Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2018 1 17 /12 /décembre /2018 07:51

St Ignace d'Antioche 

Le 20 Décembre,nous célébrerons Saint Ignace d'Antioche. Second successeur de Saint Pierre, après Saint Evode, sur le Siège d'Antioche.
Vous voyez ici leurs images sur les fresques de l'église de notre Monastère Syro-Orthodoxe Francophone .


-------------------------
No dia 20 de dezembro, celebraremos Santo Inácio de Antioquia, segundo sucessor de São Pedro, depois de São Evode, na sede de Antioquia.
Aqui você pode ver suas imagens nos afrescos do coro da igreja do Mosteiro Siro-Ortodoxo de língua francesa.


-------------------------
On December 20, we will celebrate Saint Ignatius of Antioch, second successor of Saint Peter, after Saint Evode, on the Seat of Antioch.
Here you can see their images on the frescoes of the choir of the church of our French-speaking Syro-Orthodox Monastery.

-------------------------
في 20 كانون الأول / ديسمبر ، سنحتفل بالقديس إغناطيوس الأنطاكى ، خليفة سانت بطرس الثاني ، بعد القديس إفود ، على مقر أنطاكية.
هنا يمكنك رؤية صورهم على اللوحات الجدارية لجوقة كنيسة ديرنا الأرثوذكسي الذي يتحدث الفرنسية.

Saint Ignace d'Antioche, Qui êtes vous ?

D'origine syrienne, né vers 35, Ignace fut le troisième évêque d'Antioche, après l'apôtre Pierre et Evode. Il est mort martyr à Rome, probablement en 107 ou 113.

Ignace, qui se donnait le nom de "Théophore" (c'est-à-dire, qui "porte Dieu" en lui), avait été un disciple des apôtres Pierre et Jean.

C'est à lui, en tant que législateur pour favoriser la sécurité spirituelle des fidèles du Christ, que nous devons la claire définition des règles canoniques qui régissent l'ordre hiérarchique entre les prêtres et leur évêque.

Ignace fut arrêté par les autorités et transféré à Rome pour être mis à mort dans l'arène, pendant la persécution de Trajan. On espérait ainsi faire un exemple afin de freiner l'expansion du christianisme. Au contraire, il rencontra et encouragea de nombreux chrétiens sur son chemin et il écrivit des lettres aux chrétiens de diverses églises.

Son désir très fort du martyre sanglant dans l'arène peut sembler étrange au lecteur moderne (Il fut dévoré par un lion) : il conçoit le martyre comme une libation, un sacrifice envers le Christ comme le veut l'Évangile.

On le considère comme l'un des Pères apostoliques (les premiers des Pères de l'Église).

Voici un extrait de sa lettre aux Éphésiens :

[…] " Priez sans cesse " (1 Th 5, 17) pour les autres hommes.
 Car il y a en eux espoir de repentir, pour qu'ils arrivent à Dieu.
Permettez-leur donc au moins par vos œuvres  d'être vos disciples.
En face de leurs colères, vous, soyez doux ;
de leurs vantardises, vous, soyez humbles ;
de leurs blasphèmes, vous, montrez vos prières ;
de leurs erreurs, vous, soyez " fermes dans la foi "
(Col 1, 23) ;
de leur sauvagerie, vous, soyez paisibles, sans chercher à les imiter.
Soyons leurs frères par la bonté
et cherchons à être les " imitateurs du Seigneur "
(1 Th 1, 6) :
qui davantage a été objet d'injustice ?
qui dépouillé ? qui repoussé ?
pour qu'aucune herbe du diable ne se trouve parmi vous,
mais qu'en toute pureté et tempérance,
vous demeuriez en Jésus-Christ, de chair et d'esprit.  

-----------------------------------------

Santo Inácio de Antioquia Quem é você?

De origem síria, nascido cerca de 35 anos, Inácio foi o terceiro bispo de Antioquia, depois do apóstolo Pedro e Evode. Ele morreu como mártir em Roma, provavelmente em 107 ou 113.

Inácio, que se chamava "Theophoros" (isto é, que "carregava Deus" nele), tinha sido discípulo dos apóstolos Pedro e João.

É para ele, como legislador, promover a segurança espiritual dos fiéis de Cristo, que devemos a definição clara das regras canônicas que governam a ordem hierárquica entre os sacerdotes e seu bispo.

Inácio foi preso pelas autoridades e transferido para Roma para ser executado na arena durante a perseguição de Trajano. Esperava-se dar um exemplo para conter a expansão do cristianismo. Pelo contrário, ele encontrou e encorajou muitos cristãos em seu caminho e escreveu cartas para os cristãos em várias igrejas.

Seu forte desejo de martírio sangrento na arena pode parecer estranho para o leitor moderno (Ele foi devorado por um leão): ele concebe o martírio como uma libação, um sacrifício a Cristo como o Evangelho exige.

Ele é considerado um dos Padres Apostólicos (o primeiro dos Padres da Igreja).

Aqui está um trecho de sua carta aos Efésios:

[...] "Ore sem cessar" (1 Timóteo 5, 17) para outros homens.
Porque nelas há esperança de arrependimento, para que eles possam vir a Deus.
Permita que eles, pelo menos por suas obras, sejam seus discípulos.
Na frente de sua raiva, você seja gentil;
sua ostentação, você, seja humilde;
de suas blasfêmias, mostre suas orações;
de seus erros, você seja "firme na fé" (Cl 1:23);
sua selvageria, você, seja pacífico, sem tentar imitá-los.
Vamos ser seus irmãos pela bondade
e procurar ser os "imitadores do Senhor" (1 Ts 1, 6):
qual mais foi objeto de injustiça?
quem tirou? quem empurrou de volta?
que nenhuma erva do diabo está entre vós,
mas em toda pureza e temperança,
você habitou em Cristo Jesus, de carne e espírito.

----------------------------

Saint Ignatius of Antioch, Who are you?

Of Syrian origin, born about 35, Ignatius was the third bishop of Antioch, after the apostle Peter and Evode. He died a martyr in Rome, probably in 107 or 113.

Ignatius, who called himself "Theophoros" (that is, who "bore God" in him), had been a disciple of the apostles Peter and John.

It is to him, as legislator to promote the spiritual security of the faithful of Christ, that we owe the clear definition of the canonical rules that govern the hierarchical order between the priests and their bishop.

Ignatius was arrested by the authorities and transferred to Rome to be put to death in the arena during the persecution of Trajan. It was hoped to set an example to curb the expansion of Christianity. On the contrary, he met and encouraged many Christians on his way and wrote letters to Christians in various churches.

His strong desire for bloody martyrdom in the arena may seem strange to the modern reader (He was devoured by a lion): he conceives of martyrdom as a libation, a sacrifice to Christ as the Gospel demands.

He is considered one of the Apostolic Fathers (the first of the Fathers of the Church).

Here is an excerpt from his letter to the Ephesians:

[...] "Pray without ceasing" (1Ti 5, 17) for other men.
For there is in them hope of repentance, that they may come to God.
Allow them at least by your works to be your disciples.
In front of their anger, you, be gentle;
their boasting, you, be humble;
from their blasphemies, you, show your prayers;
from their mistakes, you, be "steadfast in faith" (Col 1:23);
their savagery, you, be peaceful, without trying to imitate them.
Let's be their brothers by kindness
and seek to be the "imitators of the Lord" (1 Th 1, 6):
which more was object of injustice?
who stripped? who pushed back?
that no herb of the devil is among you,
but in all purity and temperance,
you dwelt in Christ Jesus, of flesh and spirit.

------------------------

القديس أغناطيوس الأنطاكي ، من أنت؟

من أصل سوري ، ولد حوالي 35 ، كان إغناطيوس ثالث أسقف أنطاكية ، بعد الرسول بطرس و Evode. توفي شهيدا في روما ، ربما في 107 أو 113.

كان إغناطيوس ، الذي أطلق على نفسه اسم "Theophoros" (أي "الذي ولد فيه الله") تلميذاً للرسل بيتر وجون.

ألقت السلطات القبض على اغناطيوس ونُقلت إلى روما ليتم إعدامها في الساحة أثناء اضطهاد تراجان. كان من المأمول أن يكون مثالاً لكبح توسيع المسيحية. على العكس ، التقى وشجع العديد من المسيحيين في طريقه وكتب رسائل إلى المسيحيين في الكنائس المختلفة.

قد تبدو رغبته القوية للاستشهاد الدموي في الساحة غريبة بالنسبة للقارئ الحديث (كان يلتهمه أسد): فهو يتصور الاستشهاد كشهوة ، ذبيحة للمسيح كما يطلب الإنجيل.إنه ، بصفته مشرّعًا يروج للأمن الروحي للمؤمنين بالمسيح ، أننا ندين بالتعريف الواضح للقواعد الكنسيّة التي تحكم النظام الهرميّ بين الكهنة والأسقف.

يعتبر أحد الآباء الرسوليين (أول آباء الكنيسة).

هنا مقتطف من رسالته إلى أهل أفسس:

[...] "صل دون توقف" (1Ti 5 ، 17) للرجال الآخرين.
لانه يوجد فيهم رجاء التوبة لكي ياتون الى الله.
اسمح لهم على الأقل من خلال أعمالك أن تكون تلاميذك.
أمام غضبهم ، أنت ، كن لطيفًا.
تفاخرهم ، أنت ، كن متواضعا.
من السب ، أنت ، تظهر صلواتك.
من أخطائهم ، أنت ، "ثابت في الإيمان" (كول 1:23) ؛
همجيتهم ، أنت ، سلمي ، دون محاولة تقليدهم.
دعونا نكون إخواننا من اللطف
ونسعى لأن نكون "مقلدين للرب" (1 ث 1 ، 6):
أكثر من ذلك كان موضوع الظلم؟
من جردت؟ من قام بالضغط؟
أن عشب الشيطان ليس بينكم ،
ولكن في كل النقاوة والاعتدال ،
انت ساكن في المسيح يسوع من لحم وروح
.

 

 

SAINT THOMAS,

QUI ÊTES-VOUS?

Saint Thomas
Apôtre 
(Ier siècle)

Thomas était probablement originaire d'une pauvre famille de Galilée. Il était dépourvu de connaissances humaines, mais d'un esprit réfléchi et d'une volonté ferme jusqu'à l'obstination ; d'autre part, il avait du cœur et du dévouement.
Ces deux caractères de sa personnalité paraissent en deux paroles que l'Évangile cite de lui.

Peu avant sa Passion, Jésus veut retourner en Judée ; les Apôtres lui rappellent les menaces de ses ennemis.
Thomas seul s'écrie : « Eh bien ! Allons et mourons avec lui ! » Voilà le dévouement du cœur de l'Apôtre.
Après sa résurrection, le Sauveur était apparu à plusieurs de ses disciples, en l'absence de Thomas.

Quand, à son retour, on lui raconta cette apparition, il fut si étonné d'une telle merveille, qu'il en douta et dit vivement : « Je ne le croirai pas avant d'avoir mis mes doigts dans ses plaies. » Voilà le second caractère de Thomas, esprit trop raisonneur.

Mais son premier mouvement d'hésitation, en chose si grave, ne fut pas un crime et le bon Sauveur répondit à son défi.
Que fit alors Thomas ? Nous le savons ; un cri du cœur s'échappa de ses lèvres : « Mon Seigneur et Mon Dieu ! »

Dieu permit l'hésitation de cet Apôtre pour donner aux esprits difficiles une preuve de plus en faveur de la Résurrection de Jésus-Christ.
Saint Augustin attribue à Saint Thomas, parmi les douze articles du Symbole, celui qui concerna la Résurrection.

Quand les Apôtres se partagèrent le monde, les pays des Parthes et des Perses et les Indes furent le vaste lot de son apostolat.
La tradition prétend qu'il rencontra les mages, les premiers adorateurs de Jésus parmi les Gentils, qu'il les instruisit, leur donna le Baptême et les associa à son Ministère.
Partout, sur son passage, l'Apôtre établissait des chrétientés, ordonnait des Prêtres, consacrait des Évêques.

Quand au XIVe siècle, les Européens s'emparèrent des Indes orientales, ils trouvèrent, à leur grande surprise, dans les ces les peuples de ce vaste pays des Chrétientés Syriaques (Syriaques Orientales: Assyro-Chaldéennes et Syriaques Occidentales: Syriennes-Orthodoxes ) bien vivantes , témoins de la mission apostolique de Saint Thomas (Qui, de l'Iraq actuel, en passant par les Indes allât jusqu'en Chine avant de retourner aux Indes).
De nombreux miracles opérés par l'Apôtre furent à l'origine de conversions, parmi ces signes, signalons ici celui d'un miracle de l'Apôtre, traînant avec un faible lien une poutre énorme que les éléphants n'avaient pu remuer et qui  fut l'occasion d'innombrables conversions.
Cependant les prêtres des faux dieux, jaloux de tant de succès, jurèrent la mort de l'Apôtre ; il transpercèrent l'Apôtre d'une lance devant une Croix où il priait.

Les "Missionnaires" latins (En fait les Aumôniers des Colons Portugais ) persécutèrent malheureusement les Chrétiens Syriaques (Tueries et destructions de Livres Liturgiques et de Patrologie ) ce qui suscita leur réaction énergique lors du "Serment de la  croix de Coonen ". 

--------------

SAINT THOMAS,

QUEM SOMOS

São Tomás
apóstolo
(Primeiro século)

Thomas era provavelmente de uma família pobre na Galiléia. Ele era desprovido de conhecimento humano, mas de uma mente pensativa e firme vontade de obstinação; Por outro lado, ele tinha coração e dedicação.
Esses dois personagens de sua personalidade aparecem em duas palavras que o Evangelho cita dele.

Pouco antes de sua paixão, Jesus quer voltar para a Judéia; os apóstolos o lembram das ameaças de seus inimigos.
Thomas sozinho exclama: "Bem! Vamos morrer com ele! Esta é a dedicação do coração do apóstolo.
Depois de sua ressurreição, o Salvador apareceu a muitos de seus discípulos na ausência de Thomas.

Quando, em seu retorno, nós disse-lhe essa aparência, ele era tão espantado com tal maravilha, duvidava-lo e disse rapidamente: "Eu não vou acreditar até ele colocou meus dedos em suas feridas. Este é o segundo personagem de Thomas, também raciocínio mente.

Mas seu primeiro movimento de hesitação, em um assunto tão sério, não foi um crime, e o bom Salvador respondeu ao seu desafio.
O que Thomas fez então? Nós sabemos disso; Um grito do coração escapou de seus lábios: "Meu Senhor e meu Deus! "

Deus permitiu a hesitação deste apóstolo para dar à mente difícil mais provas em favor da ressurreição de Jesus Cristo.
Santo Agostinho atribui a São Tomás, entre os doze artigos do símbolo, aquele relativo à Ressurreição.

Quando os apóstolos compartilhavam o mundo, os países dos partos e persas e das índias eram o grande lote do seu apostolado.
reivindicações tradição que ele conheceu os Reis Magos, os primeiros adoradores de Jesus entre os gentios, ele instruiu-os, deu-lhes o Batismo e se juntou ao seu Ministério.
Em todo lugar, a caminho, o apóstolo estabeleceu a cristandade, sacerdotes ordenados, bispos consagrados.

Quando o século XIV, os europeus tomaram as Índias Orientais, eles descobriram, para sua surpresa, nestes povos deste vasto país comunidades siríaco cristãos (siríacos orientais: assírio-caldeu e sírio West: sírio-ortodoxo) bem vivos, testemunhas da missão apostólica de São Tomás (Que, do atual Iraque, através das Índias, foi à China antes de retornar à Índia).
Muitos milagres do Apóstolo foram originalmente conversões entre esses sinais salientar aqui que um milagre do Apóstolo, arrastando com um elo fraco um enorme feixe de que os elefantes tinham sido agitação e foi a ocasião para inúmeras conversões.
Enquanto isso, os sacerdotes dos falsos deuses, invejosos de tanto sucesso, juraram a morte do apóstolo; Ele perfurou o apóstolo com uma lança antes de uma cruz onde ele orou.

A "Missão" Latin (Na verdade capelães colonos portugueses), infelizmente, perseguiu os cristãos siríacos (assassinatos e destruição de Litúrgicas Livros e Patrologie) que lhes levantadas forte reação ao "Juramento da cruz de Coonen".

-----

SAINT THOMAS,

WHO ARE YOU?

Saint Thomas
Apostle
(1st century)

Thomas was probably from a poor family in Galilee. He was devoid of human knowledge, but of a thoughtful mind and a firm will to obstinacy; on the other hand, he had heart and dedication.
These two characters of his personality appear in two words which the Gospel quotes from him.

Shortly before his Passion, Jesus wants to return to Judea; the Apostles remind him of the threats of his enemies.
Thomas alone exclaims: "Well! Let's go and die with him! This is the dedication of the heart of the Apostle.
After his resurrection, the Savior appeared to many of his disciples in the absence of Thomas.

