Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2019 4 25 /04 /avril /2019 09:13

LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLÉLUIA ! HEUREUSE

PÂQUE À VOUS TOUS !

Les célébrations de Pâques, ne l'oublions-pas s'étendent du jour de Pâques au Samedi après Pâques, la Semaine  d'Hevorae.

"Le Christ est ressuscité des morts,
par la mort il a vaincu la mort,
à ceux qui sont dans les tombeaux
Il a donné la vie !"

 

Chers amis 

Est-il nécessaire de vous dire que vous étiez dans nos prières lors de la Semaine Sainte et les Célébrations Pascales?

Nos prochains Rendez-vous près de chez vous :

CHANDAI (61):


*Dimanche 28 Avril, Messe à 10h30 suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles par les Pères Georges et Mickaël.


*Mercredi 1er Mai, Messe à 10h30 en l'honneur de Saint Joseph Artisan suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles par votre serviteur, les Pères Georges et Mickaël.


* Dimanche 5 Mai, Pèlerinage du Mois de Marie à Notre-Dame de Miséricorde et aux Saints du Kerala. Messe à 10h30 suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles par votre serviteur et les Pères Georges et Mickaël.

 

PARIS ET REGION:

Permanence pastorale vendredi 3 et samedi 4 au matin . Ramassage des fidèles pour le WE de Pèlerinage en Normandie à 15h.

 

LA CHAPELLE FAUCHER (24) :


*Samedi 27 Avril. Messe à 10h30 suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles par votre serviteur.

 

JAULDES (ANGOULÊME, 16):


* Dimanche 28 Avril. 
* Dimanche 12 MAI ( Fête Patronale en l'honneur de N-D de Toutes Grâces et St Ubald) .
SOYEZ TOUS PRÉSENTS POUR LA FÊTE PATRONALE EN CE "MOIS DE MARIE" A JAULDES !
Messes à 10h30 suivies d'un repas fraternel et de la réception des fidèles
par votre serviteur et le Pères Georges ou le Père Mickaël..

À bientôt le plaisir de vous revoir. 

Votre fraternellement dans le Christ notre Seigneur. Union de prières,Aloho m'barekh (Dieu vous bénisse )!

+Mor Philipose.

 

SEMAINE APRES PÂQUE.

Lundi de Pâque. Hevorae lundi

Soirée

    • Saint-Luc 24, 13-35 :
  • 13 Le même jour, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem,
  • 14 et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé.
  • 15 Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux.
  • 16 Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
  • 17 Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.
  • 18 L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. »
  • 19 Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple :
  • 20 comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié.
  • 21 Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé.
  • 22 À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau,
  • 23 elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant.
  • 24 Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. »
  • 25 Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit !
  • 26 Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? »
  • 27 Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.
  • 28 Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin.
  • 29 Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.
  • 30 Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna.
  • 31 Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards.
  • 32 Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? »
  • 33 À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent :
  • 34 « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. »
  • 35 À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.
    •  

Matin

    • Saint Matthieu 28: 11-20 :
  • 11 Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé.
  • 12 Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme
  • 13 en disant : « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.”
  • 14 Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. »
  • 15 Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui.
  • 16 Les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.
  • 17 Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes.
  • 18 Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.
  • 19 Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit,
  • 20 apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »
    •  

Avant de Saint Qurbana

    • Genèse 41: 41-46 :
  • 41 Pharaon dit à Joseph : « Vois ! Je t’établis sur tout le pays d’Égypte. »
  • 42 Il ôta l’anneau de son doigt et le passa au doigt de Joseph ; il le revêtit d’habits de lin fin et lui mit autour du cou le collier d’or.
  • 43 Il le fit monter sur son deuxième char et on criait devant lui : « À genoux ! » Et ainsi il l’établit sur tout le pays d’Égypte.
  • 44 Pharaon dit encore à Joseph : « Je suis Pharaon. Mais sans ta permission, personne ne lèvera le petit doigt dans tout le pays d’Égypte. »
  • 45 Pharaon appela Joseph Safnath-Panéah et lui donna pour femme Asnath, fille de Poti-Phéra, prêtre de One. Alors Joseph partit inspecter le pays d’Égypte.
  • 46 Joseph avait trente ans quand il se tint en présence de Pharaon, le roi d’Égypte. Il prit congé de lui et parcourut tout le pays d’Égypte.
    •  
    • Jérémie 1: 4-12 :
  • 04 Soyez donc sur vos gardes : ne devenez pas, vous aussi, pareils aux étrangers ; ne vous laissez pas envahir par la crainte envers ces dieux,
  • 05 lorsque vous verrez la foule se prosterner devant et derrière eux. Dites-vous plutôt en pensée : « C’est devant toi, ô Maître, qu’il faut se prosterner. »
  • 06 Car mon ange est avec vous, lui qui demandera compte de vos âmes.
  • 07 La langue de ces dieux est poncée par un artisan, elle est recouverte d’or et d’argent, mais ils ne sont que mensonge, ils ne peuvent parler.
  • 08 Comme pour une jeune fille qui aime à se parer, ces gens prennent de l’or
  • 09 dont ils fabriquent des couronnes pour les têtes de leurs dieux. Il arrive même parfois que les prêtres dérobent à leurs dieux de l’or et de l’argent pour leurs propres dépenses,
  • 10 et qu’ils en donnent aussi aux prostituées sacrées. Ces dieux d’argent, d’or et de bois, on les pare de vêtements comme des hommes,
  • 11 eux qui ne peuvent se défendre ni de la rouille, ni des mites. Ils sont revêtus d’un habit de pourpre,
  • 12 mais on leur essuie le visage, à cause de la poussière du temple qui s’accumule sur eux.
    •  
    • Isaïe 40: 9-15 :
  • 09 Monte sur une haute montagne, toi qui portes la bonne nouvelle à Sion. Élève la voix avec force, toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem. Élève la voix, ne crains pas. Dis aux villes de Juda : « Voici votre Dieu ! »
  • 10 Voici le Seigneur Dieu ! Il vient avec puissance ; son bras lui soumet tout. Voici le fruit de son travail avec lui, et devant lui, son ouvrage.
  • 11 Comme un berger, il fait paître son troupeau : son bras rassemble les agneaux, il les porte sur son cœur, il mène les brebis qui allaitent.
  • 12 Qui a jaugé les eaux des mers dans le creux de sa main, et, de ses doigts, mesuré les cieux, évalué en boisseaux la poussière de la terre, pesé les montagnes au crochet et les collines sur la balance ?
  • 13 Qui mesuré l’esprit du Seigneur ? Qui l’a conseillé pour l’instruire ?
  • 14 De qui a-t-il pris conseil pour discerner, pour apprendre les chemins du jugement, pour acquérir le savoir et s’instruire des voies de l’intelligence ?
  • 15 Voici les nations : elles sont pour lui comme une goutte au bord d’un seau, un grain de sable sur le plateau de la balance ! Voici les îles, comme une poussière qu’il soulève !
    •  
  • Saint Qurbana
    • I Pierre 5: 1 à 8 :
  • 01 Quant aux anciens en fonction parmi vous, je les exhorte, moi qui suis ancien comme eux et témoin des souffrances du Christ, communiant à la gloire qui va se révéler :
  • 02 soyez les pasteurs du troupeau de Dieu qui se trouve chez vous ; veillez sur lui, non par contrainte mais de plein gré, selon Dieu ; non par cupidité mais par dévouement ;
  • 03 non pas en commandant en maîtres à ceux qui vous sont confiés, mais en devenant les modèles du troupeau.
  • 04 Et, quand se manifestera le Chef des pasteurs, vous recevrez la couronne de gloire qui ne se flétrit pas.
  • 05 De même, vous les jeunes gens, soyez soumis aux anciens. Et vous tous, les uns envers les autres, prenez l’humilité comme tenue de service. En effet, Dieu s’oppose aux orgueilleux, aux humbles il accorde sa grâce.
  • 06 Abaissez-vous donc sous la main puissante de Dieu, pour qu’il vous élève en temps voulu.
  • 07 Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, puisqu’il prend soin de vous.
  • 08 Soyez sobres, veillez : votre adversaire, le diable, comme un lion rugissant, rôde, cherchant qui dévorer.
    •  
    • Romains 6 12-23 :
  • 12 Il ne faut pas que le péché règne dans votre corps mortel et vous fasse obéir à ses désirs.
  • 13 Ne présentez pas au péché les membres de votre corps comme des armes au service de l’injustice ; au contraire, présentez-vous à Dieu comme des vivants revenus d’entre les morts, présentez à Dieu vos membres comme des armes au service de la justice.
  • 14 Car le péché n’aura plus de pouvoir sur vous : en effet, vous n’êtes plus sujets de la Loi, vous êtes sujets de la grâce de Dieu.
  • 15 Alors ? Puisque nous ne sommes pas soumis à la Loi mais à la grâce, allons-nous commettre le péché ? Pas du tout.
  • 16 Ne le savez-vous pas ? Celui à qui vous vous présentez comme esclaves pour lui obéir, c’est de celui-là, à qui vous obéissez, que vous êtes esclaves : soit du péché, qui mène à la mort, soit de l’obéissance à Dieu, qui mène à la justice.
  • 17 Mais rendons grâce à Dieu : vous qui étiez esclaves du péché, vous avez maintenant obéi de tout votre cœur au modèle présenté par l’enseignement qui vous a été transmis.
  • 18 Libérés du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice.
  • 19 J’emploie un langage humain, adapté à votre faiblesse. Vous aviez mis les membres de votre corps au service de l’impureté et du désordre, ce qui mène au désordre ; de la même manière, mettez-les à présent au service de la justice, ce qui mène à la sainteté.
  • 20 Quand vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres par rapport aux exigences de la justice.
  • 21 Qu’avez-vous récolté alors, à commettre des actes dont vous avez honte maintenant ? En effet, ces actes-là aboutissent à la mort.
  • 22 Mais maintenant que vous avez été libérés du péché et que vous êtes devenus les esclaves de Dieu, vous récoltez ce qui mène à la sainteté, et cela aboutit à la vie éternelle.
  • 23 Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle dans le Christ Jésus notre Seigneur.
    •  
    • St. Jean 2 18-25 :
  • 18 Des Juifs l’interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ? »
  • 19 Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. »
  • 20 Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèverais ! »
  • 21 Mais lui parlait du sanctuaire de son corps.
  • 22 Aussi, quand il se réveilla d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ; ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite.
  • 23 Pendant qu’il était à Jérusalem pour la fête de la Pâque, beaucoup crurent en son nom, à la vue des signes qu’il accomplissait.
  • 24 Jésus, lui, ne se fiait pas à eux, parce qu’il les connaissait tous
  • 25 et n’avait besoin d’aucun témoignage sur l’homme ; lui-même, en effet, connaissait ce qu’il y a dans l’homme.
    •  

