Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2018 6 10 /11 /novembre /2018 18:49

 

Par Saint Isaac le Syrien:

Relations avec les calomniateurs:

« Si tu ne peux clore les lèvres de celui qui calomnie ton ami, garde-toi au moins de toute relation avec lui. »

(S. Isaac le Syrien. Discours, 89).)

-------------------------

Quel doit être notre attitude envers les péchés d'autrui?
:
« Aime les pécheurs, en haïssant leurs œuvres. Ne méprise pas les pécheurs à cause de leurs défauts afin de ne pas tomber toi-même dans l'état où ils se trouvent...

N'irrite personne, ne hais personne, pas plus pour la foi 
que pour les mauvaises œuvres...

Ne nourris point de haine pour le pécheur,car tous nous sommes coupables.

Ce sont ses péchés qu'il convient de haïr, tout en priant à son intention si tu veux ressembler au Christ, qui, loin des'indigner contre les pécheurs priait pour eux. » 
(S. Isaac le Syrien. Discours,57, 90)

=========================================

Por São Isaac, o Sírio:

Relações com calúnias:

"Se você não pode fechar os lábios de alguém que difamou seu amigo, mantenha-se pelo menos de qualquer relacionamento com ele. "

(S. Isaac, o sírio, discurso, 89).)

-------------------------

Qual deve ser nossa atitude em relação aos pecados dos outros?
:
"Ama os pecadores, odiando suas obras. Não despreze os pecadores por causa de suas falhas, de modo a não cair no estado em que estão ...

Não irrita ninguém, odeia ninguém, não mais pela fé
apenas para trabalhos ruins ...

Não abrigue ódio ao pecador, pois todos nós somos culpados.

É por seus pecados que você deve odiar orando por Ele, se você quer ser como Cristo, que, longe de indignar-se contra os pecadores, orou por eles. "
(S. Isaac, o sírio, fala, 57, 90)

=========================================
By Saint Isaac the Syrian:

Relations with slanders:

"If you can not close the lips of someone who slanders your friend, keep yourself at least from any relationship with him. "

(S. Isaac the Syrian, Speech, 89).)

-------------------------

What should be our attitude towards the sins of others?
:
"Love sinners, hating their works. Do not despise sinners because of their faults so as not to fall into the state they are in ...

Does not irritate anyone, hate anyone, no more for faith
only for bad works ...

Do not harbor hatred for the sinner, for all of us are guilty.

It is his sins that you should hate while praying for Him if you want to be like Christ, who, far from indignant against sinners, prayed for them. "
(S. Isaac the Syrian, Speech, 57, 90)

=========================================
بقلم القديس اسحاق السوري:

العلاقات مع الافتراءات:

"إذا لم تستطع إغلاق شفاه من يشوه صديقك ، فاحفظ نفسك على الأقل من أي علاقة معه. "

(إسحق إسرائيلي ، خطاب ، 89).

-------------------------

ماذا يجب أن يكون موقفنا تجاه خطايا الآخرين؟
:
"أحبوا الخطاة ، كرهوا أعمالهم. لا تحتقر الخطاة بسبب أخطائهم حتى لا تقع في الدولة التي هم فيها ...

لا تزعج أي شخص ، تكره أي شخص ، لا أكثر للإيمان
فقط للأعمال السيئة ...

لا تأوي الكراهية على الخاطئ ، لأننا جميعًا مذنبون.

إنها خطاياه التي يجب أن تكرهها بينما تصلي من أجله إذا كنت تريد أن تكون مثل المسيح ، الذي صلى من أجلهم. "
(إسحق إسرائيلي ، خطاب ، 57 ، 90)

Saint Jean Chrysostome nous enseigne comment

ne pas divulguer les péchés d'autrui ni prier pour

qu'il leur arrive malheur

 

 

 

AVERTISSEMENT ET ANALYSE.

 

L'homélie qu'il ne faut pas divulguer les défauts de ses frères, précéda d'un jour celle qui a pour sujet qu'il ne faut paf désespérer de soi-même. La date est incertaine.

 

1° et 2° L'Eglise guérit les âmes; elle. ne vend pas ses remèdes; ceux-ci conservent une efficacité qui est toujours la même; ils agissent sur toutes les personnes de bonne volonté, sur les pauvres mieux encore que sur les riches.

— 3°- 4° La richesse et la pauvreté, choses en soi indifférentes, deviennent bonnes ou mauvaises par l'usage que l'on en fait.

— 5° Le démon redouble la vigueur de ses attaques contre nous lorsque nous prions.

— 6°- 9° Je vous parlais hier de la puissance de la prière et voici que la lecture d'aujourd'hui nous fournit une preuve de cette même puissance. La prière a donné un enfant à Isaac dont la femme était stérile. Isaac pria vingt ans. Sarra, Rébecca, Rachel, Elisabeth enfantèrent malgré leur stérilité naturelle afin de préparer .lés hommes à la foi dans l'enfantement, beaucoup plus miraculeux, d'une vierge.

— 10° - 11° C'est faire outrage à Dieu que de demander la punition de nos ennemis.

 

1. Je vous félicite, mes bien-aimés, du zèle qui vous fait tous accourir dans la maison de votre Père ; ce zèle que vous témoignez, est un garant de la santé de votre âme, et nous sommes rempli de confiance; c'est qu'aussi c'est une admirable médecine, que l'enseignement de l'Eglise ; médecine, non du corps, mais de l'âme; médecine spirituelle, qui ne guérit pas les blessures de la chair, mais les péchés de l'esprit. Quel est, pour ces péchés, pour ces blessures, le remède? la doctrine. Ce remède ne se compose pas de plantes arrachées à la terre; mais de paroles descendues du ciel: ce ne sont pas des mains de médecins qui le préparent, c'est la langue des prophètes. Aussi son efficacité se manifeste sans relâche; la longueur du temps ne l'affaiblit pas; la violence des maladies n'en triomphe pas. Les remèdes des médecins sont défectueux de deux manières: au moment où on les applique, ils montrent leur énergie; après un long temps, semblable à des corps que brise la vieillesse, ils deviennent sans force; bien plus, très-souvent, la maladie triomphe des remèdes, qui ne sont que des produits de l'homme. Il n'en est pas de même de la médecine de Dieu; après un long intervalle de temps, le remède conserve toute son énergie propre. Depuis les temps de Moïse (car c'est à lui que commencent les Ecritures), depuis tant d'hommes que le remède a guéris, il conserve encore l'efficacité qui lui est propre. Jamais maladie n'en a triomphé; ce remède ne se vend pas; celui qui montre une volonté sincère, une sainte affection, emporte chez lui le remède dans toute sa vertu. C'est pourquoi riches et pauvres jouissent également de cette médecine. Quand il faut dépenser de l'argent, le riche est seul admis à profiter du remède. Il faut souvent que le pauvre s'en prive , faute de ressources pour se le procurer. Mais ici, comme il n'y a pas à faire de dépense d'argent, qu'il suffit de la foi et de la bonne volonté, celui qui peut faire cette dépense , et se plaît à la faire, tire du remède la plus grande utilité. (268) C'est là le paiement qu'on exige pour cette médecine; et le riche et le pauvre sont admis également à en profiter, ou plutôt ils ne sont pas admis également à ce profit : bien souvent le pauvre en retire une utilité plus grande. Pourquoi? c'est que le riche est préoccupé de mille soucis, l'orgueil le gonfle, son opulence le rend superbe, il passe sa vie dans une majestueuse indolence; il n'a ni application ni zèle; il reçoit d'un air indifférent le remède que lui offre l'Ecriture ; au contraire, le pauvre, qui ne connaît ni les délices, ni le luxe, ni la vie indolente et relâchée, qui passe tous ses jours dans le travail des mains, dans dés fatigues légitimes, en retire un accroissement considérable de sagesse ; il devient plus attentif, plus fort ; il recueille avec plus de soin la parole. Aussi, comme il paye un plus grand prix, il emporte; en se retirant , un profit plus considérable.

2. Mon intention n'est pas, en parlant ainsi, de blâmer, quels qu'ils soient, tous les riches, de vanter quels qu'ils soient, tous les pauvres; car les richesses ne sont pas un mal , ce qui est un mal, c'est l'abus; la pauvreté n'est pas un bien, ce qui est un bien, c'est le bon usage de la pauvreté. Ce riche du temps de Lazare, n'a pas été tourmenté parce qu'il était riche, mais parce qu'il était cruel et sans entrailles. Ce pauvre , porté dans le sein d'Abraham, n'a pas été célébré parce qu'il était pauvre, mais parce qu'il supportait sa pauvreté, en rendant à Dieu des actions de grâces. En effet, parmi les choses (faites attention, je vous en prie, soyez bien appliqués à suivre ce discours; vous pourrez y trouver la sagesse dont vous avez besoin; il pourra chasser loin de vous les pensées mauvaises, vous apprendre à bien juger ce que sont les choses en réalité); donc, parmi les choses, les unes sont naturellement bonnes ; les autres, naturellement mauvaises : il en est qui ne sont ni bonnes, ni mauvaises, mais indifférentes par elles-mêmes. C'est une bonne chose en soi que la piété; une mauvaise chose, que l'impiété; une bonne chose que la vertu, une mauvaise chose que la perversité. Quant à la richesse, quant à la pauvreté, elles ne sont, en soi, ni bonnes ni mauvaises. C'est la volonté des riches ou des pauvres; qui les fait ou bonnes ou mauvaises. Si vous vous servez de votre fortunepour pratiquer la charité, elle devient, pour vous, la matière d'une chose essentiellement bonne; si, au contraire, vous l'employez à faire des rapines , à vous agrandir sans mesure, à commettre des injustices, vous en avez corrompu l'usage; ce n'est pas la faute de la richesse, mais de celui qui l'emploie pour commettre des injustices. Même observation sur la pauvreté. Si vous la supportez noblement, en bénissant le Seigneur, elle devient pour vous une occasion, un moyen d'acquérir des couronnes; si, au contraire, parce que vous êtes pauvres, vous blasphémez le Créateur, si vous accusez sa providence, vous faites servir à mal la pauvreté. Et ici, ce n'est pas à la pauvreté que nous imputerons le blasphème, mais à celui qui ne la supporte pas sagement; car, il est toujours vrai que l'éloge et le blâme ne sont dus qu'à notre intention, à notre volonté. Les richesses sont un bien, mais non d'une manière absolue, un bien, seulement pour celui qui est sans péché. Et maintenant, la pauvreté est un mal, mais non d'une manière absolue: un mal, pour l'impie, parce qu'il ne s'y résigne pas, parce qu'il s'indigne, parce qu'il accuse son Créateur.

3. Donc, n'accusons pas la richesse, ne blâmons pas la pauvreté d'une manière absolue; blâmons seulement ceux qui ne savent pas s'en servir. Quant aux choses, elles sont, d'elles- mêmes , indifférentes. Nous disions donc (il est bon de reprendre notre première pensée), que le riche et le pauvre jouissent avec une égale abondance, avec une égalé con. fiance, de nos remèdes; nous ajoutions que souvent le pauvre se les applique avec un plus grand zèle. La première vertu de ces remèdes, ce n'est pas de guérir les âmes, ce n'est pas de conserver longtemps leur efficacité, ce n'est pas de triompher des maladies, ce n'est pas, d'être gratuitement utiles, également offerte aux riches et aux pauvres; ils ont encore une autre vertu qui ne le cède en rien à ces autres, avantages , si précieux. Quelle est donc cette vertu ? C'est que ceux qui viennent chercher leur guérison, nous ne les faisons pas connaître au public ; les malades qui vont trouver les médecins du monde, ont un grand nombre de spectateurs qui voient leur plaie ; il faut que le médecin la découvre, avant d'y appliquer le remède : ici, on ne procède pas de la même manière, nous voyons des malades sans nombre, et notre cure est secrète. Et en effet; nous ne faisons pas comparaître les pécheurs pour divulguer leurs péchés; nous proposons,  à tous, la doctrine qui leur est commune, et nous laissons à la conscience des auditeurs le (269) soin. de dégager, des paroles entendues, la médecine qui convient, pour chacun , à sa propre blessure. De la langue de l'orateur jaillit la doctrine, qui blâme le vice, célèbre la vertu, réprimande la luxure, recommande la chasteté, accuse l'orgueil, exalte la modestie; c'est comme une médecine variée et multiple, composée de toutes les espèces de remèdes. Maintenant, que chacun prenne ce qui lui convient, ce qui lui est utile, c'est la tâche de chacun des auditeurs. Le discours se montre .donc ouvertement, il entre dans la conscience de chacun, il fait, d'une manière latente, la cure qu'on espère, et plus d'une fois, avant que la maladie ait été divulguée, il a rendu la santé.

4. Hier, assurément, vous avez entendu l'éloge que j'ai fait de la vertu de la prière, le blâme, que j'ai adressé à ceux qui la négligent, et cependant je n'ai montré du doigt personne, d'où il est arrivé, clac tous, ceux d'entre vous qui ont conscience de leur zèle pour prier, se sont appliqué l'éloge qui a été fait de la prière ; et que cet éloge a ranimé leur zèle : que ceux, au contraire, qui ont la conscience de leur négligence, se sont appliqué le reproche, et ont renoncé à leur négligence. Cependant ni les uns ni les autres ne nous sont connus, et ce fait que nous ne les connaissons pas, est utile pour les uns comme pour les autres. J'explique comment : Celui qui a entendu l'éloge de la prière, et qui a la conscience de son exactitude à prier, s'il voyait un grand nombre d'hommes témoins des éloges qu'on lui adresse, tomberait dans l'orgueil ; mais, comme il reçoit l’éloge en secret, il est à l'abri de toute ostentation. D'un autre côté, celui qui a conscience de sa négligence, et qui entend le reproche, se corrige par ce reproche, parce qu'il ne voit aucun témoin de la réprimande qu'il subit; ce qui n'est pas pour lui d'un médiocre avantage. Nous sommes assujettis à l'opinion du vulgaire, et, tant que nous croyons nos fautes ignorées, nous nous sentons le goût de devenir meilleurs; mais , une fois que nos fautes sont connues de tous, que nous perdons la consolation d'être vicieux en secret, alors notre impudence, notre négligence. grandit. Et, de même que les plaies mises à découvert , toujours exposées à l'air froid, s'enveniment; de même l'âme coupable, réprimandée publiquement pour ses fautes, devient plus éhontée. Malheur que notre discours s'est encore secrètement proposé de prévenir. Voulez-vous comprendre toute l'utilité de cette médecine secrète? Ecoutez la parole du Christ : Si votre frère a péché contre vous, représentez lui sa faute; il ne dit pas : En prenant la cité, ni en prenant le peuple à témoin, mais : En particulier, entre vous et lui.(Math. XVIII, 15.) Que l'accusation se produise sans témoin , dit-il, afin que la conversion soit facile. C'est donc un grand bien, que l'exhortation ne soit pas publique; il suffit de la conscience , il suffit de ce juge incorruptible. Vous ne pouvez réprimander le pécheur, comme fait sa propre conscience (car c'est là son accusateur le plus sévère) ; vous ne pouvez non plus connaître aussi exactement ses fautes; n'ajoutez donc pas, aux blessures, une blessure nouvelle, en allant dire partout qu'un tel a péché ; mais exhortez le pécheur, en l'absence de tout témoin. C'est ce que nous faisons nous-mêmes, en ce moment, imitant la conduite de Paul, lorsqu'il accuse, auprès des Corinthiens, un pécheur, en l'absence de tout témoin. Soyezattentifs , voyez comment. Au reste , mes frères, j'ai proposé ces choses sous mon nom, et sous celui d'Apollo. (I Cor. IV, 6.) Or, ce n'était ni lui ni Apollon qui avaient partagé le peuple, qui avaient divisé l'Eglise. Il enveloppe et dissimule l'accusation ; son nom et celui d'Apollo sont comme des masques dont il se sert pour couvrir les coupables, et leur permettre de se corriger de leur méchanceté. Et encore : De peur que Dieu ne m'humilie, et que je ne sois obligé, lorsque je serai revenu chez vous, d'en pleurer plusieurs qui ont déjà péché, et qui ne se sont pas repentis de leurs impuretés, et de leurs fornications. (II Cor. XII, 21.) Voyez comme il désigne d'une manière générale et indéterminée les pécheurs, ne voulant pas qu'une accusation manifeste les expose à montrer plus d'impudence. Eh bien donc ! Si nous administrons les réprimandes en gardant tous ces ménagements, vous, à votre tour, je vous y exhorte, recevez, de votre côté, avec un zèle parfait, la correction qui vous redresse; appliquez-vous, avec soin, à écouter la Parole.

