Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 août 2015 7 09 /08 /août /2015 07:19
Dieu tout puissant et éternel, daignez regarder le visage de votre Christ, L’éternel Souverain Prêtre, et, par amour pour Lui, ayez pitié de vos prêtres.  Souvenez-vous, ô Dieu miséricordieux, qu’ils ne sont que de faibles et fragiles créatures. Maintenez vivant en eux le feu de votre amour. Gardez-les près de vous pour que l’ennemi ne prévale pas contre eux et pour qu’ils ne soient jamais indignes de leur sublime vocation.  Ô Jésus ! Je vous prie pour vos prêtres fidèles et fervents, pour vos prêtres tièdes et infidèles ; pour vos prêtres qui travaillent proches de nous ou dans les missions lointaines ; pour vos prêtres qui subissent la tentation ; pour vos prêtres qui souffrent de la solitude et du délaissement ; pour vos jeunes prêtres, pour vos prêtres âgés ; pour vos prêtres infirmes ; pour vos prêtres agonisants ; pour les âmes de vos prêtres défunts.  Mais surtout, je vous recommande les prêtres qui me sont les plus chers ; le prêtre qui m’a baptisé, ceux qui m’ont absout de mes péchés ; les prêtres aux messes desquels j’ai assisté et qui m’ont donné votre Corps et votre Sang dans la Sainte Communion ; les prêtres qui m’ont enseigné et instruit, m’ont encouragé et conseillé ; tous les prêtres auxquels me lie une dette de gratitude.  Ô Jésus ! Gardez-les dans votre amour sacerdotal et accordez-leur d’abondantes bénédictions pour le temps et pour l’éternité.  Amîn . (Prière que nous disions jadis au Monastère Syriaque après l'Office du Matin)

Dieu tout puissant et éternel, daignez regarder le visage de votre Christ, L’éternel Souverain Prêtre, et, par amour pour Lui, ayez pitié de vos prêtres. Souvenez-vous, ô Dieu miséricordieux, qu’ils ne sont que de faibles et fragiles créatures. Maintenez vivant en eux le feu de votre amour. Gardez-les près de vous pour que l’ennemi ne prévale pas contre eux et pour qu’ils ne soient jamais indignes de leur sublime vocation. Ô Jésus ! Je vous prie pour vos prêtres fidèles et fervents, pour vos prêtres tièdes et infidèles ; pour vos prêtres qui travaillent proches de nous ou dans les missions lointaines ; pour vos prêtres qui subissent la tentation ; pour vos prêtres qui souffrent de la solitude et du délaissement ; pour vos jeunes prêtres, pour vos prêtres âgés ; pour vos prêtres infirmes ; pour vos prêtres agonisants ; pour les âmes de vos prêtres défunts. Mais surtout, je vous recommande les prêtres qui me sont les plus chers ; le prêtre qui m’a baptisé, ceux qui m’ont absout de mes péchés ; les prêtres aux messes desquels j’ai assisté et qui m’ont donné votre Corps et votre Sang dans la Sainte Communion ; les prêtres qui m’ont enseigné et instruit, m’ont encouragé et conseillé ; tous les prêtres auxquels me lie une dette de gratitude. Ô Jésus ! Gardez-les dans votre amour sacerdotal et accordez-leur d’abondantes bénédictions pour le temps et pour l’éternité. Amîn . (Prière que nous disions jadis au Monastère Syriaque après l'Office du Matin)

Onzième dimanche après la Pentecôte

(Calendrier de l'Eglise Orthodoxe Malankare)

 Quadisha Qurbana :

·          

 St Jacques : 2:14-26 :

 

  • 14 Mes frères, si quelqu’un prétend avoir la foi, sans la mettre en œuvre, à quoi cela sert-il ? Sa foi peut-elle le sauver ?
  • 15 Supposons qu’un frère ou une sœur n’ait pas de quoi s’habiller, ni de quoi manger tous les jours ;
  • 16 si l’un de vous leur dit : « Allez en paix ! Mettez-vous au chaud, et mangez à votre faim ! » sans leur donner le nécessaire pour vivre, à quoi cela sert-il ?
  • 17 Ainsi donc, la foi, si elle n’est pas mise en œuvre, est bel et bien morte.
  • 18 En revanche, on va dire : « Toi, tu as la foi ; moi, j’ai les œuvres. Montre-moi donc ta foi sans les œuvres ; moi, c’est par mes œuvres que je te montrerai la foi.
  • 19 Toi, tu crois qu’il y a un seul Dieu. Fort bien ! Mais les démons, eux aussi, le croient et ils tremblent.
  • 20 Homme superficiel, veux-tu reconnaître que la foi sans les œuvres ne sert à rien ?
  • 21 N’est-ce pas par ses œuvres qu’Abraham notre père est devenu juste, lorsqu’il a présenté son fils Isaac sur l’autel du sacrifice ?
  • 22 Tu vois bien que la foi agissait avec ses œuvres et, par les œuvres, la foi devint parfaite.
  • 23 Ainsi fut accomplie la parole de l’Écriture : Abraham eut foi en Dieu ; aussi, il lui fut accordé d’être juste, et il reçut le nom d’ami de Dieu. »
  • 24 Vous voyez bien : l’homme devient juste par les œuvres, et non seulement par la foi.
  • 25 Il en fut de même pour Rahab, la prostituée : n’est-elle pas, elle aussi, devenue juste par ses œuvres, en accueillant les envoyés de Josué et en les faisant repartir par un autre chemin ?
  • 26 Ainsi, comme le corps privé de souffle est mort, de même la foi sans les œuvres est morte.