 

Connaissez-vous la signification orientale des œufs colorés de Pâques ?

Il y a très longtemps, des femmes se rendirent au marché de Jérusalem pour y vendre les beaux œufs frais qu’elles transportaient dans leurs paniers.

Sur le chemin, elles rencontrèrent des amies qui en revenaient. Toutes excitées, celles-ci leur apprirent que Jésus, crucifié quelques jours auparavant et enterré ensuite, était ressuscité.

Les femmes crurent à une plaisanterie et se mirent à rire. Mais les amies insistaient, essayaient de les convaincre, et juraient que c’était vrai.

Alors, exaspérées par tant de crédulité, les femmes les raillèrent : "Vous racontez vraiment n’importe quoi !" Le Christ ressuscitera le jour où les oeufs de ces paniers deviendront rouges. Et elles éclatèrent de rire. Mais les rires se figèrent sur leurs lèvres car, ô merveille, les oeufs devinrent rouge à l’instant !

C’est en souvenir de cet épisode, qu’on peint les œufs en rouge pour Pâques mais avec l'arrivée du printemps les œufs sont peints de toutes les couleurs

 

(Icône Syriaque moderne authentique du Christ sur pierre au prix de 120 euro. Si vous prenez une seconde Icône de la Très Ste Vierge, 110 les deux. Excellente idée de cadeau ! Vous trouvez les mêmes modèles sur support bois)

 

 

 

Chers amis, en raison du respect d'un certain silence et recueillement pendant la Semaine Sainte (Conformément à notre calendrier liturgique de l'Eglise Syrienne Malankare Orthodoxe), j'ai fait taire ce blog.

 

Voici la déclaration que je faisais, sur le vif, au moment de la tragédie de l'incendie de Notre-Dame de Paris.

Je remercie particulièrement les innombrables personnes qui nous ont témoigné leur proximité dans cette épreuve qui atteignait la France Chrétienne, je remercie particulièrement notre ami le Métropolite de Thrissur dont je vous partage ici le message:

   "Je suis extrêmement désolé, Votre Éminence, d'avoir vu et entendu parler de l'incendie tragique survenu à la cathédrale Notre-Dame.
   C'est un cadeau précieux des générations passées que nous devons garder et dont nous pouvons être fiers.
   Avant tout, c'était un lieu de culte.
   Moi avec mon clergé et le peuple du diocèse de Thrissur, nos prières. 
  +Métropolitain Yuhanon Meletius "

Voici donc la déclaration que je faisais, sur le vif, au moment de la tragédie de l'incendie de Notre-Dame de Paris:

Chers amis.

Personnellement, je suis atterré par cette tragédie qui vient de s'abattre sur notre pays à travers cet incendie destructeur qui a ravagé, en soirée, la Cathédrale Notre-Dame de Paris.

Tous ces trésors détruits ! Toute cette mémoire abîmée ! Quelle tristesse !

Les mots me manquent, une peine inouïe me broie.

Nous rentrions de Notre-Dame de Chartres où nous étions cet après-midi avec les fidèles retraitants de Semaine Sainte au Monastère lorsque nous avons appris cette terrible nouvelle .

En tout cas, je demande à tous nos fils et filles de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone de Mar Thoma (Tradition Orthodoxe Malankare ), en France et dans ses missions, de se mettre en prière pour l'Eglise qui vit en France, et en tout premier lieu l'Eglise Romaine-catholique de l'archidiocèse de Paris bien sûr, mais,au delà, pour notre France dont un des symboles vient d'être atteint.

Priez pour ces hommes et femmes, ces sapeurs-pompiers qui, en ce moment, sur place, luttent contre les ravages du feu .

Si les Chevaliers du Saint Sépulcre ont réussis à sauver la Couronne d'épine de Notre Seigneur ainsi qu'une tunique de Saint Louis, tout porte à croire que trois reliques majeures pour les Chrétiens Orthodoxes et Catholiques qui étaient enchâssée au sommet de la flèche de l'édifice, ont disparues à tout jamais puisque cette flèche s'est effondrée*.

Puisse cette catastrophe qui arrive en tout début de la Semaine Sainte, nous rapprocher du Christ, Le Rocher de notre Foi !
Lui seul nous conduit au Père par la grâce du Saint Esprit.

Marie, aujourd'hui comme hier, est à l'unisson des desseins rédempteurs du Seigneur, comme hier, elle est debout au pied de la croix du Christ vivant et souffrant en Son Église. 
Qu'elle nous vienne en aide, qu'elle ramène la France à ses racines Chrétiennes orthodoxes pour que sous l'étendard du Divin Roi, par la Grâce du Saint Esprit, elle soit rendue à l'unité catholique, et soit, parmi les Nations, témoin de Son Règne d'amour, de vérité, de justice et de paix !

Prions les uns pour les autres et offrons nos peines en union au Christ notre Chef. Si nous mourrons avec Lui, avec Lui nous vivrons!

Heureuse montée vers Pâques à vous tous et à chacun de ceux que Vous aimez. Aloho m'barekh (Dieu vous bénisse) !

+Mor Philipose

PS: Je vous laisse cette belle Prière pour la France écrite et prononcée par le Pape Pie XII (1876-1958) lors de son discours à Notre-Dame de Paris le 13 juillet 1937 :

« Le Royaume de France, le Royaume de Marie, qui ne périra jamais » .

« Mère céleste, Notre-Dame, vous qui avez donné à cette nation tant de gages insignes de votre prédilection, implorez pour elle votre divin Fils ; ramenez-la au berceau spirituel de son antique grandeur.

Aidez-la à recouvrer, sous la lumineuse et douce étoile de la Foi et de la vie chrétienne, sa félicité passée. Regina pacis !

Oh ! Oui ! Soyez vraiment au milieu de ce peuple qui est vôtre la Reine de la paix, écrasez de votre pied virginal le démon de la haine et de la discorde.

Faites comprendre au monde, où tant d'âmes droites s'évertuent à édifier le temple de la paix, le secret qui seul assurera le succès de leurs efforts : 
-établir au centre de ce temple le trône royal de votre divin Fils et rendre hommage à sa loi sainte, en laquelle la justice et l'amour s'unissent en un chaste baiser. Et que par Vous la France, fidèle à sa vocation, soutenue dans son action par la puissance de la prière, par la concorde dans la charité, par une ferme et indéfectible vigilance, exalte dans le monde le triomphe et le Règne du Christ, Prince de la Paix, Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Amen. »

*Comme l'indique le site internet du lieu de culte, il s'agit ainsi d'une relique de Saint Denis et d'une relique de Sainte Geneviève (les deux Saints Patrons de Paris), ainsi qu'un fragment de la Sainte Couronne d'épines du Christ.
-----------------------------------------------

Queridos amigos, por causa do respeito de um certo silêncio e meditação durante a Semana Santa (De acordo com o calendário litúrgico da Igreja Ortodoxa Síria Malankara), silenciei este blog.

