN 16 JUILLET

Carmen est un nom dérivé de Notre Dame du Carmel

 

Le Carmel est une montagne au sud d'Haïfa au nord d'Israël.

 

Cette montagne est celle du prophète Elie (VIIIème s. av. J.C.), c'est là qu'il s'est confronté aux prophètes du dieu Baal, et qu'il l'a emporté, montrant la supériorité de Yahvé.


Quel rapport entre Notre Dame et le Carmel ?

Parce que pendant les croisades des ermites se sont installés sur la montagne puis ont formé un ordre au début du XIIIème siècle, celui des Carmes puis des Carmélites au XVème...  

 

En ces temps de culte marial il était tout naturel de se mettre sous la protection de la Vierge Mère.


C'est ce que montre cette peinture de Tommaso de Vigilia au XVème s.
 

Bienheureuses 

Marie-Rose de Gordon

et 6 compagnes
Religieuses et martyres de la "Révolution"

 † 16 juillet 1794

Durant les troubles de la Révolution, 29 religieuses chassées de leurs couvents avaient trouvé refuge dans une maison de Bollène. Là, depuis dix-huit mois, elles partageaient une vie de prière et de totale pauvreté. Elles furent arrêtées en avril 1794 pour avoir refusé de prêter le serment de liberté-égalité exigé par la municipalité et que leur conscience réprouvait. Elles furent incarcérées le 2 mai à Orange, dans la prison de la Cure, près de la cathédrale, où étaient déjà détenues 13 autres consœurs.

Les religieuses s’organisèrent en communauté et passaient leur temps à prier. Elles furent condamnées à mort par la Commission populaire qui siégeait dans l’actuelle chapelle Saint-Louis, et transférées au Théâtre antique en attendant d’aller à la guillotine dressée sur le cours Saint-Martin. Trente-deux d’entre elles furent exécutées (16 ursulines, 13 sacramentines, 2 cisterciennes et 1 bénédictine).

Le 6 juillet 

Sœur Marie-Rose, bénédictine de Caderousse (Suzanne Deloye, née à Sérignan en 1741) ;
le 7 juillet :

Sœur Iphigénie, sacramentine de Bollène (Suzanne de Gaillard, née à Bollène en 1761) ;
le 9 juillet : 

Sœur Sainte-Mélanie, ursuline de Bollène (Madeleine de Guilhermier, née à Bollène en 1733) et Sœur Marie-des-Anges, ursuline de Bollène (Marie-Anne de Rocher, née à Bollène en 1755) ;
le 10 juillet :

Sœur Sainte-Sophie, ursuline de Bollène (Gertrude d’Alauzier, née à Bollène en 1757) et Sœur Agnés, ursuline de Bollène (Sylvie de Romillon, née à Bollène en 1750) ;
le 11 juillet :

Sœur Sainte-Pélagie, sacramentine de Bollène (Rosalie Bès, née à Beaume-du-Transit en 1753), Sœur Saint Théotiste, sacramentine de Bollène (Elisabeth Pélissier, née à Bollène en 1741), Sœur Saint-Martin, sacramentine de Bollène (Claire Blanc, née à Bollène en 1742) et Sœur Sainte-Sophie, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Marguerite d’Albarède, née à Saint-Laurent-de-Carnols en 1740) ;
le 12 juillet :

Sœur Rose, sacramentine de Bollène (Thérèse Talieu, née à Bollène en 1746), Sœur du Bon-Ange, converse sacramentine de Bollène (Marie Cluse, née à Bouvantes en 1761), Sœur Marie de Saint-Henri, cistercienne de Sainte-Catherine d’Avignon (Marguerite de Justamond, née à Bollène en 1746) et Sœur Saint-Bernard, ursuline de Pont-Saint-Esprit ( Jeanne de Romillon, née à Bollène en 1753). 
le 13 juillet :

Sœur Madeleine, sacramentine de Bollène (Elisabeth Verchières, née à Bollène en 1769), Sœur Marie-de-l’Annonciation, sacramentine de Bollène (Thérèse Faurie, née à Sérignan en 1770), Sœur Saint-Alexis, sacramentine de Bollène (Andrée Minutte, née à Sérignan en 1740), Sœur Saint-François, ursuline de Bollène (Marie-Anne Lambert, née à Pierrelatte en 1742) et Sœur Sainte-Françoise, converse ursuline de Carpentras (Marie-Anne Depeyre, née à Tulette en 1756), Sœur Saint-Gervais, supérieure des ursulines de Bollène (Anastasie de Roquard, née à Bollène en 1749) ;
le 16 juillet

Sœur Aimée, sacramentine de Bollène (Rose de Gordon, née à Mondragon en 1733), 

Sœur Marie-de-Jésus, sacramentine de Bollène (Thérèse Charrensol, née à Richerenches en 1758), 

Sœur Saint-Joachim, converse sacramentine de Bollène (MarieAnne Béguin-Royal, née à Bouvantes en 1736), 

Sœur Saint-Michel, converse ursuline de Bollène (Marie-Anne Doux, née à Bollène en 1738), 

Sœur Saint-André, converse ursuline de Bollène (Marie-Rose Laye, née à Bollène en 1728), 

Sœur Madeleine, ursuline de Pernes (Dorothée de Justamond, née à Bollène en 1743) et 

Sœur du Coeur-de-Marie, cistercienne de Sainte-Catherine d’Avignon (Madeleine de Justamond, née à Bollène en 1754) ;
le 20 juillet :

Sœur Saint-Basile, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Anne Cartier, née à Livron en 1733) ;
le 26 juillet :

Sœur Saint-Augustin, sacramentine de Bollène (Marguerite Bonnet, née à Sérignan en 1719), Sœur Catherine, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Marie-Madeleine de Justamond, née à Bollène en 1724), Sœur Claire, ursuline de Bollène (Claire Dubas, née à Laudun en 1727) et Sœur du Cœur-de-Jésus, supérieure des ursulines de Sisteron (Elisabeth de Consolin, née à Courthézon en 1736).

Elles montèrent toutes joyeusement à l’échafaud, chantant et priant pour leurs persécuteurs qui admiraient leur courage : « Ces bougresses-là meurent toutes en riant ». Les dix autres religieuses détenues furent sauvées par la chute de Robespierre, le 28 juillet, et libérées en I795.

Les corps des martyres furent jetés dans des fosses communes, dans le champ Laplane (à Gabet), situé à 4 kilomètres de la ville, au bord de l’Aygues, et une chapelle y fut bâtie en 1832.

Les 32 religieuses ont été béatifiées par le pape de Rome Pie XI (Ambrogio Damiano Achille Ratti, 1922-1939) le 10 mai 1925.



Source principale : diocese-avignon

BONNE FETE AUX CARMEL ET CARMEN MAIS AUSSI AUX ELVIRE

 

 

 

Virginmartyr Julia of Carthage

Commemorated on July 16

The Virgin Martyr Julia was born in Carthage into a Christian family. While still a girl she was captured by the Persians. They carried her off to Syria and sold her into slavery. Fulfilling the Christian commandments, St Julia faithfully served her master. She preserved herself in purity, kept the fasts and prayed much to God. No amount of urging by her pagan master could turn her to idolatry.

Once the master set off with merchandise for Gaul and took St Julia with him. Along the way the ship stopped over at the island of Corsica, and the master decided to take part in a pagan festival, but Julia remained on the ship. The Corsicans plied the merchant and his companions with wine, and when they had fallen into a drunken sleep, they took Julia from the ship. St Julia was not afraid to acknowledge that she was a Christian, and the savage pagans crucified her.

An angel of the Lord reported the death of the holy martyr to the monks of a monastery, located on a nearby island. The monks took the body of the saint and buried it in a church in their monastery.

In about the year 763 the relics of the holy Martyr Julia were transferred to a women’s monastery in the city of Breschia (historians give conflicting years of the death of the saint: as either the fifth or seventh century).

===

Martyr Alevtina (Valentina) at Caesarea, in Palestine

Commemorated on July 16

The Holy Martyrs Alevtina, Paul, and Chionia were from Egypt. During the persecution against Christians under the emperor Maximian (305-313), they were taken to Palestinian Caesarea. Without the slightest fear they confessed themselves as followers of Christ. In the year 308 the sisters Alevtina and Chionia were burned, and Paul was beheaded.

 

Athenogenes, bishop of Sebaste, and his ten disciples

(311)July 16

"In the time of Diocletian, a fierce persecutor of Christians called Philomarchus came to Sebaste. He arrested and killed many Christians in the town. When he saw Athenogenes and his disciples, he told the elder to sacrifice to the idols, that they should not perish as had the other Christians.

 

 Athenogenes replied: 'O Torturer, those whom you describe as having perished have not perished, but are in heaven and make merry with the angels!' There was a touching moment when a deer, which had been hand-fed by the compassionate Athenogenes, ran up to him and, seeing him in such straits, shed tears. Wild animals of the hills had more pity on the martyrs than did the pagans!

 

 After harsh torture, during which an angel of God comforted them, they were all beheaded, first the priests and fellow workers of Athenogenes and then Athenogenes himself, and went to their heavenly home in the year 311." (Prologue)

 

  The Great Horologion adds "There is a second Martyr Athenogenes commemorated today, mentioned by St Basil... it is said that as this Athenogenes approached the fire, wherein he was to die a martyric death, he chanted the hymn O Joyous Light in praise of the Holy Trinity." This is one way that we know that the vesperal hymn Gladsome Light was in use before the time of St Basil the Great.

Commemorated on July 16

The Chirsk (Pskovsk) Icon of the Mother of God

was initially situated in the Chirsk village church of Pskov diocese, from whence its name "Chirsk". On 16 July 1420, during the time of Great-prince Vasilii Dimitrievich, the archbishop of Novgorod and Pskov Simeon and the Pskov prince Feodor Aleksandrovich were present in Pskov during a time of a deadly pestilence: tears trickled down from the eyes of the Chirsk Icon of the Mother of God. This was reported to authorities in the city of Pskov. Clergy-servers transported the wonderworking icon to Pskov. A church procession was made in meeting the icon. They placed the icon in the cathedral church of the Holy Trinity.

 

© 1996-2001 by translator Fr. S. Janos.

 

DIMANCHE 17 JUILLET:

Anniversaire de ce Dimanche 17 juillet 1429 :

Sacre à Reims du Roi Charles VII. Jeanne d'Arc à la fin de la cérémonie, en présence de tous les seigneurs, se jeta en pleurant aux pieds du Roi, exprima sa joie de le voir enfin sacré et reconnu comme «le vrai roi, celui auquel le royaume de France doit appartenir».
(http://www.editionsfradet.com/la-cathedrale-de-reims-dans-l…)

Jeanne d'Arc entendait les voix de sainte Catherine d'Alexandrie et de sainte Marguerite (Marine) d'Antioche, qui lui apparaissaient et qu'elle voyait « avec les yeux du corps », comme elle l'expliqua à son procès. Saint Michel, montrant à Jeanne d'Arc « la pitié qui était au royaume de France », lui annonça :

« Sainte Catherine et sainte Marguerite viendront à toi, suis leurs conseils, elles ont été choisies pour te conduire et te conseiller en tout ce que tu as à faire : crois ce qu'elles te diront, c'est l'ordre de Notre-Seigneur. »

SAINT ALEXIS

Confesseur, pèlerin et mendiant 
(† 404)


        Saint Alexis fut un rare modèle de mépris du monde. Fils unique d'un des plus illustres sénateurs de Rome nommé Euphémien, il reçut une éducation brillante et soignée.

        L'exemple de ses parents apprit au jeune Alexis que le meilleur usage des richesses consistait à les partager avec les pauvres. Cédant aux désirs de sa famille, le jeune Alexis dut choisir une épouse. Mais le jour même de ses noces, se sentant pénétré du désir d'être uniquement à Dieu et de l'aimer sans partage, il résolut de s'enfuir secrètement, s'embarqua sur un vaisseau qui se dirigeait vers Laodicée, et gagna la ville d'Edesse.

        Là, distribuant aux indigents tout ce qui lui restait d'argent, il se mit à mendier son pain. Il passait la plus grande partie de son temps à prier sous le portail du sanctuaire de Notre-Dame d'Edesse, devant une image de la Vierge. Après dix-sept années passées dans l'abjection et l'oubli le plus total, il plut à Marie de glorifier son serviteur par un éclatant miracle. Un jour, comme le trésorier de l'église passait sous le porche, l'image de Notre-Dame s'illumina d'une clarté soudaine. Frappé de ce merveilleux spectacle, le trésorier se prosterna devant la Madone. La Très Sainte Vierge lui montra Alexis et lui dit : « Allez préparer à ce pauvre un logement convenable. Je ne puis souffrir qu'un de mes serviteurs aussi dévoué soit délaissé de la sorte. »

        La nouvelle de cette révélation se répandit aussitôt dans la ville. L'humilité du Saint s'alarma devant les témoignages de vénération dont il était devenu subitement l'objet. Il quitta donc la ville d'Edesse pour se rendre à Tarse, mais une tempête poussa l'embarcation sur les rivages d'Italie. L'Esprit-Saint lui inspira l'idée de retourner à Rome, sa ville natale, et de mendier une petite place dans la maison paternelle. À la requête de l'humble pèlerin, le sénateur Euphémien consentit à le laisser habiter sous l'escalier d'entrée de son palais, lui demandant, en reconnaissance de ce bienfait, de prier pour le retour de son fils disparu.