When, on his return, he was told of this apparition, he was so astonished by such a marvel that he doubted it and said briskly: "I will not believe it until I have put my fingers in his wounds. This is the second character of Thomas, too reasoning mind.

But his first movement of hesitation, in so grave a matter, was not a crime, and the good Savior answered his challenge.
What did Thomas do then? We know it ; a cry from the heart escaped his lips: "My Lord and my God! "

God permitted the hesitation of this Apostle to give difficult minds more proof in favor of the Resurrection of Jesus Christ.
St. Augustine attributes to St. Thomas, among the twelve articles of the symbol, the one concerning the Resurrection.

When the Apostles shared the world, the countries of the Parthians and Persians and the Indies were the vast lot of his apostolate.
Tradition claims that he met the Magi, the first worshipers of Jesus among the Gentiles, instructed them, gave them baptism, and associated them with his ministry.
Everywhere, on his way, the Apostle established Christendom, ordained priests, consecrated bishops.

When, in the fourteenth century, the Europeans seized the East Indies, they found, to their great surprise, in these peoples of this vast land Syrian Christianity (Eastern Syriacs: Assyro-Chaldeans and Western Syriacs: Syrians-Orthodox). living, witnesses of the apostolic mission of Saint Thomas (Who, from current Iraq, through the Indies went to China before returning to India).
Many miracles performed by the Apostle were at the origin of conversions, among these signs, let us note here that of a miracle of the Apostle, dragging with a weak link a huge beam that the elephants could not move and which was the occasion for countless conversions.
Meanwhile the priests of the false gods, jealous of so much success, swore the death of the Apostle; he pierced the Apostle with a spear before a cross where he prayed.

The Latin "Missionaries" (in fact the chaplains of the Portuguese colonists) unfortunately persecuted the Syriac Christians (Killing and Destruction of Liturgical Books and Patrology), which provoked their energetic reaction during the "Oath of the Cross of Coonen".

-------

سانت توماس ،

من انت؟

سانت توماس
رسول
(القرن الأول)

ربما كان توماس من عائلة فقيرة في الجليل. كان يخلو من المعرفة الإنسانية ، ولكن من عقل مدروس وإرادة راسخة للعناد. من ناحية أخرى ، كان لديه قلب وتفان.
تظهر هاتان الشخصيتان من شخصيته في كلمتين ينقلهما الإنجيل عنه.

قبل وقت قصير من آلامه ، يريد يسوع العودة إلى يهودا. الرسل يذكرونه بتهديدات أعدائه.
توماس وحده يصرخ: "حسنا! لنذهب ونموت معه! هذا هو تفاني قلب الرسول.
بعد قيامته ، بدا المخلص لكثير من تلاميذه في غياب توماس.

عندما أُخبر ، عند عودته ، عن هذا الظهور ، كان مندهشًا للغاية من هذه الأعجوبة التي شكك فيها وقال بصوت خشن: "لن أصدق ذلك حتى أضع أصابعي في جروحه. هذه هي الشخصية الثانية لتوماس ، العقل العقلاني أيضًا.

لكن حركته الأولى للتردد ، في أمر خطير جداً ، لم تكن جريمة ، وأجاب المخلص الجيد عن تحديه.
ماذا فعل توماس بعد ذلك؟ نحن نعرف ذلك. صرخة من القلب نجت من شفتيه: "ربي وإلهي! "

سمح الله لتردد هذا الرسول لإعطاء العقول الصعبة المزيد من الأدلة لصالح قيامة يسوع المسيح.
سمات القديس أوغسطين إلى سانت توماس ، من بين اثني عشر مقالة من الرمز ، واحدة تتعلق بالقيامة.

عندما شارك الرسل العالم ، كانت بلدان البارثيين والفرس والهنود هي الكثير من رسالته.
يزعم التقليد أنه التقى المجوس ، أول عبدة يسوع بين الوثنيون ، وأوعز لهم ، وأعطاهم المعمودية ، وارتبط بهم مع خدمته.
في كل مكان ، في طريقه ، أسس الرسول المسيح ، الكهنة المعينين ، الأساقفة المكرسين.

عندما القرن الرابع عشر، استولى الأوروبيين جزر الهند الشرقية، وجدوا لدهشتهم، في هذه الشعوب من هذا البلد الشاسع المجتمعات السريانية المسيحية (السريان الشرقية: الآشوري الكلداني والسرياني الغربية السوري الأرثوذكس) جيدا يعيشون ، وشهود على الرسالة الرسولية للقديس توماس (الذي ، من العراق الحالي ، من خلال جزر الهند توجه إلى الصين قبل العودة إلى الهند).
العديد من المعجزات التي قام بها الرسول كانت في الأصل من التحولات ، من بين هذه الإشارات ، دعونا نلاحظ هنا أن معجزة من الرسول ، يجرون مع رابط ضعيف شعاع ضخم أن الأفيال لا يمكن أن تتحرك وأي كانت مناسبة للتحويلات لا حصر لها.
في هذه الأثناء ، أقسم كهنة الآلهة الباطلة ، الذين غيورون بالكثير من النجاح ، على موت الرسول. اخترق الرسول برمح أمام صليب حيث صلى.

"البعثة" اللاتينية (رجال الدين في الواقع المستعمرين البرتغاليين) اضطهاد المسيحيين السريان للأسف (القتل والدمار من طقوسي كتب وPatrologie) الأمر الذي أثار رد فعل قوي لهم في "القسم صليب كونين".

Pour approfondir, lire la Catéchèse du Pape de Rome Sa Sainteté Benoît XVI à propos de Saint Thomas:

Para aprofundar, leia a catequese do Papa de Roma Sua Santidade Bento XVI sobre São Tomé:

To deepen, read the Catechesis of the Pope of Rome His Holiness Benedict XVI about Saint Thomas:


>>>  Thomas
[Allemand, Anglais, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]

-----------------------------------------------

BENOÎT XVI 
AUDIENCE GÉNÉRALE
Mercredi 27 septembre 2006

Thomas

Chers frères et sœurs, 
Poursuivant nos rencontres avec les douze Apôtres choisis directement par Jésus, nous consacrons aujourd'hui notre attention à Thomas.
Toujours présent dans les quatre listes établies par le Nouveau Testament, il est placé dans les trois premiers Evangiles, à côté de Matthieu (cf. Mt 10, 3; Mc 3, 18; Lc 6, 15), alors que dans les Actes, il se trouve près de Philippe (cf. Ac 1, 13).

Son nom dérive d'une racine juive, ta'am, qui signifie "apparié, jumeau". En effet, l'Evangile de Jean l'appelle plusieurs fois par le surnom de "Didyme" (cf. Jn 11, 16; 20, 24; 21, 2), qui, en grec, signifie précisément "jumeau".
La raison de cette dénomination n'est pas claire.

Le Quatrième Evangile, en particulier, nous offre plusieurs informations qui décrivent certains traits significatifs de sa personnalité.
La première concerne l'exhortation qu'il fit aux autres Apôtres lorsque Jésus, à un moment critique de sa vie, décida de se rendre à Béthanie pour ressusciter Lazare, s'approchant ainsi dangereusement de Jérusalem (cf. Mc 10, 32).
A cette occasion, Thomas dit à ses condisciples:  "Allons-y nous aussi, pour mourir avec lui!" (Jn 11, 16).

Sa détermination à suivre le Maître est véritablement exemplaire et nous offre un précieux enseignement: elle révèle la totale disponibilité à suivre Jésus, jusqu'à identifier son propre destin avec le sien et à vouloir partager avec Lui l'épreuve suprême de la mort.
En effet, le plus important est de ne jamais se détacher de Jésus. D'ailleurs, lorsque les Evangiles utilisent le verbe "suivre" c'est pour signifier que là où Il se dirige, son disciple doit également se rendre.

De cette manière, la vie Chrétienne est définie comme une vie avec Jésus Christ, une vie à passer avec Lui.
Saint Paul écrit quelque chose de semblable, lorsqu'il rassure les Chrétiens de Corinthe de la façon suivante: "Vous êtes dans nos cœurs à la vie et à la mort" (2 Co 7, 3).
Ce qui a lieu entre l'Apôtre et ses Chrétiens doit, bien sûr, valoir tout d'abord pour la relation entre les Chrétiens et Jésus Lui-même: mourir ensemble, vivre ensemble, être dans son cœur comme Il est dans le nôtre.

Une deuxième intervention de Thomas apparaît lors de la Dernière Cène. A cette occasion, Jésus, prédisant son départ imminent, annonce qu'il va préparer une place à ses disciples pour qu'ils aillent eux aussi là où il se trouve; et il leur précise: "Pour aller où je m'en vais, vous savez le chemin" (Jn 14, 4).

C'est alors que Thomas intervient en disant:  "Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas; comment pourrions-nous savoir le chemin?" (Jn 14, 5).
En réalité, avec cette phrase, il révèle un niveau de compréhension plutôt bas; mais ses paroles fournissent à Jésus l'occasion de prononcer la célèbre définition: "Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie" (Jn 14, 6).

C'est donc tout d'abord à Thomas que cette révélation est faite, mais elle vaut pour nous tous et pour tous les temps.
Chaque fois que nous entendons ou que nous lisons ces mots, nous pouvons nous placer en pensée aux côtés de Thomas et imaginer que Le Seigneur nous parle à nous aussi, comme Il lui parla.
Dans le même temps, sa question nous confère à nous aussi le droit, pour ainsi dire, de demander des explications à Jésus.

Souvent, nous ne le comprenons pas. Ayons le courage de dire: je ne te comprends pas, Seigneur, écoute-moi, aide-moi à comprendre.
De cette façon, avec cette franchise qui est la véritable façon de prier, de parler avec Jésus, nous exprimons la petitesse de notre capacité à comprendre et, dans le même temps, nous nous plaçons dans l'attitude confiante de celui qui attend la lumière et la force de celui qui est en mesure de les donner.

Très célèbre et même proverbiale est ensuite la scène de Thomas incrédule, qui eut lieu huit jours après Pâques.
Dans un premier temps, il n'avait pas cru à l'apparition de Jésus en son absence et il avait dit: "Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté; non, je ne croirai pas!" (Jn 20, 25).

Au fond, ces paroles laissent apparaître la conviction que Jésus est désormais reconnaissable non pas tant par son visage que par ses plaies.
Thomas considère que les signes caractéristiques de l'identité de Jésus sont à présent surtout les plaies, dans lesquelles se révèle jusqu'à quel point Il nous a aimés.
En cela, l'Apôtre ne se trompe pas.

Comme nous le savons, huit jours après, Jésus réapparaît parmi ses disciples, et cette fois, Thomas est présent.
Jésus l'interpelle: "Avance ton doigt ici, et vois mes mains; avance ta main, et mets-la dans mon côté: cesse d'être incrédule, sois croyant" (Jn 20, 27).
Thomas réagit avec la plus splendide profession de Foi de tout le Nouveau Testament: "Mon Seigneur et Mon Dieu!" (Jn 20, 28).

A ce propos, Saint Augustin commente: Thomas "voyait et touchait l'homme, mais il confessait sa Foi en Dieu, qu'il ne voyait ni ne touchait.
Mais ce qu'il voyait et touchait le poussait à croire en ce que, jusqu'alors, il avait douté" (In Iohann. 121, 5).

L'évangéliste poursuit par une dernière parole de Jésus à Thomas: "Parce que tu m'as vu, tu crois. Heureux ceux qui ont cru sans avoir vu" (Jn 20, 29).
Cette phrase peut également être mise au présent: "Heureux ceux qui croient sans avoir vu".

Quoi qu'il en soit, Jésus annonce un principe fondamental pour les Chrétiens qui viendront après Thomas, et donc pour nous tous.
Il est intéressant d'observer qu'un autre Thomas, le grand théologien médiéval d'Aquin, rapproche de cette formule de Béatitude celle apparemment opposée qui est rapportée par Luc: "Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez" (Lc 10, 23).

Mais Saint Thomas d'Aquin commente: "Celui qui croit sans voir mérite bien davantage que ceux qui croient en voyant" (In Johann. XX lectio VI  2566).
En effet, la Lettre aux Hébreux, rappelant toute la série des anciens Patriarches bibliques, qui crurent en Dieu sans voir l'accomplissement de ses promesses, définit la Foi comme "le moyen de posséder déjà ce qu'on espère, et de connaître des réalités qu'on ne voit pas" (11, 1).

Le cas de l'Apôtre Thomas est important pour nous au moins pour trois raisons: la première, parce qu'il nous réconforte dans nos incertitudes; la deuxième, parce qu'il nous démontre que chaque doute peut déboucher sur une issue lumineuse au-delà de toute incertitude; et, enfin, parce que les paroles qu'il adresse à Jésus nous rappellent le sens véritable de la Foi mûre et nous encouragent à poursuivre, malgré les difficultés, sur notre chemin d'adhésion à sa personne.

Une dernière annotation sur Thomas est conservée dans le Quatrième Evangile, qui le présente comme le témoin du Ressuscité lors du moment qui suit la pêche miraculeuse sur le Lac de Tibériade (cf. Jn 21, 2).
En cette occasion, il est même mentionné immédiatement après Simon-Pierre: signe évident de la grande importance dont il jouissait au sein des premières communautés Chrétiennes.

En effet, c'est sous son nom que furent ensuite écrits les Actes et l'Evangile de Thomas, tous deux apocryphes, mais tout de même importants pour l'étude des origines Chrétiennes.
Rappelons enfin que, selon une antique tradition, Thomas évangélisa tout d'abord la Syrie et la Perse (c'est ce que réfère déjà Origène, rapporté par Eusèbe de Césarée, Hist. eccl. 3, 1), se rendit ensuite jusqu'en Inde occidentale (cf. Actes de Thomas 1-2 et 17sqq), d'où il atteignit également l'Inde méridionale.

Nous terminons notre réflexion dans cette perspective missionnaire, en formant le vœu que l'exemple de Thomas corrobore toujours davantage notre Foi en Jésus Christ, Notre Seigneur et Notre Dieu.
Que l’exemple de l’Apôtre Thomas rende toujours plus forte votre Foi en Jésus et qu’il vous incite à être d’ardents missionnaires de l’Évangile parmi vos frères.

 

 

MARTHE ET MARIE...POUR

 

COMPRENDRE

 

L'ENSEIGNEMENT DU

 

SEIGNEUR:

 

Si un texte peut énerver les femmes, et particulièrement les mères de famille, c'est bien celui de la rencontre avec Marthe et Marie.

En effet, Jésus semble donner tort à Marthe qui s'échine à ce que le repas soit bien préparé alors qu'elle demande de l'aide à sa sœur Marie.

 

(Source: Blog de Seraphim)

Du Sérieux sur le mode de

l'humour:

L'homme existe je l'ai

 

rencontré

« Mon Dieu, qui priez-vous ?  » Et

 

Dieu lui répond : « Je prie

 

l’Homme ».

Un jour, Raymond Devos, fameux humoriste "théologien", rentre dans une église en Lozère. Il s’approche du chœur et là qu’est-ce qu’il voit ? Dieu en train de prier.

Dieu se prie-t-il lui-même ? Intrigué, l’humoriste raconte s’approcher délicatement de Dieu. On ne dérange pas quelqu’un en prière, surtout si c’est Dieu lui-même, et lui demande  : « Mon Dieu, qui priez-vous ?  » Et Dieu lui répond : « Je prie l’Homme ».

 

(Source: Seraphim)

 

Spirituellement, c’est une explosion nucléaire !

Toutes les fausses attitudes spirituelles sont balayées, effacées, carbonisées.

 

Dieu nous prie ?

De fait, depuis que nous avons touché au fruit de l’arbre défendu et que nous nous sommes planqués dans les bosquets, Dieu ne cesse de nous prier de lui dire où nous sommes !

 

« Où es-tu ? » demande Dieu à Adam au jardin d’Eden (Genèse 3, 9).

 

Dieu ne cesse de nous appeler

 

Nous aurions tort de croire qu'aujourd’hui, Dieu ne nous pose plus cette question. Dans le silence, résonne la prière de Dieu à notre attention :

Où es-tu ?

Où en es-tu ?

 

Cela montre l’indéfectible attachement qui nous lie à Dieu. Dieu ne cesse de nous appeler.

 

Notre prière, n’est en fin de compte, qu’une réponse à la prière que Dieu nous adresse.

 

Quand nous prions Dieu, nous nous rendons « géocalisables » et comme Dieu veut que nous devenions ses amis, la rencontre se produit.

 

En nous priant, Dieu nous prouve qu’il croit en nous. Prendre conscience de cela transforme toute notre vie. Il est donc plus fertile de croire que Dieu croit en nous.

 

C’est infiniment plus puissant. C’est bien le sens profond de la foi qui est une vertu théologale, c’est-à-dire une vertu qui vient de Dieu.

