Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 10:41
NOTRE DAME DE SOUFANIEH , Visite de Myrna Nazzour de N.D. de Soufanieh (Damas, Syrie) en France / Itinéraire et programme de Myrna et de Jean Claude Antakli auteur et interprète.

Itinéraire de Myrna Nazzour en France avec Jean Claude Antakli auteur et interprète.

1) Nice : le Vendredi 23 Octobre participation à la Messe de 18 heures à l’église St Pierre de l’Ariane, 3 rue Pierre Séguran sous l’égide du Père Patrick Bruzzon. 

Vidéoconférence à 20 heures sur les événements vécus par Myrna à Damas (Syrie) dans le quartier chrétien de Soufanieh. Témoignage traduit en directe par Jean Claude Antakli auteur de (Itinéraire d’un chrétien d’Orient, il était une fois…la Syrie !) et (Le Silence de Dieu !) où la vie de Myrna tient une large place.

2) Antibes : Le Samedi 24 Octobre messe à 18h15 à l’église du Sacré-Cœur 10 rue Chaudon Antibes sous l’égide du Père Challard.  A 20 heures vidéoconférence-débat. Témoignage traduit en directe par Jean Claude Antakli auteur de (Itinéraire d’un chrétien d’Orient, il était une fois…la Syrie !) et (Le Silence de Dieu !) où la vie de Myrna tient une large place.

3) Sophia Antipolis : le Dimanche 25 Octobre à 11 heures messe sous l’égide du Père Jean Hubert Thieffry à l’église Saint-Paul-des-Nations, allée Georges Pompidou., avec la participation de Myrna la voyante de Soufanieh à Damas (Syrie) de son mari Nicolas et de Jean Claude antakli son interprète.

4) A Valcluse Le Dimanche 25 Octobre de 15 heures à 17h30 vidéoconférence et débat au Sanctuaire Notre Dame de Valcluse sous l’égide du Père Emmanuel Marie. 1014 route de Grasse 06810 Auribeau sur Siagne. (France). Témoignage traduit en directe par Jean Claude Antakli auteur de (Itinéraire d’un chrétien d’Orient, il était une fois…la Syrie !) et (Le Silence de Dieu !) où la vie de Myrna tient une large place. A 18 heures Messe pour les victimes syriennes.

5) Le mardi 27 Octobre à 20 heures30 à Saint Laurent du Var, vidéoconférence et débat à l’Association Eveil et Lumière 8 Rue de la liberté. Myrna et Jean Claude Antakli. Parking gratuit.

6) Juan Les Pins : Le Mercredi 28 Octobre à 16 h à la salle Paroissiale de N.D. De la Pinède Rue de l’Oratoire sous l’égide du Père Challard et le Père Bernard, rencontre avec Myrna la voyante de Soufanieh, avec l’auteur Franco-syrien Jean Claude Antakli qui sera son interprète. 17h30 messe à l’église N.D. de la Pinède.

7) Espalion : Le Vendredi 30 Octobre à 20h30 à la salle paroissiale 4 Rue Chanoine Brevier à Espalion 12500 (Aveyron) France. Sous l’égide du Père Chanoine Brevier et de l’adjoint à la Mairie, Mr Pierre Plagnard. Vidéoconférence et rencontre avec Myrna et J.C.Antakli.

8) Le Samedi 31 Octobre à 15 heures au Centre Cultuel des Costes Rouges à Onet le Château 12850. Rencontre et débat sous l’égide du Père Christophe Batut, avec Myrna Nazzour de Damas(Syrie) avec l’auteur franco-syrien (Itinéraire d’un chrétien d’Orient, il était une fois …la Syrie !) et (Le Silence de Dieu !) où le vécu de Myrna tient une large place. Renseignements Maryse Peyrichou : 06.08.89.38.90. 05.65.79.32.00.

9) Bonneval : Le Dimanche 1 Novembre au Monastère de Bonneval à 10 Km d’Espalion (12500) sur (la route de laguiole) Messe avec les Sœurs à 11 heures et à 16 heures, dans la petite chapelle du Monastère, rencontres et témoignages avec Myrna Nazzour la stigmatisée de Soufanieh (Damas) et de Jean Claude Antakli avec son livre témoignage (Le Silence de Dieu !)

10) Albi (Rivières) Le mardi 3 Novembre à 20h30 à Rivières 81600 salle des Fêtes. (Entre Albi et Gaillac). Vidéoconférence et témoignage de Myrna Nazzour sur les apparitions, les écoulements d’huiles, les guérisons, les extases, les Messages de la vierge et du Christ qu’elle a reçus à Damas dès 1982…

11) Cordes (81170) : Le Mercredi 4 Novembre à 18 heures Messe sous l’égide du père Jean Kamel à Cordes au Centre Pastoral 5 rue des Tanneries. Les Cabannes. La vidéoconférence le même jour à 20h30 (Myrna et Jean Claude Antakli)

12)  Toulouse (31000) : Le Vendredi 6 Novembre à 20h30 à l’Hôtel Mercure 8 Esplanade Compans Cafarelli. Vidéoconférence de Jean Claude Antakli en présence de Myrna Nazzour la voyante de Soufanieh (Damas) Syrie.

 13) Lourdes Samedi 7 novembre à 16 heures à la Chapelle du camp Dominique Savio route de Paréac 65100 Julos rencontre avec Myrna et Jean Claude Antakli (auteur du Silence de Dieu !) témoignages, vidéoconférences.

Et le Dimanche 8 Novembre à 11 heures à la Chapelle du camp Dominique Savio route de Paréac 65100 Julos, Messe sous l’égide de l’Evêque de Meaux et du Père Joseph Besnier qui connait très bien Myrna Nazzour qui s’associera aux fidèles à cette occasion.

14) Paris le Samedi 14 Novembre à 20h30 à l’Eglise St Julien Le Pauvre, 1 Rue St Julien le Pauvre (Paris 5 ème) Métro St Michel. Vidéoconférence et rencontres avec Myrna et J.C.Antakli auteur et interprète.

15) Paris le Dimanche 15 Novembre à 11 heures, Divine liturgie sous l’égide de Monseigneur Charbel Maalouf qui présentera Myrna Nazzour avec Jean Claude Antakli à tous les fidèles de la paroisse.

 

  Jean Claude et Geneviève Antakli.

Biologistes-écrivains.

06.77.66.70.97.

Responsables et organisateurs de la tournée de Myrna et de Nicolas Nazzour dans toute la France.

jcantakli@yahoo.fr

N.B. Pour tous ceux qui sont intéressés par les ouvrages et les coordonnés de l’auteur franco-syrien : Google un mot : diaporamistes(1) une fois la page ouverte, cliquer diaporamas et le nom de l’auteur apparaît

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 08:34
Inauguration par Sa Sainteté le Patriarche de l'Eglise Syriaque-Orthodoxe d'Antioche et de Tout l'Orient: Moran  Ignatius Ephrem  II , d'un nouveau Séminaire de Théologie Syriaque à Salzbourg (Beth Suryoye).

Chers amis. Aloho m'barekh.


Merci, Seigneur ! Je suis heureux de vous transmettre l'information suivante.


Le Patriarche de l'Eglise Syriaque-Orthodoxe d'Antioche et de Tout l'Orient: Sa Sainteté le Patriarche Moran Mor Ignatius Ephrem  II a inauguré le nouveau Séminaire de Théologie Syriaque à Salzbourg (Beth Suryoye). 


