Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 14:23

Quel avenir pour les Chrétiens d'Orient ?

Poeme syriaque aux martyrs coptes de Lybie

(Source: http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Quels-avenirs-pour-les-chretiens-d-Orient-2015-02-18-1282067  )

Aujourd'hui, la situation des chrétiens d'Orient est catastrophique en Syrie ou en Irak, fragile en Terre sainte, relativement préservée en Égypte ou au Liban.

Comment la situation politique de ces pays va-t-elle évoluer ? L'émigration va-t-elle se poursuivre ? Les experts en sont réduits à des hypothèses.

► Hypothèse 1 : Les conflits perdurent, l'émigration aussi

 « Des turbulences extrêmes, comme les chrétiens d'Orient n'en ont jamais connu même sous l'Empire ottoman. » C'est par ces termes que Joseph Maïla, ancien directeur de la prospective au ministère des affaires étrangères français, décrit la situation actuelle.

À ses yeux, l'« ébullition » des sociétés orientales dans leur ensemble s'explique par deux raisons majeures : l'effondrement de l'État, consécutif aux « printemps arabes », et la radicalisation islamiste.

 > Retrouvez l'édito : L'échec du printemps arabe ?  

En raison de la faillite de l'État-nation, les minorités sont en effet « encore plus livrées à elles-mêmes, encore plus marginalisées », voire victimes de persécutions religieuses.

 « Dans un contexte d'islamisation, le chrétien étouffe et, même sans persécution, il part… », explique Antoine Fleyfel, maître de conférences à l'Université catholique de Lille.

Le risque est réel que, « dans deux ou trois générations », les chrétiens exilés « oublient leurs racines orientales », fait valoir Joseph Maïla. À l'inverse, ils pourraient aussi fournir, depuis l'étranger, « un formidable réseau d'aide et de solidarité, voire de lobbying politique ».

 > Lire aussi : Où et comment témoigner sa solidarité aux chrétiens d'Orient ?  

Pour l'historien Bernard Heyberger, cette émigration pourrait également faire évoluer la présence chrétienne au Moyen-Orient, la faire passer d'un christianisme d'identité à un christianisme plus « optionnel ».

 « On entend parler de conversions au christianisme en Iran ; on voit aussi des Églises syriaques renaître grâce à l'apport de fidèles locaux en Indonésie ou en Arabie saoudite, par l'accueil de Philippins… Bien sûr, ils ne remplaceront pas ceux qui sont partis mais eux aussi pourront dire qu'ils sont des chrétiens d'Orient… » 

► Hypothèse 2 : Les conflits s'étendent, les chrétiens disparaissent

Le scénario d'un Moyen-Orient à feu et à sang pour encore quelques années n'est pas à exclure. « Le pire du pire serait une quasi-disparition des chrétiens en Irak, réduits à quelques vestiges comme en Iran ou en Turquie », reconnaît Antoine Fleyfel.

Le pays, qui accueillait encore 1,2 million de chrétiens avant l'invasion américaine de 2003, n'en compterait déjà plus que 300 000, dont la moitié sont réfugiés dans des conditions précaires au Kurdistan irakien…

 > Voir la vidéo : « J'ai été touchée par le courage des chrétiens d'Irak »  

La menace de Daech, qui pourrait s'élargir au Liban, à la Jordanie, à l'Égypte, paraît la plus dangereuse. « Personne ne veut plus d'interventions occidentales au Moyen-Orient. Mais cette fois encore, l'Occident doit intervenir parce que l'insécurité est devenue telle que les pays de la région ne maîtrisent plus la situation », prévient Antoine Fleyfel.

► Hypothèse 3 : La paix s'installe, les chrétiens reviennent

La clé d'une stabilisation de la région se trouve en Syrie, estime Nael Georges, chercheur à l'université de Genève.