Aqui está a declaração que fiz, no momento, no momento da tragédia do incêndio da Notre-Dame de Paris.

Agradeço especialmente às inúmeras pessoas que nos mostraram a sua proximidade nesta provação que atingiu a França cristã, especialmente agradeço ao nosso amigo, o Metropolita de Thrissur, cuja mensagem partilho aqui a mensagem:

"Sinto muito, Vossa Eminência, por ter visto e ouvido falar do trágico incêndio na Catedral de Notre Dame.
É um presente precioso das gerações passadas que devemos manter e do qual podemos nos orgulhar.
Acima de tudo, era um lugar de adoração.
Eu com o meu clero e as pessoas da diocese de Thrissur, nossas orações.
+ Metropolitana Yuhanon Meletius "

Aqui está a declaração que fiz, ao vivo, na época da tragédia do incêndio de Notre-Dame de Paris:

Queridos amigos.

Pessoalmente, estou chocado com esta tragédia que acaba de cair em nosso país através deste fogo destrutivo que devastou, à noite, a Catedral de Notre-Dame de Paris.

Todos esses tesouros destruídos! Toda essa memória danificada! Que tristeza!

Sinto falta das palavras, uma dor incrível me esmaga.

Estávamos voltando de Notre-Dame de Chartres, onde estávamos esta tarde com os retiros fiéis da Semana Santa no mosteiro, quando ouvimos esta terrível notícia.

De qualquer forma, eu pedi o nosso filho e filhas da Igreja siro-ortodoxo Francophone de Mar Thoma (Malankara tradição ortodoxa), em França e em suas missões, para entrar em oração pela Igreja que vive na França, e, acima de tudo, a Igreja Católica Romana da Arquidiocese de Paris, é claro, mas, além disso, para a nossa França, da qual um dos símbolos acaba de ser alcançado.

Ore por estes homens e mulheres, estes bombeiros que, neste momento, no local, lutam contra os estragos do fogo.

Se os Cavaleiros do Santo Sepulcro conseguiram salvar a coroa de espinhos de nosso Senhor e uma túnica St. Louis, tudo indica que três grandes relíquias para os cristãos ortodoxos e católicos que estavam entrincheirados no topo do boom o edifício, desapareceu para sempre desde que esta seta entrou em colapso *.

Que esta catástrofe, que acontece no início da Semana Santa, nos aproxime de Cristo, a Rocha da nossa fé!
Ele só nos leva ao Pai pela graça do Espírito Santo.

Maria, hoje como ontem, está em uníssono com os propósitos redentores do Senhor, como ontem, está ao pé da cruz de Cristo, vivendo e sofrendo em Sua Igreja.
Que ela nos ajude, leve a França de volta às suas raízes cristãs ortodoxas para que, sob a bandeira do Rei Divino, pela graça do Espírito Santo, ela seja restaurada à unidade católica, e seja, entre os Nações, testemunhas do Seu Reino de amor, verdade, justiça e paz!

Vamos orar uns pelos outros e oferecer nossas tristezas em união com Cristo, nossa Cabeça. Se morrermos com ele, com ele viveremos!

Feliz subida para a Páscoa para todos vocês e para todos que amam. Aloho m'barekh (Deus te abençoe)!

+ Mor Philipose

PS: Eu deixo esta bela Oração pela França escrita e pronunciada pelo Papa Pio XII (1876-1958) durante seu discurso na Notre-Dame de Paris em 13 de julho de 1937:

"O Reino da França, o Reino de Maria, que nunca perecerá".

"Mãe Celestial, Nossa Senhora, você que deu a esta nação tantos salários insignificantes de sua predileção, implore por ela seu divino Filho; trazê-la de volta ao berço espiritual de sua antiga grandeza.

Ajude-a a recuperar, sob a luminosa e doce estrela da Fé e da vida cristã, sua felicidade passada. Regina pacis!

Oh! Sim! Esteja verdadeiramente no meio deste povo, que é seu, a Rainha da Paz, esmague com seu pé virginal o demônio do ódio e da discórdia.

Faça o mundo entender, onde tantas almas justas se esforçam para construir o templo da paz, o segredo que sozinho garantirá o sucesso de seus esforços:
estabelecer no centro deste templo o trono real de seu divino Filho e prestar homenagem à sua santa lei, na qual a justiça e o amor se unem num beijo casto. E como você França, fiel à sua vocação, apoiado na sua acção pelo poder da oração, da concórdia no amor, com um firme e vigilância inabalável, exalta no mundo do triunfo e o Reino de Cristo, Príncipe da paz, rei dos reis e senhor dos senhores. Amém. "

* Como indicado no site do local de culto, é assim uma relíquia de Saint Denis e uma relíquia de Saint Genevieve (os dois Santos Padroeiros de Paris), bem como um fragmento do Santo Coroa de Espinhos de Cristo.
-------------------------------------

Dear friends, because of the respect of a certain silence and meditation during Holy Week (In accordance with our liturgical calendar of the Syrian Malankara Orthodox Church), I have silenced this blog.

Here is the statement I made, on the spot, at the time of the tragedy of the fire of Notre-Dame de Paris.

I especially thank the countless people who have shown us their closeness in this ordeal that reached Christian France, I especially thank our friend the Metropolitan of Thrissur whose message I share here the message:

"I am extremely sorry, Your Eminence, for having seen and heard of the tragic fire at Notre Dame Cathedral.
It is a precious gift from past generations that we must keep and of which we can be proud.
Above all, it was a place of worship.
Me with my clergy and the people of the diocese of Thrissur, our prayers.
+ Metropolitan Yuhanon Meletius "

Here is the statement I made, live, at the time of the tragedy of the fire of Notre-Dame de Paris:

Dear friends.

Personally, I am appalled by this tragedy that has just fallen on our country through this destructive fire that ravaged, in the evening, the Cathedral Notre-Dame de Paris.

All these treasures destroyed! All this memory damaged! How sad !

I miss the words, an incredible pain crushes me.

We were returning from Notre-Dame de Chartres where we were this afternoon with the faithful retreatants of Holy Week at the Monastery when we heard this terrible news.

In any case, I ask all our sons and daughters of the Syro-Orthodox Francophone Church of Mar Thoma (Orthodox Tradition Malankare), in France and its missions, to pray for the Church living in France, and first and foremost the Roman Catholic Church of the Archdiocese of Paris, of course, but, beyond that, for our France of which one of the symbols has just been reached.

Pray for these men and women, these firefighters who, at this moment, on the spot, fight against the ravages of the fire.

If the Knights of the Holy Sepulcher managed to save the Crown of Thorns of Our Lord and a tunic of St. Louis, there is every reason to believe that three major relics for the Orthodox and Catholic Christians who were enchassed at the top of the spire of the building, have disappeared forever since this arrow has collapsed *.

May this catastrophe, which happens at the beginning of Holy Week, bring us closer to Christ, the Rock of our Faith!
He alone leads us to the Father by the grace of the Holy Spirit.

Mary, today as yesterday, is in unison with the redemptive purposes of the Lord, as yesterday, she is standing at the foot of the cross of Christ living and suffering in His Church.
May she help us, bring France back to her Orthodox Christian roots so that under the banner of the Divine King, by the grace of the Holy Spirit, she will be restored to Catholic unity, and be, among the Nations, witness of His Kingdom of love, truth, justice and peace!

Let us pray for one another and offer our sorrows in union with Christ our Head. If we die with him, with him we will live!

Happy climb to Easter to all of you and to everyone you love. Aloho m'barekh (God bless you)!

+ Mor Philipose

PS: I leave you this beautiful Prayer for France written and pronounced by Pope Pius XII (1876-1958) during his speech at Notre-Dame de Paris on July 13, 1937:

"The Kingdom of France, the Kingdom of Mary, which will never perish".

"Heavenly Mother, Our Lady, you who have given this nation so many insignificant wages of your predilection, implore for her your divine Son; bring her back to the spiritual cradle of her ancient greatness.

Help her to recover, under the luminous and sweet star of the Faith and the Christian life, her past happiness. Regina pacis!

Oh ! Yes ! Be truly in the midst of this people, who is yours, the Queen of Peace, crush with your virginal foot the demon of hate and discord.

Make the world understand, where so many righteous souls strive to build the temple of peace, the secret that alone will ensure the success of their efforts:
to establish in the center of this temple the royal throne of your divine Son, and to render homage to his holy law, in which justice and love are united in a chaste kiss. And that by you France, faithful to her vocation, sustained in her action by the power of prayer, by concord in charity, by a firm and unwavering vigilance, exalt in the world the triumph and the Kingdom of Christ, Prince of Peace, King of Kings and Lord of Lords. Amen. "

* As indicated on the website of the place of worship, it is thus a relic of Saint Denis and a relic of Saint Genevieve (the two Patron Saints of Paris), as well as a fragment of the Saint Crown of Thorns of Christ.