 

Mieux encore, si Dieu croit en nous, cela veut dire qu’il espère en nous.

 

Notre mémoire génétique spirituelle, notre ADN est contenue dans cette espérance.

 

S’il nous a donné la vie, c’est pour que nous partagions la sienne. Tout est disposé pour cela.

 

L’espérance est, elle aussi, vertu théologale parce qu’elle vient de Dieu, comme la foi. Il est donc plus puissant de croire que Dieu espère en nous.

 

Comment ne pas comprendre alors que si Dieu nous prie, c’est qu’il nous aime.

Il nous aime inconditionnellement.

 

C’est par amour qu’il nous a créés. Nous sommes le fruit de l’amour de Dieu.

Alors, là, s’effectue la grande bascule !

 

Dieu nous aime pécheurs que nous sommes, et en cela, il est plus fécond de croire que Dieu nous aime.

 

Se savoir aimé de Dieu

 

Une de mes jeunes terminales lorsque j’étais aumônier de lycée vint un jour me dire, triomphante : l’amour, c’est chimique !

 

Elle réduisait l’amour à une série de sécrétions hormonales ou l’ocytocine avait la vedette.

 

De fait, la formule chimique de Dieu, nous la connaissons  : A+M+O+U+R. Mais une formule chimique à l’exemple de celle de l’eau, H2O, n’a jamais étanché la soif !

 

Même si vous sucez le papier sur lequel la formule est écrite, vous resterez sur votre soif.

 

Il faut se « savoir » aimé de Dieu et je dis bien savoir.

 

Sentir, c’est bien, mais savoir, c’est mieux. Saint Jean dans sa première épître nous met sur cette voie :

-« en ceci consiste l’amour, ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, c’est lui qui nous a aimés le premier « (1 Jean 4, 10-19).

Ainsi l’amour, comme la foi et comme l’espérance, est une vertu théologale, elle vient de Dieu.

 

Se savoir aimé transforme notre vie.

 

La plupart des humains ne s’aiment pas ou s’aiment mal ; la preuve en est que nombreux sont ceux qui aspirent au bonheur et font leur propre malheur.

 

L’amour de Dieu, c’est comme le thé, il faut qu’il infuse


Prenons donc conscience que Dieu nous prie d’accueillir son amour. Si nous répondons à sa prière et accueillons son amour, alors nous devenons libres car nous serons remplis de son amour.

 

Nous pourrons ainsi briser le cercle vicieux qui fait que chacun ayant besoin d’être aimé, attend que l’autre l’aime et comme l’autre ne l’aimera jamais à la hauteur du désir que Dieu seul peut assouvir, l’être se referme sur lui-même et s’aigrit.

Alors je vous en prie, si Dieu vous prie, priez-le aussi.

Alain Noel

 

Où nous trouver ? 

 

Grande Paroisse NORD-OUEST et NORD-EST (Paroisse Cathédrale N-D de Miséricorde):

 

NORMANDIE :

CHANDAI (61) et CHAISE-DIEU DU THEIL (27):

 

* Le Sanctuaire Marial de la

Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

Messe journalières en semaine à 10h30

 

Tous les dimanches, Messe à 10h30 et permanence constante de prêtres  pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

(Liturgie de St Jacques dite "d'Antioche-Jérusalem") 

Tel: 02.33.24.79.58 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

Maison Ste Barbe 
(Siège de l'Ass Caritative CARITAS E S O F)

15 Rue des 3 Communes
27580 CHAISE-DIEU DU THEIL

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

* Relais Paroissial St Michel

S/ Mme H MARIE, 43 Rue de la Marne

14000 CAEN.Tel: 02.33.24.79.58

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 Le 30 de chaque mois, Permanence pastorale de 8h30 à 19h (Sur R.D.V) chez Mme Henriette Marie, 43, Rue de la Marne à CAEN. Tel 06.33.98.52.54 . (Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) . 

-+-

Grande Paroisse "NOUVELLE AQUITAINE" , OCCITANIE (N-D de la Très Sainte Trinité) :

 

NANTES:

 *Groupe de prières et "relais paroissial" St Charbel

18h, Messe le 2ème jeudi de chaque mois et permanence régulière d'un prêtre Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) de 9h à 17h (06.48.84.94.89 ).

ANGOULÊME (Jauldes):

*Paroisse N-D de Toutes Grâces et St Ubald

MAISON NOTRE-DAME
66,Place Schoeneck, LE BOURG
16560 JAULDES. 

Tel: 05.45.37.35.13
Messe les 2èmes et  4èmes Dimanches de Chaque mois à 10h30 suivies d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

* Possibilité de prendre Rendez-vous avec le prêtre la semaine suivant le 2éme dimanche du mois ainsi que pour les visites aux malades et à domicile.

Permanence régulière d'un prêtre pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

PERIGUEUX (La Chapelle Faucher):

*Paroisse Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front


ERMITAGE ST COLOMBAN*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530 LA CHAPELLE FAUCHER.

Tel:05.45.37.35.13

 Messe le 4ème samedi de Chaque mois à 10h30 et permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISMES, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

LOURDES:

*Relais paroissial St Gregorios de Parumala

 Messes épisodiques ( en fonction des besoins des fidèles) à 10h30

Rte de Pau

 

-+-

CAMEROUN, PAKISTAN ET BRÉSIL:

Pour obtenir les adresses du Monastère de YAOUNDÉ,

des paroisses et "relais paroissiaux de Doula, Yaoundé, Elig Nkouma, Mimboman, Bertoua, Monabo, veuillez les demander au Monastère Métropolitain. De même pour les Paroisses du Brésil et du Pakistan: 

 Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

Les prochains rendez-vous liturgiques de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone de Mar Thoma En décembre 2018 :

Chers amis, Aloho m’barekh (Dieu vous bénisse) !

Heureuses préparations à recevoir, à Noël le Verbe de Vie, le Christ, Soleil de Justice et Prince de la Paix !

Que le Prochain Jeûne de la Nativité nous purifie pour que nous soyons brûlants d’Amour de Dieu et du prochain !

Votre fidèlement en Christ.

+Mor Philipose.

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

*Jeudi 20 Décembre Saint Ignace d'Antioche:

Messe au Monastère à 10h30, suivie du repas fraternel , réception des fidèles... 

-------------------

*Vendredi 21 Décembre, Saint Thomas:

 

Messe au Monastère à 10h30, suivie du repas fraternel , réception des fidèles... 

 ________________________________________________________________________

"NOEL, NOEL, CHANTONS-TOUS NOEL !"

(24-25 Décembre, conformément au Calendrier Liturgique de notre Tradition Malankare Orthodoxe)

Le Dimanche 23 Décembre :

* A JAULDES (Angoulême), ramassage des fidèles de Région Aquitaines (S'inscrire, merci),

*A PARIS (Angoulême)Possibilité de ramassage des fidèles de Région Parisienne (S'inscrire, merci)

 qui voudraient passer Noël au Monastère 

Ne restez pas seul pour les Fêtes

Si vous avez peu de moyens pour fêter décemment Noël en 

famille, grâce au partage c'est possible ! 

Venez fêter la Nativité au Monastère en famille !

Si vous n'êtes pas en famille, retrouvez-vous, du moins, en communion avec

les Chrétiens d'Orient, avec vos frères Chrétiens Syro Orthodoxes francophones de St Thomas. 

 

Programme:

 

 

*Lundi  24 Décembre. Nativité de Notre-Seigneur

 18h, réveillon avec les fidèles familiers. Veillée de Noël (Plusieurs Baptêmes et Chrismations), Bénédiction du Feu nouveau et Procession de l’Enfant-Jésus à l’Eglise.Messe de minuit.

 

 

*Mardi 25, Nativité de Notre-Seigneur

Messe du jour à 10h30 ,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

 

*Mercredi 26 Décembre, Fête des « Félicitations à la Mère de Dieu »

Messe en l’honneur de « la Toute Pure et Immaculée Mère du Verbe-Dieu » à 10h30 ,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

 

VEILLÉE POUR LA VIE dans la nuit du 26 au 27

 

*Jeudi 27 Décembre, Fête des « Saints Innocents »

Messe en l’honneur pour les enfants à naître et les victimes de l’avortement:

* 10h30 au Monastère (NORMANDIEe) et Jauldes (CHARENTE)

,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

INSCRIPTIONS :

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

 

-+-

*Dimanche 6 JANVIER  ÉPIPHANIE - THÉOPHANIE,

GRANDE BENEDICTION DES EAUX ,  Pèlerinage mensuel à la Mère de Miséricorde et aux saints du kerala.

https://img.over-blog-kiwi.com/1/49/89/80/20181106/ob_214be8_ob-31374b-10502003-944339265587797-245.jpg

GRANDE BENEDICTION DES EAUX

 Messe au Monastère à 10h30, suivie du repas fraternel , réception des fidèles... 

-+-

NANTES (Relais Paroissial et Groupe de Prière Saint Charbel):

¤ JEUDI 6 DÉCEMBRE 10 JANVIER , ¨permanence pastorale de 9h à 17h30, MESSE à 18h. Vendredi 12, Visites aux malades et bénédiction des lieux entre Nantes et Charentes.

==============================


# Paroisse d'Aquitaine et Sud-Ouest

ANGOULÊME (Jauldes):

¤ DIMANCHES 9 DÉCEMBRE et 23 DÉCEMBRE. Programme habituel.

Le Dimanche 23 Décembre à JAULDES (Angoulême), possibilité deramassage des fidèles de Région Aquitaine qui voudraient passer Noël au Monastère, retour le 27 Décembre (St Innocents), Messe à 10h30 à Jauldes.

MAISON NOTRE-DAME
66,Place Schoeneck, LE BOURG
16560 JAULDES. Tel:05.45.37.35.13

 

PÉRIGUEUX (La Chapelle Faucher)
¤SAMEDI   22 DÉCEMBRE
*10h30, Messe, suivie d'un repas fraternel,réception des fidèles

Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front
ERMITAGE ST COLOMBAN*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530 LA CHAPELLE FAUCHER. Tel:05.45.37.35.13

++++++++++++++++++++++++++

Ou trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

 

_____________________________________________________

 

DU 31 DÉCEMBRE AU 7 JANVIER,

 

RETRAITE SPIRITUELLE de Délivrance et

 

de Guérison intérieure 

(Visites de plusieurs Sanctuaires ):

 

*Dimanche 31 Décembre, passage vers la nouvelle année

 

Messe en l’honneur de « la Toute Pure et Immaculée Mère du Verbe-Dieu » à 10h30 ,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 19h. 20h30 Soutoro (Complies)

HEUREUSE ET SAINTE ANNÉE

 

   

 

"L'avenir est dans la paix, il n'y a pas d'avenir sans paix"

 

 

"The future is in peace, there is no future without peace"

 

"O futuro está em paz, não há futuro sem paz"  

 

(SS Ignatius Aprem II)

 

Note:

 

Eglise locale fondée grâce à l'élan missionnaire de l'Eglise Syrienne Orthodoxe des Indes (Malankare), notre Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles, nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non obligatoires.Toute offrande fait cependant l'objet d'une déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° du montant de votre don). 
Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, moniale ( 06.17.51.25.73).

 

Nota:

Igreja local fundada pelo impulso missionário da Igreja Síria Ortodoxa da Índia (Malankara), nossa Igreja siro-Orthodoxe- Francophone é uma igreja ortodoxa-Leste.

O Mosteiro siríaco é um Centro de oração para a unidade das Igrejas Apostólicas, unanimidade de Christian Witness ea paz mundial.

¤ Permanência pastoral em vários região da França para: Acompanhamentos espirituais, sacramentos Sacramental (bênçãos, orações de libertação ou exorcismo, orações de cura) ...

Para o serviço pastoral para o Mosteiro como a casa dos fiéis para estadias curtas ou retiros espirituais, não requer qualquer fixo.

As ofertas são livres e não obligatoires.Toute oferecendo ainda sido deduzido do seu rendimento tributável à alíquota de 66 ° / ° de sua renda).
Denominar todas C B na seguinte ordem "S S M E Metropolis"

Para os sírio-ortodoxos Capelania francófonos africanos que vivem na França, entre em contato com as cabeças: Mor Philipose Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitan e irmã Marie-Andre M'Bezele, freira (06.17.51.25.73).

 

Note:

A local church founded on the missionary impulse of the Syrian Orthodox Church of India (Malankare), our Syro-Orthodox-Francophone Church is an Eastern Orthodox Church.

The Syriac Monastery is a Center of Prayer for the unity of the Apostolic Churches, the unanimity of the Christian Testimony and the peace of the world.

¤ Pastoral permanence in various regions of France for: Spiritual accompaniments, Sacraments, Sacramentals (Blessings, Prayers of deliverance or exorcism, prayers of healing) ...

For the pastoral services rendered to the Monastery as the reception of the faithful for short stays or spiritual retreats, we do not require any fixed.

The offerings are free and not obligatory. However, any taxable income is deducted from your taxable income of 66% of your income.
Write all C B 

CONFIER DES INTENTIONS DE PRIÈRE AU MONASTÈRE , C'EST SIMPLE...

Le Moine ne rompe pas la solidarité profonde qui doit unir entre eux les frères humains… Ils se conforment aux sentiments du Christ Tête de l'Eglise, le "premier né d'une multitude de frères" et à Son amour pour tous les hommes…

A travers les prières monastiques, c’est toute l’Eglise qui prie et intercède pour l’humanité.

Le savez-vous ? Chacun de vous, dans le secret de son existence, participe à cet immense courant de prière souterraine qui irrigue le monde…

Si vous le souhaitez, vous pouvez nous confier une intention de prière en l'envoyant à l'adresse suivante:

--------------------

DÃO AS INTENÇÕES DE ORAÇÃO mosteiro é
SIMPLES ...

O monge não quebrar a profunda solidariedade que deve unir-los irmãos humanos ... Eles devem respeitar os sentimentos de Cristo Cabeça da Igreja, o "primogênito entre muitos irmãos" e seu amor por todos os homens ...

Através das orações monásticas é toda a Igreja que reza e intercede pela humanidade.

Você sabia? Cada um de vocês, no segredo da sua existência, participa nesta oração subterrâneo imenso poder que irriga o mundo ...

Se desejar, você pode confiar uma intenção de oração, enviando-o para o seguinte endereço:

---------------------

GIVING INTENTIONS OF PRAYER TO THE MONASTERY IS
SIMPLE...

The Monk does not break the deep solidarity that must unite the brothers

Human beings ... They conform to the sentiments of Christ Head of the Church, the

"The firstborn of a multitude of brothers" and His love for all men ...

Through monastic prayers, the whole Church prays and intercedes for

humanity.

Do you know ? Each of you, in the secret of his existence, participates in this

Immense current of underground prayer that irrigates the world ...

If you wish, you can entrust us with an intention of prayer by sending it to the following address:

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2018 6 15 /12 /décembre /2018 18:00

Nous célébrons, ce dimanche 16 Décembre le dimanche de la révélation à saint Joseph le Juste

(had'bshabo d'gelyono d-yawseph kino)

Quelques uns parmi nos zélés fidèles se sont mobilisés pour organiser ce même dimanche 16, après la Messe, une journée Afro-antillaise pour renflouer les finances des Associations métropolitaine (Métropolie de L'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thoma ) et caritative (CARITAS ESOF )

Ce dimanche de la révélation à saint Joseph le Juste nous invite à tourner nos regards vers Saint Joseph et implorer pour nous-même, nos famille et toute la famille ecclésiale son intercession.

Ce dimanche de la révélation à saint Joseph le Juste nous invite à grandir, à son exemple, dans la Foi et une ferme confiance dans les desseins de la Providence .

Sous son accompagnement spirituel, préparons-nous à recevoir le Verbe de Vie qui, par Marie et dans la Puissance du Saint Esprit se fait notre frère!

Ayons une pensée particulière pour l'une de nos paroisse du Brésil, dédiée à Saint Joseph et conduite par notre cher Abouna Elias Elias son pasteur.

Heureux Weekend à vous tous dans la piété et la charité fraternelle !
------------------------------
We celebrate, this Sunday, December 16th, the Sunday of the
revelation to Saint Joseph the Just (had'bshabo of gelyono d-yawseph kino)

Some of our zealous faithful mobilized to organize this same Sunday, after the Mass, an Afro-Caribbean day to bail out the finances of the Metropolitan Associations (Metropolis of the Syro-Orthodox Church Francophone Mar Thoma) and charitable (CARITAS ESOF )

This Sunday of the revelation to St. Joseph the Just invites us to turn our gaze to Saint Joseph and implore for ourselves, our family and the whole ecclesial family his intercession.

This Sunday of the revelation to St. Joseph the Just invites us to grow, by his example, in the Faith and a firm trust in the plans of Providence.

Under his spiritual guidance, let us prepare to receive the Word of Life which, through Mary and in the power of the Holy Spirit, becomes our brother!