        Saint Alexis vécut inconnu, pauvre et méprisé, à l'endroit même où il avait été entouré de tant d'estime et d'honneurs. Tous les jours, il voyait couler les larmes du vieux patricien, il entendait les soupirs d'une mère inconsolable et entrevoyait cette noble fiancée dont la beauté s'était empreinte d'une indicible tristesse. Malgré ce déchirant spectacle, saint Alexis eut le courage surhumain de garder son secret et de renouveler perpétuellement son sacrifice à Dieu.

        Ce Saint, plus qu'admirable, demeura dix-sept nouvelles années dans le plus complet oubli, vivant caché sous les marches de cet escalier que tous gravissaient pour entrer dans une maison qui était la sienne, en sorte qu'il semblait foulé aux pieds de tous. Avec une humilité consommée, il subit sans jamais se plaindre, les odieux procédés et les persécutions des valets qui l'avaient servi autrefois avec tant de respect et d'égards. Saint Alexis passa donc trente-quatre ans dans une âpre et héroïque lutte contre lui-même. Ce temps écoulé, Dieu ordonna à son serviteur d'écrire son nom et de rédiger l'histoire de sa vie. Alexis comprit qu'il allait mourir bientôt, et obéit promptement.

        Le dimanche suivant, au moment où le pape Innocent Ier célébrait la messe dans la basilique St-Pierre de Rome, en présence de l'empereur Honorius, tout le peuple entendit une voix mystérieuse qui partait du sanctuaire : « Cherchez l'homme de Dieu, dit la voix, il priera pour Rome, et le Seigneur lui sera propice. Du reste, il doit mourir vendredi prochain. »

        Durant cinq jours, tous les habitants de la ville s'épuisèrent en vaines recherches. Le vendredi suivant, dans la même basilique, la même voix se fit entendre de nouveau au peuple assemblé : « Le Saint est dans la maison du sénateur Euphémien. » On y courut, et on trouva le pauvre pèlerin, qui venait de mourir. Quand le Pape eut fait donner lecture du parchemin que le mort tenait en sa main, ce ne fut de toutes parts, dans Rome, qu'un cri d'admiration. Innocent Ierordonna d'exposer le corps de saint Alexis à la basilique St-Pierre, pendant sept jours. Ses funérailles eurent lieu au milieu d'un immense concours de peuple.



Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

 Sainte et glorieuse martyre Marine

(En occident : Sainte Marguerite fêtée le 20 juillet)

Marina was born in Antioch of Pisidia to pagan parents; her father was a pagan priest. When she was about twelve years old her mother died, and she was given into the care of a woman who told her of the Gospel of Christ. She was immediately filled with love for Christ and consecrated her life to His service. Her father, hearing of this, was furious and disowned her. When she was fifteen years old, she was brought before the governor Olymbrius, who first desired to marry her and, when she refused, ordered her to make sacrifice to the idols.

 

 She refused and proclaimed herself a Christian. For this she was harshly tortured, imprisoned, and finally beheaded. While she was in prison she was tormented by demons, but drove them away by her prayers. For this reason she is especially invoked for deliverance from demonic possession. One of her hands is preserved at Vatopedi Monastery on the Holy Mountain, and some of her relics are preserved at an Albanian Monastery dedicated to her

Tropaire, t 4

Votre brebis, ô Jésus, * s'écrie de toute la force de sa voix: * C'est Vous que j'aime, divin Epoux, * c'est Vous que je cherche en luttant; * avec Vous crucifiée, * en Votre baptême je suis ensevelie; * pour Vous je souffre, afin de régner avec Vous; * pour Vous je meurs, afin de vivre aussi en Vous; * reçevez comme victime sans défaut * celle qui par amour s'immole pour Vous. * Par ses prières, Ô Dieu de miséricorde, sauvez nos âmes.

Kondakion, t. 3

Parée de splendeur par ta virginité, * tu as ceint, par tes blessures, la couronne des martyrs; * et, purifiée par le sang de tes combats, * resplendissante sous l'éclat des guérisons, * vierge Marine, tu as reçu * la récompense de ta victoire au combat.

Ikos

Dès l'enfance, ayant nourri en ton cœur * un amour enflammé pour le Christ ton époux, * vénérable vierge martyre, tu courus * vers les eaux sans cesse jaillissantes, comme biche assoiffée; * jusqu'au martyre ayant gardé ta virginité, * tu as gagné la pure chambre nuptiale du Créateur * en épouse glorifiée, * parée de brocarts et couronnée de victoire, * resplendissante porteuse de lampe allumée * et de ton époux ayant reçu * la récompense de ta victoire au combat.

Exapostilaire (t. 3)

Marine, martyre du Seigneur, * sa virginale épouse resplendissante de beauté, * sauve ton peuple et ta cité * en priant Dieu d'épargner à chacun * les malheurs qui nous menacent et toute sorte de péril.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amîn

Et toi, Mère de Miséricorde, Citadelle couverte d'or, * ville aux douze remparts, * trône baigné par le Soleil * et siège du grand Roi, * merveille impossible à saisir, * comment allaites-tu notre Seigneur? Vierge Toute Sainte, intercède pour nous qui nous confions à ta protection maternelle!

Royalty and martyrdom were joined together, O blessed ones, / In

 

your death for righteousness and right belief, O wise Sovereigns, /

 

Nicholas and Alexandra, with your five children. / Hence, Christ our

 

God counted you worthy of thrones in Heaven; / And with twofold

 

crowns of glory, / You reign forever, adorned with grace divine.

 

Pourquoi méritait-elle d'être exaltée au-dessus de toutes les créatures ?

CARMEN 16 JUILLET

" L'humilité est le fondement et la gardienne des vertus ". C'est saint Bernard qui parle ainsi, et certes avec raison. Sans l'humilité, en effet, aucune autre vertu ne peut exister. Qu'une âme les possède toutes, toutes s'évanouiront si elle perd l'humilité. Au contraire, écrivait saint François de Sales à sainte Jeanne de Chantal, " Dieu aime tant l'humilité, qu'il accourt aussitôt où il l'aperçoit ". 

Cette vertu, si belle et si nécessaire, était inconnue au monde, mais le Fils de Dieu est descendu sur la terre, pour l'enseigner par son exemple. Et c'est spécialement en cela qu'il nous invite à l'imiter.

" Apprenez de moi, nous dit-il, que je suis doux et humble de coeur "

(Mt 11,29). 


La très sainte Vierge fut la première et la plus excellente disciple de Jésus-Christ, aussi fut-elle la plus parfaite imitatrice de son humilité, et c'est par cette vertu qu'elle mérita d'être exaltée au-dessus de toutes les créatures. Sainte Mechtilde lui ayant un jour demandé quelle avait été la première vertu à laquelle elle s'était exercée dès son enfance, Marie répondit :

Ce fut l'humilité.

 

www.santorosario.net

« Ô Vierge Marie, aidez-nous à assurer à l’Esprit Saint la fidélité

 

qu’Il attend de nous.


Fortifiez notre foi, si faible parfois, qui doit traverser l’obscurité, passer au-delà de toutes les angoisses, pour aller à Dieu et croire en Lui.

Aidez-nous aussi à Lui donner la fidélité de l’amour dans toute notre vie, notre vie quotidienne et notre vie à venir.

Aidez-nous à Lui dire :

« Je Vous donne déjà tout l’amour, toute la fidélité d’amour que Vous attendez de moi. Maintenant et dans l’avenir, demain, dans dix ans, dans vingt ans, jusqu’au dernier soupir, que je tienne cette fidélité d’amour ».

Amen. »

(Prière du Père Eugène)

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

ACTION ET CONTEMPLATION,

PRIERE ET ACTIVITE,

COMPLEMENTARITE:

 

Par Saint Bernard

(1091-1153), moine cistercien et docteur de l'Église 
3ème Sermon pour l'Assomption (trad. Béguin, Seuil 1953, p. 1002 rev.) 

 

Marthe et Marie

 

Qui mieux que ceux qui ont la charge d'une communauté méritent qu'on leur applique ces paroles :

« Marthe, Marthe, tu te soucies de bien des choses » ?

Qui s'inquiète de beaucoup de choses sinon celui à qui il incombe de s'occuper aussi bien de Marie la contemplative que de son frère Lazare et d'autres encore ?

Vous reconnaissez Marthe inquiète et accablée de mille soucis : c'est l'apôtre qui a « le souci de toutes les Eglises » (2Co 11,28), qui veille à ce que les pasteurs prennent soin de leurs ouailles.

« Nul n'est faible que je ne le sois avec lui, dit-il, et nul n'est scandalisé sans que je sois brûlé aussi » (v. 29).

Que Marthe reçoive donc le Seigneur dans sa maison, puisque c'est à elle qu'est confié la direction du ménage...

Que ceux qui partagent ses tâches reçoivent aussi le Seigneur, chacun selon son ministère particulier ; qu'ils accueillent le Christ et qu'ils le servent, qu'ils l'assistent dans ses membres, les malades, les pauvres, les voyageurs et les pèlerins. 

Tandis qu'ils assument ces activités, que Marie demeure en repos, qu'elle connaisse « combien le Seigneur est doux » (Ps 33,9).

Qu'elle ait bien soin de se tenir aux pieds de Jésus, le cœur plein d'amour et l'âme en paix, sans le quitter des yeux, attentive à toutes ses paroles, admirant son beau visage et son langage.

« La grâce est répandue sur ses lèvres ; il est plus beau que tous les fils des hommes » (Ps 44,3), plus beau même que les anges dans leur gloire.

Connais ta joie et rends grâce, Marie, toi qui as choisi la meilleure part. Heureux les yeux qui voient ce que tu vois, les oreilles qui méritent d'entendre ce que tu entends !

(Mt 13,16)

Que tu es heureuse surtout d'entendre battre le cœur de Dieu dans ce silence où il est bon pour l'homme d'attendre son Seigneur !

 

See original image

 

 

DU CÔTE DE NOS FRERES AÎNES LES SAINTS...

 

 

 

 

Toujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons...

 

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

 

 

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)

 

 

See original image

EN VRAC...ÉLÉMENTS ÉPARS POUR VOTRE

 

RÉFLEXION PERSONNELLE ET...ALIMENTER

 

VOTRE PRIERE...

 

 

 

 

===

Nice est endeuillée par le pire attentat de son histoire. Un camion a foncé dans la foule hier soir peu avant minuit sur la célèbre Promenade des Anglais. Un bilan provisoire fait état de 80 morts et d’une centaine de blessés. Le camion, un semi-remorque de plusieurs tonnes a parcouru plusieurs centaines de mètres au milieu des passants avant d’être intercepté.

Le terroriste, seul à bord de son véhicule, aurait vidé ses chargeurs sur la foule depuis l’habitacle avant d’être abattu selon plusieurs témoins. Son identité n’est pas encore connue.

La confusion règne toujours sur place.

La triste habitude des attentats, 


pourtant logiques pour cause de dhimmitude.

 

La nuit du 13 au 14 juillet, feu d’artifices à Verneuil-sur-Avre, suivi d’un bal populaire sur la place de la Madeleine. On fêtait quoi ? Pas un seul lampion tricolore, le podium où se trouvait l’orchestre n’était pas pavoisé. Après une soirée de travail, une famille au grand complet se rend sur la place, déçue par l’ambiance... choquée aussi par la présence massive de “djeuns” en djellabah, se met à chanter la “Marseillaise”. C’est la Fête nationale, bigre ! Voilà qu’elle s’est faite insulter “la coupe d’Europe, c’est fini, bouffons” ou encore “fiotes”... Depuis longtemps le maire (socialiste, ex-trotskiste) de Verneuil était rentré chez lui, mais la police municipale était là, sans réaction face à des Français se faisant insulter pour avoir chanté l’hymne national un soir de Fête nationale.

Voilà où nous sommes arrivés dans une ville normande de 7.000 habitants à 110 km à l’ouest de Paris. Les non-assimilés ne se sentent pas Français, et se permettent d’insulter des Français.

Le 14 juillet au soir, un camion a foncé dans la foule des plus de 100.000 personnes entassées sur la promenade des Anglais à Nice, venus en famille voir le feu d’artifices du 14 juillet. Des dizaines de morts (près d’une centaine tout de même), des centaines de blessés (dont des dizaines dans un état très grave).

La télévision publique et les chaînes de désinformation ont osé parler de “camion fou” ou de “déséquilibré”. Cela me fait vomir. Il faut appeler un chat un chat et nous avons basculé subrepticement dans une société veule, qui “ne veut pas faire d’amalgame”. Un seul mot convient : dhimmitude. Soumission de la France aux ordres barbares, aux salafistes.

Flanby 1er “s’indigne” et organise des “marches”, mais sans arme autre qu’un camion (volé?) un terroriste islamiste sème la terreur et la barbarie en plein coeur d’une foule nombreuse, car on n’avait “pas pensé” (c'est ballot) à sécuriser par des barrières et des forces de l’ordre les accès à cette promenade des Anglais.

L’an dernier, il y a eu un attentat le 14 juillet, à l’heure du défilé, contre les dépôts pétroliers proches de Marseille. On a enterré vite fait l’affaire. La lâcheté a un prix énorme. Notre société commence à payer sa dhimmitude.

Le candidat (ex-Premier ministre) Alain Juppé, comme trop de maires de grandes villes, laisse les salafistes prêcher dans les mosquées (construites sur des terrains quasiment offerts par les communes).