 

1 Corinthiens 14 :34- 40 :

  

  • 34 Que les femmes gardent le silence dans les assemblées, il ne leur est  point permis de parler ; mais qu’elles restent dans la soumission, comme le précise la Loi.
  • 35 Et si elles veulent obtenir un éclaircissement, qu’elles interrogent leur mari à la maison. Car pour une femme c’est une honte de parler dans l’assemblée.
  • 36 La parole de Dieu serait-elle venue de chez vous ? Ne serait-elle arrivée que chez vous ?
  • 37 Si quelqu’un pense être prophète ou inspiré par l’Esprit, qu’il reconnaisse dans ce que je vous écris un commandement du Seigneur.
  • 38 S’il ne le reconnaît pas, lui-même ne sera pas reconnu.
  • 39 Ainsi, mes frères, recherchez le don de prophétie, et n’empêchez pas de parler en langues,
  • 40 mais que tout se passe dans la dignité et dans l’ordre.

 

 

 Saint-Marc : 6:7-13 :

    

  • 07 Il appela les Douze ; alors il commença à les envoyer en mission deux par deux. Il leur donnait autorité sur les esprits impurs,
  • 08 et il leur prescrivit de ne rien prendre pour la route, mais seulement un bâton ; pas de pain, pas de sac, pas de pièces de monnaie dans leur ceinture.
  • 09 « Mettez des sandales, ne prenez pas de tunique de rechange. »
  • 10 Il leur disait encore : « Quand vous avez trouvé l’hospitalité dans une maison, restez-y jusqu’à votre départ.
  • 11 Si, dans une localité, on refuse de vous accueillir et de vous écouter, partez et secouez la poussière de vos pieds : ce sera pour eux un témoignage. »
  • 12 Ils partirent, et proclamèrent qu’il fallait se convertir.
  • 13 Ils expulsaient beaucoup de démons, faisaient des onctions d’huile à de nombreux malades, et les guérissaient.

 

 

 

St Grégoire d'Agrigente était  originaire d'Agrigente en Sicile, il chantait durant les liturgies "doué par nature d'une belle voix qui ravissait tous les assistants". Il part à Carthage et se joint à trois moines qui se rendent à Jérusalem et tous quatre y vivent le Grand Carême et les fêtes pascales. Quelques années plus tard, il est à Antioche, puis à Constantinople. Honoré par l'empereur et la cour, il part à Rome pour vénérer le tombeau des Apôtres où le Pape l'accueille, le nomme évêque d'Agrigente et le soutient quand il y sera accusé par des prêtres mécontents de son ministère épiscopal, et même emprisonné pour cela. Le Pape rétablit son innocence durant une liturgie dans la basilique saint Pierre. Puis Grégoire retourna à Constantinople où il se retira dans la quiétude monastique poursuivant son œuvre pastorale et littéraire qui le fait surnommer "un second Chrysostome." À Agrigente en Sicile, après 603, saint Grégoire, évêque, qui composa un commentaire de l’Ecclésiaste pour faire connaître aux ignorants son sens spirituel.  Martyrologe romain:

St Grégoire d'Agrigente était originaire d'Agrigente en Sicile, il chantait durant les liturgies "doué par nature d'une belle voix qui ravissait tous les assistants". Il part à Carthage et se joint à trois moines qui se rendent à Jérusalem et tous quatre y vivent le Grand Carême et les fêtes pascales. Quelques années plus tard, il est à Antioche, puis à Constantinople. Honoré par l'empereur et la cour, il part à Rome pour vénérer le tombeau des Apôtres où le Pape l'accueille, le nomme évêque d'Agrigente et le soutient quand il y sera accusé par des prêtres mécontents de son ministère épiscopal, et même emprisonné pour cela. Le Pape rétablit son innocence durant une liturgie dans la basilique saint Pierre. Puis Grégoire retourna à Constantinople où il se retira dans la quiétude monastique poursuivant son œuvre pastorale et littéraire qui le fait surnommer "un second Chrysostome." À Agrigente en Sicile, après 603, saint Grégoire, évêque, qui composa un commentaire de l’Ecclésiaste pour faire connaître aux ignorants son sens spirituel. Martyrologe romain:

Par St Grégoire d'Agrigente

(v. 559-v. 594), évêque . Commentaire sur l'Ecclésiaste, 10, 2 (trad. bréviaire) 

 

« La Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres »

 

      La lumière du soleil, vue par les yeux de notre corps, annonce le soleil spirituel, le « Soleil de justice » (Ml 3,20).