 

Homélie de l'Archimandrite Elie sur

 

l’incendie de Notre-Dame de Paris

Source:  www.monastere-transfiguration.fr  / lHomélie prononcée par Père Elie, le 21 avril 2019, dimanche des palmes, devant les sœurs et l’assemblée des fidèles du monastère de la Transfiguration.

 

Texte de l’homélie

Mes frères (...) 

Les circonstances

Nous savons quelle tragédie les a frappés – et nous avec eux car ce drame est pleinement nôtre aussi – en début de semaine, ce lundi 15 avril 2019, avec le spectaculaire et horrible incendie de la cathédrale de Paris, Notre-Dame. Peu de personnes se sont montrées insensibles à ce drame qui touche le cœur de la France et celui de bien des Français, même de ceux qui ne se sentent pas concernés par le culte qui est rendu dans ce Temple depuis neuf siècles et plus, puisque l’actuelle cathédrale gothique avait été construite sur l’emplacement d’une autre église devenue trop petite et qui a été démolie pour se voir remplacée par le chef-d’œuvre que nous connaissons ! Notre prière monte vers Dieu à l’adresse de tout ce monde catholique en deuil, souvent éberlué, parfois anesthésié de douleur, mais rarement abattu. À notre prière s’ajoute notre amour sincère à l’égard de tous ceux qui aiment le Christ, et dont l’Église-mère en France est maintenant défigurée, envolée en fumée, même si des promesses généreuses – et pas toujours désintéressées – laissent espérer une reconstruction aussi rapide que possible.

 

Compassion sincère

Frères catholiques, avec vous nous souffrons, car Français, notre histoire est liée à la vôtre, notre histoire nous est commune et elle passe par Notre-Dame de France, elle s’y concrétise, s’y renouvelle, même si un schisme, plus vieux que la cathédrale brûlée, et plus tragique encore nous sépare, hélas ! En disant cela, je ne veux pas faire croire que nous sommes seulement troublés par la perte d’un immense patrimoine culturel et artistique. Bien sûr, oh combien nous y sommes sensibles aussi ! Oh combien nous constatons aussi avec joie, la référence qu’elle constitue pour des millions de visiteurs chaque année, qui, sans le savoir, côtoient la réalité de la Présence de Celle à laquelle est dédiée la cathédrale, Notre Sainte et Immaculée Souveraine la Mère de Dieu, et de Celui, Jésus-Christ, Dieu-Homme, dont tant de saintes Reliques sont des « révélations », des « épiphanies » régulièrement présentées au regard, à l’amour et à la vénération de ceux qui Le cherchent, même nichées dans le coq-girouette, Reliques qui bénissent au gré de l’orientation des vents la ville et tout le pays du haut de la fameuse flèche, et retrouvé quasi miraculeusement intact dans les décombres calcinés.

Les réactions et commentaires

Que n’entendons nous pas en ces jours d’après le cataclysme de feu, sur ce « patrimoine » artistique universel ! Nous ne le contestons pas, bien évidemment. La nuit même du sinistre, monsieur Mélanchon a fait sur ce sujet un très beau discours, argumenté, digne et émouvant. Il soulignait, à juste titre, comment l’architecture de cette cathédrale témoignait du savoir-faire technique audacieux des maîtres-d’œuvre de l’époque médiévale, du génie des hommes de l’art et de leur constance pour mener à bien une telle œuvre. La mise en application de techniques hardies pour remplacer l’épaisseur des murs par de la lumière, et élever les voûtes le plus haut possible vers la perfection. Il avait raison. D’autres y sont allés aussi de leurs discours émus et compatissants, tant cet accident a touché le cœur de tout homme de cœur ou de goût, bien au-delà des clivages de culture, de foi ou d’appartenance religieuse. À combien de personnes l’émotion n’a-t-elle pas tiré de larmes sincères, visibles ou intérieures, qu’il serait indécent de moquer ? La peine, le chagrin étaient visible sur de nombreux visages, de tous âges et de toutes origines. Nous sommes heureux de constater l’élan de solidarité mondial dans le but de restaurer, autant que faire se peut, ce « patrimoine de l’humanité ».

Vision chrétienne

Mais vous, Chrétiens, ces justes analyses vous suffisent-elles ? Un jour que des pharisiens et des sadducéens s’approchaient de Jésus, « Pour l’éprouver ils l’interrogèrent : qu’Il leur montre un signe du ciel ! Mais il leur répond et leur dit : ‘’ Le soir venu, vous dites : ‘ beau temps, car le ciel est rouge.’ Et le matin : ‘aujourd’hui, tempête : car le ciel rouge s’assombrit.’ La face du ciel, vous savez la discerner, mais les signes des temps, vous ne le pouvez pas ! Âge mauvais et adultère ! Il cherche un signe ! De signe, il ne lui sera pas donné, sinon le signe de Jonas ! (Évangile selon Matthieu 16,1-4).

L’incendie : « le signe de Jonas » ?

Eh bien voilà, l’incendie de lundi « met à l’épreuve » notre foi, et il n’y a pas à douter qu’il est « un signe ». Nous attendons donc des pasteurs les plus haut placés une interprétation de « ce signe ». De grâce, si nous croyons – et c’est la foi que nous a enseignée Jésus – que Dieu intervient dans le déroulement de la vie du monde et des personnes, élevons notre discernement pour appréhender ce signe, le comprendre, et in fine orienter notre vie en fonction du « signe de Jonas » qui nous est donné là, éclatant, en pleine lumière, sans rester rivés à une vision exclusivement humaniste ou affective de l’événement : une perte artistique et culturelle, une mémoire perdue, une coopération universelle pour un renouveau de l’édifice. Là n’est pas le plus profond.

Des interprétations haineuses

Il y a bien sûr des faux prophètes qui voient le signe de la fin des temps ; d’autres qui réalisent que la foi et la vie chrétiennes peuvent disparaître de notre pays ; d’autres encore y discernent un châtiment divin dû à nos iniquités personnelles ou nationales. « Rien de nouveau sous le soleil ! » Il y a longtemps que des forces anti-chrétiennes se liguent pour éradiquer la foi en Jésus, en notre Dieu-Homme, mort-ressuscité, siégeant en Gloire pour nous y prendre avec Lui. Il y en a qui s’en réjouissent et qui le disent !

Et alors ? Déjà, lors des grandes persécutions des quatre premiers siècles, les païens faisaient le jeu du pouvoir des Néron, des Dèce ou des Trajan pour effacer les traces des disciples de Ce Jésus, notre Dieu apparu parmi nous et toujours présent, quoique souvent invisible ! Ils applaudissaient hystériquement à leurs massacres dans les cirques et les amphithéâtres et jouissaient de leurs mise-à mort ! Et que faisaient les ardents chrétiens d’alors ? Se vengeaient-ils de leurs veules persécuteurs ? Réclamaient-ils justice ? Non, à l’école de leur Sauveur ils bénissaient ceux qui les persécutaient et priaient pour eux : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font » (Évangile selon Luc 23,34) et les dernières paroles de saint Étienne lapidé et rendant son dernier souffle étaient : « Seigneur, ne leur compte pas ce péché. » (Actes des Apôtres 7,60). C’est ainsi qu’à toutes les époques les chrétiens ont supporté quolibets et oppositions, critiques et persécutions et qu’ainsi ils ont appris ce qu’est le Royaume des Cieux, dont souvent nous avons une bien piètre image… Alors, même si l’on entend des paroles déplacées et pas très intelligentes, « Ce sont les p’tits blancs qui pleurent pour des bouts de bois » qu’est-ce que cela peut faire ? C’est un bien que ces personnes se déchargent de leur agressivité, voire de leur haine ; ces sentiments ne viennent pas d’elles, car elles ne savent pas ce qu’elles disent, mais ces sarcasmes sont inspirés par une Intelligence supérieure et maligne. Lorsque « Celui-ci » se manifeste, c’est qu« il est aux abois et qu’ « il » se déchaîne sentant que sa fin est proche.

Attaque satanique

Et justement, puisqu’on parle de « lui », des images qui nous étaient délivrées du sinistre restent en ma mémoire. Je pense tout particulièrement à cette photographie prise semble-t il par un drone, où l’on voit toute la charpente en feu, d’un rouge diabolique. Le journal satirique « Charlie Hebdo » ne s’y est pas trompé, lui : la signature de l’incendiaire apparaissait clairement. Et en même temps, il nous semblait, à la verticale, voir sur l’immense croix formée par la nef et les transepts le Corps rougi du Divin crucifié bouillonnant du sang qu’Il a versé pour nous !