 

Inauguration par Sa Sainteté le Patriarche de l'Eglise Syriaque-Orthodoxe d'Antioche et de Tout l'Orient: Moran  Ignatius Ephrem  II , d'un nouveau Séminaire de Théologie Syriaque à Salzbourg (Beth Suryoye).


Comme vous le remarquerez, c'est un cadre très baroque pour une Eglise Orthodoxe Orientale ! 


Son Excellence l'Archevêque de Salzbourg: Mgr. Dr. Franz Lackner a également assisté à la cérémonie d'inauguration et de la prière de la bénédiction de la maison.



 

Inauguration par Sa Sainteté le Patriarche de l'Eglise Syriaque-Orthodoxe d'Antioche et de Tout l'Orient: Moran  Ignatius Ephrem  II , d'un nouveau Séminaire de Théologie Syriaque à Salzbourg (Beth Suryoye).

Leurs Éminences Mor Denys Issa Gurbuz, vicaire patriarcal en Suisse et en Autriche, Mor Philoxène Saliba Ozmen, archevêque de Mardin et Diyarbakir, Mor Philoxène Mattias Nayis, vicaire patriarcal en Allemagne, Mor Julius Hanna Aydin, directeur des relations extérieures en Allemagne, Mor Polycarpus Augin Aydin, Vicaire patriarcal aux Pays-Bas, et de sa grâce Mor George Kourieh, doyen de Saint-Ephrem Theological Seminary en Maarath Saidnaya, ont participé à cette cérémonie. 


 

Inauguration par Sa Sainteté le Patriarche de l'Eglise Syriaque-Orthodoxe d'Antioche et de Tout l'Orient: Moran  Ignatius Ephrem  II , d'un nouveau Séminaire de Théologie Syriaque à Salzbourg (Beth Suryoye).

Pour la Tradition Syriaque en Europe et au delà, c'est une grande chose que l'inauguration de cette Maison de formation. 


Puisse t-elle être un cénacle pour former de Saints prêtres et un laïcat éclairé et fervent !



 

 

Inauguration par Sa Sainteté le Patriarche de l'Eglise Syriaque-Orthodoxe d'Antioche et de Tout l'Orient: Moran  Ignatius Ephrem  II , d'un nouveau Séminaire de Théologie Syriaque à Salzbourg (Beth Suryoye).

Nos prières humbles mais ferventes accompagnent cette nouvelle fondation de l'Eglise Patriarcale.


Votre respectueusement dévoué en Christ.


+Mor Philipose-Mariam 



http://paris.syro-orthodoxe-francophone.over-blog.fr/2015/10/tous-au-sanctuaire-de-notre-dame-de-misericorde-pour-les-festivite-de-la-saint-gregorios-le-weekend-de-toussaint-les-1-et-2-novembre

Source des informations:Facebook:His Holiness Patriarch Moran Mor Ignatius Aphrem II

Source des informations:Facebook:His Holiness Patriarch Moran Mor Ignatius Aphrem II

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 12:24
Bonne nouvelle pour les Chrétientés dîtes de "St Thomas" :Une nouvelle église chaldéenne, Saint Jean Apôtre, en Ile-de-France

Une nouvelle église chaldéenne, Saint Jean Apôtre, en Ile-de-France, à Arnouville (Val d’Oise)

 

« Construire des lieux de culte est un devoir fondamental.
C’est le meilleur héritage que nous pouvons léguer à nos enfants. »

 

 

Chers amis. Aloho m'barekh.

 

Notre Chrétienté Syro-Orthodoxe-Francophone (En France et en

 

Afrique) de "Chrétiens de Mar Thomas (St Thomas), Eglise fille

 

de l'Eglise Malankare (Chrétienté de Mar Thomas au Indes du Sud), ne peut

 

que se réjouir de la construction

 

d'une nouvelle église pour au bénéfice spirituel de nos frères

 

Assyro- Chaldéens.

 

 

J'invite nos chrétiens Syro-Orthodoxes-Francophone à s'unir

 

spirituellement à l'acion de grâce de nos amis Chaldéens qui, par

 

la construction de cette nouvelle église dédiée à St Jean,

 

pérénisent l'enracinement syriaque des générations futures en

 

notre pays.

 

 

En profonde union spirituelle dans le Christ Tête de l'Eglise,

 

votre respectueusement dévoué.

 

 

+Mor Philipose-Mariam

Bonne nouvelle pour les Chrétientés dîtes de "St Thomas" :Une nouvelle église chaldéenne, Saint Jean Apôtre, en Ile-de-France

COMMUNIQUE:

La communauté chaldéenne se réjouie de la construction d’une nouvelle église dans le Val d’Oise en région parisienne où la majeure partie y est implantée depuis plus d’une trentaine d’années.


Il s’agit de la future église

Saint Jean Apôtre, Mar Yohanna Shliha,

11 Ter rue Jean Jaurès

-95400 Arnouville –

(En face de la gare Villiersl-le-Bel / Arnouville (ligne D).

Nous vous mettons dans cet album des photos du chantier au fur et à mesure de son évolution.

* Une diaspora chaldéenne en pleine expansion
Avec la croissance naturelle de la communauté et à l’arrivée de nouvelles familles due à la situation instable des pays d’Orient, les besoins se sont multipliés.
En effet, plus de 500 familles chaldéennes vivent aujourd’hui dans le secteur d’Arnouville, Villiers-le-Bel, Gonesse (et les villes voisines). Malgré le bon accueil et la mise à disposition des édifices et locaux des paroisses latines locales, avoir un lieu de culte et de rassemblement, adapté à notre liturgie et nos activités, est devenu indispensable : l’église qui nous accueille actuellement est trop petite pour recevoir tous les fidèles et plus de 400 enfants suivent le catéchisme dans des locaux inadaptés et trop exigus.

* Le projet d’Arnouville
Une église de 500 places, un presbytère pour deux prêtres, 6 salles d’enseignement catéchétique et linguistique, une salle polyvalente et une bibliothèque, pour un total d’environ 1760 m² répartis sur 2 niveaux.
Le projet a débuté en 2007 par un premier contact avec les propriétaires du terrain. Une équipe constituée des membres du service immobilier de l’archevêché de Paris, du conseil AFCC et de l’Eglise chaldéenne pilote le projet. Le cabinet d’architectes a été sélectionné à la suite d’un concours.
Le permis de construire a été déposé le 1er février 2012, et la première pierre le 1er décembre 2012 en présence du Cardinal-Archevêque de Paris, monseigneur André VINGT-TROIS, du clergé de la communauté chaldéenne, et de nombreuses autres personnalités civiles et religieuses.
Un projet de modification, avec le dépôt d’un nouveau permis de construire, a retardé la mise en place des travaux qui ont débutés en septembre 2014. Si tout se passe bien le chantier prendra fin au printemps 2016.

* Sarcelles, un exemple encourageant
La construction de l’église Saint Thomas Apôtre en 2004 a été un élément fondateur pour la communauté. Ce fut un grand jour pour la communauté, pour le diocèse, et pour tous ceux qui ont contribué à ce projet. C’était peut-être une récompense après tant d’années de souffrances sur le chemin de l’exil… Vraiment, ce fut un moment de fierté pour la gloire du Christ !
La paroisse Saint Thomas Apôtre est d’un dynamisme que beaucoup pourraient envier : 8 messes dominicales et 3 messes quotidiennes en Ile-de-France, de nombreuses activités et une moyenne de 1100 enfants au catéchisme, 220 baptêmes et 75 mariages chaque année…
Les fidèles ont pu mesurer les bienfaits d’une telle réalisation et se lancent aujourd’hui un nouveau défi.

