Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2018 4 01 /02 /février /2018 12:44

Fais que j’entende au matin ton amour,

car je me confie en toi.

 

 Montre-moi le chemin que je dois prendre,

car j’élève mon âme à toi

Deixe-me ouvir pela manhã seu amor,

porque eu confio em você.
 

  Mostre-me o jeito que devo ir,

pois levanto minha alma para você.

Let me hear in the morning your love,

because I trust in you.
 

  Show me the way I must go,

for I lift up my soul to you.

.

 

 

 

(Psaume 143.8)

Aujourd'hui, 1er Février, nous célébrons la mémoire de Saint Elie le grand Prophète. Bonne fête aux Elie, Elias, etc. . .Nous aurons une pensée particulière pour notre cher Abouna Elias Elias et les fils et filles de sa paroisse au Brésil. 
O Saint Elie, Prophète du Très Haut,intercedez pour nous devant le Trône de la Grâce Divine ! Amin.

Aujourd'hui nous commémorons aussi le centième jour du rappel à Dieu du regretté Mor Theophilos Thirumeni , oncle de notre bien aimé ami et frère en Christ Philipose Achen (Le Rd Père Philippe), puisse t-il du haut du Ciel intercéder pour nous afin que, dans le don de soi, nous grandissions en cette humilité et simplicité qui le caractérisait durant toute sa vie alors que, tel le Christ Bon Pasteur qui donne Sa Vie pour ses brebis, il se dépensait dans le service de l'adoration du Père "en Esprit et en vérité" et le bien des âmes !
------------------------------


Hoje celebramos a memória de São Elias, o grande Profeta. Feliz aniversário para Elias, Elias, etc. . Teremos um pensamento especial para a nossa querida Abouna Elias Elias e os filhos e filhas de sua paróquia no Brasil.
Ó São Elias, Profeta do Altíssimo, interceda por nós diante do trono da Divina Graça! Amin.

Hoje também comemoramos o 100º dia do lembrete para Deus do falecido Mor Theophilos Thirumeni, tio do nosso amado amigo e irmão em Cristo Philipose Achen (Padre Philip), que ele dos céus interceda por nós tão que na entrega de si mesmo, crescemos com aquela humildade e simplicidade que o caracterizaram ao longo de sua vida, enquanto, como Cristo o Bom Pastor, que dá a vida por suas ovelhas, ele se gastou ao serviço da adoração do Pai "no Espírito e na verdade" e o bem das almas!
--------------------------

 

Today we celebrate the memory of Saint Elijah the great Prophet. Happy birthday to Elias, Elias, etc. . We will have a special thought for our dear Abouna Elias Elias and the sons and daughters of his parish in Brazil.
O Saint Elijah, Prophet of the Most High, intercede for us before the throne of Divine Grace! Amin.

Today we also commemorate the 100th day of the reminder to God of the late Mor Theophilos Thirumeni, uncle of our beloved friend and brother in Christ Philipose Achen (Rd Father Philip), may he from the heavens intercede for us so that in self-giving, we grow in that humility and simplicity that characterized him throughout his life while, like Christ the Good Shepherd who gives his life for his sheep, he spent himself in the service of the adoration of the Father "in the Spirit and in truth" and the good of souls!

« Le mystère de l´icône »

est le thème de cette émission doublement spéciale étant la 50ème de l´Orthodoxie Ici et Maintenant mais aussi parce qu´elle commémore le 30ème anniversaire du rappel à Dieu de l´exceptionnel iconographe et théologien de l´icône Léonide OUSPENSKY, né à Zadonsk en Russie en 1902, décédé en France en 1987.

Iconographe de talent certes, auteur d´une grande oeuvre qui touche à toutes les dimensions de l´art liturgique de l´Eglise orthodoxe, OUSPENSKY a été aussi, et surtout, le théologien de l´icône, avec notamment deux ouvrages de référence : « la Théologie de l´Icône » publié en 1980 aux Editions CERF et « Le sens de l´icône » (CERF) co-écrit avec le grand théologien orthodoxe Vladimir LOSSKY.

A l´occasion de la grande exposition qui lui est consacrée du 5 décembre 2017 au 14 janvier 2018 organisée par le diocèse de Chersonèse du Patriarcat de Moscou en France au Centre Culturel et spirituel du Quai Branly sous l´impulsion d´Emilie Van TAAK, peintre d´icône et professeur d´iconographie, Commissaire de l´Exposition, Carol SABA reçoit pour parler de la vie et de l´oeuvre d´OUSPENSKY, deux de ses élèves qui poursuivent ici et là son oeuvre, Anne PHILIPPENKO, restauratrice d´icône et de tableaux, peintre d´icônes et professeur d´iconologie et Grégoire ASLANOFF, petit-fils de Vladimir LOSSKY, historien de l´art au CNRS, iconographe, chargé de l´enseignement d´iconologie à l´Institut de théologie orthodoxe Saint Serge de Paris.

En fin d´émission, un diaporama présentera quelques illustrations de l´oeuvre d´OUSPENSKY.

PROCHAIN STAGE D'ICONOGRAPHIE EN PREMIÈRE SEMAINE DU MOIS DE MAI, 

au Monastère Syro-Orthodoxe francophone par Armia Chef d’atelier au Patriarcat Copte Orthodoxe d'Alexandrie (Sous la supervision et avec conférence du Pr Sadek A ) 

 

INSCRIVEZ-VOUS RAPIDEMENT

__________

Tu n’iras pas çà et là médisant parmi ton peuple”.

 Lévitique 19. 16

“Tu ne feras pas courir de faux bruits”. 

Exode 23. 1

La médisance et la calomnies sont deux comportements condamnables, mais ils ne doivent pas être confondus. Médire, c’est dire du mal de quelqu’un en rapportant des faits que l’on croit exacts. Par contre, calomnier quelqu’un, c’est l’accuser d’une chose que l’on sait fausse, c’est salir sa réputation.

Malheureusement, ceux qui écoutent des paroles de médisance ou de calomnie, le font, bien souvent, avec plaisir, car “les paroles du rapporteur sont comme des friandises, et elles descendent jusqu’au-dedans des entrailles” (Proverbes 18. 8; 26. 22). Et pourtant ces paroles portent atteinte à la personne, à sa réputation, à son honneur. Ne les écoutons pas! Au contraire, essayons toujours de dire quelque chose de bon sur les absents que d’autres accusent. Posons la question à ceux qui accusent: «Le diriez-vous devant celui dont vous parlez?»

La plupart du temps ces paroles méchantes viennent d’un manque d’amour, ou de la jalousie, ou de l’orgueil, ou d’autres choses peu avouables. Il s’agit d’œuvres de la chair en nous quand nous négligeons de la juger. Mais, par la grâce de Dieu, nous avons une nouvelle nature, Christ en nous. Or qu’est-il dit de la façon dont s’exprimait notre Seigneur? “Des paroles de grâce… sortaient de sa bouche” (Luc 4. 22); “la grâce est répandue sur tes lèvres” (Psaume 45. 2). Lui seul peut dire: “Tu as sondé mon cœur, tu m’as visité de nuit; tu m’as éprouvé au creuset, tu n’as rien trouvé; ma pensée ne va pas au-delà de ma parole” (Psaume 17. 3). Quel exemple!

Vivons réellement devant Dieu, dans la conscience de sa présence divine. Nos cœurs seront pénétrés de sa grâce envers nous et les autres. Alors nos paroles seront sûrement bien différentes de celles qu’elles sont, hélas, trop souvent. Rappelons-nous que nos paroles révèlent nos pensées et notre état intérieur, car “de l’abondance du cœur, la bouche parle” (Matthieu 12. 34), et “ce qui sort de la bouche vient du cœur” (Matthieu 15. 18).

Par nos propres forces, nous sommes incapables de dompter notre langue (Jacques 3. 5‑8). Jésus seul peut et veut le faire en nous. Demandons-le lui en faisant monter vers lui la prière du psaume: “Mets, ô Éternel! une garde à ma bouche, veille sur l’entrée de mes lèvres” (Psaume 141. 3).

Une prière contre les médisances

 

Ȏ Vierge du silence
Fais taire les murmures
Qui enfoncent leur lance
Dans le dos sans armure,
Dans le flanc sans défense !

Ȏ virginale Reine
Purifie pleinement
Ces langues souterraines
Aux noirs bourdonnements,
De ton Aube sereine !

Ȏ Sainte Vigilance,
Que ta chaste stature
Chasse les pestilences
Venues des voix obscures
Souillées de malveillance.

L'icône de la "Vierge du silence" a inspiré à Ronald Barakat cette prière contre les médisances.

Ȏ Vertu de Patience
À la robe qui bruit,
Que ta main vienne et panse
Les victimes du bruit
Et de l’effervescence.

Ȏ muette Présence
Qui médite en son Cœur,
Renvoie les médisances
Au creux de leurs auteurs
Et comble leurs absences !

Ȏ Vigile des âges,
Que ta suprême pose
Taise les commérages
Et que ta Paix se pose
Sur les bouches pas sages.

Ȏ Mère de l’Amour
Et de la quiétude,
Que ces colporteurs sourds
Prennent ton attitude
Aux apaisants atours !

Ȏ silencieuse Vierge,
Que ton doigt sur les lèvres
Les appelle à ta berge,
Vienne mêler leur fièvre
Au chuchotis des cierges.

Ȏ foisonnant Symbole,
Que ton Éducation
Nous laisse sans paroles
Dans la contemplation
De la sainte Parole !

 

1 - Accusations injustes

ME 1945 p. 153

Il nous arrive parfois d’être l’objet d’accusations injustes. Nous savons, pour l’avoir expérimenté chacun, combien elles nous révoltent et quelle énergie nous déployons pour nous justifier — peut-être même, pour essayer de nous venger de ceux qui nous ont accusés à tort. Agir ainsi n’est pas selon Dieu ; c’est la manifestation de la chair qui est toujours en nous et toujours prête à se montrer.