5. Hier, nous vous avons entretenus de la vertu de la prière, je vous ai montré comment, lorsque nous prions, le démon, n'écoutant que sa malice, nous dresse des piéges. En effet, comme il voit due nous retirons de la prière le plus grand profit, c'est alors qu'il nous livre (270) l'assaut le plus formidable, parce qu'il veut nous enlever notre justification, parce qu'il veut nous renvoyer chez nous les mains vides. Voyez ce qui se passe auprès des princes ! si les satellites, si ceux qui font escorte au prince détestent les personnes qui viennent trouver le prince, ils les écartent à coups de verges, leur défendent d'approcher, de lui faire entendre leurs plaintes, d'éprouver les effets de sa clémence. C'est la conduite que tient le démon à l'aspect des hommes qui s'approchent de leur juge; il les en écarte, non à coups de verges, mais en leur inspirant une lâche indolence. Car il sait, il sait parfaitement que, si notre prévoyance, notre vigilance nous approchent du souverain Juge, que si nous confessons nos péchés, que si, dans la ferveur qui nous anime, nous versons des larmes sur nos fautes, nous obtiendrons une grande miséricorde. Dieu est si bon ! voilà pourquoi le démon prend les devants, et pourquoi il nous empêche de nous rencontrer avec Dieu, de l'entretenir; il ne veut pas que nous obtenions rien de ce que nous demandons.

C'est avec violence que les satellites- des magistrats écartent les personnes qui veulent s'approcher d'eux; le démon, au contraire, n'est pas violent, mais trompeur, et c'est à la négligence qu'il nous pousse. Aussi, sommes-nous impardonnables de nous priver nous-mêmes de notre vrai bien. L'ardente prière, c'est la lumière de l'esprit, c'est la lumière de l'âme, lumière qui ne s'éteint pas, lumière éternelle. Aussi le démon jette-t-il dans nos esprits d'innombrables pensées qui nous souillent, des pensées que nous n'avons jamais eues; il choisit le temps de la prière pour les rassembler, pour les verser dans notre âme. Et de même que fréquemment des vents contraires éteignent la lumière d'une lanterne, ainsi, quand le démon voit la flamme de la prière allumée en nous, il ne prend pas de repos qu'il ne l'ait éteinte. Faisons comme ceux qui allument ces lanternes. Que font-ils donc? quand ils voient le vent souffler avec violence, ils mettent le doigt sur le trou de la lanterne pour intercepter l'air. En effet tant que le démon s'élancera sur nous du dehors, nous pourrons résister; mais, si nous lui ouvrons les portes de notre pensée, si nous introduisons l'ennemi dans la place, impossible alors d'opposer la moindre résistance. Notre mémoire complètement éteinte par le démon est comme la lanterne qui n'éclaire plus, qui fume; notre bouche n'exhale plus que des paroles vaines ; mais de même qu'on met le doigt sur le trou de la lanterne, de j même, protégeons notre pensée par la raison, interceptons le passage au malin esprit, pour qu'il n'éteigne pas là lumière de notre prière. Vous êtes-vous bien mis dans la tête ce double exemple, d'une part, des soldats (lui escortent les magistrats; d'autre part, de la lanterne? Si nous vous proposons ces exemples, ici, à là place où nous sommes, c'est afin que, quand vous serez partis d'ici, rentrés chez vous, les objets que vous aurez sous la main, vous rappellent nos paroles. C'est une grande arme que la prière, c'est une grande sécurité.

6. Hier, vous avez entendu comment les trois jeunes hommes chargés de chaînes, ont réprimé la violence du feu, ont foulé aux pieds la flamme, ont vaincu la fournaise, ont triomphé des éléments. Ecoutez maintenant comment ce généreux et grand Isaac a vaincu, par la prière, la nature même de notre corps. Ces trois jeunes hommes ont réduit à néant l'énergie du feu; Isaac aujourd'hui a rompu les lieus qui mutilaient la nature. Apprenez comment il s'y est pris. Isaac,dit le texte, priait pour son épouse , parce qu'elle était stérile. Gen. XXV, 21.) C'est la lecture d'aujourd'hui; l'entretien d'hier était sur la prière, et, aujourd'hui, voici que se rencontre la démonstration de la vertu de la prière. Voyez-vous, comme, par la grâce de l'Esprit qui dispose toutes choses, il arrive que la lecture d'aujourd'hui se rapporté à la lecture d'hier? Isaac priait, dit le texte, pour son épouse Rébecca, parce qu'elle était  stérile. Avant tout, ce qu'il faut chercher, c'est pourquoi elle était stérile. Sa vie était admirable, sa chasteté exemplaire, et son mari lui ressemblait. Nous ne pouvons pas censurer la' vie des personnes justes, nous ne pouvons pas dire que la stérilité soit un effet du péché. Rébecca ne fut pas seule stérile, la mère d'Isaac aussi avait été stérile, Sarra, qui le mit au monde, et non-seulement sa mère, non-seulement son épouse, mais sa belle-fille aussi, Rachel, épouse de Jacob. Que signifie cette foule de femmes stériles? tous ces personnages étaient justes, tous étaient doués de vertus, tous approuvés par le témoignage de Dieu. C'est d'eux en effet qu'il dit : Je suis le Dieu d'Abraham et le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob. (Exode, III, 6.) Paul; en parlant d'eux, s'exprime ainsi : Aussi Dieu ne rougit point d'élire appelé leur (271) Dieu. (Hébr. XI, 10.) Leur éloge se trouve souvent dans le Nouveau Testament, souvent dans l'Ancien. lis étaient à tous égards nobles, illustres, et tous avaient des femmes stériles, et ils ont vécu longtemps sans enfants. Donc, quand vous voyez un mari et une femme passant leur vie dans les prescriptions de la vertu, dans la religion, dans la piété, et sans enfants, gardez-vous de croire que la stérilité soit une punition des péchés. Il y a beaucoup de raisons de la Providence divine que nous ne connaissons pas; nous devons toujours rendre à Dieu des actions de grâces, et il ne faut regarder comme malheureux que ceux qui se souillent par leurs vices, et non ceux qui n'ont pas d'enfants. Souvent Dieu se propose notre utilité même dans les choses qui nous paraissent désavantageuses, mais nous, nous ne voyons pas la cause des événements, c'est pourquoi il faut toujours célébrer sa sagesse. et glorifier son ineffable bonté.

7. Les réflexions présentes peuvent être utiles à nos moeurs, il nous faut toucher ici la cause de la stérilité de ces femmes. Quelle en fut donc la cause? Dieu a. voulu que, quand vous verriez une Vierge enfanter notre Dieu; notre commun Seigneur, vous ne refusiez pas votre foi. Exercez donc votre pensée, réfléchissez sur cette stérilité quand vous voyez celles qui n'étaient pas fécondes, que la nature avait condamnées, démentir la nature et devenir mères, ne vous étonnez pas qu'une Vierge soit devenue mère aussi, disons mieux, soyez toujours pénétrés d'admiration, admirez avec stupeur, mais ne refusez pas votre foi aux miracles. Quand un juif vous dira : comment une vierge est-elle devenue mère? répondez-lui, vous: comment est-elle devenue mère celle qui était stérile et accablée par la vieillesse? Deux obstacles alors; l'âge avancé, l'incapacité de la nature. Dans la Vierge, il n'y avait qu'un obstacle, c'est qu'elle ne connaissait pas le mariage. La femme stérile ouvre donc la voie à la Vierge. Et ce qui vous prouve que c'est là le motif qui fait que l'Ecriture montre d'avance aux hommes, des femmes stériles,que l'Ecriture a voulu assurer votre foi à l'enfantement par une Vierge, écoutez les paroles que lui adresse Gabriel; il vient, et lui dit : Vous concevrez dans votre sein et vous enfanterez un fils à qui vous donnerez le nom de Jésus. (Luc, I, 31.) La Vierge s'étonna , admira, et dit : Comment cela se fera-t-il, car je ne connais point d'homme? Que répond l'ange alors? Le Saint-Esprit surviendra en vous. (Ibid. XXXIV, 35.) Ne vous inquiétez pas de la nature, lui dit-il; puisque ce qui se passe est supérieur à la nature; ne considérez pas le mariage ordinaire, les douleurs de l'enfantement; le mode de la génération présente est supérieur à tous les mariages. Comment cela se fera-t-il, dit-elle, car je ne connais point d'homme? Eh bien ! cela se fera justement parce que vous ne connaissez point d'homme. En effet, si vous aviez connu un homme, vous n'auriez pas été jugée digne de servir à ce ministère. Croyez donc précisément par la raison même qui vous porte à ne pas croire. Quant à ce que je dis, que vous n'auriez pas été digne de servir à ce ministère, ce n'est pas que le mariage soit un mal, mais c'est que la virginité vaut mieux. Il convenait à Notre-Seigneur de prendre, pour son entrée dans le monde, la route la plus auguste; c'est un roi, le roi fait son entrée par la route la plus auguste. Il fallait qu'il fût engendré, et engendré d'une manière différente. Cette double nécessité est satisfaite ici; il naît des entrailles d'une mère, voilà ce qu'il a de commun avec nous; il naît sans qu'il y ait eu mariage, voilà ce qui dépasse notre condition. Etre porté; être conçu dans le sein d'une femme c'est ce qui appartient à la nature humaine, mais maintenant qu'aucun commerce charnel n'ait suscité la conception, c'est un privilège auguste, supérieur à la nature humaine. Voilà donc pourquoi ces deux caractères se montrent dans cette naissance, c'est afin que vous appreniez combien l'enfant qui naît est supérieur à notre nature, et combien, entre notre nature et lui, se rencontrent de liens communs.

8. Et maintenant, considérez la parfaite sagesse qui se manifeste ici; ni cette supériorité si haute n'altère en rien la ressemblance, la parenté qui l'unit à. nous; ni cette parenté que nous avons avec lui, n'obscurcit en rien l'éclat de cette supériorité; ressemblance et supériorité ont parti en toutes choses; d'une part, ressemblance parfaite, d'autre part, complète différence. Quant à ce que j'ai dit, que les femmes stériles ont précédé , afin que l'enfantement d'une Vierge fut accepté par la foi, afin que cette Vierge fût conduite comme par la main, à croire à la promesse qu'elle entendait de la bouche de l'ange : Le Saint-Esprit surviendra en vous, et la vertu du Très-Haut vous couvrira de son ombre; c'est ainsi, dit-il, que vous (272) enfanterez. Ne regardez pas la terre, c'est du ciel que vient la vertu efficace, c'est la grâce de l'Esprit qui opère ; oubliez la nature et les lois du mariage. Toutefois, comme ces paroles dépassaient son esprit, il ajoute une autre démonstration. Considérez comme la stérilité lui sert à produire la foi nécessaire ici. Les paroles qu'il avait prononcées n'étant pas comprises de la Vierge, voyez comme il abaisse son discours pour la conduire à la foi qu'il réclame d'elle, comme il se sert de choses sensibles: Sachez, dit-il, qu'Élisabeth, votre cousine, a conçu aussi elle-même un fils dans sa vieillesse, et voici le sixième mois de la grossesse de celle qui est appelée stérile: (Luc, t, 36.) Comprenez-vous bien que cette stérilité n'a eu lieu qu'en vue de la Vierge? Car pourquoi lui parle-t-il de la grossesse de sa cousine? pourquoi dit-il dans sa vieillesse? pourquoi ajoute-t-il de celle qui est appelée stérile. ? Il employait tous ces moyens pour obtenir la foi due à l'Annonciation. Voilà pourquoi il parle et de l'âge, et du défaut de la nature; voilà pourquoi il a attendu qu'un certain temps se fût écoulé depuis le jour de la conception. En effet, il ne la lui a pas annoncée tout de suite, il a attendu six mois, de manière que la grossesse indiquât la conception , et que la démonstration de cette conception fût incontestable. Et maintenant , considérez encore la sagesse de Gabriel ; il ne lui parle pas de Sarra, ni de Rébecca, ni de Rachel, quoique ces femmes eussent été stériles et fort avancées dans la vieillesse, et que leur fécondité ait été un miracle; mais c'étaient d'anciennes histoires. Or, les faits nouveaux ci de date récente qui arrivent de nos jours, ont beaucoup plus de force que les anciens pour nous persuader à croire au miracle. Voilà pourquoi, laissant de côté ces vieux exemples, Gabriel lui propose celui de sa cousine, pour l'amener à conclure de ce fait ce qui devait lui arriver à elle-même de l'enfantement de sa cousine, le mystère redoutable et vénérable de l'enfantement qui devait, elle aussi, la rendre mère. Cet enfantement d'Élisabeth tient le milieu entre l'enfantement ordinaire et l'enfantement qui produisit le Seigneur; moins merveilleux que l'enfantement virginal, mais plus merveilleux que l'enfantement de nos mères. De sorte qu'Élisabeth était comme un pont qui lui servait à faire passer l'esprit de la Vierge de l'enfantement naturel à l'enfantement qui surpasse la nature.