 > Retrouvez notre dossier spécial sur la guerre en Syrie  

 « Il faudrait que Russie et Occident parviennent à se mettre d'accord, qu'un gouvernement d'unité nationale se constitue, que la communauté internationale accentue sa pression sur le régime pour mettre fin aux crimes contre l'humanité et permette une transition politique et une réconciliation nationale fondée sur les principes de la justice transitionnelle », considère-t-il. Alors l'élimination de Daech en serait facilitée à ses yeux, « parce que l'armée et la population lutteraient ensemble ».

Plus largement, une évolution politique serait nécessaire dans l'ensemble des pays à majorité musulmane pour permettre aux chrétiens de devenir partie intégrante de la société.

 « Elle suppose l'affirmation d'une citoyenneté unique, et donc de l'égalité des droits, la création d'un environnement de libertés publiques reconnues et défendues par un État de droit, et enfin la reconnaissance et la préservation du pluralisme sociétal », résume Joseph Maïla.

La citoyenneté et l'enracinement national prendraient alors le pas sur l'appartenance religieuse comme ciment de la société.

Partager cet article

Repost0
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 14:16

« Il n'y a pas un plan d'éradication

concertée des chrétiens d'Orient »

St Sévère d'Antioche

(Source: http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Il-n-y-a-pas-un-plan-d-eradication-concertee-des-chretiens-d-Orient-2015-02-17-1281714  )

ENTRETIEN avec Bernard Heyberger, historien, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (1).

Ce spécialiste des chrétiens d'Orient retrace cent ans de présence chrétienne au Moyen-Orient. Il resitue les massacres qui ont émaillé leur histoire aux XIXe et XXe  siècles dans le cadre de la montée des nationalismes.

 La Croix : Le génocide arménien, qui a causé la mort de 1,2  à 1,5 million de personnes et abouti à la quasi-disparition de la présence chrétienne en Turquie, était-il un prélude aux violences actuelles et à l'élimination des chrétiens  de tout le Moyen-Orient ? 

 Bernard Heyberger : Il ne faut pas imaginer qu'il existerait un fanatisme atavique et violent qui remonterait aux origines de l'islam. Le génocide arménien relève surtout d'une logique nationaliste.

 > Retrouvez notre dossier spécial sur le génocide arménien  

L'empire ottoman avait essayé de se construire comme une nation, mais il suscita la création de communautés minoritaires qui, avec le soutien des puissances occidentales, négocièrent en son sein des statuts d'exception.

Les maronites, les assyro-chaldéens, les Arméniens, rêvaient tous de créer leur nation. Le projet de nation turque fut une réaction face à l'échec du projet ottoman. Le nationalisme turc, lui, ne pouvait tolérer le nationalisme arménien sur son territoire…

 > Lire le blog : Cent ans après le génocide, les Arméniens face à la Turquie  

 Qu'en est-il des massacres des assyro-chaldéens, qui ont fait autour de 400 000 morts pendant la même période ? 

 B. H. : Selon moi, le terme de génocide s'applique bien à l'éradication planifiée et systématique des Arméniens par des troupes spéciales de l'armée ottomane. En revanche, et je renvoie aux travaux de l'historienne Florence Hellot-Bellier (2), qualifier les violences contre les assyro-chaldéens est plus complexe.

Ces populations, qui vivaient aux frontières des empires ottoman, russe et perse, ont sans doute davantage été les victimes d'un effondrement de l'État et du chaos et des vengeances qui en ont résulté. La situation actuelle en Irak et en Syrie aujourd'hui y ressemble plutôt.

 On ne peut donc parler de plan systématique  à l'heure actuelle ? 

 B. H. : Non, je ne crois pas à un plan d'éradication concertée des chrétiens d'Orient : ils sont davantage victimes des rivalités entre sunnites et chiites, entre factions islamistes rivales. Il est toujours plus facile de prendre leurs ressources aux populations minoritaires – en l'occurrence les chrétiens, mais aussi les yézidis, etc. – qu'aux musulmans, surtout lorsque l'on se présente comme de « bons musulmans » !