En voyant les vidéos qui montraient la progression fulgurante – et curieuse, j’oserais dire étonnante même, des flammes, la colonne de feu embrasant la flèche qui se couchait sous nos yeux après une résistance héroïque quoique perdue d’avance, et heureusement, presque miraculeusement privée de ses quatre évangélistes et de ses douze Apôtres (dont Thomas-Viollet-le-Duc), en voyant tout cela donc, ces scènes et d’autres montraient en une sorte d’évidence, qu’une « intelligence supérieure » dirigeait, orientait, étendait, canalisait la sarabande infernale du feu, comme pour narguer avec ses crépitements ressemblants à des grincements de dents, les témoins du drame que d’aucuns ont voulu appeler péjorativement des « badauds » alors qu’ils étaient des « compatissants » sidérés. Mais surtout « Il » semblait braver la sainte Maîtresse des Lieux que les soi-disant « badauds » imploraient publiquement. Quel démenti pour tous ceux qui nous parlent d’abandon total de la foi chrétienne de la part du peuple français ! Tant de fois les saltimbanques médiévaux avaient mimé les « Mystères » divins sur le parvis de Notre-Dame, pour l’édification spirituelle des foules, tant de fois d’autres avaient présenté des simulacres blasphématoires de baptêmes ou d’autres saintes scènes théâtralisées… Mais là, devant nous, lundi soir, « Il » ne se déguisait même plus, croyant désespérément vaincre ainsi son Créateur et la Mère de Celui-ci, Notre Souveraine, Notre-Dame.

Apocalypse

La scène était apocalyptique. Nous savions cependant que dès le commencement de notre Sainte Histoire la Prophétie divine était connue de tous : « Je mettrai, disait Dieu au Tentateur, des inimitiés entre toi et la femme, entre ta postérité (les démons) et sa postérité (le Verbe Incarné et ceux qui Lui sont attachés) : elle guettera ta tète (pour l’écraser), et toi, tu lui guettera son talon (mort provisoire de « son fils » ressuscité) (Livre de la Genèse 3,15).

L’Apocalypse selon saint Jean – dont nous sommes riches de plusieurs enluminures ou tapisseries, se déroulait sous nos yeux incrédules le grand combat entre la Femme et le Dragon (Apocalypse 12, 15), combat dans lequel ce Dragon n’a connu qu’un triomphe éphémère. Et cela a encore été le cas lors de cette grandiose représentation du « Mystère de Notre-Dame » sur le parvis en ce 15 avril 2019 : grâce à la prière spontanée de beaucoup – qui pour certains avaient oublié depuis longtemps de prier (j’en ai eu des témoignages…) – grâce à l’humble et héroïque dévouement des quatre cents pompiers engagés, et de leur aumônier, souvent à leurs risques et périls, pour lutter contre le fléau, le trésor sacré, – dont la Couronne d’épines de la Crucifixion achetée par Saint Louis à l’empereur de Constantinople – et les murs et les tours de la façade principale, ont résisté aux assauts dantesques du Malin. Quel devait être l’émotion intime de nombreux de ces héroïques pompiers lorsqu’ils tentaient de sauver l’édifice et ce qu’il contient. Nous ne le saurons sans doute jamais, mais Dieu l’a vu et nous les remercions !

La lumière dans les ténèbres

Et pendant ce temps, humblement, cachée derrière l’autel principal offert par Louis XIV et sculpté par Nicolas Coustou et qui ne sert plus, consécutivement aux réformes liturgiques de Vatican II, derrière la Piéta à laquelle est consacré ce temple, la Croix victorieuse du divin Mort-ressuscité brillait encore, seule dans la pénombre, malgré les brandons rougeoyants qui tombaient de la voûte béante. Et deux de nos rois, Louis XIII et Louis XIV toujours agenouillés en vénération devant le Mystère de la mort-résurrection sculptée. Quelle victoire, quel signe !!! Son éclat redisait : « Dans le monde vous aurez de la souffrance. Mais confiance : moi je suis vainqueur du monde ! » (Évangile selon Jean 16,33) selon ce qu’affirmait Jésus pour que Ses disciples soient dans la paix à travers toutes les épreuves qu’ils rencontreraient ! Il est vrai que cette victoire se réalisera en plénitude dans « Le Royaume qui vient», mais nous en percevons dès aujourd’hui les prémices, si nous savons lire les signes des temps, ceux dont nous parlions en commençant.

Le Président Macron, très dignement, sobrement et semble-t-il sincèrement, a promis de restaurer l’église Notre-Dame dans les cinq ans. Je crains qu’il ne soit un peu optimiste, mais qu’importe ; nous comptons sur sa promesse et sur sa détermination et nous l’en remercions non moins sincèrement. Tant d’églises souffrent en France, profanées ou délabrées, abandonnées, fermées ou dépouillées, voire vendues ou détruites, transformées en auditorium, salles d’expositions ou scènes chorégraphiques et pas toujours pour des œuvres d’art sain et sacré… Ce drame alertera-t-il les chrétiens et leurs pasteurs, dont le nombre se raréfie tragiquement, pour qu’ils n’abandonnent pas leurs églises et que les municipalités, qui en ont pris la possession à l’époque de la Grande Révolution française de 1789 les entretiennent efficacement ?

Oui, c’est un patrimoine qui crie encore d’actualité. Il n’y avait qu’à regarder et écouter, je l’ai déjà souligné, mais cela m’a frappé, tous ceux qui spontanément se sont mis à chanter des chants de foi, spontanément, pendant toute la durée de la « consumation » de la cathédrale ! Chantaient-ils seulement la « consumation » de la basilique, ou ne craignaient-ils pas de voir aussi dans cette basilique incandescente la métaphore de notre monde ? Je ne sais. Mais je sais combien ces prières, ces suppliques s’ancraient dans celles de tant de générations antérieures, confrontées elles aussi, subitement, à l’évidence de la fragilité de ce qui leur semblait indestructible ! Non la foi n’est pas perdue, elle ne demande qu’à surgir et à se manifester, si du moins l’esprit du temps lui laissait un peu de liberté d’expression, comme on la laisse à des religions qui ne sont pas de nos racines.

Reconstruction ?

Le Président Macron a voulu que l’église, centre et âme de la France, soit restaurée en cinq ans ! Un peu avant lui, Jésus avait affirmé, au dire de ses détracteurs, : « Moi, je détruirai ce sanctuaire fait des mains et après trois jours j’en bâtirai un autre non fait par des mains. » (Évangile selon Marc 14, 58). Quand Il parlait du « sanctuaire fait par des mains », Il désignait le Temple de Jérusalem reconstruit par Hérode. Et lorsqu’Il parlait d’un « Sanctuaire non fait par des mains », Il parlait de Son corps, temple de la divinité qu’Il est par nature, qui devait mourir sur la croix et trois jours après ressusciter, comme cela s’est effectivement passé. Dans la destruction partielle de Notre-Dame se manifeste encore un « signe » pour nous chrétiens : Oui, les temples peuvent disparaître, on peut le regretter, mais tout ce qui est de la création est appelé un jour à disparaître ; seule la Vérité demeurera. Or La Vérité, c’est la réalité de l’union de Dieu et des hommes, en Christ, dans un mode nouveau de vie, hors matière et hors temps, dans ce qu’on appelle, faute de mieux et selon le vocabulaire de Jésus lui-même qui savait de quoi Il parlait : « le Royaume des Cieux ». Donc, ne craignons pas ceux qui peuvent détruire les sanctuaires construits par les hommes, car le véritable Sanctuaire est Jésus-ressuscité et éternellement Vivant, qui offre sa Vie éternellement à tous ceux qui l’acceptent, consciemment ou tacitement ! Que Notre-Dame de Paris soit détruite, ça nous fait mal ; que Jésus ait été crucifié, ça nous fait mal ; mais la vie éternelle nous est accordée dans le Sanctuaire céleste. Non, l’Eglise-Corps-du-Christ ne meurt jamais, elle est vivante pour la vie éternelle ! Édifiée sur la profession de foi de saint Pierre qui attestait, devant les statues du dieu païen Pan, à Césarée de Philippe, que Jésus « est le Christ, le Fils de Dieu Le vivant » Celui-ci promettait que « Les portes de l’enfer ne seront pas plus fortes que son Église ». (Évangile selon Matthieu 16,16 ; 18).

Manifestation du « signe de Jonas

Et voilà le signe de Jonas que le Christ nous promettait et que j’ai évoqué précédemment, signe qui saute aux yeux de la foi. Qu’est-il donc ce fameux et mystérieux signe de Jonas ?

Dans l’Ancien Testament, selon le récit parabolique que la Bible nous en fait, Dieu voulait que Jonas aille prêcher le repentir aux habitants de Ninive, en Mésopotamie, sur les bords du Tigre. Mais lui, Jonas, n’y tenait pas trop et voulut fuir sa mission. Prenant un bateau pour une autre destination afin d’échapper à la volonté de Dieu, les circonstances l’ont condamné à être jeté dans la mer. Le « monstre marin » (non pas une baleine, mais le symbole des forces du malin, des abysses ténébreux et mortels) l’a portant rejeté vivant sur la rive du fleuve (la mer). Cette nouvelle vie après trois jours dans le ventre du « monstre marin » représente, prophétise, la résurrection après les trois jours que Jésus a passés au tombeau. De là Jonas est allé effectivement à Ninive et il a prophétisé quarante jours pendant lesquels les Ninivites devaient se repentir de leurs fautes avant que leur ville ne soit détruite. Et, contrairement aux craintes du prophète incrédule, les habitants se sont effectivement convertis et ainsi le Seigneur leur a pardonné et n’a pas détruit la ville.