9. J'aurais bien voulu ajouter encore d'autres réflexions, et vous donner d'autres raisons de la stérilité de Rébecca et de Rachel; mais le temps me presse, et je me hâte de vous montrer la vertu de la prière; car toutes nos digressions ont eu pour but de vous faire comprendre l'efficacité des prières d'Isaac pour faire cesser la stérilité de son épouse, et la longueur du temps qu'ont duré ces prières. Isaac, dit le texte, priait pour Rébecca son épouse, et Dieu l'exauça. (Gen. XXV, 21.) N'allez pas croire qu'il invoqua Dieu et qu'aussitôt il fut exaucé. Il employa beaucoup de temps à prier Dieu. Si vous voulez savoir combien de temps, je vous le dirai d'une manière précise : Vingt ans bien comptés, employés à prier Dieu. Qui le prouve? La suite même des événements. Car l'Écriture, voulant nous montrer la foi, la patience et la sagesse de l'homme .juste, a révélé jusqu'au temps, quoique un peu à mots couverts, pour réveiller nos esprits engourdis. Toutefois, elle n'a pas voulu que l'on pût s'y tromper. Écoutez donc, voyez de quelle manière elle nous a révélé le temps, à mots couverts. Or, Isaac avait quarante ans lorsqu'il épousa Rébecca, fille de Bathuel, le Syrien. (Gen. XXV, 20.) Avez-vous entendu l'âge qu'il avait, quand il se maria? Quarante ans, dit le texte, quand il épousa Rébecca. Maintenant que nous savons son âge, quand il se maria, apprenons aussi à quel âge il eut des enfants, combien d'années il avait quand il engendra Jacob; ce qui nous montrera: combien de temps sa femme est demeurée stérile, et nous fera voir aussi, que; pendant tout ce temps-là, il priait Dieu. Combien d'années donc avait-il quand il engendra Jacob? Jacob, dit le texte, sortit, tenant de sa main le pied de son frère. C'est pourquoi il l'appela Jacob, et l'autre Ésaü. Isaac avait soixante ans lorsque ces deux enfants lui naquirent. (Gen. XXV, 25, 26.) Donc, s'il avait quarante ans quand il épousa Rébecca, et soixante ans, quand ses fils lui naquirent, il est clair que son épouse est demeurée stérile pendant vingt ans, et que, pendant tout. ce temps-là, Isaac priait Dieu.

10. Eh bien! ne rougissons-nous pas, ne sommes-nous pas confondus, quand nous voyons ce juste, pendant vingt ans, attendre, sans perdre l'espoir, tandis que nous, trop souvent, après une ou deux demandes, nous nous décourageons, nous nous indignons; et cependant cet homme juste était en grande faveur auprès de (273) Dieu          il se résignait à voir le don différé; il attendait avec patience; mais nous, souillés de péchés sans nombre, nous en qui habite une conscience tourmentée, nous qui n'avons aucune affection pour le Seigneur, si nous ne sommes pas exaucés avant d'avoir parlé, nous perdons courage, nous nous indignons, nous renonçons à la prière; ce qui fait que, nous nous en allons toujours les mains vides. Quel homme a prié Dieu pendant vingt ans, faisant toujours . la même prière, comme a fait ce juste ? Disons  mieux, quel homme a prié Dieu vingt mois seulement?

Hier, je vous disais qu'il y a beaucoup de personnes qui prient négligemment, en s'étirant les bras, en se retournant sans cesse, montrant, tonte espèce d'inattention lorsqu'elles prient. Mais aujourd'hui, je découvre un autre vice .dans les prières, et bien plus funeste que la négligence. Beaucoup de personnes se prosternent, se jettent par, terre, frappant le sol de leur front, pleurant à chaudes larmes, poussant, du fond de leur poitrine, d'amères gémissements, étendant les mains, montrant un zèle ardent, et se servant de cette ferveur , de cette ardeur passionnée , d'une manière contraire à leur salut. C'est que ce n'est pas parce qu'elles ont péché, que ces personnes prient Dieu ; ce n'est pas le pardon de leurs propres fautes qu'elles lui demandent; ce zèle, elles le déploient tout entier, uniquement contre leurs ennemis, comme ferait celui qui, après avoir aiguisé le glaive, au lieu de l'employer comme il convient, l'en, foncerait dans sa propre poitrine. De même, ces gens-là ne demandent pas que leurs propres péchés leur soient remis; c'est à obtenir la punition de leurs ennemis qu'ils font servir leurs  prières, ce qui est tourner le glaive contre soi-même. C'est une invention du démon, qui veut que nous nous perdions nous-mêmes par tous les moyens, et par notre négligence, et par notre zèle. Car, tandis que les. uns, négligeant la prière, irritent Dieu, parce que leur négligence montre leur mépris, les autres témoignent d'un grand zèle, mais ce zèle, ils l'emploient contre leur propre salut. Un tel, dit le démon, cède à l'indolence, cela me suffit; il n'obtiendra jamais aucun bien; cet autre est plein de zèle, toujours éveillé, que va-t-il arriver de lui ? Je ne peux pas éteindre son zèle, ni le précipiter dans le mépris de la prière; j'emploierai un autre moyen pour le perdre. Quel est donc enfin ce moyen? Je ferai eu sorte qu'il emploie son zèle à violer la loi; car, prier pour qu'il arrive du mal â ses ennemis, c'est violer la loi. Il s'en ira donc de l'église, non-seulementn'ayant tiré aucun profit de son zèle, mais encore ayant subi un plus grand dommage que celui qui résulte de la négligence; voilà les artifices du. démon. Les uns, il les perd par leur négligence; les autres, parleur zèle même, lorsqu'ils n'emploient pas ce zèle conformément à la loi de Dieu.

11. Mais il convient de les entendre un peu, ces prières, ces prières puériles, vraies prières d'enfant; j'ai honte, je l'avoue, de les réciter, mais il est absolument nécessaire de les dire, d'imiter ce langage d'un ignorant mal élevé. Quelles sont donc ces prières? Vengez-moi de mes ennemis, montrez-leur que j'ai Dieu pour moi, moi aussi. Mauvaise manière de montrer, ô homme, que nous avons Dieu pour nous, que de céder ainsi, nous livrer à la fureur, à la colère, à la bile. Si Dieu est avec nous, montrons-le, par notre modestie, par notre douceur, par la perfection de notre sagesse. C'est ainsi que Dieu nous dit : Que votre lumière luise devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes oeuvres, et qu'ils glorifient votre Père, qui est dans les cieux. (Matth. V, 16.) Ne voyez-vous pas que vous faites injure à Dieu, quand, pour nuire à vos ennemis, vous osez prier Dieu? Et comment est-ce lui faire injure, me dit-on? C'est parce que Dieu lui-même a dit : Priez pour vos ennemis. (Ibid. 44.) C'est lui qui nous a donné ce précepte divin. Donc, quand vous priez le Législateur de violer les lois qu'il a faites, quand "vous l'invoquez, afin qu'il- porte des lois contraires à ses propres lois; quand vous adressez à Celui qui vous a défendu de prier contre vos ennemis, votre prière contre vos ennemis, ce n'est pas une prière que vous faites alors, vous ne l'invoquez pas, vous outragez le Législateur, vous irritez Celui qui allait vous accorder lesbiens que l'on recueille de la prière. Et comment; je vous en prie, peut-il se faire que votre prière soit écoutée, quand elle irrite celui qui l'écoute? Car, en prononçant cette prière, c'est votre salut que vous jetez dans un gouffre ; vous tombez dans le précipice, vous qui frappez votre ennemi, sous les yeux mêmes de votre roi. Si vos mains ne le frappent pas, vos paroles le frappent; ce que vous n'osez pas faire contre ceux qui sont des serviteurs comme vous. Essayez, montrez (274) la même audace sous les yeux d'un prince de ce monde; quand vos bonnes œuvres ne se pourraient compter, il vous fera aussitôt conduire à la mort. Comment ! vous n'osez pas, en présence d'un magistrat, outrager votre égal; et vous qui faites cela, en présence de Dieu, dites-moi, vous ne frissonnez pas, et c'est sans crainte que vous prenez précisément le temps de l'oraison et des prières, pour vous abandonner à cette fureur, à ce délire, pour-vous montrer plus pervers que celui qui réclamait les cent deniers? Oui, plus pervers, plus violent; en voulez-vous la preuve, écoutez. Un serviteur devait dix mille talents à ion maître; il ne pouvait pas les lui rendre; il pria son maître de patienter, de ne pas vendre sa femme, sa maison, ses enfants, pour éteindre la dette. (Matth. XVIII, 24 et suiv.) Le maître fut touché de ses gémissements, et lui remit les dix mille talents. Ce serviteur sortit, et en rencontra un .autre, qui lui devait, à lui-même, cent deniers; il le prit à la gorgé, et tes, lui réclama avec une cruauté barbare. Le maître, informé de cette conduite, le fit jeter en prison, et cette dette des dix mille talents qu'il lui avait remise, il l'exigea de nouveau,. et cet homme cruel fut ainsi puni de sa rigueur barbare envers son compagnon.

12. Mais vous, voyez donc. combien vous êtes plus insensés encore, et plus dépourvus de tout sentiment, quand vous priez contre vos ennemis. Cet homme ne demandait pas à son maître de réclamer, il réclamait lui-même les cent deniers; vous, au contraire, vous invoquez le Seigneur,: pour cette réclamation impudente, impie. Cet autre, ce n'était pas sous les yeux de son maître, mais, hors de ses regards, qu'il étouffait son compagnon; vous, an contraire, c'est au moment même de la prière, c'est en la présence de votre roi; que vous commettez une pareille action. Et maintenant, si cet homme qui n'avait pas prié son maître de soutenir sa réclamation, qui l'avait faite, hors de sa présence, n'a obtenu aucun pardon; vous, qui excitez le Seigneur à servir lui-même, votre rigueur sacrilège; vous, qui faites, sous ses yeux, une telle action, quel châtiment n'encourrez-vous pas, répondez-moi? Mais, à la pensée de votre ennemi, votre âme s'embrase, votre poitrine se gonfle, votre coeur se soulève, et il vous est impossible, quand vous vous rappelez le tort qu'on vous a fait, de réprimer votre colère? A ce feu qui vous brûle, opposez le souvenir de vos fautes, et la crainte du jugement à venir. Rappelez-vous tous les comptes que vous devez au Seigneur; les châtiments auxquels ces comptes vous exposent, et la crainte triomphera pleinement de cette colère, car c'est là une affection bien autrement puissante. Rappelez-vous la, géhenne, les peines, les supplices; évoquez ces pensées, dans vos prières, et la pensée de votre ennemi ne vous viendra même pas. Faites-vous un coeur contrit ; humiliez votre esprit, par la conscience de vos fautes, et la colère ne pourra pas vous troubler. Mais voici la cause de tous les vices : nous relevons, avec le soin le plus rigoureux, les péchés des autres, nous ne jetons, sur les nôtres, que des regards nonchalants. C'est tout le contraire qui convient : ne jamais oublier ses fautes, ne jamais penser à celles du prochain. Si nous tenons cette conduite, nous nous rendrons Dieu favorable, nous abjurerons l'immortelle haine contre le prochain; c'en est fait, nous n'avons plus un ennemi; que si, parfois, peut-être, nous en, rencontrons un, vite, nous éteindrons cette haine, et nous obtiendrons, également vite, le pardon de nos propres fautes. Car, de même que celui qui garde le souvenir des injures qu’il a reçues d’autrui, s'oppose, par là, à ce qu'on lui remette les châtiments de ses fautes; de même, qui s'affranchit de sa colère, s'affranchit également, et vite, de ses péchés. Car si nous, méchants, esclaves .de la colère, nous oublions, pour obéir au  commandement de Dieu, tous les péchés commis envers nous, à plus forte raison, le Dieu qui nous aime, le Dieu de bonté, le Dieu de pureté, le Dieu qu'aucune passion ne trouble, fermera les yeux sur nos fautes, et nous récompense de notre charité envers le prochain, en nous accordant notre pardon. Puissions-nous tous l'obtenir, par la grâce, et par la bonté de Notre-Seigneur Jésus-Christ, à qui appartient la gloire et la puissance, dans les siècles des siècles ! Ainsi soit-il.

 

Traduction de M. C. PORTELETTE

 

Le dimanche du « Renouveau de l’Eglise » (Hoodhosh Eetho)

Est célèbré après "Koodhosh Eetho" (Du renouveau de l'Eglise) .

Saint Qurbana

    • Apocalypse 3:14-22 :
  • 14 À l’ange de l’Église qui est à Laodicée, écris : Ainsi parle celui qui est l’Amen, le témoin fidèle et vrai, le principe de la création de Dieu :
  • 15 Je connais tes actions, je sais que tu n’es ni froid ni brûlant – mieux vaudrait que tu sois ou froid ou brûlant.
  • 16 Aussi, puisque tu es tiède – ni brûlant ni froid – je vais te vomir de ma bouche.
  • 17 Tu dis : « Je suis riche, je me suis enrichi, je ne manque de rien », et tu ne sais pas que tu es malheureux, pitoyable, pauvre, aveugle et nu !
  • 18 Alors, je te le conseille : achète chez moi, pour t’enrichir, de l’or purifié au feu, des vêtements blancs pour te couvrir et ne pas laisser paraître la honte de ta nudité, un remède pour l’appliquer sur tes yeux afin que tu voies.
  • 19 Moi, tous ceux que j’aime, je leur montre leurs fautes, et je les corrige. Eh bien, sois fervent et convertis-toi.
  • 20 Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi.
  • 21 Le vainqueur, je lui donnerai de siéger avec moi sur mon Trône, comme moi-même, après ma victoire, j’ai siégé avec mon Père sur son Trône.
  • 22 Celui qui a des oreilles, qu’il entende ce que l’Esprit dit aux Églises.
    •  
    • Hébreux 9: 1-14 :
  • 01 La première Alliance avait donc ses préceptes pour le culte ainsi que son Lieu saint dans ce monde.
  • 02 Une tente y était disposée, la première, où se trouvaient le chandelier à sept branches et la table avec les pains de l’offrande ; c’est ce qu’on nomme le Saint.
  • 03 Derrière le second rideau, il y avait la tente appelée le Saint des saints,
  • 04 contenant un brûle-parfum en or et l’arche d’Alliance entièrement recouverte d’or, dans laquelle se trouvaient un vase d’or contenant la manne, le bâton d’Aaron qui avait fleuri, et les tables de l’Alliance ;
  • 05 au-dessus de l’arche, les kéroubim de gloire couvraient de leur ombre la plaque d’or appelée propitiatoire. Mais il n’y a pas lieu maintenant d’entrer dans les détails.
  • 06 Les choses étant ainsi disposées, les prêtres entrent continuellement dans la première tente quand ils célèbrent le culte.
  • 07 Mais dans la deuxième tente, une fois par an, le grand prêtre entre seul, et il ne le fait pas sans offrir du sang pour lui-même et pour les fautes que le peuple a commises par ignorance.
  • 08 L’Esprit Saint montre ainsi que le chemin du sanctuaire n’a pas encore été manifesté tant que la première tente reste debout.
  • 09 C’est là une préfiguration pour le temps présent : les dons et les sacrifices qui sont offerts ne sont pas capables de mener à la perfection dans sa conscience celui qui célèbre le culte ;
  • 10 ces préceptes, liés à des observances pour les aliments, boissons et ablutions diverses, concernent seulement la chair et ne sont valables que jusqu’au temps du relèvement !
  • 11 Le Christ est venu, grand prêtre des biens à venir. Par la tente plus grande et plus parfaite, celle qui n’est pas œuvre de mains humaines et n’appartient pas à cette création,
  • 12 il est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire, en répandant, non pas le sang de boucs et de jeunes taureaux, mais son propre sang. De cette manière, il a obtenu une libération définitive.
  • 13 S’il est vrai qu’une simple aspersion avec le sang de boucs et de taureaux, et de la cendre de génisse, sanctifie ceux qui sont souillés, leur rendant la pureté de la chair,
  • 14 le sang du Christ fait bien davantage, car le Christ, poussé par l’Esprit éternel, s’est offert lui-même à Dieu comme une victime sans défaut ; son sang purifiera donc notre conscience des actes qui mènent à la mort, pour que nous puissions rendre un culte au Dieu vivant.
    •  
    • Saint-Jean 10: 22 à 38 :
  • 22 Arriva la fête de la dédicace du Temple à Jérusalem. C’était l’hiver.
  • 23 Jésus allait et venait dans le Temple, sous la colonnade de Salomon.
  • 24 Les Juifs firent cercle autour de lui ; ils lui disaient : « Combien de temps vas-tu nous tenir en haleine ? Si c’est toi le Christ, dis-le nous ouvertement ! »
  • 25 Jésus leur répondit : « Je vous l’ai dit, et vous ne croyez pas. Les œuvres que je fais, moi, au nom de mon Père, voilà ce qui me rend témoignage.
  • 26 Mais vous, vous ne croyez pas, parce que vous n’êtes pas de mes brebis.
  • 27 Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais, et elles me suivent.
  • 28 Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront, et personne ne les arrachera de ma main.
  • 29 Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tout, et personne ne peut les arracher de la main du Père.
  • 30 Le Père et moi, nous sommes UN. »
  • 31 De nouveau, des Juifs prirent des pierres pour lapider Jésus.
  • 32 Celui-ci reprit la parole : « J’ai multiplié sous vos yeux les œuvres bonnes qui viennent du Père. Pour laquelle de ces œuvres voulez-vous me lapider ? »
  • 33 Ils lui répondirent : « Ce n’est pas pour une œuvre bonne que nous voulons te lapider, mais c’est pour un blasphème : tu n’es qu’un homme, et tu te fais Dieu. »
  • 34 Jésus leur répliqua : « N’est-il pas écrit dans votre Loi : J’ai dit : Vous êtes des dieux ?
  • 35 Elle les appelle donc des dieux, ceux à qui la parole de Dieu s’adressait, et l’Écriture ne peut pas être abolie.
  • 36 Or, celui que le Père a consacré et envoyé dans le monde, vous lui dites : “Tu blasphèmes”, parce que j’ai dit : “Je suis le Fils de Dieu”.
  • 37 Si je ne fais pas les œuvres de mon Père, continuez à ne pas me croire.
  • 38 Mais si je les fais, même si vous ne me croyez pas, croyez les œuvres. Ainsi vous reconnaîtrez, et de plus en plus, que le Père est en moi, et moi dans le Père. »