Comme le dit très bien l’ancien gendre de Michel Noir, Pierre Botton : “l’islam représente 70% des prisionniers, soit on y entre musulman, soit on s’y converti pour ne pas avoir d’histoires”, il ajoute (BFM TV, le 14 juillet au matin, interview de Jean-Jacques Bourdin) que même les surveillants se radicalisent, désormais.

Pas besoin d’arme à Nice : juste un camion aura suffit pour faire basculer la fête dans l’horreur. L’islamisme tue. Les Français sont dans le deuil.

 

(Source: N. Miguet sur Facebook)

A Prayer for the Victims of Terrorist Attack in ‘Nice’ by Fr Alexander Kurien

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on JULY 15, 2016

in FEATURED NEWSNEWS

 

Rev Fr Alexander Kurien ( The Deputy Associate Administrator of the Office of U.S. Government-Wide Policy)15/7/16

A Prayer for the Victims of Terrorist Attack in Nice, Southern France (More than 80 Killed and several others injured)

+MEMORY ETERNAL+

The Heart is Paining so Much —- Prayer for the Victims of the Deadly Terrorist Attack in Nice, France. Let us show our Solidarity against such inhumane Act: Heavenly Father hear us at this time of unbearable pain and disbelief from another the inhumane barbaric act of violence.

It is only You that can heal our wounds and ease our pain – we need Your Peace, Your Comfort, Your Touch, Your Love and assistance. We also pray for the emergency responders assisting the Victims. Guide us to live in harmony with one another, respectful of each other’s human rights and human dignity. We ask this in your precious Holy Name.

Amen!!!

 



Aujourd'hui, notre pays est une fois de plus endeuillé par les conséquences d'un acte meurtrier, d'un acte barbare.

A Nice, l'horreur a de nouveau frappé notre pays.

Je vous propose la prière suivante pour les victimes, leurs familles et la conversion des bourreaux:

 

Dieu des esprits et de toute chair, Qui avez vaincu la mort et anéanti la puissance du démon, Vous qui avez donné la vie au monde, accordez, Seigneur, aux âmes de Vos serviteurs et de Vos servantes morts sous les coups des barbares, le repos, là où il n'y a ni douleur, ni larmes, ni gémissements. 

Pardonnez-leur tous les péchés qu'ils ont commis en paroles, en actions et en pensées, car Vous êtes Le Dieu bon et ami des hommes. 

Il n'y a pas d'homme qui vive et qui ne pèche pas, Vous seul êtes hors du péché, Votre Justice est la Justice éternelle et Votre Parole est la Vérité. 

Eclairez nos persécuteurs, conduisez-les vers la vérité toute entière pour que s'étende Votre règne d'Amour de Justice et de Paix !...

Car Vous êtes la Résurrection, la Vie et le repos de Vos fils et de Vos filles défunts, Ô Christ notre Dieu, et nous Vous rendons gloire, avec Votre Père éternel et Votre très Saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

Amîn

 

Cher fils et filles de notre métropolie (Archidiocèse) *, et vous, chers amis, pendant que d'aucun parmi nos frères Chrétiens d'Orient sont prêts à chaque instant de donner leur vie pour le Christ et Son Evangile d'Amour, de Vérité et de Paix, c’est donc le cœur serré, étreint d’une douleur indicible qui se ravive à chaque nouvel acte de violence que je vous demande instamment de faire en sorte que ces mois de vacances pour plusieurs soit en tous cas pour tous et chacun l'occasion de se rapprocher du Seigneur et de témoigner paisiblement mais courageusement de notre très sainte foi !


Que la mère de Miséricorde chemine avec vous qui demeurez toujours dans mon cœur sacerdotal ! Aloho m'barekh (Dieu vous bénisse) !
+Métropolite Mor Philipose-Mariam

* Métropolie de l'Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone Mar Thoma 

Une Messe (Quadisha Qurbana) sera célébrée dimanche 17 Juillet à 10:30 en l'Eglise du Monastère Syriaque pour les victimes, leurs familles, la conversion des bourreaux

-Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde

Brévilly
61300 CHANDAI
Tel: 0233247958

courriels: asstradsyrfr@laposte.net

===

Les premiers témoignages d'amitié et de CONDOLEANCES:

Dear Respected Your Eminence Greetings.

I was shocked to hear about the terrorist attack in Nice Southern France.

I hope everything is fine with you. I hope all our church members are fine and safe. We keep all people in our prayers.

May god strength everyone in France.

May the souls of departed rest i eternal peace. regards

George Alexander

Cher et Respecté, Votre Eminence

J'ai été choqué d'entendre parler de l'attaque terroriste à Nice Sud de la France.

J'espère que tout va bien pour vous.

Je souhaite que tous nos membres de l'Eglise sont très bien et en toute sécurité.

Nous les gardons tous dans nos prières.

Que Dieu donne la force tout le monde en France.

Que les âmes des défunts reposent dans la paix éternelle.

Cordialement

George Alexander

 

De Mor Melethius Métropolite / From Mar Melethius:

 

May it please your Eminence.
Let me at the outset share the sadness of what happened in France two days back.

Terrorists represent no religion, jut their ignorance of religion and god. unfortunately lot of people are of this style.

I send you my condolences on the death of the innocent victims of the act of violence and also express my sympathy with those who lost their dean ones and those who are in the hospital.
(...)

Let us wait and see.
I am in Orlando for visit of parishes and people.

Kindly pray for me and my travel.


With fraternal love and prayers


Hasyo Mor Meletius

 

Qu'il plaise à Votre Eminence.
Permettez-moi de m'unir à la  la tristesse de ce qui est arrivé en France deux jours en arrière.

Les terroristes ne représentent pas la religion, ils témoignent de leur ignorance de la religion et de Dieu.

Malheureusement, beaucoup de gens sont de ce style.

Je vous envoie mes condoléances pour le décès des victimes innocentes de l'acte de violence et aussi exprimer ma sympathie à ceux qui ont perdu leurs proches  ainsi qu'à ceux qui sont à l'hôpital.
(...)
Je suis à Orlando pour visiter des paroisses et des personnes.

Veuillez prier pour moi et mon Voyage.


Avec l'amour et la prière fraternelle


Hasyo Mor Meletius

+++

Certes l’Europe n’est pas la seule touchée,

certes une vie en vaut une autre et la guerre qui ensanglantait encore Bagdad il y a une dizaine de jours (200 morts dans l’attentat du 04 juillet) est la même qui fit couler le sang à Nice ce jeudi 14 juillet, mais dans ces quelques lignes, c’est de l’Europe dont je voudrais parler.

Mais peut-être qu’on parle trop ? A nouveau, avec une routine abjecte à force de devenir banale, les mêmes étapes vont se succéder : consternation, interrogation sur le comment puis sur le pourquoi de l’acte d’horreur, biographie insipide de l’assassin étalée dans tous les médias, déclarations creuses de la caste politique qui espère faire oublier les manquements dans la sécurité malgré l’état d’urgence, qui indécemment espère récupérer l’émotion à son compte, puis retour à la normale, pesante, étourdissante, jusqu’à la prochaine fois…

Comme à l’habitude, on ratera l’essentiel ou on moquera ceux qui oseront dire la vérité.  A savoir que ce qui se joue ici (et il ne faut pas se leurrer, ce n’est que le début), a une valeur eschatologique.  Il s’agit ni plus ni moins de l’une de ces grandes offensives que le mal lance régulièrement contre la civilisation et contre la chrétienté. Christ nous avait prévenu que ce genre de temps arriveraient « Ils vous excluront des synagogues; et même l’heure vient où quiconque vous fera mourir croira rendre un culte à Dieu.  Et ils agiront ainsi, parce qu’ils n’ont connu ni le Père ni moi. » (Jean 16 ; 2-3)

Même si aujourd’hui la France sclérosée par le laïcisme athée dénie son rôle et sa vocation de « Fille aînée de l’Eglise » (ce qui est tragique), même si aujourd’hui nous partageons notre citoyenneté avec nos frères musulmans, juifs, bouddhistes,… (ce qui est une chance), du point de vue de Dieu, la France n’a pour autant pas perdu sa vocation divine.

Mais peu à peu, le peuple chrétien commence à redresser la tête, à secouer les chaînes de l’athéisme, à retrouver son charisme.  Peu à peu, il se rend compte qu’il ne peut laisser ses soeurs se faire vendre comme esclaves, ses frères se faire massacrer comme des chiens sur son propre sol ou en Orient. Face à la barbarie des armées sataniques, le silence et l’inaction sont complicités. Il est temps que les citoyens chrétiens rejettent l’attentisme culpabilisé dans lequel on les calfeutre depuis des décennies, il est temps que l’oriflamme du Christ claque à nouveau sous le vent de l’Esprit, il est temps que la France se réveille !

Nos gouvernements occidentaux ont détruit la relative stabilité du Moyen Orient, transformant l’endroit en couveuse chaotique où ont pu éclore les œufs infâmes du djihadisme. Nos gouvernements toujours, continuent, malgré tout, à faire des courbettes à ceux qui nourrissent la bête ou l’une de ses têtes salafistes, frèristes, wahabites…. Nos gouvernements enfin, n’ont que faire des populations souffrant sous le joug de l’étendard noir, n’ont que faire des tumeurs cancéreuses installées sur leur propre sol. Ils font des frappes chirurgicales ou des perquisitions ridicules pour nous leurrer ou encore des grandes déclarations guerrières non suivies d’actes sur le terrain car dans ce jeux de dupes, chacun espère utiliser les monstres dans son intérêt propre : qui pour faire tomber un allié de la Russie, qui pour favoriser telle corporation, qui pour affaiblir les Kurdes, qui pour frapper les Chiites…

Non, il n’est plus temps de parler mais d’agir.  A nous, citoyens chrétiens de France et d’Europe de trouver les formes de cette action : think tank, lobbies, partis politiques chrétiens,… A nous d’être une nouvelle génération d’hommes et de femmes d’engagement.

Dimanche, lorsque sonnera l’appel à la messe, puisse le son des cloches être à la fois le tocsin qui nous réveille, nous prévienne du danger immense qui plane sur le monde mais puisse-t-il être aussi le glas de ce monde gouverné par les intérêts des compagnies privées et des gouvernements qui sont à leurs bottes.

La faiblesse, l’indifférence, le relativisme et l’attentisme ne sont plus excusables. Dans quel monde voulons-nous vivre ?

Entre les zélotes sanguinaires et le sécularisme nihiliste et cynique, nous ne pouvons plus rester pantois et laisser le champ libre aux ennemis de l’humanité. Car la présence des démons Daesh et assimilés ne doit pas cacher l’action de Mammon et de ses sbires, promouvant la culture de mort et de consommation. L’intégrisme religieux et le sécularisme outrancier sont les deux faces d’une même pièce que l’Adversaire jette à sa guise, tantôt pile, tantôt face, avec pour seul but la destruction de la civilisation.

Il faut que tous les hommes de bonne volonté entendent l’appel de l’Esprit à repenser et à refonder notre société sur des valeurs saines.  Il est temps d’inventer une nouvelle manière de mettre en pratique la puissance infinie inspirée par la Bonne Nouvelle.  Temps de vivre et de faire tourner la France et l’Europe autrement.  Temps de retrouver notre exigence éthique, spirituelle, morale et lui faire porter des fruits innovants qui pourront nourrir cette modernité devenue folle.

Que les Chrétiens s’affirment à nouveau car c’est sur leur absence, dans le vide créé par le nihilisme, que grandissent les pousses du mal.  Mais qu’ils s’affirment sans animosité pour leurs concitoyens d’autres confessions.  Qu’ensemble, Chrétiens, Musulmans et Juifs soucieux de Dieu et de l’Homme, désireux d’un monde juste, fort et harmonieux, soyons unis et debout pour rejeter fermement l’oeuvre du mal !

Que Marie nous protège et nous guide ! Qu’elle nous montre le chemin vers Dieu !

(Source Aleteia/ Article de r Sébastien Morgan)

Pour Alexandre Mendel, auteur de « La France djihadiste », la France ne réagit pas suffisamment face aux terroristes islamiques.

«On mène la guerre, mais on a peur d’être condamné par la Cour européenne des droits de l’homme. Ca ne sert absolument à rien. Il faut des méthodes de guerre. On sait où ces gens habitent , mais on n’ose pas aller dans leurs appartements, fermer leurs mosquées.

 Au lieu de ça on les fait signer des chartes républicaines les engageant à arrêter de prôner le djihad. Ils ont un temps d’avance énorme sur nous, parce que des gens avec des méthodes simples, profitent d’un Etat très faible pour réaliser des attentats extrêmement meurtriers. Le vrai problème c’est qu’il y a un islam radical qui concerne 15 000 personnes au minimum en France et qui est prêt à passer à l’action, seul ou accompagné.

Non seulement aujourd’hui la France est blessée dans sa chair, mais elle est blessé également dans ce qu’elle représente, ses forces armées. Comment se fait-il que dans un pays en état de guerre des imams dont on sait qu’ils prêchent le djihad sont toujours en liberté ? On ne répond pas fermement aux actions terroristes. 

Puisqu’on est en état de guerre, faisons la guerre et on pensera ensuite à la Cour européenne des droits de l’homme. Il faut mettre en prison des imams, aller d’appartement en appartement, d’immeuble en immeuble, de salle de prière en salle de prière, arrêter ceux dont on connaît les identités et les sympathies pour le djihad. 