Let us have a special thought for one of our parish of Brazil, dedicated to Saint Joseph and led by our dear Abouna Elias Elias his pastor.

Happy Weekend to you all in piety and fraternal charity!
-----------------------------------
Nós celebramos este 16º domingo dezembro domingo do
revelação para São José, o Justo (had'bshabo de kino gelyono d-yawseph)

Alguns dos nossos fiéis zeloso mobilizados para organizar este mesmo domingo 16, após a missa, um dia afro-caribenha para repor as Associações de Finanças metropolitanas (Metropolis de A Igreja siro-ortodoxo Francophone Mar Thoma) e Caridade (Caritas ESOF )

revelação deste domingo a São José, o Justo nos convida a voltar nossa atenção para St. Joseph e implorar por nós mesmos, nossas famílias e toda a intercessão família eclesial.

revelação deste domingo a São José, o Justo convida-nos a crescer, para seu exemplo de fé e uma empresa de confiança nos desígnios da Providência.

Sob a sua orientação espiritual, preparemo-nos para receber a Palavra da Vida que, através de Maria e no poder do Espírito Santo, se torna nosso irmão!

Vamos ter um pensamento especial para uma de nossa paróquia do Brasil, dedicada a São José e liderada pelo nosso querido Abouna Elias Elias, seu pastor.

Feliz fim de semana a todos vocês em piedade e caridade fraterna!
-----------------------------

نحتفل ، الأحد ، 16 ديسمبر ، الأحد من الوحي إلى القديس يوسف العادل (had'bshabo of gelyono d-yawseph kino)

وهناك عدد قليل من إخواننا المؤمنين المتحمسين تعبئتها لتنظيم هذا نفس 16 الأحد، بعد القداس، يوم المنحدرين من منطقة البحر الكاريبي لتجديد الجمعيات المالية الكبرى (متروبوليس من الكنيسة السريانية الأرثوذكسية الفرنكوفونية مار توما) والإحسان (كاريتاس ESOF )

هذا الأحد من الوحي إلى القديس يوسف العادل يدعونا لتحويل نظرتنا إلى القديس يوسف ونناشد أنفسنا وعائلتنا والعائلة الكنسية بأكملها شفاعته.

هذا الأحد من الوحي إلى القديس يوسف العادل يدعونا للنمو ، من خلال مثاله ، في الإيمان والثقة الراسخة في خطط العناية الإلهية.

تحت إرشاده الروحي ، دعونا نستعد لتلقي كلمة الحياة التي ، من خلال ماري وقوة الروح القدس ، يصبح أخينا!

دعونا نفكر بشكل خاص في إحدى رعايانا للبرازيل ، المكرسة للقديس يوسف وقادها عزيزنا إلياس إلياس قسيس.

عطلة نهاية الاسبوع سعيدة لكم جميعا في التقوى والشفقة الأخوية!

Dimanche de l’Annonciation (Ou Révélation) à Saint-Joseph

Saint Qurbana

    • 1ère épître de St Pierre 2: 11 -17 :
  • 11 alors que d’autres anges, supérieurs en force et en puissance, ne portent pas contre ceux-ci un jugement outrageant de la part du Seigneur.
  • 12 Ces gens-là sont comme des bêtes privées de raison, engendrées par la nature pour être capturées et détruites ; outrageant ce qu’ils ignorent, ils seront détruits comme ces bêtes seront détruites ;
  • 13 ils subiront l’injustice comme salaire de leur injustice. Ils pensent trouver leur plaisir à vivre dans les délices en plein jour, ils ne sont que taches et défauts, en se délectant de leurs tromperies quand ils font bombance avec vous.
  • 14 Ils ont les yeux remplis du désir d’adultère et sont insatiables de péchés. Ils séduisent les âmes mal affermies, ils ont le cœur exercé à la cupidité : ce sont des enfants de malédiction.
  • 15 Abandonnant le droit chemin, ils se sont égarés en s’engageant sur le chemin de Balaam fils de Bosor ; celui-ci fut heureux de recevoir un salaire d’injustice,
  • 16 mais il reçut une leçon pour sa transgression : une bête de somme sans voix s’est mise à parler avec une voix humaine et s’est opposée à la folie du prophète.
  • 17 Ces gens-là sont des sources sans eau, des brumes chassées par la tempête ; l’obscurité des ténèbres leur est réservée.
    •  
    • Epître aux Galathes 1: 11-24 :
  • 11 Frères, je tiens à ce que vous le sachiez, l’Évangile que j’ai proclamé n’est pas une invention humaine.
  • 12 Ce n’est pas non plus d’un homme que je l’ai reçu ou appris, mais par révélation de Jésus Christ.
  • 13 Vous avez entendu parler du comportement que j’avais autrefois dans le judaïsme : je menais une persécution effrénée contre l’Église de Dieu, et je cherchais à la détruire.
  • 14 J’allais plus loin dans le judaïsme que la plupart de mes frères de race qui avaient mon âge, et, plus que les autres, je défendais avec une ardeur jalouse les traditions de mes pères.
  • 15 Mais Dieu m’avait mis à part dès le sein de ma mère ; dans sa grâce, il m’a appelé ; et il a trouvé bon
  • 16 de révéler en moi son Fils, pour que je l’annonce parmi les nations païennes. Aussitôt, sans prendre l'avis de personne,
  • 17 sans même monter à Jérusalem pour y rencontrer ceux qui étaient Apôtres avant moi, je suis parti pour l’Arabie et, de là, je suis retourné à Damas.
  • 18 Puis, trois ans après, je suis monté à Jérusalem pour faire la connaissance de Pierre, et je suis resté quinze jours auprès de lui.
  • 19 Je n’ai vu aucun des autres Apôtres sauf Jacques, le frère du Seigneur.
  • 20 En vous écrivant cela, – je le déclare devant Dieu – je ne mens pas.
  • 21 Ensuite, je me suis rendu dans les régions de Syrie et de Cilicie.
  • 22 Mais pour les Églises de Judée qui sont dans le Christ, mon visage restait inconnu ;
  • 23 elles avaient simplement entendu dire : « Celui qui nous persécutait naguère annonce aujourd’hui la foi qu’il cherchait alors à détruire. »
    • 24 Et l’on rendait gloire à Dieu à mon sujet.
    • Evangile selon Saint Matthieu 1: 18-25 :
  • 18 Or, voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint.
  • 19 Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret.
  • 20 Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ;
  • 21 elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »
  • 22 Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète :
  • 23 Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous »
  • 24 Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse,
  • 25 mais il ne s’unit pas à elle, jusqu’à ce qu’elle enfante un fils, auquel il donna le nom de Jésus.
    •  

 

DANS LA LUMIÈRE DE NOËL

Saint Éphrem de Nisibe (Syrie), diacre et docteur de l'Eglise, grand théologien et chantre des églises de langue syriaque du 4e siècle est, en particulier l’auteur d’hymnes sur la Nativité.

Voici un extrait de l’une d’entre elle qui comporte pas moins que quatre

1. Ce jour, mon Seigneur, a réjoui Les rois, les prêtres et les prophètes, Car leurs paroles en ce jour furent accomplies Et devinrent toutes réalités. Refrain : Gloire à toi, Fils de notre Créateur

2. La Vierge a mis au monde aujourd’hui L’Emmanuel en Bethléem ; La parole dite par Isaïe S’est aujourd’hui réalisée.

3. Il est né en ce lieu, Celui qui dans un livre dénombre les peuples Le psaume par David chanté, Aujourd’hui s’est accompli.

6. Elle est descendue, la lumière cachée À travers un corps sa beauté s’est manifestée. L’astre levant dont a parlé Zacharie À Bethléem a brillé aujourd’hui.

7. Elle s’est manifestée, la lumière royale, À Éphrata, la vie royale. La bénédiction prononcée par Jacob atteint aujourd’hui sa plénitude.

8. L’arbre de vie Apporte l’espoir aux mortels ; La sentence secrète de Salomon Reçoit aujourd’hui son interprétation.

9. Aujourd’hui un enfant est né. On a proclamé son nom : « Merveilleux Oui vraiment, c’est merveille que Dieu Comme un nourrisson se soit montré.

96. C’est le jour où s’ouvre À nos prières la porte d’en haut ; Nous aussi, ouvrons les portes aux demandeurs Qui ont péché et qui nous demandent grâce.

99. Aujourd’hui la divinité s’est empreinte Dans l’humanité Pour que l’humanité, elle aussi, fût enchâssée Dans le sceau de la divinité.

(In Hymnes sur la Nativité, traduction de Sources Chrétiennes , traduction de François Cassingena Trévedy Sources Chrétiennes n° 459, Cerf, Paris 2001, p. 27-47 )

 

 

NOEL

De l'Evêque JEAN de Saint-Denis (Eugraf Kovalevsky, mort en "odeur de sainteté)

Conférence donnée le 23 décembre 1956 à l’Hôtel des Sociétés Savantes.

Je suis parmi vous pour vous parler de cet événement que nous nommons Noël et qui contient tant de mystères et de nourriture spirituelle.

A ceux qui aiment Noël du point de vue du « bon repas nocturne », danses dans les restaurants, réveillon où l’on ne pense surtout pas à Dieu, je dirai, à l’avance, qu’ils font très bien.

A ceux qui voient dans la fête de Noël des souvenirs d’enfance, les cadeaux, des réunions de famille pas spécialement spirituelles, plutôt sentimentales, la visite à la crèche avec les enfants, peut-être même la messe de minuit pour écouter de la bonne musique sans tenir compte de ce qui se passe, je dirai à l’avance, qu’ils font très bien.

A ceux qui ne voient en Noël qu’une fête païenne, le retour du soleil, la nuit diminuant, la vie recommençant à jaillir parmi nous avec le printemps, à ceux qui ne voient que cela, je dirai à l’avance, parfait.

A ceux qui désirent aller plus loin dans le mystère de Noël, dans la pénétration de l’absolu, de l’éternel dans le temps, dans la nouvelle naissance, etc. sans parler du mystère de Noël véritablement spirituel et de son contenu, je dirai à l’avance, certainement c’est très bien.

Oui, je dis : très bien à ces différents hommes voyant dans la fête de la Nativité un grand repas, une dinde truffée - ou du moins dans leur imagination, car ils n’ont pas toujours assez d’argent pour acheter cette volaille - parce qu’inconsciemment ils reconnaissent cette fête qu’ils ne comprennent pas.

Chaque jour dans toutes les églises du monde on chante aux Laudes : Cieux, bénissez le Seigneur ; que la terre et les eaux bénissent le Seigneur ; que les monstres marins bénissent le Seigneur ; que la chaleur et le froid, la lumière et les ténèbres bénissent le Seigneur : De toutes les fêtes chrétiennes, nul n’est exclu.

 

Un jour, rentrant de la messe de nuit de Pâques je rencontrai un ivrogne.

Je me sentais soulevé par la joie de la Résurrection, mais lui avait compris cette fête autrement, allant de bistrot en bistrot prendre un verre, dès huit heures du soir.

Comme il était environ trois heures du matin, les cafés étaient fermés, sauf un, demeuré ouvert.

J’avais froid, j’étais fatigué de ne pas avoir dormi de la nuit et j’entrai pour prendre un café, ayant encore une heure de marche pour rentrer chez moi.

Le patron était gros, paisible, très en repos, regardant avec des yeux indifférents comme ceux du bœuf dans la crèche, supportant les clients, subissant ce pauvre ou heureux ivrogne - comme vous voudrez - qui buvait son énième verre et disait en un français très « petit russe » : Je suis heureux, ah je suis heureux, heureux, c’est Pâques.

Et il se frappait la poitrine. Et comme il n’avait rien à raconter (il avait été probablement prisonnier de guerre), il ajoutait : Moi, prisonnier, Pâques vin : Pâques : vin pas chocolat (pourquoi pas chocolat ? je ne sais), mais fête : Pâques puis, il tombait et le patron avec ses yeux de bœuf le regardait et disait : Bah, dors, c’est Pâques.

C’est pourquoi je dirai, à l’avance, quel que soit l’aspect de Noël que vous choisirez, est-ce la bonne nourriture qui provoquera une crise de foie, est-ce des souvenirs, des aspirations 1 8, rue Danton, Paris . Aujourd’hui « Maison de la recherche (Université Paris IV) spirituelles, cosmiques chrétiennes ou demi-chrétiennes, vous participerez à cet événement qui dépasse votre intelligence, mais vous y participerez selon vos moyens.

Noël est-il un bon repas, cela montre que vous êtes plutôt truffe d’esprit ; participez-vous du point de vue soleil levant, parfait, mes amis, vous êtes nature : l’air, les éléments.

Et pourquoi s’indigner ?

Il est beau que dans l’humanité il y ait de tout et que chacun évolue selon ses possibilités ; je félicite les hommes-truffes comme les hommes qui sont avec les anges et chantent la gloire de Dieu, chacun suivant ses capacités.

Ceci dit, je voudrais vous présenter aujourd’hui quelques éléments qui prépareront le sens de Noël.

La venue du Messie n’était pas prévue seulement par les prophètes de l’Ancien Testament, mais par tout l’univers.

Je ne puis ici vous énumérer les prophéties dispersées dans différents peuples, la culture persane, la culture gréco-romaine, jusqu’à la culture chinoise, je désire rester dans les cadres de la vie actuelle.

Selon l’enseignement des pharisiens et des théologiens - si l’on peut parler ainsi - de l’Ancien Testament, il y avait vingt-deux critères en rapport avec les vingt-deux lettres de la langue hébraïque pour reconnaître le Messie.

Il serait trop long de vous les énumérer, mais sachez que ces vingt-deux critères devaient servir à ceux qui voulaient, sans crainte de se tromper, retrouver dans le Christ le vrai Messie.

Les pharisiens et les prêtres possédaient ces vingt-deux critères, de même que les kabbalistes actuels.

Cela n’empêcha pas la majorité des prêtres et des pharisiens de l’Ancienne Alliance de se détourner du Christ.

Voilà une première leçon très instructive : on peut connaître intellectuellement la vérité et pourtant ne pas l’adopter, mieux que cela, agir contre les connaissances acquises.

Le motif ? Il est simple : motif passionnel.

Le motif passionnel qui voila le regard d’êtres mystiques comme les pharisiens ou de grande piété comme les prêtres, fut l’amour exagéré de ces hommes pour leur peuple.

Si ces pharisiens, ces prêtres qui condamnèrent le Christ, étaient soudain parmi nous, vous diriez : oh j’ai rencontré un prêtre de grande valeur, fort profond, très agréable et peut-être m’inscrirai-je dans sa paroisse afin d’écouter ses sermons et demander ses conseils.

Les pharisiens n’étaient pas plus méchants que d’autres, mais des sentiments passionnés les aveuglaient, cet amour disproportionné pour leur peuple qui leur fit confondre le message divin, l’élection provisoire d’Israël avec l’élection éternelle.

Voyez combien la connaissance seule est insuffisante et combien il est nécessaire de dépister la passion qui nous saisit.

Pas tellement des passions vulgaires, mais celles qui sont nobles et subtiles ; j’ai connu beaucoup de gens qui, ayant reçu une « mission du ciel », ne savaient pas distinguer les limites de cette mission.

Les pharisiens, possesseurs des vingt-deux critères, ne reconnurent pas le Messie parce qu’ils n’avaient pas vu les limites de l’élection de leur peuple.

Ils voulaient prolonger cette élection, ils voulaient que leur peuple dominât le monde.

Et le Christ vint, humilié.

Le Messie est venu non pour placer Israël au-dessus des autres, mais pour rassembler toutes les nations.

Vérité que nous devons considérer la veille de Noël : vérifier sérieusement, profondément la place exacte que nous occupons et qu’occupent nos idées afin de ne pas leur accorder une trop grande valeur, sous peine de dormir malgré la connaissance, l’initiation ou l’inspiration lorsque naîtra le Messie et de passer à côté de l’Avènement.

C’est pour cette raison que l’Église propose un dimanche avant Noël, la prédication de Jean-Baptiste racontée par son disciple Jean le bien-aimé.

On demande à Jean : es-tu le prophète ? Il dit non. Es-tu Élie ? Il dit non. Es-tu le Christ ? Il dit non. Et pourtant nous pourrions dire: Jean est christ puisqu’il est oint, nous sommes tous des christs en tant qu’oints, en tant qu’élus, en tant que nous avons la grâce ; il n’est pas Jésus-Christ, mais il est un des christs.

Il est prophète puisqu’il prophétise, il est Elie parce qu’il est dans l’esprit d’Elie... mais il dit : Je ne suis ni prophète, ni Elie, ni le Christ, et il ajoute les paroles d’Isaïe : Je suis la voix qui crie dans le désert...

Jean-Baptiste, le plus grand parmi les hommes sur terre, connaissait les limites de sa mission.

Nous ne devons être ni plus petits, ni plus grands que ce que nous sommes et prendre garde afin de ne pas empiéter sur nos limites.