 

"Avec le corps du Christ, nos corps sont ce temple… Laissez-vous construire dans l'unité, pour ne pas tomber en ruine en restant séparés."

Par Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et père de l'Église 
Sermon Morin n°3, 4 ; PLS 2, 664 (trad. Solesmes, Lectionnaire, t. 3, p. 916 rev.) :

Salomon, parce qu'il était prophète, a fait un temple de pierre et de bois…pour le Dieu vivant qui a fait le ciel et la terre, et dont la demeure est aux cieux…

Pourquoi Dieu a-t-il demandé qu'un temple soit bâti ? Était-il privé de demeure ?

Écoutez le discours d'Étienne, au moment de sa Passion : 
-« Salomon, dit-il, lui construisit une maison, mais le Très-Haut n'habite pas les temples faits de main d'homme » (Ac 7,48).

Pourquoi dès lors a-t-il bâti ou fait bâtir un temple ?

Pour préfigurer le corps du Christ.

Le premier temple n'était qu'une ombre (Col 2,17) : 
quand la lumière vient, l'ombre s'enfuit.

Cherches-tu maintenant le temple construit par Salomon ?

C'est une ruine que tu trouves. Pourquoi ce temple n'est-il que ruine ?

Parce que la réalité qu'il annonçait s'est accomplie.

Le vrai temple, le corps du Seigneur, est tombé aussi, mais il s'est relevé, et si bien relevé qu'il ne pourra jamais plus tomber…

Et nos corps à nous ?

Ils sont membres du Christ.

Écoutez saint Paul : 
-« Ne savez-vous pas que vos corps sont les membres du Christ ? » (1Co 6,15) Lorsqu'il dit : « Vos corps sont les membres du Christ », qu'est-ce à dire, sinon que nos corps, joints à notre tête qui est le Christ (Col 1,18), font ensemble un temple unique, le temple de Dieu ?

Avec le corps du Christ, nos corps sont ce temple… Laissez-vous construire dans l'unité, pour ne pas tomber en ruine en restant séparés.

 

PRIÈRE A SAINT MARTIN

Saint Martin dont l'âme, à peine régénérée par le baptême, soupirait après la solitude et le recueillement;
toi qui cherchais près d'Hilaire la connaissance exacte de la religion et de ses devoirs,
communique à nos âmes cette soif ardente de la vérité et ce besoin de vie intime avec Dieu;
fais qu'au milieu des tracas de la vie nous sachions trouver Dieu à l'heure de la prière
et que notre ferveur rachète les faiblesses de notre nature déchue,
afin que commence dès ici-bas cette bienheureuse union que nous espérons mériter par ton entremise pour l'éternité. Amen.
( Extrait du livret-calendrier de prière de l'Avent et de Noël)

"Béni soit le Seigneur ! "

Dimanche, 11 Novembre, nous fêtons saint Martin, Messe pour la France à JAULDES (16)

Rappelons que Martin de Tours est le saint protecteur de notre pays, il est fêté le 11 novembre.

 

 

 

 

La litanie de saint Martin – Dicamus omnes : Domine, miserere

(Source: https://schola-sainte-cecile.com/  )

 

Quelques diocèses français conservèrent pieusement jusqu’à la Révolution (ou même jusqu’au début du XIXème siècle) le chant d’une litanie qui commence par l’invitation Dicamus omnes et dont la saveur antique du texte est indéniable (on y prie pour l’empereur et l’armée romaine) et qu’on peut remonter de ce fait au IVème.

Cette litanie est probablement l’un des rares reliefs de l’ancien rit des Gaules qui a échappé à la suppression décidée par Pépin le Bref et Charlemagne en faveur du rit romain. Elle est connue dans des formes similaires dans les rits voisins de l’ancien rit des Gaules :

  • à Milan dans le rit ambrosien, où cette litanie est encore aujourd’hui chantée les dimanches de Carême pairs au début de la messe,
  • en Irlande dans l’ancien rit celtique, où elle était chantée entre l’épître et l’évangile.

Du reste, le Missel de Stowe (Manuscrit Dublin, Royal Irish Academy, D ii 3, f° 16) datant de la fin du VIIIème siècle, le plus précieux témoin de l’ancienne liturgie celte d’Irlande, nous apprend le nom de l’auteur de cette litanie en l’appelant « Deprecatio Sancti Martini pro populo »  « Prière de saint Martin pour le peuple ». Cette importation d’une prière gallicane dans la liturgie celtique s’explique assez bien par les liens étroits entre le monachisme irlandais et le monachisme martinien.

La "Deprecatio Sancti Martini pro populo" du Missel de Stowe (fin du VIII<sup>ème</sup> siècle.

La « Deprecatio Sancti Martini pro populo » du Missel de Stowe (fin du VIIIème siècle.

L’attribution de cette prière litanique à saint Martin – l’Apôtre des Gaules, l’évêque de Tours et l’un des Pères du monachisme dans notre pays, né en Pannonie en 316, mort à Candes en Gaule le 8 novembre 397 – est parfaitement plausible : la saveur tout entière du texte nous ramène bien en effet « à l’époque où César régnait sur le monde ». Sans être un décalque strict des litanies diaconales orientales, byzantines en particulier, (en tout cas dans leur état actuel), la grande parenté des expressions usitées indique que le texte de la litanie de saint Martin est probablement une traduction et/ou une reformulation d’un modèle litanique originellement grec. La réponse du peuple est comme en Orient « Kyrie eleison », l’acclamation est ici toutefois traduite en latin : « Domine miserere » (ou dans la version celtique du Missel de Stowe « Domine exaudi et miserere ».

Voici le chant noté de la litanie de saint Martin tiré du Processional de Laon (Processionale Laudunense) de Jean-François-Joseph de Rochechouart, évêque duc de Laon (1755) : il conserve encore en plein milieu du XVIIIème siècle toute la beauté de la cantilène diaconale primitive, en mode de mi (IIIème ton et son antique chant du Domine miserere, le Kyrie eleison en latin. La litanie de saint Martin, qui devait former la prière diaconale de l’antique rit des Gaules (et qui devait probablement être chantée au tout début de la messe, comme la grande ecténie de paix du rit byzantin, et les litanies des dimanches de Carême du rit ambrosien), a pu survivre aux suppressions carolingienne, intégrée désormais comme d’autres textes de l’ancienne liturgie des Gaules parmi les chants des rogations, processions tenues les trois jours qui précèdent l’Ascension. Ces prières des rogations, originaires de Vienne en Provence au Vème siècle, étaient un trait proprement gallican curieusement passé par la suite dans l’usage de Rome.

Litanie de saint Martin de Tours - première partie

Litanie de saint Martin de Tours - seconde partie

Litanie de saint Martin de Tours - troisième partie

Voici le texte et la traduction de la litanie de saint Martin selon ce Processional de
Laon de 1755 :

V. Dicamus omnes, Domine, miserere. V. Disons tous : Seigneur, aie pitié.
R/. Domine, miserere. R/. Seigneur, aie pitié.
V. Ex toto corde, & ex tota mente, adoramus te. V. De tout notre cœur, & de tout notre esprit, nous t’adorons.
R/. Domine, miserere. R/. Seigneur, aie pitié.
V. Pro stabilissima pace, & prospera Imperii constitutione, supplicamus te. V. Pour la paix la plus durable, & une situation prospère pour l’Empire, nous te supplions.
R/. Domine, miserere. R/. Seigneur, aie pitié.
V. Pro Congregatione Catholica, quæ est in hoc loco constituta, invocamus te. V. Pour l’Eglise Catholique, qui est établie en ce lieu, nous t’invoquons.
R/. Domine, miserere. R/. Seigneur, aie pitié.
V. Pro imperatore nostro, & omni exercitu ejus, Rex regum. V. Pour notre empereur, & pour toute son armée, Roi des rois.
R/. Domine, miserere. R/. Seigneur, aie pitié.
V. Pro aëris temperie, & fructibus ac fœcunditate terræ, largitor bone. V. Pour la salubrité de l’air et des fruits et pour la fécondité de la terre, bon dispensateur des biens.
R/. Domine, miserere. R/. Seigneur, aie pitié.
V. Pro Civitate ista, & conservatione ejus, deprecamur te. V. Pour cette cité et sa préservation, nous te prions
R/. Domine, miserere. R/. Seigneur, aie pitié.
V. Pro his qui infirmantur & diversis languoribus detinentur, sana eos. V. Pour ceux qui son infirmes et ceux sont atteints de diverses maladies, guéris-les.
R/. Domine, miserere. R/. Seigneur, aie pitié.
V. Pro remissione peccatorum, & emendatione eorum, invocamus te. V. Pour la rémission des péchés, & leur correction, nous t’invoquons

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

Où nous trouver ? 

Grande Paroisse NORD-OUEST et NORD-EST (Paroisse Cathédrale N-D de Miséricorde):

 

NORMANDIE :

CHANDAI (61) et CHAISE-DIEU DU THEIL (27):

 

* Le Sanctuaire Marial de la

Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

Messe journalières en semaine à 10h30

 

Tous les dimanches, Messe à 10h30 et permanence constante de prêtres  pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

(Liturgie de St Jacques dite "d'Antioche-Jérusalem") 

Tel: 02.33.24.79.58 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

Maison Ste Barbe 
(Siège de l'Ass Caritative CARITAS E S O F)

15 Rue des 3 Communes
27580 CHAISE-DIEU DU THEIL

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

* Relais Paroissial St Michel

S/ Mme H MARIE, 43 Rue de la Marne

14000 CAEN.Tel: 02.33.24.79.58

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

Le 30 de chaque mois, Permanence pastorale de 8h30 à 19h (Sur R.D.V) chez Mme Henriette Marie, 43, Rue de la Marne à CAEN. Tel 06.33.98.52.54 . (Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) . 

-+-

Grande Paroisse "NOUVELLE AQUITAINE" , OCCITANIE (N-D de la Très Sainte Trinité) :

 

NANTES:

 

*Groupe de prières et "relais paroissial" St Charbel

18h, Messe le 2ème jeudi de chaque mois et permanence régulière d'un prêtre Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) de 9h à 17h (06.48.84.94.89 ).

ANGOULÊME (Jauldes):

*Paroisse N-D de Toutes Grâces et St Ubald

MAISON NOTRE-DAME
66,Place Schoeneck, LE BOURG
16560 JAULDES

Tel: 05.45.37.35.13
* Messe les 2èmes et  4èmes Dimanches de Chaque mois à 10h30 suivies d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

* Possibilité de prendre Rendez-vous avec le prêtre la semaine suivant le 2éme dimanche du mois ainsi que pour les visites aux malades et à domicile.

Permanence régulière d'un prêtre pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

PERIGUEUX (La Chapelle Faucher):

*Paroisse Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front


ERMITAGE ST COLOMBAN*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530
 LA CHAPELLE FAUCHER.

Tel:05.45.37.35.13

 * Messe le 4ème samedi de Chaque mois à 10h30 et permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISMES, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

 

LOURDES:

*Relais paroissial St Gregorios de Parumala

 * Messes épisodiques ( en fonction des besoins des fidèles) à 10h30

20 Rte de Pau

-+-

CAMEROUN, PAKISTAN ET BRÉSIL:

Pour obtenir les adresses du Monastère de YAOUNDÉ,

des paroisses et "relais paroissiaux de Doula, Yaoundé, Elig Nkouma, Mimboman, Bertoua, Monabo, veuillez les demander au Monastère Métropolitain. De même pour les Paroisses du Brésil et du Pakistan: 

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

Prochains Rendez-Vous

 

 

Liturgiques de

 

Novembre et Décembre

 

2018:

*Messes tous les dimanches au Monastère.

*En Semaine Services Liturgiques réguliers.

Dimanche 10, Messe à 10h30 suivie d'un repas fraternel,
programme habituel.

*Tous les 22,, Petit Pèlerinage autour des reliques de St Charbel et Sainte Rita

*Tous les 29, Petit Pèlerinage à Saint Michel Archange 

*Samedi 17 Novembre: Journée mariale réservée aux confessions et Onctions des malades (Prières de délivrances et de guérison, etc...) Messe à 10h30 .

*Dimanche 18 Novembre, MESSE POUR LA FRANCE au Monastère.

 

*Vendredi 30 NOVEMBRE et Samedi  1er DÉCEMBRE,Permanence Pastorale à Paris

Ramassage des fidèles de Région Parisienne pour le Pèlerinage mensuel en Normandie à 15h (Retour sur Paris le dimanche après-midi) 

 

*Dimanche 2 DÉCEMBREPèlerinage mensuelle à la Mère de Miséricorde et aux saints du kerala.

 

 Messe au Monastère à 10h30, suivie du repas fraternel (A G E des Association Diocésaine et Caritative), réception des fidèles... 

 

 

"NOEL, NOEL, CHANTONS-TOUS NOEL !"

Le Dimanche 23 Décembre à JAULDES (Angoulême)

Possibilité de ramassage des fidèles de Région Aquitaines qui voudraient passer Noël au Monastère

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

Ne restez pas seul pour les Fêtes

 

-+-

NANTES (Relais Paroissial et Groupe de Prière Saint Charbel):

¤ JEUDI 8 NOVEMBRE et 13 DÉCEMBRE , ¨permanence pastorale de 9h à 17h30, MESSE à 18h. Vendredi 12, Visites aux malades et bénédiction des lieux entre Nantes et Charentes.

