Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 10:54
Chrétiens d'Orient : appel à la France et au monde.

(Source: FIGAROVOX/TRIBUNE )

Pour Patrick Karam, président de la Coordination des chrétiens d'Orient en danger (Chredo), l'affrontement n'est ni entre la chrétienté et l'islam ni entre l'Occident et l'Orient mais entre les civilisations millénaires et la barbarie.Ancien délégué interministériel, Patrick Karam est président de la Coordination des chrétiens d'Orient en danger (Chredo).

Le refus de la RATP d'apposer, sur les supports d'une campagne de publicité pour un concert du groupe vocal Les Prêtres, la mention «Au bénéfice des chrétiens d'Orient», au motif qu'une telle mention s'inscrirait «dans le contexte d'un conflit armé à l'étranger» et constituerait une atteinte au «principe de neutralité du service public» doit être condamné avec la plus grande fermeté.

Comment peut-on mettre sur le même plan les agresseurs, les criminels, en l'occurrence les groupes armés islamistes, et les victimes civiles, désarmées, d'exactions graves qui peuvent s'apparenter à un crime contre l'humanité ou à un génocide ?

Nous ne pouvons accepter que les chrétiens d'Orient soient considérés comme étant parties à un quelconque conflit armé. Comment peut-on mettre sur le même plan les agresseurs, les criminels, en l'occurrence les groupes armés islamistes, et les victimes civiles, désarmées, d'exactions graves qui peuvent s'apparenter à un crime contre l'humanité ou à un génocide?

Il y a une spécificité de la question chrétienne en Orient. Contrairement aux autres communautés sunnites, chiites ou encore kurdes, les chrétiens n'ont ni territoire sanctuaire où ils pourraient se réfugier, ni armée ou milice pour les protéger, ni parti politique pour défendre leurs droits à l'exception notable du Liban, ni protecteur international pour les financer et les soutenir. Ils sont les plus vulnérables et abandonnés à la mauvaise conscience de l'Occident.

Au moment de la Pâques chrétienne, le message du Christ ressuscité nourrit notre espoir que ces populations présentes depuis deux millénaires sur les terres de naissance du christianisme survivent une fois de plus à l'ignominie et à l'horreur absolue.

Contrairement aux autres communautés sunnites, chiites ou encore kurdes, les chrétiens n'ont ni territoire sanctuaire où ils pourraient se réfugier, ni armée ou milice pour les protéger, ni parti politique pour défendre leurs droits à l'exception notable du Liban, ni protecteur international pour les financer et les soutenir.

C'est pourquoi, la Coordination des chrétiens d'Orient en danger (Chredo), ses organisations affiliées ainsi que les responsables religieux des Églises d'Orient qui nous soutiennent tiennent à s'adresser aux dirigeants de la France et du monde pour leur demander d'assumer leur responsabilité pour éviter la disparition des derniers chrétiens en Orient et un affrontement entre les civilisations. Cette responsabilité passe ainsi par quatre engagements fondamentaux:

1. Nous appelons la France à obtenir du Conseil de sécurité des Nations unies la saisine de la Cour pénale internationale (CPI) pour génocide et crimes contre l'humanité, et nous appelons les États à soutenir cette saisine. Terroriser les civils, tuer des innocents, massacrer à grande échelle en raison de la religion ou de l'origine, asservir des êtres humains et réduire en esclavage sexuel des femmes, violer les droits, les biens, les lieux de culte sont des crimes contre l'humanité et doivent être condamnés par la communauté internationale.

Nous appelons aussi la France et les États à soutenir concrètement la plainte de la Chredo pour génocide et crimes contre l'humanité déposée en septembre 2014 devant la CPI et qui fait l'objet d'une instruction.

Nous demandons donc aux responsables politiques, aux penseurs, aux journalistes occidentaux de ne pas instrumentaliser ces crimes pour propager des stéréotypes sur l'islam.

2. Nous confirmons que les musulmans et les chrétiens en Orient sont frères, qu'ils appartiennent à un même univers et aux mêmes nations. Ils ont vécu ensemble pendant des siècles. Ils doivent pouvoir vivre avec les mêmes droits et jouir des mêmes libertés.

Nous demandons donc aux responsables politiques, aux penseurs, aux journalistes occidentaux de ne pas instrumentaliser ces crimes pour propager des stéréotypes sur l'islam et remettre en question la position des musulmans dans les sociétés occidentales.