* Une présence historique
Fondée par Saint Thomas Apôtre et ses disciples Addaï et Mari en Mésopotamie, il y a 2 000 ans, l’Eglise chaldéenne a connu trois grandes vagues d’émigration depuis la fin du XIXe siècle dues à la révolution turco-kurde (1890), au génocide de 1915 et aux conflits de la région depuis la 2e guerre mondiale. En France, la présence de l’Eglise chaldéenne date de 1940. Aujourd’hui, elle compte 18 000 fidèles.

* Pourquoi le nom de « Saint-Jean Apôtre » ?
La communauté Chaldéenne, venant de Turquie et des pays du Moyen-Orient, a choisi les noms de ses trois églises :
- La première, "Notre-Dame de Chaldée", avec une architecture intérieure typiquement de l'Eglise d'Orient, se veut un lien entre leur origine mésopotamienne, comme enfants d'Abraham parti d’Ur en Chaldée, et de leur vie et en France où Marie est la 'Dame' par excellence. Les plus belles cathédrales du monde portent son nom.
- La deuxième, "Saint-Thomas Apôtre" rappel leurs origines apostoliques et leur foi fondée sur celle de Thomas. Ce bel édifice crie leur foi en Jésus comme l'a proclamée Thomas l'apôtre, professant le Christ comme 'Seigneur' et 'Dieu' (Jn 20, 28).
- Après avoir honoré celle qui est leur mère et celui qui est le modèle de leur foi, ils se sont tournés vers celui qui fait la synthèse de la foi et de l'amour dans la vie du chrétien : l’apôtre Jean. Ce sera le nom de cette troisième église : "Saint-Jean Apôtre".
Jean est comme leur frère ainé étant comme eux, 'fils de Marie' comme l'a proclamé Jésus sur la croix. Il sera leur exemplaire dans l'intimité avec Jésus et dans la proclamation de leur foi. Ils seront blottis contre son cœur comme Jean au repas eucharistique et écouteront Jésus au même repas : "Je vous donne un commandement nouveau : 'Aimez-vous les uns les autres comme moi je vous ai aimés'" (Jn 13,34).

« C’est dans cet espoir que la communauté chaldéenne, ses fidèles, sa jeunesse, ses acteurs pastoraux, son Conseil et son clergé : Mgr Petrus YOUSIF, vicaire patriarcal et recteur de la Mission-Chaldéenne en France, père Sabri ANAR, curé de la paroisse Saint-Thomas Apôtre, père Michaël DUMAND, Coopérateur, et père Aziz YALAP, tournent leurs regards vers ce lieu comme un nouveau Cénacle, là où il faut préparer le repas eucharistique. Là où, comme les apôtres, chacun participera au sacrifice d’amour du Seigneur. Un acte sublime duquel coule toute grâce et tout bien pour la vie éternelle. »

Mgr Petrus YOUSIF.

Paroisse Saint Thomas apôtre

Bonne nouvelle pour les Chrétientés dîtes de "St Thomas" :Une nouvelle église chaldéenne, Saint Jean Apôtre, en Ile-de-France
Bonne nouvelle pour les Chrétientés dîtes de "St Thomas" :Une nouvelle église chaldéenne, Saint Jean Apôtre, en Ile-de-France
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 11:37

Calendrier interreligieux 2015/2016 : 1er trimestre

Lyon Métropole

 

Samedi 17 octobre de 10h à 17hchez les dominicains du Couvent de La Tourette, 69210 Eveux /L’Arbresle :

« Dieu parle-t-il dans la Bible ? » 

Avec Jean-François Bouthors, bibliste, éditeur, éditorialiste à Ouest-France, enseignant au Centre Sèvres (Paris)

http://couventdelatourette.fr/images/PDF/programme%202015.2016/RT%2001.pdf

 

Samedi 17 octobre à 20h30 en la basilique de Fourvière, place de Fourvière, Lyon 5e :

Concert de commémoration du centenaire du génocide arménien.

 

Lundi 19 et mardi 20 octobre :

Session au centre de Valpré, 1 chemin de Chalin 69130 Ecully :

« Le sionisme est-il compatible avec la foi chrétienne ? » Une session d’étude proposée par le Service National des Relations avec le Judaïsme (SNRJ) :

http://www.cdo-lyon.cef.fr/spip.php?article2005

Pour tous renseignements et inscriptions : Service National pour les Relations avec le Judaïsme SNRJ – 114, boulevard de Magenta – 75010 Paris Tél. : 01 42 88 04 39 – Fax : 01 42 88 17 63 E-mail :cerj@wanadoo.fr

 

Vendredi 23 ou samedi 24 octobre :

Fête musulmane d’Ashura, qui a plusieurs significations dans le monde musulman. Selon toute une tradition, celle-ci aurait été instituée en commémoration de l’Exode conduit par Moïse arrachant son peuple au pouvoir de Pharaon.

Jeudi 5 novembre : à 20h30 au Centre Hillel, 113 Bd Vivier Merle, Lyon 3e :

Conférence de Michaël Bar Zvi : « L’héritage d’Israël dans la culture française, une alliance spirituelle » : à l’initiative de l’Amitié Judéo-Chrétienne de France (AJCF).

http://www.ajcf.fr/AJC-Lyon-Conferences-2015-2016.html

Lundi 16 novembre et lundi 23 novembre, de 9h15 à 17h, Université catholique, 23, Place Carnot, Lyon 2e :

Deux journées de formation animées par le Comité diocésain pour les relations avec le judaïsme et le Centre chrétien pour l’étude du judaïsme, sur le thème :

 » Peut-on se passer du judaïsme? ».

Inscriptions avant le 6 novembre auprès de Marie-Claude Badaud, 04 78 81 47 68 ; site internet:http://cdo-lyon.cef.fr

 

Mercredi 18 novembre de 20h à 22h, au Foyer protestant, 309 avenue Sakharov, Lyon 9e :

« De Caïn à Jacobla fraternité problématique » – lecture juive de Genèse 4 : rencontres duGroupe Abraham.

Mardi 1er décembre à 20h30 Théâtre de Ste Marie – 4, Montée St Barthélémy, Lyon 5e :

Conférence de Marc Gaucherand, docteur en philosophie, professeur de culture générale en Licences et Master à l’Institut Marc Perrot (Sainte-Marie Lyon / les Maristes) :

« Péguy et le judaïsme »    http://www.ajcf.fr/Lyon-Peguy-et-le-judaisme.html (AJCF).

Mardi 8 décembre 2015, le même jour que la fête catholique de l’Immaculée conception et à la même période que la fête juive de Hanoucca :

 

Fête bouddhiste mahayana (Grand Véhicule) de Bodhi, l’éveil de Gautama devenu Bouddha.

 

 

Du lundi 7 décembre au lundi 14 décembre :

 

Fête juive d’Hanoucca (fête de l’inauguration du temple) ; fête juive rabbinique célébrant la victoire militaire des Maccabées (famille juive) sur les Grecs et le coup d’arrêt porté à l’hellénisation (fait de subir l’influence de la civilisation grecque antique).