Je pense que ce qui s’est passé à Nice n’est qu’un hors-d’œuvre de ce qui va se passer à la rentrée. La force de Daesh est de viser symboliquement les choses qui vont mettre la France en guerre civile. »

RT

+++

QUE PENSER DU "COUP D'ETAT" EN

 

TURQUIE ?

 

 

 

Alors que de forts soupçons pesaient devant l’agitation inhabituelle de l’armée et que l’inquiétude croissait, le premier ministre turc Binali Yildrim a confirmé : la Turquie faisait face à une tentative de coup d’état émanant de l’armée.

Depuis la réélection contestée du Président,  on a pu constater une certaine dérive totalitaire : fermeture des médias libres ou d’opposition, mainmise sur la liberté de la presse et de l’information…  Et un Erdogan d’apparence de moins en moins hostile à un certain rigorisme islamique englué dans des affaires de corruption touchant toutes les strates du pouvoir.

Il est une chose qu’il faut savoir et comprendre concernant l’état turc moderne : fondé sur les valeurs de la laïcité, du populisme et de la démocratie, la Turquie de Kemal  Ataturk accorde à l’armée un rôle central si ce n’est prioritaire, l’armée est en effet déclarée gardienne des principes kémalistes. Fonction qui faisait d’elle le dernier véritable contrepouvoir face à la toute puissance politique de l’actuel chef d’état turc. Un grand paradoxe pour Erdogan puisqu’il a été comparé de nombreuses fois à Kemal et c’est aujourd’hui l’armée, gardienne du kémalisme, qui tente de lui barrer la route.

Les faits

Dans la nuit du 15 au 16 juillet, les forces armées turques se sont déployées à Ankara et Istamboul. Elles ont arrêté leurs chef d’état-major, proche du pouvoir, verrouillé les ponts et les accès stratégiques et pris position dans les principales chaines d’information.

Décrétant la loi martiale et le couvre-feu, l’armée a ensuite déclaré tenir le pays. Information démentie par le président Erdogan qui, en direct à la télévision, via le smartphone de la présentatrice, a rappelé qu’il était le chef de l’état et que les traitres responsables de ce coup d’état seraient sévèrement punis.

La déclaration du Président est intervenue alors que le chef d’état-major est aux mains des  putschistes et que son numéro deux, Umit Dündar s’est désolidarisé du coup d’état en cours. On ne sait donc pas encore de manière certaine qui est aux commandes. Mais tous les regards se tournent actuellement vers la Pennsylvanie, lieu d’exil de Fethullah Gulen, grand opposant à Erdogan, favorable à une démocratie intégrale et au dialogue interreligieux. Il est considéré comme un modéré. Jean-Paul II l’avait d’ailleurs rencontré. La piste Gulen n’est pas à exclure puisqu’il compte de nombreux soutiens dans l’armée.

Toutefois, à l’appel du Président Erdogan, des milliers de turcs le soutenant sont descendus dans la rue, certains chars et avions de combat ont ouvert le feu aux alentours du Parlement, et d’après des témoins locaux, des soldats auraient été lynché aux cris de « Allah Akhbar ». Erdogan bénéficie encore de nombreux soutiens, notamment dans le peuple. La police a également appelé à manifester contre le coup d’état, la partie semble donc chaude pour les militaires qui ont dû tirer à plusieurs reprises. Des rassemblements se multiplient sur tout le territoire turc. Depuis Washington le président Obama a appelé à soutenir le gouvernement turc « démocratiquement élu » et à « éviter les bains de sang ».

On a cette nuit du mal à entrevoir comment sans soutien populaire et sans s’être assuré de la personne d’Erdogan et maintenant que ce dernier bénéficie du soutien américain, les putschistes puissent réussir leur entreprise de prise de pouvoir.(Source Aleteia)

QUI DIT VRAI ?...

erdogan-obama

La tentative de renversement du régime d’Erdogan à Ankara, aurait été menée, non par des islamistes plus radicaux encore que le Frère musulman qu’est Erdogan, -comme l’affaire est présentée en France-, mais par des soldats nationalistes-kémalistes, c’est-à-dire anti-islamistes. Ceux-ci ont annoncé vendredi la prise de pouvoir par l’armée. Leur but aurait été de dénoncer la dérive dictatoriale du frère musulman Erdogan et son alliance implicite avec les terroristes islamistes dont il recyclait le pétrole volé en Irak et en Syrie:

« De nombreux Turcs sont sortis dans les rues pour manifester leur satisfaction de se débarrasser de leur tyran, alors que les affrontements faisaient rage entre les militaires nationalistes-kémalistes et les loyalistes aux Frères musulmans.

Après 18 heures d’affrontement et d’incertitude, le basculement s’est produit avec l’intervention de l’aviation de l’OTAN qui a bombardé les positions des rebelles nationalistes. Au moins 100 personnes, dont 17 policiers à Ankara, ont été tuées durant ces affrontements. Des tirs depuis des hélicoptères ont été rapportés, et des bombes ont touché le Parlement.

Des tirs et des explosions ont été également entendus dans la capitale Ankara durant toute la nuit du vendredi à samedi, alors que les grandes artères d’Istanbul et les ponts enjambant le Bosphore ont été bloqués par les militaires nationalistes.

Un total de 1563 militaires ont été arrêtés en lien avec cette tentative de renversement du régime islamiste. En outre, cinq généraux et 29 colonels ont été démis de leurs fonctions. (…)

Rassuré par ses amis Américains, Recep Tayyip Erdogan, qui était en vacance, a atterri à Istanbul juste avant l’aube et a déclaré que le gouvernement restait maître de la situation. 

Le boucher d’Istanbul se savait menacé d’où sa récente tentative de rapprochement avec Poutine, son opération de charme à l’égard d’Israël et sa tentative de réconciliation avec l’Égypte à laquelle le président Abdelfattah Al-Sissi a répondu par une fin de non recevoir. Le renversement du régime islamiste que les Américains ont installé en Turquie il y a près de quinze ans a certes échoué. Mais le Frère musulman Erdogan est incontestablement fragilisé. » (Source)

Une version diamétralement différente de celle présentée par Erdogan, –l’ami d’Angela Merkel–  et reprise en boucle par les gros médias français.

Sur le même thème: 

(Source :M.P.I  /  emiliedefresne@medias-presse.info)

 

===

His Eminence or Melethius in the Seminar

on "Church and Mental Health"

at St. Gregorios Orthodox Church,

Tampa, Florida. Jly 16, 2016

 

===

 

Calculer ses droits à l'aide juridictionnelle, consulter un avocat, obtenir un casier judiciaire : c'est ce que propose le portail "Justice.fr".

On connait l'adage "Nul n’est censé ignorer la loi", mais dans les faits la Justice et le droit restent quelque chose d’assez mystérieux pour bien des citoyens. Les choses sont en train de changer. Modernisation : c’est le mot d’ordre au ministère de la Justice qui est un de ceux qui ont le moins profité jusqu'ici de l’arrivée des nouvelles technologies. Régulièrement, on apprend dans les médias en général qu’un criminel condamné est sorti de prison parce qu’un document administratif important n’a pas été transmis dans les temps, et l’on s’arrache les cheveux en apprenant que c’est à cause d’un fax qui n’avait plus d’encre ou plus de papier.

Ce qui change, c’est que désormais, tout justiciable peut faire appel à la justice en passant par le nouveau portail du ministère, Justice.fr. Comme la justice est un sujet complexe, c’est surtout la manière de restituer l’information qui a été repensée. Pour naviguer dans le site, les informations vous sont présentées sous la forme d’une carte heuristique. Cette technique consiste à vous présenter, à partir d’un mot ou d’une question qui correspond à votre recherche ou votre requête, toute une série d’autres mots ou possibilités, étalées comme les pétales d’une fleur. Quand vous déplacez votre souris sur l’un de ces pétales, d’autres possibilités se déplient aussitôt.

Dans ces pétales, on trouve 120 formulaires nécessaires pour saisir la Justice. Le site vous indique aussi quelle juridiction saisir pour quel problème. Pour cela, plus de 300 fiches thématiques, en fonction du problème rencontré, sont accessibles et téléchargeables, ainsi que 240 notices d’orientation. Tout cela n’a pas été conçu tout seul dans son coin par les fonctionnaires du ministère de la Justice, mais en partenariat avec toutes les autre professions du droit : des avocats, des notaires, mais aussi des associations de consommateurs, des associations de victimes, des associations familiales.

Dernière chose : ceux qui sont engagés dans une action en Justice le savent, il est très difficile de savoir où en est son affaire. À partir de 2017, le portail justice.fr devrait permettre de suivre directement en ligne l’évolution d’un dossier.

Tous les vendredis, retrouvez la chronique de Jean-Baptiste Giraud, rédacteur en chef d'Economiematin.fr, dans RTL Petit Matin.

SOURCE

 

===

LE GRAND RABIN DE FRANCE PARLE

 

POUR UNE HUMANITE PLUS FORTE:

Aleteia : Pour quelles raisons avez-vous souhaité intervenir lors de cette session « Découverte du judaïsme » à Paray-le-Monial ?
Haïm Korsia : 

Cette session judéo-chrétienne est un moment de grande proximité, d’intérêt et de non-indifférence ! Mais également, et je suis aussi clairement venu pour cela, j’ai une affection respectueuse pour le cardinal Barbarin. Paray-le-Monial est un lieu très fort pour les chrétiens mais c’est avant tout un lieu d’Histoire de France.

Où en est le dialogue judéo-chrétien actuellement ? Voyez-vous une avancée ces derniers temps ?
Avec Vatican II, ce dialogue est passé du temps du mépris au temps de l’estime. Cinquante ans après, nous sommes arrivés au temps de la co-responsabilité. Nous sommes responsables ensemble de la société que nous construisons et nous devons tracer des voies ensemble.

On ne peut que remarquer la complicité certaine entre le cardinal Barbarin et vous-même. Ces amitiés interreligieuses sont-elles un élément nouveau ?
J’ai été aumônier militaire et à ce poste je travaillais régulièrement avec des prêtres, des pasteurs, des imams ; nous avons l’habitude de travailler avec les autres cultes. J’ai une amitié célèbre avec le père de la Morandais car nous animions une émission ensemble ainsi qu’avec Malek Chebel. Nous, juifs, entretenons une vraie proximité, que ce soit avec les chrétiens ou avec les musulmans, et nous avançons de la même manière. Chaque fois que nous pouvons faire des choses ensemble – distinctement, il ne s’agit pas de faire du syncrétisme –, nous créons une humanité plus forte.

De manière concrète, qu’attendent les juifs des chrétiens ?
Nous l’attendons de tout citoyen, sans segmenter par culte, mais le christianisme dans sa recherche de ses racines juives répond parfaitement à notre demande. Nous demandons seulement à être compris dans ce que nous vivons, ce que nous sommes. Le dernier texte du pape François à ce sujet il y a six mois est remarquable signé par le Pape : cette déclaration explique simplement que les juifs ne sont pas une terre de mission, au sens où il n’y a pas d’objectif à engager une campagne prosélyte. C’est remarquable ! Ce dont nous avons besoin, ce sont des temps de partage et de connaissance.

En quoi est-il important que la communauté juive reste en lien avec les chrétiens ?
Nous ne vivons pas sur une île. Nous vivons ensemble. Notre monde est un monde qui se partage et cela ne peut se faire que par la connaissance. Les chrétiens peuvent apporter aux juifs leur fraternité et de nouvelles formes de solidarité.

(Propos recueillis par Mathilde Rambaud  pour Aleteia notre source)

 

===

 

L'envoyé spécial de l'Onu en Libye Martin Kobler a apprécié à leur haute valeur les efforts de la Russie visant à normaliser le processus politique dans ce pays arabe et a formulé les objectifs majeurs dans le cadre du règlement.

"J'apprécie vraiment la politique constructive du gouvernement russe. J'estime qu'il est très important d'utiliser les leviers dont dispose la Russie pour contraindre le général (rebelle) Khalifa Haftar à joindre l'accord politique sur la Libye", a-t-il dit à Sputnik à propos du rôle potentiel de Moscou dans le règlement libyen.

M.Kobler a noté que la Russie était un membre très important du Conseil de sécurité de l'Onu et qu'elle jouait un rôle extrêmement positif dans le règlement de la crise libyenne.

"Le Conseil de sécurité a déclaré que l'accord politique libyen était une feuille de route et qu'il n'y avait nul besoin d'aucun autre plan. La Russie accorde une grande aide pour que les deux parties du pays – occidentale et orientale – se réunissent", a-t-il ajouté.

 

L'émissaire de l'Onu a également défini les objectifs majeurs qu'il fallait réaliser en Libye. L'objectif numéro un est, selon lui, la mise sur pied d'une armée unique afin de combattre Daech. Cependant, l'exécution de l'accord sur le règlement libyen et le renforcement de l'économie revêtent également une importance prioritaire.