3. Nous faisons appel à tous les chrétiens, nos parents, pour leur demander de rester dans leurs pays d'origine, jusqu'à ce que la vague d'extrémisme dont nous souffrons tous prenne fin. Nous lançons également un appel aux pays du monde entier afin qu'ils accordent des visas d'asile seulement en cas d'extrême nécessité, car l'émigration permet aux forces d'oppression d'écraser et de déstabiliser les États et de démembrer les sociétés civiles. Et parce qu'il ne suffit pas d'appeler les chrétiens d'Orient à demeurer sur leur terre, nous plaidons pour la création d'un fonds d'aide spécifique international à la reconstruction destiné à permettre le retour des chrétiens d'Orient et des minorités sur leur terre. Ce fonds devra prendre en charge la reconstruction des maisons, des écoles, des hôpitaux et des églises. Nous demandons instamment au ministre français qui s'engage à soutenir la demande de la Chredo de concrétiser au plus vite sa promesse par la réunion d'une conférence de donateurs pour mettre en place ce fonds.

Parce qu'il ne suffit pas d'appeler les chrétiens d'Orient à demeurer sur leur terre, nous plaidons pour la création d'un fonds d'aide spécifique international à la reconstruction destiné à permettre leur retour.

4. Nous affirmons que l'Orient, musulmans et chrétiens réunis, considère que la lutte contre l'extrémisme, le radicalisme et le terrorisme, quelles que soient leurs origines et quels que soient leurs objectifs, est la responsabilité de tous. Il n'y a pas d'affrontement entre la chrétienté et l'islam, il n'y a pas de conflit entre les civilisations, ce n'est pas la guerre entre l'Occident et l'Orient. Toutes les civilisations millénaires doivent affronter ensemble, solidairement, la barbarie la plus odieuse et la plus inhumaine: c'est la guerre des civilisations contre la barbarie la plus abjecte. Nous rappelons que la barbarie et le terrorisme perpétrés par des groupes qui manipulent l'islam concernent toute la communauté internationale, Occident comme Orient; que plus aucun pays ne pourra dans le futur être à l'abri de telles dérives, soit par l'intrusion de groupes armés sur son sol, soit par des actes terroristes à une échelle jamais atteinte; qu'il est donc urgent de réaffirmer sans ambiguïté la nécessaire solidarité entre les pays concernés. Nous demandons à la communauté internationale de mettre en œuvre tous les moyens pour éradiquer au plus vite cette gangrène qui menace tous les États de la région, convaincus que plus on tarde et plus les risques pour l'Orient et l'Occident s'aggravent.

( http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2015/04/03/31002-20150403ARTFIG00337-chretiens-d-orient-appel-a-la-france-et-au-monde.php)

Partager cet article
Repost0
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 11:06
« Faire son deuil » après le crash de l’avion Düsseldorf-Barcelone… (Bertrand Vergely.Philosophe et théologien)

Le crash de l'avion Düsseldorf-Barcelone qui vient d'avoir lieu dans les Alpes du Sud est bien évidemment tragique et il ne saurait être question de ne pas être bouleversé face au drame qu'il représente. Néanmoins, sa «gestion» par notre postmodernité ne peut pas ne pas nous interroger quand on a quelque bon sens.

Écoutons la radio relatant ce qui se passe maintenant. Nous apprenons que des avions ont été affrétés pour que les familles puissent se rendre sur les lieux du drame afin de faire leur deuil, le tout accompagnées par des cellules de soutien psychologique. Constatons-le.

Désormais, lorsqu'une catastrophe se produit, le scénario est bien orchestré. Immédiatement nous apprenons que «tout est mis en œuvre» pour qu'il y ait «prise en charge» des familles par des «antennes de soutien psychologique» afin de «mettre des mots» et ainsi de permettre de «faire le deuil».

Dans ce scénario bien rôdé il y quelque chose qui dérange. Le fait qu'il soit bien rôdé. Et derrière ce rodage, une certaine mécanicité. On n'est pas humain. On est mécaniquement humain.