Le « signe de Jonas » est donc celui du repentir fondé sur la foi en la mort-Résurrection de Jésus. C’est ce signe qui nous a été présenté ce lundi soir : par la Croix de Jésus, par l’Amour pour nous avec lequel Il a accepté de laisser détruire le « sanctuaire de son Corps » pour le rebâtir, si nous nous convertissons, en vérité. Il nous pardonnera toutes nos fautes et nous communiquera la Vie éternelle, c’est-à-dire la participation, par la Grâce, à Sa divinité. Il est donc urgent de nous convertir : il ne reste que « quarante jours » c’est-à-dire une durée de jours symboliques, certes, mais le temps approche.

Le repentir

Mais, mon Dieu, de quoi donc nous repentir ? À quoi nous convertir ? Vous avez entendu plus haut, Jésus qui apostrophait les pharisiens et les saducéens « Âge mauvais et adultère ! ». Il faut avoir le courage de prendre cette parole pour authentique et actuelle. Ce n’est pas du pessimisme, mais écoute de la Parole de Dieu ! Certes, nous ne sommes pas tous tombés dans l’adultère, encore que notre « civilisation » contemporaine mondiale nous pousse davantage à la trahison conjugale pour motifs de désirs individuels à assouvir, qu’à la fidélité à la parole donnée, à la communion exigeante et généreuse avec l’autre. Mais bref, là n’est pas en cet instant le fond de la question. « L’adultère » dans le langage biblique, n’est pas seulement la faute d’infidélité dans le mariage, mais l’abandon de Dieu au profit d’idoles qui ne sont pas Dieu ! C’est donc cela que Jésus stigmatise face aux pharisiens et aux sadducéens de l’Évangile. Or là, il nous est difficile de nous disculper ! Car nous abandonnons allègrement l’Église, c’est-à-dire le mode de vie qui sied à des disciples de Jésus ! « Croire » n’est pas seulement avoir une croyance en l’existence de Dieu, ou en un « au-delà », ou en un « être suprême » auquel nous devrions rendre des devoirs auxquels nous essayons de nous dérober. Nous convertir, c’est vivre de la connaissance de Jésus, de l’amour du Père et par la force de l’Esprit-Saint. Tout ceci est rendu possible par la pratique des « saints Mystères » que l’Église met à notre disposition, moyens divins et humains à la fois, qui nous initient à « la Vie du Royaume des Cieux ». Le Baptême qui dépose en nous les germes de la vie éternelle ; la Chrismation (confirmation) qui nous communique le Dynamisme vital pour développer la lente restauration de notre sanctuaire intérieur brûlé, calciné, défiguré par le feu dévorant des passions et de l’incrédulité, voire du désintérêt des « choses de Dieu » ; la Communion qui opère en nous un échange divin : Jésus Dieu-incarné (Dieu fait Homme, tout en restant Dieu quel mystère insondable !!!) adopte notre vie déchue par le péché, de la condition à laquelle Il nous avait destinés à la création, et Il nous communique Sa vie à Lui, pour faire de nous des hommes-déifiés (participant à la vie divine, comme le dit saint Pierre dans sa seconde Épître ( 1,4). Et les grands docteurs saint Athanase d’Alexandrie et saint Irénée de Lyon écriront : « Dieu s’est fait Homme afin que l’homme soit déifié » ; C’est cela la « sainteté » ! Le Mariage, qui manifeste aux yeux du monde, en l’union des époux, celle du Christ et de son Église.

Utilisation illicite des églises

Parfois, des événements nationaux se situent dans les églises dont ce n’est pas la vocation première ! Des dirigeants sans-Dieu le savent bien, qui répugnent à entrer dans nos églises pour ne pas donner l’impression de rendre un culte à ce Dieu qu’ils ne veulent pas reconnaître, ou qu’ils combattent. Ils sont honnêtes avec eux-mêmes, mais ils ne devraient pas imposer aux autres leur non-croyance, qui, dans le cadre du christianisme, sauf des cas de dérives injustifiables et en tous cas étrangers à la doctrine et à la morale des disciples du Christ, ne condamne personne et ne fait tout de même pas grand mal. Au contraire, les chrétiens supportent même la persécution avec silence, foi et patience à toutes les époques de l’histoire, sans se rebeller. Deux mille ans de patience ! Le christianisme n’est-il pas la religion la plus persécutée aujourd’hui dans le monde ? Des rapports officiels indépendants sont éloquents, et étouffés…

Signification des églises faites par des mains

Mais pourquoi, si ce n’est pas pour des motifs de « mémoire », de culture, de racines nationales, sommes-nous si attachés à nos églises, et pleurons-nous devant des bouts de bois qui se consument en un grand feu de joie ?

C’est que pour nous, une église, n’est pas seulement un lieu de culte, un lieu de rassemblement d’une « communauté » qui veut offrir à Dieu ses chants ou ses offrandes, un lieu dans lequel on veut se sentir unis et solidaires au moins le moment d’une célébration. Une église, c’est bien davantage : c’est le lieu de la rencontre consciente de l’homme et de Dieu. Non seulement par la prière individuelle, les supplications ou les actions de grâces des fidèles, la communication des saints Mystères (les « sacrements »), mais aussi par son architecture même et son iconographie qui montrent en paraboles (en symboles) la réalité – invisible autrement – de la Vie Céleste. Là, Dieu y manifeste Sa gloire, pour la rendre visible aux hommes pourtant pêcheurs, à travers mille signes (les symboles) et les chants de structure théologiques.

Quel dommage que désormais, depuis plusieurs décennies, l’autel Majeur (le « Maitre-Autel ») ne serve plus et se trouve remplacé par une table centrale ! Lorsqu’il nous « tournait le dos », le pasteur du troupeau du Christ, évêque ou prêtre, montrait la Voie et cheminait à la tête des Brebis du Troupeau vers l’Orient, la Lumière, L’aurore de la résurrection : Le Christ. Il se tourne maintenant vers nous, dans une attitude plus cléricaliste que jamais, parfois assis directement devant le Tabernacle du « saint Sacrement » dont il prend la place ou auquel il s’associe orgueilleusement. Il y a là une inversion du sens liturgique, un changement théologique : le Peuple de Dieu n’est plus en marche vers le Christ Lumière, « l’Orient des Orients », il se contemple lui-même et célèbre son unité en oubliant – sauf en paroles – Celui qui les unit ! Ainsi le décrivait aussi monsieur Mélanchon dans son hommage à Notre-Dame auquel je faisais allusion au début, qui constatait le changement de langage architectural entre ce que nous appelons l’art roman – mais l’art sacré arménien, géorgien, byzantin, copte, slave ont la même inspiration transfigurante – et l’art dit « gothique ». Par celui-ci, l’homme offre à Dieu ce qu’il a de plus grandiose, en l’occurrence une prouesse architecturale (serons-nous encore capables de concevoir et de réaliser une œuvre semblable ?). Auparavant le temple chrétien manifestait la présence de Dieu, Sa descente vers les hommes. L’église était une chambre nuptiale qui abritait les épousailles de la divinité avec l’humanité. Qu’elle le reste ou qu’elle le redevienne !

Supplique aux restaurateurs

C’est pourquoi, Monsieur Macron et tous les responsables de la reconstruction de Notre-Dame, laissez-nous une église chrétienne ; que la hâte ne l’emporte pas sur le « sens » et le « signe », en nous livrant une architecture de salle polyvalente, d’écrin moderne pour des ruines figées et témoins d’un passé prestigieux, mais sans vie, ou quelque cage de verre, pyramidale ou autre. Car ce risque existe. Que ne peut-on inventer pour moquer, salir, défigurer ou pervertir, même par simple méconnaissance ? En « art sacré » chaque architecte-artiste n’est pas libre de jongler avec des symboles de son invention, fût-elle géniale. Il se doit d’exprimer par les formes et les couleurs la foi de l’Église et du peuple qui la constitue. Seuls des théologiens chrétiens et pratiquant cette foi, aidés bien sûr d’historiens de l’art, des gens d’expérience spirituelle et liturgique, peuvent comprendre, réaliser et reprendre l’œuvre commencée il y a neuf cents ans et aujourd’hui sinistrée. Laissez aux architectes musulmans la responsabilité de la conception de leurs mosquées, aux Juifs celle de leurs synagogues, aux bouddhistes de leurs temples, aux francs-maçons de leurs loges, mais donnez le même doit aux chrétiens. La République ne détient pas les critères requis pour édifier des sanctuaires où s’unissent le Ciel et la terre ; son rôle et sa fonction sont ailleurs. Des concours internationaux d’architectes non chrétiens non plus ! Nous vous en supplions, vous tous, responsables de la restauration de notre basilique, tenez bon dans les polémiques qui ne manqueront pas de se présenter à ce sujet et face aux exigences de ceux aux ordres de qui nous marchons. Il en va de la vie éternelle d’innombrables personnes et de la réputation que vous laisserez dans le Grand Livre de l’histoire. Vous êtes au carrefour de deux voies : transfigurer ou défigurer. Dieu vous jugera aussi là-dessus.