A noter déjà pour 2016 :

 

Mardi 5 janvier 2016, à 19h30 chez les dominicains, à L’Agora Tête d’Or,  93 rue Tête d’Or  Lyon 6e

Tél. 04 78 52 22 54

 

La Bible est-elle monothéiste ? / frère Cyrille-Marie Richard o.p., étudiant en Ecriture sainte à l’Institut biblique pontifical de Rome : http://dominicains-lyon.fr/les-conferences/agora-tete-d-or/article/la-bible-est-elle-monotheiste

 

 

Samedi 30 janvier 2016 de 9h à 16h chez les dominicains, à L’Agora Tête d’Or, 93 rue Tête d’Or Lyon 6e

Tél. 04 78 52 22 54

 

Tendre l’autre joue ? Religion et violence : colloque organisé en partenariat par Agora Tête d’Or, Centre St Ignace, Sanctuaire St Bonaventure. Avec Paul Valadier s.j, Pierre Gibert s.j, F. Picart, Emmanuel Pisani o.p. :

http://dominicains-lyon.fr/les-conferences/partenariats/article/agora-tete-d-or-centre-saint-31

 

 

Mardi 15 mars 2016, à 19h30, chez les dominicains, à L’Agora Tête d’Or,  93 rue Tête d’Or Lyon 6e

Tél. 04 78 52 22 54 :

 

Bouddhisme et christianisme, quel avenir commun ? / frère Thierry-Marie Courau o.p., doyen de la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Institut catholique de Paris, spécialiste du bouddhisme auprès de la Conférence des Evêques de France :

http://dominicains-lyon.fr/les-conferences/agora-tete-d-or/article/bouddhisme-et-christianisme-quel

 

Samedi 21 mai 2016 (10h-17h) au Couvent dominicain de la Tourette, Eveux/L’Arbresle

Ecriture et lecture du Coran, avec Mohammad Ali Amir-Moezzi, islamologue, titulaire de la chaire d’islamologie classique à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, maître d’œuvre du Dictionnaire du Coran.- Ed. Robert Laffont, 2007. (Rencontre organisée avec Daniel Rivet, professeur émérite à l’Université de Paris 1) :

http://couventdelatourette.fr/images/PDF/programme%202015.2016/RT%2016.pdf

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 09:46
Joseph, tu es le modèle des pères, attentif et doux, fort et protecteur. Marie, lumière et joie dans la maison, tu es le modèle des mamans qui aiment et qui consolent. Enfant-Jésus, tu es le modèle de l'obéissance et de l'amour pour les parents.  Faites que notre, famille vous ressemble de plus en plus. Gardez-nous dans la paix et la prière. Gardez-nous des disputes, de la jalousie et de l'impatience. Gardez-nous dans la volonté de Dieu et dans le désir de nous donner aux autres. Gardez-nous dans l'harmonie et dans la charité, et veillez à tous nos besoins matériels et spirituels.  Sainte Famille de Nazareth, Petite Trinité sur la terre, Jésus Dieu sur la terre, Marie épouse de l'Esprit, Joseph ombre du Père, rendez-nous semblable à vous. Reflet terrestre de la Très Sainte Trinité, Joseph mourant d'amour pour Marie, Marie mourant d'amour pour Jésus (Le Chris-Tête et ses Frères: les fils et filles de l'Eglise), Jésus mourant d'amour pour le monde, rendez-nous semblables à vous.Sainte Famille de Nazareth, priez pour nous ! (3 fois)  Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, dans les siècles et les siècles.   Amen !

Joseph, tu es le modèle des pères, attentif et doux, fort et protecteur. Marie, lumière et joie dans la maison, tu es le modèle des mamans qui aiment et qui consolent. Enfant-Jésus, tu es le modèle de l'obéissance et de l'amour pour les parents. Faites que notre, famille vous ressemble de plus en plus. Gardez-nous dans la paix et la prière. Gardez-nous des disputes, de la jalousie et de l'impatience. Gardez-nous dans la volonté de Dieu et dans le désir de nous donner aux autres. Gardez-nous dans l'harmonie et dans la charité, et veillez à tous nos besoins matériels et spirituels. Sainte Famille de Nazareth, Petite Trinité sur la terre, Jésus Dieu sur la terre, Marie épouse de l'Esprit, Joseph ombre du Père, rendez-nous semblable à vous. Reflet terrestre de la Très Sainte Trinité, Joseph mourant d'amour pour Marie, Marie mourant d'amour pour Jésus (Le Chris-Tête et ses Frères: les fils et filles de l'Eglise), Jésus mourant d'amour pour le monde, rendez-nous semblables à vous.Sainte Famille de Nazareth, priez pour nous ! (3 fois) Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, dans les siècles et les siècles. Amen !

Très Saint Père,

En ce début du Synode consacré à la famille et avec le désir de le voir servir fructueusement l’Église et Votre ministère, nous vous demandons respectueusement de prendre en considération une série de préoccupations que nous avons recueillies auprès d’autres pères synodaux et que nous partageons.

Le document préparatoire du synode, l' »Instrumentum laboris« , contient certes des éléments admirables, mais il comporte également des parties qui gagneraient à faire l’objet d’une réflexion approfondie et à être retravaillées. Les nouvelles procédures qui guident le synode semblent assurer à ce document une influence excessive sur les délibérations du synode et sur le document synodal final. Tel qu’il est, et compte tenu des préoccupations dont de nombreux pères nous ont fait part à propos de celles de ses parties qui sont problématiques, l’ »Instrumentum » ne peut pas être utilisé convenablement comme texte guide ou comme base d’un document final.

Les nouvelles procédures synodales vont être perçues, dans certains milieux, comme manquant d’ouverture et d’authentique collégialité. Dans le passé, le processus consistant à présenter des propositions sur lesquelles les pères synodaux votaient permettait d’évaluer l’état d’esprit de ceux-ci, ce qui était précieux. L’absence des propositions ainsi que celle des discussions et votes correspondants semble décourager un débat ouvert et confiner la discussion aux petits groupes ; c’est pourquoi il nous paraît urgent de rétablir l’élaboration de propositions à soumettre au vote du synode tout entier. Le vote sur un document final arrive trop tard dans le processus pour permettre un examen complet et une sérieuse mise au point du texte.

De plus, le manque de participation des pères synodaux à la composition de la commission de rédaction a créé un malaise considérable. Ses membres ont été nommés, pas élus, sans consultation. De même, tous ceux qui rédigent quelque projet de texte que ce soit au niveau des petits groupes devraient être élus et non pas nommés.

Ces faits ont, à leur tour, fait naître la crainte que les nouvelles procédures ne soient pas fidèles à l’esprit traditionnel et à l’objectif d’un synode. On ne comprend pas très bien pourquoi ces changements de procédures sont nécessaires. Un certain nombre de pères pense que la nouvelle procédure semble conçue pour faciliter l’obtention de résultats prédéterminés à propos de questions importantes et controversées.

Dernier point et peut-être le plus urgent, plusieurs pères se sont dits préoccupés de ce qu’un synode ayant pour but de traiter une question pastorale d’une extrême importance – le renforcement de la dignité du mariage et de la famille – puisse en arriver à être dominé par le problème théologique et doctrinal de l’accès des personnes divorcées et remariées civilement à la communion. Si c’est le cas, cela va inévitablement soulever des questions encore plus fondamentales à propos de la manière dont l’Église, allant de l’avant, devrait interpréter et appliquer la Parole de Dieu, ses doctrines et ses disciplines, aux changements qui interviennent dans la culture. L’effondrement des Églises protestantes libérales à l’époque moderne, accéléré par le fait qu’elles ont abandonné des éléments-clés de la foi et de la pratique chrétiennes au nom de l’adaptation pastorale, est une incitation à être très prudents dans nos discussions synodales.