Comme si on avait peur. Peur que les familles endeuillées se révoltent. Peur qu'elles crient au scandale. Peur qu'elles disent haut et fort qu'elles ont été mal traitées. Qu'elles ont été abandonnées. Qu'elles ont été laissées à elles-mêmes, seules avec leur chagrin. Alors, non seulement, on «fait» mais on montre que l'on «fait». On communique. On sur-communique. Pas question qu'il y ait un moment de solitude ni de silence.

Une expression frappe dans ce tourbillon communicationnel: faire son deuil. Se rend-t-on compte de ce que l'on dit quand on prononce ce terme?

Quand Freud a prononcé cette formule, il songeait à certains de ses patients maladivement attachés à des proches décédés. On ne peut pas vivre éternellement dans le regret de nos chers disparus. Il y a un moment où il faut les laisser partir. D'où l'expression «faire son deuil», cette expression désignant le fait de faire son deuil d'un attachement névrotique, hystérique à des proches disparus.

Prise en dehors de son contexte pathologique, constatons le, cette expression est proprement ridicule. Que l'on sache, toute personne qui perd un de ses proches n'est pas dans un état pathologique, névrotique ou hystérique au point de devoir «faire son deuil» avec un psychiatre.

Qu'à cela ne tienne. Notre postmodernité a décidé de psychiatriser le deuil et oblige désormais de «faire son deuil» en dépêchant pour cela des «psys» afin de veiller à ce qu'on le fasse.

Faute d'un discours religieux sur la mort nous avons aujourd'hui affaire à un discours médical et psychiatrique sur celle-ci, une personne endeuillée étant un malade potentiel qu'il faut soigner et le prêtre étant remplacé par le psychiatre.

En fait, ne sachant pas quoi faire en l'absence d'un ordre religieux du monde, la postmodernité qui a tué Dieu médicalise la mort et la psychiatrise faute de la spiritualiser en dépêchant sur les lieux des catastrophes et des tragédies des équipes médico-psychiatriques veillant à ce que l'ordre d'un monde sans Dieu soit bien assuré.

On a psychiatrisé la mort? On a fait en sorte que tout le monde fasse gentiment son deuil comme certains font la Turquie quand ils sont en vacances ou que le petit fait son rôt à la fin du repas? On a bien fait. On a fait ce qu'il fallait faire.

Le monde peut continuer de dormir en paix. On a veillé à ce que la mort ne soit plus un événement spirituel et métaphysique. On a empêché de la penser. On a évité qu'elle bouleverse et que, derrière elle, la vie, bouleverse.

Bertrand Vergely
Philosophe et théologien, il est l'auteur de Deviens qui tu es: La philosophie grecque à l'épreuve du quotidien (Albin Michel, 2014).

Partager cet article
Repost0
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 10:55
Liberté de Conscience: Dans l'Etat de l'Indiana,les croyants peuvent refuser de servir l’immoralité

Etats-Unis – Le 26 mars, Mike Pence, gouverneur de l’État de l’Indiana promulguait une loi destinée à protéger la liberté religieuse en permettant notamment de refuser d’accomplir un service ou une prestation qui irait à l’encontre de ses principes religieux.

Etrangement, le lobby LGBT s’est particulièrement senti visé.

«Aujourd’hui, j’ai signé le Religious Freedom Restoration Act, car je soutiens la liberté de religion pour chaque Hoosier quelle que soit sa croyance. La constitution des États-Unis et la Constitution de l’Indiana fournissent toutes deux une forte reconnaissance de la liberté de culte mais aujourd’hui, beaucoup de croyants ont l’impression que leur liberté religieuse va être attaquée par les actions du gouvernement.»

Cette reconnaissance de la liberté de conscience pour les croyants vaut au gouverneur de cet Etat une belle campagne de dénigrement et des menaces de boycotter son Etat.

Liberté de Conscience: Dans l'Etat de l'Indiana,les croyants peuvent refuser de servir l’immoralité
Partager cet article
Repost0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 10:11

De passage à Paris, Mère Agnès-Mariam de la Croix a donné une conférence le vendredi 6 mars 2015 sur la situation actuelle en Syrie après quatre années de guerre. Des inhabituels...

Partager cet article
Repost0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 10:07

Ce saint Jean de Matha des temps modernes risque sa vie tous les jours pour sortir ces jeunes filles de l’enfer.

