Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 09:03
Dès lors, il nous incombe de lutter, ou plutôt de corriger nos fautes et d'améliorer notre comportement. Sans aucun doute, une fois que ceux-ci auront été redressés, nous nous entendrons très bien même avec des bêtes sauvages et des fauves, sans parler des êtres humains. Ceci est conformément à ce qui est dit dans le livre du bienheureux Job : "les bêtes sauvages seront en paix avec toi." [Job 5:23] Nous ne craindrons pas des offenses, pas plus que des pierres d'achoppement externes ne pourront non plus avoir un effet sur nous, si leurs racines n'ont pas été laissées en nous et plantées en nous. Car "grande est la paix de ceux qui aiment Ta Loi : pour eux, plus d’obstacle !" (pax multa diligentibus legem tuam et non est illis scandalum - Ps 119,165) (Saint Jean Cassien)

Dès lors, il nous incombe de lutter, ou plutôt de corriger nos fautes et d'améliorer notre comportement. Sans aucun doute, une fois que ceux-ci auront été redressés, nous nous entendrons très bien même avec des bêtes sauvages et des fauves, sans parler des êtres humains. Ceci est conformément à ce qui est dit dans le livre du bienheureux Job : "les bêtes sauvages seront en paix avec toi." [Job 5:23] Nous ne craindrons pas des offenses, pas plus que des pierres d'achoppement externes ne pourront non plus avoir un effet sur nous, si leurs racines n'ont pas été laissées en nous et plantées en nous. Car "grande est la paix de ceux qui aiment Ta Loi : pour eux, plus d’obstacle !" (pax multa diligentibus legem tuam et non est illis scandalum - Ps 119,165) (Saint Jean Cassien)

 Dimanche de l’Annonciation à Sainte-Marie, Mère de Dieu.

Saint Qurbana

o    1ère de St Jean 3: 2-17 :

  • 02 Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté. Nous le savons : quand cela sera manifesté, nous lui serons semblables car nous le verrons tel qu’il est.
  • 03 Et quiconque met en lui une telle espérance se rend pur comme lui-même est pur.
  • 04 Qui commet le péché transgresse la loi ; car le péché, c’est la transgression.
  • 05 Or, vous savez que lui, Jésus, s’est manifesté pour enlever les péchés, et qu’il n’y a pas de péché en lui.
  • 06 Quiconque demeure en lui ne pèche pas ; quiconque pèche ne l’a pas vu et ne le connaît pas.
  • 07 Petits enfants, que nul ne vous égare : celui qui pratique la justice est juste comme lui, Jésus, est juste ;
  • 08 celui qui commet le péché est du diable, car, depuis le commencement, le diable est pécheur. C’est pour détruire les œuvres du diable que le Fils de Dieu s’est manifesté.
  • 09 Quiconque est né de Dieu ne commet pas de péché, car ce qui a été semé par Dieu demeure en lui : il ne peut donc pas pécher, puisqu’il est né de Dieu.
  • 10 Voici comment se manifestent les enfants de Dieu et les enfants du diable : quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, et pas davantage celui qui n’aime pas son frère.
  • 11 Tel est le message que vous avez entendu depuis le commencement : aimons-nous les uns les autres.
  • 12 Ne soyons pas comme Caïn : il appartenait au Mauvais et il égorgea son frère. Et pourquoi l’a-t-il égorgé ? Parce que ses œuvres étaient mauvaises : au contraire, celles de son frère étaient justes.
  • 13 Ne soyez pas étonnés, frères, si le monde a de la haine contre vous.
  • 14 Nous, nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons nos frères. Celui qui n’aime pas demeure dans la mort.
  • 15 Quiconque a de la haine contre son frère est un meurtrier, et vous savez que pas un meurtrier n’a la vie éternelle demeurant en lui.
  • 16 Voici comment nous avons reconnu l’amour : lui, Jésus, a donné sa vie pour nous. Nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères.
  • 17 Celui qui a de quoi vivre en ce monde, s’il voit son frère dans le besoin sans faire preuve de compassion, comment l’amour de Dieu pourrait-il demeurer en lui ?

o     

o    Galates: 4: 1-7 :

  • 01  Tant que l’héritier est un petit enfant, il ne diffère en rien d’un esclave, alors qu’il est le maître de toute la maison ;
  • 02 mais il est soumis aux gérants et aux intendants jusqu’à la date fixée par le père.
  • 03 De même nous aussi, quand nous étions des petits enfants, nous étions en situation d’esclaves, soumis aux forces qui régissent le monde.
  • 04 Mais lorsqu’est venue la plénitude des temps, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme et soumis à la loi de Moïse,
  • 05 afin de racheter ceux qui étaient soumis à la Loi et pour que nous soyons adoptés comme fils.
  • 06 Et voici la preuve que vous êtes des fils : Dieu a envoyé l’Esprit de son Fils dans nos cœurs, et cet Esprit crie « Abba ! », c’est-à-dire : Père !
  • 07 Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils, et puisque tu es fils, tu es aussi héritier : c’est l’œuvre de Dieu.

o     

o    Hébreux 2 :14-18 :

  • 14 Puisque les enfants des hommes ont en commun le sang et la chair, Jésus a partagé, lui aussi, pareille condition : ainsi, par sa mort, il a pu réduire à l’impuissance celui qui possédait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable,
  • 15 et il a rendu libres tous ceux qui, par crainte de la mort, passaient toute leur vie dans une situation d’esclaves.
  • 16 Car ceux qu’il prend en charge, ce ne sont pas les anges, c’est la descendance d’Abraham.
  • 17 Il lui fallait donc se rendre en tout semblable à ses frères, pour devenir un grand prêtre miséricordieux et digne de foi pour les relations avec Dieu, afin d’enlever les péchés du peuple.
  • 18 Et parce qu’il a souffert jusqu’au bout l’épreuve de sa Passion, il est capable de porter secours à ceux qui subissent une épreuve.

o     

o    Saint Luc 1:26-38 :

  • 26 Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
  • 27 à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.
  • 28 L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »
  • 29 À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
  • 30 L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
  • 31 Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.
  • 32 Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ;
  • 33 il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »
  • 34 Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? »
  • 35 L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu.
  • 36 Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile.
  • 37 Car rien n’est impossible à Dieu. »
  • 38 Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

o     

 

Programme des Prières pour les défunts, les blessés, les victimes de l’attentat parisien du 13 Novembre à Paris et leurs familles. Prières pour la France et les pays touchés par l’horreur du terrorisme :

 

¤Au Monastère Syriaque :

*Tous les jours jusqu’au 22 Novembre après les Offices 

*Dimanche 22, Messe de suffrage à 10h30

Adresse:

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

¤Dordogne :

*Samedi 21 Novembre, Messe de Suffrage à 10h 30

Adresse:

Sanctuaire marial N-D de la Très Ste Trinité

 Ermitage St Colomban

Puyroudrier

24530 LA CHAPELLE FAUCHER

Tel: 05.45.37.35.13

ou: 06.48.89.94.89

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

¤Charente :

*Dimanche 22 Novembre, Messe de suffrage à 10h 30

Adresse:

Maison Notre-Dame

Le Bourg

16560 JAULDES

Tel: 05.45.37.35.13

ou: 06.48.89.94.89

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

Attentats du 13 Novembre 2015 à Paris / Déclaration de Mor Philipose-Mariam, Métropolite de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone / Programme des Prières pour les victimes,la France et les pays touchés par l’horreur du terrorisme

Šlomo lkoulkhoun (La Paix à vous tous) !
Ceux qui au nom de Dieu, Source de la Vie et "Ami des hommes" tuent en Son Nom manifestent d'une manière évidente qu'ils ne le servent nullement mais rendent un culte au Diviseur, à "l'Ennemi du genre humain", celui qui est "homicide depuis les origines", autrement dit: Satan.

Ne nous laissons pas diviser ! Soyons unanimes pour rendre un Hommage Universel aux victimes des attentats à Paris .

J'appelle nos fidèles et amis de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone* à la prière pour eux, leurs familles, nos bourreaux et la France.Seigneur, prenez pitié de toutes les victimes du Bataclan, des blessés, des mourants, des estropiés, de ceux qui, morts sont en chemin vers Vous l'Auteur de la Vie!

Seigneur, pitié pour la France! Seigneur pitié pour les djihadistes et tous extrémistes dont les cerveaux sont conditionnés pour le crime ! "L'Esprit souffle où Il veut" ! Envoyez sur chacun d'eux la lumière de Votre Esprit Saint et vivifiant pour les libérer de cet asservissement criminel de la pensée , les libérer de l’emprise de l’obscurantisme et du fanatisme!

Assez ! Assez de violence et de morts partout ! Que nous choisissions la Vie !

Vierge Sainte, Reine de France, Saintes et Saints de France et du monde, frères aînés Martyrs contemporains de la Foi et Témoin du Christ Prince de la Paix et de Son vivifiant Évangile, priez pour nous !

Mère de Miséricorde, écrasez le serpent sous votre talon, nous vous en supplions !

Saint Thomas Apôtre des Indes et de ses missions, Saint Irénée, Saint Hilaire et tous les Témoins de l’Évangile d'Amour,de Vérité, de Justice et de Paix, intercédez pour nous !

Nous sommes en communion de pâtir et de prière avec les familles des victimes.

Nous vous invitons nos fidèles et amis de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone à une grande union de prières pour les victimes, leurs familles, leurs bourreaux et pour la France.

Pensons aux demandes réitérées de la Mère de Miséricorde dans toutes ses apparitions pour revenir en vérité à son Divin Fils.

Pensons à nos frères et sœurs martyrs de par le monde, confions à leurs intercessions d'aînés dans la Foi notre Occident trop souvent apostat...

N'ayons pas peur ! Ne nous laissons pas gagner par la peur, le Christ a vaincu la mort et les forces de mort ! Ne nous laissons pas diviser ! Rangeons nous résolument dans la phalange des Saints, de ceux qui tournent le dos à la mort et à une civilisation mortifère pour se tourner vers la Vie !...

Votre fidèlement et respectueusement dévoué en Notre-Seigneur. Šlomo lkoulkhoun (La paix à vous tous) ! Aloho m'barekh (Dieu vous bénisse) !

+Mor Philipose Mariam, métropolite.

*l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-Orientale. Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien et la paix du monde.

La France a été frappée par une vague d’attentats sans précédent dans son Histoire et nous sommes impuissants. Que fallait-il faire ? Que pouvions-nous faire ?

Le Christ Lui-même nous donne la réponse : « Certains démons ne peuvent être chassés que par la prière » (Mc 9, 23). Pleurons nos victimes, analysons les signes des temps et passons à l’action : consolons-nous, réapprenons à nous aimer et prions ensemble, pour que la France et toutes les autres nations se relèvent dans l’Espérance.

Aleteia vous propose de méditer chaque jour de cette semaine le texte d’une prière écrite par l’un de ses contributeurs.

 

Nous pouvons avec foi prier avec la prière du "Catholicon" de notre Liturgie Syriaque:

(Varie selon le temps ou la fête)

  1. « J’étais une brebis perdue », l’Église entonna et dit : « J’étais déchirée et égarée, mon berger sortit à ma recherche et me trouva.

   Neqyo with wabido with, 'Idath qoudsho ‛noth wémrath.Wazriqo with wambadro,
Nfaq ro'ï bab'oth wésh-kĥan.

  1. Il me porta et me prit sur Ses épaules et me fit entrer dans Son bercail vivifiant. Il dressa devant moi la table de vie : Son Corps et Son Sang propitiatoire ;

   'Al katfé ta'nan soman,
Ou-latyoréh d-ĥayé a'lan.
Sdar qdomaï fothour ĥayé,
Faghréh wadméh mĥasyono.

  1. Pour que mes enfants et moi, nous en nourrissions ensemble en tout temps.
    Et que d’une seule voix nous criions et lui disions :

   Déstawsé béh bkoul 'édon,
Eno ou-yaldaï shawyoïth. Wéno ou-yaldaï mén ĥad foum, Qo'énan léh womrinan.

  1. Saint, Saint, vous êtes Saint, vous le Fils qui nous donna Son Corps et Son Sang. Vous êtes Saint, vous, Fils de Dieu, bénie soit votre gloire en tous lieux.

   Qadish qadish qadishat, Bro dyab lan faghréh wadméh. Qadishat Bro d-Aloho,
Brikh iqorokh mén athrokh.

 

Aujourd’hui, le père Stéphane Mayor, vicaire de la paroisse Sainte-Marie des Batignolles à Paris  (17e) :

 

Seigneur mon Dieu,

Toi qui m’as tant de fois manifesté ta Miséricorde,
Toi qui m’as tant soutenu dans l’adversité,
Viens à mon aide en ces jours de peine et de ténèbres.

Éclaire mon intelligence par le don de la foi, que je comprenne le monde comme tu le comprends ;
Affermis ma volonté par le don de la charité, que je reçoive ton courage dans l’adversité ;
Fortifie mon cœur par le don de l’espérance, que le mal et le désespoir n’aient pas prise sur moi.

Restaure en moi un esprit ferme, que je sois un soutien pour mes frères dans la détresse
Et que j’accomplisse, avec eux, ce que tu attends de moi tous les jours de ma vie.

Seigneur, Dieu des puissances, protège mon Église,
Aide mon pays, accueille nos morts
Et donne à tous de vivre de ta Sainte Miséricorde,
Maintenant et jusque dans les siècles des siècles,

Amen.

Le Mystère qui était caché depuis les générations vous a été révélé, O fontaine de chasteté*, quand l’Archange Gabriel est venu vous saluer+, disant : « Salut, pleine de grâce=, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes. (Luc I : 28.)
Refrain :    Réjouis-Toi, Mère de Miséricorde, Alléluia, Alléluia, Alléluia !
    Salut, ô terre jamais ensemencée. Salut, ô buisson qui s’est enflammé sans se consumer.* Salut, ô profondeur qu’il est difficile de percevoir par la vue. + Salut, ô pont qui conduit jusqu’au ciel = Toi qui es l’échelle qui élève dans les hauteurs, que vit Jacob, le père des tribus.
Refrain :    Réjouis-Toi, Mère de Miséricorde, Alléluia, Alléluia, Alléluia !
    Salut, ô toi qui as aboli la malédiction des temps anciens*. Salut, ô vase dans lequel la manne divine a été préservée. + Salut, ô toi qui as relevé Adam de sa chute et qui l’a fait retrouver son ancien état.= Le Seigneur est avec toi.
Refrain :    Réjouis-Toi, Mère de Miséricorde, Alléluia, Alléluia, Alléluia !

 

Notre Dame de Paris, priez pour nous.
Sainte Geneviève, priez pour nous.
Nos saints anges gardiens, veillez sur nous.

 

Prière à Sainte Geneviève, patronne de Paris :

Sainte Geneviève, patronne de Paris,sauve de tout danger cette cité, comme tu l’as jadis sauvée de l’invasion des hordes barbares.
Toi qui fus victorieuse d’Attila et de ses huns, éloigne de ta ville chérie toute menace d’attentat et de terreur !

Ô sainte Geneviève, céleste protectrice de Paris, prie pour tous ceux qui aujourd’hui souffrent dans cette ville. Prie pour les morts, leurs familles et leurs amis. Prie pour les blessés de corps, de cœur et d’âme.

Prie aussi pour tous les gardiens de la paix, qui risquent leur vie pour défendre et protéger Paris : policiers, gendarmes, militaires… Prie encore pour tous les bons samaritains qui se consacrent sans compter pour secourir, soigner, assister…

Soutiens tous ceux qui sont accablés, choqués, terrorisés. Eclaire ceux qui sont tentés par le désespoir, ou par la vengeance.

Ô sainte Geneviève, appelle sur nous tous la bénédiction de Dieu, afin qu’Il protège nos familles, nos enfants, nos amis… Que le seigneur Tout-Puissant accorde à tous les parisiens de vivre en paix, et de témoigner de son amour par une vie sainte et donnée aux autres !
Amîn!

 

Une Prière de Saint Macaire d'Égypte:

 

« Ange saint qui veilles sur ma pauvre âme ne me quitte pas »

 

On invoque Saint Macaire pour la sauvegarde du corps et de l'âme, contre les influences malveillantes

 

« Ange saint, qui veilles sur ma pauvre âme et sur ma misérable vie, ne me quitte pas je suis pécheur, et ne m'abandonne pas à cause de mes souillures. 
Ne laisse pas approcher les esprits mauvais, dirige-moi en exerçant ton pouvoir sur mon corps périssable. 
Prends ma main blessée et impuissante, conduis-moi sur le chemin du salut. 
Oui, saint ange de Dieu, qui veilles sur mon âme et sur mon corps, pardonne-moi tout ce qui a pu t'offenser (Ce corps) au cours de ma vie et toutes mes fautes d'aujourd'hui. 
Protège-moi dans la nuit qui s'approche et garde-moi des embûches et des attaques de l'Ennemi, pour que je n'offense point Dieu par un péché.
Intercède pour moi, auprès du Seigneur, afin qu'il m'affermisse dans sa crainte, et qu'il fasse de moi un serviteur digne de sa sainteté. 
Amîn. »

 

Samedi 21 Novembre:Lectionnaire du DIMANCHE DE L’ANNONCIATION A SAINTE MARIE, MERE DE DIEU (Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Orthodoxe Malankare )
"Briser les crânes" - ce qui perturbe dans l'Ancien Testament (p. Tryphon, EORHF)
 

Lorsqu'on lit l'Ancien Testament, il est important de se rappeler qu'il a été écrit comme le récit de peuples en cheminement vers Dieu. Au cours de ce cheminement, les Israélites en sont venus à découvrir progressivement Dieu, par le biais de la révélation de Dieu auprès de leurs prophètes, et leur compréhension de Dieu a commencé à grandir. Le Christ, Logos ou Verbe de Dieu, était dès les origines, et S'identifie comme l'Alpha et l'Omega. Dès lors, l'Ancien Testament ne saurait être convenablement compris qu'à la lumière de la Résurrection du Christ.

Le Dieu de l'Ancien Testament ne peut être compris qu'à la lumière du Nouveau Testament, dès lors nous ne devrions pas prendre trop au sérieux les troublants récits où Dieu dirait à Son peuple de tuer leurs voisins, d'éclater la tête des enfants de leurs ennemis contre des rochers. Les récits historiques où on nous présente la colère du Dieu vétérotestamentaire ne devraient pas nous poser problème, car ce n'est qu'à la lumière de la révélation du Christ que nous pouvons vraiment comprendre la Vérité.

Divers Pères de l'Église ont vu ce massacres d'enfants des récits de l'Ancien Testament comme la représentation des passions, et le rocher où on les brisait comme représentant le Christ. Comme fidèles, nous écrasons nos mauvaises pensées sur le Roc, pour être sûrs que nos passions ne reviennent pas nous vaincre. Nombre de Psaumes ont les mêmes allégories, come une invitation à garder les murs de la cité de nos coeurs, et préserver les trésors spirituels que nous avons reçus de notre Roi et notre Dieu.

Le littéralisme historique n'est pas important lorsqu'on confronte tout cela avec la véritable nature de Dieu telle que révélée, et nous détourner du littéralisme dans notre interprétation de l'Écriture sainte, ce n'est pas une capitulation face au modernisme. L'Église a toujours su comment nous devrions lire les Écritures, car la Vérité du récit biblique ne peut être connue qu'à la lumière du Christ, tel que c'est révélé par Son Église.

Les Pères de l'Église ont reconnu la partie humaine des Écritures, car le Saint Esprit a illuminé les hagiographes (auteurs humains) sans jamais leur faire perdre leur personnalité, comme s'ils étaient des transmetteurs. Ces rédacteurs des Écritures n'étaient pas comme une sorte de tuyauterie par où s'écoulerait le Saint Esprit, car ils ont écrit dans le contexte de leur expérience humaine de Dieu, dans le contexte de leurs expériences culturelle et tribale.

Une certaine synergie existait, pendant qu'ils s'efforçaient de coopérer avec Dieu. Les rédacteurs de l'Ancien Testament parlaient au peuple de leurs époques, dans le contexte culturel de leurs tribus, avec leur propre identité culturelle de leur époque. Les récits d'un Dieu brutal et colérique, tels que perçus par ces écrivains, doivent être considérés comme ne réflétant que la mentalité de l'époque dans laquelle ils ont vécu.

"Ne recherchez pas la mort par les égarements de votre vie et n'attirez pas sur vous la ruine par les œuvres de vos mains. Car Dieu n'a pas fait la mort, Il ne prend pas plaisir à la perte des vivants. Il a tout créé pour l'être; les créatures du monde sont salutaires, en elles il n'est aucun poison de mort, et l'Hadès ne règne pas sur la terre" (Sagesse de Salomon 1,12-14). Ce Dieu de l'Ancien Testament n'a jamais ordonné aux gouvernements et aux armées de tuer, sinon Il serait en contradiction avec les 10 Commandements dans lesquels Il disait à Son peuple qu'ils ne devraient pas tuer.