Très Saint Père, nous vous offrons ces pensées dans un esprit de fidélité et nous vous remercions de les prendre en considération.

Fidèlement vôtres en Jésus-Christ.

– Carlo Caffarra, archevêque de Bologne, Italie, théologien, qui a été le premier président de l’Institut pontifical Jean-Paul II d’études sur le mariage et la famille ;
– Thomas C. Collins, archevêque de Toronto, Canada ;
– Timothy M. Dolan, archevêque de New-York, États-Unis ;
– Willem J. Eijk, archevêque d’Utrecht, Pays-Bas ;
– Péter Erdö, archevêque d’Esztergom-Budapest, Hongrie, président du conseil des conférences épiscopales d’Europe et rapporteur général du synode actuellement en cours, comme il l’a été de la précédente session, celle du mois d’octobre 2014 ;
– Gerhard L. Müller, ancien évêque de Ratisbonne, Allemagne, préfet depuis 2012 de la congrégation pour la doctrine de la foi ;
– Wilfrid Fox Napier, archevêque de Durban, Afrique du Sud, président délégué du synode actuellement en cours, comme il l’avait déjà été de la session précédente, celle du mois d’octobre 2014 ;
– George Pell, archevêque émérite de Sydney, Australie, préfet depuis 2014 du secrétariat pour l’économie, au Vatican ;
– Mauro Piacenza, de Gênes, Italie, ancien préfet de la congrégation pour le clergé, pénitencier majeur depuis 2013 ;
– Robert Sarah, ancien archevêque de Conakry, Guinée, préfet depuis 2014 de la congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements ;
– Angelo Scola, archevêque de Milan, Italie ;
– Jorge L. Urosa Savino, archevêque de Caracas, Venezuela ;
– André Vingt-Trois, archevêque de Paris, France, président délégué du synode actuellement en cours comme il l’avait déjà été de la précédente session, celle du mois d’octobre 2014.

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 16:06
Sa Sainteté Mar Baselios  Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...

Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...

Sa Sainteté Tawadros II d'Alexandrie (Pape d'Alexandrie) et notre bien-aimé Père dans le Seigneur Sa Sainteté  Baselios Paulose II (Catholicose de l'Est) sont arrivés à la Grande Maison de Cilicie pour prendre part aux célébrations du génocide.

Sa Sainteté Aram Ier a reçu fraternellement les deux Primats .
 

Ce 19 Juillet 2015, le dimanche matin, Sa Sainteté Aram Ier  présidait donc la Sainte Liturgie à Saint-Grégoire l'Illuminateur en présence des patriarches en visite, des représentants œcuméniques et politiques, des pèlerins arméniens en provenance de différentes parties du monde et des fidèles locaux.
 

Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...
Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...

Les deux  délégations Copte et Orthodoxe Indienne (Malankare Orthodoxe) part à la cérémonie historique organisé par le Saint-Siège de Cilicie à la consécration du Saint Muron (St Chrême) et l'inauguration de la chapelle du et du monument commémoratif du génocide.

 

 

Sa Béatitude le pape Tawadros II, de l'Église copte orthodoxe, a donné le message de la journée et Son Excellence le cardinal Kurt Koch a lu le message de Sa Sainteté François le pape de Rome.

Les deux pontifes ont  félicité Sa Sainteté Aram I et l'ont remercié d'avoir invité les églises sœurs et représentants œcuméniques de rejoindre l'Eglise arménienne à l'occasion de ces événements commémoratifs.

Ils ont également souligné la signification spirituelle particulière que revêtait la canonisation d'un million et demi de martyrs du victimes du génocide arménien.
 
La Sainte Liturgie prit fin avec la bénédiction de l'eau avec le nouveau Muron suivi par un service de prière œcuménique.

A la fin du service le catholicos Aram Ier a conduit les invités en procession jusqu'à la chapelle des Saint-Martyrs à Antélias, où les restes des victimes sont inhumés.

Chaque invité a prié, a déposé une fleur et a reçu l'eau bénie.

 

ll est toujours réconfortant de voir les chefs de nos Eglises-soeurs manifester l'unanimité de la Foi et du Témoignage Apostolique.Merci Seigneur !

 

catholicatenews.in a téléchargé une nouvelle vidéo.

Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...
Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...
Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...
Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...
Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...
Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...
Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...
Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...
Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...
Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...
Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...
Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...
Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...
Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...
Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...
Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...
Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...
Sa Sainteté Mar Baselios Marthoma Paulos II (Métropolite du Malankar et Catholicos de l'Est) et Sa Sainteté le Catholicos Aram I de la Grande Maison de Cilicie (Eglise Arménienne Apostolique) à l'occasion de la Bénédiction du Saint Muron (Saint Chrême) ...
Partager cet article
Repost0
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 07:54
L'Avenir de l'Institut Orthodoxe de Théologie St Serge/THEOLOGIE ORTHODOXE ET LIBERTE/ Entretien entre Ana Petrache et Jean-François Colosimo

THEOLOGIE ORTHODOXE ET LIBERTE

 

Ana Petrache : Vous êtes théologien, de plus un théologien orthodoxe, mais aussi un intellectuel inscrit dans l’espace public au sein de cette culture française si fière de sa laïcité. Pouvez-vous nous dire, en quelques mots, comment envisagez-vous la mission du théologien dans la cité ?
Jean-François Colosimo : Moins qu’une fierté, surtout pas une idéologie, la laïcité est en France une pratique de la cité qui correspond à la distinction prônée par l’Évangile entre le religieux et le politique. L’Église catholique y a gagné une indépendance sans égale grâce à la loi de séparation d’avec l’État. Les communautés orthodoxes immigrées y ont trouvé une autonomie sans précédent grâce au principe d’égalité des cultes. De même pour les protestants, les juifs, les musulmans…

Tout autre est le mouvement de sécularisation que connaît l’ensemble du continent européen et qui rend la parole théologique incompréhensible ou inaudible. Mais là, les torts sont partagés. D’une part, l’Europe, pour reprendre le mot de Chesterton, est plus que jamais «remplie d’idées chrétiennes, mais devenues folles».

D’autre part, la théologie a résolument tourné au métier spécialisé, à la technicité érudite, au circuit universitaire. La surdité du monde se conjugue avec le bégaiement de l’institution. De manière anarchique, la superposition postmoderne des discours nuit à la théologie, la relativise, lui confère un air de déjà-vu.

De manière schizoïde, les théologiens professent la primauté de la prière ou de l’eucharistie et adulent la préciosité philologique. Or, c’est sur le naître, le vivre, le mourir que les attendent leurs contemporains. Ou, pour le dire en une formule, sur la notion d’humanité à la fois historique et transcendante. Pour tenir ensemble la vérité et l’espérance, il faut oser la prophétie, se ruer dans la brèche, risquer le vide. Une théologie qui ne nourrit pas les pauvres, qu’ils soient de chair ou d’esprit, est une ruse de l’idolâtrie, une insulte à l’Évangile, un blasphème cette fois avéré. Car le monde est à la fois pire et meilleur qu’on ne le raconte dans les séminaires.

Aussi, si l’on veut apporter un témoignage du salut qui nous dépasse, faut-il plonger dans la fournaise, aller à la rencontre des nouveaux damnés de la mondialisation et accepter d’être quelque peu changé par eux. Bénir lucidement plutôt que maudire aveuglément : c’est la seule façon de réveiller le Christ qui dort immanquablement en tout temps et tout lieu, dans toute culture, plus singulièrement encore au sein de la nôtre et précisément dans ce que par quoi elle peut nous apparaître désenchantée, déshumanisée, déchristianisée.