Il mériterait le prix Nobel de l’amour. Au péril de sa vie, un homme, qui préfère garder l’anonymat pour des raisons évidentes de sécurité, entre sur des terres contrôlées par le pseudo État islamique (EI). Il y rachète des jeunes filles chrétiennes, musulmanes et yézidi, vendues comme esclaves sexuelles, et les aide ensuite à retrouver leur famille.


Un moment d’intense émotion

Combien en a-t-il ainsi sauvées ? Agit-il seul ? L’histoire ne le dit pas. Mais une vidéo le montre rendant une jeune fille yézidie à sa famille, qui ne savait pas ce qu’elle était devenue, depuis sa capture par des membres de l’EI. Ces images des retrouvailles avec son père sont un moment d’intense émotion, qui ne peuvent laisser indifférent quiconque possède une once d’humanité. 

L’esclavage, justifié par la sourate 4 du Coran, a été établi officiellement par Daesh, qui pratique la traite sexuelle dans son « califat » , comme en atteste une édition de sa revue en ligne Daquib, publiée en anglais. Ce commerce de la honte, qui déshonore tous ceux qui y trempent, concerne le plus souvent des jeunes filles des minorités chrétiennes ou yézidi. Leur prix varie en fonction de leur âge. Il est difficile d’imaginer le calvaire enduré par ces jeunes filles, et la souffrance de leur famille, en particulier de leurs parents. Celles qui ont la chance d’échapper à cet enfer mettront du temps à se reconstruire. Il est d’ailleurs peu probable qu’elles y arrivent vraiment un jour.


Un ordre religieux toujours au service de la libération des esclaves

Au Moyen-Âge, un chrétien, Jean de Matha (1160-1213), a consacré sa vie au rachat des esclaves. Après une vision du Christ libérant deux captifs, un blanc et un noir, il avait créé à cet effetl’ordre des Trinitaires. En 1789, l’ordre, qui n’avait cessé de se développer, avait pu libérer ainsi plus de 600 000 personnes. Saint Jean de Matha a été canonisé par l’Église au XVIIe siècle. Aujourd’hui, son ordre est présent dans de nombreux pays, où il continue d’œuvrer en faveur de la rédemption des personnes victimes des multiples formes d’esclavage de l’époque actuelle.

Adapté de l'italien par Élisabeth de Baudouïn pour "Aleteia"

Partager cet article
Repost0
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 09:24
Mépris des chrétiens :
Un prêtre de Chambéry écrit sa déception à François Hollande

"Monsieur le Président de la République, considérez-vous que les chrétiens de France soient des membres à part entière de la République ?", demande l'abbé Jean-Claude Brunetti.

(Source: "Aleteia")

Mépris des chrétiens par la Présidence Française ?   Un prêtre de Chambéry écrit sa déception à François Hollande

"À Paris et à Copenhague, on tue des Français ou des Danois parce qu'ils sont Juifs. Mais en Libye on tue des Egyptiens…" L'abbé Jean-Claude Brunetti, prêtre du Prado, du diocèse de Chambéry, a écrit le 18 février une lettre ouverte à François Hollande. Une lettre que vous pouvez consulter dans son intégralité en cliquant ici.