 

Le 31 mars dernier, un gouvernement d'entente nationale dirigé par le premier ministre Sayez el-Sarraj est entré en fonction en Libye. Le gouvernement espère pouvoir rétablir l'unité du pays, qui est au bord de la désintégration depuis le renversement en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi. Certaines régions libyennes demeurent sous le contrôle des djihadiste liés au groupe terroriste Daech.

source

 

 

===

 

Lu Dans "L'Orient Le Jour" du 13/7/2016 

« C'est un appel au secours discret mais réel »
 
que le patriarche maronite
 
a lancé  en direction
 
de la France,
 
par l'intermédiaire du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, estiment des sources proches de Bkerké. Un appel qui ne diffère pas, fondamentalement, de celui que le chef de l'Église maronite a déjà adressé, à diverses reprises, au président François Hollande, qu'il a encore rencontré en avril dernier au Liban et de nouveau le 9 mai à Paris.
« Aidez le Liban de toutes les manières possibles à rester lui-même, un modèle de pluralisme et de tolérance, faites tout pour l'aider à dissocier l'élection présidentielle au Liban du conflit qui déchire la Syrie et de la mortelle rivalité entre l'Iran et l'Arabie saoudite », dit en substance cet appel selon ces sources.
Mais la demande est faite avec la tragique conscience qu'il est peut-être trop tard. Ce quasi-désespoir filtre dans le discours adressé par le patriarche au ministre français : « Il faut reconnaître cependant qu'ils (les groupes et blocs parlementaires libanais) sont déjà dépassés par les interférences régionales. »
L'amertume du patriarche se reflète aussi dans la partie de son mot consacrée aux richesses pétrolières et gazières du Liban qui, dit-il, sont « déjà en voie de spoliation », cette vérité étant laissée en demi-teinte, sans précision sur la partie responsable de cette spoliation : Israël, qui empiète sur notre zone économique exclusive, ou des acolytes libanais qui s'apprêtent à se partager le gâteau. Le patriarche a déjà dénoncé en termes criants la corruption interne de la classe politique libanaise en cette époque de relâchement total de l'autorité centrale de l'État, et il n'est pas impossible que cette ambiguïté soit voulue.
Désertification culturelle de l'Orient
Pourtant, le patriarche ne semble pas vouloir désespérer totalement de la communauté internationale. Le voilà réclamant en effet l'extension de la mission de protection de la Finul aux frontières orientales du Liban. Du relativement nouveau, au moins dans la forme publique que revêt cette demande.
« Église maronite, Église orientale », a encore souligné le patriarche qui revendique « avec ses frères (...) une responsabilité pastorale qui s'étend à tous les pays du Moyen-Orient. Avec ces mots discrets, mais fraternels, le patriarche a de nouveau situé la crise libanaise dans son espace géopolitique, plaçant du coup la France devant une responsabilité aux dimensions de la région et même de l'histoire, tant les enjeux actuels sont porteurs de conséquences lointaines sur l'avenir de la région, avec un risque réel de « désertification culturelle » de l'Orient.
C'est entouré du catholicos de la Maison de Cilicie, Aram Ier, du patriarche des arméniens-catholiques, Grégoire Gabroyan, du chef de l'Église évangélique, le Rév. Salim Sahyouni et de représentants de tous les patriarches orientaux que le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, a accueilli hier le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, à Bkerké. En guise de témoins, le nonce apostolique et l'ambassadeur de France, Gabriele Caccia et Emmanuel Bonne. Après un tête-à-tête dans le cabinet personnel du patriarche, les deux hommes ont regagné le grand salon où le patriarche a prononcé un mot dont nous reproduisons ci-dessous de larges extraits :
Une France si proche
« Nous nous réjouissons tous que La France en votre personne se fasse si proche de nous, en ces temps critiques que traversent le pays des Cèdres et la région moyen-orientale (...). Nous rappelons avec gratitude aussi ce que la France a pu faire pour aider le Liban dans les dernières décennies (...). Nous apprécions au plus haut point son engagement dans la Finul depuis son déploiement en 1978 au Liban-Sud et nous verrons plutôt d'un bon œil l'extension du service de protection de cette force aux frontières orientales de notre pays.
Votre visite, Monsieur le Ministre, s'inscrit dans le même registre d'attention au Liban. Vous avez déjà manifesté la préoccupation de la France concernant la persistance de la vacance à la tête de l'État depuis plus de deux ans, et la crise politique et institutionnelle dans notre pays (...). Vous avez évoqué aussi les différents contacts avec les responsables iraniens et saoudiens, visant à une sortie de crise et l'élaboration, par les Libanais, d'une solution. Tout en affirmant que les groupes politiques et parlementaires libanais ne peuvent guère abdiquer de leur responsabilité propre en ce domaine, il faut reconnaître cependant qu'ils sont déjà dépassés par les interférences régionales, jusqu'à lier l'élection présidentielle à l'issue du conflit en cours en Syrie et à celui entre l'Arabie Saoudite et l'Iran. Il faut absolument dissocier l'élection présidentielle de ces conflits qui pourraient durer longtemps. »
Un trésor en voie de spoliation
« (...) Actuellement, le Liban a besoin de réédifier les structures de son État pluriel et libre loin de la corruption régnante ; il a besoin de trouver une issue digne au flot de migrants syriens et de réfugiés palestiniens qui l'inonde ; il a besoin d'exploiter dans la transparence le trésor caché, mais déjà en voie de spoliation, de ses richesses naturelles en gaz et en pétrole.
Par ailleurs, avec mes frères les chefs des Églises, notre responsabilité pastorale s'étend à tous les pays du Moyen-Orient et nous partageons les souffrances et les humiliations de nos fidèles en Irak, en Syrie, en Palestine et dans toute la région. Nous sollicitons la communauté internationale pour mettre fin aux guerres et aux actes terroristes qui déchirent nos pays (...). Il nous importe beaucoup de sauvegarder et renforcer la présence chrétienne bimillénaire dans la région. »
À ce discours, le ministre français a répondu par les réflexions suivantes : « Le Liban est un message, il incarne la liberté, le respect, l'équilibre entre les communautés et les composantes du peuple libanais (...). Le Liban peut être un modèle, à condition qu'il parvienne à régler tous les problèmes politiques qu'il affronte. Je suis venu dans une tentative d'offrir une aide pour régler ce problème, pour que les Libanais soient en mesure d'élire un président de la République (...). Tout le monde doit contribuer aux efforts déployés pour régler la crise libanaise et préserver ce modèle.
J'ai dit que la France ne décide pas au nom des Libanais, mais joue le rôle de facilitateur (...). Le parcours singulier du Liban doit être protégé. Voilà le message que je porte (...). »
Lire aussi
Alarmes d'Orient, l'éditorial de Issa GORAIEB

LE CHRÉTIEN ET LA VIOLENCE SOCIALE

contre le racisme

 

Dallas –

Nous avons pu voir les images des récents affrontements raciaux : un homme qu’on arrache à sa cachette pour le tuer à bout portant ; à la suite de cela, une affreuse embuscade de rue et plusieurs policiers fusillés du haut des immeubles. Triste spectacle révélant une accumulation de haine et de ressentiment… Dans une société divisée, des citoyens se font justice eux-mêmes et règlent leur compte à leurs ennemis. Quelle faillite de la constitution civile ! Que de souffrances, non seulement par la mort et les blessures infligées aux proches, mais encore par les humiliations subies d’un côté comme de l’autre ! Que de nuages menaçant nos sociétés, pour bientôt, de guerre civile…

Etre chrétien

Les saints, versant, à la suite de leur Maître, le Seigneur Jésus Christ, des larmes de compassion pour leurs frères humains, pour toute cette folie, la bêtise et le temps perdu, se sentent appelés au repentir. Ils ne se considèrent pas innocents des méchancetés montrées sur le petit écran ou sur Facebook. Le péché social et personnel dont ils voient l’image médiatisée, ils le considèrent  comme le leur ; par le jeûne et la prière, ils montent eux-mêmes sur la Croix pour le monde, pour leurs contemporains noirs et blancs.

Qui oserait, en effet, s’affirmer innocent ? Cette méchanceté, ce racisme, ce mépris des autres, sont les miens. J’en fais pénitence et me les approprie. Ce péché est mon péché. Dans toutes nos églises, et en ces circonstances de deuil, on peut profiter des jours de jeûne que sont le mercredi et le vendredi, pour inviter à une prière spéciale, la lecture du psautier, un acathiste à la Mère de Dieu ou à saint Nicolas, par exemple. Ainsi prend-on en charge l’actualité. Le journal quotidien, les informations de 20.00, entrent dans la prière de l’Eglise. Et chacun, dans sa chambre, peut supplier le Seigneur de lui remettre à lui-même les péchés qu’il a vu au dehors. Le chrétien aide le monde en extirpant de son cœur les racines des maux qu’il voit autour de lui. La prière pour le monde est d’abord un repentir pour le monde.

La citoyenneté

Le chrétien, étant, par la volonté de Dieu, citoyen de ce monde, envoyé dans le monde tout en n’en étant pas, peut agir dans la société par tous les moyens que lui fournissent les lois de ce monde – chaque fois qu’elles ne sont pas contraires à la volonté divine. Par exemple, il ne serait pas béni par Dieu de prendre les armes pour riposter aux armes. Mais tout ce que nous pouvons faire par le biais de la législation pour que la société soit plus humaine appartient à la mission des chrétiens dans la société civile. Le chrétien vote, élit et est éligible. Il a en main les instruments d’une action sans violence en faveur de ses frères humains.

Il ne faut pas dire qu’on ne peut rien faire, ce serait un péché. Mais, après avoir prié, et en conservant l’esprit d’un repentir véritable, c’est-à-dire en étant sans jugement à l’égard des personnes, on peut déjà faire, non tant ce qu’on doit faire, que ce que l’on peut faire. Cela commence par l’éducation des enfants à la maison et à l’école ; cela peut se continuer par l’action associative, la participation à la vie électorale sans s’identifier pour autant à quelque parti que ce soit – l’engagement des saints est circonstancié, car ils sont déjà engagés par le programme évangélique.

L’Innocent

Ne disons pas que Dieu ne fait rien. Ne pensons pas que Dieu est indifférent à la souffrance des hommes, et que nos préoccupations sociales ne sont pas les siennes : qui oserait nier les conséquences objectives de l’Incarnation de Dieu ? Seuls ceux qui ne connaissent pas Dieu peuvent affirmer qu’Il est absent ou insensible – oser dire que Dieu est inhumain ! Non : ne disons pas cela ; nous sommes des croyants, des disciples de Jésus Christ. Reconnaissons plutôt que, le Seigneur ayant manifesté la plénitude de sa vérité, de sa sagesse et de son amour dans sa Personne divino humaine et par son Evangile, les hommes peuvent user de leur liberté pour ne pas suivre sa volonté pourtant clairement exprimée. La balle – comme on dit – est dans le camp des hommes. Car le Seigneur a déjà fait le maximum en se faisant homme, en montant sur la Croix, en traversant notre horrible mort, en nous glorifiant nous-mêmes à la droite de son Père, et en demeurant présent jusqu’à la fin des temps dans son Eglise et dans son monde par le saint Esprit.

(Source: Sagesse Orthodoxe)

UN SITE IMPORTANT POUR CONNAÎTRE L'ORTHODOXIE

DANS UN ESPRIT D'OUVERTURE "PANORTHODOXE"...

Le site ressource de l'Orthodoxie

Il est un site internet qu’il faut absolument connaître quand on s’intéresse à la spiritualité orthodoxe. C’est le site « Pages orthodoxes – La Transfiguration ».

Créé en 1997 par un ami orthodoxe québécois, Paul Ladouceur, ce site en langue française donne accès à une incroyable quantité de textes qu’il faudrait avoir tous lus pour faire notre miel du meilleur de ce que l’orthodoxie peut proposer à notre âme assoiffée de Dieu.

Pour s’en faire une idée allez sur la page d’accueil http://www.pagesorthodoxes.net . Ne vous laissez pas rebuter par l’apparence un peu vieillotte de ce site qui a peu changé depuis les années 90.  Sous le voile désuet se cache une mine d’or.

Jugez-en : des pages des meilleurs auteurs orthodoxes sur de grands saints comme Seraphin de Sarov ou Mère Marie ;  des biographies et des extraits des œuvres de penseurs et de spirituels comme Elisabeth Behr-Sigel, Olivier Clément, Alexandre Schmemann ou le Père Alexandre Men; des témoignages de conversion ;  des méditations, des réflexions et des homélies sur les grandes questions de l’humanité comme la souffrance, la mort, la résurrection ou l’amour, sur les grandes fêtes chrétiennes, sur Marie, sur la prière de Jésus, sur les icônes et les textes des prières et des offices orthodoxes.

Vous avez aussi la possibilité de vous abonner au bulletin électronique « Lumière du Thabor » envoyé gratuitement en format pdf une ou deux fois par an à ses abonnés. Chaque numéro est un véritable dossier sur un sujet particulier. Les archives sont téléchargeables sur le site :http://www.pagesorthodoxes.net/bulletin/telechargement.htm

Pour s’abonner écrire à  thabor11@yahoo.ca .

Et en prime vous avez droit à quelques petites pépites supplémentaires :

Bonne navigation !

(Source: Seraphim)

See original image

Programme des prochaines semaines au Monastère

 

Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de

 

Miséricorde:

 

Program in the coming weeks

 

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

 

Au Monastère Syriaque de

 

CHANDAI-BREVILLY (61) :

 

(Messe tous les dimanches et en semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

*22 et

 

*29 du mois)

 

Une Messe sera célébrée dimanche 17 Juillet à 10:30 en l'Eglise du Monastère Syriaque pour les victimes, les familles et la conversion des bourreaux des attentats de Nice et d'ailleurs. 