Les références à la peine capitale ne disent pas à Son peuple de tuer qui que ce soit, mais seulement que les conséquences du péché, c'est la mort. Les récits de lapidation de pécheurs, de têtes d'enfants éclatées contre les rochers, et de massacres de voisins, sont nés dans le péché et les ténèbres d'un peuple qui ne commençait qu'à recevoir la révélation de l'amour de Dieu. Cet amour a été crescendo jusqu'à la Résurrection du Christ d'entre les morts, et le bannissement de la puissance de la mort, une fois pour toutes.

Dans l'amour du Christ,

Higoumène Tryphon
"Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, De ce qu'il a visité et racheté son peuple" (Lc 1, 68). Dimanche de l'Annonciation à la vierge Marie; Dieu qui vient visiter et racheter son peuple, la chère création de sa main, c'est pourquoi il choisit la sainte vierge Marie pour être né d'elle afin d'achever son économie du salut. D'une par l'amour inconditionnel du Sauveur et de l'autre part la disponibilité personnelle de Marie exprimée par sa réponse à Gabriel "γένοιτό μοι κατὰ τὸ ῥῆμά σου" (qu'il me soit fait selon ta parole). Mais, comment pourrons-nous espérer porter le Christ dans nos cœurs et surtout l'apporter aux autres sans cette disponibilité ? Que le Seigneur nous rende dignes de cette oeuvre éminente à laquelle nous tous, chrétiens, sommes appelés. Amen (Dayroyo Juhanon, prêtre de l'Eglise Syriaque-Orthodoxe[Patriarcale] en Région Parisienne)

"Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, De ce qu'il a visité et racheté son peuple" (Lc 1, 68). Dimanche de l'Annonciation à la vierge Marie; Dieu qui vient visiter et racheter son peuple, la chère création de sa main, c'est pourquoi il choisit la sainte vierge Marie pour être né d'elle afin d'achever son économie du salut. D'une par l'amour inconditionnel du Sauveur et de l'autre part la disponibilité personnelle de Marie exprimée par sa réponse à Gabriel "γένοιτό μοι κατὰ τὸ ῥῆμά σου" (qu'il me soit fait selon ta parole). Mais, comment pourrons-nous espérer porter le Christ dans nos cœurs et surtout l'apporter aux autres sans cette disponibilité ? Que le Seigneur nous rende dignes de cette oeuvre éminente à laquelle nous tous, chrétiens, sommes appelés. Amen (Dayroyo Juhanon, prêtre de l'Eglise Syriaque-Orthodoxe[Patriarcale] en Région Parisienne)

QU'EST-CE QUE LA "PRIERE DE DEMANDE"  ?

 

Le Seigneur a donné une prière commune pour tout le monde, combinant en elle tous nos besoins, spirituels et corporels, intérieurs et extérieurs, éternels et temporels.

Mais puisqu'il est impossible d'inclure tout ce que l'on doit demander à Dieu dans une seule prière, une règle est donnée après la prière commune pour les demandes privées que nous pourrions avoir: Demandez, et il vous sera donné, cherchez et vous trouverez, frappez, et l'on vous ouvrira.

Il en est donc ainsi dans l'Église de Dieu: les chrétiens prient en commun pour les besoins communs, mais chacun détermine ses propres besoins et exigences devant le Seigneur.

Nous prions en commun dans les églises selon les rites établis, qui ne sont rien d'autre que la Prière du Seigneur qui a été expliquée et présentée de diverses manières, tandis qu'en privé, à la maison, tout le monde prie le Seigneur pour ses propres intérêts à sa manière.

Même dans l'église on peut prier pour ses propres préoccupations, et à la maison nous pouvons prier la prière commune.

Nous devons nous préoccuper d'une seule chose: lorsque nous nous nous nous tenons en prière, à la maison ou à l'église, nous devons avoir une vraie prière dans notre âme, une véritable orientation et élévation de notre esprit et de notre cœur vers Dieu.

Laissez faire chacun selon ses capacités. Ne vous tenez pas comme une statue, et ne murmurez pas les prières mécaniquement comme un orgue de Barbarie joue des chansons.

Tant que vous vous tenez comme ça, et aussi longtemps que vous marmottez les prières, vous êtes sans la prière, l'esprit vagabond, le cœur plein de sentiments vains.

Si vous êtes déjà dans la prière et ajustés à elle, est-il difficile pour vous de tirer votre esprit et votre coeur à elle?

Attirez-les, même s'ils sont devenus inflexibles.

Ensuite, la vraie prière se formera et attirera la miséricorde de Dieu, et la promesse de Dieu concernant la prière (Demandez et il vous sera donné), sera respectée.

Souvent, il n'est pas donné, car il n'y a pas de prière de demande, mais seulement une posture de prière.

Commentaires de l'Ecriture par Saint Théophane le reclus. I Thessaloniciens 1:6-10 et Luc 11:1-10
Version française Claude Lopez-Ginisty d'après St Theophan the Recluse Thoughts for each Day of the Year St Herman of Alaska, Platina, CA USA 2010 +

Dimanche 22 NOVEMBRE 2015, "De l'Annonciation à Marie". ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 18,33b-37.

En ce temps-là, Pilate appela Jésus et lui dit : « Es-tu le roi des Juifs ? »
Jésus lui demanda : « Dis-tu cela de toi-même, ou bien d’autres te l’ont dit à mon sujet ? »
Pilate répondit : « Est-ce que je suis juif, moi ? Ta nation et les grands prêtres t’ont livré à moi : qu’as-tu donc fait ? »
Jésus déclara : « Ma royauté n’est pas de ce monde ; si ma royauté était de ce monde, j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. En fait, ma royauté n’est pas d’ici. »
Pilate lui dit : « Alors, tu es roi ? » Jésus répondit : « C’est toi-même qui dis que je suis roi. Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix. »

Dimanche 22 NOVEMBRE 2015, "De l'Annonciation à Marie". ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Par Saint Augustin

(354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église 
Sermons sur l'évangile de Jean, n°115 

 

« Mon royaume ne vient pas de ce monde »

 

 

      Écoutez tous, juifs et gentils... ; écoutez, tous les royaumes de la terre ! Je n'empêche pas votre domination sur ce monde, « mon Royaume n'est pas de ce monde »

(Jn 18,36).

Ne craignez donc pas de cette crainte insensée qui a saisi Hérode quand on lui a annoncé ma naissance...

Non, dit le Sauveur, « mon Royaume n'est pas de ce monde ».

Venez tous à un Royaume qui n'est pas de ce monde ; venez-y par la foi ; que la crainte ne vous rende pas cruels.

Il est vrai que, dans une prophétie, le Fils de Dieu dit en parlant du Père :

« Par lui, j'ai été établi roi sur Sion, sur sa montagne sainte »

(Ps 2,6).

Mais cette Sion et cette montagne ne sont pas de ce monde. 


      Qu'est-ce en effet que son Royaume ?

Ce sont ceux qui croient en lui, ceux à qui il dit : « Vous n'êtes pas du monde, comme moi, je ne suis pas du monde »

(cf Jn 17,16).

Et pourtant, il veut qu'ils soient dans le monde ; il prie son Père : « Je ne te demande pas de les retirer du monde mais de les garder du mal »

(Jn 17,15).

Car il n'a pas dit :

« Mon Royaume n'est pas dans ce monde » mais bien :

« Il n'est pas de ce monde ; s'il était de ce monde, mes serviteurs viendraient combattre pour que je ne sois pas livré ». 


      En effet, son Royaume est vraiment ici sur terre jusqu'à la fin du monde ; jusqu'à la moisson l'ivraie est mêlée au bon grain (Mt 13,24s)...

Son Royaume n'est pas d'ici car il est comme un voyageur dans ce monde.

A ceux sur qui il règne, il dit :

« Vous n'êtes pas du monde, car je vous ai choisis du milieu du monde »

(Jn 15,19).

Ils étaient donc de ce monde, quand ils n'étaient pas encore son Royaume et qu'ils appartenaient au prince de ce monde (Jn 12,3)...

Tous ceux qui sont engendrés de la race d'Adam pécheur appartiennent à ce monde ; tous ceux qui ont été régénérés en Jésus Christ appartiennent à son Royaume et ne sont plus de ce monde.

« Dieu nous a en effet arrachés à la puissance des ténèbres et nous a transférés dans le Royaume de son Fils bien-aimé »

(Col 1,13).




 

Dimanche 22 NOVEMBRE 2015, "De l'Annonciation à Marie". ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
Partager cet article
Repost0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille Tradition Syriaque orthodoxie-orientale Spiritualité Chrétienne CATECHISME et CATECHESE
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 19:54
Samedi 21 Novembre:Lectionnaire du DIMANCHE DE L’ANNONCIATION A SAINTE MARIE, MERE DE DIEU (Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Orthodoxe Malankare )

 Dimanche de l’Annonciation à Sainte-Marie, Mère de Dieu.

Saint Qurbana

o    1ère de St Jean 3: 2-17 :

  • 02 Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté. Nous le savons : quand cela sera manifesté, nous lui serons semblables car nous le verrons tel qu’il est.
  • 03 Et quiconque met en lui une telle espérance se rend pur comme lui-même est pur.
  • 04 Qui commet le péché transgresse la loi ; car le péché, c’est la transgression.
  • 05 Or, vous savez que lui, Jésus, s’est manifesté pour enlever les péchés, et qu’il n’y a pas de péché en lui.
  • 06 Quiconque demeure en lui ne pèche pas ; quiconque pèche ne l’a pas vu et ne le connaît pas.
  • 07 Petits enfants, que nul ne vous égare : celui qui pratique la justice est juste comme lui, Jésus, est juste ;
  • 08 celui qui commet le péché est du diable, car, depuis le commencement, le diable est pécheur. C’est pour détruire les œuvres du diable que le Fils de Dieu s’est manifesté.
  • 09 Quiconque est né de Dieu ne commet pas de péché, car ce qui a été semé par Dieu demeure en lui : il ne peut donc pas pécher, puisqu’il est né de Dieu.
  • 10 Voici comment se manifestent les enfants de Dieu et les enfants du diable : quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, et pas davantage celui qui n’aime pas son frère.
  • 11 Tel est le message que vous avez entendu depuis le commencement : aimons-nous les uns les autres.
  • 12 Ne soyons pas comme Caïn : il appartenait au Mauvais et il égorgea son frère. Et pourquoi l’a-t-il égorgé ? Parce que ses œuvres étaient mauvaises : au contraire, celles de son frère étaient justes.
  • 13 Ne soyez pas étonnés, frères, si le monde a de la haine contre vous.
  • 14 Nous, nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons nos frères. Celui qui n’aime pas demeure dans la mort.
  • 15 Quiconque a de la haine contre son frère est un meurtrier, et vous savez que pas un meurtrier n’a la vie éternelle demeurant en lui.
  • 16 Voici comment nous avons reconnu l’amour : lui, Jésus, a donné sa vie pour nous. Nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères.
  • 17 Celui qui a de quoi vivre en ce monde, s’il voit son frère dans le besoin sans faire preuve de compassion, comment l’amour de Dieu pourrait-il demeurer en lui ?

o     

o    Galates: 4: 1-7 :

  • 01  Tant que l’héritier est un petit enfant, il ne diffère en rien d’un esclave, alors qu’il est le maître de toute la maison ;
  • 02 mais il est soumis aux gérants et aux intendants jusqu’à la date fixée par le père.
  • 03 De même nous aussi, quand nous étions des petits enfants, nous étions en situation d’esclaves, soumis aux forces qui régissent le monde.
  • 04 Mais lorsqu’est venue la plénitude des temps, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme et soumis à la loi de Moïse,
  • 05 afin de racheter ceux qui étaient soumis à la Loi et pour que nous soyons adoptés comme fils.
  • 06 Et voici la preuve que vous êtes des fils : Dieu a envoyé l’Esprit de son Fils dans nos cœurs, et cet Esprit crie « Abba ! », c’est-à-dire : Père !
  • 07 Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils, et puisque tu es fils, tu es aussi héritier : c’est l’œuvre de Dieu.

o     

o    Hébreux 2 :14-18 :

  • 14 Puisque les enfants des hommes ont en commun le sang et la chair, Jésus a partagé, lui aussi, pareille condition : ainsi, par sa mort, il a pu réduire à l’impuissance celui qui possédait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable,
  • 15 et il a rendu libres tous ceux qui, par crainte de la mort, passaient toute leur vie dans une situation d’esclaves.
  • 16 Car ceux qu’il prend en charge, ce ne sont pas les anges, c’est la descendance d’Abraham.
  • 17 Il lui fallait donc se rendre en tout semblable à ses frères, pour devenir un grand prêtre miséricordieux et digne de foi pour les relations avec Dieu, afin d’enlever les péchés du peuple.
  • 18 Et parce qu’il a souffert jusqu’au bout l’épreuve de sa Passion, il est capable de porter secours à ceux qui subissent une épreuve.

o     

o    Saint Luc 1:26-38 :

  • 26 Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
  • 27 à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.
  • 28 L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »
  • 29 À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
  • 30 L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
  • 31 Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.
  • 32 Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ;
  • 33 il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »
  • 34 Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? »
  • 35 L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu.
  • 36 Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile.
  • 37 Car rien n’est impossible à Dieu. »
  • 38 Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

o     

 

Samedi 21 Novembre:Lectionnaire du DIMANCHE DE L’ANNONCIATION A SAINTE MARIE, MERE DE DIEU (Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Orthodoxe Malankare )
Vendredi 20 NOVEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

 

 

Programme des Prières pour les défunts, les blessés, les victimes de l’attentat parisien du 13 Novembre à Paris et leurs familles. Prières pour la France et les pays touchés par l’horreur du terrorisme :

 

¤Au Monastère Syriaque :

*Tous les jours jusqu’au 22 Novembre après les Offices 

*Dimanche 22, Messe de suffrage à 10h30

Adresse:

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

¤Dordogne :

*Samedi 21 Novembre, Messe de Suffrage à 10h 30

Adresse:

Sanctuaire marial N-D de la Très Ste Trinité

 Ermitage St Colomban

Puyroudrier

24530 LA CHAPELLE FAUCHER

Tel: 05.45.37.35.13

ou: 06.48.89.94.89

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

¤Charente :

*Dimanche 22 Novembre, Messe de suffrage à 10h 30

Adresse:

Maison Notre-Dame

Le Bourg

16560 JAULDES

Tel: 05.45.37.35.13

ou: 06.48.89.94.89

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

Attentats du 13 Novembre 2015 à Paris / Déclaration de Mor Philipose-Mariam, Métropolite de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone / Programme des Prières pour les victimes,la France et les pays touchés par l’horreur du terrorisme

Šlomo lkoulkhoun (La Paix à vous tous) !
Ceux qui au nom de Dieu, Source de la Vie et "Ami des hommes" tuent en Son Nom manifestent d'une manière évidente qu'ils ne le servent nullement mais rendent un culte au Diviseur, à "l'Ennemi du genre humain", celui qui est "homicide depuis les origines", autrement dit: Satan.

Ne nous laissons pas diviser ! Soyons unanimes pour rendre un Hommage Universel aux victimes des attentats à Paris .

J'appelle nos fidèles et amis de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone* à la prière pour eux, leurs familles, nos bourreaux et la France.Seigneur, prenez pitié de toutes les victimes du Bataclan, des blessés, des mourants, des estropiés, de ceux qui, morts sont en chemin vers Vous l'Auteur de la Vie!

Seigneur, pitié pour la France! Seigneur pitié pour les djihadistes et tous extrémistes dont les cerveaux sont conditionnés pour le crime ! "L'Esprit souffle où Il veut" ! Envoyez sur chacun d'eux la lumière de Votre Esprit Saint et vivifiant pour les libérer de cet asservissement criminel de la pensée , les libérer de l’emprise de l’obscurantisme et du fanatisme!

Assez ! Assez de violence et de morts partout ! Que nous choisissions la Vie !

Vierge Sainte, Reine de France, Saintes et Saints de France et du monde, frères aînés Martyrs contemporains de la Foi et Témoin du Christ Prince de la Paix et de Son vivifiant Évangile, priez pour nous !

Mère de Miséricorde, écrasez le serpent sous votre talon, nous vous en supplions !

Saint Thomas Apôtre des Indes et de ses missions, Saint Irénée, Saint Hilaire et tous les Témoins de l’Évangile d'Amour,de Vérité, de Justice et de Paix, intercédez pour nous !

Nous sommes en communion de pâtir et de prière avec les familles des victimes.

Nous vous invitons nos fidèles et amis de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone à une grande union de prières pour les victimes, leurs familles, leurs bourreaux et pour la France.

Pensons aux demandes réitérées de la Mère de Miséricorde dans toutes ses apparitions pour revenir en vérité à son Divin Fils.

Pensons à nos frères et sœurs martyrs de par le monde, confions à leurs intercessions d'aînés dans la Foi notre Occident trop souvent apostat...

N'ayons pas peur ! Ne nous laissons pas gagner par la peur, le Christ a vaincu la mort et les forces de mort ! Ne nous laissons pas diviser ! Rangeons nous résolument dans la phalange des Saints, de ceux qui tournent le dos à la mort et à une civilisation mortifère pour se tourner vers la Vie !...

Votre fidèlement et respectueusement dévoué en Notre-Seigneur. Šlomo lkoulkhoun (La paix à vous tous) ! Aloho m'barekh (Dieu vous bénisse) !

+Mor Philipose Mariam, métropolite.

*l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-Orientale. Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien et la paix du monde.

La France a été frappée par une vague d’attentats sans précédent dans son Histoire et nous sommes impuissants. Que fallait-il faire ? Que pouvions-nous faire ?

Le Christ Lui-même nous donne la réponse : « Certains démons ne peuvent être chassés que par la prière » (Mc 9, 23). Pleurons nos victimes, analysons les signes des temps et passons à l’action : consolons-nous, réapprenons à nous aimer et prions ensemble, pour que la France et toutes les autres nations se relèvent dans l’Espérance.

Aleteia vous propose de méditer chaque jour de cette semaine le texte d’une prière écrite par l’un de ses contributeurs.

 

Nous pouvons avec foi prier avec la prière du "Catholicon" de notre Liturgie Syriaque:

(Varie selon le temps ou la fête)

  1. « J’étais une brebis perdue », l’Église entonna et dit : « J’étais déchirée et égarée, mon berger sortit à ma recherche et me trouva.

   Neqyo with wabido with, 'Idath qoudsho ‛noth wémrath. Wazriqo with wambadro,
Nfaq ro'ï bab'oth wésh-kĥan.

  1. Il me porta et me prit sur Ses épaules et me fit entrer dans Son bercail vivifiant. Il dressa devant moi la table de vie : Son Corps et Son Sang propitiatoire ;

   'Al katfé ta'nan soman,
Ou-latyoréh d-ĥayé a'lan.
Sdar qdomaï fothour ĥayé,
Faghréh wadméh mĥasyono.

  1. Pour que mes enfants et moi, nous en nourrissions ensemble en tout temps.
    Et que d’une seule voix nous criions et lui disions :

   Déstawsé béh bkoul 'édon,
Eno ou-yaldaï shawyoïth. Wéno ou-yaldaï mén ĥad foum, Qo'énan léh womrinan.

  1. Saint, Saint, vous êtes Saint, vous le Fils qui nous donna Son Corps et Son Sang. Vous êtes Saint, vous, Fils de Dieu, bénie soit votre gloire en tous lieux.

   Qadish qadish qadishat, Bro dyab lan faghréh wadméh. Qadishat Bro d-Aloho,
Brikh iqorokh mén athrokh.

 

Aujourd’hui, le père Stéphane Mayor, vicaire de la paroisse Sainte-Marie des Batignolles à Paris  (17e) :

 

Seigneur mon Dieu,

Toi qui m’as tant de fois manifesté ta Miséricorde,
Toi qui m’as tant soutenu dans l’adversité,
Viens à mon aide en ces jours de peine et de ténèbres.

Éclaire mon intelligence par le don de la foi, que je comprenne le monde comme tu le comprends ;
Affermis ma volonté par le don de la charité, que je reçoive ton courage dans l’adversité ;
Fortifie mon cœur par le don de l’espérance, que le mal et le désespoir n’aient pas prise sur moi.

Restaure en moi un esprit ferme, que je sois un soutien pour mes frères dans la détresse
Et que j’accomplisse, avec eux, ce que tu attends de moi tous les jours de ma vie.

Seigneur, Dieu des puissances, protège mon Église,
Aide mon pays, accueille nos morts
Et donne à tous de vivre de ta Sainte Miséricorde,
Maintenant et jusque dans les siècles des siècles,

Amen.

Le Mystère qui était caché depuis les générations vous a été révélé, O fontaine de chasteté*, quand l’Archange Gabriel est venu vous saluer+, disant : « Salut, pleine de grâce=, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes. (Luc I : 28.)
Refrain :    Réjouis-Toi, Mère de Miséricorde, Alléluia, Alléluia, Alléluia !
    Salut, ô terre jamais ensemencée. Salut, ô buisson qui s’est enflammé sans se consumer.* Salut, ô profondeur qu’il est difficile de percevoir par la vue. + Salut, ô pont qui conduit jusqu’au ciel = Toi qui es l’échelle qui élève dans les hauteurs, que vit Jacob, le père des tribus.
Refrain :    Réjouis-Toi, Mère de Miséricorde, Alléluia, Alléluia, Alléluia !
    Salut, ô toi qui as aboli la malédiction des temps anciens*. Salut, ô vase dans lequel la manne divine a été préservée. + Salut, ô toi qui as relevé Adam de sa chute et qui l’a fait retrouver son ancien état.= Le Seigneur est avec toi.
Refrain :    Réjouis-Toi, Mère de Miséricorde, Alléluia, Alléluia, Alléluia !