"Je ne vous écris pas dans un esprit de revendication, ma lettre est simplement l'expression d'une déception et d'une peine sincère, celle de me sentir en tant que membre d'une institution et en tant que personne particulière, non reconnu et pratiquement méprisé par les responsables de mon pays.
Ces derniers temps vous avez souvent parlé de "nos compatriotes musulmans", des "juifs de France", pour lesquels vous avez multiplié les gestes de solidarité, et vous avez eu entièrement raison, compte-tenu des événements tragiques des 7 au 9 janvier. Deux personnes qui se reconnaissaient dans le christianisme ont perdu la vie dans ces événements. On a peu parlé d'elles, rien d'anormal à cela, car elles n'ont pas été tuées en raison de leur religion, elles assuraient simplement la sécurité des autres…
Mais, lorsque 21 coptes d'Egypte sont assassinés en Libye, assassinat clairement défini comme une menace adressée "au peuple de la Croix, fidèle à l'Eglise égyptienne ennemie" et que l'Elysée parle à deux reprises de "l'assassinat sauvage de 21 ressortissants égyptiens"… cela me blesse profondément.
A Paris et à Copenhague, on tue des Français ou des Danois parce qu'ils sont Juifs. Mais en Libye on tue des Egyptiens… Ce parti-pris d'ignorance est vraiment le signe d'un mépris pour les chrétiens, c'est du moins comme cela que je le ressens, monsieur le Président. (…) Il ne faut pas oublier que, de par le monde, le christianisme est la religion la plus persécutée (très souvent par les tenants d'un islam sinon terroriste, du moins fondamentaliste), comme le souligne l'étude documentée récemment parue aux éditions XO, intitulée "Le livre noir de la condition des chrétiens dans le monde."
(…)
Il est souvent question des dégradations de mosquées ou de synagogues, ce qui est déplorable, bien évidemment, mais le fait que l'évêque de l'Ain ait été amené à prendre la décision de laisser les tabernacles dans toutes les églises de son diocèse, vides et portes ouvertes pour dissuader les auteurs de profanations de ciboires et d'hosties, ne mérite pas qu'on en parle…
Je comprends très bien que l'institution Eglise ne vous attire pas spécialement, elle n'a pas toujours eu une histoire glorieuse, Mais c'est le propre de toute institution, en connaissez-vous une de parfaite ? La République elle-même n'a-t-elle pas quelques cadavres dans ses placards ? Est-ce une raison pour ne pas l'aimer, pour ne pas souhaiter qu'elle s'améliore ?
Il y a aussi le fait que récemment certains chrétiens aient pu prendre des positions qui vous agacent… Que des citoyens ne pensent pas comme vous, c'est la gloire de la République et de la liberté d'expression dont vous êtes un ardent défenseur.

"J'ai simplement voulu vous dire, en tant que citoyen d'un pays que j'aime au moins autant que vous, combien votre humanisme rétréci et votre laïcité à géométrie variable me déçoivent, conclut le Père Jean-Claude Brunetti. Je vous conserve le respect dû à vos fonctions, cette lettre en est d'ailleurs un signe. Je vous souhaite la meilleure fin de mandat possible."
 

Partager cet article
Repost0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 21:50
Jean d'Ormesson :
nous avons été Charlie,
soyons des chrétiens d'Orient

10387697_10206347021017281_2855144654096003587_n.jpg

« Les chrétiens d'Orient sont en train d'être exterminés », a rappelé l'écrivain,

parlant clairement d'« une sorte de génocide ».

« S'il y a une cause qui mérite d'être défendue, c'est celle-là. Nous avons un devoir de solidarité avec ces chrétiens d'Orient qui doivent avoir le sentiment d'être un peu abandonnés. » Peut-être faut-il s'appeler Jean d'Ormesson pour être entendu par de grands médias ? Ce mercredi, l'académicien a ainsi été accueilli, et largement écouté, sur l'antenne d'Europe 1 et BFM TV. L'écrivain l'a de nouveau souligné : un génocide est actuellement commis contre les chrétiens d'Irak. Jean d'Ormesson en appelle à la communauté internationale pour défendre les Chrétiens d'Orient.

« Nous avons tous été des juifs allemands, nous avons tous été des Charlie. Eh bien, je crois que nous devons tous être des chrétiens d'Orienta appelé Jean d'Ormesson, sur l'antenne de BFM TVLes chrétiens d’Orient ne demandent pas des privilèges, mais il faut s’occuper d’eux comme des juifs, ou des malheureux qui n’ont plus rien ».« Les chrétiens d’Orient sont pourchassés, chassés de leurs maisons, et, dans le pire des cas, égorgés. » « On peut parler de génocide, car on a l'impression que les chrétiens deviennent une religion martyre, a souligné l'académicien. On ne peut pas laisser se faire massacrer des populations entières, en disant ce sont des chrétiens, on les abandonne. Il doit y avoir un soulèvement de l'Europe en faveur des chrétiens d'Orient. »

Sur l'antenne d'Europe 1, interviewé par Maxime Switek, l'écrivain était déjà revenu tôt le matin sur la situation des chrétiens d'Orient, quelques jours après l'assassinat de 21 coptes, et juste après que plus de 100 chrétiens avaient été kidnappés en Syrie : « Ce qui est frappant, c'est l'étalement de la cruauté. Nous avons connu des drames épouvantables, les camps de concentration en Allemagne, les goulags en Russie. Mais au moins les coupables essayaient de cacher leurs crimes. Là, il y a une mise en scène de l'horreur. Le massacre des coptes en Libye a été abominable, avec une mise en scène qui ne manque pas d'un certain talent atroce. Vous avez des événements en Syrie, en Libye, en Afrique noire aussi. Clairement, on essaie de faire disparaître le christianisme dans cette région du monde ».