 > Retrouvez notre dossier spécial sur les chrétiens d'Orient  

Les violences contre les chrétiens donnent même de la légitimité à ceux qui les commettent, de même que les actes de brigandage à leur égard peuvent être présentés par leurs auteurs comme des actes islamiques conformes à la charia. Ce discours passe d'autant mieux auprès de la population que c'est celui qui est enseigné à l'école dans de nombreux pays musulmans…

 La période du nationalisme arabe, entre 1950 et 1980, constitue-t-elle une parenthèse enchantée  dans la présence chrétienne au Moyen-Orient ? 

 B. H. : Il est vrai que beaucoup y ont cru et sont parvenus à s'en sortir en adhérant à cette idéologie.

Mais le nationalisme arabe s'est soldé par des défaites politiques et militaires successives, notamment face à Israël, et par la mise en place de régimes autoritaires et populistes qui n'ont pas empêché la montée de l'islamisme, ou qui l'ont même aidé, en particulier par leur politique scolaire et culturelle.

Les chrétiens non coptes ont été victimes du régime de Nasser, qui a expulsé les « Shawâm », d'origine libano-syrienne, qui formaient une forte minorité en Égypte. En Syrie, les nationalisations des entreprises et de l'enseignement par le Baas, dans les années 1960, ont poussé bien des chrétiens à l'exil.

 > Retrouvez l'e-book Nouveau regard sur le nationalisme arabe  

 Cette mémoire tragique a-t-elle été pansée ? 

 B. H.  : Non, pas suffisamment. L'histoire des massacres à Damas et au Liban en 1860, de ceux commis en Anatolie dès les années 1890 ou pendant la guerre civile libanaise (1975-1990) n'est toujours pas digérée.

Aujourd'hui, après de tels conflits, la communauté internationale mettrait en place un processus de réconciliation, des procédures d'indemnisations des victimes… Cela n'a pas été le cas ici.

 ( Retrouvez un supplément spécial sur les chrétiens d'Orient dans La Croix du 18 février.  )

Partager cet article

Repost0
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 14:10

À Doha, les chrétiens prient

 

ensemble, à l’écart

 

7044 341658122655884 2267338988155159375 n

(Source:http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/A-Doha-les-chretiens-prient-ensemble-a-l-ecart-2015-02-19-1282626  )

Demander au chauffeur de taxi de vous conduire au complexe religieux chrétien de Doha vous attire un franc sourire. Ce lieu, qui réunit toutes les confessions chrétiennes et abrite la première église catholique du Qatar, est situé à plus de trois quarts d'heures du centre-ville – la garantie d'une course lucrative.

Originaire du Pakistan, le conducteur confie être musulman et discute librement de religion durant le trajet avant de s'arrêter à l'entrée du site où s'alignent de nombreuses voitures garées dans un grand parking. L'accès est gardé par des policiers.

« ne pas provoquer avec une croix» 

« La sécurité est assurée 24 heures sur 24 parce que des intégristes ne veulent pas de la présence chrétienne ici, explique le P. Élie El Hachem, Libanais, en charge des communautés francophone, italienne et arabophone au sein de la paroisse catholique. Quand l'église Notre-Dame-du – Rosaire a été inaugurée, il y a eu des menaces. Au sein de l'espace gardé, nous sommes libres, nous pouvons faire des processions par exemple, mais à l'extérieur, il faut être attentif et ne pas provoquer avec une croix ou en priant devant tout le monde. Nous respectons les lois du pays. »

> Lire aussi : Notre dossier Chrétiens d'Orient

Le terrain désertique, en périphérie de la capitale qatarienne, a été concédé par l'ancien émir, cheikh Hamad Bin Khalifa Al Thani, encouragé par certains pays étrangers et le Vatican. Auparavant, les chrétiens célébraient dans des écoles ou dans une petite chapelle provisoire.