C'est vraiment le soleil le plus doux qui se soit levé pour ceux qui, en ce temps-là, ont eu le bonheur d'être ses disciples, et de le regarder de leurs yeux pendant qu'il partageait la vie des hommes comme s'il était un homme ordinaire.

Et pourtant, il était aussi par nature Dieu véritable ; c'est pourquoi il était en mesure de rendre la vue aux aveugles, de faire marcher les boiteux et entendre les sourds ; il a purifié les lépreux et, d'un seul mot, rappelé les morts à la vie. 


      Et maintenant encore, il n'y a vraiment rien de plus doux que de fixer sur lui les yeux de notre esprit pour contempler et se représenter son inexprimable et divine beauté ; il n'y a rien de plus doux que d'être illuminés et embellis par cette participation et cette communion à la lumière, d'avoir le cœur adouci, l'âme sanctifiée, et d'être remplis d'une allégresse divine tous les jours de la vie présente.

En vérité, ce Soleil de justice est, pour ceux qui le regardent, le pourvoyeur de la joie, selon cette prophétie de David :

« Les justes sont en fête devant la face de Dieu, ils débordent d'allégresse ! »

Et encore :

« Criez au Seigneur votre joie, hommes justes ; hommes droits, à vous la louange ! » (Ps 67,4 ; 33,1).

 

UNE PRIERE SYRIAQUE TOUTE SIMPLE ET BELLE:
 
Accorde à mon esprit, Ô Seigneur, 
 
Accorde-moi un cœur pur

 

de converser avec la grandeur de ta grâce, 

non par l’entremise de la voix du corps, 

ou de la langue de la chair, 

mais accorde-lui plutôt ce discours qui te loue en silence, 

toi le Silencieux qui se loue d’un prononçable silence.

Accorde-moi, Ô Seigneur, un esprit plein d’amour pour toi, 

un intellect plein d’intuition de toi, 

et un cœur pur d’où rayonne ta lumière.

(Moine syriaque-orthodoxe anonyme, cité dans The Syriac Fathers on Prayer, ed. Sebastian Brock, Cistercian Publications, Kalamazoo, MI, 1987, p. 184.)

 
Non nobis Domine, non nobis, sed nomini tuo da gloriam. Prière pour tous les gens qui sont en détresse et qui ont mis leur confiance en le Seigneur. ليس لنا يارب ليس لنا ولكن لاسمك اعط مجدا صلاتنا لأجل جميع المتألمين والمتضايقين والذين وضعوا ثقتهم في الرب

Non nobis Domine, non nobis, sed nomini tuo da gloriam. Prière pour tous les gens qui sont en détresse et qui ont mis leur confiance en le Seigneur. ليس لنا يارب ليس لنا ولكن لاسمك اعط مجدا صلاتنا لأجل جميع المتألمين والمتضايقين والذين وضعوا ثقتهم في الرب

Par St Ambroise

(v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l'Église 
Des mystères, 48-49, 58 (trad. SC 25 p. 123 rev) 

 

 

« Moi, je suis le pain de la vie »

 

 

    Il est admirable que Dieu ait fait pleuvoir la manne pour nos pères et qu'ils aient été rassasiés chaque jour du pain du ciel. C'est pourquoi il est dit :

« L'homme a mangé le pain des anges » (Ps 77,25).

Pourtant ceux qui ont mangé ce pain au désert sont tous morts. Au contraire, cette nourriture que tu reçois, ce pain vivant qui est descendu du ciel, fournit le soutien de la vie éternelle, et quiconque le mange ne mourra jamais.

C'est le corps du Christ... 


    Cette manne-là était du ciel, celle-ci d'au-dessus du ciel ; celle-là était un don du ciel, celle-ci du Seigneur des cieux ; celle-là était sujette à la corruption si on la gardait jusqu'au lendemain, celle-ci est étrangère à toute corruption :

quiconque en goûte avec respect ne peut pas être atteint par la corruption.

Pour les Hébreux l'eau a coulé du rocher, pour toi le sang coule du Christ.

L'eau les a désaltérés pour un moment, toi le sang te lave à jamais. Les Hébreux ont bu et ont eu soif.

Toi, une fois que tu auras bu, tu ne pourras plus avoir soif (Jn 4,14). Cela était la préfiguration, ceci est la vérité plénière... 


    C'était « l'ombre des choses à venir » (Col 2,17).

Écoute ce qui s'est manifestée à nos pères :

« Ils buvaient, dit-on, du rocher qui les suivait au désert ; or le rocher c'était le Christ » (1Co 10,4)...

Toi, tu as connu l'accomplissement, tu as vu la pleine lumière, la vérité préfigurée, le corps du Créateur plutôt que la manne du ciel...

Ce que nous mangeons et ce que nous buvons, l'Esprit Saint l'exprime ailleurs :

« Goûtez et voyez que le Seigneur est bon. Heureux ceux qui espèrent en lui » (Ps 33,9).

 

Partager cet article

Repost0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille Tradition Syriaque

Recherche

Articles Récents

Liens