Autrement le Christ reviendra ou viendra en nous et nous dormirons comme les habitants de Jérusalem. Parmi ces vingt-deux critères qui devaient définir la venue du Christ, j’en ai choisi deux qui sont caractéristiques.

Le premier est annoncé par Isaïe : Voici, la Vierge enfantera un fils et on lui donnera le nom d’Emmanuel, c’est-à-dire Dieu avec nous. Le deuxième : Il naîtra à Bethléem.

Ces deux critères nous ouvrent un monde très riche. Il naîtra d’une vierge. La virginité n’est pas que la virginité corporelle ; les Grecs et les Russes appellent la virginité : unité de la sagesse c’est-à-dire dire pureté, unité de l’être intérieur humain.

Car, nous le savons, on peut être vierge charnellement et très impie spirituellement, psychiquement.

La virginité est une pureté où rien n’est déchiré, où notre cœur est un, et, en même temps, il n’y a dans cette unité aucune satisfaction de soi, elle est un réceptacle.

La Vierge Marie avait en elle le dépassement de ces deux abîmes - c’est la pensée de Luther - l’orgueil et la désobéissance.

Comment a-t-elle dépassé l’orgueil et la désobéissance ?

Saint Luc le décrit dans son évangile. L’ange Gabriel apparaît et dit à Marie : Tu auras un fils. Marie, discute, n’accepte pas de suite, demande comment une pareille chose peut lui advenir puisqu’elle ne connaît pas d’homme.

L’Ange explique et Marie dit alors : je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon Sa parole. Si Marie n’avait pas discuté temporairement avec l’ange, si elle avait trop vite accepté la mission aussi extraordinaire que d’être la Mère de Dieu, elle eût fait preuve d’orgueil.

L’acceptation trop facile, sans une certaine prudence et écoute, d’une mission, d’une révélation, même beaucoup plus petite que celle de devenir Mère de Dieu montrerait que notre âme est déjà gonflée d’orgueil.

Mais dans le même temps, Marie obéit à cette mission unique et impossible, témoignant ainsi sa complète obéissance. Car discuter longuement et persister à ne pas s’incliner devant une lâche qui nous dépasse serait une forme de désobéissance. Marie, dans son intégrité, n’a ni la facilité orgueilleuse d’accueillir cette mission immense, ni le doute et la fausse humilité désobéissante de la repousser.

Ces deux abîmes s’ouvraient devant elle ; elle les dépasse et en elle, l’humanité. Voici l’esprit de cette Vierge totale, absolue, intègre dont naîtra le Dieu Homme.

Et c’est la même chose pour nous.

Voulez-vous que Dieu renaisse, grandisse en vous ?

Surmontez ces deux abîmes. Nous devons les éviter si nous rencontrons une facilité trop grande à nous sentir « missionnés » ou intelligents, si nous sommes trop prudents devant la force divine et que nous ne voulions pas courber la tête, si ces deux états d’âme ne sont pas maîtrisés, nous ne pourrons être un centre pour Dieu et Le recevoir pleinement.

Nous deviendrons de faux christs, nous serons des antéchrists, ou pas du tout des christs.

Il naîtra à Bethléem. Certes, le Christ est né à Bethléem parce que c’est la ville natale de David, ce David dont le sang n’est pas pur juif, le plus jeune d’entre ses frères ; c’est la ville de David, mais il y a un autre sens.

Bien que le Christ ne trouve pas de place dans la ville, il naît quand même à côté de Bethléem et doit s’inscrire à Bethléem parce qu’il est de race royale et par Marie et par Joseph, naturellement et juridiquement.

Allons plus loin : Bethléem en hébreu signifie la « ville du pain » ; Bethléem est aussi la plus petite ville de Palestine, « la moindre d’entre les villes » comme dit l’Ecriture.

Le Christ voulait naître dans la moindre des villes.

Notre vie spirituelle doit toujours être bethléemique, c’est-à-dire avoir des apparences humbles et un contenu royal.

Plus nos apparences extérieures sont royales et plus notre âme est pauvre.

Le vrai chemin spirituel, c’est d’aimer les choses humbles extérieurement, c’est de choisir la petite ville sans renoncer à la royauté que nous confère le Saint-Esprit.

Et l’une des formes les plus humbles de la communion avec le Christ, est précisément l’Eucharistie.

En effet, nous entrons humblement en communion avec Lui sous la forme du pain et du vin, car, souvent, nous ne ressentons pas sa présence.

Que de fois un prêtre ou un fidèle en communiant ne fait que goûter extérieurement le pain et le vin.

Une apparition ou une manifestation éclatante sont des exceptions, mais, intérieurement, celui dont le regard est plus profond voit et entre en royale communion avec le Roi des rois.

Il est intéressant de noter que les trois Mages qui avaient la connaissance parfaite puisqu’ils avaient reconnu le Christ cependant que les pharisiens, les sadducéens et les prêtres dormaient tranquillement ou imaginaient les affaires et les discussions du lendemain, ces Mages qui avaient entrepris la longue route, ces trois sages représentant la sagesse de l’antiquité et de l’humanité, qui possédaient tous les renseignements sur la Venue divine jusqu’à une étoile pour les guider, une seule chose, un petit mot, leur manquait : le nom du lieu de naissance de Jésus.

Notez-le bien, mes amis. Ce sont des prêtres incapables de reconnaître le Christ malgré leur science qui le leur donnèrent : Bethléem. Bien souvent - je m’adresse à ceux qui sont chrétiens, les autres, qu’ils bouchent leurs oreilles - nous, chrétiens, possédons la vérité et n’en profitons pas.

Nous reposons tandis que les non-chrétiens ne cessent de quêter tout au long de leur vie, de leur évolution intellectuelle ou morale, mais c’est nous, en définitive, qui leur fournirons le dernier mot : Bethléem, et c’est eux qui nous précéderont pour adorer le Seigneur.

Que chaque chrétien ne l’oublie jamais : il peut être précédé par un non chrétien. Mais en dehors de la Révélation chrétienne, il n’y a pas de mot final : Bethléem.

Sa possession est notre redoutable privilège et nous ne le donnons pas aux autres.

Ne vous étonnez pas alors si le Fils de Dieu venant un jour sur terre nous dépasse et S’approche de ceux qui ne sont pas baptisés ou peut-être même incroyants, simplement parce qu’ils L’auront cherché avec sincérité.

Oui, les chrétiens dorment souvent, mais, attention, cela ne veut pas dire non plus - je parle, maintenant, à ceux qui ne sont pas chrétiens - que les autres tiennent toute la vérité.

Le mot ultime leur échappera comme aux Mages qui symbolisent l’évolution de l’humanité à la poursuite de Dieu.

Il leur faudra venir en Palestine, à la Jérusalem spirituelle et seule l’Eglise pourra leur répondre : à Bethléem !

L’un profitera, l’autre ne possédera pas. Voici l’étrange dialectique qui apparaît à la veille de Noël.

Poussons encore plus loin, arrêtons-nous sur les trois groupes d’êtres qui entourent le Christ naissant en dehors de Marie, Mère de Dieu, et de Joseph : les pasteurs, les mages et les deux animaux, le bœuf et l’âne.

Les premiers appelés à contempler le Christ sont les pasteurs, les bergers, c’est-à-dire des hommes illettrés, simples, naturels avec cette caractéristique qu’ils veillent la nuit à cause de leurs troupeaux.

Les premiers capables de comprendre l’Avènement, la Venue du Christ, sont les âmes qui veillent dans la simplicité pendant la nuit ; j’entends la nuit dans tous les sens.

Le chemin le plus direct et le plus simple pour atteindre la perfection, la connaissance parfaite et reconnaître en l’Enfant de la crèche le Dieu éternel, c’est de garder l’état de vigilance au sein de toutes les nuits de l’humanité et de notre existence, de notre vie intérieure et extérieure, les nuits sans lune d’incompréhension de ce qui se passe en nous, c’est de persévérer sans trop chercher à comprendre comme les pasteurs, à veiller dans la prière même si cela semble sans résultat. Ceci est le chemin le plus court.

L’autre chemin est celui des mages, le voyage spirituel, le tâtonnement, la route immense - cette caravane que nous voyons représentée dans les imageries, avançant à dos de chameau au travers les déserts et venant de pays lointains, ce parcours de toute une vie, notre vie et aussi celle de générations et de générations.

L’âme qui cherche, creuse, s’est engagée sur un chemin spirituel et initiatique, si elle ne trouve pas ce qu’elle cherche c’est qu’elle s’est arrêtée à mi-route, ne poursuivant pas jusqu’au bout.

L’humanité entière arrivera au Christ par l’évolution lente, à condition, comme le disait un missionnaire que connus lorsque j’avais douze ans « d’être simples comme des bergers, ou si l’on veut être mage, d’aller jusqu’au bout ».

Le chemin des mages est le voyage sens répit.

La vraie culture ne s’installe jamais.

Soyez vigilants et contemplatifs comme les pasteurs, mais si vous êtes entrés dans la recherche la moindre satisfaction sera votre mort et vous ne verrez point se révéler le Soleil du Christ.

Toujours en avant. Et les deux bêtes, le bœuf et l’âne ? Les évangiles n’en parlent pas ; ils sont dans la Tradition, dans Isaïe et dans d’autres prophètes.

Ils représentent, sans doute, les animaux, mais aussi notre humanité !

Qu’est-ce qui caractérise l’âne et le bœuf ?

Ce sont des êtres de peine, des serfs de l’homme ; l’âne qui doit traîner son fardeau même lorsqu’il est fatigué, le bœuf qui a perdu jusqu’à la possibilité d’être une bête normale ni père ni mère, qui est diminué pour servir l’homme ; ce sont des êtres de peine.

Alors, - je m’adresse à la troisième catégorie d’hommes qui ne sont ni mages, ni pasteurs - le troisième groupe que nous voyons auprès du Christ est celui des âmes de peine qui peinent dans cette vie, qui peinent pour leur famille, qui peinent pour elles-mêmes, qui peinent pour l’humanité, et celles-là seront mystérieusement introduites aussi dans la grotte où vient au monde le Dieu d’avant les siècles.

Respectez ces gens de peine, leur sort est pénible et leur fin est malgré tout auprès du Seigneur.

Voilà les trois types d’hommes qui adoreront le Christ.

En dehors de la simplicité, en dehors de la science véritable, en dehors de la peine patiente et animale, toute la population de Jérusalem et de Bethléem, tous les êtres porteurs de connaissances magnifiques, dormiront sur leurs deux oreilles.

Nous dormons aussi si nous n’appartenons pas d’une manière ou d’une autre à ces trois catégories.

A nous de choisir entre les deux premières - la troisième est subie, on ne la choisit pas - chercher avec les mages, voyager sans repos avec eux ou veiller la nuit, simples comme des enfants.

JEAN Evêque de Saint-Denis

 

 

Alors que je fais les visites aux malades de Paris et la région parisienne,

je vous laisse cette méditation qu'avait initialement proposée la Moniale Elisabethpour laquelle je vous demande de prier au passage puisque nous avons tous besoin de la prière des uns et des autres. 
Bonne journée à vous tous. Union de prières !

"Aimez votre prochain, et alors vous commencerez à aimer le Christ !

Aimez vos ennemis et ceux qui vous humilient !

Et la porte de la joie s'ouvrira devant vous, le Christ ressuscité purifiera vos âmes ressuscitées par l'amour. Et c'est tout !

Le Seigneur attend si peu de nous !

C'est notre paradis ! C'est notre résurrection, notre Pâque !

Choisissez l'amour, et vous vivrez dans l'amour du Sauveur ressuscité pour toujours !"

Archimandrite Vitaly , Église de Géorgie
------------------
While I make visits to the sick of Paris and the Paris region,

I leave you this meditation that had initially proposed the Elisabeth Elisabeth for which I ask you to pray in passing since we all need the prayer of each other .
Good day to you all. Union of prayers!

"Love your neighbor, and then you will begin to love Christ!

Love your enemies and those who humiliate you!

And the door of joy will open before you, the risen Christ will purify your souls raised by love. And that's all !

The Lord is waiting so little for us!

It's our paradise! It is our resurrection, our Passover!

Choose love, and you will live in the love of the Risen Savior forever! "

Archimandrite Vitaly, Church of Georgia 
--------------------------------------
Enquanto faço visitas aos doentes de Paris e da região de Paris,

deixo-vos esta meditação que propusera inicialmente a Elisabeth Elisabeth, pela qual peço que rezem de passagem, uma vez que todos precisamos da oração uns dos outros. .
Bom dia para todos vocês. União de orações!

"Ame o seu próximo e então você começará a amar a Cristo!

Ame seus inimigos e aqueles que te humilham!

E a porta da alegria se abrirá diante de você, o Cristo ressuscitado purificará suas almas criadas pelo amor. E é isso!

O Senhor está esperando tão pouco por nós!

É o nosso paraíso! É a nossa ressurreição, nossa Páscoa!

Escolha o amor e você viverá no amor do Salvador ressuscitado para sempre! "

Arquimandrita Vitaly, Igreja da Geórgia

 

 

Où nous trouver ? 

 

Grande Paroisse NORD-OUEST et NORD-EST (Paroisse Cathédrale N-D de Miséricorde):

 

NORMANDIE :

CHANDAI (61) et CHAISE-DIEU DU THEIL (27):

 

* Le Sanctuaire Marial de la

Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

Messe journalières en semaine à 10h30

 

Tous les dimanches, Messe à 10h30 et permanence constante de prêtres  pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

(Liturgie de St Jacques dite "d'Antioche-Jérusalem") 

Tel: 02.33.24.79.58 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

Maison Ste Barbe 
(Siège de l'Ass Caritative CARITAS E S O F)

15 Rue des 3 Communes
27580 CHAISE-DIEU DU THEIL

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

* Relais Paroissial St Michel

S/ Mme H MARIE, 43 Rue de la Marne

14000 CAEN.Tel: 02.33.24.79.58

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 Le 30 de chaque mois, Permanence pastorale de 8h30 à 19h (Sur R.D.V) chez Mme Henriette Marie, 43, Rue de la Marne à CAEN. Tel 06.33.98.52.54 . (Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) . 

-+-

Grande Paroisse "NOUVELLE AQUITAINE" , OCCITANIE (N-D de la Très Sainte Trinité) :

 

NANTES:

 *Groupe de prières et "relais paroissial" St Charbel

18h, Messe le 2ème jeudi de chaque mois et permanence régulière d'un prêtre Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) de 9h à 17h (06.48.84.94.89 ).

ANGOULÊME (Jauldes):

*Paroisse N-D de Toutes Grâces et St Ubald

MAISON NOTRE-DAME
66,Place Schoeneck, LE BOURG
16560 JAULDES. 

Tel: 05.45.37.35.13
Messe les 2èmes et  4èmes Dimanches de Chaque mois à 10h30 suivies d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

* Possibilité de prendre Rendez-vous avec le prêtre la semaine suivant le 2éme dimanche du mois ainsi que pour les visites aux malades et à domicile.

Permanence régulière d'un prêtre pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

PERIGUEUX (La Chapelle Faucher):

*Paroisse Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front


ERMITAGE ST COLOMBAN*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530 LA CHAPELLE FAUCHER.

Tel:05.45.37.35.13

 Messe le 4ème samedi de Chaque mois à 10h30 et permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISMES, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

LOURDES:

*Relais paroissial St Gregorios de Parumala

 Messes épisodiques ( en fonction des besoins des fidèles) à 10h30

Rte de Pau

 

-+-

CAMEROUN, PAKISTAN ET BRÉSIL:

Pour obtenir les adresses du Monastère de YAOUNDÉ,

des paroisses et "relais paroissiaux de Doula, Yaoundé, Elig Nkouma, Mimboman, Bertoua, Monabo, veuillez les demander au Monastère Métropolitain. De même pour les Paroisses du Brésil et du Pakistan: 

 Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

Les prochains rendez-vous liturgiques de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone de Mar Thoma En décembre 2018 :

Chers amis, Aloho m’barekh (Dieu vous bénisse) !

Heureuses préparations à recevoir, à Noël le Verbe de Vie, le Christ, Soleil de Justice et Prince de la Paix !

Que le Prochain Jeûne de la Nativité nous purifie pour que nous soyons brûlants d’Amour de Dieu et du prochain !

Votre fidèlement en Christ.

+Mor Philipose.

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

*Dimanche 16 Décembre en Normandie, JOURNÉE DE MOBILISATION :

 ________________________________________________________________________

"NOEL, NOEL, CHANTONS-TOUS NOEL !"

Le Dimanche 23 Décembre à JAULDES (Angoulême)Possibilité de ramassage des fidèles de Région Aquitaines qui voudraient passer Noël au Monastère

Ne restez pas seul pour les Fêtes

Si vous avez peu de moyens pour fêter décemment Noël en 

famille, grâce au partage c'est possible ! 

Venez fêter la Nativité au Monastère en famille !