A.P. : Spécialiste en patrologie et en byzantinologie, vous vous confrontez, en tant que professeur à l’Institut ”Saint-Serge”, à la mentalité byzantine de certains évêques. Comment, et dans quelles limites, croyez-vous que soit possible l’autonomie de la théologie au regard de la hiérarchie dans l’Église orthodoxe ?

J.-F. C.: ”Saint-Serge” se confronte fort heureusement non pas à l’épiscopat, mais uniquement et strictement à un cas individuel et problématique de confusion de la fonction épiscopale avec une omnipotence arbitraire, en vertu d’une conception totalisante et finalement totalitaire de cette charge, dont on ne trouvera pour cette raison nulle trace parmi les plus extrêmes théorisations césaristes ou papistes de la Byzance ou de la Rome médiévales.

L’Institut se félicite au contraire de la propension de nombre de ses anciens étudiants devenus évêques, en France et dans le reste du monde, à vouloir servir l’Église plutôt que de s’en servir. Quant au modèle byzantin, on aurait tort de le confondre avec l’univers pyramidal, statique et immuable auquel on le réduit trop souvent.

Ce modèle repose au contraire sur la tension auquel il soumet les divers ordres existants en les plaçant en concurrence face à l’avènement charismatique et à l’achèvement eschatologique qui sont censés les authentifier. Autrement dit, en faisant de l’Esprit et du Royaume les seules instances définitives du jugement.

Au regard d’un saint Maxime le Confesseur puni de l’amputation de la main et de la langue pour avoir opposé l’orthodoxie de la foi à l’hétérodoxie «du plérôme de tous les patriarches, hiérarques, abbés, prêtres et fidèles» de son temps, comme le stipule l’acte de sa condamnation, la liberté de la théologie ressort des plus claires.

Plus prosaïquement, pour ce qui est de l’enseignement théologique, l’Orient a emprunté, aux Temps modernes, le système de l’Occident. À savoir, celui de l’universitas fondée dans l’Europe latine, au XIe siècle, par les clercs, les «intellectuels» d’alors, soucieux de s’affranchir des écoles capitulaires qui étaient contrôlées par le pouvoir ecclésiastique. Et ce, afin de mener en toute indépendance leur tâche de recherche et de transmission.

La Sorbonne en a été le prototype et il en reste, dans le droit français, la «franchise universitaire» qui interdit aujourd’hui encore aux forces de police d’entrer dans une université sans l’accord de son président. Cette liberté n’est donc pas un luxe ou un caprice, c’est un impératif. Une nécessité spirituelle. Un onzième commandement, si l’on veut. Si les évêques comprennent également la révélation comme liberté, où pourrait être le hiatus? Et si cette liberté est réelle, où pourraient être ses limites, autres que celles que commande la confession droite de la foi, c’est-à-dire l’orthodoxie?

A.P. : Vu de Roumanie, pays majoritairement orthodoxe, la crise de l’Institut confirme l’opinion selon laquelle un des grands soucis des Églises orthodoxes est d’ordre ecclésiologique. La définition du poste d’évêque n’est pas toujours claire et un certain chaos canonique contribue aux tendances autoritaires des certains chefs religieux ou spirituels. Qu’en pensez-vous?

J.-F. C.: L’ecclésiologie orthodoxe réelle, en chair et en os, non pas celle que célèbrent les manuels canoniques, mais celle que dévoilent les exercices concrets et quotidiens, représente un «souci» comme vous le dites, et aboutit à un «chaos» comme vous le dites encore, parce qu’elle participe d’un bricolage consensuel qui s’assimile toujours plus à une hérésie acceptée. Nul besoin d’aller chercher dans le lointain passé ses origines: il y va d’une hybridation de la modernité.

À savoir, la réinterprétation déviante de l’héritage impérial byzantin qui associe peuple et foi dans ses métamorphoses séculières successives, ottomane, révolutionnaire, nationaliste, communiste, aujourd’hui populiste, qui assimilent ethnie et confession, hiérarchie religieuse et appareil politique.

Avec pour effet, dans les pays de tradition orthodoxe, la confusion perpétuelle entre une Église et un État qui sont par ailleurs tous deux défaillants; et, entre les juridictions orthodoxes, une guerre des territoires au mépris de l’unité, mais aussi de la mission comme le signale le terme ahurissant de «diaspora».

Phénomène courant, plus la réalité contredit la théorie, plus enfle la théorie. Il en découle la mise en forme idéologique d’un «épiscopalisme» dont l’absence absolue de contre-pouvoir, inconnue même à Rome, garantirait la qualité divine de l’Église.

La vulgate dominante ne manque pas, certes, de se parer d’un trompe-l’œil théologique en se revendiquant des travaux de Jean Zizioulas qui, à mon sens, constituent une réponse lacunaire au défi posé par Vatican II – et quitte, au passage, à omettre la contradiction manifeste entre la position ecclésiologique du théologien Zizioulas et la position ecclésiastique du hiérarque Zizioulas, entre le penseur de la koinonia du Plérôme et l’évêque in partibus de Pergame.
C’est pourquoi cette idéologisation n’est jamais que le cache-misère d’une ecclésialité en souffrance.

On ne peut à la fois critiquer la papauté comme principe de gouvernement et offrir le spectacle de son détournement caricatural à l’échelle de surcroît médiocre d’un diocèse, d’une nation ou d’une région. Il faut également en finir avec l’amalgame entre épiscopat et monachisme, justifié dans l’Antiquité et injustifiable aujourd’hui en tant qu’il ne sert plus qu’à induire une obligation structurelle d’obéissance subordonnée qui n’a de sens que dans le seul cadre de la paternité spirituelle. Il faut enfin et surtout repenser, dans les termes de l’Encyclique des patriarches orientaux de 1848 et du concile russe de 1917, la notion de «Peuple de Dieu» comme «dépositaire de la vérité de l’Église».

C’est ce qu’éprouvent, je crois, ces formidables jeunes évêques jetés sur les routes du monde, privés des ressources habituelles des pays traditionnellement orthodoxes, courant après leurs fidèles disséminés au sein d’univers étrangers et qui s’épuisent à assurer leur ministère pastoral sans moyens et sans certitudes autres que la Providence. Eux savent d’ores et déjà que la richesse incessible de l’épiscopat tient dans sa pauvreté assumée.

A.P. : Il y a beaucoup de gens dans le milieu orthodoxe qui pensent que le seul devoir d’une école de théologie est de former des prêtres et c’est pour cela que la dimension culturelle de la théologie en dialogue avec la société contemporaine est parfois oubliée. Comment peut-on convaincre la hiérarchie qu’on a besoin d’une théologie libérée des contraintes ecclésiastiques?

J.-F. C.: La théologie n’a d’autre source, propos et finalité qu’elle-même. Pour être une grâce, elle requiert cette gratuité. Elle n’est ni résultat d’une production, ni schéma d’une construction. Elle n’a pas de fonctionnalité qui la destinerait à former des fonctionnaires, quand bien même il s’agirait de fonctionnaires du culte. Que ceux qui se destinent au sacerdoce soient préparés à la transmission de la foi à laquelle ils consacreront leur vie, c’est une bonne chose. Mais ce n’est pas une affaire de diplôme, de certificat apposé en coin d’un rouleau enrubanné.