 

Notre Dame de Paris, priez pour nous.
Sainte Geneviève, priez pour nous.
Nos saints anges gardiens, veillez sur nous.

 

Prière à Sainte Geneviève, patronne de Paris :

Sainte Geneviève, patronne de Paris,sauve de tout danger cette cité, comme tu l’as jadis sauvée de l’invasion des hordes barbares.
Toi qui fus victorieuse d’Attila et de ses huns, éloigne de ta ville chérie toute menace d’attentat et de terreur !

Ô sainte Geneviève, céleste protectrice de Paris, prie pour tous ceux qui aujourd’hui souffrent dans cette ville. Prie pour les morts, leurs familles et leurs amis. Prie pour les blessés de corps, de cœur et d’âme.

Prie aussi pour tous les gardiens de la paix, qui risquent leur vie pour défendre et protéger Paris : policiers, gendarmes, militaires… Prie encore pour tous les bons samaritains qui se consacrent sans compter pour secourir, soigner, assister…

Soutiens tous ceux qui sont accablés, choqués, terrorisés. Eclaire ceux qui sont tentés par le désespoir, ou par la vengeance.

Ô sainte Geneviève, appelle sur nous tous la bénédiction de Dieu, afin qu’Il protège nos familles, nos enfants, nos amis… Que le seigneur Tout-Puissant accorde à tous les parisiens de vivre en paix, et de témoigner de son amour par une vie sainte et donnée aux autres !
Amîn!

 

Une Prière de Saint Macaire d'Égypte:

 

« Ange saint qui veilles sur ma pauvre âme ne me quitte pas »

 

On invoque Saint Macaire pour la sauvegarde du corps et de l'âme, contre les influences malveillantes

 

« Ange saint, qui veilles sur ma pauvre âme et sur ma misérable vie, ne me quitte pas je suis pécheur, et ne m'abandonne pas à cause de mes souillures. 
Ne laisse pas approcher les esprits mauvais, dirige-moi en exerçant ton pouvoir sur mon corps périssable. 
Prends ma main blessée et impuissante, conduis-moi sur le chemin du salut. 
Oui, saint ange de Dieu, qui veilles sur mon âme et sur mon corps, pardonne-moi tout ce qui a pu t'offenser (Ce corps) au cours de ma vie et toutes mes fautes d'aujourd'hui. 
Protège-moi dans la nuit qui s'approche et garde-moi des embûches et des attaques de l'Ennemi, pour que je n'offense point Dieu par un péché.
Intercède pour moi, auprès du Seigneur, afin qu'il m'affermisse dans sa crainte, et qu'il fasse de moi un serviteur digne de sa sainteté. 
Amîn. »

 

Samedi 21 Novembre:Lectionnaire du DIMANCHE DE L’ANNONCIATION A SAINTE MARIE, MERE DE DIEU (Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Orthodoxe Malankare )
Samedi 21 Novembre:Lectionnaire du DIMANCHE DE L’ANNONCIATION A SAINTE MARIE, MERE DE DIEU (Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Orthodoxe Malankare )

Ce 21 novembre, c'était la mémoire de

l'ENTRÉE au TEMPLE

de notre Souveraine la

MÈRE de DIEU et Toujours-Vierge Marie:

Lorsque la Sainte et très pure enfant accordée par Dieu au genre humain resté stérile à cause du péché, des passions et de la mort, eut atteint l'âge de deux ans, son père Joachim dit à son épouse: «Menons-la au Temple du Seigneur, afin d'accomplir la promesse que nous avons faite de la consacrer dès son plus jeune âge au Tout-Puissant». Mais Anne répondit: «Attendonsjusqu'à la troisième année, car peut-être réclamera-t-elle son père et sa mère et ne restera-t-elle pas dans le Temple du Seigneur. »

Lorsque vint la troisième année, les deux époux décidèrent d'accomplir leur voeux et d'offrir leur enfant au Temple. Joachim fit alors convoquer les jeunes filles des Hébreux de race pure, afin de l'escorter avec des flambeaux et de la précéder vers le Temple de manière à ce que, attirée par la lumière, l'enfant ne soit pas tentée de retourner en arrière vers ses parents. Mais la Sainte Vierge, créée toute pure et élevée par Dieu dès sa naissance à un degré de vertu et d'amour des choses célestes supérieur à toute autre créature, s'élança en courant vers le Temple. Elle devança les vierges de son escorte et, sans un regard pour le monde, se jeta dans les bras du Grand-Prêtre Zacharie qui l'attendait sur le parvis en compagnie des Anciens. Zacharie la bénit, en disant: «Le Seigneur a glorifié Ton Nom dans toutes les générations. C'est en Toi qu'aux derniers jours, Il révélera la Rédemption qu'Il a préparé pour Son peuple». Et, chose inouïe pour les hommes de l'Ancienne Alliance, il fit entrer l'enfant dans le Saint des Saints, où seul le Grand-Prêtre pouvait entrer une fois par an seulement, le jour de la fête de l'Expiation. Il La fit asseoir sur la troisième marche de l'Autel, et le Seigneur fit alors descendre Sa Grâce sur Elle. Elle se leva et se mit à danser pour exprimer Sa joie. Tous ceux qui étaient présents furent ravis en contemplant ce spectacle prometteur des grandes merveilles que Dieu allait bientôt accomplir en Elle.

Ayant ainsi quitté le monde, Ses parents et tout lien avec les choses sensibles, la Sainte Vierge demeura dans le temple jusqu'à l'âge de douze ans. En effet, devenue alors nubile, les Prêtres et les Anciens craignirent qu'elle ne souillât le Sanctuaire, et ils La confièrent au chaste Joseph, pour qu'il soit le gardien de Sa virginité en feignant d'être Son fiancé. Pendant ces neuf années, la Toute Sainte fut nourrie d'une nourriture spirituelle apportée par un Ange de Dieu. Elle menait là une vie céleste, supérieure à celle de nos premiers parents dans le Paradis. Sans souci, sans passion, ayant dépassé les besoins de la nature et la tyrannie des plaisirs des sens, Elle ne vivait que pour Dieu seul, l'intelligence fixée à tout moment dans la contemplation de Sa beauté. Par la prière continuelle et la vigilance sur Elle-même, la Sainte Enfant acheva, pendant ce séjour dans le Temple, de purifier Son coeur, pour qu'il devienne un pur miroir où se reflète la gloire de Dieu. Elle Se revêtit de la splendide parure des vertus, comme une fiancée, afin de Se préparer à la venue en Elle du Divin Epoux, le Christ. Elle acquit une telle perfection qu'Elle résuma en Elle-même toute la sainteté du monde et, devenue semblable à Dieu par la vertu, Elle attira Dieu à Se rendre semblable aux hommes par Son Incarnation.

Introduite dans le Sanctuaire à l'âge où les autres enfants commencent à apprendre, la Toute Sainte, du fond du Sanctuaire inaccessible, entendait chaque samedi les lectures de la Loi et des Prophètes que l'on faisait au peuple dans la partie publique du Temple. L'intelligence affinée par la solitude et la prière, elle parvint ainsi à la connaissance du sens profond des mystères de l'Ecriture. Vivant parmi les Choses Saintes et contemplant Sa propre pureté, Elle comprit quel avait été le dessein de Dieu tout au long de l'histoire de Son peuple élu. Elle comprit que tout ce temps avait été nécessaire pour que Dieu Se prépare une mère parmi cette humanité rebelle, et que, pure enfant élue par Dieu, Elle devait devenir le vrai Temple vivant de la Divinité. Placée dans le Lieu Très Saint où étaient déposés les symboles de la promesse de Dieu, la Vierge révélait que c'est en Sa personne que devaient s'accomplir les figures. C'est Elle qui est le Sanctuaire, le Tabernacle du Verbe de Dieu, l'Arche de la Nouvelle Alliance, le Vase contenant la manne céleste, la Verge bourgeonnante d'Aaron, la Table de la Loi de la Grâce. C'est en elle que les Prophéties obscures se dévoilent: elle est l'Echelle qui relie la terre et le ciel aperçue en songe par le Patriarche Jacob, la Colonne de nuée qui révèle la gloire de Dieu, la Nuée légère du Prophète Isaïe, la Montagne non-entaillée de Daniel, la Porte close par laquelle Dieu est venu visiter les hommes d'Ezéchiel, la Fontaine vivante et scellée qui fait jaillir sur nous les eaux de la Vie éternelle. Contemplant spirituellement ces merveilles qui devaient avoir lieu en Elle, sans comprendre encore clairement comment elles allaient s'accomplir, la Toute-Sainte dirigea Sa prière et Son intercession vers Dieu avec plus d'intensité encore, pour que le Seigneur Se hâte de réaliser Ses promesses et qu'Il sauve le genre humain de la mort, en venant habiter parmi les hommes.

Lorsque la Mère de Dieu pénétra dans le Saint des Saints, le temps de préparation et d'épreuve de l'Ancienne Alliance prit fin, et l'on célèbre aujourd'hui les fiançailles de Dieu avec la nature humaine. Voilà pourquoi l'Eglise se réjouit et exhorte tous les amis de Dieu à se retirer eux aussi dans le temple de leur coeur pour y préparer la venue du Seigneur, par le silence et la prière, en se retirant des plaisirs et des soucis de ce monde.

 

UN CHEMIN DE L'AVENT POUR LES ENFANTS DU CATECHISME

(A dupliquer et distribuer pour vivre le "Carême de l'Avent" en famille)naissance.jpg
 

Vous trouverez chaque jour un court récit relatant l’histoire du Peuple de Dieu en marche vers son Sauveur.

dieu_2.gif1er Décembre : La Création

Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre et tout ce qui existe : le soleil et la pluie, la lune et les étoiles, les arbres, les fleurs et les fruits, les poissons, les oiseaux et tous les animaux. Il créa ensuite l’homme et la femme, à son image et à sa ressemblance. Dieu regarda sa création et vit que tout cela était bon. Dieu bénit toute la Création.

Dieu est  notre Père, nous sommes ses enfants.

 

Adam-Eve.jpg2 Décembre : Adam et Eve

Adam est le premier homme et Eve la première femme. Ils vivent heureux dans le splendide jardin que l’on appelle : « jardin d’Eden ou paradis ». Ils prennent soin de ce beau jardin, en le cultivant. Ils peuvent manger tous les fruits sauf un. Savez-vous lequel ? Oui, c’est bien l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Mais un jour tentés par un serpent, Adam et Eve désobéissent à Dieu. Suite à cette désobéissance, ils durent quitter le jardin, mais Dieu ne les abandonne pas. Un jour bientôt le mal sera vaincu.

Nous pouvons souvent redire cette phrase : "Seigneur, pardonnez-nous nos offenses et délivrez-nous du mal".

 

l-arche-de-Noe.jpg3 Décembre : Le Déluge

La terre se peuple et les hommes oublient Dieu. Ils deviennent méchants et ne pensent qu’à faire le mal et en particulier la guerre. Dieu est triste devant tant de mal. Il décide un jour de noyer la terre et de la faire disparaître sous un énorme déluge. Un homme était pourtant resté fidèle à Dieu, c’est Noé. En récompense, Dieu décida de lui faire construire une arche pour l’épargner lui et sa famille, ainsi que les animaux, mâles et femelles de chaque espèces. Noé fit tout ce que le Seigneur lui ordonna. Et la pluie tomba sans cesse durant 40 jours et 40 nuits. La terre était entièrement recouverte d’eau. Plus de bruits, c’était un silence lourd et pesant. Seule l’arche de Noé, voguait au fil de l’eau.

Toi aussi, ouvre la porte de cœur à Dieu.

 

colombe-de-la-paix.jpg4 Décembre : Noé

Enfin la pluie s’arrête, et l’eau commence à redescendre. Le bateau de Noé va s’échouer en haut d’une montagne. Noé, sa famille et tous les animaux sortent de l’arche. Noé et sa famille sont très heureux, ils n’oublient pas de remercier Dieu pour le grand cadeau de la vie. Dieu va lui faire une promesse de ne plus noyer la terre et Il va laisser un signe visible en le ciel et la terre, entre Dieu et les hommes : l’arc-en-ciel, signe de l’Alliance.

Notre Père nous aime avec tendresse.

 

abraham.gif5 Décembre : Abraham, Père des Croyants

Sara et Abraham sont vieux et malheureusement ils n’ont pas d’enfant. Mais un jour Dieu parla à Abraham et lui dit : « Quitte ton pays, ta famille et va vers le pays que je t’indiquerai ». Au terme d’un grand voyage, Abraham arriva au pays de Canaan, et Dieu lui dit : « Tout le pays que tu vois, je te le donne », mais Dieu fit un véritable cadeau à Sara et Abraham : un fils qui se nommera Isaac.

Seigneur, je suis sûr de ta parole.

 

bible_abraham.gif6 Décembre : Isaac

Abraham et Sara sont heureux de vous annoncer la naissance de leur fils : Isaac. Oui, c’est une grande joie pour les parents de voir grandir Isaac. Un jour, Dieu va demander une chose extraordinaire : « Abraham, donne-moi ton fils unique en sacrifice ». Le cœur gros, Abraham obéit à Dieu car il a confiance. Dieu ne veut pas la mort de l’enfant, non bien sûr, il veut juste mettre Abraham à l’épreuve. Abraham s’exécute mais au moment de sacrifier son fils, un ange, envoyé de Dieu stoppa la main de ce brave et courageux Abraham. Isaac fut sauvé. Pour récompenser Abraham, Dieu va le combler de bénédiction, ainsi sa descendance sera aussi nombreuse que les étoiles dans le ciel.

Oui, Seigneur, moi aussi j’ai confiance en Toi.

 

jacob esau7 Décembre : Jacob

Isaac fut le père de deux garçons : Esaü et Jacob. Une nuit Jacob fit un rêve étrange. Il voit des anges qui montent et descendent une grande échelle reliant le ciel à la terre. La voix de Dieu se fit entendre et lui dit : « Je suis ton Dieu, la terre sur laquelle tu es couché, je te la donne à toi, à tes enfants et aux enfants de tes enfants. Je suis avec toi pour toujours ». Jacob aura 12 fils et ils formeront ainsi les 12 tribus d’Israël.

Oui, Seigneur, je sais que tu veilles sur moi.

 

bible_moses_red_sea.gif8 Décembre : Moïse

La majorité du peuple Hébreu habite en Egypte. Ils sont devenus esclaves de Pharaon. La vie est dure et un jour Dieu appela Moïse et lui dit : « Va, je t’envoie auprès de Pharaon pour faire sortir mon peuple d’Egypte ». Avec beaucoup de persévérance, Moïse réussit avec l’aide de Dieu à faire sortir son peuple. Mais Pharaon ne tient pas sa promesse et il se lance à sa poursuite. Dieu ouvrit un passage dans la mer, et son peuple traversa la mer à pied sec. Dieu sauva ainsi son peuple de l’esclavage.

Le Seigneur est ma force.

  

bible ten commandments9 Décembre : Moïse et les tables de la Loi

Le peuple hébreu a marché dans le désert pendant quarante ans. Dieu était là, il a nourrit son peuple avec la manne (pain descendu du ciel). Un jour Dieu appela Moïse et lui donna une Loi que l’on appelle le Décalogue ou les 10 Commandements.

Seigneur, apprends-nous à suivre tes Commandements.

 

L-arche.gif10 Décembre : l’Arche d’Alliance

Pour protéger les Tables de la Loi, Dieu a demandé à Moïse de faire un très beau coffre en bois recouvert d’or surmonté de deux anges. Pourquoi un tel coffre ? Tout simplement parce que c’est le signe de la présence de Dieu sur terre. Le peuple hébreu après quarante dans le désert va enfin arrivé en Terre promise avec l’Arche d’Alliance.

Seigneur, apprends-moi à t’aimer de tout mon cœur.

 

samuel.gif11 Décembre : Samuel

Samuel est un enfant qui habite dans le Temple avec le prêtre Eli. Pendant une nuit Samuel attend une voix qui disait : « Samuel, Samuel ! ». Samuel se lève d’un bond et court vers le prêtre Eli et lui dit : « Me voici ». Mais Eli n’avait pas appelé Samuel. Par trois fois Samuel entend la même voix, alors Eli comprit que le Seigneur voulait parler à Samuel. La quatrième fois Samuel se lève et dit au Seigneur : « Parle Seigneur, ton serviteur écoute », alors Dieu parla à Samuel et lui demanda de parler à tout le peuple en son Nom.

Moi aussi, Seigneur, je suis là et j’écoute.

 

bible_psalms.gif12 Décembre : David et l’Arche d’Alliance

Samuel est envoyé par Dieu auprès du jeune David, petit berger, qui deviendra roi un jour. En attendant il garde les moutons. David joue de la harpe et aime chanter et inventer des psaumes. Il est courageux, il affrontera un jour un géant nommé Goliath et avec l’aide de Dieu, il gagnera la bataille. David à trente ans et il fait revenir l’Arche d’Alliance à Jérusalem. C’est jour de fête pour tout le peuple et David joue et danse devant l’Arche.

Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien.

 

bible_isaiah.gif13 Décembre : Le prophète Isaïe

Longtemps après le règne du roi David, le peuple a oublié la parole de Dieu. Les péchés et la guerre sont devenus les nouvelles lois. Dieu fait appel à Isaïe et en fait son porte-parole. Isaïe a le devoir de transmettre un message d’espoir. Voici le message : « Préparez à travers le désert, le chemin du Seigneur. Tracez dans les terres arides une route aplanie pour notre Dieu. Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées, les passages tortueux deviendront droits ! » Le Sauveur tant attendu va bientôt venir, il sera appelé Emmanuel (Dieu avec nous).

Seigneur, je veux moi aussi mettre mes pas dans les tiens.

 

Anne-Joachim-Marie.jpg14 Décembre : Marie enfant

Dans la petite ville de Nazareth, vivent Anne, Joachim et Marie. Qui sont-ils ? Anne et Joachim sont les heureux parents de la Vierge Marie. Marie est une enfant douce. A l’âge de trois ans environ ses parents prennent la décision de l’emmener au Temple pour la présenter au Seigneur et plus tard vers quinze ans environ, elle sera fiancée à un charpentier du nom de Joseph. Tous sont dans l’attente de la venue prochaine du Messie.

Oh Marie, donne-moi la patience d'attendre la venue du Messie.

 

Elisabeth-Zacharie-et-Jean.jpg15 Décembre : Zacharie

Connaissez-vous Zacharie ? Non ? C’est le mari d’Elisabeth ? Mais... connaissez-vous Elisabeth ? Non !!! C’est la cousine de Marie, et Marie est la maman de Jésus. Donc Zacharie et Elisabeth sont vieux et malheureusement, ils n’ont pas d’enfant. Un jour un ange apparaît à Zacharie dans le temple et lui dit : « Elisabeth, ta femme va avoir un fils et tu lui donneras le nom de Jean, l’Esprit de Dieu sera sur lui et il préparera la venue du Sauveur ». Mais le pauvre Zacharie n’a pas assez confiance en Dieu, et l’ange lui dit : « puisque tu n’as pas cru cette bonne nouvelle, tu deviendras muet jusqu’à ce qu’elle se réalise ».

Seigneur apprends-moi à te faire confiance et à ne pas douter.

 

annonc.jpg16 Décembre : l’Annonciation

L’ange Gabriel est envoyé par Dieu pour annoncer une bonne nouvelle à Marie. Il entre dans sa maison et lui dit : « Je te salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi. Voici que Dieu t’a choisie, tu enfanteras un fils, tu lui donneras le nom de Jésus ». Marie lui demande simplement : « comment cela se fera-t-il ? » L’ange lui explique : « L’Esprit de Dieu viendra sur toi, c’est pourquoi l’enfant sera appelé Fils de Dieu ». Alors, Marie lui dit : « Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole ».

Je te salue, Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi.

 

jean-baptiste 0117 Décembre :

L’ange Gabriel va apporter une autre bonne nouvelle mais à Elisabeth. Elle va aussi attendre un enfant et il s’appellera Jean. Marie va visiter sa cousine Elisabeth. En voyant Marie, Elisabeth s’écrit : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et béni soit l’enfant que tu attends ! » Marie et Elisabeth remercient le Seigneur pour toutes ses grâces.

Le Seigneur a fait pour moi des merveilles, saint est son nom.

 

Naissance_de_St.gif18 Décembre :

Peu de temps après l’arrivée de Marie chez Elisabeth, celle-ci met au monde un petit garçon qui porte le nom de Jean. Ce petit homme deviendra grand et sera prophète, il préparera les chemins pour Celui qui doit venir.

Béni soit le Seigneur.

 

 

bible_hosea.gif19 Décembre : Annonce à Joseph

N’oublions pas Joseph, l’époux de Marie. Une nuit l’ange Gabriel apparaît en songe à Joseph. Pourquoi ? Tout simplement pour le tranquilliser. L’ange lui dit : « Ne crains pas d’épouser Marie et de la prendre chez toi. Elle attend un fils par la grâce de l’Esprit-Saint, tu l’appelleras Jésus, et c’est ainsi que Joseph va devenir le père sur terre de Jésus.