Conclusion

Donc, amis fidèles et orthodoxes, nous avons vu lundi « le signe de Jonas » qui nous invite à la conversion du cœur et des mœurs, au retour à la foi en Jésus-Christ Dieu-Homme, à l’attente du « Royaume qui n’est pas de ce monde » ainsi qu’à la conscience de l’intervention dans Dieu dans la vie des hommes et des peuples.

Par cette tragédie humaine qui a bouleversé le monde entier, Dieu et la Toute-Pure et Toute-Sainte Mère de Dieu, la « Théotokos », nous montrent qu’Ils ne nous abandonnent pas et nous donnent encore « quarante jours » symboliques, – je ne suis pas un prophète – pour nous convertir. En effet, ce n’est pas seulement une église en pierre qu’il faut d’abord reconstruire, elle tombera un jour, mais c’est le Sanctuaire du Corps auquel nous appartenons mystiquement et dont le Christ est la Tête, qu’il faut demander à Dieu de rétablir avec notre humble collaboration, synergie qui ne se nomme ni « piété » ni « morale », mais « foi » et conversion des mœurs à l’aune de la foi et des principes de mode de vie qui découlent de l’enseignement de Jésus, Paroles divines qui nous sont transmises par les Évangiles et que l’Esprit-Saint nous permet de comprendre et d’assimiler.

Épilogue

Et pour terminer, puisque nous avions décidé de commenter chaque dimanche de carême les épitres du jour, comment ne pas remarquer l’à-propos de celui d’aujourd’hui, que l’Eglise à placé à notre méditation pour nous encourager dans l’épreuve de la foi que constituent la Passion de notre Seigneur et son apparent silence à notre égard : « Réjouissez-vous, nous dit saint Paul comme aux Philippiens de son époque, réjouissez-vous toujours ! Je le dis encore une fois, réjouissez-vous !… Le Seigneur est proche. Ne vous inquiétez de rien ; mais dans une prière continuelle et une supplication, que vos demandes soient présentées à Dieu avec actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse tout sentiment, gardera vos cœurs et vos intelligences dans le Christ Jésus » (Épître aux Philippiens 4,4-5 ;6-7).

Aussi, nous jubilons avec les fils d’Israël dans le cortège splendide par lequel ils acclament Jésus et nous disons : « viens Seigneur Jésus !» (derniers mots du livre de l’Apocalypse selon Jean, 22,20). C’est dans cet esprit que nous allons prendre les branches de palmier et nos rameaux, comme nos amis catholiques ont pris dimanche dernier leurs rameaux de buis ou de laurier, et que nous allons accompagner triomphalement Jésus qui monte vers Sa ville, Jérusalem, afin d’y subir sa Passion dans une obéissance absolue envers Le Père éternel et un amour infini pour nous, pour nous élever avec Lui dans la gloire de l’Ascension quarante jours plus tard.

En serons-nous dignes comme les Ninivites du temps de Jonas ?

En Christ est notre unique espérance, et à Lui reviennent la Gloire, l’honneur et l’adoration, ainsi qu’à notre Père éternel et à l’Esprit Tout-Saint bon et vivificateur, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen !

 

 

Monastère de la Transfiguration

Archimandrite Élie

 

 

   PRIÈRES POUR LA FRANCE ET L’UNITÉ

CATHOLIQUE PAR L'ORTHODOXIE DE LA FOI

A TILLY ET DOZULE

Le lendemain de la tragédie à Notre-Dame de Paris,

les Retraitants de Semaine Sainte au Monastère dirigeaient leurs pas vers Tilly, un lieu de pèlerinage marial et ensuite vers celui de La Croix Glorieuse.

Nos prières étaient ferventes pour l'Eglise et notre France qui, meurtries, crucifiées se relèveront de leurs ruines, tel le Christ Sauveur qui sort victorieux du tombeau troisième jour et nous entraîne dans Sa victoire sur les forces mortifères. 

Ô Marie,Vierge fidèle, ô vous notre Mère,debout au pied de la croix, soyez auprès de nous en ces temps de peine immense !

En cette matinée  de ce lendemain exceptionnel d'une nuit d'angoisse pour l'avenir de la Basilique Cathédrale de N-D de Paris, nous célébrions, avec les retraitants de la Semaine Sainte présents en notre Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde, une Messe pour la France dans l'action de grâce que Notre-Dame ait, par le dévouement aussi de ses fils et filles Sapeurs-pompiers, sauvé sa Cathédrale, cœur de cette rose mystique que forment les Cathédrales d'Europe .

Nous lui confiions l'avenir pour que les forces de la Vie, de la vraie Vie qui est en Dieu l'emporte sur les forces mortifères ainsi que le suggérait, intacte, la Croix Glorieuse du Vœux de Louis XIII, debout resplendissante au centre du Sanctuaire dévasté.

L'Eglise du Christ a les promesses de la vie éternelle ! Depuis ses origines, les Apôtres du Christ ont porté la flamme de l’Évangile jusqu'aux confins du monde, ils continueront à le faire avec ces vocations sacerdotales qui se lèveront pour constituer un peuple de prêtres, de prophètes et de rois .

Le soir, au retour nous avions des nouvelles alarmantes la Cathédrale de Notre- Dame, en effet, si  soirée de lundi, la voûte n’était percée qu’à un endroit mardi, la croisée d’ogives du transept, au cœur de la cathédrale s’était également effondrée. De plus, le pignon nord du même transept est très endommagée et présente des signes de faiblesse très inquiétants ...

Continuons de prier pour que le bâti de la Cathédrale Notre-Dame ne bouge pas trop, rien n'est gagné après une telle catastrophe, comme l'Eglise, lorsqu'elle trahit l'orthodoxie de la Foi professée et des Rites Sacramentels, canaux ordinaires de la Grâce du Saint Esprit, l'unité de l'ensemble, l'unité Catholique est compromise si le socle fondateur est atteint.

Avec l’effondrement, dans la nuit de lundi à mardi, de la voûte de la croisée du transept, écrasant l'autel moderne qui était visible, intact sur les clichés de lundi ( Seul l'autel majeur reste aujourd'hui intact sous la Croix Glorieuse du Voeux de Louis XIII ), on peut légitimement s'inquiéter pour l'équilibre, la stabilité de l'ensemble.

En effet, cette voûte de croisée entre la grande nef, du Chœur, comme la charité fraternelle entre les fils et filles de L'Eglise, constitue un des éléments les plus importants pour la stabilité de la structure globale de l’édifice...

"Chaque peuple porte une tradition, un royaume intérieur, un murmure des temps anciens et du futur.

La tradition est ce qui persévère et traverse le temps, ce qui reste immuable et qui toujours peut renaître en dépit des contours mouvants, des signes de reflux et de déclin."

(Dominique Venner)

Merci à tous les priants, les veilleurs qui ont entendu l'appel du Christ Tête de L'Eglise et de Notre-Dame unie à la volonté salvifique de son Fils, de prier avec eux pendant la Passion de Son Église.

Continuons de prier pour que ce qui reste de ce 
symbole fort de notre Tradition fondatrice, soit à la base d'un retour au sources pour qu'à travers un réveil, vive la Tradition qui est aussi, par définition Transmission.

Tous ensembles, tous unis, nous entendrons l'appel de Son Divin Fondateur, du Christ son Chef à restaurer Son Église qui tombe en ruine lorsqu'elle est défigurée par nos trahisons et nos infidélités.

Après le temps de la Passion surgit celui de la Pâque.

Comme vous le constaterez à quelques détails de ces photos souvenirs, nous étions les hôtes d'une communauté de Rite latin qui nous accueillit généreusement pour l'offrande de cette Sainte Messe (Quadisha Qurbana ).

_______________________

ORAÇÕES PARA FRANÇA E UNIDADE

CATÓLICA PELA ORTODOXIA DA FÉ EM TILLY

E DOZULE

 

No dia seguinte à tragédia de Notre-Dame de Paris,

os participantes da Semana Santa no mosteiro seguiram seus passos em direção a Tilly, local de peregrinação mariana e depois à de La Croix Glorieuse.

Nossas orações foram fervorosas para a Igreja e nossa França que, feridas e crucificadas, se recuperarão de suas ruínas, como o Cristo Salvador, que sai vitorioso da tumba do terceiro dia e nos atrai para sua vitória sobre as forças mortificadoras.