Cette première église catholique de l'émirat du golfe Persique a été inaugurée en 2008. Son style, sans clocher ou croix extérieure, rappelle que la présence chrétienne doit être discrète dans ce pays musulman d'obédience wahhabite comme l'Arabie saoudite.« Enfin ! Les catholiques à Doha ont une maison où ils peuvent se réunir librement et en sécurité », commentait à l'époque Mgr Paul Hinder, vicaire apostolique de l'Arabie du Sud.

« on a le sentiment d'être mis dans une case »

« Mes sentiments sont un peu contradictoires sur ce complexe, avoue Christophe, 39 ans, catholique français, qui vit au Qatar avec sa femme et ses trois enfants. C'est un espace de liberté dans un pays islamique, un signe d'ouverture par rapport à l'Arabie saoudite qui n'accepte pas d'autres religions. Mais dans le même temps, on a le sentiment d'être mis dans une case, en marge de la ville, aux portes du désert. »

La grande église Notre-Dame-du-Rosaire (2 000 places) qui s'élève humblement dans le ciel de Doha est désormais entourée par des églises copte, anglicane, grecque-orthodoxe, syrienne-orthodoxe et indienne de différents rites et d'un lieu de prière pentecôtiste.

« Nous n'avons pas choisi de vivre côte à côte, indique dans un sourire facétieux le P. Élie El Hachem. Le gouvernement nous a réunis pour nous surveiller et assurer notre sécurité. Mais nous sommes heureux d'être ensemble. Ici, l'œcuménisme et la prière pour l'unité des chrétiens prennent un sens particulier. Généralement, les catholiques arabophones sont habitués à vivre avec d'autres chrétiens, les orthodoxes surtout. Sans doute que les Occidentaux ou les Philippins sont moins familiers de cette cohabitation. »

> Lire aussi : Thierry Solère : « Le Qatar doit envoyer des signaux très clairs »

Sous l'ardent soleil hivernal du Qatar, une foule bigarrée sort joyeusement de l'église catholique à l'issue de la messe en anglais. Les nombreux Asiatiques, qui constituent le plus fort contingent, discutent sous un préau. « Ici, nous pouvons prier en sécurité et donner une éducation religieuse à nos enfants », se félicite un jeune père originaire d'Indonésie qui échange avec des compatriotes.

Plus loin, Lucinda, une Indienne, musarde dans une allée en attendant que ses enfants sortent du catéchisme. Dans les églises comme dans les bâtiments attenants, où les grandes images du Christ sont légion, toutes les nationalités se côtoient dans un joyeux mélange.

«  une respiration dans un quotidien difficile »

« La plupart des Indiens et des Philippins sont ouvriers ou occupent des emplois subalternes, indique le P. Élie El Hachem. Cette journée où ils viennent à la messe représente une respiration dans un quotidien difficile. Ils aiment passer du temps, ici, en famille et avec leur communauté. »

Le vendredi, et dans une moindre mesure le samedi, jours de repos au Qatar, l'église Notre-Dame-du-Rosaire et ses deux chapelles voient s'enchaîner les célébrations de six heures du matin à sept heures et demie du soir : quatre messes en anglais, d'autres en arabe, en tagalog (Philippines), cinghalais (Sri Lanka) et en plusieurs langues parlées en Inde (le konkani, le malayalam, le tamoul et l'ourdou).

Le samedi, des messes sont aussi célébrées en français, en italien et en espagnol. « Nous avons déjà été, avec mon mari et mes enfants, à une messe en ourdou, raconte Martine, une catholique française. Nous ne comprenions rien mais on vibre quand même au contact de nos frères d'Asie. On s'y retrouve parfaitement avec la messe Vatican II. Et leur ferveur nous remet à notre place d'Occidentaux au cœur un peu endurci. »

« c'est l'image de l'Église catholique universelle qui est ici. »

« Le vendredi, il y a beaucoup de monde, parfois on manque de salles pour les 2 000 enfants qui suivent le catéchisme en anglais,poursuit le P. Élie El Hachem. Mais c'est l'image de l'Église catholique universelle qui est ici. » La paroisse Notre-Dame-du-Rosaire tente de faire vivre cette fraternité multiculturelle qui réunit des Occidentaux aisés et des expatriés en bas de l'échelle sociale du Qatar.