Comment arrêter tout cela ? «​ Il faut que l'on prenne conscience de ce drame, que toutes les victimes sont sur le même plan. Peut-être pouvons-nous être sensibles à ce massacre des chrétiens, crier notre indignation ? L'Europe devait agir collectivement contre ces massacres. » Pour autant, est-ce que les bombardement suffiront ? «​ Je crois que nous risquons de devoir envisager un engagement plus fort,estime Jean d'Ormesson. Pas question que les Français envisagent seuls une intervention au sol. Une action européenne est possible, peut-être même américano-européenne, d'abord européenne, ensuite internationale. »

Partager cet article
Repost0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 08:57

Prophétie de Marcel VAN sur la menace de mort  de la France

 

Br+Marcel+VanEn l’année 1945, le Christ s’adresse à Marcel Van :
« Ensuite, Jésus revient sur les grandes menaces qui pèsent sur l’avenir de la France :
« mon enfant, prie pour le pays que j’aime particulièrement… Ah… La France… si on ne prie pas, elle sera encore une fois malheureuse, et le règne de mon amour ne pourra que difficilement s’y établir… Van, ne doute pas de ce que je viens de te dire, en voyant que la situation en France est déjà un peu plus stable…
Mon enfant, je parle ainsi pour que la France soit avertie et sache prévenir, car l’ennemi veut faire de ce pays un foyer de discordes. Il faut beaucoup prier… France ! ..France ! … Promets-tu de m’être fidèle ? Es-tu décidée à protéger et étendre le règne de mon amour dans le monde ? »
Après la menace du communisme, le Seigneur en évoque une autre, plus subtile et progressive :
« Petit apôtre de mon amour, écris au sujet de la France… Français, mes enfants, et vous, mes prêtres de France, je vous aime. Soyez sur vos gardes afin de prévenir. L’ennemi de mon amour va vous lancer avant tout son poison à la tête. Soyez sur vos gardes. Ce parti, contrairement au parti communiste, ne nuira pas directement à mes enfants. Il ne détruira pas d’un seul coup le pays que j’aime, mais il le détruira peu à peu.
Oui, peu à peu, il va se propager, peu à peu il va vomir sa fumée infernale pour vous faire mourir asphyxiés il agira de façon à vous éloigner peu à peu de mon amour, pour vous rapprocher progressivement de l’amour profane. Oui, mes enfants, il agira ainsi peu à peu…
Ayez confiance en mon amour, consacrez votre pays à mon amour… Mieux vaudrait pour la France être gouvernée par un homme du peuple à l’esprit obtus, que de l’être par un ennemi de mon amourqui la mènerait à la ruine complète… Pauvre France ! une fois libérée du communisme, elle subira une influence plus perverse encore, celle de la Franc-maçonnerie
France, pays que j’aime… Considère les paroles que je t’adresse ici… Français, mes enfants, si vous repoussez loin de vous mon amour, de quel amour pourriez-vous bien vous servir pour relever la France ? S’il n’y a aucun amour pour relever la France, alors la France se verra couverte d’épaisses fumées montant de l’enfer. .. »
Source: Père Marie-Michel
– Extraits de l’Amour ne peut mourir, Vie de Marcel Van, 1990 (Le Sarment-Fayard)
Partager cet article
Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 13:39

«Génocide» des chrétiens d'Orient :

où sont passés les défenseurs des droits de l'homme?

«Génocide» des chrétiens d'Orient : où sont passés les défenseurs des droits de l'homme?
Une proche de l'un des 21 coptes assassinés par l'Etat islamique .

FIGAROVOX/TRIBUNE - Jean d'Ormesson a dénoncé ce mercredi les massacres des chrétiens d'Orient perpétrés par Daech, qu'il qualifie de Génocide. Maxime Tandonnet approuve cette prise de position et s'indigne du refus d'agir de la communauté internationale.


Maxime Tandonnet décrypte chaque semaine l'exercice de l'État pour FigaroVox. Il est haut fonctionnaire, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République et auteur de nombreux ouvrages, dont Histoire des présidents de la République, Perrin, 2013.