 

Là comme en toutes choses, la Parole nous exhorte à considérer et à imiter le parfait Modèle : « Christ a souffert pour vous, vous laissant un modèle, afin que vous suiviez ses traces, « lui qui n’a pas commis de péché, et dans la bouche duquel il n’a pas été trouvé de fraude » ; qui, lorsqu’on l’outrageait, ne rendait pas d’outrage, quand il souffrait, ne menaçait pas, mais se remettait à celui qui juge justement » (1 Pierre 2:21-23). Combien de fois pourtant a-t-Il été injustement accusé, durant les jours de sa chair ! « Lui qui n’a pas commis de péché », nous le voyons accusé par les Juifs d’être un malfaiteur (Jean 18:29, 30). Mais Il n’ouvre pas la bouche pour se défendre, Il « se remettait à Celui qui juge justement » — et, loin d’exercer aucune vengeance contre ses accusateurs, Il dira — alors qu’Il a été mis au rang des iniques, placé sur une croix entre deux brigands : « Père, pardonne-leur. .. » (Luc 23:33, 34). Divin Modèle ! Puissions-nous l’imiter quelque peu, réalisant l’exhortation du « doux psalmiste d’Israël » : « Remets ta voix sur l’Éternel, et confie-toi en lui ; et lui, il agira, et il produira ta justice comme la lumière, et ton droit comme le plein midi. Demeure tranquille, appuyé sur l’Éternel, et attends-toi à lui… Laisse la colère et abandonne le courroux » (Ps. 37:5-8). Si quelqu’un nous a accusés à tort, Dieu ne le sait-Il pas et ne saura-t-Il pas intervenir au moment convenable, avec une sagesse parfaite ? Laissons donc la colère, abandonnons le courroux et attendons-nous à Lui seul.

Dieu permet les accusations injustes pour nous apprendre à manifester quelques caractères de Christ souffrant pour la justice. Cependant, quand nous sommes accusés à tort, c’est bien souvent en raison de notre infidélité que nous avons à passer par la souffrance. Quelques portions des Écritures nous donneront à cet égard un utile enseignement.

 

1.2 - David et Shimhi — 2 Sam. 16:5-14

D’abord 2 Sam. 16:5-14. « Le roi David vint jusqu’à Bakhurim ». S’il est écrit « le roi David » c’est bien parce que l’Esprit de Dieu veut attirer notre attention sur le fait qu’il était roi, bien que s’enfuyant de devant Absalom son fils. Tandis que sa place était sur le trône, il était pourchassé par un homme de la maison de Saül qui le maudissait et jetait des pierres contre lui. On pourrait dire : était-ce juste ? Mais encore, Shimhi l’accusait d’être un homme de sang : « L’Éternel a fait retomber sur toi tout le sang de la maison de Saül, à la place duquel tu as régné… » (v. 8). Quelle épreuve pour David ! Avait-il désiré monter sur le trône à la place de Saül ? Avait-il versé le sang pour s’emparer du royaume ? Était-il coupable de la mort de Saül et de ses fils ? Non, « David avait fait ce qui est droit aux yeux de l’Éternel, et ne s’était détourné de rien de ce qu’il lui avait commandé, tous les jours de sa vie… » (1 Rois 15:5).

Lorsque nous sommes injustement accusés, la pensée du cœur naturel est la vengeance. C’est celle qui était dans le cœur d’Abishaï (2 Samuel 16:9). Mais toute autre est celle de David : il accepte les circonstances par lesquelles il passe comme permises par Dieu, bien davantage, commandées par lui. Il sait déjà ce qu’exprimera plus tard le prophète Jérémie : « Qui est-ce qui dit une chose, et elle arrive, quand le Seigneur ne l’a point commandée ? N’est-ce pas de la bouche du Très-haut que viennent les maux et les biens ? Pourquoi un homme vivant se plaindrait-il, un homme, à cause de la peine de ses péchés ? » (Lam. de Jér. 3:37-39). Aussi, il ne permet pas à Abishaï d’exercer la vengeance ; il lui dit au contraire : « Oui, qu’il maudisse ; car l’Éternel lui a dit : Maudis David ! » (2 Sam. 16:10). Or, l’Éternel ne le lui avait pas dit ; 2 Sam. 19:16-20 nous permet de le penser. Mais David savait quelque peu ce qu’il était, ce qu’il avait fait et ce qu’il méritait. Il savait aussi que s’il avait à traverser cette épreuve, c’est qu’elle était envoyée par Dieu et, par conséquent, nécessaire pour son bien. Mais encore, si sur un point il était injustement accusé, n’y avait-il pas certaines choses desquelles il n’était pas accusé et dont il était cependant coupable ? N’était-ce pas Dieu qui l’avait permis, et même commandé, pour que sa conscience soit exercée, de telle façon qu’il soit amené à un profond jugement de lui-même ? Non, il n’avait pas été un homme de sang pour prendre possession du royaume, mais ne l’avait-il pas été lorsqu’il avait cherché à effacer la trace de son péché, après qu’il s’était emparé de la femme d’Urie ? Le verset 5 de 1 Rois 15, déjà cité, se termine ainsi : « … excepté dans l’affaire d’Urie, le Héthien ». Sans doute Shimhi l’ignorait-il, mais Dieu ne le savait-il pas ?

David accepte donc les circonstances par lesquelles il passe comme venant de Dieu et, confiant en Sa bonté malgré tout, il ajoute : « Peut-être l’Éternel regardera mon affliction, et l’Éternel me rendra le bien pour la malédiction qui tombe aujourd’hui sur moi » (2 Sam. 16:12). Il a l’assurance que le coeur de Dieu est un coeur d’amour et qu’Il voudra faire tourner en bien la malédiction qui pèse aujourd’hui sur lui, et qu’il reconnaît mériter bien qu’injustement accusé. S’étant ainsi jugé dans sa conscience, il continue son chemin paisiblement, bien que l’épreuve se prolonge encore, car Shimhi le maudissait toujours et lançait des pierres contre lui (v. 13). Nous pourrons aussi aller en paix, si dans des circonstances semblables nous savons agir comme le fit David.

 

Lisons maintenant Genèse 42 et 44. Les frères de Joseph sont injustement accusés d’être des espions (42:9). Certes, ce n’était pas « pour voir les lieux ouverts du pays » qu’ils étaient venus, mais « pour acheter du blé… car la famine était dans le pays de Canaan » (v. 5). Ils sont donc accusés à tort et cette accusation les amène à souffrir « sous garde pendant trois jours » (v. 17). Mais quel exercice de conscience elle produira en eux ! Le troisième jour ils diront : « Certainement nous sommes coupables .. » (v. 21). Coupables d’être des espions ? Non, « … à l’égard de notre frère ; car nous avons vu la détresse de son âme quand il nous demandait grâce, et nous ne l’avons pas écouté ; c’est pourquoi cette détresse est venue sur nous » (v. 21). Voilà la véritable cause de leur détresse ! Ce n’est pas l’accusation injuste dont ils ont été les objets. Mais cette accusation a été le moyen employé par Dieu pour réveiller leur conscience endurcie, pour les conduire à discerner le mal caché qui était encore.

Plus tard, ils seront encore injustement accusés : ce n’est aucun d’entre eux qui a mis la coupe dans le sac de Benjamin. Mais leur conscience est atteinte, et cette fois de façon décisive. Ah ! il n’est pas question d’essayer de se justifier, bien qu’ils soient accusés à tort : « Comment parlerons-nous et comment nous justifierons-nous ? » Ils sont en présence de celui qui sait tout, aux yeux duquel toutes choses sont nues et découvertes : « Quelle action avez-vous faite ? Ne savez-vous pas qu’un homme tel que moi sait deviner ? » Ils n’ont plus qu’à confesser leur péché, déclarant «  Dieu a trouvé l’iniquité de tes serviteurs » (Gen. 44:15, 16). C’est Dieu lui-même qui avait trouvé leur iniquité ; ils en avaient le sentiment et avaient été amenés là par le moyen d’une accusation à l’égard de laquelle ils n’étaient pas coupables. C’est alors seulement, leur péché ayant été entièrement confessé, que Joseph pourra se faire connaître à eux : il pleure devant eux et s’écrie : « Je suis Joseph » (45:1-3). Il avait pleuré dans sa chambre après avoir revu Benjamin (43:30), mais ses affections ne se manifestèrent devant ses frères qu’après qu’ils eurent dit : « Comment parlerons-nous et comment nous justifierons-nous ? Dieu a trouvé l’iniquité de tes serviteurs ». Il fallait pour cela une accusation injuste ! S’ils avaient été directement accusés d’avoir vendu leur frère, le travail de conscience qui devait être opéré en eux n’aurait pu être accompli, ou révélé. Il fallait que fût manifesté s’ils étaient, comme autrefois, insensibles à la douleur d’un père et aux pleurs d’un frère ou si, au contraire, une oeuvre avait été produite dans leur conscience et leur coeur. C’est une accusation injuste qui la mettra en évidence.

 

Que Dieu nous garde, lorsque nous sommes injustement accusés, des pensées et des actions auxquelles nous conduirait le coeur naturel ! Qu’Il nous accorde de savoir considérer ces accusations comme une discipline de sa part : ne pas y voir Sa main serait la mépriser (Héb. 12:5). Qu’au contraire, « exercés par elle » (Héb. 12:12), nous soyons conduits à un profond jugement de nous-mêmes devant Lui, confessant tout ce dont nous sommes réellement coupables bien que n’en ayant pas été accusés. Qu’Il nous donne enfin, si nous sommes appelés à souffrir pour la justice, de manifester quelques-uns des caractères de Celui qui nous a laissé un modèle afin que nous suivions ses traces !

 

2 - Médisance et Faux Bruits

ME 1972 p.32

Il est un mal dont nous ne soupçonnons généralement pas la gravité et qui pourtant est à l’origine de situations difficiles, pour ne pas dire plus, en bien des assemblées : semant la division dans les esprits et dans les cœurs, il est générateur de troubles et de discordes. Nous voulons parler de la médisance et de la propagation de faux bruits.

Dieu veuille que le rappel de quelques passages de l’Écriture soit pour nous une utile mise en garde à ce sujet et nous incite, comme nous y sommes exhortés, à « rejeter… toutes médisances » et à ne pas « faillir en paroles » (1 Pierre 2:1 ; Jacques 3:2).