« Tout au long de l'année, il y a des moments forts où toute la paroisse est convoquée pour une cérémonie, explique Martine. Pour le début d'année, une grande messe a eu lieu où chaque délégation est entrée en procession ensemble, un peu comme aux Jeux olympiques ou des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) locales. Après les grandes fêtes liturgiques, des kermesses sont souvent organisées où chaque pays possède son stand et présente ses spécialités culinaires. »

Les enfants du catéchisme participent aussi à cette unité entre les communautés, notamment lors de la période de Noël. « Pour les enfants, ce climat est très profitable afin de s'ouvrir l'esprit, affirme Christophe. Ils peuvent se rendre compte qu'il existe des différences dans la manière de vivre sa foi. »

«  davantage de solidarité entre nous »

L'éloignement du complexe religieux, relégué loin du centre-ville, et le manque de liberté à l'extérieur de cet espace rassurant renforcent l'attachement des chrétiens à leur église. « On s'habitue à la distance, assure Christophe. Cela engendre davantage de solidarité entre nous. Au Qatar, la notion d'identité est un peu plus forte. J'ai pris conscience combien la foi fait partie de moi. Je vais plus souvent à la messe avec mes enfants qu'en France parce que le catéchisme est juste avant. C'est une chance de vivre ça avec eux. »

Les frontières du complexe marquent les limites de l'expression de la foi chrétienne au Qatar qui doit s'effacer devant la religion d'État de l'émirat, où le prosélytisme est interdit au même titre que les conversions de Qatariens au christianisme.

Pour autant, sur cette terre musulmane, des chrétiens, qui portent parfois une croix discrète, témoignent d'une certaine tolérance. « Un fait amusant : ma fille a fait sa première communion ici l'année dernière et des amis lui ont acheté une croix au souk »,s'amuse Christophe.

Vivre dans un pays où l'islam est partout, au rythme des appels à la prière retentissants du muezzin, peut même raviver la foi de certains disciples. « Je prie plus souvent, confie Martine. Surtout, j'ai découvert avec quelle rigueur les musulmans respectaient le Ramadan. Cela m'a fait redécouvrir le sens du jeûne et je suis désormais beaucoup plus assidue lors du Carême. »

--------------------------------

Les religions de l'émirat du golfe Persique

Au Qatar, l'islam d'obédience wahhabite est religion d'État. Tous les Qatariens, estimés à 20 % de la population de l'émirat, sont musulmans comme beaucoup d'expatriés qui travaillent au Qatar. Selon un recensement qui date de 2004, le pays était composé de 77,5 % de musulmans. Cependant une étude de 2010 de l'institut de sondage américain Pew Research Center estime la population musulmane à 67,7 % soit 1,2 million de personnes.

L'hindouisme est très présent au Qatar, avec la nombreuse communauté indienne et les expatriés originaires du Népal notamment. Selon l'enquête de 2010, les hindous représentent 13,8 % (240 000 personnes), un pourcentage égal à celui des chrétiens, en majorité catholiques, venus principalement des Philippines et de la région indienne du Kerala.

Les bouddhistes, dont beaucoup viennent du Sri Lanka, sont, eux, estimés à 50 000, soit un peu plus de 3 % de la population. Toutefois, tous ces chiffres fluctuent beaucoup en fonction des pays d'origine de la nombreuse main-d'œuvre employée au Qatar.

ARNAUD BEVILACQUA (à Doha)

Partager cet article

Repost0
18 février 2015 3 18 /02 /février /2015 13:50

Chers amis. Aloho m'barekh

N D DE LOURDES 3

Vingt et un Coptes Orthodoxes ont été assassinés par haine "Du Peuple de La Croix".

Nous aussi, nous appartenons à ce "Peuple de la Croix" et, si nous respectons croyants et incroyants, nous sommes fiers d'être disciples du Nazaréen, du Christ: le Divin Roi d'Amour !