Mercredi 25 février, sur Europe 1, Jean d'Ormesson a dénoncé le génocide des chrétiens d'Orient par le Daesh, ou État islamique d'Irak et de Syrie, à la suite de l'enlèvement de 100 chrétiens d'un village syrien, rappelant le martyr médiatisé subi par 21 Coptes en Libye quelques jours plus tôt.

Il faut craindre le massacre dans les jours à venir, des villageois enlevés femmes et enfants inclus, à des mises en scène d'une cruauté qui dépasse l'imagination. Ce génocide, comme tous les grands génocides de l'histoire, se déroule dans la passivité et la lâcheté de la communauté internationale.

Ce génocide, comme tous les grands génocides de l'histoire, se déroule dans la passivité et la lâcheté de la communauté internationale.

Une poignée de Kurdes déterminés, dont de nombreuses femmes, a montré que l'État islamique était loin d'être invincible. Dès lors, l'échec de la communauté internationale à mettre fin au massacre, ou bien son indifférence, est incompréhensible. L'histoire retiendra les noms des dirigeants qui n'ont pas bougé le petit doigt face à ce génocide. La France a certes pris des initiatives, dont l'envoi du porte-avion Charles de Gaulle, mais elle ne peut pas être seule, engagée sur tous les fronts, dans la lutte contre la barbarie. Le silence des milieux politiques et intellectuels, en Europe et dans le monde, est une abomination. Où sont-ils passés les défenseurs des droits de l'homme? Pourquoi une telle indifférence face au sort de minorités chrétiennes?

Où sont-ils passés les défenseurs des droits de l'homme? Pourquoi une telle indifférence face au sort de minorités chrétiennes?

Serait-ce la vieille haine de la religion chrétienne -écraser l'infâme- qui s'exprime dans cet abandon? La Jordanie et l'Egypte ont réagi aux atrocités dont leurs citoyens ont été l'objet. Il est invraisemblable que les grandes puissances, Etats-Unis, Russie, Allemagne, Chine, le Japon, qui ont tous été victimes à travers leurs citoyens, ne mettent pas entre-parenthèse leurs conflits pour constituer un front commun, une coalition face à une menace qui pèse sur la civilisation.

Il est invraisemblable que les grandes puissances, Etats-Unis, Russie, Allemagne, Chine, le Japon, qui ont tous été victimes à travers leurs citoyens, ne mettent pas entre-parenthèse leurs conflits pour constituer un front commun, une coalition face à une menace qui pèse sur la civilisation.

Il a fallu qu'un écrivain nonagénaire prenne la parole pour tenter de secouer les esprits. Ce qui se passe est évidemment dans l'ordre du crime contre l'humanité. Est-ce que la parole de ce grand Monsieur, courageux et lucide, dans le brouillard de l'aveuglement et de la lâcheté qui pèse sur le monde, va enfin permettre une prise de conscience? Une intervention armée d'une coalition internationale, pour mettre fin à un génocide, cela n'aurait strictement rien à voir avec les opérations militaires passées qui ont eu pour effet de déstabiliser des États et de répandre le chaos au Moyen-Orient. Cette fois-ci nous sommes dans une situation radicalement différente, celle d'un génocide en cours, comparable au «Kamputchéa» des Khmers rouges dans les années 1976-1979, ou au Rwanda dans les années 1990, pour ne parler que des génocides récents. Le refus d'agir, dans de telles circonstances, relève de la non assistance à personne en danger, voire de la complicité passive de la part de la communauté internationale. Après, avec le recul des années, on le regrette amèrement, on ne comprend pas comment une telle lâcheté a été possible. On se dit que c'est la dernière fois, qu'on ne laissera plus jamais faire... Et puis cela recommence, sous d'autres formes, dans d'autres circonstances, toujours dans l'indifférence générale et la passivité...


Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Partager cet article
Repost0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 15:54

UN ANCIEN MINISTRE NOUS PARLE DE LA REPONSE CHRETIENNE FACE A LA MORT

ferry.jpg

Avec 2 milliards de fidèles le christianisme reste la première religion au monde, loin devant toutes les autres. Question : pourquoi?

Depuis toujours, ma conviction est que le message de Jésus est le seul dans l'histoire de l'humanité qui fût au niveau du problème posé par la mort, notamment par celle des êtres que nous aimons.