Si vous n'êtes pas en famille, retrouvez-vous, du moins, en communion avec

les Chrétiens d'Orient, avec vos frères Chrétiens Syro Orthodoxes francophones de St Thomas. 

INSCRIPTIONS :

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

 

-+-

*Dimanche 6 JANVIER  ÉPIPHANIE - THÉOPHANIE,

GRANDE BENEDICTION DES EAUX ,  Pèlerinage mensuel à la Mère de Miséricorde et aux saints du kerala.

https://img.over-blog-kiwi.com/1/49/89/80/20181106/ob_214be8_ob-31374b-10502003-944339265587797-245.jpg

GRANDE BENEDICTION DES EAUX

 Messe au Monastère à 10h30, suivie du repas fraternel , réception des fidèles... 

-+-

NANTES (Relais Paroissial et Groupe de Prière Saint Charbel):

¤ JEUDI 6 DÉCEMBRE 10 JANVIER , ¨permanence pastorale de 9h à 17h30, MESSE à 18h. Vendredi 12, Visites aux malades et bénédiction des lieux entre Nantes et Charentes.

==============================


# Paroisse d'Aquitaine et Sud-Ouest

ANGOULÊME (Jauldes):

¤ DIMANCHES 9 DÉCEMBRE et 23 DÉCEMBRE. Programme habituel.

Le Dimanche 23 Décembre à JAULDES (Angoulême), possibilité deramassage des fidèles de Région Aquitaine qui voudraient passer Noël au Monastère, retour le 27 Décembre (St Innocents), Messe à 10h30 à Jauldes.

MAISON NOTRE-DAME
66,Place Schoeneck, LE BOURG
16560 JAULDES. Tel:05.45.37.35.13

 

PÉRIGUEUX (La Chapelle Faucher)
¤SAMEDI   22 DÉCEMBRE
*10h30, Messe, suivie d'un repas fraternel,réception des fidèles

Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front
ERMITAGE ST COLOMBAN*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530 LA CHAPELLE FAUCHER. Tel:05.45.37.35.13

++++++++++++++++++++++++++

Ou trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

 

_____________________________________________________

 

DU 31 DÉCEMBRE AU 7 JANVIER,

 

RETRAITE SPIRITUELLE de Délivrance et

 

de Guérison intérieure 

(Visites de plusieurs Sanctuaires ):

 

*Dimanche 31 Décembre, passage vers la nouvelle année

 

Messe en l’honneur de « la Toute Pure et Immaculée Mère du Verbe-Dieu » à 10h30 ,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 19h. 20h30 Soutoro (Complies)

HEUREUSE ET SAINTE ANNÉE

 

TOUS ET CHACUN,

 

 

NOS PRIÈRES VOUS

 

 

ACCOMPAGNENT ET NOUS

 

 

ESPÉRONS LES VÔTRES!

 

NE RESTEZ PAS SEULS

Réveillon de la Saint Sylvestre à 21h30

VEILLÉE DE PRIÈRE A L'EGLISE dans la nuit du 31 DÉCEMBRE au 1er JANVIER.

 

 

*MARDI 1er JANVIER à 10h30 Messe pour remettre la nouvelle année sous la Protection de Notre-Dame,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

   

 

"L'avenir est dans la paix, il n'y a pas d'avenir sans paix"

 

 

"The future is in peace, there is no future without peace"

 

"O futuro está em paz, não há futuro sem paz"  

 

(SS Ignatius Aprem II)

 

Note:

 

Eglise locale fondée grâce à l'élan missionnaire de l'Eglise Syrienne Orthodoxe des Indes (Malankare), notre Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Partager cet article

Repost0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone - dans Tradition Syriaque Famille orthodoxie-orientale CATECHISME et CATECHESE
12 décembre 2018 3 12 /12 /décembre /2018 16:19

DU 31 DÉCEMBRE AU 7 JANVIER,

 

RETRAITE SPIRITUELLE de Délivrance et

 

de Guérison intérieure 

 

(Visites de plusieurs Sanctuaires ):

 

*Dimanche 31 Décembre, passage vers la nouvelle année

 

Messe en l’honneur de « la Toute Pure et Immaculée Mère du Verbe-Dieu » à 10h30 ,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 19h. 20h30 Soutoro (Complies)

HEUREUSE ET SAINTE ANNÉE

 

TOUS ET CHACUN,

 

 

NOS PRIÈRES VOUS

 

 

ACCOMPAGNENT ET NOUS

 

 

ESPÉRONS LES VÔTRES!

 

NE RESTEZ PAS SEULS

Réveillon de la Saint Sylvestre à 21h30

VEILLÉE DE PRIÈRE A L'EGLISE dans la nuit du 31 DÉCEMBRE au 1er JANVIER.

 

 

*MARDI 1er JANVIER à 10h30 Messe pour remettre la nouvelle année sous la Protection de Notre-Dame,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

Partager cet article

Repost0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone
8 décembre 2018 6 08 /12 /décembre /2018 16:41

 

Chers amis. Aloho m'barekh.

Le 11 Novembre nous étions à Jauldes et, après la très émouvante cérémonie au monument aux morts pour le centenaire de l'armistice de 1918 et la mémoire annuelle de ceux de nos ayeux qui se sacrifièrent pour nous, nous celebrions une Messe pour la France.

Demain, 8 Décembre, en la Fête de Notre-Dame, nous célébrerons de nouveau une Messe pour la France.

Veuillez méditer ce texte de Dom Hélder Camara, un évêque brésilien de l'Eglise Romaine-catholique engagé contre la pauvreté; Un tel texte aurait pu être écrit par un Saint de notre Eglise-mère Orthodoxe de l'Inde, le Bienheureux Julius Alvarez Julius (Metropolitan Alvares Mar Julius Research Project - MARP) Julius (Bishop Alvares Sainthood Campaign) qui défendit les Droits des autochtones face aux prétentions abusives des colons:

« Il y a trois sortes de violence :
-La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés.
-La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première.
-La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres.
Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »

Puisse l'intercession de la Très Sainte Vierge Marie Reine de France unie à celle des Saints qui ont fait la France", éviter que les mouvements de revendications sociales comme les garants de l'ordre publique ne versent dans des réactions excessives qui n'auraient, en se livrant à des exactions ou en faisant couler le sang, comme résultat que d'ajouter peines sur peines,d'engendrer une escalade dangereuse qui mettrait le Pays en péril de guerre civile!...

O Trône de la Sagesse et Mère du Bon Conseil, Notre-Dame de l'équilibre priez pour nous !

Veuillez trouver ci-dessous la prière de Marthe Robin pour la France que je vous livrais hier. Priez et faites prier les enfants !

Prière pour la France de Marthe Robin

Ô Père, ô mon Dieu,
délivrez, sauvez maintenant votre France ;
préparez le cœur de ses enfants à la mission qu'ils vont avoir à accomplir pour elle, pour toutes les autres nations, pour l'Eglise tout entière.

Ô Père, ô mon Dieu, que le cœur de tous vos élus tressaille maintenant à votre appel, reconnaissant votre voix et votre commandement, votre invitation à agir ;
conduisez-les, ô mon Dieu, chacun à sa place et chacun à sa mission et imposez-leur vous-même tout ce que vous voulez de chacun et de tous.

Que rien ne soit l'effet de leur choix, ô mon Dieu, mais de votre unique désir, de votre unique volonté d'amour.

Ô Maman chérie, ne les laissez ni s'égarer, ni se tromper.

Amen.

Votre respectueusement et fraternellement dans le Christ notre Seigneur. 
Union de prières, Aloho m'barekh (Dieu vous bénisse )!

+Mor Philipose,Nantes ce 7 XII 2018

____________________
Queridos amigos. Aloho m'barekh.

Em 11 de novembro, estávamos em Jauldes e depois da cerimônia muito comovente no memorial de guerra para o centenário de 1918 Armistício ea memória anual dos dos nossos antepassados ​​que se sacrificaram por nós, celebrou uma missa para a França.

Amanhã, 8 de dezembro, na festa de Nossa Senhora, celebraremos novamente uma missa pela França.

Por favor, pondere este texto de Dom Hélder Camara, um bispo brasileiro da Igreja Católica Romana comprometido contra a pobreza; Tal texto poderia ter sido escrito por um santo da Igreja Matriz Ortodoxa Indiana da Índia, o Beato Julius Alvarez, que defendeu os direitos dos povos indígenas contra as reivindicações abusivas dos colonos:

"Existem três tipos de violência:
-Primeiro, a mãe de todas as outras, é a violência institucional que legaliza e perpetua a dominação, opressão e fazendas, aquele que caiu e rolou milhões de homens em sua calma e bem oleada.
O segundo é a violência revolucionária, que surge do desejo de abolir o primeiro.
A terceira é a violência repressiva, cujo objetivo é sufocar a segunda fazendo-se auxiliar e cúmplice da primeira violência, a que engendra todas as outras.
Não há hipocrisia pior para chamar violência do que a segunda, fingindo esquecer a primeira, que a origina, e a terceira que a mata. "

Que a intercessão da Virgem Maria, Rainha da França unida com os santos que fizeram a França", evitar movimentos sociais reivindicações como garantes da ordem pública não pagam em reações exageradas que não iria , ao se entregar às exações ou ao derramar sangue, como resultado da adição de punição à dor, para engendrar uma escalada perigosa que colocaria o país em perigo de guerra civil! ...

Ó Trono da Sabedoria e Mãe do Bom Conselho, Nossa Senhora do Equilíbrio, rogai por nós!

Por favor, veja abaixo a oração de Marthe Robin pela França que entreguei ontem. Ore e peça às crianças que rezem!

Oração pela França por Marthe Robin

Ó Pai, ó meu Deus
entregue, salve sua França agora;
prepare os corações de seus filhos para a missão que eles terão que realizar por ela, por todas as outras nações, por toda a Igreja.

Ó Pai, ó meu Deus, deixe que os corações de todos os seus escolhidos agora gritem ao seu chamado, reconhecendo sua voz e seu mandamento, seu convite para agir;
conduza-os, ó Deus, todos em seu lugar e cada um à sua missão e imponha-lhes tudo o que você quer de cada um e de todos.

Que nada é o efeito de sua escolha, ó meu Deus, mas seu único desejo, sua única vontade de amar.

Ó querida mãe, não os deixe se perder ou cometer erros.

Amém.

Respeitosa e fraternalmente em Cristo nosso Senhor.
União de orações, Aloho m'barekh (Deus te abençoe)!

+ Mor Philipose, Nantes 7 XI 2018


_______________________________
Dear friends. Aloho m'barekh.

On the 11th of November we were at Jauldes and, after the very moving ceremony at the war memorial for the centenary of the armistice of 1918 and the annual memory of those of our ancestors who sacrificed themselves for us, we were celebrating a Mass for France.

Tomorrow, December 8, in the Feast of Our Lady, we will celebrate again a Mass for France.

Please ponder this text by Dom Hélder Camara, a Brazilian bishop of the Roman Catholic Church committed against poverty; Such a text could have been written by a saint of our Indian Orthodox Mother Church , Blessed Julius Alvarez, who defended the rights of the indigenous people against the abusive claims of the settlers:

"There are three kinds of violence:
The first, the mother of all the others, is the institutional violence, the one that legalizes and perpetuates the dominations, the oppressions and the exploitations, the one that crushes and amasses millions of men in its silent and well oiled wheels.
-The second is revolutionary violence, which arises from the desire to abolish the first.
The third is repressive violence, whose object is to stifle the second by making itself the auxiliary and accomplice of the first violence, the one that engenders all the others.
There is no worse hypocrisy to call violence than the second, by pretending to forget the first, which gives birth to it, and the third who kills it. "

May the intercession of the Blessed Virgin Mary Queen of France be united to that of the Saints who made France ", to prevent the movements of social demands as the guarantors of public order from pouring into excessive reactions that would not , by indulging in exactions or shedding blood, as a result of adding punishment on pain, to engender a dangerous escalation that would put the country in danger of civil war! ...

O Throne of Wisdom and Mother of the Good Council, Our Lady of Balance, pray for us!

Please find below the prayer of Marthe Robin for France that I delivered yesterday. Pray and have the children pray!

Prayer for France by Marthe Robin

O Father, O my God,
deliver, save your France now;
prepare the hearts of her children for the mission they will have to accomplish for her, for all the other nations, for the whole Church.

O Father, O my God, let the hearts of all your chosen ones now shout at your call, recognizing your voice and your commandment, your invitation to act;
lead them, O God, everyone in his place and each one to his mission and impose on them all that you want of each and everyone.

That nothing is the effect of their choice, O my God, but your only desire, your only will to love.

O dear mother, do not let them go astray or make mistakes.

Amen.

Respectfully and fraternally in Christ our Lord.
Union of prayers, Aloho m'barekh (God bless you)!

+ Mor Philipose, Nantes 7th XI 2018


______________________________
أصدقائي الأعزاء. الوه مبارخ.

يوم 11 نوفمبر، كنا في Jauldes وبعد مراسم مؤثرة للغاية في ذكرى حرب لمرور مائة عام على الهدنة 1918 وذكرى السنوية لتلك أجدادنا الذين ضحوا بأنفسهم من أجل لنا، احتفلنا قداس لفرنسا.

غدا ، 8 ديسمبر ، في عيد السيدة ، سوف نحتفل مرة أخرى قداس لفرنسا.

يرجى التأمل في هذا النص بقلـم دوم هيلدير كامارا ، وهو أسقف برازيلي للكنيسة الكاثوليكية الرومانية ، يرتكب ضد الفقر ؛ وكان من الممكن مكتوبة مثل هذا النص لدينا المقدسة الأم الكنيسة الأرثوذكسية في الهند، طوبى جوليوس ألفاريز دافع عن حقوق السكان الأصليين ضد المطالبات غير العادلة للمستوطنين:

"هناك ثلاثة أنواع من العنف:
-First، والدة كل الآخرين، هو العنف المؤسسي الذي يشرع ويديم الهيمنة والقهر والمزارع، واحد التي تحطمت وتوالت الملايين من الرجال في الهدوء ويتأهل جيدا.
والثاني هو العنف الثوري ، الذي ينبع من الرغبة في إلغاء الأولى.
والثالث هو العنف القمعي ، الذي يتمثل هدفه في خنق الهدف الثاني من خلال جعل نفسه مساعدًا للعنف الأول والمتواطئ عليه ، وهو العنف الذي يولّد كل الآخرين.
لا يوجد نفاق أسوأ من استدعاء العنف أكثر من الثاني ، من خلال التظاهر بنسيان الأولى ، التي تلدها ، والثالث الذي يقتلها. "

يجوز للشفاعة الطوباوية مريم العذراء ملكة فرنسا توحدت مع القديسين الذين جعلوا فرنسا "، ومنع الحركات الاجتماعية يدعي بوصفها ضامنة من النظام العام لا تدفع على الإفراط في لن ، عن طريق الانغماس في الدماء أو سفك الدم ، نتيجة لإضافة العقاب على الألم ، لتوليد تصعيد خطير من شأنه أن يعرض البلاد لخطر الحرب الأهلية! ...

يا عرش الحكمة وأم الأمَّة الصالحة ، يا سيدة الميزان ، صلي لأجلنا!

تجدون أدناه صلاة مارتين روبن في فرنسا التي ألقيتها بالأمس. صلي وأطلب من الأطفال أن يصلوا!

صلاة لفرنسا من قبل مارتين روبن

يا أبتاه يا إلهي ،
تقديم وحفظ فرنسا الخاصة بك الآن ؛
تحضر قلوب أبنائها من أجل المهمة التي عليهم إنجازها لها ، لجميع الأمم الأخرى ، للكنيسة كلها.

يا أبتاه ، يا إلهي ، دع قلوب كل من تختاره تصرخ الآن في مكالمتك ، مع الاعتراف بصوتك ووصيك ، دعوتك للعمل ؛
أقودهم ، يا الله ، الجميع في مكانه وكل واحد إلى مهمته ويفرض عليهم كل ما تريده من كل فرد.

لا شيء هو تأثير اختيارهم ، يا إلهي ، ولكن رغبتكم الوحيدة ، إرادتكم الوحيدة في الحب.

يا أمي العزيزة ، لا تدعهم يضلون أو يخطئون.

آمين.

باحترام وأخوة في المسيح ربنا.
إتحاد الصلوات ، الأوهو مبارك (رحمك الله)!