 

*Dimanche 24 JUILLET:

 

Pèlerinage à Saint Christophe

See original image

-10h30, Messe suivie de la Bénédiction des Voitures et d'un repas fraternel.

 

(Programme habituel)

 

 

 

 

*Dimanche 7 AOUT:

 

 Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde

 

 'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

Mère de Miséricorde, priez pour nous, secourez-nous!

 

et aux Saints du Kerala

 See original image

St Abraham Koorilose Bava, priez pour nous !

 

See original image

St Grégorios de Parumala, priez pour nous !


 

10h30, Messe suivie de la BENEDICTION DES VOITURES et du repas fraternel,

possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

 

Ramassage des fidèles sur

 

*Paris: le Samedi 6 Aoüt à 15 h 

 

au lieu de R.D.V habituel.

 

  

* Sunday, Auguste 7:
  monthly pilgrimage to N-D Mercy and Saints Kerala.
10:30 am Mass followed by a fraternal meal and reception of the faithful.

 

 

 

WEEKEND DE L'ASSOMPTION:

*Dimanche 14 à Jauldes (Charente)

 

 

-10h30, Messe du jour et prières mariales de vigile

 

 

de la "Dormition Assomption" de la Très Sainte

 

 

Vierge Marie)

 

See original image 

 

*Lundi 15 AOUT au Monastère

 

 Pèlerinage de l' Assomption (Dormition de la Très Ste

 

Vierge Marie)

 

10h30, Messe suivie de la PROCESSION MARIALE et des

 

prières au monument du "SAYFO" et des autres reposoirs.

 

Repas fraternel,

 

 

Possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

See original image

 

 

*Dimanche 28 AOUT,

 

 Pèlerinage de Préparation à la Rentrée scolaire

 

See original image

-9h Baptêmes d’Axel et Cyprien

 

 

-10h30, Messe suivie des prières et bénédictions des

 

enfants, écolier, étudiants, parents et. Repas fraternel,

 

Possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

(Ramassage des fidèles de région parisienne chaque samedi précédent le 1er dimanche du mois à 15h )

 

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


See original image 

 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale. 

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires. 

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F " 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 12,14-21.

En ce temps-là, une fois sortis de la synagogue, les pharisiens se réunirent en conseil contre Jésus pour voir comment le faire périr. 
Jésus, l’ayant appris, se retira de là ; beaucoup de gens le suivirent, et il les guérit tous. 
Mais il leur défendit vivement de parler de lui. 
Ainsi devait s’accomplir la parole prononcée par le prophète Isaïe : 
“Voici mon serviteur que j’ai choisi, mon bien-aimé en qui je trouve mon bonheur. Je ferai reposer sur lui mon Esprit, aux nations il fera connaître le jugement. 
Il ne cherchera pas querelle, il ne criera pas, on n’entendra pas sa voix sur les places publiques. 
Il n’écrasera pas le roseau froissé, il n’éteindra pas la mèche qui faiblit, jusqu’à ce qu’il ait fait triompher le jugement. 
Les nations mettront en son nom leur espérance.”

Mardi 9 Juin 2015. Eléments pour la méditation:

Par Tertullien

(v. 155-v. 220), théologien 
Contre Marcion, 2, 27 ; PL II, 316-317 

« Voici mon serviteur...
Il ne protestera pas, il ne criera pas »

 

Dieu ne pouvait pas vivre avec les hommes, à moins de prendre une manière humaine de penser et de réagir.

C'est pourquoi il a voilé sous l'humilité l'éclat de sa majesté, que la faiblesse humaine n'aurait pas pu supporter.

Tout cela n'était pas digne de lui, mais c'était nécessaire à l'homme, et du coup cela devenait digne de Dieu, car rien n'est aussi digne de Dieu que le salut de l'homme... 

     Tout ce que Dieu perd, l'homme le gagne, si bien que tous les abaissements que mon Dieu a soufferts pour être près de nous sont le sacrement du salut des hommes.

Dieu agissait avec les hommes, pour que l'homme apprenne à agir sur le plan divin.

Dieu traitait d'égal à égal avec l'homme, pour que l'homme puisse agir d'égal à égal avec Dieu.

Dieu s'est fait petit pour que l'homme devienne grand.

 

Lectures pour demain: 

Neuvième dimanche après la Pentecôte

·         {C}{C}Saint Qurbana

·         {C}{C} 

o    {C}{C}Actes 28:11-22 :

·         {C}{C}11 C’est au bout de trois mois que nous avons repris la mer à bord d’un navire d’Alexandrie, portant comme emblème les Dioscures, et qui avait passé l’hiver dans l’île.

·         {C}{C}12 Nous avons abordé à Syracuse et nous y sommes restés trois jours.

·         {C}{C}13 Après avoir levé l’ancre, nous avons atteint Reggio. Le lendemain, est survenu un vent du sud, et en deux jours nous sommes arrivés à Pouzzoles.

·         {C}{C}14 Nous y avons trouvé des frères qui nous ont invités à passer sept jours chez eux. Voici comment nous sommes arrivés à Rome.

·         {C}{C}15 De la ville, les frères, qui avaient entendu parler de nous, sont venus à notre rencontre jusqu’au lieu-dit Forum-d’Appius et à celui des Trois-Tavernes. En les voyant, Paul a rendu grâce à Dieu et repris courage.

·         {C}{C}16 À notre arrivée à Rome, il a reçu l’autorisation d’habiter en ville avec le soldat qui le gardait.

·         {C}{C}17 Trois jours après, il fit appeler les notables des Juifs. Quand ils arrivèrent, il leur dit : « Frères, moi qui n’ai rien fait contre notre peuple et les coutumes reçues de nos pères, je suis prisonnier depuis Jérusalem où j’ai été livré aux mains des Romains.

·         {C}{C}18 Après m’avoir interrogé, ceux-ci voulaient me relâcher, puisque, dans mon cas, il n’y avait aucun motif de condamnation à mort.

·         {C}{C}19 Mais, devant l’opposition des Juifs, j’ai été obligé de faire appel à l’empereur, sans vouloir pour autant accuser ma nation.

·         {C}{C}20 C’est donc pour ce motif que j’ai demandé à vous voir et à vous parler, car c’est à cause de l’espérance d’Israël que je porte ces chaînes. »

·         {C}{C}21 Ils lui répondirent : « Pour notre part, nous n’avons pas reçu à ton sujet de lettre en provenance de Judée, et aucun frère venu ici n’a rapporté ou dit du mal de toi.

·         {C}{C}22 Nous souhaitons pourtant apprendre de toi ce que tu penses, car nous avons été informés que votre groupe est contesté partout. »

o    {C}{C} 

o    {C}{C}1ère aux Corinthiens 6: 1-11 :

·         {C}{C}01 Lorsque l’un d’entre vous a un désaccord avec un autre, comment ose-t-il aller en procès devant des juges païens plutôt que devant les fidèles ?

·         {C}{C}02 Ne savez-vous pas que les fidèles jugeront le monde ? Et si c’est vous qui devez juger le monde, seriez-vous indignes de juger des affaires de moindre importance ?

·         {C}{C}03 Ne savez-vous pas que nous jugerons des anges ? À plus forte raison les affaires de cette vie !

·         {C}{C}04 Et quand vous avez de telles affaires, vous prenez comme juges des gens qui n’ont pas d’autorité dans l’Église !

·         {C}{C}05 Je vous le dis à votre honte. N’y aurait-il parmi vous aucun homme assez sage pour servir d’arbitre entre ses frères ?

·         {C}{C}06 Pourtant, un frère est en procès avec son frère, et cela devant des gens qui ne sont pas croyants !

·         {C}{C}07 C’est déjà un échec pour vous d’avoir des litiges entre vous. Pourquoi ne pas plutôt supporter l’injustice ? Pourquoi ne pas plutôt vous laisser dépouiller ?

·         {C}{C}08 Au contraire, c’est vous qui commettez l’injustice et qui dépouillez les autres, et cela, vous le faites à des frères !

·         {C}{C}09 Ne savez-vous pas que ceux qui commettent l’injustice ne recevront pas le royaume de Dieu en héritage ? Ne vous y trompez pas : ni les débauchés, les idolâtres, les adultères, ni les dépravés et les sodomites,

·         {C}{C}10 ni les voleurs et les profiteurs, ni les ivrognes, les diffamateurs et les escrocs, aucun de ceux-là ne recevra le royaume de Dieu en héritage.

o    {C}{C} 

o    {C}{C}Saint-Luc 14: 7-11 :

·         {C}{C}07 Jésus dit une parabole aux invités lorsqu’il remarqua comment ils choisissaient les premières places, et il leur dit :

·         {C}{C}08 « Quand quelqu’un t’invite à des noces, ne va pas t’installer à la première place, de peur qu’il ait invité un autre plus considéré que toi.

·         {C}{C}09 Alors, celui qui vous a invités, toi et lui, viendra te dire : “Cède-lui ta place” ; et, à ce moment, tu iras, plein de honte, prendre la dernière place.

·         {C}{C}10 Au contraire, quand tu es invité, va te mettre à la dernière place. Alors, quand viendra celui qui t’a invité, il te dira : “Mon ami, avance plus haut”, et ce sera pour toi un honneur aux yeux de tous ceux qui seront à la table avec toi.

·         {C}{C}11 En effet, quiconque s’élève sera abaissé ; et qui s’abaisse sera élevé. »

o    {C}{C} 

"They did not shrink from denouncing the people’s sins and calling them to repentance. They did not care at all that most of society felt differently, and did not agonize over whether or not the people would think their message was “relevant.” If their proclamation of the Gospel alienated some people from the Church, that was fine; the hardened unbelief of man did not invalidate the timeless truth of God. These were men who were sure of the absolute truth of their message, and sure that God would help them proclaim it, come what may." (Fr. Lawrence Farley, 21st Century priest and author, on evangelism) [Evangelism; Missions; Witness] « Notre-Seigneur veut se communiquer le plus abondamment possible ;

car chacun le reçoit selon sa capacité et ses dispositions.

Il donne à l'âme bien disposée une vie forte, une résolution généreuse qui la pousse à jurer une fidélité éternelle à son Époux. Dès lors, elle cherche ce qu'il aime, ce qui pourrait lui plaire : elle reçoit le sens de Notre-Seigneur, ce sens si délicat avec lequel Jésus discerne les choses qui regardent la gloire de son Père ; sens qui apprécie tout au point de vue divin : une âme qui n'a pas ce sentiment délicat se recherche en tout, et ne pense, même en communiant, qu'aux douceurs qu'elle pourra tirer de Notre-Seigneur. La délicatesse est la fleur de l'amour.


Jésus-Christ communique en outre à l'âme délicate la grâce de l'oubli de soi, l'entier abandon du moi. Il faut qu'une âme qui communie en vienne à aimer Notre-Seigneur pour lui-même ; il faut savoir se donner sans dire : Qu'aurai-je en retour ? N'aime guère celui qui demande la récompense de tout ce qu'il fait. Vivre de Jésus pour soi, c'est bien ; mais vivre de lui pour lui, c'est mieux. [...] Il demande à ceux qui l'aiment véritablement de se perdre eux-mêmes, de s'en remettre généreusement à lui, et sans compter, de tous leurs intérêts tant pour l'âme que pour le corps, pour le temps comme pour l'éternité. Se défier, demander des gages, faire des réserves, c'est ordinairement un signe de paresse. Dire à Dieu qu'on l'aime quand il nous comble de tendresse, c'est peu de chose ; c'est dans la tempête qu'il faut lui crier comme Job : 

Etiam si occiderit me, in ipso sperabo !. (*)

Ici on donne de soi ; là on ne donne que de la surabondance. Notre-Seigneur, certes, ne recherche pas son intérêt dans l'amour qu'il nous témoigne ; il n'a pas besoin de nous ; il ne nous aime que pour notre bien, que pour nous rendre heureux. Il nous demande tout ; ne nous arrêtons pas tant à penser à ce que nous recevrons, si nous voulons l'aimer véritablement comme il nous a aimés. Est-ce à dire que nous ne serons pas récompensés, que nous ne retrouverons rien en échange de ce don absolu ? Non, certes ! Notre-Seigneur nous demande tout pour nous rendre encore davantage ; semblable à la mère qui, pour éprouver l'affection de son enfant, lui demande ses petits jouets et les lui rend ensuite avec d'autres plus beaux, contente de voir que son enfant l'aime plus que tout. »

(*) : "Même s'il me tuait, je ne cesserai pas d'espérer en lui" (Job XIII, 15)
A noter le contre-sens de la nouvelle traduction liturgique de l'Eglise romaine, qui donne : "S’il doit me tuer, je n’ai plus d’espoir" !

Pierre-Julien Eymard (1811-1868), La Divine Eucharistie, extraits des Écrits et Sermons du Bienheureux Pierre-Julien Eymard, Deuxième Série, La sainte Communion (La communion, sacrement d'unité), Société Saint-Augustin, Desclée de Brouwer & Cie, Bruges - Lille - Paris - Lyon, 1926 (seizième édition).