N’ayons pas peur de vivre même si nous ne comprenons pas tout.

 

bible_joseph_mary.gif20 Décembre : Sur la route de Bethléem

Une annonce vient d’être faite : l’empereur César Auguste lance une campagne de recensement, (c’est-à-dire compter les habitants d’une ville). Joseph est obligé d’aller se faire inscrire à Bethléem, car c’est sa ville. Il amène, Marie qui est sur le point de mettre au monde le petit Jésus. Marie est fatiguée, mais elle supporte le long voyage.

O Marie, aide-moi à tout supporter surtout quand cela devient difficile.

 

stern-von-bethlehem-t11409.jpg21 Décembre : L’étoile

Trois Mages observent le ciel, ils découvrent une nouvelle étoile. Ces Mages s’appellent : Gaspar, Melchior et Balthazar. Pour eux c’est un signe tout particulier, le signe que le Sauveur va bientôt naître. Ils partent pour un long chemin car ils ne veulent pas rater l’évènement, ils apporteront des cadeaux à l’enfant Jésus.

Seigneur, guide ma vie, tout comme l’étoile à guider les Rois Mages.

 

berger.jpg22 Décembre : Les bergers

Les bergers gardent leurs troupeaux autour de Bethléem. Ils attendent eux aussi le Sauveur. Mais quand viendra-t-il ? Alors le soir autour du feu, ils prient et chantent des cantiques.

Moi aussi, Seigneur je t’attends plus que tout.

 

complet23 Décembre : Complet

Marie et Joseph arrivent à Bethléem. Malheureusement suite au recensement la petite bourgade se trouve vite sans plus aucune chambre à louer, rien de rien. Pour une jeune maman qui va bientôt donner la naissance au Sauveur du Monde, c'est très dur. Enfin, il faut absolument trouver un endroit. Il n’y aura pour cette famille qu’une grotte qui sert d’étable pour les animaux et c’est ainsi que Joseph va faire tout son possible pour en faire un petit nid douillet.

Donne-moi Seigneur le courage de faire mon travail du mieux possible.

 

bergers1.jpg24 Décembre : Les bergers

Tout est calme, c’est la nuit et les bergers veillent sur leurs troupeaux. Ils se réchauffent autour du feu, tout à coup, l’ange du Seigneur leur apparaît. Les bergers ont peur, mais l’ange les rassure. L’ange dit : « Voici que je vous annonce une grande joie, aujourd’hui dans la ville de David, un Sauveur vous est né ! Vous trouverez ce nouveau-né enveloppé de langes et couché dans une mangeoire ».

Mon cœur chante de joie en cette nuit bénie !

 

christmas_holy_family.gif25 Décembre : Gloria in excelsis Deo !

Dans la nuit de Noël, les bergers voient une multitude d’anges qui chantent : « Gloire à Dieu, dans les cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime ! » Les bergers courent à toutes jambes pour voir l’enfant qui vient de naître. Et là, dans une étable, plus précisément dans une mangeoire, un petit être fragile dort. Il est petit, mais un jour il deviendra grand, très grand, car c’est le Sauveur du monde qui dort. Enfin, les bergers arrivent, émerveillés, ils tombent à genoux et s’inclinent respectueusement devant celui que Marie appelle Jésus.

Apprends-moi, Marie, à aimer ton doux enfant. Oui ! Le plus cadeau de Noël, c’est toi, Jésus !

 

frise-pre-nol.gif

 

1er décembre : "Le chapelet est ma prière de prédilection, je suis d'ailleurs trop ignorante pour en composer une..." (sainte Bernadette).

dizainier.jpgJe peux avoir dans ma poche un petit dizainier pour pouvoir prier chaque fois que je le toucherai. J'aurai ainsi mon coeur tourné bien souvent vers Jésus et Marie. Quand j'ai un peu de temps, je peux dire un "Je vous salue Marie" tout seul, ou bien poser ma main sur le dizainier dans ma poche, lorsque je m'apprête à me disputer, dire une vilaine chose ou bien me moquer. Toujours demander l'aide de Marie quand quelque chose va mal !

2 décembre : "Je m'efforcerai de sourire pour dissimuler mes souffrances." (Marcel Van)

colere.jpgUn camarade est parti jouer avec un autre ? Je viens de me faire mal ? Maman ou papa n'ont pas vu mes efforts ? Je me fais gronder injustement ? Je n'ai pas la plus grosse part de gâteau ou le dernier yaourt au chocolat ? Et bien, au lieu de rouspéter, de pleurer ou de me mettre en colère, je dis dans mon coeur: "C'est pour toi, Jésus", "C'est ta volonté que je préfère", "En faisant un sourire à mes amis ou mes parents, c'est à Toi que je le fais." Et j'essaie de faire un vrai sourire qui sort du coeur !

3 décembre : "Je veux que pour Jésus mon coeur soit pur comme un lis." (Anne de Guigné)

Enfant-en-priere-01.JPGSe confesser c'est remettre un peu d'ordre dans sa vie, c'est se débarrasser de ses péchés qui sont comme plein de jouets et de choses mal rangées, qui encombrent le passage et empêchent Jésus d'entrer. Jésus nous pardonne tout, il aime beaucoup que nous regrettions nos fautes et que nous lui disions que nous essayerons de ne plus recommencer. Il sait que c'est difficile, mais il nous aime bien plus que nous pouvons l'imaginer. Il est venu pour nous sauver de tout le mal. Je pense à me confesser avant Noël, j'en parle à papa et à maman et je me prépare.

4 décembre : "De temps en temps François s'éloignait de nous : Pourquoi tu ne nous dis pas de prier avec toi ? Parce que j'aime mieux prier tout seul."  (François, Jacinthe et Lucie de Fatima)

priere-en-famille.jpgLa prière en famille, c'est une chose très belle pour Jésus, et cela aide la famille à être heureuse. Mais il ne faut pas oublier que Jésus est d'abord notre ami à chacun. Et notre prière, au fond de notre coeur, tout seul avec Jésus, est très importante. C'est ce que Dieu veut en premier. Prier, c'est parler à Jésus et Marie, même si on ne dit pas beaucoup de choses. On ferme les yeux en silence et on l'aime. Prier, c'est comme avoir la clé pour ouvrir le coeur de Jésus, qui a tant de trésors à nous donner.

5 décembre : "L'amour peut tout faire, les choses les plus impossibles ne lui semblent pas difficiles." (sainte Thérèse de l'Enfant Jésus)

Les voeux de NoëlNous aurons beaucoup de joie à recevoir des cadeaux pour Noël, mais nous en aurons aussi beaucoup si nous en faisons à tous ceux que nous aimons. Ils auront beaucoup de bonheur à voir que nous avons pensé à eux. Pourquoi ne pas commencer à en fabriquer nous-mêmes : par exemple, de belles cartes de Noël, un beau calendrier à colorier et pourquoi pas une crèche à fabriquer en famille ?

6 décembre : "Quitte ta robe de tristesse !" (Baruch 5, 1-9)

Marie.jpgAttendre la naissance de Jésus est une grande joie pour les chrétiens. Tout le chemin vers Noël est parsemé de petites invitations à rester joyeux en toute circonstance, car nous possédons le trésor de savoir que Dieu nous aime. Nous préparons une belle décoration dans le coin prière pour la fête de Marie après-demain en écrivant en belles lettres bleues la prière de Marie.

7 décembre : "La joie de Dieu, c'est quand Dieu prend plus de place dans mon âme que tout le raté humain et désespérant." (Claire de Castelbajac)

CL-03.jpgNotre plus grande joie, c'est de savoir que Dieu nous aime. Nous sommes la joie de Jésus. Et s'il est venu, petit bébé, dans la crèche, c'est pour nous redire cette grande joie. Il a semé des graines de joie dans notre âme et il aime que nous fassions pousser ces graines en les arrosant avec notre gentillesse, notre patience, nos sourires, et aussi par la joie qui ne se voit pas, mais qui est au fond de nous. Avec nos parents et nos frères et soeurs, faisons deux listes de joies dans notre vie : les vraies et les fausses, et décidons de donner plus de place aux vraies joies !

8 décembre : "Soyez fiers de votre foi !" (Jean-Paul II)

Vierge-Marie-02.jpgLa Sainte Vierge est le berceau le plus pur et le plus doux que Dieu ait préparé pour Jésus. Comme toutes les mamans, elle a porté son tout petit enfant très précieusement. Et sa joie était immense d'avoir été choisie par Dieu. Chacun et chacune de nous, nous sommes choisis par Dieu depuis notre baptême pour être dans la joie de Marie. Marie, qui n'avait aucun péché, nous aide à arriver à Noël tout pardonnés et tout purifiés. Disons à Dieu aujourd'hui notre grande envie de nous éloigner du mal, de ressembler à la Vierge Marie toute pure et toute sainte. Prions le "Je vous salue Marie" ou le "Magnificat", et avec un petit effort nous pourrons peut-être apprendre cette belle prière !

9 décembre : "Je veux, mon Jésus, t'aimer et te servir durant toute ma vie; pour cela je t'offre toute mon âme, tout mon coeur et tout mon être." (Laura Vicuna)

l-amitie.jpgOn ne peut pas dire qu'on aime Jésus si on n'aime pas les autres, et nous servons Jésus lorsque nous servons ceux qui en ont besoin. Réfléchissons pour voir si dans notre rue, dans notre immeuble ou dans notre famille, il y a quelqu'un qui sera seul à Noël, ou quelqu'un de malade. Décidons de prier pour cette personne plus spécialement, et dessinons-lui une belle carte de Noël que nous lui enverrons ou lui apporterons. Ce sera pour elle une petite lumière, en cette fête, que de savoir que quelqu'un pense à elle.

10 décembre : "Mes amis seront Jésus et Marie". (Dominique Savio)

Dominique-Savio.jpgDominique Savio fait sa première communion à 7 ans en 1849, et il écrit ses résolutions : - Je me confesserai très souvent et je communierai toutes les fois que mon confesseur me le permettra - Je veux sanctifier les jours de fête - La mort, mais pas de péchés. Avons-nous pensé à mettre des brins de paille dans la crèche avec nos efforts? Regardons quels efforts nous voulons faire pour que Jésus ait un endroit bien confortable pour y habiter. Il vaut mieux prendre une petite résolution que je pourrai tenir, plutôt qu'une trop grande qui me découragera vite !

11 décembre : "Y a-t-il une joie plus grande que celle que donne l'amour ? Y a-t-il une joie plus grande que celle que toi, Jésus, tu mets à Noël dans l'esprit des hommes et en particulier dans celui des enfants ? Lève ta petite main, Enfant divin, et bénis tes jeunes amis, bénis les enfants de toute la terre !" (Lettre de Jean-Paul II aux enfants)

pere-noel-et-jesus.jpgC'est Dieu, qui est tout amour, qui nous a créés, et c'est son amour qui doit être la raison de notre plus grande joie et de notre plus grand bonheur. Avoir un ami est plus important, n'est-ce pas, que de posséder le jouet le plus cher ? Et donner de l'amour autour de nous est aussi le cadeau le plus souhaité par Jésus. J'essaie de faire aujourd'hui le plus de choses possible avec amour. Je demande à Jésus de me donner son amour.

12 décembre : "Il n'importe pas de faire beaucoup de choses et des choses éclatantes, mais de faire la volonté de Dieu, parce que c'est là tout l'Evangile, toute la vie de notre Seigneur. L'important n'est pas de faire beaucoup, mais de bien faire". (Sainte Bernadette)

petit-sapin-marque-place.JPGQuelques idées de bricolage pour Noël : - fabriquer des marques place pour chaque personne qui sera là à Noël - Décorer la table de Noël - un peut plus dure, chercher des peties phrases des textes de Noël, et faire un petit rouleau pour mettre dans chaque assiette. Je fais une petite chose sans m'impatienter, je bricole dans le calme en aidant les autres.

13 décembre : Marie dit alors : "Mon âme exalte le Seigneur, mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur". (Luc 1, 46-47)

marie-a-completer.jpgMarie est remplie de la joie de recevoir Jésus en elle et de le donner au monde. Nous aussi, nous sommes faits pour la joie. Pour la vraie joie, celle qui reste dans notre âme même si la vie est difficile. La joie est souvent exprimée par la lumière, c'est pour cela que tout est décoré de lumière au moment de l'Avent. Jésus est la lumière de notre vie. Il dit qu'Il est la Lumière du monde. La tristesse, la mauvaise humeur sont des nuages noirs dans notre âme et cachent le plus important. Reprenons la liste du 7 décembre et mettons de l'ordre dans notre coeur, voyons si pendant la semaine nous avons préféré les vraies joies et comment nous pouvons les faire grandir encore plus.

14 décembre : "Plus j'avance, plus je vois que la sainteté est une vie où il faut changer la tristesse en joie". (Marcel Van)

coeur-et-pere-noel.jpgLa fête de Noël est une fête de grande joie. Ce n'est pas seulement un anniversaire. Ce n'est pas non plus une joie seulement pour les enfants ou les riches peuvent tout s'acheter. C'est une joie qui reste au fond de notre coeur même s'il y a des choses tristes dans nos vies. C'est comme une belle couleur que Jésus aurait mise au fond du coeur. Même si elle est toute au fond, nous pouvons sans cesse la faire remonter au-desssus pour repeindre nos tristesses d'une jolie couleur. Jésus veut que nous devenions des saints et des saintes en montrant notre joie de chrétiens.

15 décembre : "Mon petit Jésus, je vous aime, et pour vous plaire, je prends la résolution d'obéir toujours". (Anne de Guigné)

Anne-de-Guigne.jpgNous obéissons à nos parents car nous savons qu'ils nous aiment. Parce qu'ils nous aiment, ils veulent ce qu'il y a de mieux pour nous. On n'obéit pas à quelqu'un qu'on ne connait pas dans la rue et qui nous demanderait de mauvaises choses, n'est-ce pas ? Lorsque nous obéissons à nos parents, c'est aussi à Dieu que nous obéissons. Et donc, c'est toujours par amour qu'il faut obéir. Nous faisons ainsi plaisir à nos parents et surtout à Jésus. Et nous devenons encore plus son ami. Par amour pour Jésus, j'obéis à mes parents, à mes maîtres ou maîtresses sans rouspéter.

16 décembre : Le jeune Samuel servait Dieu. Dieu vint et se tint présent. Une nuit, Dieu l'appela : "Samuel, Samuel !" Samuel répondit : "Parle, car ton serviteur écoute !" (Premier Livre de Samuel 3, 19)

Hansel-ou-Gretel.jpgJésus nous appelle aussi. Il veut faire de nous ses amis fidèles. Mais ce n'est pas un ordre. Il veut que nous l'aimions avec toute notre bonne volonté, avec une décision bien à nous. Il a envie d'habiter notre coeur, et par nous, apporter du bonheur aux autres. Si nous voulons être saints ou saintes, nous devons répondre comme Samuel : "Me voici". Et tout ce que je fais, je le fais pour Jésus et avec lui : jouer, faire ses devoirs, aller se promener, cuisiner, lire...

17 décembre : Noël 1940. Van a 12 ans et reçoit une grande grâce durant la messe de minuit.

eucharistie-06.jpg"Dans mon coeur, il faisait sombre et froid, écrira-t-il. Jésus seul était tout mon espoir. Et voici l'heure tant désirée : l'eucharistie. Une joie immense m'emporte hors de moi-même ; j'ai trouvé le plus  précieux trésor de ma vie. En un instant, mon âme fut transformée. Je n'avais plus peur de la souffrance. Dieu me confiait une mission : celle de partager la souffrance en bonheur. Pour Noël, j'avais reçu le cadeau de l'Amour". Recevoir Jésus dans la communion est un grand cadeau d'amour. Pensons bien à cet Amour qui nous remplit lorsque nous communions et remercions Jésus. Si je n'ai pas encore fait ma première communion, je demande à Jésus de mettre en moi ce désir ou si je l'ai faite de rendre encore plus grand le désir de recevoir Jésus dans mon coeur.

18 décembre : On voyait Laura Vicuna, lors de récréations, absorbée en Dieu.

Dieu-est-amour.jpg"Il me semble, disait-elle, que c'est Dieu lui-même qui maintient en moi le souvenir de sa Divine Présence. Où que je me trouve, que ce soit en classe ou dans la cour, ce souvenir m'accompagne, m'aide et me console". "Mais en étant toujours préoccuppée par cette pensée, lui objecta le Père confesseur, peut-être négligerez-vous vos devoirs ?" "Ah non, Père ! répondit-elle. Je sais que cette pensée m'aide à tout faire mieux, et qu'elle ne me gêne en rien ; car ce n'est pas que je sois continuellement en train de penser à Lui, mais que, sans y penser, je me réjouis de ce souvenir". Je dis à Jésus que je l'aime et que je l'adore, et pour Lui, je rends un service en plus dans la journée.

19 décembre : "Je veux être sainte, alors, il faut que je fasse des sacrifices". (Claire de Castelbajac, 6 ans)

pere-noel-jeu.jpgNous sommes maintenant bien près de Noël ! Jésus désire que nous soyons de plus en plus proches de Lui. Il a une très grande soif et une très grande impatience que toute notre vie soit pour lui. Quand on fait un sacrifice, c'est pour que quelqu'un ait du bonheur en plus et pour que notre coeur soit plus fort et plus rempli d'amour. Par exemple, je peux ne pas bouder lorsque mes parents me refusent quelque chose, ou bien je ne me sers pas en premier ; je donne un jouet que j'aime bien si, à l'école, on collecte des jouets pour des enfants qui n'en auront pas ; je laisse les autres choisir le jeu qu'ils préfèrent. Tout cela en pensant que c'est pour Jésus que je le fais. Et cela sera une grande joie.

20 décembre : "Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole". (Sainte Vierge Marie)

cubeavent.jpgMarie vient d'apprendre qu'elle attend Jésus, et donc le premier Avent du monde commence. Et elle le vit en allant tout de suite chez sa cousine pour l'aider. La première chose qu'elle fait, c'est un acte d'amour, au lieu de s'occuper d'elle-même. Nous prions une dizaine de chapelet en famille, pour demander d'être capables de plus d'amour les uns envers les autres. Prions pour que le monde soit davantage aimant, pour que l'amour se répande. Je me demande si je suis assez empressé à servir les autres, à rendre service, à céder à mes frères et soeurs sans faire de comédies. Est-ce que je fais assez attention aux autres ? Est-ce que mes envies de cadeaux ne m'empêchent pas de rester disponible, les yeux bien ouverts sur les besoins des autres membres de ma famille ? Je demande à Jésus et Marie de mettre en moi encore plus d'amour.

21 décembre : "Nous avons vu, à côté du soleil, saint Joseph avec l'Enfant-Jésus et Notre-Dame, vêtue de blanc avec un manteau bleu : la Sainte-Famille. Saint Joseph et l'Enfant-Jésus semblaient bénir le monde en faisant le signe de la croix avec la main (François, Jacinthe et Lucie de Fatima).

Notre-Dame-de-Fatima.jpgLe monde a besoin de la prière de chacun de nous. Jésus aime que nous ayons le souci de tous nos camarades qui ne le connaissent pas encore. Pour préparer la naissance de Jésus, sa venue dans le monde, faisons une belle prière à la Sainte Famille pendant notre prière familiale. Cherchons autour de nous tous ceux pour qui il serait bien de prier, et écrivons ces intentions sur des petits papiers que nous mettrons dans la crèche.

22 décembre : Un jour, Jésus demande à Marcel Van de regarder un avion, et il lui dit ensuite : "Tu vois, il faut beaucoup d'essence pour faire avancer cet avion ; eh bien toi, ton essence, ce doit être l'amour".

texte_2.jpgC'est à chacun de nous que Jésus le dit aussi. Nous voyons bien comme le monde manque d'amour. Nous savons bien qu'il n'y a que l'amour qui peut rendre tout le monde heureux. Car l'amour est immense, infini, et remplit notre vie comme rien d'autre ne peut le faire. Si nous pouvions obtenir tout ce qui nous fait envie, ce ne serait pas encore assez : nous voulons toujours plus ! L'amour seul nous suffira. Jésus veut que nous sachions apprécier tout ce que l'on nous donne. Je décide de bien dire merci à mes parents et à Jésus pour tout ce que je reçois.

23 décembre : "Que nous sommes heureux mes frères ! Dieu est tout à nous, et nous sommes tout à Dieu". (Saint Stanislas Kostka)

letterina-natale-angeloOui, la naissance de Jésus approche, et Dieu, en nous donnant Jésus, veut nous dire qu'il est tout à nous. Il veut nous montrer à quel point il nous aime et qu'il ne nous laisse pas tout seuls. Nous sommes ses enfants chéris, aimés plus que par n'importe qui. Je dis à Jésus que je veux être tout à lui, que je mets mon coeur dans son coeur. Je pense très fort que le plus important de Noël, c'est Jésus qui vient dans ma vie. Je lui demande de savoir le mettre à la première place et de savoir remercier pour tout ce que je vais recevoir. J'écris ces promesses sur un petit papier, et je les mets sous l'oreiller pour ne pas les oublier le jour de Noël.