Schopenhauer n'a cessé d'y insister dans son maître livre, Le Monde comme volonté et comme représentation (1818) : la mort est la muse de toute interrogation métaphysique. Sans elle il n'y aurait ni philosophies ni religions.

En effet, ces dernières ont en commun de proposer des doctrines du salut, des réflexions sur ce qui pourrait nous sauver de la finitude humaine. À l'appui de son assertion Schopenhauer cite Platon et son fameux «Que philosopher c'est apprendre à mourir », repris et popularisé beaucoup plus tard par Montaigne.

Pourtant, je crois bien que la philosophie a toujours échoué dans cette préparation, là où la religion chrétienne nous promettait de faire « mourir la mort ».

Pour permettre aux humains d'aimer sans crainte ni retenue, il faut, comme le dit l'un de nos plus profonds philosophes chrétiens, Denis Moreau, dans son beau livre sur ; Les Voies du salut (Bayard), que quatre conditions soient réunies : « Que la mort ne soit pas le terme ; qu'il y ait une persistance de l'identité personnelle après la mort ; qu'il y ait une relative hétérogénéité entre la forme d'être que nous connaissonsactuellement et celle placée après la mort; qu'il soit permis d'espérer que cette continuation post mortems 'opère dans des conditions (...) très heureuses. »

En d'autres termes, nous ne serons pleinement sereins et libres que si nous avons la certitude qu'une autre vie reprendra après notre disparition, une vie dans laquelle nous resterons nous-mêmes, de vraies personnes, d'âme et de corps.

Bien entendu, il faut que cette vie future soit malgré tout différente de l'ancienne.

Il faut qu'elle soit plus heureuse, beaucoup plus heureuse, puisque la mort n'y aura plus sa place et que l'amour y régnera en maître.

C'est là, justement, ce que promet le Christ à ceux qui acceptent de le suivre, et cette promesse de résurrection personnelle bouleverse l'attitude existentielle du chrétien ici et maintenant, comme le précise encore Moreau: «L'existence du croyant est une existence caractérisée par la foi en la résurrection du Christ et par l'espérance en sa propre résurrection.

Si l'on prend au sérieux cette foi et cette espérance, elles ne sont pas quelque chose que l'on pourrait avoir parallèlement à d'autres idées, à titre d'ornement ou de consolation de la vie, mais elles déterminent l'être entier du chrétien et le placent dans un rapport spécifique avec le monde qui modifie son être au monde. »

Bien des philosophes, depuis Épicure et les stoïciens jusqu'à Schopenhauer en passant par les disciples de Bouddha ou de Spinoza, se sont efforcés de montrer que la mort n'est pas à craindre. On connaît, entre autres, la fameuse argumentation d'Épicure exposée dans sa Lettre à Ménécée : « La mort n'est ríen pour nous puisque, tant que je suis là, elle n'est pas là, et quand elle est là, c'est moi qui ne suis plus là ! »

Pourquoi, dès lors, s'en effrayer? Je doute que le raisonnement, pourtant logique en apparence, ait jamais convaincu qui que ce soit. Personnellement, je vous avoue qu'il me fait plutôt sourire, pour ne pas dire plus, et bien qu'amoureux de la philosophie, j'ai toujours un peu honte des philosophes quand je les vois céder à pareils sophismes.

Il y eut sans doute quelques disciples pour les prendre au sérieux, mais pas Lucrèce, trop profond et avisé pour se laisser persuader par un discours d'une aussi évidente platitude.

Voilà pourquoi j'aime cette réflexion de La Rochefoucauld : « Rien ne prouve davantage combien la mort est redoutable que la peine que les philosophes se donnent pour persuader qu'on la doit mépriser. On a écrit tout ce qui peut le plus persuader que la mort n'est point un mal. Et les hommes les plus faibles aussi bien que les héros ont donné mille exemples célèbres pour établir cette opinion. Cependant, je doute que personne de bon sens l'ait jamais cru. Et la peine que l'on prend pour le persuader aux autres et à soi-même fait assez voir que cette entreprise n'est pas aisée »

Bien dit, et je concède volontiers qu'à mes yeux seul le discours du Christ est propre à lever les doutes et dissiper les peurs.

A une condition, bien sûr : avoir la foi.

 

(Luc Ferry

Le Figaro 26 décembre 2014)

 

Partager cet article
Repost0

Recherche

Articles Récents

Liens