==============================


# Paroisse d'Aquitaine et Sud-Ouest

ANGOULÊME (Jauldes):

¤ DIMANCHES 11 MESSE POUR LA FRANCE à Jauldes (Cérémonie au Monument aux "Morts pour la France" et Sainte Messe à la  Chapelle de la "Maison Notre-Dame"

et 25 NOVEMBRE, 9 et 23 DÉCEMBRE. Programme habituel.

ANGOULÊME (Jauldes):

MAISON NOTRE-DAME
66,Place Schoeneck, LE BOURG
16560 JAULDES. Tel:05.45.37.35.13

 

PÉRIGUEUX (La Chapelle Faucher)
¤SAMEDI  24 NOVEMBRE et 22 DÉCEMBRE
*10h30, Messe, suivie d'un repas fraternel,réception des fidèles

 

Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front
ERMITAGE ST COLOMBAN*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530 LA CHAPELLE FAUCHER. Tel:05.45.37.35.13

++++++++++++++++++++++++++

Ou trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

 

Comment recourir aux services de prêtres compétents, formés et expérimentés appartenant à l'un ou l'autre Monastère d'une Eglise Orthodoxe-Orientale.(Tradition Syriaque Orthodoxe des Indes/ Malankare)

_____________________________________________________

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

   

"L'avenir est dans la paix, il n'y a pas d'avenir sans paix"

 

 

"The future is in peace, there is no future without peace"

 

"O futuro está em paz, não há futuro sem paz"  

 

(SS Ignatius Aprem II)

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

Note:

 

Eglise locale fondée grâce à l'élan missionnaire de l'Eglise Syrienne Orthodoxe des Indes (Malankare), notre Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles, nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non obligatoires.Toute offrande fait cependant l'objet d'une déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° du montant de votre don). 
Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, moniale ( 06.17.51.25.73).

-------------------------------------------------------------

Nota:

Igreja local fundada pelo impulso missionário da Igreja Síria Ortodoxa da Índia (Malankara), nossa Igreja siro-Orthodoxe- Francophone é uma igreja ortodoxa-Leste.

O Mosteiro siríaco é um Centro de oração para a unidade das Igrejas Apostólicas, unanimidade de Christian Witness ea paz mundial.

¤ Permanência pastoral em vários região da França para: Acompanhamentos espirituais, sacramentos Sacramental (bênçãos, orações de libertação ou exorcismo, orações de cura) ...

Para o serviço pastoral para o Mosteiro como a casa dos fiéis para estadias curtas ou retiros espirituais, não requer qualquer fixo.

As ofertas são livres e não obligatoires.Toute oferecendo ainda sido deduzido do seu rendimento tributável à alíquota de 66 ° / ° de sua renda).
Denominar todas C B na seguinte ordem "S S M E Metropolis"

Para os sírio-ortodoxos Capelania francófonos africanos que vivem na França, entre em contato com as cabeças: Mor Philipose Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitan e irmã Marie-Andre M'Bezele, freira (06.17.51.25.73).

-----------------------------------------------------------------

Note:

A local church founded on the missionary impulse of the Syrian Orthodox Church of India (Malankare), our Syro-Orthodox-Francophone Church is an Eastern Orthodox Church.

The Syriac Monastery is a Center of Prayer for the unity of the Apostolic Churches, the unanimity of the Christian Testimony and the peace of the world.

¤ Pastoral permanence in various regions of France for: Spiritual accompaniments, Sacraments, Sacramentals (Blessings, Prayers of deliverance or exorcism, prayers of healing) ...

For the pastoral services rendered to the Monastery as the reception of the faithful for short stays or spiritual retreats, we do not require any fixed.

The offerings are free and not obligatory. However, any taxable income is deducted from your taxable income of 66% of your income.
Write all C B 

CONFIER DES INTENTIONS DE PRIÈRE AU MONASTÈRE , C'EST SIMPLE...

Icon of The Last Supper. Jesus and St. John.:

Le Moine ne rompe pas la solidarité profonde qui doit unir entre eux les frères humains… Ils se conforment aux sentiments du Christ Tête de l'Eglise, le "premier né d'une multitude de frères" et à Son amour pour tous les hommes…

A travers les prières monastiques, c’est toute l’Eglise qui prie et intercède pour l’humanité.

Le savez-vous ? Chacun de vous, dans le secret de son existence, participe à cet immense courant de prière souterraine qui irrigue le monde…

Si vous le souhaitez, vous pouvez nous confier une intention de prière en l'envoyant à l'adresse suivante:

--------------------

DÃO AS INTENÇÕES DE ORAÇÃO mosteiro é
SIMPLES ...

O monge não quebrar a profunda solidariedade que deve unir-los irmãos humanos ... Eles devem respeitar os sentimentos de Cristo Cabeça da Igreja, o "primogênito entre muitos irmãos" e seu amor por todos os homens ...

Através das orações monásticas é toda a Igreja que reza e intercede pela humanidade.

Você sabia? Cada um de vocês, no segredo da sua existência, participa nesta oração subterrâneo imenso poder que irriga o mundo ...

Se desejar, você pode confiar uma intenção de oração, enviando-o para o seguinte endereço:

---------------------

GIVING INTENTIONS OF PRAYER TO THE MONASTERY IS
SIMPLE...

The Monk does not break the deep solidarity that must unite the brothers

Human beings ... They conform to the sentiments of Christ Head of the Church, the

"The firstborn of a multitude of brothers" and His love for all men ...

Through monastic prayers, the whole Church prays and intercedes for

humanity.

Do you know ? Each of you, in the secret of his existence, participates in this

Immense current of underground prayer that irrigates the world ...

If you wish, you can entrust us with an intention of prayer by sending it to the following address:

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn

Partager cet article
Repost0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone - dans Tradition Syriaque orthodoxie-orientale
6 novembre 2018 2 06 /11 /novembre /2018 14:40

"NOEL, NOEL, CHANTONS-TOUS NOEL !"

Le Dimanche 23 Décembre à JAULDES (Angoulême)

Possibilité de ramassage des fidèles de Région Aquitaines qui voudraient passer Noël au Monastère

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

Ne restez pas seul pour les Fêtes

 

de la Nativité ! 

Do not stay alone for the holidays of the Nativity!

 

Si vous avez peu de moyens pour fêter décemment Noël en

 

famille, grâce au partage c'est possible !

 

Venez fêter la Nativité au Monastère en famille !

If you have few resources to decently celebrate Christmas with family,
through shared it's possible! Come celebrate the Nativity
Monastery family!

 

Si vous n'êtes pas en famille, retrouvez-vous, du moins, ,en communion avec

les Chrétiens d'Orient, avec vos frères Chrétiens Syro Orthodoxes francophones de St

Thomas (Mar Thoma) en France pour fêter Noël!

If you are not a family, you find yourself in communion with
Eastern Christians,
with your brothers of the French speaking Syrian Orthodox Church of St
Thomas (Mar Thoma) * in France to celebrate Christmas!

 



(Pour ceux qui doivent loger, Inscriptions closes le 20 Décembre)

(For those who need housing, Registration closed on 20 December)


NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

Programme:

 

 

*Lundi  24 Décembre. Nativité de Notre-Seigneur

 18h, réveillon avec les fidèles familiers. Veillée de Noël (Plusieurs Baptêmes et Chrismations), Bénédiction du Feu nouveau et Procession de l’Enfant-Jésus à l’Eglise.Messe de minuit.

 

 

*Mardi 25, Nativité de Notre-Seigneur

Messe du jour à 10h30 ,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

 

*Mercredi 26 Décembre, Fête des « Félicitations à la Mère de Dieu »

Messe en l’honneur de « la Toute Pure et Immaculée Mère du Verbe-Dieu » à 10h30 ,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

 

VEILLEE POUR LA VIE dans la nuit du 26 au 27

 

*Jeudi 27 Décembre, Fête des « Saints Innocents »

Messe en l’honneur pour les enfants à naître et les victimes de l’avortement à 10h30 ,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30


Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

 

DU 31 DÉCEMBRE AU 7 JANVIER,

 

RETRAITE SPIRITUELLE de Délivrance et

 

de Guérison intérieure 

 

(Visites de plusieurs Sanctuaires ):

 

*Dimanche 31 Décembre, passage vers la nouvelle année

 

Messe en l’honneur de « la Toute Pure et Immaculée Mère du Verbe-Dieu » à 10h30 ,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 19h. 20h30 Soutoro (Complies)

HEUREUSE ET SAINTE ANNÉE

 

TOUS ET CHACUN,

 

 

NOS PRIÈRES VOUS

 

 

ACCOMPAGNENT ET NOUS

 

 

ESPÉRONS LES VÔTRES!

 

NE RESTEZ PAS SEULS

Réveillon de la Saint Sylvestre à 21h30

VEILLÉE DE PRIÈRE A L'EGLISE dans la nuit du 31 DÉCEMBRE au 1er JANVIER.

 

 

*MARDI 1er JANVIER à 10h30 Messe pour remettre la nouvelle année sous la Protection de Notre-Dame,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2018 2 06 /11 /novembre /2018 09:48

Heureux début d'année Liturgique

à tous en ce Dimanche de la

Sanctification de L'Eglise!

Vous étiez nombreux à clôturer les festivités de Saint Grégorios lors du Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde et aux saints du Kerala.

Pourtant, estimant que tous connaissaient les dates, je n'avais pas envoyé,comme de coutume, de rappels des rendez-vous liturgiques par SMS.

Nombreux membres de l'aumônerie des Africains et des Antillais étaient. Merci Seigneur !

Après la Quadisha Qurbana (Sainte Messe), en ce début d'année liturgique, nous allions en procession au fond de l'Eglise pour bénir, selon la tradition locale, l'eau et le sel.

Lors de l'AGE de l'association archidiocésaine (Métropolie) le Bureau a été renouvelé.

Je vous en donnerai ultérieurement la composition ayant moi-même donné procuration à Mr Didier Lemardelé puisqu'il me fallait me consacrer à la réception des fidèles pour les confesser, conseiller et prier pour eux. 
Je les ai reçus jusqu'à 19h15.

Tous étaient heureux de cette journée de piété au Monastère.

Demain, après les services liturgiques, je partirai sur Paris pour un rendez-vous médical et bénir une Maison sur la ville de Gonesse (95).

Je ne résiste pas à la tentation de vous laisser, avant de prendre votre repos, cette citation de l'humble et édifiant Pape Émérite de l'Eglise de Rome:
"seule la foi dans la vie éternelle nous fait aimer vraiment l' histoire et le présent, mais sans attachements, dans la liberté du pèlerin, qui aime la terre car elle a le cœur dans le ciel" (
Benoît XVI)

Bonne nuit à vous tous,que le Seigneur vous garde ! Union de prières !
______________________
Feliz começo do ano litúrgico para todos neste domingo da Santificação da Igreja!

Muitos de vocês estavam fechando as festividades de São Gregório durante a peregrinação mensal à N-D da Misericórdia e aos santos de Kerala.

No entanto, considerando que todos sabiam as datas, eu não enviei, como de costume, lembretes de compromissos litúrgicos por SMS.

Muitos membros da capelania dos africanos e dos indianos ocidentais eram. Obrigado senhor!

Depois da Quadisha Qurbana (Santa Missa), no início do ano litúrgico, fomos em procissão ao fundo da Igreja para abençoar, segundo a tradição local, água e sal.

Durante a AGE da associação arquidiocesana (Métropolie), a Mesa foi renovada.

Mais tarde lhe darei a composição, tendo-me dado uma procuração ao Sr. Didier Lemardelé, uma vez que tinha de me dedicar à recepção dos fiéis para confessar, aconselhar e orar por eles.
Eu os recebi até as 19:15.

Todos estavam felizes com este dia de piedade no mosteiro.

Amanhã, após os serviços litúrgicos, irei a Paris para uma consulta médica e abençoarei uma casa na cidade de Gonesse (95).

Eu não resisto à tentação de deixar você, antes de descansar, esta citação do humilde e edificante Papa Emérito da Igreja de Roma:
"só a fé na vida eterna nos faz amar verdadeiramente a história e o presente, mas sem apego, na liberdade do peregrino, que ama a terra porque tem o coração no céu" (Bento XVI).

Boa noite a todos vocês, que o Senhor te guarde! União de orações!
_____________________________
Happy beginning of the liturgical year to all on this Sunday of the Sanctification of the Church!

Many of you were closing Saint Gregorios festivities during the monthly pilgrimage to N-D of Mercy and the saints of Kerala.

Yet, considering that all knew the dates, I did not send, as usual, reminders of liturgical appointments by SMS.

Many members of the Chaplaincy of Africans and West Indians were. Thank you Lord !

After the Quadisha Qurbana (Holy Mass), at the beginning of the liturgical year, we went in procession to the bottom of the Church to bless, according to local tradition, water and salt.

During the AGE of the archdiocesan association (Métropolie) the Bureau was renewed.

I will give you later the composition having given me proxy to Mr Didier Lemardelé since I had to devote myself to the reception of the faithful to confess, advise and pray for them.
I received them until 19:15.

All were happy with this day of piety at the Monastery.

Tomorrow, after the liturgical services, I will go to Paris for a medical appointment and bless a House on the city of Gonesse (95).

I do not resist the temptation to leave you, before taking your rest, this quote from the humble and edifying Pope Emeritus of the Church of Rome:
"only faith in eternal life makes us truly love history and the present, but without attachments, in the freedom of the pilgrim, who loves the earth because it has the heart in the sky" (
Benedict XVI)

Good night to you all, may the Lord keep you! Union of prayers!
_______________________________
بداية سعيدة للسنة الطقسية للجميع يوم الأحد من تقديس الكنيسة!

العديد منكم كانوا يغلقون احتفالات القديس غريغوريوس خلال شهر الحج إلى N-D of Mercy والقديسين في كيرالا.

ومع ذلك ، وبالنظر إلى أن الجميع كانوا يعرفون التواريخ ، لم أرسل ، كالمعتاد ، تذكير بالمواعيد الليتورجية عن طريق الرسائل القصيرة.

كان العديد من أعضاء مركزية الأفارقة والهنود الغربيين. شكرا سيدي !

بعد Quadisha Qurbana (ماس) في وقت مبكر من هذا العام الليتورجي، وذهبنا في موكب إلى الجزء السفلي من الكنيسة لمباركة، وفقا للتقاليد المحلية والماء والملح.

خلال فترة عمر جمعية الرابطة الأبرشية (Métropolie) تم تجديد المكتب.

أنا في وقت لاحق تعطيك في تكوين وجود نفسي نظرا التوكيل إلى السيد ديدييه Lemardelé منذ كان علي أن أكرس نفسي لاستقبال المؤمنين على الاعتراف، وتقديم المشورة والدعاء لهم.
وصلتني حتى الساعة 19:15.

كانوا جميعا سعداء بهذا اليوم من التقوى في الدير.

غدا خدمات ما بعد الكنيسة، وسوف يذهب إلى باريس لحضور موعد طبي ويبارك منزل في بلدة جونيس (95).