Encore faut-il que les écoles théologiques orthodoxes transmettent elles-mêmes une orthodoxie vivante et une théologie vécue, qu’elles soient des écoles de vie. Nous ne pouvons plus nous contenter de l’utilité supposée de cette sorte de néoscolastique orientale d’occasion que nous opposons volontiers à la grande scolastique occidentale, dont nous sommes par ailleurs incapables, et qui sert trop souvent de programme à l’enseignement de l’orthodoxie.

La prédication étant au cœur de la transmission de la foi, non pas seulement dans l’Église mais au dehors de l’Eglise, «pour la vie du monde», ce sont non pas de prédicateurs mais de «prêchants», d’exemples incarnés du lien entre la doctrine et l’existence, dont nous avons besoin.
Enfin, l’éducation à la foi ne vaut que si elle est éducation pour tous et de tous. C’est à cette école-là, permanente, que doit se mettre chaque orthodoxe qu’il soit homme ou femme, baptisé par naissance ou par conversion, laïc ou clerc, simple fidèle ou éminent évêque. Son témoignage au sein de la société s’ensuivra, sans qu’il ait à le penser, le projeter, le calculer. Car ce sera alors une œuvre par surabondance de l’Esprit.

A.P. : “Saint-Serge” est un institut essentiel pour la théologie et la culture orthodoxe, sa fermeture marquerait la fin d’un très beau chapitre de l’histoire du christianisme de tradition byzantine. À votre avis, quelles sont les solutions pour empêcher la clôture définitive de l’institut ?
J.-F. C.: Il est en effet une gloire de l’Institut qui accablerait ses légataires actuels s’il n’y avait la miséricorde du Christ. ”Saint-Serge” a renversé l’exil en miracle. ”Saint-Serge” a été la seule école de théologie orthodoxe continument libre au cours du sombre XXe siècle sur le continent du Goulag et de la Shoah.

”Saint-Serge” a permis le rayonnement de cette orthodoxie de la liberté via l’institution-sœur qu’est ”Saint Vladimir” au sein du Nouveau Monde. ”Saint-Serge” a reçu des étudiants orthodoxes des cinq continents qui sont devenus des enseignants, des prêtres, des évêques, des patriarches de l’Église orthodoxe aux quatre coins de la planète.

”Saint-Serge” a ainsi initié, soutenu et confirmé un sentiment panorthodoxe sans lequel l’orthodoxie ne serait pas aujourd’hui ce qu’elle est. De plus, c’est à Paris que s’est pleinement manifestée la créativité de la théologie orthodoxe contemporaine, dont la sophiologie de Serge Boulgakov, la double économie de Vladimir Lossky, l’écclésiologie pneumatologique de Nicolas Afanassieff, le renouveau patristique de Georges Florovsky, liturgique d’Alexandre Schmemann, palamite de Jean Meyendorff.

C’est parce qu’il y avait Paris que Dimitru Stăniloae en Roumanie, Justin Popovitch en Serbie, Sergueï Averintsev en Russie, Christos Yannaras en Grèce, Georges Khodr au Liban et tant d’autres ailleurs savaient qu’ils n’étaient pas seuls à confesser une orthodoxie essentielle. C’est parce que ce Paris-là a existé qu’aujourd’hui encore des élèves nous viennent de l’Afrique profonde ou de la lointaine Asie pour apprendre cette même orthodoxie émancipée des scories de l’histoire, disposée à se confronter au monde tel qu’il va.

Oui, tel est le bilan de ces 90 années qui fait que l’Institut n’est la propriété de personne, mais de tous les orthodoxes. Un héritage écrasant qui découle de la leçon originelle de nos pères fondateurs: entrer dans le dialogue avec l’Occident, la philosophie, la science, la société, les autres confessions chrétiennes, les autres religions, les cercles de pensée, mais avant tout d’y entrer sans crainte.

Près d’un siècle d’une telle quête peut-il s’éteindre d’un coup ? L’apport de ”Saint-Serge” n’est-il pas plus que jamais indispensable au monde orthodoxe soumis aux tentations de la crispation et du repli ? N’arrive-t-il pas aussi aux institutions de mourir, comme les individus, parce qu’elles ont fait leur temps ? Toutes ces questions valent également dans l’instant. Demain tranchera.

Pour l’heure, notre manière de continuer l’inspiration de nos pères fondateurs est précisément, quelle que soit l’issue, de n’avoir pas peur. Et c’est là l’unique vraie condition de notre avenir.

Source  http://orthodoxie.com/ 

 

L'Institut Saint-Serge dont il est question ici traverse une grave crise dont vous trouverez l'écho ici

http://www.saint-serge.net/evenements/avenir.html#declarationsaintserge

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 07:52
Rencontre fraternelle entre Sa Béatitude le Métropolite Tikhon et Sa Sainteté Baselios Marthoma Paulos II, Catholicose de l'Est

Le lundi 6 Juillet 2015 Sa Béatitude le Métropolite Tikhon, primat de l'Église orthodoxe en Amérique, faisait une visite fraternelle à Sa Sainteté le Catholicos de l'Est, Père de notre Eglise-mère Syro-Orthodoxe Malankare, notre Chef spirituel ici-bas .

 

Rencontre fraternelle entre Sa Béatitude le Métropolite Tikhon et Sa Sainteté Baselios Marthoma Paulos II, Catholicose de l'Est

La réunion a eu lieu à la chancellerie diocésaine du nord-est américain à Muttontown, New York.

Les accompagnateurs de Sa Béatitude, étaient les archiprêtres John Jillions, chancelier de l'Eglise orthodoxe en Amérique, Eric Tosi, secrétaire de l'Eglise orthodoxe en Amérique, et le Dr Tchad Hatfield, chancelier du "orthodoxe Theological Seminary" de Saint-Vladimir à New York.

 

Rencontre fraternelle entre Sa Béatitude le Métropolite Tikhon et Sa Sainteté Baselios Marthoma Paulos II, Catholicose de l'Est

Sa Sainteté, et Sa Béatitude ont parlé des défis communs de l'Eglise orthodoxe dans le monde entier, surtout dans le contexte nord-américain.

 

 

Rencontre fraternelle entre Sa Béatitude le Métropolite Tikhon et Sa Sainteté Baselios Marthoma Paulos II, Catholicose de l'Est

 

Sa Béatitude a également partagé des travaux. Son Em le Métropolite Zachariah Mar Nicholovos, fut accueilli comme membre du conseil d'administration du Séminaire théologique orthodoxe Saint-Vladimir.

 

Rencontre fraternelle entre Sa Béatitude le Métropolite Tikhon et Sa Sainteté Baselios Marthoma Paulos II, Catholicose de l'Est

Au cours de cette heureuse rencontre entre les deux chefs d'Eglises, notre bien aimé Père dans le Seigneur, Sa Sainteté Beselios Paulos II a adressé une invitation officielle à Sa Béatitude, pour être l'invité d'honneur d'honneur à l'occasion des célébrations finales du bicentenaire du séminaire théologique orthodoxe, à Kottayam, Kerala, Inde.

Étaient aussi présents lors de cette réunion également Son Em Zachariah Mar Nicholovos, Metropolite, le Rd Père et Dr Johns Abraham Konaté, le Rd Père Paul Thomas, le Rd Père Sujit Thomas, le Rd Jiss Johnson, et le Révérend Père Abraham George.