24 décembre : "En cette nuit de lumière commença la troisième période de ma vie, la plus belle de toutes, la plus remplie des grâces du Ciel... Je sentis en un mot la charité entrer dans mon coeur, le besoin de m'oublier pour faire plaisir, et depuis lors je fus heureuse !" (Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus à 13 ans)

nat-15.jpgNous sommes très impatients d'être demain. Nous savons que nous serons certainement gâtés. Pour vivre de l'amour de Jésus, je vais calmer mon impatience, organiser des jeux dans ma chambre, aider si on me le demande, bref, faire toutes les choses avec amour et en faisant attention à penser aux autres avant moi.

25 décembre : "Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple : aujourd'hui vous est né un Sauveur, dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur". (Luc 2, 10-11)

PESEBRE-VENEZOLANO.jpg

vendredi 20 novembre 2015

EGYPTE - Inauguration d’une chaîne télévisée pour les enfants de la part de l’Eglise copte orthodoxe
 
AFRIQUE/EGYPTE - Inauguration d'une chaîne télévisée pour les enfants de la part de l'Eglise copte orthodoxe

Le Caire (Agence Fides) – Koogi TV : tel est le nom de la chaîne dédiée aux enfants inaugurée hier, 19 novembre, voulue par l'Eglise copte orthodoxe. Au cours de la présentation, les porte-parole de l'Eglise copte orthodoxe ont indiqué que les programmes de la nouvelle chaîne viseront à favoriser et à soutenir les parcours éducatifs pour l'enfance, apportant un soin particulier à favoriser les liens familiaux, l'altruisme, le patriotisme et la consolidation de la foi. La nouvelle chaîne a été lancée après avoir reçu l'autorisation du Conseil national de l'Information. (GV) (Agence Fides 20/11/2015)

JTK 
Samedi 21 Novembre:Lectionnaire du DIMANCHE DE L’ANNONCIATION A SAINTE MARIE, MERE DE DIEU (Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Orthodoxe Malankare )
Partager cet article
Repost0
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 09:22
Vendredi 20 NOVEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

 

 

Programme des Prières pour les défunts, les blessés, les victimes de l’attentat parisien du 13 Novembre à Paris et leurs familles. Prières pour la France et les pays touchés par l’horreur du terrorisme :

 

¤Au Monastère Syriaque :

*Tous les jours jusqu’au 22 Novembre après les Offices 

*Dimanche 22, Messe de suffrage à 10h30

Adresse:

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

¤Dordogne :

*Samedi 21 Novembre, Messe de Suffrage à 10h 30

Adresse:

Sanctuaire marial N-D de la Très Ste Trinité

 Ermitage St Colomban

Puyroudrier

24530 LA CHAPELLE FAUCHER

Tel: 05.45.37.35.13

ou: 06.48.89.94.89

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

¤Charente :

*Dimanche 22 Novembre, Messe de suffrage à 10h 30

Adresse:

Maison Notre-Dame

Le Bourg

16560 JAULDES

Tel: 05.45.37.35.13

ou: 06.48.89.94.89

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

Attentats du 13 Novembre 2015 à Paris / Déclaration de Mor Philipose-Mariam, Métropolite de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone / Programme des Prières pour les victimes,la France et les pays touchés par l’horreur du terrorisme

Šlomo lkoulkhoun (La Paix à vous tous) !
Ceux qui au nom de Dieu, Source de la Vie et "Ami des hommes" tuent en Son Nom manifestent d'une manière évidente qu'ils ne le servent nullement mais rendent un culte au Diviseur, à "l'Ennemi du genre humain", celui qui est "homicide depuis les origines", autrement dit: Satan.

Ne nous laissons pas diviser ! Soyons unanimes pour rendre un Hommage Universel aux victimes des attentats à Paris .

J'appelle nos fidèles et amis de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone* à la prière pour eux, leurs familles, nos bourreaux et la France.Seigneur, prenez pitié de toutes les victimes du Bataclan, des blessés, des mourants, des estropiés, de ceux qui, morts sont en chemin vers Vous l'Auteur de la Vie!

Seigneur, pitié pour la France! Seigneur pitié pour les djihadistes et tous extrémistes dont les cerveaux sont conditionnés pour le crime ! "L'Esprit souffle où Il veut" ! Envoyez sur chacun d'eux la lumière de Votre Esprit Saint et vivifiant pour les libérer de cet asservissement criminel de la pensée , les libérer de l’emprise de l’obscurantisme et du fanatisme!

Assez ! Assez de violence et de morts partout ! Que nous choisissions la Vie !

Vierge Sainte, Reine de France, Saintes et Saints de France et du monde, frères aînés Martyrs contemporains de la Foi et Témoin du Christ Prince de la Paix et de Son vivifiant Évangile, priez pour nous !

Mère de Miséricorde, écrasez le serpent sous votre talon, nous vous en supplions !

Saint Thomas Apôtre des Indes et de ses missions, Saint Irénée, Saint Hilaire et tous les Témoins de l’Évangile d'Amour,de Vérité, de Justice et de Paix, intercédez pour nous !

Nous sommes en communion de pâtir et de prière avec les familles des victimes.

Nous vous invitons nos fidèles et amis de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone à une grande union de prières pour les victimes, leurs familles, leurs bourreaux et pour la France.

Pensons aux demandes réitérées de la Mère de Miséricorde dans toutes ses apparitions pour revenir en vérité à son Divin Fils.

Pensons à nos frères et sœurs martyrs de par le monde, confions à leurs intercessions d'aînés dans la Foi notre Occident trop souvent apostat...

N'ayons pas peur ! Ne nous laissons pas gagner par la peur, le Christ a vaincu la mort et les forces de mort ! Ne nous laissons pas diviser ! Rangeons nous résolument dans la phalange des Saints, de ceux qui tournent le dos à la mort et à une civilisation mortifère pour se tourner vers la Vie !...

Votre fidèlement et respectueusement dévoué en Notre-Seigneur. Šlomo lkoulkhoun (La paix à vous tous) ! Aloho m'barekh (Dieu vous bénisse) !

+Mor Philipose Mariam, métropolite.

*l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-Orientale. Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien et la paix du monde.

En France aujourd'hui: Saint HIPPOLYTE, évêque de Belley   († 775)

 

Mémoire des saints:

EUSTACHE, THESPÈSE et ANATOLE,  martyrs à Nicée († 235)

EDMOND, roi en Angleterre et martyr  (849-870)

SILVESTRE, évêque de Chalon († 525)

AUTBODE, apôtre de la Picardie († 690)

 

Vendredi 20 NOVEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 4,9-14.

Mes frères : il me semble que Dieu nous a fait paraître, nous les Apôtres, comme les derniers des hommes, comme des condamnés à mort, car nous avons été donnés en spectacle au monde, aux anges et aux hommes.
Nous, nous sommes insensés à cause du Christ, et vous, vous êtes sages en Jésus-Christ ; nous, nous sommes faibles, et vous, vous êtes forts ; vous, vous êtes en honneur, et nous dans le mépris !
A cette heure encore, nous souffrons la faim, la soif, la nudité ; nous sommes meurtris de coups, nous n'avons ni feu ni lieu,
et nous nous fatiguons à travailler de nos propres mains ; maudits, nous bénissons ; persécutés, nous le supportons ;
calomniés, nous supplions ; nous sommes jusqu'à présent comme des balayures du monde, le rebut des hommes.
Ce n'est pas pour vous faire honte que j'écris ces choses ; mais je vous avertis comme mes enfants bien-aimés.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,32-34.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Ne craignez pas, petit troupeau ; car il a plu à votre Père de vous donner le royaume.
Vendez ce que vous avez, et donnez-le en aumône. Faites-vous des bourses qui ne s'usent pas, un trésor inépuisable dans les cieux, où le voleur n'approche pas et la teigne ne détruit point.
Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur.

Vendredi 20 NOVEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

1er hymne de notre Liturgie Syriaque:


Ref:Alleluia. Par Ta lumière nous voyons la lumière, illumine nos âmes par le feu de Ton Amour.

 

1 - En Votre lumière nous voyons la lumière, Jésus plein de lumière. Vous êtes la vraie  lumière  qui éclaire toute créature. Eclairez-nous de votre belle lumière, Ô splendeur du Père céleste.
1 - Bnouhrok hozénan nouhro yéšou’ mlé nouhro. Datou nouhro šariro d-manhar khoul béryon. Anhar lan b-nouhrok gayo, sémhéh dabo šemayono.

 

2 - Ô Pur et Saint qui vivez dans les sphères de lumière, éloignez de nous les passions mauvaises et les pensées impures. Donnez-nous de faire avec la pureté du coeur les oeuvres de justice.
2 - Hasyo w-qadišo d'omar b-médyo rai nouhro. Kli ménan haché w-viché w-houcho bé snayo. W-hav lan dav-dakyouth lébo, Né'béd 'bodé d-kinoutho.

 

 

Par St Ambroise de Milan (339-397) : Traité sur les Mystères
Le symbolisme de l'onction et des vêtements blancs

Après le bain du baptême, tu es monté auprès de l'évêque. Pense à ce qui a suivi. N'est-ce pas ce que dit David : 

Comme le parfum sur la tête, qui descend sur la barbe, sur la barbe d'Aaron ?

C'est le parfum dont parle Salomon : Ton nom est un parfum qui se répand : c'est pourquoi les jeunes filles t'ont aimé et attiré. Combien d'âmes renouvelées aujourd'hui t'ont-elles aimé, Seigneur Jésus, en disant : 

Attire-nous derrière toi, nous accourons à l'odeur de tes vêtements, pour aspirer l'odeur de la résurrection ?

Comprends le sens de ce rite : le parfum coule sur la barbe, c'est-à-dire sur la grâce de la jeunese, et sur la barbe d'Aaron, pour que tu deviennes une race élue, sacerdotale, précieuse. Car nous recevons tous l'onction de la grâce spirituelle en vue du royaume de Dieu et du sacerdoce.

[...]

Ensuite tu as reçu ces vêtements blancs que tu portes, pour signifier que tu as dépouillé l'enveloppe du péché et revêtu les vêtements purs de l'innocence, dont parle le prophète : 

Tu m'aspergeras avec l'hysope, et je serai purifié ; tu me laveras, et je deviendrai plus blanc que neige. 

[Ps 51, 8]

On le voit en effet, selon la Loi et selon l'Evangile : celui qui est baptisé se montre purifié. Selon la Loi, parce que Moïse employait une touffe d'hysope pour asperger avec le sang de l'agneau.

Selon l'Evangile, parce que le Christ avait des vêtements blancs comme neige, quand il fit voir, dans l'évangile de la Transfiguration, la gloire de sa résurrection.

Il devient plus blanc que neige, celui dont la faute est pardonnée. C'est pourquoi le Seigneur dit par la bouche d'Isaïe : Si vos péchés sont comme la pourpre, je les rendrai blancs comme neige.

L'Eglise qui porte ces vêtements blancs pour les avoir endossés grâce au bain de la nouvelle naissance, dit dans le Cantique des cantiques : 

Je suis noire et belle, filles de Jérusalem.Noire par la fragilité de la nature humaine, belle par la grâce ; noire parce que composée de pécheurs, belle par le sacrement de la foi. En voyant ces vêtements, les filles de Jérusalem disent, dans leur stupéfaction : 

Qui est celle-ci qui monte toute blanche ? 

Elle qui était noire, comment est-elle devenue blanche tout à coup ?

[...]

Quant au Christ, voyant son Eglise en vêtements blancs - c'est pour elle, dit le prophète Zacharie, qu'il avait pris des vêtements sales -, ou bien voyant l'âme purifiée et lavée par le sacrement de la nouvelle naissance, il lui dit :

 Que tu es belle, mon amie, que tu es belle : tes yeux sont beaux comme ceux de la colombe, cette colombe dont le Saint-Esprit avait pris l'apparence pour descendre du ciel.

 

[...]

 

Aussi rappelle-toi que tu as reçu l'empreinte de l'Esprit : Esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de piété, esprit de crainte religieuse 

[Is 11, 2],

et garde bien ce que tu as reçu, Dieu le Père t'a marqué de son empreinte, le Christ Seigneur t'a confirmé, et il a mis l'Esprit dans ton coeur, comme un premier don, ainsi que tu l'as appris dans la lecture de l'Apôtre.

Vendredi 20 NOVEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

Ichtus

colloque

Chers amis,

Les attentats tragiques du 13 novembre mettent cruellement en lumière la nécessité de refaire le ciment culturel et social de la France. Pour assurer la sécurité de la population il ne suffira pas de renforcer les moyens de la police et de l’armée face aux menaces terroristes. Être fort ne signifie pas seulement assurer la sécurité de la population face aux menaces terroristes. La France doit aussi être forte dans ce qu’elle est ; elle doit pouvoir exprimer sa personnalité profonde.

C’est la France qu’il faut donner à aimer, disait Simone Weil.

Pour y contribuer,Il faut reconstruire l’écosystème culturel du christianisme, nous dit le frère Thierry-Dominique Humbrecht o.p. qui interviendra lors de la séance inaugurale du Colloque.

Le thème du colloque Catholiques en action – « Refaire un peuple » – insistera sur le rôle déterminant des solidarités réelles du peuple de France pour revitaliser notre pays, au plan politique, culturel, éducatif, social ou encore économique. Comme catholiques, nous avons un rôle déterminant à jouer.

Ces questions cruciales pour la France seront approfondies avec, notamment, Tugdual Derville, Xavier Lemoine, Anne Coffinier, Mathieu Detchessahar, Jean-Marc Potdevin, Bernard Ousset, Bruno de Saint Chamas, Guillaume de Prémare etc.

Ce colloque sera également l’occasion de mieux faire connaître des initiatives et mouvements qui œuvrent pour le bien commun en rencontrant leurs principaux leaders, en particulier Jean-Marie Le Méné (Fondation Lejeune), Ludovine de La Rochère (LMPT), Axel Rokvam (Les Veilleurs), Alban Gérard (Les Gavroches), Lionel Devic (Fondation pour l’Ecole), Solweig Dop (Ecologie Humaine) etc.

Inscrivez-vous au colloque Catholiques en action à Paris le 29 novembre
Programme

Šlomo lkoulkhoun (La Paix à vous tous) !Šlomo lkoulkhoun (La Paix à vous tous) !Šlomo lkoulkhoun (La Paix à vous tous) !   

 Šlomo lkoulkhoun (La Paix à vous tous) ! Ce Šlomo lkoulkhoun (La Paix à vous tous) !Cequi est dit des "Catholiques en action" ne doit pas s'entendre d'une manière restrictive, en effet , tout fidèle Syro-Orthodoxe Francophone sait que pour être pleinement Catholique (Conforme au Tout), il faut en premier lieu professer et vivre de l'Orthodoxie (Rectitude) de la Foi et des Rites Sacramentels, il convient donc de nous engager tous ensembles et nous unir pour servir le bien commun...

(Moi-même sortirais d'une retraite des "Artisans de Paix". J'espère pouvoir m'y inscrire et y participer. Je ferai au mieux en fonction de mon emploi du temps et des forces restantes.)

 J'encourage donc en tout cas nos fidèles et amis à participer à ce colloque.

Votre fidèlement et respectueusement dévoué en Notre-

Seigneur. Šlomo lkoulkhoun (La paix à vous tous) ! Aloho

m'barekh (Dieu vous bénisse) !

 

+Mor Philipose Mariam, métropolite.

 

*l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale. Le Monastère Syriaque est un Centre de

Prières pour l'unité des Eglises Apostoliques, l'unanimité du

Témoignage Chrétien et la paix du monde.

 

Saint Edmond, qui êtes-vous ?
Roi d'Est-Anglie et martyr
(841-870)

 

Edmond était le roi d'Est-Anglie, un petit royaume de l'est de l'Angleterre.

Il fut capturé lors d'une bataille dans le Suffolk qu'il livra contre les Danois qui ne cessaient d'envahir son pays.

Ceux-ci lui proposèrent la liberté et la vie contre un pacte dont les conditions étaient contraires au bien-être et à la religion chrétienne de son pays.

Il refusa.

Les Danois l'attachèrent alors à un arbre et le criblèrent de flèches avant de lui trancher la tête et de la jeter dans un fossé.

Elle fut retrouvée intacte, entre les pattes d'un loup qui l'avait défendue contre les rapaces.

De nombreuses églises anglaises sont dédiées à ce jeune martyr.

Vendredi 20 NOVEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
Marcher sur les eaux
Évangile selon saint Matthieu 14, 22-33
Mais, voyant qu'il y avait du vent, il eut peur.
 
Fluctuat nec mergitur

« Elle était battue par les vagues car le vent était contraire ». 
Aujourd’hui ce déchainement des éléments résonne étrangement à nos oreilles comme autant d’échos sombres des attentats de la semaine dernière à Paris et Saint Denis. 
Dans les médias, certains ont repris la devise de la ville de Paris pour dire leur détermination à rester des hommes et des femmes debout, que la peur ne fera pas plier devant le mal.
« Fluctuat nec mergitur ». « Il est battu par les flots, mais ne sombre pas. » « Paris, malgré le temps et les adversités de toutes sortes est indestructible ». 
Comme les disciples, nous voici battus par les flots, battus par l’horreur. Et il faut toute la patience, la sagesse de Jésus pour continuer à leur enseigner la confiance.
Nec mergitur : ne sombre pas. « Confiance ! C’est moi ; n’ayez plus peur ! », dit Jésus. 
Cet appel à la confiance à enraciner nos vies en Christ résonne aussi dans les paroles de Pierre Claverie. Nous sommes en mars 1996, quelques mois avant son assassinat en Algérie.

« Le mystère de Pâques nous oblige à regarder en face la réalité de la mort de Jésus et la nôtre, et à rendre compte de nos raisons de l’affronter. Ce faisant, nous mettons au jour nos raisons de vivre (…) Si nous ne prenons pas fermement appui sur ce que certains appellent le « roc d’être » en nous, notre vérité la plus profonde, celle sur laquelle se fondent nos choix les plus décisifs, nous serons vite désemparés, découragés, désespérés. (…) Les ébranlements et les appauvrissements que nous imposent des circonstances difficiles peuvent être bénéfiques s’ils diss ipent les illusions et les faux semblants. Ce sont autant de « morts », d’arrachements douloureux, parfois, sans lesquels nous risquons de vivre à la surface de nous-mêmes, uniquement préoccupés des apparences et exposés à tous les effondrements. Notre vie peut alors devenir plus juste, plus forte, plus vraie. » *
Invitation à commencer par faire la vérité en nous-mêmes, à prendre appui sur le roc d’être dont parle Pierre Claverie, lui qui a pu dire, dans la confiance et la foi « Être prêt à donner sa vie pour quelqu’un est bien la preuve décisive de notre amour. En deçà de ce don, nous n’avons pas encore aimé, ou du moins nous n’avons aimé que nous-mêmes. »




(*) Extrait de la pièce « Pierre & Mohamed, Algérie 1er août 1996 »(Source: Signe dans la Bible)
Une vraie religion sublime la violence dans le beau
 

3770727996

Spectacle désolant et dramatique que nous donne à observer quasiment tous les jours l’islamisme dans la plupart des pays où il est implanté : soit Syrie, en Irak, en France, au Danemark, en Libye, au Nigéria, au Mali, en Somalie, au Pakistan et dans de très nombreux autres pays. La « pensée » officielle en vient à introduire dans tous les esprits que les religions sont violentes. Elle en vient à amalgamer l’islamisme et le catholicisme des croisades ou de l’Inquisition, au mépris de la pure vérité historique.

Cette idée de religion comme source de la violence est exactement l’inverse de ce que la recherche sociologique, anthropologique et philosophique peut mettre en avant aujourd’hui. Notamment le philosophe et sociologue René Girard, qui nous a malheureusement quitté il y a quelques jours, en esquivant le spectacle atroce de la violence ces attentats parisiens, dont il envisageait sûrement la possibilité.  De sa longue confrontation avec les mythes, les peuples et les textes sacrés, René Girard nous a dévoilé une choses : la religion ne produit pas la violence, mais, bien au contraire, la canalise et la contient. Dans ses rapports sociaux, l’humain est par nature violent, ce qui fait que toute société est fondamentalement violente. Le système religieux de la culture prend alors en charge cette violence originelle et la sublime dans l’art, dans la méditation et dans la contemplation du beau, du vrai et du bien.

Comment la religion sublime-t-elle la violence ? C’est la logique du bouc-émissaire : le bouc, cet animal biblique par excellence, est chargé des péchés du groupe et est sacrifié en dehors de la ville pour libérer la ville du mal qui la ronge. Ainsi, au lieu d’être multiforme et diffuse, la violence du groupe est canalisée vers le bouc-émissaire et vers un sacrifice qui résout tous les problèmes. Canalisant cette violence sur une entité, le groupe est alors libéré des entraves qui étaient un obstacle à sa vie bonne. Un groupe chargé de la laideur du mal ne peut pas produire du beau.

sacrifice-d-abraham

Le Sacrifice d’Abraham, dont la main est arrêtée par un Ange de Dieu

Adossée à la théorie du désir mimétique (chacun désire ce que l’Autre désire), la théorie du Bouc émissaire est une théorie visant à expliquer le fonctionnement entier des sociétés humaines. Le sacrifice du bouc émissaire permet à la fois de libérer la violence collective (exutoire) et de ressouder le groupe autour d’une paix retrouvée (contrat social).