 

Déjà sous le régime de la loi, des exhortations précises étaient adressées au peuple de Dieu relativement à ces deux points : « Tu ne feras pas courir de faux bruits » et « Tu n’iras point çà et là médisant parmi ton peuple » (Ex. 23:1 ; Lév. 19:16). Bien que nous soyons aujourd’hui sous la grâce, ces injonctions n’en conservent pas moins toute leur valeur et doivent s’imposer à nous avec toute leur divine autorité. — Faire courir de faux bruits, c’est rapporter des faits de la véracité desquels nous ne sommes pas certains, ou dont nous savons plus ou moins qu’ils ne sont pas nettement établis, ou encore — et c’est encore beaucoup plus sérieux car cela devient de la calomnie — dont nous doutons qu’ils soient exacts. Aller ça et là médisant, c’est tenir sur quelqu’un des propos malveillants, révéler ses défaillances ou même des fautes plus nettement caractérisées, sans avoir l’assurance de l’exactitude des faits et avec l’intention plus ou moins consciente de lui nuire. En médisant, a-t-on justement remarqué, l’on fait tort à trois personnes : à celui dont on médit, à celui auquel on s’adresse et enfin, à soi-même. Cela ne devrait-il pas nous amener à réfléchir sur les conséquences de la médisance, afin que nous soyons gardés de tomber dans cette faute ?

 

Si nous ne sommes pas pleinement assurés de l’exactitude d’un fait, nous n’avons moralement pas le droit de le rapporter. Et alors même que nous serions certains de son exactitude, nous n’avons pas non plus le droit d’en faire état si cela est susceptible de nuire à son auteur : dans des cas semblables, après en avoir fait un sujet de prières, il convient d’aller trouver l’intéressé et d’exercer à son égard un service pastoral, avec grâce et amour, recherchant par dessus tout son bien. Si nous ne nous sentons pas à même de remplir un tel service, nous pouvons au moins, en ayant déjà parlé au Seigneur, en faire part dans l’esprit qui convient à un frère spirituel, capable d’aller en sacrificateur soigner la plaie. En faire part à un tel frère et à personne d’autre !

 

Il peut arriver parfois que, la médisance faisant son œuvre, des frères aient été conduits à s’enquérir soigneusement, sans que leurs investigations aient permis d’apporter des preuves des faits avancés. Ces faits ne pouvant être établis, attestés par un double témoignage au moins, il deviendrait alors particulièrement grave de continuer à les colporter. La calomnie, qui consiste à rapporter des faits non prouvés, et qui doivent donc être considérés comme inexacts, est un péché extrêmement grave.

 

Citons, en terminant, trois passages de l’Écriture :

  • Celui qui médit avait-il sa place dans la tente de l’Éternel, en sa montagne sainte ? Le Psaume 15 répond à cette question : « Éternel ! qui séjournera dans ta tente ? qui demeurera en ta montagne sainte ? Celui qui marche dans l’intégrité, et qui fait ce qui est juste, et qui parle la vérité de son cœur ; qui ne médit pas de sa langue ; qui ne fait pas de mal à son compagnon, et qui ne fait pas venir l’opprobre sur son prochain » (v. 1 à 3).
  • L’apôtre, craignant qu’il n’y ait à Corinthe, entre autres choses, « des médisances, des insinuations », déclare que « s’il vient encore une fois, il n’épargnera pas » (2 Cor. 12:20 à 13:2).
  • Combien aussi sont sérieuses les paroles d’Asaph dans le Psaume 50 : « Tu livres ta bouche au mal, et ta langue trame la tromperie ; tu t’assieds, tu parles contre ton frère, tu diffames le fils de ta mère : Tu as fait ces choses-là, et j’ai gardé le silence ; tu as estimé que j’étais véritablement comme toi : mais je t’en reprendrai, et je te les mettrai devant les yeux » (v. 19 à 21).

 

Que Dieu opère en nous, par sa Parole et son Esprit, afin de nous rendre pleinement conscients d’un danger dont la gravité nous échappe trop souvent ! Et qu’il nous donne de retenir, pour les mettre en pratique, les deux exhortations rappelées au début de ces lignes :

« Tu ne feras pas courir de faux bruits »

« Tu n’iras point çà et là médisant parmi ton peuple », comme aussi celles de 1 Pierre 2:1 à 3 : « Rejetant donc toute malice et toute fraude, et l’hypocrisie et l’envie, et toutes médisances, désirez ardemment, comme des enfants nouveau-nés, le pur lait intellectuel, afin que vous croissiez par lui à salut, si toutefois vous avez goûté que le Seigneur est bon ».

presentation-seigneur_2a.jpg

La Purification de la Sainte Vierge
et la Présentation de Jésus au Temple

Cette fête célébrée quarante jours après Noël commémore un double événement qui s'est réellement produit 40 jours après la naissance de l'Enfant Jésus, en observation de la Loi juive :
Ce jour-là, conformément à la Loi :
- Jésus est présenté au Temple par ses parents (comme tous les premiers-nés d'Israël).
- Marie se soumet à une cérémonie de purification.
Nous célébrons donc, en même temps, la purification de la Sainte Vierge et la présentation de Jésus.

« Tenant aujourd'hui en main un cierge allumé, qui donc ne se rappellerait le vénérable vieillard qui reçut aujourd'hui dans ses bras le Verbe demeurant dans la chair comme la lumière sur la cire ? Il a déclaré que Jésus était la lumière venue pour éclairer les nations païennes (Lc 2,32).

Syméon, c'est certain, était aussi une lampe allumée et brillante qui rendait témoignage à la lumière. Rempli de l'Esprit et poussé par l'Esprit, il était venu au Temple pour accueillir votre amour, ô mon Dieu, au milieu de votre Temple (cf. Ps 47,10), pour proclamer que Jésus est cet amour et la lumière de votre peuple. [...]

Voici donc, mes frères, entre les mains de Syméon, le cierge allumé. Vous aussi, allumez à ce luminaire vos cierges, je veux dire ces lampes que le Seigneur vous ordonne de tenir dans vos mains (cf. Lc 12,35). « Approchez-vous de lui et soyez illuminés » (Ps 33,6), de manière à être vous-mêmes plus que des porteurs de lampe, des lumières qui brillent au-dedans et au-dehors pour vous et pour votre prochain.

Qu'il y ait donc une lampe dans votre cœur, une dans votre main, une dans votre bouche ! Que la lampe dans votre cœur brille pour vous-même, que la lampe dans votre main et dans votre bouche brille pour votre prochain ! La lampe dans votre cœur est la dévotion inspirée par la foi ; la lampe dans votre main, l'exemple des bonnes œuvres ; la lampe dans votre bouche, la parole qui édifie. Car nous ne devons pas nous contenter d'être des lumières aux yeux des hommes grâce à nos actes et nos paroles, mais il nous faut encore briller devant les anges par notre prière et devant Dieu par notre intention. Notre lampe devant les anges, c'est la pure piété qui nous fait chanter avec recueillement ou prier avec ferveur en leur présence. Notre lampe devant Dieu, c'est la résolution sincère de plaire uniquement à celui devant qui nous avons trouvé grâce. [...]

Afin donc d'allumer toutes ces lampes pour vous, laissez-vous illuminer, mes frères, en vous approchant de la source de la lumière, je veux dire Jésus qui brille entre les mains de Syméon. Il veut, assurément, éclairer votre foi, faire resplendir vos œuvres, vous inspirer les mots à dire aux hommes, remplir de ferveur votre prière et purifier votre intention. [...]

En vérité, quand la lampe de cette vie s'éteindra, vous qui aviez tant de lampes allumées au-dedans, vous verrez la lumière de la vie qui ne s'éteindra pas se lever et monter, le soir, comme la splendeur de midi. Et tandis que vous croirez que tout est fini pour vous, vous vous lèverez, comme l'étoile du matin, et votre obscurité sera comme la lumière de midi (Is 58,10). Le soleil, il est vrai, ne sera plus là pour vous éclairer durant le jour, ni la lune éclatante pour vous envoyer sa lumière, mais le Seigneur sera votre lumière éternelle. Car le luminaire de la nouvelle Jérusalem, c'est l'Agneau. A lui louange et gloire pour les siècles des siècles. Amen. »

Bx Guerric d'Igny (v.1080-1157), 1er Sermon pour la fête de la Purification de la Vierge Marie, 2.3.5 ; PL 185, 64-65 (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 470 ; cf SC 166, p. 315s)

 
Source: Pour "Marie de Nazareth"Patrick Demouy
Professeur émérite d’histoire médiévale à l’Université de Reims et à l’Institut Catholique de Paris
1. REDÉCOUVRONS NOTRE PASSÉ
 533 
Saint Remi de Reims, apôtre des Francs

Évêque métropolitain de Reims (Marne) à partir de 461, pendant plus de 70 ans, saint Remi rend l’âme à 96 ans, selon la tradition, après un long apostolat en faveur des pauvres et d’une Église plus structurée. Il a réorganisé la vie religieuse de son diocèse et de sa province et conféré le baptême à Clovis (autour de 496), fondateur du royaume des Francs.

Un évêque gallo-romain. Éléments d’introduction. Remi (Remigius, Remegius, sans accent à l’origine en français) est issu d’une famille de l’aristocratie gallo-romaine attachée à l’Empire, auquel elle a donné de grands serviteurs. La tradition le fait naître à Cerny-en-Laonnais (Aisne), près de Laon. Son nom ne désigne pas une origine ethnique (même s’il est tentant de le rapprocher de Reims et du peuple rème) mais est dérivé de Remex, le rameur. C’est un nom rare. Dans les sources écrites ou épigraphiques, on n’en connaît que trois : un magister officiorum, chef des bureaux impériaux avec rang honorifique de clarissime (retiré à Mayence, qui pourrait être son trisaïeul) ; un préfet d’Égypte, de rang sénatorial ; et un évêque d’Aix entre 396 et 419. Ces trois carrières dessinent d’ailleurs l’évolution classique de l’aristocratie cultivée qui a basculé vers le christianisme, devenu religion de l’Empire. Servir l’Église, c’était continuer à servir l’Empire et à le défendre comme un rempart à opposer aux barbares, largement massés à ses frontières. Le père de Remi, Émile, commandait la place-forte de Laon ; sa famille était liée à Aetius puis à Egidius, les derniers généraux des armées romaines en Gaule, mais aussi à Childéric (mort en 481) – le père de Clovis – un roi franc fédéré établi par Rome pour défendre la frontière septentrionale. Un allié fidèle mais resté païen, comme en témoignent les chevaux sacrifiés autour de son tombeau, retrouvé à Tournai, pour lui permettre de chevaucher dans l’au-delà.