Just-trust-Me_1a.jpg

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 08:53
'When rain falls upon the earth, it gives life to the quality inherent in each plant: sweetness in the sweet, astringency in the astringent; similarly, when grace falls upon the hearts of the faithful, it gives to each the energies appropriate to the different virtues without itself changing.' (St. Mark the Ascetic)

'When rain falls upon the earth, it gives life to the quality inherent in each plant: sweetness in the sweet, astringency in the astringent; similarly, when grace falls upon the hearts of the faithful, it gives to each the energies appropriate to the different virtues without itself changing.' (St. Mark the Ascetic)

 

Le 14 Juillet,MESSES et PRIÈRES POUR LA FRANCE en l'honneur des Martyrs de la Révolution:

Du 14 Juillet au 15 Août, 

PRIÈRES POUR LA FRANCE 

et la paix du monde:

Chers amis. Aloho m'barekh.
Pour le 14 Juillet, j'étais encore dans notre paroisse de Charente pour y desservir nos fidèles dimanche dernier tandis que les confrères, naturellement, poursuivent au Monastère leur service pastoral en Normandie.
Que devrions-nous fêter le 14 Juillet ?

Tous ceux qui me connaissent savent combien il me répugne de célébrer un évènement qui fit couler tant de sang et inaugurait à mes yeux les pages les plus sombre de notre histoire.


Quoiqu'il en soit, la France contemporaine célébrait ce  14 Juillet sa fête nationale.


Vous savez aussi combien notre famille nationale est meurtrie...


Comme l'année dernière, ce 14 Juillet étant chômé,  vous étiez invités  à participer ou, du moins, vous unir aux Messes que nous célébrerions à 10h30 en l'honneur des Saints Martyrs de la Révolutions pour le renouveau de la France
dans les lieux suivants:

-Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI
Tel: 0233247958

courriels: asstradsyrfr@laposte.net

-Maison Notre-Dame
Le Bourg
16560 JAULDES


Je vous proposais la prière suivante pour notre Pays:


Seigneur Jésus, Ô Christ notre Dieu, Vous qui êtes venu, non pour juger le monde, mais pour le sauver; Vous qui êtes monté librement sur la Croix pour tous les humains;
Vous qui, dans Votre amour ineffable et Vôtre indicible compassion, veillez au bien et au libre salut de chacun;
Vous qui êtes invisiblement présent dans ce monde qui Vous appartient et dans notre pays par le Corps de Votre sainte Eglise, acceptez les prières de supplication et de louange que nous Vous adressons pour notre patrie la France, justement mais cruellement éprouvée.


Seigneur Jésus Christ notre Dieu, par les prières et la protection de Votre Mère toute pure et immaculée, du saint archange Michel, Protecteur de la France, des saints de notre pays, en particulier de notre mère parmi les saints Marie Madeleine "Egale-aux-apôtres" dont les reliques sanctifient notre sol, de son disciple saint Maximin, de saint Lazare Votre ami, des saints Jean Cassien et Victor de Marseille, Martin de Tours, Irénée de Lyon, Hilaire de Poitiers, Germain d’Auxerre, Germain de Paris; de saint Cloud, sainte Geneviève et sainte Radegonde et de tous les saints moines et moniales de notre pays; des saints et victorieux martyrs Pothin et Blandine de Lyon et de tous les saints martyrs de France :

Eclairez, inspirez, convertissez et sauvez notre patrie la France, ceux qui la gouvernent ainsi que chacun des membres de son peuple.


A nous qui Vous supplions dans l’orthodoxie de la Foi, accordez la grâce du non-jugement, la conscience libre, la force du saint Esprit pour témoigner de Votre vérité dans la paix qui vient de Vous.


Accordez-nous la grâce de voir nos propres fautes et d’accueillir Votre pardon.


Donnez-nous de Vous glorifier et de Vous célébrer pour la bienveillance que Vous manifestez à notre pays, à ceux qui le gouvernent et à tout son peuple.


Inspirez-nous de Vous célébrer en premier lieu pour la révélation que Vous avez donnée de Vous-même à nos Pères par la prédications de ces aînés dans la Foi qui sont venu d'Orient pour ensemencer notre terre de l'Evangile de vérité, d'amour et de paix et à ceux qui, en conséquence peuvent en ces jours, sur cette même terre bénie de France, vous confesser avec Votre Père coéternel et Votre très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amîn!



Aujourd'hui, notre pays est une fois de plus endeuillé par les conséquences d'un acte meurtrier, d'un acte barbare.

A Nice, l'horreur a de nouveau frappé notre pays.

Je vous propose la prière suivante pour les victimes, leurs familles et la conversion des bourreaux:

 

Dieu des esprits et de toute chair, Qui avez vaincu la mort et anéanti la puissance du démon, Vous qui avez donné la vie au monde, accordez, Seigneur, aux âmes de Vos serviteurs et de Vos servantes morts sous les coups des barbares, le repos, là où il n'y a ni douleur, ni larmes, ni gémissements. 

Pardonnez-leur tous les péchés qu'ils ont commis en paroles, en actions et en pensées, car Vous êtes Le Dieu bon et ami des hommes. 

Il n'y a pas d'homme qui vive et qui ne pèche pas, Vous seul êtes hors du péché, Votre Justice est la Justice éternelle et Votre Parole est la Vérité. 

Eclairez nos persécuteurs, conduisez-les vers la vérité toute entière pour que s'étende Votre règne d'Amour de Justice et de Paix !...

Car Vous êtes la Résurrection, la Vie et le repos de Vos fils et de Vos filles défunts, Ô Christ notre Dieu, et nous Vous rendons gloire, avec Votre Père éternel et Votre très Saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

Amîn

 

Cher fils et filles de notre métropolie (Archidiocèse) *, et vous, chers amis, pendant que d'aucun parmi nos frères Chrétiens d'Orient sont prêts à chaque instant de donner leur vie pour le Christ et Son Evangile d'Amour, de Vérité et de Paix, c’est donc le cœur serré, étreint d’une douleur indicible qui se ravive à chaque nouvel acte de violence que je vous demande instamment de faire en sorte que ces mois de vacances pour plusieurs soit en tous cas pour tous et chacun l'occasion de se rapprocher du Seigneur et de témoigner paisiblement mais courageusement de notre très sainte foi !


Que la mère de Miséricorde chemine avec vous qui demeurez toujours dans mon cœur sacerdotal ! Aloho m'barekh (Dieu vous bénisse) !
+Métropolite Mor Philipose-Mariam

* Métropolie de l'Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone Mar Thoma 

Une Messe (Quadisha Qurbana) sera célébrée dimanche 17 Juillet à 10:30 en l'Eglise du Monastère Syriaque pour les victimes, leurs familles, la conversion des bourreaux

-Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde

Brévilly
61300 CHANDAI
Tel: 0233247958

courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

See original image

CONVOCATION :

Suite à la décision collégiale prise lors de l’A.G.O du dimanche 3 Juillet,

Rappel de convocation

à L’A.G.E de

la Métropolie de l’Eglise Syro-Orthodoxe Francophone (Association cultuelle de …)

le Dimanche 28 Aout 2016

lors du repas fraternel.

*Renouvellement du Bureau

*Dissolution de l’ancienne Association caritative et création d’une nouvelle Association Caritative.

 

Que tous ceux qui seraient empéchés de participer à cette réunion pour de justes motifs veuillent bien envoyer avant le 21 Aout le PROCURATION au:

"-Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI
Tel: 0233247958

courriels: asstradsyrfr@laposte.net"

Merci.

Fête d'un martyr

  • Soirée :
    Saint- Mathieu 10: 16-33
  • Matin :
    Saint- Luc12: 1-12
  • Avant de Saint Qurbana :
    Genèse 4: 3-12 
    Daniel 3: 14 -30
  •  
  • Saint Qurbana :
    Actes 23: 11 - 25 
  • 11 La nuit suivante, le Seigneur vint auprès de Paul et lui dit : « Courage ! Le témoignage que tu m’as rendu à Jérusalem, il faut que tu le rendes aussi à Rome. »
  • 12 Lorsqu’il fit jour, les Juifs organisèrent un rassemblement où ils se jurèrent, sous peine d’anathème, de ne plus manger ni boire tant qu’ils n’auraient pas tué Paul.
  • 13 Les auteurs de cette conjuration étaient plus de quarante.
  • 14 Ils vinrent trouver les grands prêtres et les anciens pour leur dire : « Nous nous sommes juré, sous peine d’anathème, de ne prendre aucune nourriture tant que nous n’aurons pas tué Paul.
  • 15 Alors vous, d’accord avec le Conseil suprême, faites un rapport au commandant pour qu’il le fasse comparaître devant vous sous prétexte de mener une enquête plus approfondie sur son cas. Nous nous tenons prêts pour le supprimer avant qu’il n’arrive. »
  • 16 Mais le fils de la sœur de Paul eut connaissance du guet-apens ; il se présenta à la forteresse et, une fois entré, avertit Paul.
  • 17 Paul alors appela l’un des centurions et lui dit : « Emmène ce garçon chez le commandant : il doit l’avertir de quelque chose. »
  • 18 Le centurion le prit avec lui et le mena chez le commandant, auquel il dit : « Le prisonnier Paul m’a appelé pour me demander de t’amener ce jeune garçon qui a quelque chose à te dire. »
  • 19 Le commandant prit celui-ci par la main, l’emmena à l’écart et l’interrogea en particulier : « De quoi dois-tu m’avertir ? »
  • 20 Il répondit : « Les Juifs ont convenu de te demander de faire comparaître Paul demain devant le Conseil suprême sous prétexte d’une information plus approfondie sur son cas.
  • 21 Mais toi, ne leur fais pas confiance ; en effet, parmi eux plus de quarante hommes préparent un guet-apens contre lui : ils se sont juré, sous peine d’anathème, de ne plus manger ni boire tant qu’ils ne l’auront pas supprimé. Et maintenant, ils se tiennent prêts en attendant ton accord. »
  • 22 Le commandant renvoya le jeune garçon en lui donnant cette consigne : « Ne raconte à personne que tu m’as rapporté tout cela. »
  • 23 Il appela alors deux centurions et leur dit : « Que deux cents soldats, soixante-dix cavaliers et deux cents auxiliaires se tiennent prêts à prendre la route de Césarée à partir de la troisième heure de la nuit ;
  • 24 qu’on prépare aussi des montures pour transférer Paul en toute sécurité auprès du gouverneur Félix. »

  • Romains 8: 31 à 39 
  • 31 Que dire de plus ? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ?
  • 32 Il n’a pas épargné son propre Fils, mais il l’a livré pour nous tous : comment pourrait-il, avec lui, ne pas nous donner tout ?
  • 33 Qui accusera ceux que Dieu a choisis ? Dieu est celui qui rend juste :
  • 34 alors, qui pourra condamner ? Le Christ Jésus est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, il intercède pour nous :
  • 35 alors, qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ? la détresse ? l’angoisse ? la persécution ? la faim ? le dénuement ? le danger ? le glaive ?
  • 36 En effet, il est écrit : C’est pour toi qu’on nous massacre sans arrêt, qu’on nous traite en brebis d’abattoir.
  • 37 Mais, en tout cela nous sommes les grands vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés.
  • 38 J’en ai la certitude : ni la mort ni la vie, ni les anges ni les Principautés célestes, ni le présent ni l’avenir, ni les Puissances,
  • 39 ni les hauteurs, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur.

  • Saint- Marc 8:34-38
  • 34 Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive.
  • 35 Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Évangile la sauvera.
  • 36 Quel avantage, en effet, un homme a-t-il à gagner le monde entier si c’est au prix de sa vie ?
  • 37 Que pourrait-il donner en échange de sa vie ?
  • 38 Celui qui a honte de moi et de mes paroles dans cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l’homme aussi aura honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père avec les saints anges. »
  •  
  •  13: 9 - 13
  • 09 Vous, soyez sur vos gardes ; on vous livrera aux tribunaux et aux synagogues ; on vous frappera, on vous traduira devant des gouverneurs et des rois à cause de moi ; ce sera pour eux un témoignage.
  • 10 Mais il faut d’abord que l’Évangile soit proclamé à toutes les nations.
  • 11 Et lorsqu’on vous emmènera pour vous livrer, ne vous inquiétez pas d’avance pour savoir ce que vous direz, mais dites ce qui vous sera donné à cette heure-là. Car ce n’est pas vous qui parlerez, mais l’Esprit Saint.
  • 12 Le frère livrera son frère à la mort, et le père, son enfant ; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre à mort.
  • 13 Vous serez détestés de tous à cause de mon nom. Mais celui qui aura persévéré jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé.
  •  

COLLOQUE AVEC LE SEIGNEUR:

« Quand vous connaîtrai-je, ô mon Jésus ! quand entrerai-je dans vos desseins ? Quand vous aimerai-je de tout mon cœur ?

Quand vous chercherai-je sans inconstance ?

Quand vous obéirai-je sans contradiction ?

Quand serai-je assez heureux et assez vide de moi-même, que de pouvoir vous dire en toute occasion, avec une parfaite sincérité : Que votre volonté soit faite, et non pas la mienne ?

C'est la leçon que vous me faites par votre exemple, ô modèle de toute perfection ! quand vous allez à votre Père, qui veut que vous mouriez pour moi, et que vous vous soumettez à sa volonté, lors même qu'il appesantit son bras sur vous, et qu'il vous charge de toutes mes dettes.

Soyez à jamais béni et glorifié, ô mon Sauveur ! pour une si grande miséricorde, et pour tous les biens que vous m'avez fait.
N'ayez donc plus d'égard à cette volonté rebelle et ennemie de son propre bien ; que la vôtre s'exécute en tout temps, en tout lieu et en toute chose.