À noter que le bouc peut être remplacé par tout autre entité : groupe ethnique, caste, idole, selon des mécanismes idéologiques divers. Le bouc-émissaire ultime, paradigmatique et définitif étant, pour les chrétiens, le Christ lui-même.

C’est là qu’émerge, me semble-t-il, une radicale différence d’avec l’islam. En islam, qui canalise la violence originelle ? Qui prend sur ses épaules le péché du groupe, pour l’évacuer et lui donner un sens ? Ce n’est pas à moi de répondre, mais bien aux docteurs d’islam. Le désir mimétique marche pourtant à plein dans l’islamisme. En proie à une violence meurtrière, l’idéologie primitive et barbare de l’islamisme se choisit spontanément, des victimes, qui joueront le rôle à la fois de pansement et de paratonnerre. Pour l’islamiste, seul le sacrifice de soi dans la guerre ou dans l’acte autodestructeur du kamikaze peuvent accomplir la logique du désir. Les 70 vierges qui attendent les héros islamistes constituent l’accomplissement du désir mimétique.

Il y a donc une logique sacrificielle dans l’islamisme, tout comme dans les autres religions, à la différence près que le bouc-émissaire que l’on égorge n’est ni bouc, ni symbole, ni Christ : c’est un homme, et bien trop souvent un innocent.(Source: N D F)

 
Vendredi 20 NOVEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

UNE APPARITION MARIALE AUX AUX U.S.A ...UN ECHOS A L'APPARITION DE LOURDES ?

Le 8 décembre 2010, le culte des apparitions de la Vierge dans le Wisconsin (Etats Unis) a été approuvé officiellement au niveau diocésain, au cours de la fête de l'Immaculée Conception, patronne des Etats-Unis.

Ces apparitions, qui se sont vérifiées à trois reprises en 1859, ont été rapportées par une jeune immigrée de Belgique, Adèle Brise (1831-1896).

La première apparition de la Vierge a eu lieu en octobre. Après quelques instants, la vision s’est estompée et la Vierge a disparu sans dire un mot. Le dimanche suivant, nouvelle apparition de la Vierge à Adèle tandis que celle-ci se rend à la messe. Après la messe, la jeune femme s’ouvre à son confesseur qui l'invite à demander au nom de Dieu qui elle est et ce qu'elle attend d’Adèle.

La Vierge apparaît de nouveau à Adèle qui pose ses questions. La Vierge répond alors : « Je suis la Reine du Ciel qui prie pour la conversion des pécheurs, et je désire que tu fasses comme moi ».

« Tu as reçu la sainte communion ce matin et c'est bien mais tu dois faire davantage. Fais une confession générale et offre la Communion pour la conversion des pécheurs (…). 

Vendredi 20 NOVEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

20 novembre :

 

Avant-fête de l'entrée au Temple de la très-sainte Mère de Dieu

Proto-évangile de saint Jacques 7, 1 à 8, 1


En ce temps-là, lorsque Marie eut deux ans, Joachim dit : «Menons-la au temple du Seigneur, afin que s'accomplisse la promesse que nous avons faite, sinon le Tout-Puissant s'irriterait contre nous et rejetterait notre offrande.» Mais Anne répondit : «Attendons sa troisième année de peur que l'enfant ne réclame son père ou sa mère.» Et Joachim acquiesça : «Attendons.»
Lorsque la petite fille eut trois ans, Joachim dit : «Appelez les filles des Hébreux, celles qui sont sans tache ; que chacune d'elles prenne un flambeau, et le tienne allumé. L'enfant ne devra pas se retourner en arrière et son cœur ne se fixera pas hors du temple du Seigneur.» Elles obéirent à cet ordre et elles montèrent ensemble au temple du Seigneur. Et le prêtre accueillit l'enfant, et la prit dans ses bras. Il la bénit en disant : «Le Seigneur a glorifié ton nom dans toutes les générations. En toi, aux derniers jours, le Seigneur relèvera la rédemption qu'Il accorde aux fils d'Israël». Et il fit asseoir l'enfant sur le troisième degré de l'autel. Et le Seigneur Dieu fit descendre sa grâce sur elle. Et, debout sur ses pieds, elle se mit à danser. Et elle fut chère à toute la maison d'lsraël. Ses parents descendirent du temple, ils étaient remplis d'admiration, et ils louaient le Dieu tout-puissant qui ne les avait pas dédaignés : l'enfant ne s'était pas retournée en arrière. Et Marie demeurait dans le temple du Seigneur, semblable à une colombe, et elle recevait sa nourriture de la main d'un ange.

OFFICE COMPLET (VÊPRES & MATINES) dans le Rite Bysantin:

VÊPRES

Lucernaire, t. 1 
Des vierges, portant leurs lampes allumées, / accompagnent la Toujours-vierge de leur éclat: / elles prophétisent vraiment / en l'Esprit ce qui doit arriver: / car la Mère de Dieu, / ce divin temple, est amenée / dès l'enfance, au milieu de la splendeur virginale, / vers le Temple du Seigneur.

Illustre fruit d'une promesse sacrée, / la Mère de Dieu / se révèle au monde entier / comme le sommet de l'entière création; / pieusement amenée / dans le Temple du Seigneur, / elle accomplit le vœu de ses parents / sous la sauvegarde de l'Esprit saint.

Nourrie du pain du ciel / dans le Temple du Seigneur, / ô Vierge, tu mis au monde / le Verbe, vrai pain de vie; / comme un temple choisi / et plein de sainteté, / tu fus élue secrètement par l'Esprit / pour être l'épouse de Dieu le Père.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen

En ce jour la Mère de Dieu, / temple où Dieu se laisse limiter, / est présentée au Temple du Seigneur et Zacharie la reçoit; / en ce jour exulte le Saint des saints / et le chœur des Anges célèbre cette fête mystiquement; / avec eux fêtons aussi la solennité de ce jour, / comme Gabriel nous écriant: / Pleine de grâce, réjouis-toi, / le Seigneur est avec toi, / lui qui possède l'abondance du salut.

Apostiches, t. 4

Tous les fidèles, venez, / louons la seule Immaculée / annoncée par les Prophètes et dans le Temple présentée, / celle qui, avant les siècles, fut destinée / à devenir vers la fin des temps la Mère de notre Dieu. / Par ses prières, Seigneur, / accorde au monde ta paix / et à nos âmes la grâce du salut.

Tropaire, t. 4
Anne, en ce jour, nous annonce la joie, / portant comme fruit l'antidote du chagrin, / la seule Toujours-vierge qu'en ce jour, / en accomplissement de son vœu, / elle offre au Temple du Seigneur / comme la Mère immaculée, / le vrai temple du Verbe divin.

MATINES

Cathisme I, t. 1 
Vierges, louez, mères, chantez, peuples, glorifiez, / et vous les prêtres, bénissez la pure Mère de Dieu; / encore enfant, elle est présentée au Temple de la Loi / comme le temple très-saint du Seigneur. / C'est pourquoi, célébrant cette fête spirituelle, nous chantons: / Réjouis- toi, ô Vierge, la gloire du genre humain.

Cathisme II, t. 4 
David, précède dans le Temple de Dieu / et reçois avec allégresse notre Reine en lui disant: / Souveraine, fais ton entrée dans le temple du Roi, / toi dont la gloire est au-dedans, / car de toi vont jaillir le lait et le miel, la lumière du Christ.

Ode 1, t. 4

« Ma bouche s'ouvrira / et s'emplira de l'Esprit saint: / j'adresse mon poème à la Mère du Roi; / et l'on me verra, en cette fête solennelle, / chanter avec allégresse toutes ses merveilles. »

La Toute-sainte immaculée / va demeurer dans le Saint des saints / du Dieu qui surpasse toute sainteté, / pour en devenir le temple sanctifié, / et de jeunes vierges la précèdent.

L'éternel dessein de notre Dieu / va trouver son accomplissement, / Vierge tout-immaculée, / puisque tu grandiras dans le Saint des saints, / pour être la demeure du Verbe.

Toute-pure qui deviendras / la Génitrice de Dieu, / en accomplissement de leur vœu / tes parents te portent au Saint des saints / pour y être élevée.

Notre Dame, affermis mon cœur / affaibli, consumé par les passions, / pour que je puisse te glorifier / avec amour et foi, / Toujours-bienheureuse et tout-immaculée.

Ode 3, t. 4

« Garde sous ta protection, / ô Mère de Dieu et Source intarissable de la Vie, / tous les chantres qui t'honorent de leurs hymnes; / dans ta gloire divine / accorde-leur la couronne des vainqueurs. »

Les jeunes filles précédant / la Vierge avec leurs lampes allumées / préfigurent ce qui doit arriver; / car d'elle naîtra la clarté / de la connaissance mettant fin aux ténèbres de l'erreur.

Imitant par sa prière son homonyme de jadis, / Anne accomplit son vœu / et t'offre au sanctuaire, Tout-immaculée / qui de la plus sainte des façons / dois concevoir et enfanter.

Le soleil a déployé ses rayons, en voyant / la nuée de la lumière déployée par volonté divine / entrer dans le sanctuaire de Dieu, / car la rémission va pleuvoir d'elle / pour ceux que leurs péchés ont rendus stériles.

Le Dieu qui par amour a demeuré / en toi, ô Vierge tout-immaculée, / me divinise, moi qui par ruse du serpent / fus dérobé jadis en goûtant le fruit défendu, / et me rend les incorruptibles délices du Paradis.

Cathisme, t. 4

Le temple de Dieu, sa chambre nuptiale de grand prix, / s'avance dans l'allégresse, au milieu des lampes allumées, / pour faire son entrée dans le Temple divin; / à cause d'elle se réjouit Zacharie, / voyant que déjà se réalise le début / de ce que les Prophètes sacrés / ont révélé clairement, / et, dans son ravissement, il lui dit: / Cette procession de la future Vierge Mère nous annonce la joie.

Ode 4, t. 4

« L'ineffable projet divin / de ta virginale incarnation, / Dieu très-haut, le prophète Habacuc / l'a saisi et s'écria: / Gloire à ta puissance, Seigneur. »

De saintes voix ont annoncé / que tu devais contenir, Immaculée, / celui qui par nature est infini; / aussi les vierges portant leurs lampes allumées / te précèdent en chœur vers le Saint des saints.

Quelle gloire pour Joachim / avec Anne te conduisant / dans l'allégresse vers le Temple saint, / toi le temple très-pur de notre Dieu, / Souveraine tout-immaculée!

Voici que cesse la condamnation / de nos premiers parents, / puisque fleurit la vigne qui produira / pour nous l'immortel raisin / donnant au monde le vin de la joie.

T'ayant trouvée, toi seule, tout-immaculée, / le Verbe créateur / élut demeure dans ton sein, / Vierge pure, afin de réaliser / par ineffable miséricorde, en sa grâce, notre salut.

Ode 5, t. 4

« L'univers est transporté / par ta sainte Présentation; / car, ô Vierge inépousée, / comme un temple très-pur / tu as pénétré à l'intérieur du Temple de Dieu / afin de procurer la paix / à ceux qui chantent ta louange. »

Que les nuées fassent pleuvoir / la justice en ce jour: / comme en un ciel, est déployée / dans le Temple de Dieu / la divine nuée / qui distille la douceur / chassant toute amertume de nos âmes.

Merveille que ta conception, / merveille, ton enfantement, / merveille aussi la procession / qui te mène à l'intérieur / du sanctuaire, Vierge immaculée; / merveilles inouïes, / tes mystères qui dépassent l'entendement!

L'Esprit de toute sainteté / t'a sanctifiée tout entière, / lorsque tu vécus à l'intérieur du Temple, / recevant la nourriture des cieux; / aussi es-tu devenue / l'épouse du Père pleine de beauté / et la Génitrice du Verbe divin.

En toi j'ai déposé, / ô Vierge, tout mon espoir, / vers ta miséricorde je me réfugie; / fais que mon âme déchue, / affaiblie par le débordement des passions, / n'ait plus à subir désormais / les dommages causés par les démons.

Ode 6, t. 4

« Célébrant cette divine et sainte fête / de la Mère de Dieu, / venez, fidèles, battons des mains, / glorifiant le Dieu qu'elle a conçu. »

Fortifiés par la grâce de Dieu, / les parents de la Vierge l'ont offerte / avec amour comme une colombe immaculée / pour être élevée dans le Saint des saints.

Toi qui devais recevoir / la lumière de lumière en sa venue, / des vierges te précèdent avec leurs lampes allumées / en cortège brillant vers le Temple divin.

Le palais plein de gloire, le trône saint / que les Prophètes avaient célébré grandement / est mis à l'intérieur du Saint des saints, / préparé pour le Roi de l'univers.

Je chante, ô Vierge, ta conception / et ton ineffable enfantement, / ta protection qui me sauve de tout malheur, / moi qui me réfugie vers ton havre de paix:.

Kondakion, t. 4 
L'univers / en ce jour est comblé d'allégresse, / en l'auguste festivité / de la Mère de Dieu, / et chante: Voici le tabernacle des cieux.

Ikos 
Le Seigneur et l'Artisan / de l'entière création, / dans l'ineffable tendresse de son cœur / et l'amour unique dont il chérit le genre humain, / voyant déchu l'ouvrage de ses mains, / ému de pitié, a bien voulu le relever / en s'abaissant lui-même pour rendre plus divine sa création, / car il est bon par nature et compatissant. / C'est pourquoi il a choisi pour médiatrice de ce mystère la pure vierge Marie / lorsqu'il voulut assumer en elle la nature des humains / qui chantent: Voici le tabernacle des cieux.

Ode 7, t. 4

« Ils n'adorèrent pas la créature au lieu du Créateur, / les fidèles du Dieu très-haut, / mais affrontèrent généreusement / le feu qui les menaçait; / et ils chantaient dans la fournaise: / Seigneur digne de louange, / Dieu de nos Pères, béni sois-tu. »

Vierge pure, le Temple saint / te reçoit comme un soleil lumineux / éclairant de l'intérieur / les confins de l'univers / de tes rayons porteurs du salut, / toi qui vas devenir / le très-saint temple du Fils de Dieu.

Tous les peuples, battez des mains, / voyant l'Inépousée / porter les signes de la rédemption, / car de la main d'un Ange elle est nourrie, / elle qui doit nous enfanter / ineffablement / le pain céleste.

Ames des Justes, recevez / sous terre la nouvelle du salut, / car la colombe dorée / qui annonce la fin / du déluge spirituel / est apparue et s'avance pieusement /vers le Saint des saints.

Vierge toute-pure, en ta beauté, / tu enfantes la divine splendeur / qui met fin à notre difformité / et nous ramène maintenant / à notre premier aspect, / le Seigneur auquel nous chantons: / Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Ode 8, t. 4

« Ecoute, ma fille, Vierge immaculée, / et que te dise Gabriel l'éternel dessein formé par le Très-Haut: / prépare-toi à recevoir ton Dieu; / car celui que nul espace ne contient / grâce à toi rencontre les mortels; / et dans l'allégresse je m'écrie: / Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur. »

Ecoute, sage vieillard, et sois compréhensif, / dit Anne à Zacharie; / reçois d'une âme généreuse cette enfant / que j'ai conçue par divine volonté: / c'est par elle que viendra la rédemption; / porte-la dans le Temple saint, en t'écriant: / Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.

Béni soit le seul Seigneur, / s'écria le prêtre, car maintenant / il nous révèle clairement les portes de la Vie / en nous montrant le palais divin / que doit habiter le Christ, roi de l'univers, / pour qui la terre entière s'écrie: / Toutes ses œuvres, bénissez le Seigneur.

Anne lui dit avec respect: / Sage vieillard, reçois sans hésiter / la merveilleuse enfant que Dieu m'a donnée / et prophétise qu'elle seule doit réaliser / les oracles des Prophètes, avec lesquels / tu chantes: Bénissez, / toutes ses œuvres, le Seigneur.

Le vieillard lui dit avec empressement: / Maintenant, ô femme, je sais bien / qu'au milieu du Temple va grandir / l'arbre devant porter le fruit divin / qui ramènera au Paradis / ceux que la funeste nourriture en exila, / pour qu'ils chantent avec allégresse: Bénissez, / toutes ses œuvres, le Seigneur.

Ton âme, ô Vierge, dit le vieillard / est l'expression des ineffables enseignements: / tu habites le Temple de Dieu / et, nourrie par un Ange, tu enfanteras / l'Ange du grand conseil / pour lequel je chante: Bénissez, / toutes ses œuvres, le Seigneur.

Vierge pure, nous t'adressons joyeusement / la salutation de Gabriel: / Réjouis-toi, seule cause de la joie universelle, / réjouis-toi, par qui les âmes sont purifiées, / car tu enfantes notre purification, / la rédemption de ceux qui chantent: Bénissez, / toutes ses œuvres, le Seigneur.

Ode 9, t. 4

« Que tout fils de la terre exulte en esprit, / tenant sa lampe allumée, / que les Anges dans le ciel célèbrent avec joie / la sainte fête de la Mère de Dieu / et lui chantent: Réjouis-toi, / ô bienheureuse et toujours-vierge, / sainte Mère de Dieu. »

Voici qu'à l'intérieur du Temple saint, / au milieu des lampes allumées, / pénètre la sainte montagne de Dieu, / dont une pierre sera taillée / qui brisera les stèles, les autels des démons / et fera des mortels / les temples, les demeures du Seigneur.

Le serment que Dieu a fait, / il l'accomplit en nous donnant / la Toujours-vierge de la tribu de Juda: / de son sein va naître l'arbre de vie / qui délivrera de la chute et de la mort / causées par la nourriture défendue / ceux qui furent dépouillés par la ruse du serpent.

D'une voix claire, Anne s'écrie / dans le Temple de Dieu: / Je te consacre, Seigneur, / l'enfant que tu m'as donnée; / prenant corps en elle, tu sauveras, / par amour ineffable, le monde créé par toi / et comme ta mère tu pourras la magnifier.

Voici qu'a brillé le jour du salut / sur ceux qui gisaient dans la nuit du mal: / la porte céleste, vers les portes du Temple s'envolant / au milieu des lampes allumées, / s'avance à l'intérieur, pour être nourrie / par la divine puissance et devenir / la demeure sainte de Dieu.

De mon âme éclaire le regard, / Vierge pure qui enfantes la Clarté, / afin que le sombre gouffre du péché ne me happe, / que l'abîme du désespoir ne me couvre aussi; / mais toi-même, sauve-moi, / me guidant vers le havre de la divine volonté.

Exapostilaire, t. 2 
Prépare, Zacharie, l'entrée du Temple, le Saint des saints, / à recevoir la pure Mère de Dieu, / ce temple de la divine sagesse, qui surpasse le trône des Chérubins, / et chante un cantique d'avant-fête avec nous / à la Vierge dont va s'incarner le Seigneur, / le Sauveur du monde, le Christ notre Dieu.

Apostiches, t. 1 
Fidèles, venez / tous ensemble, par des cantiques vénérons / la divine Epouse, la Mère du Créateur, / qu'une mère stérile, ô merveille, enfanta; / avec les vierges tenant / leurs lampes allumées, / allons à sa rencontre dans le Temple où elle fait son entrée.

On la mène vers le Roi et des vierges la suivent.
Ayant mis en bouquet / les diverses fleurs des prairies spirituelles / que sont les paroles de l'Esprit, / pour la Vierge tressons joyeusement / une couronne de louanges / et, comme il est juste, préparons-lui, / pour son avant-fête, ce cadeau.
Dans la joie et l'allégresse elles entrent en la demeure du Roi. 
Portes du Temple, préparez-vous, / ouvrez-vous pour accueillir / dans l'allégresse et la joie / la demeure de gloire du Seigneur, / la seule surpassant, / d'ineffable manière, les cieux / et chantez pour le Christ notre Sauveur.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen

En ce jour se réjouisse le ciel / et l'allégresse pleuve des nues / sur les merveilles étonnantes de notre Dieu! / Car voici: la porte regardant vers l'Orient, / celle qui est sortie d'un infertile sein / selon la promesse de Dieu / et lui fut consacrée pour qu'il en fasse son logis, / en ce jour est présentée au Temple comme offrande immaculée. / Au son de la harpe exulte David! / A sa suite des vierges, dit-il, / sont amenées vers le Roi, / on amène les compagnes qui lui sont destinées; / dans le tabernacle de Dieu, / dans son sanctuaire, à l'intérieur, / elle sera élevée pour être la demeure de celui / qui avant les siècles est né du Père ineffablement / pour le salut de nos âmes.

(Source: Père Du Loisy sur Facebook)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 19,45-48.

En ce temps-là, entré dans le Temple, Jésus se mit à en expulser les vendeurs. Il leur déclarait : 

« Il est écrit : Ma maison sera une maison de prière. Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits. » 

Et il était chaque jour dans le Temple pour enseigner. Les grands prêtres et les scribes, ainsi que les notables, cherchaient à le faire mourir, 

mais ils ne trouvaient pas ce qu’ils pourraient faire ; en effet, le peuple tout entier, suspendu à ses lèvres, l’écoutait. 