Contexte historique. Remi naît en entre 437 et 439 dans une Gaule encore placée sous le pouvoir de Rome ; Aetius y maintient une sécurité relative. Le 20 juin 451, la victoire des Champs Catalauniques (entre Châlons-en-Champagne et Troyes) contre les Huns d’Attila prouve le bien-fondé de l’alliance romaine avec des militaires germains, dont les Francs, qui exercent une autorité de fait sur la province de Belgique seconde, dont Reims est la métropole. C’est là que le jeune Remi fait ses études. Bon élève, il apprend à bien écrire, discourir et versifier en latin ; il acquiert une culture biblique et la connaissance du droit romain, un bagage spirituel et intellectuel nécessaire à la fonction épiscopale, à laquelle il est élu en 461. Qu’il soit devenu évêque n’est pas étonnant, compte-tenu de ses origines, c’est son jeune âge qui surprend [...]

Lire la suite du récit

3 février : Saint Barsaumo

 

et , en France, Saint martyr Blaise

Nous nous unissons à ceux qui, dans la famille des Églises Syro-Orthodoxes célèbrent aujourd'hui Saint Basaumo mais n'oublions pas Saint Blaise invoqué pour les maux de gorges et dont la dévotion s'est profondément enracinée dans le peuple de France.

Saint Blaise Évêque et martyr († v. 320)


Blaise fut l'un des saints autrefois les plus populaires et les plus célèbres par l'efficacité de leur intercession. D'abord très habile médecin, et en même temps très vertueux chrétien, il devint évêque de Sébaste, en Arménie, par le choix du peuple, qui l'entourait d'une grande estime. Mais Blaise, inspiré de Dieu, quitta bientôt son siège épiscopal pour s'enfuir sur une montagne solitaire ; il y avait pour compagnie les bêtes fauves qui venaient chaque jour visiter et caresser l'homme de Dieu, et recevoir, avec sa bénédiction, la guérison de leurs maux.

Il fut rencontré en son désert par des païens qui, surpris de trouver un homme familièrement entouré de lions, de tigres, de loups et d'ours, allèrent raconter cette nouvelle au gouverneur. Blaise saisi peu de temps après comme chrétien, exprima sa joie profonde, à la pensée de souffrir pour Jésus-Christ. Arrivé devant le gouverneur : « Insensé, lui dit-il, penses-tu me séparer de Dieu par tes tourments ? Non, non, le Seigneur est avec moi, c'est Lui qui me fortifie ! »

Les bourreaux le frappèrent à coups de verges et le jetèrent en prison. Quelques jours après, est rappelé au tribunal : “Choisis, Blaise, lui dit le juge, choisis entre deux partis : ou bien adore nos dieux, et alors tu seras notre ami, ou bien, si tu refuses, tu seras livré aux supplices et tu périras d'une mort cruelle” « Ces statues que tu adores, reprend l'évêque, ne sont pas des dieux, mais les organes du démon, je ne puis donc les adorer. »

Le tyran, le voyant inflexible, ordonna de l'attacher à un chevalet, puis il fit apporter des peignes de fer, avec lesquels on lui déchira le dos et tout le corps. La victime, se tournant toute sanglante vers le gouverneur, lui dit : « Déjà voisin du ciel, je méprise toutes les choses de ce monde ; je me ris de vous et de vos supplices. Ces tourments ne dureront qu'un instant, tandis que la récompense sera éternelle. »

Après de nouveaux interrogatoires inutiles, Blaise fut jeté dans le lac voisin pour y être noyé ; mais il fit le signe de la croix et marcha sur les eaux comme sur un terrain solide. Le glorieux martyr eut enfin la tête tranchée.

Tandis qu'il était en prison on lui avait amené un enfant sur le point d'être étouffé par une arête de poisson. Blaise le guérit. C'est sans doute pour ce fait qu'on l'invoque spécialement pour les maux de gorge.

(Source : Evangelizo.org)

Tropaire ton 4

Ton martyr, Seigneur, pour le combat qu'il a mené, a reçu de Toi, notre Dieu, la couronne incorruptible. Animé de Ta force, il a terrassé les tyrans, et réduit à l'impuissance l'audace des démons. Par ses prières, ô Christ Dieu, sauve nos âmes.

Saint Blaise appartenait à une famille de riches propriétaires de Césarée de Cappadoce et il distribuait avec compassion aux nécessiteux les produits abondants de ses troupeaux. Connu comme chrétien, il fut recherché par les païens dès que la persécution éclata. Ayant appris cela, Blaise alla se présenter spontanément et avec joie aux persécuteurs, en les traitant comme ses bienfaiteurs.
Après un bref interrogatoire, il fut sauvagement fouetté puis jeté dans un chaudron d'eau bouillante. Au bout de cinq jours, les soldats le découvrirent indemne, chantant avec les anges qui étaient descendus pour le protéger. Ils se convertirent tous au christianisme et furent baptisés dans l'eau du chaudron, tandis que le gouverneur, qui s'était précipité sur les lieux, furieux et incrédule, était aveuglé par l'eau bouillante et expirait misérablement. Le Saint retourna ensuite vers ses troupeaux, transmit à ses parents ses dernières recommandations pour leur salut et il remit à Dieu son âme que l'on vit s'élever vers le ciel comme une blanche colombe. Son bâton de berger, planté en terre, devint un grand arbre qui couvrait de son ombre l'autel construit au-dessus de son tompeau.

(Le Synaxaire, Vie des Saints de l'Eglise orthodoxe par le Hiéromoine Macaire de Simonos Pétra)

 

-----------------------------------------

 

Quelle est la différence entre un apôtre et un disciple ?

« Pour être sobre en paroles, il faut l'être en pensées.

ll ne faut point suivre son empressement naturel pour vouloir persuader autrui. 
Vous n'irez à la source du mal qu’en faisant taire souvent votre esprit par le silence intérieur. 
Ce silence d'oraison simple calmerait ce raisonnement si actif. 
Bientôt l’esprit de Dieu vous viderait de vos spéculations et de vos arrangements. 
Vous verriez dans l'occasion chaque affaire d‘une vue nette et simple ; vous parleriez comme vous auriez pensé ; vous diriez en deux mots ce que vous auriez à dire, sans prendre tant de mesures pour persuader. 
Vous seriez moins chargé, moins agité, moins dissipé, plus libre, plus commode, plus régulier sans chercher à l'être, plus décidé pour vous et pour le prochain. 
D'ailleurs, ce silence, qui rendrait la manière d'expédier les occupations extérieures plus courte, vous accoutumerait à faire les affaires mêmes en esprit d'oraison. 
Tout vous serait facilité : 
-sans cela, vous serez de plus en plus pressé, fatigué, épuisé ; et les affaires, qui surmontent l'âme dans ses besoins intérieurs, surmonteront aussi la santé du corps.

Au nom de Dieu, coupez court depuis le matin jusqu'au soir. Mais faites avec vous-même comme avec les autres. 
Faites-vous taire intérieurement ; remettez-vous en vraie et fréquente oraison, mais sans effort, plutôt par laisser tomber toute pensée que par combattre celles qui viennent, et par chercher celles qui ne viennent pas. 
Ce calme et ce loisir feront toutes vos affaires, que le travail forcé et l'entraînement ne font jamais bien.
Écoutez un peu moins vos pensées, pour vous mettre en état d’écouter Dieu plus souvent. »

Fénelon (1651-1715), Extraits de la Lettre 120 (Au Duc de Chevreuse), 30 décembre 1699, in "Œuvres de Fénelon" Tome Cinquième, A Paris, Chez Lefèvre, Éditeur, 1858.

"To be sober in words, it must be in thought.

One must not follow his natural eagerness to persuade others.
You will go to the source of evil only by silencing your mind often by the inner silence.
This silence of simple prayer would calm this reasoning so active.
Soon the spirit of God would empty you of your speculations and arrangements.
You would see every occasion in a clear and simple manner; you would speak as you would have thought; you would say in two words what you would have to say, without taking so many steps to persuade.
You would be less loaded, less agitated, less dissipated, more free, more convenient, more regular without trying to be, more decided for you and for the next.
Moreover, this silence, which would make the way of sending out the outer occupations shorter, would accustom you to do the same business in the spirit of prayer.
Everything would be easy:
-without this, you will be more and more in a hurry, tired, exhausted; and business, which overcomes the soul in its internal needs, will also overcome the health of the body.

In the name of God, cut short from morning to evening. But do with yourself as with others.
Be silenced internally; put yourself in true and frequent prayer, but without effort, rather to give up all thought than to fight those who come, and to look for those who do not come.
This calm and this leisure will do all your business, that forced labor and training never do well.
Listen a little less to your thoughts, to put yourself in a position to listen to God more often. "

Fenelon (1651-1715), Excerpts from Letter 120 (Au Duc de Chevreuse), December 30, 1699, in "Œuvres de Fénelon" Fifth Volume, In Paris, Chez Lefèvre, Publisher, 1858.

"Para ser sóbrio em palavras, deve estar no pensamento.

Não se deve seguir sua vontade natural de persuadir os outros.
Você vai para a fonte do mal apenas silenciando sua mente com freqüência pelo silêncio interior.
Este silêncio de oração simples acalmaria esse raciocínio tão ativo.
Logo o espírito de Deus o esvazia de suas especulações e arranjos.
Você veria todas as ocasiões de maneira clara e simples; você faria como você pensaria; Você diria em duas palavras o que você teria que dizer, sem tomar tantos passos para persuadir.
Você ficaria menos carregado, menos agitado, menos dissipado, mais livre, mais conveniente, mais regular sem tentar ser, mais decidido para você e para o próximo.
Além disso, esse silêncio, que tornaria o caminho do envio das ocupações externas mais curtas, o acostumaria a fazer o mesmo negócio no espírito de oração.
Tudo seria fácil:
- sem isso, você estará cada vez mais apressado, cansado, exausto; e os negócios, que superam a alma em suas necessidades internas, também superarão a saúde do corpo.

Em nome de Deus, cortado de manhã a noite. Mas faça com você como com os outros.
Seja silenciado internamente; coloque-se na oração verdadeira e frequente, mas sem esforço, antes de desistir de todos os pensamentos do que lutar contra aqueles que vêm e procurar aqueles que não vêm.
Esta calma e esse lazer farão todos os seus negócios, que trabalho forçado e treinamento nunca façam bem.
Ouça um pouco menos para seus pensamentos, para se colocar em posição de ouvir Deus com mais freqüência. "

Fenelon (1651-1715), trechos da Carta 120 (Au Duc de Chevreuse), 30 de dezembro de 1699, em "Œuvres de Fénelon" Quinto Volume, Em Paris, Chez Lefèvre, Editora, 1858.