أنا لا أقاوم إغراء أن أترككم ، قبل أخذ قسط من الراحة ، هذا الاقتباس من البابا المتواضع والبناء الفخري لكنيسة روما:
"فقط الإيمان بالحياة الأبدية يجعلنا حقاً نحب التاريخ والحاضر ، ولكن بدون التعلق ، في حرية الحاج ، الذي يحب الأرض لأنه يحتوي على القلب في السماء" (بندكتس السادس عشر)

ليلة سعيدة لكم جميعا ، يحفظكم الرب! اتحاد الصلوات!

 

 

COMMUNION

[...On ne peut envisager la vie en Christ, la transfiguration de la nature humaine par l’Esprit Saint, la déification de l’homme, en dehors de la réalité eucharistique.

« Celui qui mange ma chair et boit mon sang, Je vis en lui et lui en Moi. Car ma chair est vraiment une nourriture et mon sang est vraiment un breuvage. »

Il y a là une union charnelle, de corps à corps, entre le Christ et ses membres.

Nous devenons membres du même corps par la communion eucharistique.

Voilà la source de la transfiguration de l’homme, de sa déification : par la communion, nous entrons dans le corps du Christ.

« Vous êtes le corps du Christ, vous êtes le temple du Saint Esprit. »

Avant de communier, nous disons : « Tu es le charbon ardent qui brûles les indignes ».

Le charbon ardent est une allusion au charbon que l’ange posa sur les lèvres d’Isaïe avec une pincette.

Nous sommes du charbon et, par la communion, ce charbon est embrasé, il ne cesse pas d’être charbon, mais il devient feu.

Le corps humain est alors transformé, transfiguré en feu divin.

Dieu s’est uni à l’homme pour embraser notre pauvre nature humaine par le feu de sa divinité...]

(Père Cyrille Argenti)

Cet évangile selon st Luc (14, 15-24) devrait puissamment nous interpeller, il devrait inspirer notre agir jusqu'à notre dernier souffle car c'est le Seigneur Lui-même qui nous interpelle :

“Dépêche-toi d’aller sur les places
et dans les rues de la ville ;
les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux,
amène-les ici.” .../...
“Va sur les routes et dans les sentiers,
et fais entrer les gens de force,
afin que ma maison soit remplie".
(Lc 14, 15-24)

Ne venons pas pleurer, lorsque le bar, le ciné, le resto ou le stade seront fermés, ne venons pas nous lamenter -dis-je- de trouver porte close pour nous au banquet céleste ! "Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne goûtera de mon dîner.” 
(Lc 14, 15-24)
------------------------------------
COMMUNION

[... One can not envisage life in Christ, the transfiguration of human nature by the Holy Spirit, the deification of man, outside the Eucharistic reality.

"He who eats my flesh and drinks my blood, I live in him and he in Me. Because my flesh is really food and my blood is really a drink. "

There is a carnal union, of hand to hand, between Christ and his members.

We become members of the same body through Eucharistic communion.

This is the source of the transfiguration of man, of his deification: through communion, we enter the body of Christ.

"You are the body of Christ, you are the temple of the Holy Spirit. "

Before communing, we say: "You are the burning coal that burns the unworthy".

The burning coal is an allusion to the charcoal that the angel put on Isaiah's lips with a tweezer.

We are charcoal and, by communion, this charcoal is kindled, it does not cease to be charcoal, but it becomes fire.

The human body is then transformed, transfigured into divine fire.

God has united with man to set our poor human nature on fire by the fire of his divinity ...]

(Father Cyrille Argenti)

This gospel according to St. Luke (14, 15-24) should powerfully challenge us, it should inspire our action until our last breath because it is the Lord Himself who challenges us:

"Hurry up and go to the squares
and in the streets of the city;
the poor, the crippled, the blind and the lame,
bring them here. "... / ...
"Go on the roads and on the trails,
and bring people in by force,
so that my house is filled. "
(Lk 14, 15-24)

Do not come crying, when the bar, the cinema, the restaurant or the stadium will be closed, do not come to lament, I say, to find a closed door for us at the heavenly banquet! "For I tell you, none of those men who were invited will taste my dinner."
(Lk 14, 15-24)
------------------------------------------------------------
COMUNHÃO

[... a vida não pode ser considerado em Cristo, a transfiguração da natureza humana pelo Espírito Santo, a deificação do homem, fora da realidade eucarística.

"Quem come a minha carne e bebe o meu sangue, eu vivo nele e ele em mim. Porque minha carne é realmente comida e meu sangue é realmente uma bebida. "

Há uma união carnal, de mão em mão, entre Cristo e seus membros.

Nós nos tornamos membros do mesmo corpo através da comunhão eucarística.

Esta é a fonte da transfiguração do homem, da sua deificação: através da comunhão, entramos no corpo de Cristo.

"Você é o corpo de Cristo, você é o templo do Espírito Santo. "

Antes de comungar, dizemos: "Você é o carvão ardente que queima o indigno".

O carvão ardente é uma alusão ao carvão que o anjo colocou nos lábios de Isaías com uma pinça.

Somos carvão e, por comunhão, este carvão é aceso, não deixa de ser carvão, mas se torna fogo.

O corpo humano é então transformado, transfigurado em fogo divino.

Deus uniu-se ao homem para incendiar nossa pobre natureza humana pelo fogo de sua divindade ...]

(Padre Cyrille Argenti)

Este Evangelho de São Lucas (14, 15-24) deve desafiar-nos poderosamente, ele deve inspirar nossas ações para o nosso último suspiro, porque é o próprio Senhor que nos chama:

"Apresse-se e vá para as praças
e nas ruas da cidade;
os pobres, os aleijados, os cegos e os coxos,
trazê-los aqui. "... / ...
"Vá nas estradas e nas trilhas,
e trazer as pessoas pela força,
para que minha casa esteja cheia ".
(Lc 14, 15-24)

Não venha chorar quando bar, cinema, restaurante ou o estádio estará fechado, não basta lamentar -dis-I- para encontrar portas fechadas para nós, no banquete celestial! "Pois eu lhes digo que nenhum daqueles homens que foram convidados provará meu jantar."
(Lc 14, 15-24)
-----------------------------------------
بالتواصل

[... لا يمكن للمرء أن يتصور الحياة في المسيح ، تبدل الطبيعة البشرية بالروح القدس ، تأليه الإنسان ، خارج الواقع الإفخارستي.

"من يأكل جسدي ويشرب دمي ، أنا أعيش فيه وهو في داخلي. لأن اللحم هو طعام حقاً ودمي هو حقًا مشروب. "

هناك اتحاد جسدي ، بين يداً بيد ، بين المسيح وأعضائه.

نصبح أعضاء في نفس الجسم من خلال الشركة الافخارستية.

هذا هو مصدر تجلي الإنسان ، من تأليه: من خلال الشركة ، ونحن ندخل جسد المسيح.

"أنت جسد المسيح ، أنت هيكل الروح القدس. "

قبل الحديث ، نقول: "أنت الفحم الحارق الذي يحرق غير مستحق".

والفحم الحارق هو إشارة إلى الفحم الذي وضعه الملاك على شفاه أشعيا بملاقط.

نحن الفحم النباتي ، وبالشركة ، يتم تحطيم هذا الفحم ، لا يتوقف عن كونه فحمًا ، ولكنه يصبح نارًا.

ثم يتم تحويل جسم الإنسان ، وتحوّل إلى نيران إلهية.

لقد توحد الله مع الإنسان ليضع طبيعتنا البشرية السيئة في النار بنيران لاهوته ...]

(الأب سيريل آرجنتي)

هذا الإنجيل وفقا للقديس لوقا (14 ، 15-24) يجب أن يتحدانا بقوة ، يجب أن يلهم عملنا حتى آخر أنفاسنا لأنه الرب نفسه الذي يتحدانا:

"اسرع واذهب الى الساحات
وفي شوارع المدينة.
الفقراء والمقعدين والمكفوفين والأعرج ،
أحضرهم هنا. "... / ...
"اذهب على الطرق وعلى المسارات ،
وجلب الناس بالقوة ،
بحيث يتم شغل منزلي. "
(لوقا 14 ، 15-24)

لا تأتِ أبكي ، عندما يُغلق البار ، أو السينما ، أو المطعم ، أو الملعب ، لا تأتُق ، لأقول ، لإيجاد باب مغلق لنا في المأدبة السماوية! "لأني أقول لك ، فإن أياً من هؤلاء الرجال الذين تمت دعوتهم سوف يتذوقون العشاء الخاص بي".
(لوقا 14 ، 15-24)

 

 

En ce 6 novembre , nous célébrons la mémoire de 

 Saint Léonard, 

ermite dans le Limousin, patron des prisonniers.

Comme pour tous les saints Orthodoxes d'Occident, vu qu'églises, sanctuaires, reliques et manuscrits ont quasiment tous soit disparu soit été violemment détournés par l'Eglise  catholique-romaine lors de son avènement au 9ème siècle, ses armées s'emparant de tout ce que nos Pères avaient fait sous la guidance de l'Esprit Saint, il faut être prudent avec les textes qui nous parlent de la vie de nos Pères occidentaux dans la Foi.

Il faut vérifier les sources, recouper avec les données d'archéologie religieuse et autre, la paléographie quand on peut avoir accès à un manuscrit, etc.

Et souvent les "vieilles traditions populaires" invoquées de ci de là pour "attester" un peu de tout, quand on les analyse un brin, on s'aperçoit vite que leur côté ancien ne dépasse que rarement 2 ou 3 siècles, dans le meilleur des cas.

Ils sont rarissimes, les saints de chez nous dont on dispose de suffisamment de certitudes et preuves sur la plupart des éléments de leurs vies, car certains édits carolingiens ont bien veillé à ce que tout ce qui ne pouvait pas être réécrit soit détruit.


Saint Léonard n'échappe pas à la règle.

La plus ancienne forme écrite de sa Vita est de l'époque Ottonienne tardive, donc après les Carolingiens. Heureusement, et ce n'est pas le seul détail valable, mais le sarcophage semble bel et bien antérieur à ces 2 dynasties franques, et donc un sérieux garant quelque part de l'existence du saint, et de la vénération post-mortem dont il n'a cessé d'être l'objet.

Ce qui autorise sa présence dans le sanctoral Orthodoxe.

Quant aux détails du texte tardif, on les recevra avec précaution.

A 22 kilomètres à l'est de Limoges, la petite ville de Saint-Léonard-de-Noblat a gardé l'aspect pittoresque que lui a donné sa grande prospérité au Moyen-Age.

La vaste collégiale est un des plus beaux monuments romans limousins; cette église a été construite de la fin du 11ième siècle au 12ième.

Elle est flanquée au Nord par un splendide clocher à 5 étages et une curieuse chapelle du Saint-Sépulcre, ajout du 12ème par les anciens Croisés; l'église fut victime d'horribles dégradations appelées "modifications" par les ultra-montains de la contre-réforme "catholique", les Bénédictins  évoquent en particulier celles de 1603 qui défigurèrent le chœur.

La prospérité a été apportée à la ville par les pèlerins qui, venant en foule au tombeau de saint Léonard, créèrent un important mouvement commercial.


L'évêque de Limoges, Jourdain de Laron, et le célèbre chroniqueur Adhémar de Chabannes, sont la source écrite la plus ancienne que l'on possède sur saint Léonard.


Dans sa Chronique écrite vers 1028, Adhémar raconte que lorsque, vers 1017, fut découvert à Saint-Jean-d'Angély le chef de saint Jean-Baptiste, les clercs et les fidèles accoururent en foule pour le vénérer en apportant les reliques de leurs saints.

On vit celles de saint Martial, de saint Cybard, de saint Léonard, confesseur en Limousin, de saint Antonin, martyr du Quercy, etc., qui accomplirent tous beaucoup de miracles.


Adhémar se contente de présenter saint Léonard comme "confesseur limousin", ce qui signifie que ses reliques reposaient dans ce diocèse.


Exactement à l'époque où Adhémar écrivait sa Chronique, peu avant 1028, un clerc, nommé Hildegaire, fit de la part de l'évêque de Limoges, Jourdain de Laron, une requête à l'évêque Fulbert de Chartres, le célèbre canoniste :

il lui demandait de lui envoyer la Vie de saint Léonard, s'il pouvait la trouver.

Les Limousins s'adressaient à Fulbert comme à un savant habile à découvrir les trésors des bibliothèques - de nos jours encore, on s'adresse à des chercheurs lointains pour connaître l'histoire locale.

Pour ne pas commettre d'impair, Hildegaire avançait prudemment : on dit que ce saint repose dans notre diocèse.

Cet "on dit" révèle assez l'ignorance de l'évêque de Limoges et de son clergé, ce qui a toujours été courant pour bien des saints locaux tombés dans l'oubli, tant en Orient qu'en Occident.

A Chartres aussi, saint Léonard était inconnu.

Nous ne savons si Fulbert répondit; la mort le surprit peut-être avant qu'il n'ait eu le temps de s'occuper de la question.
Cependant, et nul ne sait par qui, un beau jour du 11ième siècle, une Vie de saint Léonard et le récit de 9 miracles obtenus par son intercession furent mis en circulation. Que dit cette Vie?


Léonard naquit dans la province des Gaules au temps de l'empereur Anastase (491-518), de nobles francs, alliés du roi Clovis qui, "d'après des témoignages véridiques", voulut bien être le parrain de l'enfant. Devenu grand, Léonard refusa de servir dans l'armée royale comme tous ses parents, mais voulut suivre saint Remi, évêque de Reims.


Il est notoire que saint Remi avait obtenu des rois mérovingiens que, chaque fois qu'ils viendraient à Reims ou qu'ils y passeraient, tous les prisonniers seraient aussitôt libérés.

Pour imiter cette charité, Léonard demanda que tous les prisonniers qu'il visiterait soient aussitôt libérés : le roi accorda cette faveur dont le saint usa largement.


Le renom de la sainteté de Léonard se répandait beaucoup de malades venaient le supplier de les guérir et, comme il était déjà clerc, le roi voulut lui donner un évêché, mais il refusa et se retira auprès de saint Mesmin à Micy.


Inspiré du Saint-Esprit, Léonard comprit qu'il ne devait pas se fixer à Micy. Il s'en alla en même temps que son frère Lifard, qui se rendit à Meung, alors que Léonard, traversant le diocèse de Bourges, se dirigeait vers l'Aquitaine.


Il traversait la vaste forêt de "Pavum", près de Limoges, quand il entendit des hurlements de douleur qui l'émurent tant qu'il voulut en connaître la cause.

Il arriva au camp du roi, qui venait chaque année chasser dans cette forêt.

La reine qui l'avait accompagné était alors en mal d'enfant; aucun médecin ne s'avérait capable de la délivrer et tous se lamentaient de sa mort prochaine.

L'aspect vénérable et angélique de Léonard fit une telle impression qu'on le conduisit vite au roi, qui l'emmena dans la chambre de la reine.

Le saint récita une longue prière et à peine était-il sorti que la reine mettait au monde un bel enfant.

Le roi offrit de riches objets et de somptueuses étoffes à Léonard qui, les refusant, demanda de pouvoir établir un monastère dans la forêt.

Le roi accepta volontiers et se préparait à donner la forêt entière, lorsque Léonard précisa qu'il se contenterait de la portion dont il ferait le tour monté sur son âne. Le roi fit poser le long du parcours des bornes de pierre.