Vendredi 20 NOVEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

2ème hymne de notre Liturgie Syriaque:


1 -A votre porte, Seigneur, je frappe*; et de votre trésor je demande la pitié. / Je suis un pécheur qui, pendant des années*, ai abandonné votre voie. 
1 - B-tar'okh moran noqéšeno w-mén béth gazokh rahmé choèlno. Hatoyono dašnayo stit mén ourhokk. Havli d'awdé ba-htohé wé-'bar ménhoun, wi-hé b-tayboutokh.

A la porte de qui irons-nous frapper*, Seigneur miséricordieux, sinon à la vôtre. / Qui avons-nous qui plaide pour nos défaillances*, si votre miséricorde n’intercède auprès de vous, / ô Roi devant la majesté de qui les rois se prosternent.*Barekhmor ! 
2 - Bathra'man nizal néqouš élo b-tar'okh hanono moran. W-manou ith lan danfisokh 'al sakhlouthan. én rahmayk lo nfisounokh malko d-malké soghdin liqoré. Barekhmor!

 

 Le Célébrant : Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit .

    Père, Fils et Saint-Esprit , soyez pour nous une citadelle élevée, un refuge contre le Pervers qui nous combat et contre ses puissances. Protégez-nous à l’ombre de vos miséricordes, lorsque les bons seront séparés des méchants.

    Les fidèles : D’éternité et jusqu’aux siècles des siècles †. Amîn.

 

 

L'’hymne de St Sévère d’Antioche:

 

Premier Choeur : Je vous exalte, ô mon Seigneur-Roi, Fils Unique et Verbe du Père céleste qui, par sa nature, est immortel.

     Deuxième Choeur : Il a accepté et il est venu, dans sa grâce, pour la vie et la rédemption du genre humain.

    Premier Choeur : Il a pris chair de la sainte, glorieuse et toute pure Vierge, Mère de Dieu, Marie.

 

     Deuxième Choeur : Sans subir de changement, il s’est fait homme, et lui le Christ, notre Dieu, a été crucifié pour nous.

    Premier Choeur : Et par sa mort, il a écrasé et tué notre mort. Il est l’une des Personnes de la Trinité Sainte.

     Deuxième Choeur : Il est adoré et glorifié avec son Père et son Esprit Saint. Ayez pitié de nous.

 

Ô Dieu Saint. [1]

    Les fidèles : ô Dieu Saint et Fort; ô Dieu Saint et Immortel, crucifié † (en se signant) pour nous, Ethraham elaïn. (Ayez pitié de nous !)

    Ô Dieu Saint. [2]

    Les fidèles : ô Dieu Saint et Fort; ô Dieu Saint et Immortel, crucifié † (en se signant) pour nous, Ethraham elaïn. (Ayez pitié de nous !)

 

    Ô Dieu Saint. [iii]

    Les fidèles : ô Dieu Saint et Fort; ô Dieu Saint et Immortel, crucifié † (en se signant) pour nous, Ethraham elaïn. (Ayez pitié de nous !) [iv]

 

    Le Célébrant descend au pied de l’autel.

Kourie eleïson. Kourie eleïson. Kourie eleïson.

 

[1]       Le célébrant pose trois doigts de sa main gauche sur le voile du côté nord de l’autel et trois doigts de sa main droite sur le côté ouest de la table et dit.

[2] Quand les fidèles disent « crucifié pour nous », le célébrant lève les doigts de la main droite, se signe d’une croix et repose les doigts de sa main droite sur le bord de la patène.

[iii]      Quand les fidèles disent « crucifié pour nous », le célébrant se signe pour la deuxième fois d’une croix et pose ses doigts sur le calice.

[iv]      Quand les fidèles disent « ô Dieu Saint et Fort », le célébrant pose ses doigts sur le patène, quand ils disent « ô Dieu Saint et Immortel », il pose ses doigts sur la table et quand ils disent « crucifié pour nous », il se signe pour la troisième fois d’une croix.

Vendredi 20 NOVEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
Partager cet article
Repost0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 14:04
Si vous cherchez la vérité, peu importe le chemin sur lequel vous vous trouvez, tôt ou tard, vous arriverez à Dieu.(P. John)

Si vous cherchez la vérité, peu importe le chemin sur lequel vous vous trouvez, tôt ou tard, vous arriverez à Dieu.(P. John)

En France aujourd'hui: Saint PATROCLE, ermite en Berry    († VIe  s.)

 

Mémoire des saints:

PONTIEN, pape de Rome et martyr († 235)

SÉVERIN, EXUPÈRE et FÉLICIEN,   martyrs à Vienne († 170)

BUDOC, évêque de Dol († VIIe s.)

Mémoire du saint prophète ABDIAS    († IXe s. av. J.-C.)

 

 

En hommage aux familles endeuillées,
en partage avec les Artisans de Paix,
ce petit texte absolument merveilleux...
 
Très fraternellement,
 
Paula Kasparian
Présidente des "Artisans de Paix"
 
 
 

“Vous n’aurez pas ma haine”

Vendredi soir vous avez volé la vie d’un être d’exception, l’amour de ma vie, la mère de mon fils mais vous n’aurez pas ma haine. Je ne sais pas qui vous êtes et je ne veux pas le savoir, vous êtes des âmes mortes. Si ce Dieu pour lequel vous tuez aveuglément nous a fait à son image, chaque balle dans le corps de ma femme aura été une blessure dans son coeur.

Alors non je ne vous ferai pas ce cadeau de vous haïr. Vous l’avez bien cherché pourtant mais répondre à la haine par la colère ce serait céder à la même ignorance qui a fait de vous ce que vous êtes. Vous voulez que j’ai peur, que je regarde mes concitoyens avec un oeil méfiant, que je sacrifie ma liberté pour la sécurité. Perdu. Même joueur joue encore.

Je l’ai vue ce matin. Enfin, après des nuits et des jours d’attente. Elle était aussi belle que lorsqu’elle est partie ce vendredi soir, aussi belle que lorsque j’en suis tombé éperdument amoureux il y a plus de 12 ans. Bien sûr je suis dévasté par le chagrin, je vous concède cette petite victoire, mais elle sera de courte durée. Je sais qu’elle nous accompagnera chaque jour et que nous nous retrouverons dans ce paradis des âmes libres auquel vous n’aurez jamais accès.

Nous sommes deux, mon fils et moi, mais nous sommes plus fort que toutes les armées du monde. Je n’ai d’ailleurs pas plus de temps à vous consacrer, je dois rejoindre Melvil qui se réveille de sa sieste. Il a 17 mois à peine, il va manger son goûter comme tous les jours, puis nous allons jouer comme tous les jours et toute sa vie ce petit garçon vous fera l’affront d’être heureux et libre. Car non, vous n’aurez pas sa haine non plus.

 

 

Il n'y a rien qui soit aussi bénéfique pour l'âme que de se retirer dans le silence en Dieu.(P. John)

Il n'y a rien qui soit aussi bénéfique pour l'âme que de se retirer dans le silence en Dieu.(P. John)

Livre des Proverbes 31,10-31.

Qui peut trouver une femme forte ? Elle a bien plus de valeur que les perles.
Le cœur de son mari a confiance en elle, et les profits ne lui feront pas défaut.
Elle lui fait du bien, et non du mal, tous les jours de sa vie.
Elle recherche de la laine et du lin, et travaille de sa main joyeuse.
Elle est comme le vaisseau du marchand, elle apporte son pain de loin.
Elle se lève lorsqu'il est encore nuit, et elle donne la nourriture à sa maison, et la tâche à ses servantes.
Elle pense à un champ, et elle l'acquiert ; du fruit de ses mains, elle plante une vigne.
Elle ceint de force ses reins, et elle affermit ses bras.
Elle sent que son gain est bon ; sa lampe ne s'éteint pas pendant la nuit.
Elle met la main à la quenouille, et ses doigts prennent le fuseau.
Elle tend la main au malheureux, elle ouvre la main à l'indigent.
Elle ne craint pas la neige pour sa maison, car toute sa maison est vêtue de cramoisi.
Elle se fait des couvertures, le byssus et la pourpre sont ses vêtements.
Son époux est bien connu aux portes de la ville, lorsqu'il siège avec les anciens du pays.
Elle fait des chemises et les vend, et elle livre des ceintures au marchand.
La force et la grâce sont sa parure, et elle se rit de l'avenir.
Elle ouvre la bouche avec sagesse, et les bonnes paroles sont sur sa langue.
Elle surveille les sentiers de sa maison, et elle ne mange pas le pain d'oisiveté.
Ses fils se lèvent et la proclament heureuse ; son époux se lève et lui donne des éloges :
« Beaucoup de filles se sont montrées vertueuses ; mais toi, tu les surpasses toutes. »
Trompeuse est la grâce, et vaine est la beauté ; la femme qui craint Yahweh est celle qui sera louée.
Donnez-lui du fruit de ses mains, et que ses œuvres disent sa louange aux portes de la ville.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 13,44-52.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples cette parabole : le royaume des cieux est semblable à un trésor caché dans un champ. L'homme qui l'a trouvé le cache, et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu'il a et achète ce champ.
Encore : le royaume des cieux est semblable à un marchand qui cherchait de belles perles.
Ayant trouvé une perle de grand prix, il s'en alla vendre tout ce qu'il avait, et il l'acheta.
Encore : le royaume des cieux est semblable à un filet qu'on a jeté dans la mer et qui a ramené des poissons de toute sorte.
Lorsqu'il fut rempli, les pêcheurs le tirèrent au rivage et, s'étant assis, ils recueillirent les bons dans des paniers et rejetèrent les mauvais.
Ainsi en sera-t-il à la consommation du siècle : les anges sortiront et sépareront les méchants d'avec les justes,
et ils les jetteront dans la fournaise du feu ; là seront les pleurs et les grincements de dents.
Avez-vous compris toutes ces choses ? "
Ils lui dirent : " Oui. " Et il leur dit : " C'est pour cela que tout scribe devenu disciple du royaume des cieux ressemble à un maître de maison qui tire de son trésor du neuf et du vieux. "

Jeudi 19 NOVEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Par Saint Vincent de Paul

(1581-1660), prêtre, fondateur de communautés religieuses 
Entretiens ; avis à A. Durand, 1656 (Seuil 1960, p. 320) 


 

« A quoi pouvons-nous comparer le Règne de Dieu ? »

 

N'ayez point la passion de paraître supérieur, ni le maître.

Je ne suis pas de l'avis d'une personne qui me disait, ces jours passés, que, pour bien conduire et maintenir son autorité, il fallait faire voir que l'on était le supérieur.

Ô mon Dieu ! Notre Seigneur Jésus Christ n'a point parlé ainsi ; il nous a enseigné tout le contraire de parole et d'exemple, nous disant que lui-même était venu, non pour être servi, mais pour servir les autres, et que celui qui veut être le maître doit être le serviteur de tous

(Mc 10,44-45)... 

Pour cela, donnez-vous à Dieu, afin de parler dans l'esprit humble de Jésus Christ, avouant que votre doctrine n'est pas vôtre, ni de vous, mais de l'Évangile.

Imitez surtout la simplicité des paroles et des comparaisons que Notre Seigneur fait dans l'Écriture Sainte, parlant au peuple.

Hélas ! quelles merveilles ne pouvait-il pas enseigner au peuple !

Que de secrets n'eût-il pas pu découvrir de la Divinité et de ses admirables perfections, lui qui était la Sagesse éternelle de son Père !

Cependant, vous voyez comme il parle intelligiblement, et comment il se sert de comparaisons familières, d'un laboureur, d'un vigneron, d'un champ, d'une vigne, d'un grain de moutarde.

Voilà comme il faut que vous parliez, si vous voulez vous faire entendre au peuple, à qui vous annoncerez la parole de Dieu. 

Une autre chose à laquelle vous devez faire une attention toute particulière, c'est d'avoir une grande dépendance de la conduite du Fils de Dieu ; je veux dire que, quand il vous faudra agir, vous fassiez cette réflexion :

« Cela est-il conforme aux maximes du Fils de Dieu ? » Si vous trouvez que cela soit, dites :

« À la bonne heure, faisons » ;

si au contraire, dites :

« Je n'en ferai rien. »

De plus, quand il sera question de faire quelque bonne œuvre, dites au Fils de Dieu :

« Seigneur, si vous étiez à ma place, comment feriez-vous en cette occasion ? comment instruiriez-vous ce peuple ? Comment consoleriez-vous ce malade d'esprit ou de corps ? »... 

Cherchons à faire que Jésus Christ règne en nous.


 

Attentats du 13 Novembre 2015 à Paris / Déclaration de Mor Philipose-Mariam, Métropolite de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone / Programme des Prières pour les victimes,la France et les pays touchés par l’horreur du terrorisme

Frères et sœurs en Christ, chers amis. Aloho m'barekh .

Dans la situation tragique qui, à travers les évènements de cette nuit, frappe l'humanité toute entière, soyons unanimes pour rendre un Hommage Universel aux victimes des attentats à Paris . 

J'appelle nos fidèles et amis de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone*  à la prière pour eux, leurs familles, nos bourreaux et la France.

Nous sommes profondément triste et atterré  pour ce qui s'est passé hier soir ! 

Seigneur, prenez pitié de toutes les victimes du Bataclan, des blessés, des mourants, des estropiés, de ceux qui, morts sont en chemin vers Vous l'Auteur de la Vie! 

Seigneur,  pitié pour  la France! Seigneur  pitié pour les djihadistes et tous extrémistes dont les cerveaux sont  conditionnés pour le crime ! "L'Esprit souffle où Il veut" ! Envoyez sur chacun d'eux la lumière de Votre Esprit Saint et vivifiant pour les libérer de cet asservissement criminel de la pensée , les libérer de l’emprise de l’obscurantisme et du fanatisme! 

Assez ! Assez de violence et de morts partout ! Que nous choisissions la Vie !

Vierge Sainte, Reine de France, Saintes et Saints de France et du monde, frères aînés Martyrs contemporains de la Foi et Témoin du Christ Prince de la Paix et de Son vivifiant Evangile, priez pour nous ! 

Mère de Miséricorde, écrasez le serpent sous votre  talon, nous vous en supplions !

Saint Thomas Apôtre des Indes et de ses missions, Saint Iréné, Saint Hilaire et tous les Témoins de l'Evangile d'Amour, de Justice et de Paix, intercédez pour nous !

Nous sommes en communion de pâtir et de prière avec les familles des victimes. 

Nous vous invitons nos fidèles et amis de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone à une grande union de prières pour les victimes, leurs familles, leurs bourreaux et pour la France.

Pensons aux demandes réitérées de la Mère de Miséricorde dans toutes ses apparitions pour revenir en vérité à son Divin Fils.

Pensons à nos frères et sœurs martyrs de par le monde, confions à leurs intercessions d'aînés dans la Foi notre Occident trop souvent apostat...

Face à l'horreur, je me souviens de ce témoignage d'Alexandre Solejenitsine:

"Oublier Dieu mène un pays à la guerre, à la révolution: 

Il y a plus d'un demi-siècle, alors que j'étais encore enfant, je me souviens avoir entendu un certain nombre de personnes âgées offrir l'explication suivante pour les grands désastres qui s'étaient abattus sur la Russie : 

-"Les hommes ont oublié Dieu, c'est pourquoi tout cela est arrivé." 

Depuis lors, j'ai passé à peu près 50 années de travail sur l'histoire de notre révolution; dans ce processus, j'ai lu des centaines de livres, j'ai recueilli des centaines de témoignages personnels, et j'ai déjà contribué par 8 volumes de mes propres mains à l'effort de déblayer la gravats laissés par ce bouleversement. 

Mais si l'on me demandait aujourd'hui de formuler de façon aussi concise que possible la cause principale de la révolution ruineuse qui a englouti quelque 60 millions de nos concitoyens, je ne pourrais pas être plus précis que de répéter: 

"Les hommes ont oublié Dieu, c'est pourquoi tout cela est arrivé."(Soljenitsine)

N'ayons pas peur ! Ne nous laissons pas gagner par la peur, le Christ a vaincu la mort et les forces de mort ! Ne nous laissons pas diviser ! Rangeons nous résolument dans la phalange des Saints, de ceux qui tournent le dos à la mort et à une civilisation mortifère pour se tourner vers la Vie !...
 

Après une Réunion de Prière ce soir à Limoges, je rentrerai dans la nuit au Monastère pour être avec mes frères et conduire des prières publiques pour la France et le monde.

Votre fidèlement dévoué en Notre-Seigneur.

+Mor Philipose Mariam, métropolite.

De Jauldes ce 14.XI.15

 

Prière en temps de guerre et Prière pour la France

 

Suplions le Seigneur!
Kourie Eleison!

 

O Seigneur, Dieu des armées,
Dieu de notre salut, 
Qui, seul fais des miracles,
regarde tes humbles serviteurs
avec miséricorde et bonté,
et dans Ton Amour pour l'humanité, 
écoute-nous, et aie pitié de nous:
car nos ennemis se sont réunis contre nous, 
pour nous détruire et apporter la ruine à nos sanctuaires.

Aide-nous, ô Dieu notre Sauveur, 
et délivre-nous, pour la gloire de Ton Nom,
et que les paroles de Moïse au peuple israélite
s'appliquent à nous: "Voici, restez fermes 
et vous verrez le salut qui vient du Seigneur.
Le Seigneur combattra pour vous."

Oui, Seigneur Dieu, notre Sauveur,
notre force, notre espoir et notre protection,
ne Te souviens pas des dérèglements 
et de l'injustice de Ton peuple, 
ni ne Te détourne de nous dans Ta colère,
mais dans Ta miséricorde et Ta bonté, 
visite Tes humbles serviteurs 
qui se prosternent devant Ta miséricorde; 
Lève-Toi pour venir à notre aide, 
et accorde à nos guerriers triomphe en Ton Nom, 
et pardonne les transgressions
de ceux que Tu as appelés 
à laisser la vie dans la bataille, 
et au jour de Ta juste rétribution, 
donne-leur des couronnes incorruptibles,
Car Tu es la protection et la victoire 
et le salut de ceux qui espèrent en Toi, 
et nous Te rendons gloire, 
Père, Fils et Saint Esprit, 
et maintenant et toujours,
et dans les siècles des siècles.

 

Amîn!

 

Prière pour la France

 


Seigneur Jésus Christ notre Dieu, Toi qui es venu, non pour juger le monde, mais pour le sauver; Toi qui es monté librement sur la Croix pour tous les humains; Toi qui, dans Ton amour ineffable et Ton indicible compassion, veilles au bien et au libre salut de chacun; Toi qui es invisiblement présent dans ton monde et dans notre pays par le Corps de ta sainte Eglise, accepte les prières de supplication et de louange que nous T’adressons pour notre patrie la France, justement mais cruellement éprouvée. Seigneur Jésus Christ notre Dieu, par les prières et la protection de Ta Mère très pure et immaculée, du saint archange Michel, Protecteur de la France, des saints de notre pays, en particulier de notre mère parmi les saints Marie Madeleine Egale-aux-apôtres dont les reliques sanctifient notre sol, de son disciple saint Maximin, de saint Lazare Ton ami, des saints Jean Cassien et Victor de Marseille, Martin de Tours, Irénée de Lyon, Hilaire de Poitiers, Germain d’Auxerre, Germain de Paris; de saint Cloud, sainte Geneviève et sainte Radegonde et de tous les saints moines et moniales de notre pays; des saints et victorieux martyrs Pothin et Blandine de Lyon et de tous les saints martyrs de France : éclaire, inspire, convertis et sauve notre patrie la France, ceux qui la gouvernent et tout son peuple. A nous qui Te supplions dans la vraie Foi, accorde la grâce du non jugement, la conscience libre, la force du Saint Esprit pour témoigner de Ta vérité dans la paix qui vient de Toi. Accorde-nous la grâce de voir nos propres fautes et d’accueillir Ton pardon. Donne-nous de Te glorifier et de Te célébrer pour la bienveillance que Tu manifestes à notre pays, à ceux qui le gouvernent et à tout son peuple. Inspire-nous de Te célébrer en premier lieu pour la révélation que Tu as donnée de toi-même à nos Pères et à ceux qui, en ce jour, sur cette même terre bénie de France, Te confessent avec Ton Père coéternel et Ton très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amen ! 
 

 

Kourie eleison ! Kourie eleison ! Kourie eleison ! 
car Tu es le Dieu de miséricorde, plein d’amour pour les hommes et nous Te rendons gloire, ô Christ notre Dieu, avec Ton Père coéternel et Ton Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles !
Amîn !