+ Mor Philipose، Nantes 7th XI 2018

 

 

 

Dimanche de la Nativité de St Jean le Baptiste (jour des enfants)

Saint Qurbana

    • 1e de St Jean 3:1-3 :
  • 01 Voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le somme. Voici pourquoi le monde ne nous connaît pas : c’est qu’il n’a pas connu Dieu.
  • 02 Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté. Nous le savons : quand cela sera manifesté, nous lui serons semblables car nous le verrons tel qu’il est.
  • 03 Et quiconque met en lui une telle espérance se rend pur comme lui-même est pur.
    •  
    • Ephésiens 6: 1-4 :
  • 01 Vous, les enfants, obéissez à vos parents dans le Seigneur, car c’est cela qui est juste :
  • 02 Honore ton père et ta mère, c’est le premier commandement qui soit assorti d’une promesse :
  • 03 ainsi tu seras heureux et tu auras longue vie sur la terre.
  • 04 Et vous, les parents, ne poussez pas vos enfants à la colère, mais élevez-les en leur donnant une éducation et des avertissements inspirés par le Seigneur.
    • ou
    • Colossiens 3: 20-21 :
  • 20 Vous les enfants, obéissez en toute chose à vos parents ; cela est beau dans le Seigneur.
  • 21 Et vous les parents, n’exaspérez pas vos enfants ; vous risqueriez de les décourager.
    •  
    • Saint Luc 1: 57-80 :
  • 57 Quand fut accompli le temps où Élisabeth devait enfanter, elle mit au monde un fils.
  • 58 Ses voisins et sa famille apprirent que le Seigneur lui avait montré la grandeur de sa miséricorde, et ils se réjouissaient avec elle.
  • 59 Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant. Ils voulaient l’appeler Zacharie, du nom de son père.
  • 60 Mais sa mère prit la parole et déclara : « Non, il s’appellera Jean. »
  • 61 On lui dit : « Personne dans ta famille ne porte ce nom-là ! »
  • 62 On demandait par signes au père comment il voulait l’appeler.
  • 63 Il se fit donner une tablette sur laquelle il écrivit : « Jean est son nom. » Et tout le monde en fut étonné.
  • 64 À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia : il parlait et il bénissait Dieu.
  • 65 La crainte saisit alors tous les gens du voisinage et, dans toute la région montagneuse de Judée, on racontait tous ces événements.
  • 66 Tous ceux qui les apprenaient les conservaient dans leur cœur et disaient : « Que sera donc cet enfant ? » En effet, la main du Seigneur était avec lui.
  • 67 Zacharie, son père, fut rempli d’Esprit Saint et prononça ces paroles prophétiques :
  • 68 « Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, qui visite et rachète son peuple.
  • 69 Il a fait surgir la force qui nous sauve dans la maison de David, son serviteur,
  • 70 comme il l’avait dit par la bouche des saints, par ses prophètes, depuis les temps anciens :
  • 71 salut qui nous arrache à l’ennemi, à la main de tous nos oppresseurs,
  • 72 amour qu’il montre envers nos pères, mémoire de son alliance sainte,
  • 73 serment juré à notre père Abraham de nous rendre sans crainte,
  • 74 afin que, délivrés de la main des ennemis,
  • 75 nous le servions dans la justice et la sainteté, en sa présence, tout au long de nos jours.
  • 76 Toi aussi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut ; tu marcheras devant, à la face du Seigneur, et tu prépareras ses chemins
  • 77 pour donner à son peuple de connaître le salut par la rémission de ses péchés,
  • 78 grâce à la tendresse, à l’amour de notre Dieu, quand nous visite l’astre d’en haut,
  • 79 pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres et l’ombre de la mort, pour conduire nos pas au chemin de la paix. »
  • 80 L’enfant grandissait et son esprit se fortifiait. Il alla vivre au désert jusqu’au jour où il se fit connaître à Israël.
    •  

 

 

 

« Laissez venir à moi les petits enfants,
car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent. »

(Mt 19, 14)

« L'enfant spirituel... ne s'appuie jamais sur lui-même ; il ne compte jamais sur ses forces, mais il met en Dieu toute sa confiance ; il se tient toujours près de lui ; il lui tend la main, afin d'en être soutenu et porté dans les mauvais pas qui se rencontrent. [...]

Le sentiment de sa faiblesse est le principe de son courage, parce que Dieu fait toute sa force ; et, assuré de la protection de Dieu, il ne voit rien qui puisse l'intimider ni l'ébranler.

De lui-même il n'entreprend rien, il ne s'expose à rien ; mais, dès que Dieu parle, il entreprend tout, il s'expose à tout, et il est sûr de réussir. »

Jean Nicolas Grou (1731-1803), Manuel des âmes intérieures (De l'enfance spirituelle), 1833

Et pour être disponibles comme des petits enfants : Vivre dans la grâce

Bis repetita placent 
- le chrétien est censé se confesser au moins une fois lors de chacun des 4 Carêmes majeurs de l'année..

"Afin de vivre spirituellement, et de respirer la grâce, nous devons continuellement exhaler les cendres du péché."

(Saint Ignace Brianchaninov)


---------------------
"Deixe as criancinhas virem para mim,
porque o reino dos céus é para eles que se assemelham a eles. "

(Mt 19:14)

"A criança espiritual ... nunca se apóia em si mesma; ele nunca conta com sua força, mas coloca em Deus toda a sua confiança; ele sempre fica perto dele; ele estende a mão para ele, a fim de ser apoiado e levado nos passos ruins que se encontram. [...]

O sentimento de sua fraqueza é o princípio de sua coragem, porque Deus é toda a sua força; e, seguro da proteção de Deus, ele não vê nada que possa intimidá-lo ou abalá-lo.

De si mesmo ele não assume nada, ele se expõe a nada; mas assim que Deus fala, ele assume tudo, se expõe a tudo e certamente terá sucesso. "

(Jean Nicolas Grou (1731-1803), Manual das Almas Internas (da Infância Espiritual), 1833)

 

E estar disponível como criancinhas: vivendo na graça

Bis repetita lugar
- O cristão deve confessar pelo menos uma vez em cada um dos quatro maiores Carnets do ano.

"Para viver espiritualmente e respirar a graça, devemos continuamente exalar as cinzas do pecado".

(Santo Inácio Brianchaninov)


--------------------------
"Let the little children come to me,
for the kingdom of heaven is for them that resemble them. "

(Mt 19:14)

"The spiritual child ... never leans on himself; he never counts on his strength, but he puts in God all his confidence; he always stands near him; he extends his hand to him, in order to be supported and carried in the bad steps which meet. [...]

The feeling of his weakness is the principle of his courage, because God is all his strength; and, assured of the protection of God, he sees nothing that can intimidate or shake him.

From himself he does not undertake anything, he exposes himself to nothing; but as soon as God speaks, he undertakes everything, he exposes himself to everything, and he is sure to succeed. "

Jean Nicolas Grou (1731-1803), Manual of Inner Souls (Of Spiritual Childhood), 1833

And to be available as little children: Living in grace

Bis repetita place
- the Christian is supposed to confess at least once in each of the 4 major Carnets of the year.

"In order to live spiritually, and to breathe grace, we must continually exhale the ashes of sin."

(Saint Ignatius Brianchaninov)
---------------------------------------

"دع الأطفال الصغار يأتون إلي ،
لان ملكوت السماوات يشبههم. "

(مت 19:14)

"الطفل الروحي ... لا يميل إلى نفسه أبدا؛ لا يعول على قوته أبدا ، لكنه يضع في الله كل ثقته. يقف دائما بالقرب منه. يمد يده إليه ، ليتم دعمه وحمله في الخطوات السيئة التي تلتقي. [...]

الشعور بضعفه هو مبدأ شجاعته ، لأن الله هو كل قوته ؛ وأكد على حماية الله أنه لا يرى شيئًا يمكن أن يخيفه أو يهزه.

من نفسه لا يمارس أي شيء ، ويعرض نفسه إلى لا شيء. ولكن بمجرد أن يتكلم الله ، فإنه يتعهد بكل شيء ، ويعرض نفسه لكل شيء ، ومن المؤكد أنه سينجح. "

جان نيكولاس غرو (1731-1803) ، دليل النفوس الداخلية (الطفولة الروحية) ، 1833

وأن تكون متاحة للأطفال الصغار: الذين يعيشون في النعمة

بيس ريبيتيتا مكان
- من المفترض أن يعترف كريستيان مرة واحدة على الأقل في كل من الأسواق الرئيسية الأربعة في السنة.

"لكي نعيش روحياً ، ونستنفر النعمة ، يجب أن نستنشق باستمرار رماد الخطية."

(القديس اغناطيوس بريانشانوف)

 

NE LES OUBLIONS PAS DANS NOS PRIÈRES ! 

VIVRE EN CHRÉTIEN DANS LE

 

MONDE D’AUJOURD’HUI

Le monde d’aujourd’hui

Qu’est-ce qui caractérise le monde d’aujourd’hui et en quoi diffère-t-il du monde d’hier? Dès le VIe siècle, marqué par l’empire de Justinien à Byzance et le règne de Clovis en Gaule, les pays situés dans un arc de cercle s’étendant de l’Arménie à l’Irlande vivaient en chrétienté. Le christianisme était la religion reconnue par l’État et acceptée, au moins théoriquement, par la majorité de la population. Du VIIe au XIVe siècle, cet état des choses se développa dans l’ensemble de l’Europe où il subsista jusqu’à la fin du XXe siècle. De la Grèce à la Scandinavie, l’Église et l’État institutionnalisèrent leurs rapports. Les évêques couronnaient les rois ou les empereurs. La définition du bien et du mal était donnée par l’Évangile, ce qui ne signifiait pas que l’on optait toujours pour le bien ! En effet, même si les principes de la morale chrétienne étaient acceptés comme normatifs, ils n’étaient pas forcément appliqués par les gouvernements et l’ensemble de la population.

Depuis la fin du XIXe siècle, cette situation s’est transformée. D’abord, le développement – rapide et important – des sciences et des techniques a transformé les consciences. Éblouis ainsi par les découvertes scientifiques et les nouvelles technologies, nombreux sont ceux qui se sont imaginés que la science pouvait résoudre tous les problèmes de l’humanité. Il faudra deux guerres mondiales pour que l’on perde les illusions du scientisme et prenne conscience de l’ambiguïté du progrès, qui fournit des outils prodigieux tant au mal qu’au bien, permettant de produire à la fois la bombe atomique et des vaccins. Pendant ce temps, la science a détrôné la foi dans des milliers de consciences. […]

L’évolution des mœurs a entraîné un bouleversement du couple et de la famille ; elle a discrédité le mariage et s’est manifestée par une augmentation des divorces et des naissances extraconjugales. Face à tant d’échecs, beaucoup de jeunes ne veulent plus contracter d’engagements. Ils tombent dans une sorte de désillusion, aggravée par l’apparition du sida qui, à cause de sa transmission sexuelle, a répandu l’idée de " l’amour qui tue ".

Bref, nous vivons dans une société qui a perdu ses repères. Une société désorientée et déboussolée, qui accueille avidement aussi bien des idées issues du bouddhisme ou de l’hindouisme – comme la théorie de la réincarnation – que des doctrines ésotériques ou des pratiques proposées par des sectes venues des États-Unis (Mormons, Témoins de Jéhovah, etc.), ou encore les enseignements fantaisistes des Évangiles apocryphes.

Tout cela se mêle à des bribes de foi chrétienne de façon confuse et incohérente, et donne naissance à une forme de " syncrétisme " rappelant étrangement celui qui régnait au IIe siècle de notre ère, au temps du " gnosticisme " combattu si énergiquement par saint Irénée. Mais à cette époque, le langage chrétien – tout neuf – avait un impact que les mêmes mots, répétés et entendus pendant des siècles, ont perdu. De nos jours, que l’on peut qualifier de " post-chrétiens ", le vocabulaire chrétien est usé. Inventer un langage qui soit actuel et capable d’exprimer les vérités éternelles est l’une des difficultés de l’évangélisation aujourd’hui.

Confesser la foi en Christ ressuscité

Comment, dans un tel monde, un chrétien – qui plus est, orthodoxe – devrait-il exprimer sa foi dans la vie quotidienne ? La tentation des chrétiens aujourd’hui est d’affadir, affaiblir, atténuer le message du Christ pour ne pas choquer le monde. On pratique un christianisme honteux. On n’ose pas affirmer la virginité de Marie pour ne pas paraître ridicule. On n’ose pas proclamer que le Christ est ressuscité avec un vrai corps de " chair et d’os " pour ne pas donner l’impression qu’on croit à des mythes. On n’ose pas proclamer le Dieu Un en trois Personnes pour ne pas heurter la raison.

Dès lors, on parle du Seigneur Jésus comme s’Il n’était qu’un homme, un grand initié ou le plus grand des prophètes. On réduit la Bonne Nouvelle, selon laquelle Dieu a visité les hommes, à un message moralisateur, à une série de commandements et d’interdits. Bref, on fait perdre au sel sa saveur ; avec quoi, alors, la lui rendra-t-on ?

Vivre en chrétien aujourd’hui, c’est vivre de la Bonne Nouvelle dans toute son intégralité stupéfiante. C’est confesser que le corps du Ressuscité, qui porte encore les marques des clous et de la lance, donne naissance à une nouvelle création sur laquelle la mort n’a plus de prise. C’est découvrir chaque jour que Jésus de Nazareth, le Crucifié, est vraiment vivant parce que réellement ressuscité. Alors, nous ne sommes plus esclaves de la peur de la mort. En présence d’un défunt, nous chantons le tropaire de Pâques " Le Christ est ressuscité des morts, par la mort Il a vaincu la mort. " Le désespoir de l’incroyant à la place de la tranquille espérance du fidèle, qui s’écrie : " Fais reposer, ô Christ, celui que tu as choisi pour contempler la lumière de ta Face, dans la douceur de ta beauté. "

Ainsi, la Résurrection est le fondement de notre foi, mais en sommes-nous intimement, réellement convaincus ? Reposons-nous la question devant Dieu ; réexaminons-la en y consacrant toute la réflexion, le temps et l’étude nécessaires. Seul face à Dieu, seul dans le secret de ma conscience, je dois me demander : " Suis-je intimement convaincu que le Christ est réellement ressuscité dans son corps glorieux, dans sa chair transfigurée ? "

Dans le Credo – qui nous récitons chaque dimanche au cours de la Divine liturgie – nous professons également que le Christ est " le Fils unique de Dieu, lumière de lumière, vrai Dieu de vrai Dieu, consubstantiel au Père, par qui tout a été fait ". Par là, nous proclamons qu’Il est le Créateur, qu’Il est Dieu comme son Père, qu’Il est le même Dieu que le Père et le Saint Esprit. Cette foi est la pierre sur laquelle est bâtie l’Église. […] Parce que nous croyons vraiment à l’entrée dans la chair de " l’Un de la Sainte Trinité ", la déification de notre chair est le but de notre vie. C’est donc toute notre existence dans la chair, c’est-à-dire toute notre vie quotidienne et réelle, que nous voudrions voir imprégnée du Saint Esprit. C’est pourquoi nous mettons une icône au centre de notre foyer et au-dessus du lit conjugal. Le lien personnel avec le Seigneur se développe et se précise dans la contemplation des saintes icônes, qui instaurent un face-à-Face entre le chrétien orthodoxe et le Christ. Les icônes reflètent également l’expérience des témoins fidèles du Christ, prophètes, apôtres, martyrs, tous nos Pères dans la foi. Plus nous nous familiarisons avec eux, à travers leur icône, leur vie et leurs écrits, plus nous retrouvons le chemin qui mène au Maître qui nous est commun. L’icône est là pour que le Dieu fait homme soit présent à chaque instant du jour et de la nuit, pour que le Christ nous regarde vivre et que nous nous sentions vivre sous le regard sanctifiant de Dieu.

Mais lorsque nous communions le dimanche, sommes-nous vraiment conscients de " manger la chair " du Ressuscité, du Dieu fait chair, et de " boire son sang " ? Lorsque nous plaçons l’icône du Christ dans notre maison, exprimons-nous vraiment notre foi qu’en entrant dans la chair des hommes, Dieu le Fils entre dans notre vie réelle, quotidienne, charnelle ? Lorsque, à la Théophanie, nous prenons de l’eau bénite en fêtant le baptême de Jésus dans les eaux du Jourdain, pensons-nous vraiment que l’Esprit Saint, en sanctifiant les eaux, sanctifie la matière et renouvelle toute la création ? Bref, par chacun de ces actes, exprimons-nous concrètement dans notre vie quotidienne notre foi en l’Incarnation du Verbe divin ? […]

Il est très important de prier la Sainte Trinité. Dieu ayant créé l’homme à son image, c’est-à-dire à l’image de la Trinité, les hommes ne sont ni des individus isolés ni une collectivité grégaire, mais des personnes distinctes qui n’existent qu’en relation les unes avec les autres, recherchant dans l’amour l’unité de l’être et dans le respect de l’autre la diversité irremplaçable de chacun. La Trinité est donc le modèle des relations conjugales, des rapports sociaux, des structures ecclésiales. Vivre en chrétien dans une société, c’est avoir sans cesse ce modèle trinitaire en vue, grâce auquel la personnalité irremplaçable de chacun s’épanouit selon sa vocation particulière, en pleine liberté, dans une communion d’amour. Certes, nous sommes assez réalistes pour ne point ignorer le poids des égoïsmes – le nôtre y compris -, le pouvoir du Diviseur (Diabolos) et la loi de la jungle qui régit la société. Mais le modèle trinitaire – qui constitue " le programme social du chrétien " – aimante notre vie, fournit la dynamique permanente qui nous transforme petit à petit et donne un sens à toutes nos activités au sein de notre famille, de notre milieu social, de notre Église. Question : le modèle trinitaire inspire-t-il effectivement la qualité de nos relations humaines ?