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

jesus_pecheurs Isaac Fanous.jpg:

PRIERE POUR LES VOCATIONS:

Père, faites se lever parmi les chrétiens 
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, 
qui maintiennent la foi vivante 
et gardent une mémoire pleine de gratitude de Votre Fils Jésus, 
par la prédication de sa parole 
et l'administration des sacrements, 
par lesquels Vous renouvelez continuellement vos fidèles dans la Grâce du Saint Esprit. 

Donnez-nous de saints ministres de Votre autel, 
qui soient des célébrants attentifs et fervents de l'eucharistie, 
sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde, sacrement de la pérennité de Sa présence comme "l'Emmanuel", Dieu présent au milieu et pour le salut de Son Peuple. 

Appelez des ministres de Votre miséricorde, 
qui dispensent la joie de Votre pardon 
par le sacrement de la réconciliation. 

Père, puisse notre Église Syro-Orthodoxe francophone accueillir avec joie 
les nombreuses inspirations de l'Esprit de Votre Fils 
et, qu'en étant docile à ses enseignements, 
elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal 
et à la vie consacrée. 

Soutenez nos Pères dans la Foi, nos Métropolites,les évêques, les prêtres, les diacres, 
les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ, à l'intérieur et à l'extérieur de notre Tradition Syro-Orthodoxe 
afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission 
au service de l'Évangile. 

Nous Vous le demandons par le Christ notre Seigneur, Votre Fils bien-aimé qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles sans fin.

Amîn. 

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des apôtres, priez pour nous ! 

__________

 

ORAÇÃO PELAS VOCAÇÕES:

Tree of Life #Jesus #Disciples #Coptic Icon:
Pai, deixe repousar entre os cristãos
numerosas e santas vocações ao sacerdócio,
que mantenham viva a fé
e manter uma memória cheia de gratidão Seu Filho Jesus,
pela pregação de sua palavra
e administrar os sacramentos,
pelo qual você renovar continuamente os vossos fiéis na graça do Espírito Santo.

Dê-nos santos ministros do vosso altar,
que estão celebrantes atentos e entusiastas da Eucaristia,
sacramento do dom supremo de Cristo para a redenção do mundo, o sacramento da sustentabilidade da sua presença como "Emmanuel", Deus presente entre e para a salvação de Seu povo.

Chamar ministros de sua mercê,
que fornecem a alegria de Seu perdão
através do Sacramento de reconciliação.

Pai, que nossa Igreja siro-ortodoxo falando alegremente boas-vindas
as numerosas inspirações do Espírito de Seu Filho
e, que sendo obedientes a seus ensinamentos,
ela cuida das vocações ao ministério sacerdotal
e à vida consagrada.

Apoiar nossos pais na fé, nossos metropolitanas, bispos, sacerdotes, diáconos,
pessoas consagradas e todos os baptizados em Cristo, dentro e fora da nossa tradição siro-ortodoxo
de modo que eles fielmente cumprir a sua missão
o serviço do Evangelho.

Você Nós vos pedimos por Cristo, nosso Senhor, Seu amado Filho, que vive e reina contigo eo Espírito Santo para todo o sempre.
Amin.

Modern Coptic Madonna:

Ó Maria, Mãe de Misericórdia e Rainha dos Apóstolos, rogai por nós!

_____________________________________________________________________

POUR AIDER LA MISSION EN

FRANCE ET AILLEURS, C'EST

SIMPLE...

Il faut impérativement:

*PENSER A VOUS ACQUITTER DU "DENIER DU CULTE",

*CONFIER AU MONASTÈRE LA CÉLÉBRATION DE

VOS MESSES POUR LES VIVANTS ET LES DÉFUNTS DE

VOS FAMILLES,...

Tout don est déductible de votre revenu imposable

à raison de 66 °/° de son montant.(Libellez vos Chèques Bancaires

  l'ordre de : Métropolie E S O F)

MERCI,

SANS VOTRE AIDE LA MÉTROPOLIE (L'Archidiocèse de l'Eglise

Syro-Orthodoxe  Francophone Mar Thoma ) NE POURRA PAS SURVIVRE. 

Adresse: 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

_____________________________________________________

LES PLANTES: LA PHARMACIE DU BON DIEU? Cultivons notre JARDIN INTÉRIEUR !...

Annotations de saint Silouane en marge d'un catalogue

Icône de Saint Silouane

Saint Silouane l'Athonite
(Association Saint-Silouane
l'Athonite, Pully, Suisse)

 

1. Une âme douce et humble est préférable à ces fleurs et son odeur et son parfum sont meilleurs et plus beaux. Le Seigneur a fait ces fleurs belles, mais il aime davantage l’homme et il lui a donné l’Esprit Saint et celui-ci est plus doux que le monde entier et agréable à l’âme.

2. Dieu a fait les fleurs pour l’homme, pour que l’âme glorifie le Créateur dans sa créature et qu’il l’aime. Il ne faut oublier Dieu aucune seconde de la journée ou de la nuit, parce que lui nous aime. Aimons-le, nous aussi, de toute notre force et demandons-lui la miséricorde et la force de pouvoir accomplir ses saints commandements.

3. Moi j’aime les fleurs, mais aimes-tu le Seigneur et aimes-tu les ennemis qui t’affligent ? Si tu les aimes, alors tu es un homme de bien.

4. Les saints aimaient verser des larmes devant Dieu, car ils étaient joyeux d’esprit ; mais ils s’affligent à cause de nous, car nous vivons mal.

5. C’est bien quand l’âme est habituée à prier et à verser des larmes pour le monde entier. Il y a beaucoup de ces moines qui pleurent pour le monde entier, je le sais, je le crois. La Mère de Dieu aime les moines obéissants qui se confessent souvent et n’accueillent pas les pensées mauvaises. La Mère de Dieu s’attriste beaucoup lorsque quelqu’un mène une vie désordonnée et impure ; l’Esprit Saint ne viendra pas dans cette âme. Il y aura en elle affliction, dégoût et irascibilité.

6. L’on connaît Dieu par l’Esprit Saint et non pas par la simple intelligence. L’homme ne connaît pas Dieu à la manière d’un animal sans intelligence. Les moines savent comment ils aiment le Seigneur et comment le Seigneur les aime. " J’aime ceux qui m’aiment, " dit le Seigneur. " Je glorifierai ceux qui me glorifient ". Il est bon d’être avec Dieu ; l’âme trouve en Dieu son repos. C’est un signe d’amour envers Dieu que d’accomplir ses commandements. L’orgueilleux ne peut aimer Dieu. Qui aime manger beaucoup ne peut aimer Dieu comme il faut. Pour aimer Dieu, il faut renoncer à tout ce qui est terrestre, n’être attaché à rien, mais toujours penser à Dieu et à son amour et à la douceur de l’Esprit Saint.

7. L’obéissance nous humilie ; le jeûne et la prière nous donnent parfois des pensées mauvaises, qui nous font jeûner et prier de manière orgueilleuse. Si un novice s’habitue à penser : " C’est le Seigneur qui guide mon starets ", alors il sera facilement sauvé par l’obéissance. Pour celui qui obéit, tout est vertu, comme la prière du cœur qui lui est donnée par obéissance, l’attendrissement et les larmes. Il aime le Seigneur et craint de l’offenser par une transgression ; puisque le Seigneur miséricordieux lui donne des pensées saintes et humbles, il aime le monde entier et verse pour le monde des prières accompagnées de larmes : ainsi la grâce enseigne l’âme par l’obéissance.

8. Nous devons penser : le Seigneur m’a conduit en ce lieu et chez ce starets : que le Seigneur nous donne de nous sauver. Beaucoup d’embûches nous viennent de l’ennemi, mais qui confesse ses pensées, celui-là sera sauvé, car l’Esprit Saint est donné au père spirituel pour nous sauver.

9. Le Seigneur se donne à connaître aux cœurs simples qui obéissent. Le roi David était le plus petit frère et berger, et le Seigneur l’aimait pour sa douceur. Les doux sont toujours obéissants. Il a écrit pour nous le Psautier par le Saint Esprit qui vivait en lui. Le prophète Moïse aussi était berger, chez son beau-frère : voilà l’obéissance. La Mère de Dieu aussi était obéissante, et les saints Apôtres. C’est la voie qui nous a été montrée par le Seigneur même. Nous devons la garder et nous recevrons sur la terre les fruits de l’Esprit Saint.

10. Les désobéissants sont tourmentés par les pensées mauvaises, pour que le Seigneur nous enseigne à être obéissants et que nous voyions sa riche miséricorde encore sur terre. Notre intellect sera toujours occupée de Dieu, notre âme sera toujours humble.

11. Quand j’étais dans le monde, les gens me louaient et je pensais que j’étais bon. Mais quand je suis venu au monastère, j’ai rencontré des gens vraiment bons - je ne vaux même pas autant que leur petit doigt ou leur chaussettes. Voilà comment on peut se tromper et tomber dans l’orgueil et se perdre. Les gens vraiment bons rayonnent de joie et d’allégresse et ne sont pas comme moi.

12. Nous vivons selon notre propre volonté et nous tourmentons nous-mêmes. Qui vit selon la volonté de Dieu est bon, joyeux et paisible. Ô Adam, dis-moi, comment échapper à l’affliction sur la terre ? Il n’y a pas de consolation sur terre, il n’y a que la tristesse qui ronge l’âme.

13. Abandonne-toi à la volonté de Dieu et l’affliction diminuera et sera plus légère, parce que l’âme sera en Dieu et trouvera en lui consolation, car le Seigneur aime l’âme qui s’est abandonnée à la volonté de Dieu et aux Pères.

14. Une âme fermée ne s’ouvre pas à son père spirituel et tombe dans l’illusion. Elle veut acquérir ce qui est élevé, mais c’est là un désir satanique - dit saint Séraphim. Il nous faut chasser les passions de l’âme et du corps et fuir l’illusion. Le Seigneur se révèle aux simples sans malice, non pas seulement aux saints mais aussi aux pécheurs. Voilà comment le Seigneur nous aime.

15. Nous vivons en faisant la guerre. Si tu es tombé dans l’illusion, va vite voir ton père spirituel et raconte-lui tout, pour que ton père spirituel mette son étole sur toi. Crois que tu as été rétabli et que le démon que tu as accueilli par ta faute s’en est allé. Si tu ne te repens pas, tu ne te corrigeras pas avant le tombeau. Ils entrent et sortent de notre corps. Quand l’homme s’irrite le démon entre en lui, quand il s’apaise le démon sort de lui.