Léonard construisit un oratoire en l'honneur de Notre-Dame et y dédia un autel en mémoire de saint Remi.

Il se rendait souvent au tombeau de saint Martial.


Comme le monastère était à un mille de la Vienne (Dauphiné), il était très pénible d'aller chercher de l'eau : Léonard fit creuser un puits et par sa prière obtint que l'eau n'y manquât jamais.

"Saint Léonard appela ce lieu 'Nobiliacum', parce qu'il lui avait été donné par un très noble roi (nobilissimo rege)".


Le renom de la sainteté de Léonard se répandit dans toute l'Aquitaine, la Grande-Bretagne et la Germanie.

Dieu glorifiait son serviteur, de sorte que si quelque prisonnier invoquait son nom, ses chaînes se brisaient et nul ne pouvait l'empêcher de partir.

Beaucoup venaient de tous pays lui apporter leurs chaînes et certains voulaient se fixer auprès de lui.

Le saint leur donnait un lopin de terre pour qu'ils puissent vivre honnêtement de la culture et éviter de nouveaux vols qui les ramèneraient en prison.

Il guérissait aussi les nombreux malades qui venaient à lui.


Des membres de sa famille, entendant vanter Léonard, vinrent avec leurs femmes et leurs enfants se mettre sous sa direction; il attribua à chacun une portion du domaine. Et beaucoup de fidèles tenaient à habiter près de lui.


Léonard mourut le 8 des ides de novembre (6 novembre) et il fut enterré dans l'église qu'il avait construite en l'honneur de la Vierge Marie.


La lecture un peu attentive du texte fait aussitôt se poser des questions : comment se fait-il qu'un tel personnage soit absent des Vies de saint Rémi, même les plus tardives et sujettes à caution comme celles réécrites et amplifiées par les Carolingiens?

Quid des Vitae de saint Calais et saint Lifard?

Pour palier au manque d'informations dépassant la notice du sanctoral accompagnant les reliques, l'auteur anonyme a simplement repiqué dans la vie de divers saints de quoi broder sur ce qu'il savait par les petites traditions locales et ce sanctoral.


Cependant, quand le biographe anonyme composa ceci, saint Léonard était déjà invoqué par les prisonniers et les dons des pèlerins avaient déjà permis le développement d'une puissante communauté de clercs qui avaient suscité autour d'elle la fondation d'une ville commerçante : clercs et marchands jouissaient de franchises avantageuses et, suivant le procédé classique, en attribuaient l'origine à leur saint patron lui-même. Cette ambiance & méthode d'hagiographie douteuse convient plutôt au 11ième siècle assez avancé.


Ensuite, Micy - les érudits qui ont étudié les sources fondatrices de cette abbaye y ont découvert un amoncellement de faux en tous genres, le but final étant toujours financier puisqu'il s'agissait de s'octroyer des exemptions de taxes, des biens fonciers, des terres, etc... 

Ça pourrait cependant peut-être nous orienter vers l'origine du texte, ce détail trahissant l'auteur "à l'insu de son plein gré"?!


Que valent les indications topographiques? La forêt de Pavum n'est citée dans aucun document. Quant à l'étymologie proposée par l'hagiographe pour Noblat, Nobiliacum qu'il fait venir de nobilissimo, elle n'est sûrement pas un argument en faveur d'une fondation royale et est un peu trop dans la manière du Moyen-Age : autant que de nobilis, Nobiliacum peut venir du nom de personne Novellius joint au suffixe -acum.


Saint Léonard est donc un saint connu du peuple, qui l'invoquait depuis belle lurette et le vénérait, et dont la vénération s'est transmise sans trop se poser de questions de détails jusqu'à ce qu'en 1028, un chroniqueur parle de l'existence attestée de ses saintes reliques en 1017, dans un cortège de clercs et de laïcs l'ayant apporté avec eux – plus que probablement dans ce cas, avec hymnes dédiées, mais le chroniqueur n'en avait pas eu connaissance.

Et pour que le saints, à cette époque, se voit ainsi emmené en procession à travers le pays, il fallait qu'il soit suffisamment connu pour draîner les foules. Voilà ce qu'on sait de sûr.
On peut penser raisonnablement qu'il a vécu en ermite en Limousin, puisque aucune mémoire de translation n'a été conservée. Cette absence de translation joue aussi en défaveur de l'origine noble affirmée dans la légende, car une telle absence, bien que regrettable, était courante pour des saints locaux d'origine modeste, même si grands saints aux nombreux miracles. Mais pas pour ceux d'origine noble, même si certains n'étaient saints qu'aux yeux de leurs pairs, ces derniers les canonisants loin de Dieu et du peuple de Dieu... on connaît aussi ça en Orient..
Saint Léonard a dû vivre aux alentours du 6ème siècle, comme le dit le texte, et selon l'étymologie de son nom, il est bien Franc. Le nom de Léonard composé du latin "leo", "lion", et du germanique "hard", "dur, fort", n'a pu être en usage qu'à une époque où les Germains étaient bien installés en Gaule, ce qui est le cas des Mérovingiens vers 600. Son nom signifie "fort comme un lion".

La Vie et le premier livre des Miracles, rédigés ensemble au 11ième siècle, ont certainement eu une influence pour aider à la diffusion du culte du saint, mais ils ne sont pas à l'origine de cette dévotion : ils prétendent seulement expliquer ce qui se déroulait devant eux.

Et le saints avait ses reliques qui avaient été vénérées avec d'autres saints d'avant les Carolingiens, ce qui est encore une attestation et une certitude pour nous.

Retour à la légende.

Le premier livre des Miracles composé au 11ème commence par raconter que les clercs de Noblat reçurent en songe l'ordre de bâtir une nouvelle église à l'endroit resté sec après une abondante chute de neige.

L'auteur ne donne aucune précision chronologique ou topographique : les traditions du pays prétendent que la première église de Noblat nommée Notre-Dame-de-tous-les-Arbres se trouvait à 30 ou 40 mètres de l'église actuelle, ce qui n'est pas impossible.

Elles ajoutent que la translation eut lieu au 9ième siècle, date qui n'est confirmée par aucun témoignage littéraire ou archéologique, d'où...

Cependant, le 9ème siècle, ce sont les Carolingiens, et ils aimaient bien les translations d'anciens saints Orthodoxes, pour raisons financières d'ailleurs, car cela permettait de belles collectes...

Ca nous ramène quelque part à Micy...


A la fin du 11ième siècle, la dévotion à saint Léonard se répandit très vite en France, sa fête fut célébrée à Limoges, dans les diocèses voisins, Bourges, Clermont, Le Puy, Rodez, Bordeaux, Saintes, Poitiers, dans l'Ouest à Angers et à Nantes, dans la région parisienne et en Normandie, d'où elle passa en Angleterre au moment de la conquête.

Les Flandres, l'Italie la reçurent également. L'absence de relations politiques (vassalité) entre nombre de ces régions, le fait que certaines n'étaient pas encore soumises militairement aux papes de la Rome déchue, montre que la dévotion a bel et bien eu une origine spirituelle, naturelle.

Par la suite en effet, les nouveaux "saints" seront imposés en remplacement des authentiques saints locaux, et les liens féodaux permettent de retracer ces impositions, de même que les changements dans les missels & autres sacramentaires viennent les confirmer.


Ce qui a aussi joué un rôle considérable dans le développement légendaire sur saint Léonard, c'est que la ville en question est devenue fin du 11ème une ville-étape vers Santiago de Compostella, en Espagne.

Autre grande supercherie post-Orthodoxe, on cherchera en vain dans les textes des grands saints érudits de l'Espagne Orthodoxe la moindre évocation des prétendus faits fondateurs de Compostelle.

Strictement aucun n'en parle.

Par contre, passé le Schisme, ce "pèlerinage" va très fortement se développer, et générer un formidable commerce.

Les villes-étapes voulant avoir un statut de haut rang chercheront sur le même mode d'invention pure (ou d'amplification de faits existants) à se donner des origines spirituellement prestigieuses.

Plus ce sera réussi, plus la réussite commerciale sera au rendez-vous. Saint Isidore de Séville, un des plus grands érudits et évêques de l'Espagne Orthodoxe, encyclopédiste avant l'heure, aurait rigolé aux éclats en entendant parler de Compostelle.

Savoir qu'aujourd'hui encore, ça rapporte gros aux héritiers de l'imposture lui aurait fait sortir sa croix et son eau bénite pour chasser les méchants..

Revenons-en à saint Léonard.


In fine, plus intéressant que légende forgée et douteux textes tardifs, les miracles de saint Léonard attestés par les petites gens : surtout des libérations miraculeuses de prisonniers.

Le doute n'est plus permis quant à sa réalité et la force de son intercession. D'ailleurs son église est remplie de leurs ex-voto : ceps, doubles boucles.

Par allusion à ces doubles boucles, les fabricants de boucles le choisirent comme patron, ainsi que les fruitiers, beurriers, fromagers et coquetiers qui, courant la campagne pour ramasser leurs denrées, risquaient en temps de troubles d'être pris par des voleurs.

Bibliographie sommaire :
Adhémar de Chabannes, Chronique, L. 3, c.56, dans Patrologie Latine, t.141, col. 69
Lettre d'Hildegaire à Fulbert de Chartres, dans P. L., t. 112, col. 273
Vie de saint Léonard (Biblioth. hag. lat., n. 4862), dans Arbellot, Vie de saint Léonard, Paris, 1863, p. 277-289
Mon. Germ. hist., Script. rer. merov., t. 3, p. 396-399 (les MGH existent in extenso en ligne sur internet)
V. Leroquais, Les sacramentaires et les missels mss dans les bibliothèques publiques de France, t. 3, p. 381; Les bréviaires mss dans..., t. 5, p. 172.

 

Parent du roi Clovis qui devint ton parrain,*
Tu fus promis à la carrière militaire,*
Mais tu préféras rejoindre l'armée du Christ,*
Et vivre en solitaire dans le Limousin.*
Saint Léonard, toi qui libérais les captifs,*
Prie Dieu qu'Il délivre nos âmes du péché!

http://stmaterne.blogspot.it/…/saint-lonard-de-noblat-le-li…
http://orthodoxievco.net/…/vi…/synaxair/novembre/leonard.pdf

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une icône du monastère Sainte-Catherine du Mont Sinaï. Peinte au XIIème siècle (probablement avant la chute du royaume de Jérusalem en 1187), l'icône représente(en haut de gauche à droite) trois saints vénérés dans le patriarcat de Jérusalem (saint Paul, saint Jacques le frère du Seigneur et saint Etienne le Protomartyr) et (en bas de gauche à droite) trois saints des pays latins, dont deux de France (saint Laurent l'Archidiacre, saint Martin de Tours et saint Léonard de Noblat le Libérateur). Les légendes sont en latin. Cette icône célèbre a été exposée en 2004 à la fondation Gianadda à Martigny en Valais.
http://stmaterne.blogspot.com/…/saint-lonard-de-noblat-le-l…

« Lui qui était dans la condition de Dieu, il n'a pas jugé bon de revendiquer son droit d'être traité à l'égal de Dieu ; mais au contraire, il se dépouilla lui-même en prenant la condition de serviteur.

Devenu semblable aux hommes et reconnu comme un homme à son comportement, il s'est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu'à mourir »
Lettre aux Philippiens 2,6-11.

Continuant son enseignement d’hier, Paul nous montre aujourd’hui en quoi Jésus est un exemple.

Il utilise pour cela un hymne qui était sans doute utilisé par les chrétiens dans leurs célébrations.

Comment donc s’est manifesté l’humilité du Christ, que nous devrions tous imiter ?

Paul met en parallèle le Christ et Adam. Il comprend qu’Adam et Eve ont péché en ce sens qu’ils ont revendiqué de devenir comme des dieux, alors qu’ils n’étaient que des humains. Ils ont péché par orgueil.

Le Christ a pris le chemin exactement inverse.

Il n’avait pas à chercher à devenir comme Dieu, il était l’égal de Dieu.

Mais il a accepté de se dépouiller de ce privilège, en prenant la condition humaine qui est, à proprement parler une condition de serviteur.

Jésus a fait le chemin inverse d’Adam et Ève, il a remplacé le chemin de l’orgueil et de l’arrogance par celui de l’humilité et du service.

Jésus est allé plus loin encore, puisqu’il s’est fait semblable à un esclave et à un criminel, obéissant jusqu'à la mort.

Il a magnifié l’obéissance comme le chemin royal de l’imitation de Dieu, car Dieu, le premier, s’est donné lui-même par amour pour ses créatures.

En nous proposant un amour que nous devons offrir gratuitement et librement, Dieu s’est en quelque sorte remis entre nos mains, il ne peut rien nous imposer ni rien nous imposer.

Nous l’acceptons, c’est bien, nous le refusons, nous ne pourrons que recueillir les fruit du refus de l’Amour et de la Vie.

Seigneur, je retrouve aujourd’hui, dans cette lettre de l’apôtre Paul ce qu’il me donnait à méditer hier : tourner mes yeux et mon cœur vers Toi pour apprendre de Toi l’humilité, le service et le courage de m’offrir pour mes frères.

Ne permets plus que je suive l’exemple d’Adam, ni que je cherche à vivre en dehors de Ta loi et de l’obéissance à ton Père.

† Emmanuel Lafont
Evêque de l'Eglise Romaine-catholique en Guyane

PRIÈRE POPULAIRE CONTRE L'ARTHROSE:

Arthrose, cruelle chose

Fuis d’ici, je te le dis et te le redis.

Et reconstruis, tu le dois, tous tes dégâts.

Arthrose, horrible chose,

Tu as réparé, tu es pardonnée,

Saint Thibault et saint Caprais l’ont ordonné,

Par ma bouche, Dieu l’ordonne

Au nom du Père Créateur

Au nom du Christ

Au nom de l’Esprit Saint

Au nom de la Divine Mère

Qu'il en soit ainsi.

 

(Source:seraphim-marc-elie.fr )

 

LE CHRIST BON PASTEUR

Mosaïque du mausolée de Galla Placidia, à Ravenne (Italie).

Cette image du Christ bon pasteur est l’héritière directe d’une image du répertoire funéraire païen antique que les premières générations de chrétiens ont adoptée puis christianisée.

Parmi les images que les Romains des premiers siècles utilisaient pour orner leurs tombeaux, on trouve souvent la représentation d’un jeune berger placé dans un espace verdoyant au milieu de ses brebis et qui porte généralement sur ses épaules une brebis.

Comme d’autres images bucoliques que l’on trouve fréquemment dans les sépultures romaines, cette figure du « pasteur » évoquait pour la famille du défunt un au-delà de paix.

Avant de créer leur propre répertoire d’images, les premiers chrétiens ont utilisé celles que leur culture leur avait fait connaître.

Ils privilégiaient cependant les images qui, à leurs yeux, n’étaient pas en contradiction avec leur foi : la figure du « pasteur » était de celles-là.

La christianisation d’une image

Rapidement, les chrétiens perçoivent tous les rapprochements possibles entre cette représentation et différentes figures de Dieu ou du Christ pasteur que l’on trouve dans l’Écriture.

D’autant plus que les nouveaux baptisés ont souvent appris par cœur au cours de leur initiation le psaume 22 : « Le Seigneur est mon berger : je ne manque de rien. Sur des prés d’herbe fraîche, il me fait reposer… »

Assez naturellement les chrétiens vont donc faire évoluer l’image pour qu’elle corresponde mieux à ce qu’ils croient.