Nous affirmons, selon l’évangile de Jean, que le Saint Esprit " procède du Père " et que le Christ nous l’envoie (Jn 15, 26). Nous invoquons sa descente " sur nous " et sur les " saints dons " au cours de la liturgie. Nous proclamons, avec saint Séraphin de Sarov, que " le but de la vie, c’est l’acquisition du Saint Esprit ". Mais en va-t-il ainsi ? Cette acquisition est-elle vraiment le but de notre vie ? Prenons-nous la Pentecôte au sérieux autant que la Résurrection? Quelle place tient le Saint Esprit dans notre existence ? Commençons-nous chaque journée en demandant directement le renouvellement du don de l’Esprit Saint : " Roi céleste, Consolateur, Esprit de vérité, toi qui es partout présent et qui remplis tout, Trésor de tout bien et Donateur de vie, viens et demeure en nous, purifie-nous de toute souillure et sauve nos âmes, toi qui es bonté ? " D’une façon plus générale, prenons-nous au sérieux " l’opération du Saint Esprit " pour diriger notre vie et y intervenir à chaque instant ? Comptons-nous sur nous-mêmes et sur notre propre volonté, malade et pécheresse, ou sur Lui, le Saint Esprit, pour " visiter et guérir nos infirmités " ? Supplions-nous le Christ avec foi lorsque nous prenons conscience de nos défauts, de notre péché, de nos déchéances, de nous envoyer son Saint Esprit pour nous purifier, nous libérer, nous guérir, nous changer, nous transformer, faire de nous des créatures nouvelles ? […]

Incarnation du Verbe, résurrection du Christ, Pentecôte de l’Esprit et révélation de la Trinité, sont les moteurs de la vie d’un chrétien orthodoxe. Ces mêmes événements vont aussi inspirer sa prière.

Prière personnelle

Être chrétien, c’est faire confiance à l’intervention efficace de l’Esprit de Dieu dans notre vie et sur notre personne, pour les transformer à l’image de la vie et de la personne du Dieu-Homme. C’est donc trouver quotidiennement le temps de prier Dieu au nom du Seigneur Jésus pour que l’Esprit, qui repose sur Lui, soit répandu sur nous ; c’est chercher dans ce contact avec l’Esprit du Christ la source d’énergie qui va orienter notre personnalité et donner un sens à notre vie.

Mais qu’est-ce que prier ? D’abord, ce n’est pas réciter des prières – cela, un magnétophone peut le faire mieux que nous. Pour prier, il faut d’abord se mettre face au Dieu vivant, c’est-à-dire face à l’icône du Christ. Le Dieu vivant est venu vers nous, Il a pris le visage d’un homme : celui du Christ. À travers son icône, Celui-ci nous regarde. Il est en effet toujours représenté de face ; son regard rencontre le nôtre. Ce Face-à-face, de Personne à personne, est le début de la prière.

Mais " nous ne savons pas prier comme il faut ", et " l’Esprit vient au secours de notre faiblesse [...] Il intercède pour nous en gémissements ineffables ", dit saint Paul (Rm 8, 26). C’est pourquoi il convient de commencer toute prière, mais aussi toute entreprise, toute journée, par une invocation au Saint Esprit. Saint Basile, dans son Traité du Saint Esprit, écrit que " c’est le Saint Esprit qui éclaire le visage du Christ qui, Lui, nous fait connaître le Père ". L’invocation au Saint esprit nous conduit donc vers une prière trinitaire. Prier, c’est aller à la rencontre des deux " mains " que nous tend le Père : le Fils qui est venu vers nous en se faisant homme et en nous parlant avec une bouche d’homme, et l’Esprit qui est descendu sur chacun de nous, rassemblés en Église, sous forme de langues de feu, le jour de la Pentecôte. Prier, c’est donc écouter la Parole du Fils et invoquer la présence de l’Esprit. C’est acquérir l’Esprit pour rencontrer le Fils et connaître le Père. […]

Orthodoxie et orthopraxie

Mais notre vie quotidienne est-elle bien le reflet de la " théologie " que nous prétendons professer et de notre piété ? Nous croyons que Jésus de Nazareth est le Christ, le Fils du Dieu vivant, et cependant dans notre vie quotidienne – en famille, sur notre lieu de travail, pendant nos loisirs, dans nos relations affectives – notre façon de nous comporter souvent ne diffère pas fondamentalement de celle de notre entourage, de nos voisins ou collègues qui sont, pour la plupart, incroyants ou indifférents à la Personne du Christ.

Comment notre foi peut-elle, doit-elle modifier notre comportement familial et social ? Qu’est-ce qui distingue notre façon de vivre de celle des non-croyants ? Comment témoigner du Christ ressuscité dans notre vie de tous les jours ?

Pour de nombreuses personnes qui se disent chrétiens, la difficulté à résoudre ce problème les a amenés à l’esquiver en cloisonnant leur vie. D’une part, ils " pratiquent la religion ", par leur présence et leur participation aux offices de l’Église – " ils vont à la messe " -, voire par une prière personnelle à domicile. D’autre part, ils vivent en société de la même façon que tous les autres gens. Leur " vie religieuse " et leur vie dans le monde profane ne communiquent pas, ne se répercutent pas l’une sur l’autre. À tel point que "l’État laïc " a pu qualifier les Églises " d’associations cultuelles ". Limitée ainsi au " culte ", la religion devient une " affaire privée ", sans incidence sur la vie sociale.

Ce problème n’est en réalité pas vraiment nouveau. Ce fut déjà, en effet, l’attitude des gens " religieux " en Israël, suscitant l’indignation des prophètes de Dieu:

Je hais, je méprise vos fêtes, pour vos solennités je n’ai que dégoût [...] Vos oblations, je ne les agrée pas. Éloigne de moi le bruit de tes cantiques [...] mais que le droit coule comme l’eau, et la justice comme un torrent qui ne tarit pas. [Am 5, 21-24. Cf. aussi Is 1, 11-19.]

Bref, Dieu n’agrée prières et cantiques que s’ils débouchent sur un comportement de justice dans la vie sociale. Un culte qui ne transforme pas notre vie n’est qu’hypocrisie. Une vie liturgique qui ne se prolonge pas par ce que saint Jean Chrysostome appelle le " sacrement du frère ", n’est pas chrétienne, mais de la " religion païenne ", de la religiosité. C’est pourquoi le Christ a dit, en reliant deux phrases de l’Ancien Testament : " Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de toute ton âme et de tout ton esprit, et ton prochain comme toi-même. Fais cela et tu vivras. " Adorer Dieu et servir le frère ne font qu’un ; cloisonner le culte et 1a vie quotidienne, c’est du paganisme.

" Ce n’est pas celui qui dit: "Seigneur ! Seigneur!", mais celui qui fait la volonté de mon Père qui entrera dans le royaume de Dieu " (Mt 7, 21). Il ne s’agit pas seulement de découvrir et confesser la vérité, il faut aussi, comme le dit le Christ dans l’évangile de saint Jean, " faire la vérité" (Jn 3, 21). Sans cela, toute notre vie de foi, de prière, de communion n’est qu’apparence, mensonge, hypocrisie et pharisaïsme. L’orthodoxie est la croyance droite, la glorification droite. Mais il n’y a pas d’orthodoxie sans action droite, sans orthopraxie.

Ainsi, croire et rendre gloire à Dieu selon la tradition orthodoxe exigent également une façon de vivre, une façon d’agir. Ce mode d’être, ce comportement a été décrit par le Christ dans le sermon sur la montagne (Mt 5-7). Il repose sur un principe fondamental : l’homme créé à l’image et à la ressemblance de Dieu.

L’amour évangélique au quotidien

Tout ce mode d’être, toute la foi que nous exprimons dans notre vie religieuse doit donc s'incarner dans notre vie quotidienne, que ce soit en famille, au travail, dans nos loisirs ou notre vie affective. Le principe fondamental de cette pratique est très simple : Dieu a créé l’homme – tout homme – à son image et à sa ressemblance, c’est-à-dire comme une personne qui n’existe vraiment qu’en communion d’amour avec les autres, et non comme un individu – entité enfermée dans la cage de son égoïsme – ou un numéro anonyme dans une collectivité grégaire. Si donc nous adorons Dieu, nous l’honorerons en respectant son image, c’est-à-dire en traitant tout être humain – ami ou ennemi, sympathique ou antipathique, collaborateur ou adversaire – comme un frère que le Christ a tant aimé qu’Il a donné sa vie pour lui. Tout homme ou femme est donc une personne au salut de laquelle, dans la mesure de nos moyens – ne fusse que par un sourire – nous devons contribuer. Si nous devons aller visiter un assassin en prison – " J’étais en prison et vous m’avez rendu visite " (Mt 25, 36) – combien plus devons-nous nous intéresser au bonheur et au progrès d’un rival ou d’un adversaire... Car lui aussi a été créé en vue de sa déification ultime.

En famille, au travail et à l’église, nous chercherons donc sans cesse à communiquer avec l’autre dans le respect de sa personnalité. Non pour l’assujettir, l’accaparer ou l’agréger à un groupe en l’assimilant, mais pour l’aimer tel qu’il est, ou plutôt tel que Dieu l’appelle à devenir. Cela pour qu’il puisse réaliser pleinement le dessein du Créateur envers lui, par l’épanouissement de ses dons propres au service de la communauté au sein de laquelle il vit.

En famille : si l’on est chrétien, aimer un parent, un enfant, un époux, une épouse, un frère, une sœur, ce n’est pas chercher à le posséder, le dominer, en tirer du profit ou le vouloir pour soi. C’est désirer son libre épanouissement, chercher ce qu’on peut lui donner – " Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir " (Ac 20, 35) – pour le soutenir, pour l’aider à devenir meilleur, à réaliser ses projets et non pas ceux que nous voudrions lui imposer, pour le consoler, lui apporter le maximum de joie, pour qu’il se sente aimé. Aimer vraiment n’a rien à voir avec de la sentimentalité ; c’est désirer et favoriser la déification de l’autre, puisque c’est pour cela qu’il a été créé. En ce sens, il ne faut surtout pas oublier d’apporter les prénoms des membres de notre famille – vivants ou décédés – au début de la Divine liturgie, afin que par celle-ci le Saint Esprit rayonne sur eux pendant toute la semaine. Les dyptiques (liste des noms que l’on commémore, répartis sur deux colonnes, l’une pour les vivants et l’autre pour les morts), c’est le lien entre la liturgie et toute personne que nous aimons ou devrions aimer.

Dans la vie professionnelle : travailler, pour un chrétien, c’est faire passer un reflet du Royaume dans la réalité terrestre et la matière de ce monde. C’est mettre un peu de beauté dans la vie. Que l’on soit plombier ou balayeur de rue il s’agit d’embellir le monde. Un maçon chrétien est, à sa manière, un iconographe. Si l’Évangile nous a donné une certaine vision du royaume de Dieu, nous essayons, par notre travail, d’en projeter l’empreinte dans le domaine où s’exerce notre activité. Cela peut être l’ambiance qu’une infirmière cherche à faire régner dans son service, la beauté que le menuisier donne au meuble qu’il fabrique, la petite note de chaleur humaine qu’une secrétaire essaye de faire résonner dans son bureau... Dans tout travail, le chrétien peut introduire un petit rayon de lumière, un petit coin de ciel. Il suffit pour cela qu’à la liturgie du dimanche, il écoute avec attention la lecture de l’épître et de l’Évangile, qu’il se demande ensuite comment mettre en pratique la parole entendue. Si la Parole de Dieu touche notre cœur, elle changera notre vie et transformera notre façon de travailler. Les paraboles du Christ et tous ses enseignements sont toujours très proches de la vie quotidienne.

Tout compagnon de travail et collègue – subordonné ou supérieur – n’est jamais un numéro ou un robot, mais une personne que Dieu veut sauver. Elle doit nous intéresser ; nous devons chercher à établir avec elle un contact humain, découvrir ses soucis, ses aspirations, échanger un sourire. Même offrir une cigarette est déjà une approche, une antenne tendue vers l’autre. Efforçons-nous à chaque occasion de briser la glace, ôter le masque, dépasser la sécheresse du langage professionnel, atteindre le cœur d’un inconnu, rendre un petit service à celui ou celle qui nous a fait une vacherie, dire un mot gentil à celui qui a été abrupt ou blessant, contenir nos impatiences, dominer notre mauvaise humeur, avoir la paix dans notre cœur et la faire régner autour de nous.

Si nous avons communié la veille, souvenons-nous que nous sommes porteurs du Christ dans notre lieu de travail. S’Il est présent dans notre cœur, inconsciemment cette présence rayonnera autour de nous. Car participer à l’eucharistie, c’est permettre à Dieu de créer entre les hommes le lien le plus profond qui soit, au niveau même de l’être. Ce lien peut ensuite, petit à petit, émerger au niveau de la conscience et des rapports quotidiens.

Ce qui compte, finalement, c’est moins ce que nous faisons ou disons que ce que nous sommes. Le bon arbre ne peut que porter de bons fruits. Soyons souriants et joyeux parce que le Christ est ressuscité, pacifiés et pacifiant parce que nous sommes pardonnés et réconciliés. En revanche, si je suis grincheux, tourmenté, hargneux, agressif, jouant le jeu de la jungle qui m’entoure, comment pourrais-je être témoin du Christ ?

Dans nos loisirs et notre vie affective : pour pouvoir bien ou mieux accomplir sa tâche, il est nécessaire de se détendre. Il s’agit ici non pas de chercher à cueillir du plaisir en se servant des autres, mais à voir dans l’amitié et l’amour ce que nous pouvons donner. Le chrétien veut toujours voir dans l’autre une personne, une fin en soi, jamais un moyen. Dans nos loisirs, recherchons donc le contact humain et non le plaisir, la richesse personnelle qui se cache dans l’autre et non les sensations. La recherche de sensations déshumanise l’homme.

Le Seigneur vient !

Aimer l’autre donc, mais non point aimer l’amour. Sortir de soi, aider l’autre, le vouloir meilleur tout en l’acceptant tel qu’il est. En fin de compte, aimer vraiment quelqu’un, c’est vouloir son bonheur éternel, c’est-à-dire sa déification.

Vivre en chrétien, c’est prendre le risque magnifique de faire non pas ce dont nous avons envie, ni ce que la société ou l’entourage nous incite à faire, mais ce que la Parole de Dieu nous prescrit.

Tout cela n’est pas de l’utopie, parce que nous croyons que le Christ a envoyé l’Esprit – qui procède du Père – sur son Église et sur chacun de ses disciples le jour de la Pentecôte, et que ce même Esprit, invoqué quotidiennement, peut changer notre cœur de pierre en cœur de chair, transformer comme une source d’eau vive un désert en oasis, un truand en saint et, pourquoi pas, nous-mêmes en serviteurs de Dieu.

Le temps des " chrétiens sociologiques ", c’est-à-dire de ceux qui étaient chrétiens parce que les structures sociales l’exigeaient, est passé. Le temps des tièdes, que le Christ " vomira de sa bouche " (Ap 3, 16), est révolu. Dans une société de plus en plus païenne, soyons de plus en plus des chrétiens orthodoxes, c’est-à-dire des disciples de plus en plus authentiques du Dieu fait homme, par toute notre manière de vivre et toute notre façon de prier.

Les chrétiens deviendront alors ce qu’ils sont appelés à être : la lumière du monde d’aujourd’hui, tout comme ils furent celle du monde de l’époque de Néron ou de Dioclétien. Le Seigneur vient !

par le père Cyrille Argenti

Extrait de Cyrille Argenti, N’aie pas peur
Le Sel de la terre/Cerf, 2002.

Où nous trouver ? 

 

Grande Paroisse NORD-OUEST et NORD-EST (Paroisse Cathédrale N-D de Miséricorde):

 

NORMANDIE :

CHANDAI (61) et CHAISE-DIEU DU THEIL (27):

 

* Le Sanctuaire Marial de la

Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

Messe journalières en semaine à 10h30

 

Tous les dimanches, Messe à 10h30 et permanence constante de prêtres  pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

(Liturgie de St Jacques dite "d'Antioche-Jérusalem") 

Tel: 02.33.24.79.58 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

Maison Ste Barbe 
(Siège de l'Ass Caritative CARITAS E S O F)

15 Rue des 3 Communes
27580 CHAISE-DIEU DU THEIL

Tel: 02.33.24.79.58