 

 

 

 

==================

 

 

 

 

*l'Eglise Syrio-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

+++

 

Programme des Prières pour les défunts, les blessés, les victimes de l’attentat parisien du 13 Novembre à Paris et leurs familles. Prières pour la France et les pays touchés par l’horreur du terrorisme :

 

¤Au Monastère Syriaque :

*Tous les jours jusqu’au 22 Novembre après les Offices 

*Dimanche 22, Messe de suffrage à 10h30

Adresse:

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

¤Dordogne :

*Samedi 21 Novembre, Messe de Suffrage à 10h 30

Adresse:

Sanctuaire marial N-D de la Très Ste Trinité

 Ermitage St Colomban

Puyroudrier

24530 LA CHAPELLE FAUCHER

Tel: 05.45.37.35.13

ou: 06.48.89.94.89

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

¤Charente :

*Dimanche 22 Novembre, Messe de suffrage à 10h 30

Adresse:

Maison Notre-Dame

Le Bourg

16560 JAULDES

Tel: 05.45.37.35.13

ou: 06.48.89.94.89

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

Attentats du 13 Novembre 2015 à Paris / Déclaration de Mor Philipose-Mariam, Métropolite de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone / Programme des Prières pour les victimes,la France et les pays touchés par l’horreur du terrorisme

Echos des nombreux messages de condoléances et  de Sympatie  que nous font parvenir des amis du monde entier (Par ordre d'arrivée):

Dès le 13 dans la nuit , depuis le Kerala pour l'Eglise-mère Malankare Orthodoxe , ceux de Mr G Alexander, Président de l'OCP:

Cher et respecté Éminence.

Nous sommes attristés par les  récentes attaques terroristes à Paris.

Que Dieu ait grande Miséricorde à notre peuple. Je souhaite tout le meilleur pour l'avenir. Chacun d'entre vous sont dans nos prières prayers.  

Nous demandons des prières pour les victimes d'attentats  terroristes.

Que leurs âmes reposent éternellement en paix !

Georges Alexander

***

Extrait des condoléances que nous envoie  Son Eminence Mor Melethius, Métropolite de notre Eglise-mère Malankare Orthoxe à Trisshiur:

 

Votre Eminence, Barekmor
...
En ce qui concerne tot il assassinat tragique de personnes innocentes en France, je suis profondément blessé et prie Dieu qu'Ildonne du courage à tous les citoyens pour faire face à l'une des situations les plus difficiles de son histoire.

Il est triste de constater que ces gens prétendent agir au nom de Dieu. C'est une contradiction. Dieu ne peut être gmorifié par le meurtre de sa propre création. Il n'approuve pas la haine, mais seulement l'amour et  la miséricorde.

Ces gens ne croient pas en Dieu, seulement en eux-mêmes et peuvent être seulement considérées comme des personnes atteintes par une forme de maladie de l'esprit.

En tout cas, je partage la douleur du peuple de votre grand pays.


...
Je présente à Votre Eminence, et votre troupeau dans mes prières devant notre Seigneur
Avec amour et prières fraternelles.
+Mor Melethius 

 

 

***

Depuis le Congo:

 

Eminence.

je viens d'apprendre le deuil qui vous a frappé .

Très peiné par cette
cruelle nouvelle , je vous prie , Monseigneur d'accepter , avec mes
condoléances émues , l'expression de ma très sincère et attristée
sympathie .

Père clément mastaki ,RD.congo .

Jeudi 19 NOVEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Le hashtag #PrayforParis vous indispose ? Voici le message d’une jeune étudiante catholique en réponse à l’article d’un contributeur deLibération.

Cher journaliste,

Vous avez certainement la plume plus habile que la mienne et l’esprit plus aiguisé à cet exercice, mais l’envie de répondre est bien trop forte.

Lorsque les attentats ont frappé la France, lorsque Daesh a revendiqué cet acte, vous oubliez de petites choses anodines.

Vous oubliez que ce prétendu « État islamique » a visé Paris, symbole de la France, qui « porte la bannière de la croix ». Vous oubliez également qu’il n’est nullement fait mention de « Français », de « jeunes », mais de « croisés », comme une réponse aux croisades menées dans des temps anciens contre les « hérétiques » d’alors.

Si vous pensez que « la croix » est une faucille et un marteau, je vous invite à rouvrir vos livres d’Histoire. Pas ceux d’aujourd’hui qui sont affligeants tant ils sont pauvres, mais un vieux Lagarde et Michard qui traîne sûrement dans une bibliothèque.

Car vous parlez de la France laïque, depuis 1905, depuis 1789.
Vous semblez penser que la France a toujours été laïque.
Mais vous semblez oublier que ceci n’est pas la France qui s’est construite en 1789, mais simplement une idée de la République.

Vous oubliez aussi qu’avant 1905, des prêtres ont éduqué les Français, car il n’y avait pas autant d’instituteurs que de nos jours. Ils leur ont appris à lire, écrire, compter et penser suffisamment pour qu’un jour ils rejettent la main qui les avait nourris.

Et la République de 1789… Vous semblez également oublier qu’elle fut fondée par de nombreux déistes, lorsqu’ils n’étaient pas chrétiens. Le culte de l’Être Suprême vous parle-t-il ? Le « Grand Horloger » de Voltaire également ? Robespierre lui-même était déiste, quel culot ! En 1793, la guillotine vous aurait tendu les bras pour avoir tenu de pareils propos !

En parlant de « votre » France de 1789, vous rasez près de 1 789 années d’Histoire, pendant lesquelles la religion chrétienne, catholique, a guidé un peuple et un Royaume.

Reniez-les si cela vous rassure, elles existeront toujours. Tant que Fontainebleau, Versailles, le Louvre et les châteaux de la Loire existeront, tant que la crème Chantilly existera, tant que Notre-Dame et la Sainte Chapelle se dresseront, tant que la France aura ces frontières géographiques.

Reniez cette France aux racines catholiques, mais elle perdure. Des milliers d’Asiatiques déferlant l’été en Île-de-France le comprennent mieux que vous.

Vous oubliez que la France n’est un pays laïque que depuis 110 ans. Une Jeanne Calmant. C’est tout. Avant, ne vous en déplaise, la France a grandi dans un giron chrétien.

En reniant cette France, votre texte rejette le patrimoine français et pour aller plus loin, il rejette les Français dans ce qu’ils ont de plus profond : leur culture, leurs racines, leur Histoire. C’est grave.

En reniant cette France, vous reniez la France

Même si aujourd’hui le culte est moins prépondérant, ce hashtag prouve le besoin de spiritualité des hommes, ce désir qu’ils ont de s’élever bien plus haut que notre basse terre, et qu’ils savent qu’il y a, quelque part, un « Grand Horloger » que l’on peut prier lorsqu’on ne se sent pas bien, lorsqu’on est triste, lorsqu’on a perdu des amis.

En refusant leurs prières, vous refusez leur tristesse, leur deuil.

Vous oubliez également, dans votre petit laïcardisme forcené, que « prier » n’est pas réservé aux catholiques et aux chrétiens qui ont fondé la France moderne.

Prier est aussi valable pour les juifs, les bouddhistes, les païens de toutes sortes. Les rejeter, c’est rejeter des cultures, des identités, des valeurs qui font notre civilisation actuelle, et cette France cosmopolite que vous aimez tant. Et qu’ils viennent d’ici ou d’ailleurs, vous insultez tous ceux pour qui la religion est une culture, une liberté, des racines, un avenir.

Vous faites une erreur fondamentale en pensant que Paris n’est attaquée que pour ses valeurs charnelles et libertines. Vous avez certainement oublié que l’on dit de la France qu’elle est « Fille aînée de l’Église » et qu’en cela, elle est une ennemie pour Daesh. Vous oubliez que c’est la France chrétienne qui est partie en croisades et non une France libertine, prônant le sexe et l’alcool.

Enfin, vous commettez une dernière erreur : aucun croyant n’est obligé de prier. C’est votre cécité laïcarde qui vous empêche de voir cet acte gratuit, bienveillant, généreux, amical de la prière. Laissez-nous prier, comme on vous laisse aller boire un verre en terrasse, pensant qu’il s’agit là d’un acte de bravoure. Cela ne changera rien à votre vie : la preuve, nous n’avez pas changé vos habitudes.

Laissez-nous prier… Vous ne ressentirez rien, sauf peut-être un jour la grâce de comprendre ce que signifie la prière pour des millions de croyants dans le monde, toutes religions confondues.

Donc je ne suis pas d’accord, je n’arrête pas mes prières.

Cela vous fait mal au bide de penser que des milliers de personnes prient pour les victimes ? Cela ne va pas s’arrêter, car la prière est inusable. Il y a même des gens qui ne font que cela toute la journée ! Cela doit être terrible pour vous d’y penser ! Mais ceci fait des millénaires qu’on le fait, et on n’est pas prêts d’arrêter.

J’ai prié pour Paris, pour les victimes, pour la France, pour les terroristes. Maintenant je vous rajoute à ma liste. Ne râlez pas, cela me fait vraiment plaisir et personne ne m’y oblige !

Occupez-vous de votre foie, laissez-moi gérer ma foi.

Baisez, buvez, moi je prie.

Jeudi 19 NOVEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

« Mon Dieu, vous êtes la Bonté en sa source essentielle.

Vous ne la recevez de personne, vous la possédez en même temps que votre être ; elle est votre être même ; vous êtes bon comme vous êtes, autant que vous êtes, aussi longtemps que vous êtes ; vous êtes bon depuis toujours, pour toujours, éternellement, immuablement, infiniment.

Être et être bon, pour vous, cela ne fait qu'un : la bonté c'est votre être et votre être est la Bonté même.

Toute bonté finie vient de votre Bonté infinie, elle en est une dérivation, un ruisselet, une gouttelette.

Elle n'est que ce que vous lui donnez d'être, elle est seulement si elle se rattache à vous, elle cesse dès qu'elle coupe le lien.

Toutes ces bontés finies m'attirent ; je les aime, je voudrais m'en emparer, je les poursuis, je m'épuise à ces poursuites le plus souvent irréalisables, et qui, réalisées, me laissent si vide et si altéré, et je néglige la Réalité sans bornes, pouvant seule me combler et s'offrant à moi.

Pourtant, c'est vous que je désire et recherche en ces formes mêlées ; je les aime uniquement que pour ce qu'elles me représentent de votre seule vraie bonté.

Vous êtes le seul vraiment aimé et désiré, et le mouvement des êtres, partant de ce désir, cesserait si vous cessiez d'être le Bien qui se donne.

Car la bonté, c'est le don de soi.

La Bonté infinie, c'est le don total de soi, sans bornes, sans réserves, ni dans la durée ni dans l'espace ni dans la communication de ce que l'on a et de ce que l'on est.

La Bonté se donne comme le soleil brille, rayonne et éclaire, comme le feu réchauffe, comme la source se répand.

Et vous êtes cette Bonté, ce Don de soi, cette Lumière, cette Chaleur, cette Source répandue.

Et vous m'avez posé en face de vous, moi, petite chose vide, froide, obscure, égoïste, pour accueillir, selon la mesure de mon être possible, votre Être qui est tout cela et veut me combler de lui. »

Dom Augustin Guillerand (1877-1945), Écrits spirituels Tome I (Prière de louange), Benedettine di Priscilla, Roma, 1966.

Jeudi 19 NOVEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

UN MOI MARIAL EN PLEIN "AVENT":

L'Église copte possède un vrai mois marial pendant le temps de l’Avent, le mois de Kiahk, le quatrième mois du calendrier copte. Il prépare la fête de Noël, fête du Christ qui naît et de Marie qui le met au monde.

Le jeûne qui précède Noël dure 46 jours et a une forte coloration mariale. Les Coptes l’appellent le « jeûne de la Vierge » et ils affirment que la Vierge l'aurait pratiqué un mois et demi avant la naissance de son Fils. Ibn Siba au XIVe siècle décrit ainsi la croyance traditionnelle :

« Le jeûne de Noël eut ainsi son origine : Notre Dame, Mère de la lumière, était dans le septième mois et demi de sa grossesse, à la suite de l’Annonciation. (…) Elle prétendait être vierge, et elle avait cependant été trouvée enceinte. Étant donné que de tels reproches étaient continuels, elle jeûna pendant un mois et demi, en pleurant et en se désolant à cause des insultes ».

Les Coptes célèbrent le mois marial avec une veillée nocturne quotidienne qui s'étend sur tout le mois de Kiahk et qui s'ajoute au cours normal de l’office. Pendant cette veillée ils chantent les « Theotokies » et autres textes de la "Psalmodie de Kiahk".(Gabriele Giamberardini dans " Il culto mariano in Egitto" , Jérusamem 1974.)

L'Eglise Russe orthodoxe

fait aujourd'hui (19 novembre) mémoire de  

Saint  PHILARÈTE,

un Métropolite de Moscou1

Saint Philarète fut une des figures les plus marquantes de l'Église russe au XIXe siècle. Né en 1782, à Kolomna, près de Moscou, dans une famille sacerdotale, il fut baptisé sous le nom de Basile. Il entra à l'âge de neuf ans au séminaire local et continua ensuite son instruction ecclésiastique dans le séminaire installé auprès de la Laure de la Trinité-Saint-Serge. Le métropolite de Moscou Platon, qui résidait fréquemment à la Laure, remarqua les aptitudes extraordinaires du jeune séminariste, tant pour l'apprentissage des langues anciennes, quen théologie et poésie, et il le prit sous sa protection. Malgré ses talents, Basile restait pieux, calme et modeste, et jouissait de l'estime générale. Ayant terminé ses études, premier de sa promotion, on lui confia aussitôt l'enseignement du grec, langue qu'il écrivait et parlait couramment, et de l'hébreu. Orateur d'esprit fin, sachant enflammer les âmes d'amour pour la vertu, il fut bientôt désigné comme prédicateur à la Laure et nommé professeur de rhétorique. Son bienfaiteur, le métropolite Platon, qui était considéré comme un grand théologien et orateur, écrivait à son propos: « Moi, j'écris comme un homme, mais lui il écrit comme un Ange. » Encouragé par le Métropolite et après mûre réflexion, accompagnée de luttes intérieures, le brillant professeur fut tonsuré moine, sous le nom de Philarète, et ordonné Diacre quelques jours après (1808). Transféré, un an plus tard, au Séminaire de Saint-Pétersbourg, il y remplit les fonctions d'inspecteur et de professeur de philosophie; et après son ordination sacerdotale, il enseigna, à l'Académie théologique, l'Écriture Sainte, l'Histoire ecclésiastique, le Droit canonique et la Théologie dogmatique. Il continuait de plus sa prédication et sa voix, résonnant dans les grandes cathédrales, attirait de nombreux admirateurs. Il entretenait des relations avec les écrivains illustres de ce temps, comme Pouchkine, qu'il avait réconforté par un admirable poème et qui lui écrivit avec reconnaissance: « Le poète, saisi de frayeur sacrée, écoute religieusement la harpe de Philarète. »

Élevé à la dignité d'Archimandrite à l'âge de trente. ans, il fut bientôt nommé recteur de l'Académie théologique et supérieur d'un grand monastère de Novgorod. Infatigable dans les travaux intellectuels comme dans les responsabilités administratives, il menait ordinairement de front trois ou quatre besognes à la fois. Son disciple, l'archimandrite Photius, le décrit en ces termes: « Il avait toujours le visage clair et joyeux, les yeux perçants, l'air ascétique et sévère, mais agréable; son allure était lente et majestueuse. Sa voix était douce et fine, mais bien claire. Il parlait avec finesse et sagacité, et disposait les étudiants à l'écouter avec entrain, au point d'oublier l'heure du repas. La force, la beauté, la dignité et la gloire de l'Académie théologique étaient alors concentrées en Philarète. » Unissant une rare érudition à une fervente piété, il tâchait de communiquer avant tout à ses auditeurs, ou aux lecteurs de ses ouvrages qui restent des classiques de la littérature orthodoxe, l'"esprit de l'0rthodoxie", c'est pourquoi il fut, dès son vivant, considéré comme un véritable Père de l'Église et surnommé: le "nouveau Chrysostome".

Après avoir reçu la dignité de Docteur en Théologie, Philarète fut consacré Evêque à l'âge de trente-cinq ans seulement (1817). D'abord vicaire du Métropolite de Saint-Pétersbourg, il devint bientôt Archevêque de Tver, puis de Iaroslav et, au bout de cinq ans, il fut élevé au poste de Métropolite de Moscou et de Kolomna, charge qu'il occupa jusqu'à son trépas.

Comme Hiérarque, il administrait son diocèse avec la même énergie, qu'il avait manifestée en tant que recteur de l'Académie. Dès qu'il fut nommé à Tver, par exemple, il parcourut en cent jours cet immense diocèse, en prêchant dans toutes les églises. À la tête du diocèse de Moscou, il oeuvra avec persévérance pour corriger les défauts du Clergé. Exigeant pour la rigueur morale de ses Clercs, il n'hésitait pas à leur infliger des peines canoniques; mais il savait tempérer cette sévérité en subvenant personnellement aux besoins matériels des familles des Clercs suspendus. Travaillant sans relâche, il ne s'accordait jamais de loisirs, et nul ne savait quand il donnait, car quel que fût le moment du jour ou de la nuit auquel son serviteur se présentât, il le trouvait toujours à sa table de travail. Il rédigeait des ouvrages de théologie, des manuels, des articles; mais donnait surtout le meilleur de lui-même en d'admirables sermons2. Il laissa également une immense correspondance, contenant de précieuses instructions sur tous les sujets d'ordre ecclésiastique. Il fut par ailleurs l'initiateur de la traduction en russe de la Bible, tâche de longue haleine, à laquelle il contribua en traduisant lui-même plusieurs livres, et qui ne put être achevée qu'au bout de cinquante ans, à cause de l'opposition du tsar et de certains milieux ecclésiastiques. Et ce fut grâce à son soutien et à sa collaboration que les Startsi du Monastère d'Optino purent publier leurs traductions des Pères de l'Église, qui allaient devenir le moteur d'un grand mouvement de réveil spirituel en Russie (cf. 10 oct. sup.). Sachant consulter ses collaborateurs et recevant avec humilité leurs critiques, le Saint Hiérarque était doux et patient envers ses ennemis et endurait avec tolérance les accusations les plus injustes; mais il se montrait en revanche inflexible quand il s'agissait des Saints Dogmes, des commandements de Dieu ou de la tradition de l'Église. Il employait tous ses revenus à des oeuvres de bienfaisance, s'arrangeant pour que ses bienfaits restent toujours secrets, et c'est avec ses propres ressources que fut construit un grand hospice pour les orphelins et les enfants de familles ecclésiastiques pauvres. A partir de 1819, il devint membre du Saint-Synode. Nulle question n'échappait à sa compétence. On le consultait même quand il n'assistait pas aux sessions; et il ne manquait jamais de donner aux problèmes les plus embrouillés une solution juste et sagement fondée sur les principes canoniques.

Ascète de nature, le Saint Métropolite aimait à se retirer dans la solitude pour se consacrer à la prière et à la contemplation. C'est pour satisfaire cette inclination, qu'il fonda la skite de Gethsémani, près de la Laure de la Trinité, où il passait souvent quelques jours dans une simple cellule monastique. Débordant de charité divine, ses yeux luisaient de larmes, dès qu'il était question d'une bonne oeuvre, de bonne intention ou de bons sentiments. Il s'efforçait d'accomplir tout ce qu'il enseignait aux autres et s'attirait ainsi l'attachement indéfectible de ses fidèles, qui demandaient ses prières, lesquelles étaient souvent couronnées par des Miracles.

Ayant brillé pendant un demi siècle comme un flambeau de la grâce sur la lampe de l'Eglise, Saint Philarète remit en paix son âme à Dieu, le 19 novembre 1867, à l'âge de quatre vingt-cinq ans. Quelques mois auparavant, il avait vu en rêve son père qui lui avait recommandé d'observer la "date du 19!"

1. Il a été glorifié par le Patriarcat de Moscou en 1994. Nous résumons ici sa biog
raphie parue dans Contacts 61 (1968).
2. Un recueil choisi de ces sermons a été traduit en français au siècle dernier par A. Serpinet (Paris, 1866).

Jeudi 19 NOVEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

En plus du shéma de prière que je vous proposais 

ces jours-ci, voici une belle prière proposée 

par Mgr Michel Aupetit, 

évêque Catholique-Romain 

de Nanterre :

Ô Sainte Vierge Marie,

Vous étiez au pied de la Croix le cœur transpercé par la douleur de voir votre Fils Jésus déchiqueté par le fouet, cloué sur la croix où Il devait mourir.

Vous comprenez l’atroce souffrance de ceux qui ont été touchés par la haine aveugle qui vient de s’abattre sur notre pays et sa capitale Paris.

Vous êtes restée debout pour montrer qu’au-delà de l’Amour crucifié il y a l’espérance qui sait que tout ne se termine pas par la mort, que Dieu n’a jamais dit son dernier mot.

Ce mot, c’est le Verbe qui a pris chair en vous pour nous révéler la vérité de Dieu qui est Amour et qui est Vie.

Ô Mère de Miséricorde, venez consoler notre détresse, nous rappeler que la Résurrection de votre Fils a définitivement scellé la victoire de l’amour sur la haine et de la vie sur la mort.

Vous, qui avez recueilli cette phrase de Jésus à son Père : « Pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font », priez pour nous afin que nous arrivions à pardonner sans que l’esprit de vengeance ronge notre cœur.

Enfin, vous qui êtes la Sainte Patronne de la France, que votre prière maternelle nous aide à retrouver et à vivre cet Évangile qui a façonné depuis tant de siècles l’âme de notre pays.

Amen

+ Michel Aupetit

Jeudi 19 NOVEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
Partager cet article
Repost0