 

Rencontre fraternelle entre Sa Béatitude le Métropolite Tikhon et Sa Sainteté Baselios Marthoma Paulos II, Catholicose de l'Est

L'origine de l'Eglise locale orthodoxe en Amérique remonte au mouvement missionnaire de huit moines orthodoxes en Alaska, en 1794 comme, analogiquement, notre Eglise locale Syro-Orthodoxe-Francophone Mar Thomas (Malankare), se fonde sur la fondation canonique par l'Eglise Malankare Orthodoxe d'une Métropolie pour l'Europe.

C'est plus tard, en 1970, que fut accordé à l'Eglise naissante en diaspora une autocéphalie par l'Eglise orthodoxe russe.

 

Rencontre fraternelle entre Sa Béatitude le Métropolite Tikhon et Sa Sainteté Baselios Marthoma Paulos II, Catholicose de l'Est

Aujourd'hui, Sa Béatitude le Metropolite Tikhon, conduit l'Église orthodoxe d'Amérique avec plus de dix évêques qui exercent leur ministère pastoral sur plus de 700 paroisses, les missions, les monastères et les institutions répandues à travers les États-Unis, le Canada et le Mexique.

Rencontre fraternelle entre Sa Béatitude le Métropolite Tikhon et Sa Sainteté Baselios Marthoma Paulos II, Catholicose de l'Est

Ô Dieu notre Père,

 


conduisez Votre Eglise!

 

 

 


Que, dans ce monde,

 

 

 

elle vive de plus en plus

 


dans la sainteté,

 

 

 


Dans l'unité

 

 

 


Et dans l'amour!

 

 

 

 

 


Par Jésus le Christ, 

 

 

 

Votre Fils

 


et dans l'Esprit Saint.

 

 

 

 

 

Amîn!

 

 

 

 

 

(Saint Grégoire de Tours)

Une âme courageuse sera requise, qui sera capable  de  rester en vie au milieu de toutes ces tentations.   Car si un homme se trouve ne fut-ce qu'un peu  imprudent, il sera facilement exposé aux assauts  et sera attrapé par les signes du démon et de la  bête immonde.  (Prophéties sélectionnées pour les Derniers Jours,  de saint Ephrem le Syrien)

Une âme courageuse sera requise, qui sera capable de rester en vie au milieu de toutes ces tentations. Car si un homme se trouve ne fut-ce qu'un peu imprudent, il sera facilement exposé aux assauts et sera attrapé par les signes du démon et de la bête immonde. (Prophéties sélectionnées pour les Derniers Jours, de saint Ephrem le Syrien)

Partager cet article
Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 07:44
Béatification de Louis-Edouard Cestac

Source: Aleteia

Par PHILIPPE OSWALD (397) pour Aleteia

Soleil radieux à Bayonne, en cette solennité de la Sainte Trinité, pour la béatification du Père Louis-Edouard Cestac (1801-1868), prêtre du diocèse et fondateur de la Communauté des Servantes de Marie et de leur branche contemplative, les Bernardines.
La cérémonie s’est déroulée en milieu d’après-midi en la magnifique cathédrale gothique Sainte-Marie qui surplombe la ville, au cours de la messe de la Sainte Trinité présidée par le cardinal Amato avec Mgr Aillet, évêque de Bayonne, les évêques d’Aquitaine et du Pays basque espagnol. Bien que le cloître de la cathédrale ait été ouvert pour y accueillir les fidèles que l’église ne pouvait contenir, il avait fallu organiser un « relais » vidéo - et sacramentel - dans l’église Saint-André, située en contrebas, dans le « vieux Bayonne », sur la presque-île entre Nive et Adour, pour ne priver personne de ce grand moment d’Eglise.

De fait, toute l’Eglise était représentée, entre les cardinaux Amato (Rome) et Ricard (Bordeaux), une dizaine d’évêques et de nombreux prêtres, les descendants de la famille du Père Cestac, sa famille spirituelle : les Servantes de Marie et les Bernardines, ou encore le clan routier « bienheureux Louis Edouard Cestac » de la Fédération des Scouts d’Europe, jusqu’aux détenues de la maison d’arrêt de Pau qui avaient obtenu, grâce à leur aumônier, une autorisation exceptionnelle de sortie.

Un apôtre des « périphéries »

Par son engagement au service des plus pauvres et des plus méprisés, Louis-Edouard Cestac était allé aux «périphéries » comme y exhorte aujourd’hui le pape François. Il aura donc été certainement particulièrement agréable au Saint-Père de déclarer « bienheureux » ce prêtre du XIXe siècle comme le lui demandait l’évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, Mgr Marc Aillet. La ferveur et l’émotion était perceptible quand, dès l’ouverture de la célébration, le cardinal Amato, préfet de la Congrégation pour la cause des saints, a donné la réponse (en latin) du Pape à l’évêque de Bayonne : « Nous accordons que le vénérable serviteur de Dieu Louis-Edouard Cestac soit désormais appelé bienheureux ». Sa fête est fixée au 27 mars, jour de son rappel à Dieu.

Aleteia a déjà résumé la vie de Louis-Edouard Cestac (1801- 1868). Rappelons quelques traits, soulignés au cours de cette cérémonie, par Soeur Jacqueline Bordenave, Supérieure Générale des Servantes de Marie, et par le cardinal Amato : la piété mariale qui anima tout jeune le futur bienheureux, la consécration par Marie de toute sa personne à Dieu : « Tout de Dieu, pour Dieu, avec Dieu » (une devise qui fait écho au « totus tuus » de saint Jean Paul II), son amour et son dévouement sans borne pour tous les nécessiteux « à l’aise avec lui et lui avec eux », son zèle et son inventivité pour leur porter secours.
Bouleversé par la mort d’une prostituée de vingt ans, il décide d’agir. Aidé par une de ses jeunes sœurs, il fonde les « Servantes de Marie ». Sans aucun moyen financier, c’est naturellement vers la Mère de Dieu qu’il se tourne en se rendant en pèlerinage au sanctuaire marial de Buglosse, dans le Landes (tout proche de la maison natale de saint Vincent de Paul qui y pria souvent). La Vierge lui répond : « Ne me demande que mon esprit ».

C’est au prix de grands sacrifices qu’il parvient à acheter à Anglet, ville toute proche de Bayonne, sur la côte basque, un domaine dont il fera « Notre-Dame du refuge » (la commune d’Anglet a inauguré l’avenue « Abbé Cestac » le matin même de sa béatification). Il dirige la maison confiée à l’action éducatrice des Servantes de Marie, elles-mêmes soutenues par la prière de leurs sœurs contemplatives, les Bernardines. Les Servantes de Marie essaimeront dans les campagnes, formant de petites communautés caritatives dans les villages, ce qui conduira le Père Cestac à développer ses compétences d’agronome…

Béatification de Louis-Edouard Cestac

Une cause perdue…et retrouvée

L’histoire de la cause de béatification ouverte….en 1908, mais dont le dossier s’était perdu – notamment ce qui attestait de la guérison inexpliquée d’un homme atteint de gangrène, grâce à l’intercession de l’abbé Cestac- prouve que la Providence aime le suspense… dont nous avons vécu le dénouement ce 31 mai 2015. Oui ce fut un grand « moment de grâce et de fête », a conclu la supérieure des Servantes de Marie en nous confiant tous à l’intercession du bienheureux Louis-Edouard Cestac. Il est devenu l’une des gloires du diocèse de Bayonne avec son ami et confident, saint Michel Garicoïts (1797-1863), fondateur des Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus plus communément appelés Pères de Bétharram.

Béatification de Louis-Edouard Cestac
Partager cet article
Repost0

Recherche

Articles Récents

Liens