C’est ce que l’on peut voir sur cette mosaïque du mausolée de Galla Placidia : l’image s’est christianisée ; l’antique pâtre y a été remplacé par le Christ bon pasteur.

Le Christ vainqueur de la mort

Au milieu d’un espace où les teintes bleues et vertes dominent, l’or de la tunique du Christ (comme celui de son auréole et de sa croix) resplendit.

On comprend tout de suite que ce berger n’est pas un berger ordinaire, mais le Christ ressuscité : les pierres sur lesquelles il est assis ressemblent à un trône et le manteau pourpre jeté négligemment sur son épaule complète sa tenue très « impériale ».

À ses pieds, au premier plan, on distingue la représentation stylisée d’un bord de falaise : elle évoque, dans les profondeurs, les « ravins de la mort » que le Christ a traversés et où ses disciples, guidés par le bâton de sa croix, ne craignent plus de s’aventurer (cf. Ps 22, 4).

L’eau de la vie éternelle

Six brebis entourent le Christ (trois de chaque côté) et leurs regards nous renvoient à lui.

Elles symbolisent ses disciples : « Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups » avait dit Jésus (Mt 10, 16).

Les brebis sont dans un lieu comme on rêve d’en trouver pour faire une halte au cours d’une promenade. Un amoncellement de petits rochers y forme une colline.

Ceux qui savent se taire y entendent le chant apaisant de l’eau qui sourd ici et là. C’est une eau vive qui irrigue la terre et qui fait pousser une belle herbe verte et d’élégantes plantes fleuries bercées par le vent léger.

Cette nature est aussi une évocation du Christ. Il est le « rocher » dont parlent les psaumes (Ps 17, 47), celui d’où jaillit l’eau vive, « la source jaillissante pour la vie éternelle » (Jn 4, 14).

Dans l’espace obscur du mausolée de l’impératrice Galla Placidia, la lunette où se trouve cette mosaïque ouvre un horizon.

Au-delà de la mort, elle exprime pour des chrétiens la foi au Christ ; il est pour eux le bon berger, celui qui guide ses disciples « par le juste chemin » (Ps 22, 3), « pour les conduire aux sources des eaux de la vie » (Ap 7, 17).

Dominique Pierre

AIMONS-NOUS LES UNS LES

AUTRES...

Le 14 septembre dernier, un groupe de sept djihadistes d’al-Shabaab, en provenance de Somalie, ont intercepté entre les villes d’Iljara et Sangailu un autocar se dirigeant vers la ville de Garissa, au Kenya.

Ils ont exigé des passagers qu’ils présentent leurs cartes d’identité. Ils ont fait descendre trois passagers et leur ont demandé de réciter la shahada, la profession de foi mahométane, et les six premiers versets de la Fatiha, la première sourate du coran.

Un des passagers a récité en partie le texte et a pu remonter dans le car. Les deux autres, Fredrick Ngui Ngonde et Joshua Ooko Obila, ont refusé d’obéir : ils se sont déclarés chrétiens ne reconnaissant que le Christ comme sauveur. Ils ont été abattus sur place.

Frederick laisse une femme et un garçon de deux ans. Joshua était le mécanicien de l’autocar appartenant à un homme d’affaires somalien.

Sources : World Watch Monitor, 18 septembre ; International Christian Concern, 31 octobre

No dia 14 de setembro, um grupo de sete jihadistas al-Shabaab da Somália interceptaram um ônibus entre as cidades de Iljara e Sangailu em direção à cidade de Garissa, no Quênia.

Eles exigiram que os passageiros apresentassem suas carteiras de identidade. Eles enviaram três passageiros e pediram que eles recitassem a shahada, a profissão de fé maometana, e os seis primeiros versos de Fatiha, a primeira surata do Alcorão.

Um dos passageiros recitou parte do texto e conseguiu voltar ao ônibus. Os outros dois, Fredrick Ngui Ngonde e Joshua Ooko Obila, recusaram-se a obedecer: eles se declararam cristãos reconhecendo apenas Cristo como salvador. Eles foram baleados no local.

Frederick deixa uma esposa e um menino de dois anos. Joshua era o mecânico de ônibus de propriedade de um empresário somali.

Fontes: World Watch Monitor, 18 de setembro; International Christian Concern, 31 de outubro

On 14 September, a group of seven al-Shabaab jihadists from Somalia intercepted a bus between the towns of Iljara and Sangailu heading for the city of Garissa, Kenya.

They demanded that passengers present their identity cards. They sent down three passengers and asked them to recite the shahada, the Mohammedan profession of faith, and the first six verses of Fatiha, the first surah of the Qur'an.

One of the passengers recited part of the text and was able to get back on the bus. The other two, Fredrick Ngui Ngonde and Joshua Ooko Obila, refused to obey: they declared themselves Christians recognizing only Christ as savior. They were shot on the spot.

Frederick leaves a wife and a two-year-old boy. Joshua was the bus mechanic owned by a Somali businessman.

Sources: World Watch Monitor, 18 September; International Christian Concern, October 31

Des chefs d’État se soumettent à des règles religieuses qui ne sont que le maintien de croyances limitées et éloignées des paroles divines

 

Source: Publié dans "En manque d'Eglise" le par le Père Michel Durand

Un militant du parti islamiste ASWJ brandit une photo d'Asia Bibi pour dénoncer son acquittement, vendredi à Islamabad. Photo Aamir Qureshi

Un militant du parti islamiste ASWJ brandit une photo d'Asia Bibi pour dénoncer son acquittement, vendredi à Islamabad. Photo Aamir Qureshi

source de la photo

 

 

Capitalisme débridé

Populisme borné

Islamisme aveuglé

migration emmurée

créationnisme bouché

évangélisme pentecôtiste américanisé

cléricalisme masqué…

 

Mais où va le monde, où allons-nous avec ses pensées limitées ?

 

 

J’écris cela dans la ligne de la page précédente et à propos d’Asia Bibi j’invite à suivre ces liens, ici et , qui me semblent donner un juste résumé.

 

 

Pour nous chrétiens, comment, aujourd’hui, le retour radical à l’Évangile pourrait rendre intelligents les décideurs, en commençant par nous-mêmes ?

 

 

 

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

Où nous trouver ? 

Grande Paroisse NORD-OUEST et NORD-EST (Paroisse Cathédrale N-D de Miséricorde):

 

NORMANDIE :

CHANDAI (61) et CHAISE-DIEU DU THEIL (27):

 

* Le Sanctuaire Marial de la

Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

Messe journalières en semaine à 10h30

 

Tous les dimanches, Messe à 10h30 et permanence constante de prêtres  pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

(Liturgie de St Jacques dite "d'Antioche-Jérusalem") 

Tel: 02.33.24.79.58 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

Maison Ste Barbe 
(Siège de l'Ass Caritative CARITAS E S O F)

15 Rue des 3 Communes
27580 CHAISE-DIEU DU THEIL

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

* Relais Paroissial St Michel

S/ Mme H MARIE, 43 Rue de la Marne

14000 CAEN.Tel: 02.33.24.79.58

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

Le 30 de chaque mois, Permanence pastorale de 8h30 à 19h (Sur R.D.V) chez Mme Henriette Marie, 43, Rue de la Marne à CAEN. Tel 06.33.98.52.54 . (Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) . 

-+-

Grande Paroisse "NOUVELLE AQUITAINE" , OCCITANIE (N-D de la Très Sainte Trinité) :

 

NANTES:

 

*Groupe de prières et "relais paroissial" St Charbel

18h, Messe le 2ème jeudi de chaque mois et permanence régulière d'un prêtre Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) de 9h à 17h (06.48.84.94.89 ).

ANGOULÊME (Jauldes):

*Paroisse N-D de Toutes Grâces et St Ubald

MAISON NOTRE-DAME
66,Place Schoeneck, LE BOURG
16560 JAULDES

Tel: 05.45.37.35.13
* Messe les 2èmes et  4èmes Dimanches de Chaque mois à 10h30 suivies d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

* Possibilité de prendre Rendez-vous avec le prêtre la semaine suivant le 2éme dimanche du mois ainsi que pour les visites aux malades et à domicile.

Permanence régulière d'un prêtre pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

PERIGUEUX (La Chapelle Faucher):

*Paroisse Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front


ERMITAGE ST COLOMBAN*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530
 LA CHAPELLE FAUCHER.

Tel:05.45.37.35.13

 * Messe le 4ème samedi de Chaque mois à 10h30 et permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISMES, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

 

LOURDES:

*Relais paroissial St Gregorios de Parumala

 * Messes épisodiques ( en fonction des besoins des fidèles) à 10h30

20 Rte de Pau

-+-

CAMEROUN, PAKISTAN ET BRÉSIL:

Pour obtenir les adresses du Monastère de YAOUNDÉ,

des paroisses et "relais paroissiaux de Doula, Yaoundé, Elig Nkouma, Mimboman, Bertoua, Monabo, veuillez les demander au Monastère Métropolitain. De même pour les Paroisses du Brésil et du Pakistan: 

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

Prochains Rendez-Vous

 

 

Liturgiques de

 

Novembre et Décembre

 

2018:

*Messes tous les dimanches au Monastère.

*En Semaine Services Liturgiques réguliers.

Dimanche 10, Messe à 10h30 suivie d'un repas fraternel,
programme habituel.

*Tous les 22,, Petit Pèlerinage autour des reliques de St Charbel et Sainte Rita

*Tous les 29, Petit Pèlerinage à Saint Michel Archange 

*Samedi 17 Novembre: Journée mariale réservée aux confessions et Onctions des malades (Prières de délivrances et de guérison, etc...) Messe à 10h30 .

*Dimanche 18 Novembre, MESSE POUR LA FRANCE au Monastère.

 

*Vendredi 30 NOVEMBRE et Samedi  1er DÉCEMBRE, Permanence Pastorale à Paris

Ramassage des fidèles de Région Parisienne pour le Pèlerinage mensuel en Normandie à 15h (Retour sur Paris le dimanche après-midi) 

 

*Dimanche 2 DÉCEMBRE, Pèlerinage mensuelle à la Mère de Miséricorde et aux saints du kerala.

 

 Messe au Monastère à 10h30, suivie du repas fraternel (A G E des Association Diocésaine et Caritative), réception des fidèles... 

 

 

"NOEL, NOEL, CHANTONS-TOUS NOEL !"

Le Dimanche 23 Décembre à JAULDES (Angoulême)

Possibilité de ramassage des fidèles de Région Aquitaines qui voudraient passer Noël au Monastère

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

Ne restez pas seul pour les Fêtes

 

de la Nativité ! 

Do not stay alone for the holidays of the Nativity!

 

Si vous avez peu de moyens pour fêter décemment Noël en

 

famille, grâce au partage c'est possible !

 

Venez fêter la Nativité au Monastère en famille !

If you have few resources to decently celebrate Christmas with family,
through shared it's possible! Come celebrate the Nativity
Monastery family!

 

Si vous n'êtes pas en famille, retrouvez-vous, du moins, ,en communion avec

les Chrétiens d'Orient, avec vos frères Chrétiens Syro Orthodoxes francophones de St

Thomas (Mar Thoma) en France pour fêter Noël!

If you are not a family, you find yourself in communion with
Eastern Christians,
with your brothers of the French speaking Syrian Orthodox Church of St
Thomas (Mar Thoma) * in France to celebrate Christmas!

 



(Pour ceux qui doivent loger, Inscriptions closes le 20 Décembre)

(For those who need housing, Registration closed on 20 December)


NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

Programme:

 

 

*Lundi  24 Décembre. Nativité de Notre-Seigneur

 18h, réveillon avec les fidèles familiers. Veillée de Noël (Plusieurs Baptêmes et Chrismations), Bénédiction du Feu nouveau et Procession de l’Enfant-Jésus à l’Eglise.Messe de minuit.

 

 

*Mardi 25, Nativité de Notre-Seigneur

Messe du jour à 10h30 ,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

 

*Mercredi 26 Décembre, Fête des « Félicitations à la Mère de Dieu »

Messe en l’honneur de « la Toute Pure et Immaculée Mère du Verbe-Dieu » à 10h30 ,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

 

VEILLEE POUR LA VIE dans la nuit du 26 au 27

 

*Jeudi 27 Décembre, Fête des « Saints Innocents »

Messe en l’honneur pour les enfants à naître et les victimes de l’avortement à 10h30 ,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30


Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

 

DU 31 DÉCEMBRE AU 7 JANVIER,

 

RETRAITE SPIRITUELLE de Délivrance et

 

de Guérison intérieure 

 

(Visites de plusieurs Sanctuaires ):

 

*Dimanche 31 Décembre, passage vers la nouvelle année

 

Messe en l’honneur de « la Toute Pure et Immaculée Mère du Verbe-Dieu » à 10h30 ,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 19h. 20h30 Soutoro (Complies)

HEUREUSE ET SAINTE ANNÉE

 

TOUS ET CHACUN,

 

 

NOS PRIÈRES VOUS

 

 

ACCOMPAGNENT ET NOUS

 

 

ESPÉRONS LES VÔTRES!

 

NE RESTEZ PAS SEULS

Réveillon de la Saint Sylvestre à 21h30

VEILLÉE DE PRIÈRE A L'EGLISE dans la nuit du 31 DÉCEMBRE au 1er JANVIER.

 

 

*MARDI 1er JANVIER à 10h30 Messe pour remettre la nouvelle année sous la Protection de Notre-Dame,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

 

NANTES (Relais Paroissial et Groupe de Prière Saint Charbel):

¤ JEUDI 8 NOVEMBRE et 13 DÉCEMBRE , ¨permanence pastorale de 9h à 17h30, MESSE à 18h. Vendredi 12, Visites aux malades et bénédiction des lieux entre Nantes et Charentes.

==============================


# Paroisse d'Aquitaine et Sud-Ouest

ANGOULÊME (Jauldes):

¤ DIMANCHES 11 MESSE POUR LA FRANCE à Jauldes (Cérémonie au Monument aux "Morts pour la France" et Sainte Messe à la  Chapelle de la "Maison Notre-Dame"

et 25 NOVEMBRE, 9 et 23 DÉCEMBRE. Programme habituel.

ANGOULÊME (Jauldes):

MAISON NOTRE-DAME
66,Place Schoeneck, LE BOURG
16560 JAULDES. Tel:05.45.37.35.13

 

PÉRIGUEUX (La Chapelle Faucher)
¤SAMEDI  24 NOVEMBRE et 22 DÉCEMBRE
*10h30, Messe, suivie d'un repas fraternel,réception des fidèles

 

Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front
ERMITAGE ST COLOMBAN*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530 LA CHAPELLE FAUCHER. Tel:05.45.37.35.13

++++++++++++++++++++++++++

Ou trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

 

Comment recourir aux services de prêtres compétents, formés et expérimentés appartenant à l'un ou l'autre Monastère d'une Eglise Orthodoxe-Orientale.(Tradition Syriaque Orthodoxe des Indes/ Malankare)

_____________________________________________________

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

   

"L'avenir est dans la paix, il n'y a pas d'avenir sans paix"

 

 

"The future is in peace, there is no future without peace"

 

"O futuro está em paz, não há futuro sem paz"  

 

(SS Ignatius Aprem II)

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.