Ils furent assassinés parce qu'ils confessaient le Christ, parce qu'ils éxercaient leur droit inaliénable à la "Liberté de conscience et de culte"...

Une fois de plus, nous sommes saisis par l'horreur.

En France et au Cameroun, notre Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone partage l'immense peine des frères et soeurs de l'Eglise Copte-Orthodoxe éprouvés une fois de plus par les conséquences de l'obscurantisme et du fanatisme. Nous prions pour que ces nouveaux martyrs chrétiens intercèdent pour les chrétientés occidentales menacées par le matérialisme, le relativisme,l'indifférentisme,l'apostasie et l'athéisme.


Ils furent assassinés parce qu'ils confessaient le Christ, parce qu'ils éxercaient leur droit inaliénable à la "Liberté de conscience et de culte"...En de nombreuses Nations, dont les nôtres parfois, cette liberté est menacée par diverses sorte de sectarismes , par l'orgueil et le fanatisme des "hommes sans Dieu" ou la volonté de ceux qui prétendent servir Dieu mais, pour défendre ce qu'ils croient être leur monopole, écrasent leurs frères. 


Ne relâchons pas notre effort de solidarité pour nos frères et soeurs de Syrie, d'Irak, des Indes ou de tous ces lieux où le Christ Tête de l'Eglise continue de souffrir en ses membres !


Nous présentons à nos frères et soeurs chrétiens Coptes-Orthodoxes, nos plus sincères condoléances et les assurons de notre proximité spirituelle.


Votre respectueusement dévoué en Notre-Seigneur.

+Mor Philipose-Mariam

Poeme-syriaque-aux-martyrs-coptes-de-Lybie.jpg


Dear friends. Aloho m'barekh


Twenty-one Orthodox Copts have been murdered by hate, "The People of the Cross."


We too belong to this "People of the Cross" and if we respect believers and unbelievers, we are proud to be disciples of the Nazarene, of Christ the Divine King of Love!


They were murdered because they confess Christ because they were exercising their inalienable right to "Freedom of conscience and of religion" ...

Once again, we are seized by horror.

 
In France and Cameroon, our "Syro-Orthodoxe-Francophone" Church (French speaking Syrian Orthodox Church) share the immense sorrow siblings of the Coptic Orthodox Church proven once again by the consequences of obscurantism and fanaticism.


We pray that these new Christian martyrs intercede for Western Christendom threatened by materialism, relativism, indifferentism, apostasy and atheism.


They were murdered because they confess Christ because they were exercising their inalienable right to "Freedom of conscience and religion" ... In many Nations, including ours sometimes this freedom is threatened by various kind of sectarianism, by pride and fanaticism "men without God" or the will of those who claim to serve God but to defend what they believe is their monopoly, crush their brothers.


Let us keep our effort of solidarity for our brothers and sisters in Syria, Iraq, India or all of these places where Christ Church head continues to suffer its members!

We present to our brothers and sisters Coptic-Orthodox Christians, our deepest condolences and pledge our spiritual closeness.


Votre respectueusement dévoué en Notre-Seigneur.

+Mor Philipose-Mariam

 

Martyrs coptes en Libye, priez pour nous !


La 1ère icône des 21 martyrs coptes de Libye (commentaires de Marie-Gabrielle Leblanc)

Remarquez les détails : la plage sur laquelle ils ont été martyrisés avec la mer derrière. Tous les visages ressemblent à Jésus, dont ils ont prononcé le nom jusqu'à leur dernier souffle. L'unique Soudanais n'est pas oublié au centre. Les tuniques oranges rappellent la combinaison orange que les terroristes islamistes mettent à leurs victimes avant de les décapiter. Ils ont par-dessus l'étole rouge du martyre, proche de l'étole des diacres coptes, portée ici également par les anges et par le Christ.
Remarquez la pluie de couronnes que les anges leur remettent. 