16. Mais si tu te mets à prier Dieu et le démon se dresse contre toi et ne te permet pas de te prosterner, alors humilie-toi et dis : il n’y a pas pire que moi sur la terre, et tout de suite le démon disparaîtra. Ils craignent fort l’humilité et la contrition et ils craignent une confession pure. Si tu entends qu’il y a des démons en toi et tu entends leur conversation, alors ne pers pas courage : ils demeurent dans ton corps et non pas dans l’âme. Humilie-toi, aime le jeûne et ne bois ni vodka ni vin. Si tu n’as pas obéi à ton higoumène ou à ton père spirituel, alors il y a un démon en toi, et ainsi après chaque péché.

17. Celui qui se confesse sans avoir le cœur pur et fait sa propre volonté, alors, bien qu’il s’approche des Saints Mystères, les démons demeurent dans son corps et troublent l’intellect. Si tu veux, que les démons ne demeurent pas en toi, alors, humilie-toi et sois obéissant et détaché, aime à exécuter exactement les services qu’on te demande de faire et confesse-toi avec un cœur pur. Le père spirituel porte l’étole dans l’Esprit Saint et est semblable à notre Seigneur Jésus Christ et il resplendit dans l’Esprit Saint: et voici, quand le père spirituel parle, l’Esprit Saint chasse le péché par ses paroles. Et le père spirituel et les prêtres ont l’Esprit Saint. Un des anciens voyait son père spirituel dans l’icône du Christ: voilà combien le Seigneur nous aime !

18. Le Seigneur aime l’âme vaillante pour qu’elle mette toute son espérance dans le Seigneur. Nous devons imiter Adam dans son repentir et sa patience. Il faut aimer les pasteurs et les vénérer. Nous ne voyons pas dans quelle grâce du Saint Esprit les pasteurs se trouvent, à cause de notre orgueil et parce que nous n’aimons pas les uns les autres.

19. À l’âme qui se convertit le Seigneur donne, en échange du repentir, le don du Saint Esprit. L’âme aime Dieu, et les gens ne peuvent l’arracher à cet amour. Le Seigneur veut que nous l’aimions et que par amour pour lui nous nous humilions. Le Seigneur veut que nous lui demandions simplement, comme des enfants demandent à leur mère. Si nous sommes orgueilleux, il faut demander à Dieu l’humilité, et le Seigneur donnera à l’humble de voir les filets de l’ennemi. Le Seigneur nous aime beaucoup et nous donne de savoir ce qui se passe au ciel et comment y vivent nos frères aînés qui ont plu à Dieu par leur humilité et leur amour. Le Seigneur a montré le paradis aux saints humbles.

20. Le Royaume de Dieu est en nous. Il faut examiner si le péché ne vit pas en nous. Quand le père spirituel dit une parole, le péché est brûlé dans l’âme et l’âme sent la liberté et la paix. Et si l’âme fait pénitence, alors le Seigneur lui fait connaître la joie et l’allégresse en Dieu. C’est alors que le Royaume est en nous.

21. L’âme doit s’humilier profondément, à chaque instant, jusqu’à ce qu’elle s’humilie même pendant le sommeil. Les saints aimaient s’humilier et pleurer et c’est pourquoi le Seigneur les aimait et leur donnait de le connaître. L’amour de Dieu se reconnaît à l’Esprit Saint qui vit dans notre l’Église orthodoxe.

22. Si nous étions humbles, le Seigneur nous ferait voir le paradis chaque jour. Mais puisque nous ne sommes pas humbles, il nous devons lutter et mener une guerre contre nous-mêmes : si tu vaincs toi-même, le Seigneur te donnera son Saint Secours en échange de ton humilité et de ton labeur.

Texte russe publié dans Vestnik, 1988, p. 223-227.
Traduction: Dom Antoine Lambrechts 
(Monastère de Chevetogne, Belgique)
Reproduit avec l’autorisation de Dom Lambrechts

Bénédictions (Tradition Occidentale) de saint Blaise contre les maux de gorge

Bénédiction occidentale des Cierges

en la Fête de St Blaise Évêque et Martyr

 

V/. Adjutórium nostrum in nómine Dómini.

V/. Notre secours est dans le nom du Seigneur.

R/. Qui fecit cœlum et terram.R/. Qui a fait ciel & terre.
V/. Dóminus vobíscum.V/. Le Seigneur est avec vous.
R/. Et cum spíritu tuo.R/. Et avec ton esprit.
Orémus.Prions.
Omnípotens et mitíssime Deus, qui ómnium mundi diversitátes solo verbo creásti et hóminum reformatiónem illud idem Verbum, per quod facta sunt ómnia, incarnári voluísti : qui magnus es et imménsus, terríbilis atque laudábilis, ac fáciens mirabília : pro cujus fídei confessióne gloriósus Martyr et Póntifex Blásius, diversórum tormentórum généra non pavéscens, martyrii palmam felíciter est adéptus : quique eídem, inter céteras grátias, hanc prærogatívam contulísti, ut quoscúmque gútturis morbos tua virtúte curáret ; majestátem tuam supplíciter exorámus, ut non inspéctu reátus nostri, sed ejus placátus méritis et précibus, hanc ceræ creatúram bene†dícere ac sancti†ficáre tua venerábili pietáte dignéris, tuam grátiam infúndendo ; ut omnes, quorum colla per eam ex bona fide tacta fúerint, a quocúmque gútturis morbo, ipsíus passiónis méritis, liberéntur, et in Ecclésia sancta tua sani et hílares tibi gratiárum réferant actiónes, laudéntque nomen tuum gloriósum, quod est benedíctum in sæcula sæculórum. Per Dóminum nostrum Jesum Christum Fílium tuum, qui tecum vivit et regnat in unitáte Spíritus Sancti Deus, per ómnia sæcula sæculórum.Dieu tout-puissant et très doux, par votre seul Verbe vous avez créé les multiples choses de ce monde, et vous avez voulu que ce même Verbe, par qui toutes choses ont été faites, prenne chair pour racheter l’humanité ; vous qui êtes grand et immense, redoutable et louable, qui faites merveilles, vous pour qui le glorieux Blaise, Martyr & Pontife a fait confession de sa foi, sans craindre toutes sortes de tourments et en accueillant dans la joie la palme du martyre, en vertu du pouvoir – entre autres dons – que vous lui avez accordé de guérir toutes les affections de la gorge, nous supplions votre majesté : que, sans tenir compte de notre péché mais seulement de ses mérites et de ses prières, vous daignez en votre grande bonté bénir et sanctifier ces créatures de cires et y répandre votre grâce. Que tous ceux dont le cou sera – avec foi – touché par elles, soient libérés de toute maladie de la gorge, par les mérites de la passion de votre Martyr ; que, guéris et joyeux, ils reviennent vous rendre grâce dans votre Eglise sainte, et qu’ils louent votre nom glorieux, qui est béni dans les siècles des siècles. Par Notre Seigneur Jésus-Christ, votre Fils, qui avec vous vit & règne en l’unité du Saint Esprit, Dieu pour les siècles des siècles.
R/. Amen.R/. Amen.

Et aspergantur aqua benedicta.
Deinde Sacerdos duos cereos in modum crucis aptatos apponit sub mento gutturi singulorum, qui benedicendi sunt, ipsis ante Altare genuflectentibus, dicens :

Et on les asperge d’eau bénite.
Ensuite, le Prêtre appose deux cierges disposés en forme de croix sous le menton de chacun de ceux qui doivent être bénis, à genoux devant l’autel, en disant :

Per intercessiónem sancti Blásii, Epíscopi et Mártyris, líberet te Deus a malo gútturis, et a quólibet álio malo. In nómine Patris, et Fílii, et Spíritus Sancti.Que par l’intercession de saint Blaise, Evêque et Martyr, Dieu te libère du mal de gorge et de tout autre mal, au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit.
 

 

 

Benedictio panis, vini, aquæ et fructuum

contra gutturis ægritudinem

in Festo S. Blasii Episcopi et Martyris

 

 

 

Bénédiction du pain, du vin, de l’eau et des fruits

contre le mal de gorge

en la Fête de St Blaise Évêque et Martyr

 

V/. Adjutórium nostrum in nómine Dómini.V/. Notre secours est dans le nom du Seigneur.
R/. Qui fecit cœlum et terram.R/. Qui a fait ciel & terre.
V/. Dóminus vobíscum.V/. Le Seigneur est avec vous.
R/. Et cum spíritu tuo.R/. Et avec ton esprit.
Orémus.Prions.
Salvátor mundi Deus, qui hodiérnam diem beatíssími Blásii martýrio consecrásti, quique eídem inter céteras grátias, hanc prærogatívam contulísti, ut, quoscúmque gútturis morbos tua virtúte curáret : ineffábilem misericórdiam tuam supplíciter exorámus, et pétimus ; ut hos panes, vinum, aquam et fructus, quæ plebs fidélis tibi devóte hódie ad sanctificándum áttulit, tua pietáte benedícere et sanctificáre dignéris : ut, qui ex his gustáverint, ab omni gútturis plaga, et quavis ália ánimæ et córporis infirmitáte, méritis et intercessióne eiúsdem beáti Blásii Mártyris tui atque Pontíficis, plenam recípiant sanitátem : Qui vivis et regnas Deus in sǽcula sæculórum.Dieu, Sauveur du monde, qui avez consacré ce jour par le martyre du très bienheureux Blaise, et lui avez accordé cette prérogative, parmi d’autres grâces, de guérir toutes les maladies de la gorge : Nous prions en suppliant votre miséricorde ineffable, et nous vous demandons de daigner bénir et sanctifier par votre piété ces pains, ce vin, cette eau et ces fruits que votre peuple fidèle vous a apportés aujourd’hui dévotement pour être bénits ; pour que tous ceux qui en goûteront soient libérés de toute plaie de la gorge, et de toute autre infirmité de l’âme et du corps et qu’ils reçoivent une bonne santé, par les mérites et l’intercession de ce même bienheureux Blaise, votre Martyr et Pontife : vous qui vivez et régnez, Dieu, pour les siècles des siècles.
R/. Amen.R/. Amen.
Et aspergantur aqua benedicta.Et ils sont aspergés d’eau bénite.

Chers abonné(e)s!

Veuillez trouvez ci-joint le programme des événements du Centre spirituel et culturel orthodoxe russe (1, quai Branly, 75007, Paris) pour février 2018.