Je lui fais aujourd'hui, de tout mon cœur, un sacrifice de la mienne. Conduisez-moi, ô mon Dieu ! quand je m'égare ; rappelez-moi, quand je m'éloigne ; arrêtez-moi, quand je vous fuis ; embrassez-moi, quand je vous cherche ; traitez-moi, Seigneur, selon votre volonté toujours droite, toujours sainte, toujours miséricordieuse ; et ne me jugez pas selon la mienne, qui est si faible et si inconstante.

Vous voyez, ô mon Jésus ! combien je suis libéral à promettre, et peu fidèle à exécuter. Suppléez par votre amour, à ce qui me manque ; et ne permettez pas que ma volonté s'oppose jamais à la vôtre. »

P. Théodore ArchimbaudLes Soliloques du pécheur pénitent à Jésus souffrant, Tome second (Vingt-cinquième Entretien, IV), Seconde édition, A Lyon, Chez Jacquenod père, & Rusand, Libraires, 1763.

 

See original image

 

 

DU CÔTE DE NOS FRERES AÎNES LES SAINTS...

 

15 JUILLET

 

Mort Yulithi & Mor Kuriakos
Feast Day: July 15

The blessed Yulithi (Julietta) and her saintly son trampled the devil and all his wicked means under their feet and received the crowns of martyrdom. Yuliti, a beautiful rich woman and a good Christian, a descendent of the Asian kings, was born in Iconnium in Asia Minor where St.Paul and Barnabas founded the church. Yuliti spent most of her time inpraying and helping the poor. Yuliti's only son Kuriakos (Cyricus) grew up in a spiritual atmosphere whose first spoken words were "I am a Christian". When Yuliti's husband passed away all on a sudden, she had to raise her son by herself. Dioceltian, the Roman emperor, started the worst Christian persecution when Kuriakos was only three years old.
Yuliti, in order to escape from persecution, fled to Selucia in Syria with two of her maids. As the situation there was also worse, they went to Tarsus, the birthplace of St. Paul. The Roman tetrarch in that city, Alexandros was also very cruel towards Christians. Yuliti was arrested and brought before Alexandros. Because Yuliti confessed that she is a Christian as against all warnings of Alexandros, the soldiers threw Yuliti on the ground after taking away young Kuriakos from her. Alexandros promised to release her if she forsook Jesus Christ to which she answered that even a child, like her son, would not budge. Alexandros asked Kuriakose: "Would you agree to worship the idols". Young Kuriakose replied: "Your idols are made by stone and wood; My real God is Jesus Christ". When Yuliti heard this, she filled with courage shouted: "I am a Christian; I worship the real God Jesus Christ who made heaven and earth". Then Kuriakos also started shouted "I am a Christian; I am a Christian".


Soldiers continued beating Yuliti and the ruler tried to play with the boy to attract his attention. The tetrarch got mad at the child as he was not falling into his trap and threw him to the ground. The young boy hit his head against one of the concrete steps and died instantly. When Yuliti saw this, she prayed: "Thank you my Lord because you considered Kuriakos worthy of receiving this glorious crown. I ask you now my Savior to take me also.....” On hearing this, the angered Roman emperor ordered her to be beheaded. Thus she was beheaded while she was repeatedly saying: " I am a Christian, I am a Christian". At night, her two maids took the bodies and hid them in a cave near Tarsus.

When Constantine, the first Roman emperor, came to power, he built a church where the Mother and the child were martyred. Parts of the relics of these two saints' are preserved in the Syrian St.Mary's Monastery in the valley of Nitron. There is also a historical church bearing their name in Tahta. Three ancient old churches dedidcated to the saint Mor Kuriakos in Turbdin one in Arnas and the other in Enhil and the biggist in Bseriye dated till the 4th century.

 

Saint Donald

(abbé mort +716).

Icône de Nicholas Papas © 2003 "Come and See" Icons, Books & Art

 

Donald est un nom celte qui signifie "fier". Notre Donald vivait à Olgilvy, comté de Forvar, en Ecosse au VIIème siècle. Il était marié et père de 9 filles, mais lorsque sa femme mourut, il fonda avec ses 9 filles une sorte de monastère familial dont il fut l'abbé.

Un nom très écossais mais un saint honoré par les Orthodoxes comme le montre l'icône.

 



BONNE FETE AUX DONALD ET AUSSI AUX JULITTE, KURIAKOSE,BONAVENTURE ET VLADIMIR


Demain nous fêterons les Carmen

 

 

 

« J'ai vu Claude debout là-bas. La Sainte Vierge se tenait derrière lui... » (II)

Afficher l'image d'origine

Claude, en prison, raconta au père O’Leary son histoire et comment, à la suite d'un faux témoignage, il fut condamné à mort.

Le Père bientôt convaincu de l'innocence du jeune homme voulait le sauver. Mais comment ?

Le Père s'en ouvrit aux autorités de la prison... Ensemble, ils adoptèrent un plan d'évasion...

On fit venir Claude pour le lui proposer.

A la stupéfaction de tous, Claude répondit :

"Je n'en ferai rien. Notre Dame m'a demandé d'offrir mon exécution pour l'âme d'un criminel, aussi condamné à mort, un Blanc celui-là, et qui s'est maintes fois montré cruel à mon égard."


Claude fut exécuté et il fit une sainte mort. Le criminel blanc pour qui Claude s'était sacrifié attendait aussi son tour.

Tandis qu'on le conduisait au fauteuil électrique, il jurait et blasphémait quand, tout à coup, son regard devint fixe, il arrêta son dernier blasphème et... demanda à voir un prêtre catholique.

Le Père qui s'était occupé de Claude entendit la confession du condamné et le réconcilia avec Dieu. Interrogé sur cet étrange changement d'attitude, le condamné répondit :

"J'ai vu Claude debout là-bas. La Sainte Vierge se tenait derrière lui... Il me montra d'un geste les flammes de l'Enfer et me dit que Notre Dame lui avait demandé d'offrir sa vie pour me sauver..."

 

(Ave Maria, 1er Mars 1973)
Recueil marial 1975

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

Christians must arm themselves against the abominations of this world. They must be armed against every attack and against all temptations, so that every evil rebounds from them. Armor is not made in a day, nor in two days but is diligently and laboriously wielded by long-lasting exercise. Of what value is all our virtue if we succumb to the first abomination? Speaking of this, Saint Gregory of Nyssa cites an example with a monkey in Alexandria. He says: "An animal trainer in Alexandria taught a monkey to skillfully impersonate a female dancer on stage. The spectators at the theatre praised the monkey who was dressed as a female dancer and danced to the beat of the music. But while the viewers were occupied observing such a novel spectacle, a comedian wanted to show everyone that a monkey is nothing more than a monkey. While they all shouted and applauded at the skill of the monkey, the comedian tossed sweets on the stage, sweets that monkeys particularly like. As soon as the monkey saw the sweets, he forgot the dance, the applause, the expensive clothing and jumped with his paws for the sweets but as his dress interfered, he began to tear it apart with his nails attempting to remove it. Instead of praise and amazement, laughter commenced among the viewers." For through the torn mask of the "dancer," a monkey was revealed.

Prologue from Ochrid

 

 

 

 

Toujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons...

 

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

 

 

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)

 

See original image

EN VRAC...ÉLÉMENTS ÉPARS POUR VOTRE

 

RÉFLEXION PERSONNELLE ET...ALIMENTER

 

VOTRE PRIERE...

 

 

 

 

===

Nice est endeuillée par le pire attentat de son histoire. Un camion a foncé dans la foule hier soir peu avant minuit sur la célèbre Promenade des Anglais. Un bilan provisoire fait état de 80 morts et d’une centaine de blessés. Le camion, un semi-remorque de plusieurs tonnes a parcouru plusieurs centaines de mètres au milieu des passants avant d’être intercepté.

Le terroriste, seul à bord de son véhicule, aurait vidé ses chargeurs sur la foule depuis l’habitacle avant d’être abattu selon plusieurs témoins. Son identité n’est pas encore connue.

La confusion règne toujours sur place.

La triste habitude des attentats, 


pourtant logiques pour cause de dhimmitude.

 

La nuit du 13 au 14 juillet, feu d’artifices à Verneuil-sur-Avre, suivi d’un bal populaire sur la place de la Madeleine. On fêtait quoi ? Pas un seul lampion tricolore, le podium où se trouvait l’orchestre n’était pas pavoisé. Après une soirée de travail, une famille au grand complet se rend sur la place, déçue par l’ambiance... choquée aussi par la présence massive de “djeuns” en djellabah, se met à chanter la “Marseillaise”. C’est la Fête nationale, bigre ! Voilà qu’elle s’est faite insulter “la coupe d’Europe, c’est fini, bouffons” ou encore “fiotes”... Depuis longtemps le maire (socialiste, ex-trotskiste) de Verneuil était rentré chez lui, mais la police municipale était là, sans réaction face à des Français se faisant insulter pour avoir chanté l’hymne national un soir de Fête nationale.

Voilà où nous sommes arrivés dans une ville normande de 7.000 habitants à 110 km à l’ouest de Paris. Les non-assimilés ne se sentent pas Français, et se permettent d’insulter des Français.

Le 14 juillet au soir, un camion a foncé dans la foule des plus de 100.000 personnes entassées sur la promenade des Anglais à Nice, venus en famille voir le feu d’artifices du 14 juillet. Des dizaines de morts (près d’une centaine tout de même), des centaines de blessés (dont des dizaines dans un état très grave).

La télévision publique et les chaînes de désinformation ont osé parler de “camion fou” ou de “déséquilibré”. Cela me fait vomir. Il faut appeler un chat un chat et nous avons basculé subrepticement dans une société veule, qui “ne veut pas faire d’amalgame”. Un seul mot convient : dhimmitude. Soumission de la France aux ordres barbares, aux salafistes.

Flanby 1er “s’indigne” et organise des “marches”, mais sans arme autre qu’un camion (volé?) un terroriste islamiste sème la terreur et la barbarie en plein coeur d’une foule nombreuse, car on n’avait “pas pensé” (c'est ballot) à sécuriser par des barrières et des forces de l’ordre les accès à cette promenade des Anglais.

L’an dernier, il y a eu un attentat le 14 juillet, à l’heure du défilé, contre les dépôts pétroliers proches de Marseille. On a enterré vite fait l’affaire. La lâcheté a un prix énorme. Notre société commence à payer sa dhimmitude.

Le candidat (ex-Premier ministre) Alain Juppé, comme trop de maires de grandes villes, laisse les salafistes prêcher dans les mosquées (construites sur des terrains quasiment offerts par les communes).

Comme le dit très bien l’ancien gendre de Michel Noir, Pierre Botton : “l’islam représente 70% des prisionniers, soit on y entre musulman, soit on s’y converti pour ne pas avoir d’histoires”, il ajoute (BFM TV, le 14 juillet au matin, interview de Jean-Jacques Bourdin) que même les surveillants se radicalisent, désormais.

Pas besoin d’arme à Nice : juste un camion aura suffit pour faire basculer la fête dans l’horreur. L’islamisme tue. Les Français sont dans le deuil.

(Source: N. Miguet sur Facebook)

A Prayer for the Victims of Terrorist Attack in ‘Nice’ by Fr Alexander Kurien

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on JULY 15, 2016

in FEATURED NEWSNEWS

 

Rev Fr Alexander Kurien ( The Deputy Associate Administrator of the Office of U.S. Government-Wide Policy)15/7/16

A Prayer for the Victims of Terrorist Attack in Nice, Southern France (More than 80 Killed and several others injured)

+MEMORY ETERNAL+

The Heart is Paining so Much —- Prayer for the Victims of the Deadly Terrorist Attack in Nice, France. Let us show our Solidarity against such inhumane Act: Heavenly Father hear us at this time of unbearable pain and disbelief from another the inhumane barbaric act of violence.

It is only You that can heal our wounds and ease our pain – we need Your Peace, Your Comfort, Your Touch, Your Love and assistance. We also pray for the emergency responders assisting the Victims. Guide us to live in harmony with one another, respectful of each other’s human rights and human dignity. We ask this in your precious Holy Name.

Amen!!!

PRIERE:

Dieu des esprits et de toute chair, Qui avez vaincu la mort et anéanti la puissance du démon, Vous qui avez donné la vie au monde, accordez, Seigneur, aux âmes de Vos serviteurs et de Vos servantes morts sous les coups des barbares, le repos , là où il n'y a ni douleur, ni larmes, ni gémissements.

Pardonnez leur tous les péchés qu'ils ont commis en paroles, en actions et en pensées, car Vous êtes Le Dieu bon et ami des hommes.

Il n'y a pas d'homme qui vive et qui ne pèche pas, Vous seul êtes hors du péché, Votre Justice est la Justice éternelle et Votre Parole est la Vérité. 

Eclairez nos persécuteurs, conduisez-les vers la vérité toute entière pour que s'étende Votre règne d'Amour de Justice et de Paix !...

Car Vous êtes la Résurrection, la Vie et le repos de Vos fils et de Vos filles défunts , Ô Christ notre Dieu, et nous Vous rendons gloire, avec Votre Père éternel et Votre très Saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

Amîn

 

===

Les premiers témoignages d'amitié et de CONDOLEANCES:

Dear Respected Your Eminence Greetings.

I was shocked to hear about the terrorist attack in Nice Southern France.