  

L’annonce a été faite par le premier ministre égyptien, Ibrahim Mahlab.

LA CROIX - 20/2/15 
Le premier ministre égyptien, Ibrahim Mahlab, a révélé que le président Abdel Fattah al-Sisi en personne avait décidé la construction, aux frais de l’État, d’une église dédiée « aux martyrs de Libye », les 21 jeunes coptes assassinés par l’État islamique. Cette église devrait être édifiée dans la ville de Minya, dans la région dont provenait la majeure partie des coptes décapités par les djihadistes, annonce l’agence vaticane Fides. En outre, par décret présidentiel, les familles des victimes du terrorisme islamiste recevront un dédommagement financier et deviendront titulaires d’une pension mensuelle.

Le président égyptien avait déjà manifesté sa proximité avec les coptes endeuillés en se rendant lundi 16 février, au lendemain de la diffusion par l’État islamique de la vidéo montrant le meurtre des jeunes Égyptiens enlevés en Libye, à la cathédrale Saint-Marc, dans le quartier populaire d’Abassyiah au Caire, pour présenter ses condoléances au pape Tawadros. Il avait aussi décrété sept jours de deuil national.

« Le sceau de leur martyre »

Les coptes exécutés par les djihadistes de l’État islamique en Libye sont morts en prononçant le nom du Christ, a expliqué à l’agence Fides Mgr Antonios Aziz Mina, évêque copte catholique de Gizeh.

De son côté, le Conseil d’Églises chrétiennes en France (Cecef) a publié vendredi 20 février un communiqué, disant partager « la douleur de la communauté copte d’Égypte après l’assassinat de 21 de ses membres » et condamnant « avec force ces meurtres abjects ». Les coprésidents du Cecef, le pasteur François Clavairoly, le métropolite Emmanuel, et Mgr Georges Pontier, invitent « tous les chrétiens à prier pour la sécurité des chrétiens du Moyen-Orient et pour la paix dans cette région. »

  




Partager cet article

Repost0
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 17:00
DSC01245

 

Rome, 22 janvier 2015 (Zenit.org)

Nous, patriarches et chefs des communautés chrétiennes au Liban, remercions notre Seigneur pour notre rassAppel des patriarches et chefs des communautés chrétiennes du Liban, publié dans Zenitemblement de cette année encore à l'église orthodoxe syrienne Saint-Ephrem II, pour célébrer les prières pour l'unité de l'Église sainte, apostolique et universelle de notre Seigneur.

115.jpg

Unis dans la prière, nous adressons notre appel à tous nos frères et sœurs chrétiens de par le monde, prêtres et laïcs, qui célèbrent la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens ; nous leur demandons de se joindre à notre prière fervente et passionnée pour la paix dans notre cher Orient qui souffre, en particulier en Irak, enSyrie, au Liban et en Égypte, pays confrontés sans relâche aux pires vagues de persécutions fanatiques et terroristes.

DSC01238

Notre peuple pacifique subit le martyre en raison de sa foi ou est victime d'une campagne systématique de déracinement, en étant contraint d'abandonner la patrie de ses pères.

Faisant l'objet d'un nettoyage ethnique et religieux qui  équivaut à un génocide, ils sont menacés d'extinction dans leur propre patrie.

DSCF1034

Leurs églises et leurs monastères ainsi que leurs icones ont été profanés, des moines, des religieuses, des prêtres et des évêques ont été kidnappés, parmi lesquels les métropolites Mar Gregeorios Yohanna Ibrahim et Paul Yaziji, symboles de l'œcuménisme et du dialogue interreligieux.

Nous vous demandons de prier et de n'épargner aucun effort, en tout temps et en tout lieu, pour mettre fin à cette douloureuse et tragique réalité, pour permettre que soient libérés en toute sécurité et dans la dignité toutes les personnes kidnappées et que soit assurée une présence chrétienne durable et paisible au Moyen-Orient.DSC01246-copie-1

Partager cet article

Repost0

Recherche

Articles Récents

Liens