Inscription - ambrusbranly@mail.ru



www.ambassade-de-russie.fr
Désabonner de la Newsletter

Afficher l'image d'origine

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

Afficher l'image d'origine

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

  

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

Résultat de recherche d'images pour "cierge allumé"

Não nos esqueçamos de orar pelos bispos, sacerdotes e

Cristãos fiéis detidos pelos "islamitas"

Ou terroristas de todos os tipos!

Deixe-nos rezar implacavelmente pelo

Senhor, apoie-os. Ore por sua libertação ...

_______________________

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

Où nous trouver ? 

Paroisse NORD-OUEST et Nord-Est

(N-D de Miséricorde):

NORMANDIE :

CHANDAI (61) et CHAISE-DIEU DU THEIL (27):

* Le Sanctuaire Marial de la

Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde

DSC01238

(Fresque de la Mère de Dieu entourée des Apôtres, mur Est  du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 
Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

 

DSC01245-copie-2

(Fresque des Sts Pères Interieur droit du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 
Messe journalières en semaine à 10h30

 

Tous les dimanches, Messe à 10h30 et permanence constante de prêtres  pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

(Liturgie de St Jacques dite "d'Antioche-Jérusalem") 

Tel: 02.33.24.79.58 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

DSC01246-copie-1

(Fresque des Sts Pères Interieur gauche du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 

Maison Ste Barbe 
(Siège de l'Ass Caritative CARITAS E S O F)

15 Rue des 3 Communes
27580 CHAISE-DIEU DU THEIL

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

* Relais Paroissial St Michel

S/ Mme H MARIE, 43 Rue de la Marne

14000 CAEN.Tel: 02.33.24.79.58

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

Le 30 de chaque mois, Permanence pastorale de 8h30 à 19h (Sur R.D.V) chez Mme Henriette Marie, 43, Rue de la Marne à CAEN. Tel 06.33.98.52.54 . (Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) . 

NANTES:

*Groupe de prières et "relais paroissial" St Charbel

18h, Messe le 2ème jeudi de chaque mois et permanence régulière d'un prêtre Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) de 9h à 17h (06.48.84.94.89 ).

ANGOULÊME (Jauldes):

*Paroisse N-D de Toutes Grâces/St Ubald

MAISON NOTRE-DAME
LE BOURG
16560 JAULDES.

Tel:05.45.37.35.13
* Messe les 2èmes et  4èmes Dimanches de Chaque mois à 10h30 suivies d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

* Possibilité de prendre Rendez-vous avec le prêtre la semaine suivant le 2éme dimanche du mois ainsi que pour les visites aux malades et à domicile.

Permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

PERIGUEUX (La Chapelle Faucher):

*Paroisse Notre-Dame de la Très Sainte Trinité

Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front
ERMITAGE ST COLOMBAN
*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530
 LA CHAPELLE FAUCHER.

Tel:05.45.37.35.13

 * Messe le 4ème samedi de Chaque mois à 10h30 et permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISMES, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

LOURDES:

*"Relais paroissial St Gregorios de Parumala"

 * Messse  le 5ème dimanche du mois ( en fonction des besoins des fidèles) à 10h30

20 Rte de Pau

 

CAMEROUN:

Pour obtenir les adresses du Monastère de YAOUNDE,

des paroisses et "relais paroissiaux de Doula, Yaoundé, Elig Nkouma, Mimboman, Bertoua, Monabo, veuillez les demander au Monastère Métropolitain: 

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

PÈLERINAGE DE LA SAINT

 

VALENTIN A LOURDES


DU 10 AU 19 FÉVRIER 2017

 

SERIEZ-VOUS INTÉRESSÉ ?

 

Une fois de plus une petite portion des Chrétiens francophone

de Saint Thomas (Mar Thoma) se retrouvera à Lourdes pour un Pèlerinage

Syro-Orthodoxe francophone entre le 11 Février, anniversaire

de l'Apparition de la "belle dame" à Bernadette (Devenue

depuis" Journée mondiale de prière pour les malades") et le 18,

fête de la Ste Bernadette.

Nous prierons pour tous ceux et celles qui

n'ont pu venir, nous prierons pour nos malades, la société

Française elle aussi bien malade et la paix du monde bien

compromise...

Programme:

*Samedi 10 FEVRIER, départ à 7 heures du Monastère.

Déjeuner à St Martin de Tour ou Saint Laurent sur

Sèvre (En fonction des ramassages éventuels sur Nantes), arrivée, dîner et

coucher à ANGOULÊME.(Coucher au Presbytère avec un confort spartiate, possibilité de coucher à l'hôtel contre règlement personnel de son hébergement)
*Dimanche 11, Messe de la journée des Malades à N-D de Toutes Grâces à JAULDES (ANGOULÊME)
Après le déjeuner, réception des fidèles avec Mor Philipose, Abouna Simon et Abouna Isaac. 
*Lundi 12 pèlerinage aux sanctuaires mariaux autour de Limoges (N-D de Sauvagnac, Sanctuaire Notre-Dame d’Arliquet ) visite de Saint Martial et explication sur la vie du 1er évêque de Limoges, retour à Jauldes.
*Mardi 13 Sanctuaire et Source miraculeuse de Notre-Dame d’Espis (Moissac).Logement à Moissac.
*Mercredi 14 Visite de Toulouse. Saint Sernin, Saint Etienne, Messe à l’Eglise Sainte Rita. Retour à Moissac
*Jeudi 15 Sanctuaire de Sainte Germaine de Pibrac. L’après-midi, Notre-Dame de Garaison. Arrivée le soir à LOURDES.
*Vendredi 16 Sortie en montagne, pour ceux qui voudraient, achats en Espagne.
*Samedi 17 journée à Lourdes.
*Dimanche 18* journée à Lourdes. 10h30 Messe Syro-Orthodoxe, Le soir, Procession des Reliques de Sainte Bernadette depuis l’Eglise Paroissiale jusqu’à la Grotte de Massabielle.
*Lundi 19 Départ de Lourdes après le petit déjeuner, étape au Sanctuaire de Saine Quiterie (Aire Sur l’Adour). Arrivée en soirée...
Coucher au Presbytère avec un confort spartiate, possibilité de coucher à l'hôtel contre règlement personnel de son hébergement)

*Mardi 20 Février, départ pour le Monastère après le
petit déjeuner, déjeuner près d'un Sanctuaire, arrivée en fin d'après-midi.


Offrande estimée pour que le Diocèse (Métropolie) rentre dans ses frais :

180 € (30 € d’arrhes à l’inscription. Chèques Bancaires libellés à : « Métropolie ESOF »)

INSCRIVEZ-VOUS VITE !
(Inscriptions closes le Dimanche 4 Février)

 

Adresse ci-dessous:

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie,

Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

Cliquez sur ce lien:

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ...

Comment recourir aux services de prêtres compétents, formés et expérimentés appartenant à l'un ou l'autre Monastère d'une Eglise Orthodoxe-Orientale.(Tradition Syriaque Orthodoxe des Indes/ Malankare)

_____________________________________________________

Une Prière de Saint Macaire d'Égypte:

« Ange saint qui veilles sur ma pauvre âme ne me quitte pas »

(On invoque Saint Macaire pour la sauvegarde du corps et de l'âme, contre les influences malveillantes)
« Ange saint, qui veilles sur ma pauvre âme et sur ma misérable vie, ne me quitte pas, moi qui suis pécheur, et ne m'abandonne pas à cause de mes souillures. 
Ne laisse pas approcher les esprits mauvais, dirige-moi en exerçant ton pouvoir sur mon corps périssable. 
Prends ma main blessée et impuissante, conduis-moi sur le chemin du salut. 
Oui, saint ange de Dieu, qui veilles sur mon âme et sur mon corps, pardonne-moi tout ce qui a pu t'offenser au cours de ma vie et toutes mes fautes d'aujourd'hui. 
Protège-moi dans la nuit qui s'approche et garde-moi des embûches et des attaques de l'Ennemi, pour que je n'offense point Dieu par un péché.
Intercède pour moi, auprès du Seigneur, afin qu'il m'affermisse dans sa crainte, et qu'il fasse de moi un serviteur digne de sa sainteté. 
Amîn. »

A Prayer of St. Macarius of Egypt:

"Holy angel who watches over my poor soul does not leave me"

(Saint Macaire is invoked for the safeguarding of the body and the soul, against malicious influences)
"Holy angel, who watch over my poor soul and my miserable life, do not leave me, I who am sinful, and do not abandon me because of my defilements.
Do not let evil spirits approach, direct me by exercising your power over my perishable body.
Take my injured and helpless hand, lead me to the path of salvation.
Yes, holy angel of God, who watch over my soul and my body, forgive me all that has offended you in my life and all my faults today.
Protect me in the approaching night and keep me from the pitfalls and attacks of the Enemy, so that I do not offend God with sin.
Intercede for me, before the Lord, that he may strengthen me in his fear, and make me a servant worthy of his holiness.
Amin. "

Uma Oração de São Macário do Egito:

"Santo anjo que vigia minha pobre alma não me deixa"

(São Macaire é invocado para a salvaguarda do corpo e da alma, contra influências maliciosas)
"Santo anjo, que cuida da minha pobre alma e da minha vida miserável, não me deixe, eu que sou pecador, e não me abandone por causa das minhas impurezas.
Não permita que espíritos malignos se aproximem, me dirigem exercitando seu poder sobre meu corpo perecível.
Pegue minha mão ferida e desamparada, leve-me ao caminho da salvação.
Sim, santo anjo de Deus, que cuida da minha alma e do meu corpo, me perdoe todos os que te ofenderam na minha vida e todas as minhas falhas hoje.
Proteja-me na noite que se aproxima e me impede das armadilhas e ataques do Inimigo, para que eu não ofenda Deus com o pecado.
Interceda por mim, diante do Senhor, para que ele me fortaleça no seu medo e faça-me um servo digno da sua santidade.
Amin. "

 

____________________________________

Dimanche de prière pour tous les fidèles défunts

(Suit le Dimanche pour les prêtres défunts)

 

Dimanche 4 Février 2018:

Lectionnaire pour le Dimanche de prière pour tous les fidèles défunts (Conformément à notre Calendrier Liturgique. Ce dimanche suit le Dimanche pour les prêtres défunts)

Domingo, 4 de fevereiro de 2018:

Lecionário para o domingo de oração para todos os mortos fiéis (de acordo com o nosso calendário litúrgico, este domingo segue o domingo para os sacerdotes falecidos)

Sunday, February 4, 2018:

Lectionary for the Sunday of prayer for all the faithful dead (In accordance with our liturgical calendar, this Sunday follows the Sunday for the deceased priests)

Saint Qurbana

    • Saint-Jacques 3: 1 – 12 :
  • 01 Mes frères, ne soyez pas nombreux à devenir des maîtres : comme vous le savez, nous qui enseignons, nous serons jugés plus sévèrement.
  • 02 Tous, en effet, nous commettons des écarts, et souvent. Si quelqu’un ne commet pas d’écart quand il parle, c’est un homme parfait, capable de maîtriser son corps tout entier.
  • 03 En mettant un frein dans la bouche des chevaux pour qu’ils nous obéissent, nous dirigeons leur corps tout entier.
  • 04 Voyez aussi les navires : quelles que soient leur taille et la force des vents qui les poussent, ils sont dirigés par un tout petit gouvernail au gré de l’impulsion donnée par le pilote.
  • 05 De même, notre langue est une petite partie de notre corps et elle peut se vanter de faire de grandes choses. Voyez encore : un tout petit feu peut embraser une très grande forêt.
  • 06 La langue aussi est un feu ; monde d’injustice, cette langue tient sa place parmi nos membres ; c’est elle qui contamine le corps tout entier, elle enflamme le cours de notre existence, étant elle‑même enflammée par la géhenne.
  • 07 Toute espèce de bêtes sauvages et d’oiseaux, de reptiles et d’animaux marins peut être domptée et, de fait, toutes furent domptées par l’espèce humaine ;
  • 08 mais la langue, personne ne peut la dompter : elle est un fléau, toujours en mouvement, remplie d’un venin mortel.
  • 09 Elle nous sert à bénir le Seigneur notre Père, elle nous sert aussi à maudire les hommes, qui sont créés à l’image de Dieu.
  • 10 De la même bouche sortent bénédiction et malédiction. Mes frères, il ne faut pas qu’il en soit ainsi.
  • 11 Une source fait-elle jaillir par le même orifice de l’eau douce et de l’eau amère ?
  • 12 Mes frères, un figuier peut-il donner des olives ? Une vigne peut-elle donner des figues ? Une source d’eau salée ne peut pas davantage donner de l’eau douce.
    •  
    • 1ère aux Corinthiens 15: 20-28 :
  • 20 Mais non ! le Christ est ressuscité d’entre les morts, lui, premier ressuscité parmi ceux qui se sont endormis.
  • 21 Car, la mort étant venue par un homme, c’est par un homme aussi que vient la résurrection des morts.
  • 22 En effet, de même que tous les hommes meurent en Adam, de même c’est dans le Christ que tous recevront la vie,
  • 23 mais chacun à son rang : en premier, le Christ, et ensuite, lors du retour du Christ, ceux qui lui appartiennent.
  • 24 Alors, tout sera achevé, quand le Christ remettra le pouvoir royal à Dieu son Père, après avoir anéanti, parmi les êtres célestes, toute Principauté, toute Souveraineté et Puissance.
  • 25 Car c’est lui qui doit régner jusqu’au jour où Dieu aura mis sous ses pieds tous ses ennemis.
  • 26 Et le dernier ennemi qui sera anéanti, c’est la mort,
  • 27 car il a tout mis sous ses pieds. Mais quand le Christ dira : « Tout est soumis désormais », c’est évidemment à l’exclusion de Celui qui lui aura soumis toutes choses.
  • 28 Et, quand tout sera mis sous le pouvoir du Fils, lui-même se mettra alors sous le pouvoir du Père qui lui aura tout soumis, et ainsi, Dieu sera tout en tous.
    •  

    • Saint-Luc 12: 32-48 :
  • 32 Sois sans crainte, petit troupeau : votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume.
  • 33 Vendez ce que vous possédez et donnez-le en aumône. Faites-vous des bourses qui ne s’usent pas, un trésor inépuisable dans les cieux, là où le voleur n’approche pas, où la mite ne détruit pas.
  • 34 Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur.
  • 35 Restez en tenue de service, votre ceinture autour des reins, et vos lampes allumées.
  • 36 Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte.
  • 37 Heureux ces serviteurs-là que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : c’est lui qui, la ceinture autour des reins, les fera prendre place à table et passera pour les servir.
  • 38 S’il revient vers minuit ou vers trois heures du matin et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils !
  • 39 Vous le savez bien : si le maître de maison avait su à quelle heure le voleur viendrait, il n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison.
  • 40 Vous aussi, tenez-vous prêts : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. »
  • 41 Pierre dit alors : « Seigneur, est-ce pour nous que tu dis cette parabole, ou bien pour tous ? »
  • 42 Le Seigneur répondit : « Que dire de l’intendant fidèle et sensé à qui le maître confiera la charge de son personnel pour distribuer, en temps voulu, la ration de nourriture ?
  • 43 Heureux ce serviteur que son maître, en arrivant, trouvera en train d’agir ainsi !
  • 44 Vraiment, je vous le déclare : il l’établira sur tous ses biens.
  • 45 Mais si le serviteur se dit en lui-même : “Mon maître tarde à venir”, et s’il se met à frapper les serviteurs et les servantes, à manger, à boire et à s’enivrer,
  • 46 alors quand le maître viendra, le jour où son serviteur ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, il l’écartera et lui fera partager le sort des infidèles.
  • 47 Le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître, n’a rien préparé et n’a pas accompli cette volonté, recevra un grand nombre de coups.
  • 48 Mais celui qui ne la connaissait pas, et qui a mérité des coups pour sa conduite, celui-là n’en recevra qu’un petit nombre. À qui l’on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à qui l’on a beaucoup confié, on réclamera davantage.
    •  

 

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

   

"L'avenir est dans la paix, il n'y a pas d'avenir sans paix"

 

 

"The future is in peace, there is no future without peace"

 

"O futuro está em paz, não há futuro sem paz"  

 

(SS Ignatius Aprem II)

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

Note:

 

Eglise locale fondée grâce à l'élan missionnaire de l'Eglise Syrienne Orthodoxe des Indes (Malankare), notre Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles, nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non obligatoires.Toute offrande fait cependant l'objet d'une déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre revenu). 
Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, moniale ( 06.17.51.25.73).

-------------------------------------------------------------

Nota:

Igreja local fundada pelo impulso missionário da Igreja Síria Ortodoxa da Índia (Malankara), nossa Igreja siro-Orthodoxe- Francophone é uma igreja ortodoxa-Leste.

O Mosteiro siríaco é um Centro de oração para a unidade das Igrejas Apostólicas, unanimidade de Christian Witness ea paz mundial.

¤ Permanência pastoral em vários região da França para: Acompanhamentos espirituais, sacramentos Sacramental (bênçãos, orações de libertação ou exorcismo, orações de cura) ...

Para o serviço pastoral para o Mosteiro como a casa dos fiéis para estadias curtas ou retiros espirituais, não requer qualquer fixo.

As ofertas são livres e não obligatoires.Toute oferecendo ainda sido deduzido do seu rendimento tributável à alíquota de 66 ° / ° de sua renda).
Denominar todas C B na seguinte ordem "S S M E Metropolis"

Para os sírio-ortodoxos Capelania francófonos africanos que vivem na França, entre em contato com as cabeças: Mor Philipose Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitan e irmã Marie-Andre M'Bezele, freira (06.17.51.25.73).

-----------------------------------------------------------------

Note:

A local church founded on the missionary impulse of the Syrian Orthodox Church of India (Malankare), our Syro-Orthodox-Francophone Church is an Eastern Orthodox Church.

The Syriac Monastery is a Center of Prayer for the unity of the Apostolic Churches, the unanimity of the Christian Testimony and the peace of the world.

¤ Pastoral permanence in various regions of France for: Spiritual accompaniments, Sacraments, Sacramentals (Blessings, Prayers of deliverance or exorcism, prayers of healing) ...

For the pastoral services rendered to the Monastery as the reception of the faithful for short stays or spiritual retreats, we do not require any fixed.

The offerings are free and not obligatory. However, any taxable income is deducted from your taxable income of 66% of your income.
Write all C B to the order "Metropolis E S O F"

For Syrian Orthodox Francophone Chaplaincy of Africans living in France, contact the Heads: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitan and Sister Marie-Andre M'Bezele, nun (06.17.51.25.73).

CONFIER DES INTENTIONS DE PRIÈRE AU MONASTÈRE , C'EST SIMPLE...

Icon of The Last Supper. Jesus and St. John.:

Le Moine ne rompe pas la solidarité profonde qui doit unir entre eux les frères humains… Ils se conforment aux sentiments du Christ Tête de l'Eglise, le "premier né d'une multitude de frères" et à Son amour pour tous les hommes…

A travers les prières monastiques, c’est toute l’Eglise qui prie et intercède pour l’humanité.

Le savez-vous ? Chacun de vous, dans le secret de son existence, participe à cet immense courant de prière souterraine qui irrigue le monde…

Si vous le souhaitez, vous pouvez nous confier une intention de prière en l'envoyant à l'adresse suivante:

--------------------

DÃO AS INTENÇÕES DE ORAÇÃO mosteiro é
SIMPLES ...

O monge não quebrar a profunda solidariedade que deve unir-los irmãos humanos ... Eles devem respeitar os sentimentos de Cristo Cabeça da Igreja, o "primogênito entre muitos irmãos" e seu amor por todos os homens ...

Através das orações monásticas é toda a Igreja que reza e intercede pela humanidade.

Você sabia? Cada um de vocês, no segredo da sua existência, participa nesta oração subterrâneo imenso poder que irriga o mundo ...

Se desejar, você pode confiar uma intenção de oração, enviando-o para o seguinte endereço:

---------------------

GIVING INTENTIONS OF PRAYER TO THE MONASTERY IS
SIMPLE...

The Monk does not break the deep solidarity that must unite the brothers

Human beings ... They conform to the sentiments of Christ Head of the Church, the

"The firstborn of a multitude of brothers" and His love for all men ...

Through monastic prayers, the whole Church prays and intercedes for

humanity.

Do you know ? Each of you, in the secret of his existence, participates in this

Immense current of underground prayer that irrigates the world ...

If you wish, you can entrust us with an intention of prayer by sending it to the following address:

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Partager cet article
Repost0

Recherche

Articles Récents

Liens