Ó Maria, Virgem fiel, ó nossa Mãe, ao pé da cruz, esteja conosco nestes tempos de imensa tristeza!

Nesta manhã deste dia excepcional de uma noite de angústia para o futuro da Catedral Basílica ND de Paris, celebramos, com os retiros da Semana Santa presentes em nosso Mosteiro Siro-Ortodoxo da Bem-Aventurada Virgem Maria Mãe de Misericórdia, uma missa para a França na ação de graças que Nossa Senhora, através da dedicação de seus filhos e filhas bombeiros, salvou sua Catedral, o coração desta rosa mística formada pelas catedrais da Europa.

Nós confiions estar à frente das forças da vida, a verdadeira vida em Deus supera a força letal como foi sugerido, intacta, a saudação Cruz Gloriosa Louis XIII, de pé resplandecente no centro da Santuário devastado.

A Igreja de Cristo tem as promessas da vida eterna! Desde o seu início, os Apóstolos de Cristo trouxe a chama Evangelho até os confins do mundo, eles vão continuar a fazê-lo com as vocações sacerdotais que se levantarão para constituir uma nação de sacerdotes, profetas e reis.

À noite, voltamos notícias alarmantes da Catedral de Notre Dame, na verdade, se segunda-feira à noite, o cofre foi perfurado para um lugar terça-feira, atravessar o transepto de ogivas no coração da a catedral também havia desmoronado. Além disso, a empena norte do mesmo transepto está muito danificada e mostra sinais de fraqueza muito perturbadores ...

Continuemos a rezar para que a construção da Catedral de Notre-Dame não se mova em demasia, nada seja conquistado após tal catástrofe, como a Igreja, quando trai a ortodoxia da professa Fé e dos Ritos Sacramentais, canais Ordinária da Graça do Espírito Santo, a unidade do todo, a unidade católica fica comprometida se o fundamento fundador for alcançado.

Com o colapso, na noite de segunda a terça-feira, da abóbada da cruz do transepto, esmagando o altar moderno que era visível, intacto nos clichés de segunda-feira (Somente o altar maior permanece intacto hoje sob o Cruz Gloriosa dos Votos de Luís XIII), pode-se legitimamente preocupar-se com o equilíbrio, a estabilidade do todo.

Com efeito, este cruzeiro entre a grande nave do Coro, como a caridade fraterna entre os filhos e filhas da Igreja, é um dos elementos mais importantes para a estabilidade da estrutura geral do edifício ...

"Todo povo carrega uma tradição, um reino interior, um sussurro dos velhos tempos e do futuro.

Tradição é o que persevera e passa pelo tempo, que permanece imutável e que pode sempre renascer apesar dos contornos inconstantes, sinais de refluxo e declínio ".

(Dominique Venner)

Obrigado a todas as orações, aos observadores que ouviram o chamado de Cristo, o Cabeça da Igreja e de Nossa Senhora, unidos à vontade salvadora de seu Filho, de orar com eles durante a Paixão de Sua Igreja.

Vamos continuar a rezar para que o que resta desta
forte símbolo da nossa Tradição Fundadora, na base de um retorno às fontes para que, através de um despertar, viva a Tradição que é também, por definição, Transmissão.

Todos juntos, unidos, vamos ouvir o chamado de Seu Divino Fundador, Cristo sua Cabeça restaurar Sua Igreja em ruínas quando desfigurada por nossas traições e nossas infidelidades.

Após o tempo da paixão vem a Páscoa.

Como você vai notar alguns detalhes destas fotos de recordação, nós hospedado uma comunidade rito latino que generosamente nos acolheu para a oferta da Santa Missa (Quadisha Qurbana).

________________________

 

 

SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN
SEMAINE APRES PÂQUES (LECTURES DES LUNDI,MARDI, MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI). Notre-Dame de Paris / PRIÈRES POUR LE SRI LANKA ET L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN , ARAMÉEN ET ASSYRO-CHALDÉEN

PRAYERS FOR FRANCE AND CATHOLIC UNITY

BY THE ORTHODOXY OF FAITH AT TILLY AND

DOZULE


The day after the tragedy at Notre-Dame de Paris, the Holy Week Retreatants at the Monastery led their steps towards Tilly, a place of Marian pilgrimage and then to that of La Croix Glorieuse.

Our prayers were fervent for the Church and our France who, bruised and crucified, will recover from their ruins, such as Christ the Savior who comes out victorious from the third day's tomb and draws us into His victory over the mortifying forces.

O Mary, faithful Virgin, O our Mother, standing at the foot of the cross, be with us in these times of immense sorrow!

On this morning of this exceptional day of a night of anguish for the future of the Basilica Cathedral ND of Paris, we celebrate, with the retreatants of the Holy Week present in our Syro-Orthodox Monastery of the Blessed Virgin Mary Mother of Mercy, a Mass for France in the thanksgiving that Our Lady, through the dedication of her sons and daughters firefighters, saved her Cathedral, the heart of this mystical rose formed by the cathedrals of Europe.

We entrusted him with the future so that the forces of Life, of the true Life which is in God, should prevail over the mortifying forces, as suggested, intact, the Glorious Cross of the Vows of Louis XIII, standing resplendent in the center of Devastated shrine.

The Church of Christ has the promises of eternal life! From its origins, the Apostles of Christ have carried the flame of the Gospel to the ends of the world, they will continue to do so with these priestly vocations that will rise to constitute a people of priests, prophets and kings.

In the evening, on the way back, we had alarming news about Notre-Dame Cathedral, indeed, if Monday evening, the vault was pierced only one place on Tuesday, the crossing of ogives of the transept, in the heart of the cathedral had also collapsed. In addition, the north gable of the same transept is very damaged and shows signs of weakness very disturbing ...

Let us continue to pray that the building of Notre-Dame Cathedral does not move too much, nothing is won after such a catastrophe, as the Church, when it betrays the orthodoxy of the professed Faith and the Sacramental Rites, channels Ordinary of the Grace of the Holy Spirit, the unity of the whole, the Catholic unity is compromised if the founding foundation is reached.

With the collapse, in the night of Monday to Tuesday, of the vault of the cross of the transept, crushing the modern altar which was visible, intact on the clichés of Monday (Only the altar major remains intact today under the Glorious Cross of the Vows of Louis XIII), one can legitimately worry about the balance, the stability of the whole.

Indeed, this cross vault between the large nave of the Choir, as the fraternal charity between the sons and daughters of The Church, is one of the most important elements for the stability of the overall structure of the building ...

"Every people carries a tradition, an inner kingdom, a whisper of old times and of the future.

Tradition is what perseveres and goes through time, which remains unchangeable and which can always be reborn despite the shifting contours, signs of ebb and decline. "

(Dominique Venner)

Thank you to all the prayers, the watchers who have heard the call of Christ the Head of the Church and of Our Lady united to the saving will of his Son, to pray with them during the Passion of His Church.

Let us continue to pray that what remains of this
strong symbol of our Founding Tradition, at the base of a return to the sources so that through an awakening, long live the Tradition which is also, by definition Transmission.

All together, all united, we will hear the call of His Divine Founder, of Christ, His Head, to restore His Church which is falling into ruin when it is disfigured by our betrayals and infidelities.

After the time of the Passion comes Passover.

As you will see in some details of these souvenir photos, we were the hosts of a Latin Rite community who generously welcomed us for the offering of this Holy Mass (Quadisha Qurbana).

___________________________________________________________________

L’homme qui prie...

L’homme qui prie porte en son silence
toute la semence des siècles, les voix de la nuit,
les grands murmures d’univers
chaque instant gonflé de sève immémoriale
chaque goutte de temps qui perle
abreuvant des mondes en fleurs
dont le clair parfum s’élève plus haut que les airs.

L’homme qui prie
l’homme qui se tient droit
comme une croix au bord des chemins,
entre sans une ombre dans la vie nue,
la vie muette,
la vie à l’intérieur de la vie,
comme le feu au dedans de la flamme,
la flamme dans le noir de l’éblouissement,
la vie plus loin que la vie
celle qui tremble et tient toute sa force
de ce murmure qui dure et se prolonge
la vie qui s’échappe
et dit encore la vie dans sa fuite
la vie jaillie du creux de la chair,
la vie comme une flamme libre.

L’homme qui prie a fini par faire un creux dans la terre,
ainsi du lièvre dans l’herbe des collines
et le monde dort,
le monde seul dans le monde,
seul au monde avec l’astre froid au milieu de la nuit,
le battement sourd d’une lueur
semblable à un visage sous les reliefs de la terre
ô les minces plis de l’espace
comme la peau d’un frisson
loin derrière les étoiles qui clignotent,
dans des déserts où plus personne à cette heure
ne se hasarde. 

Philippe Mac LeodVariations sur le silence, Ad Solem 2018 

Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.
Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019.  LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.

Souvenirs de la Veillée pascale en cette année 2019. LE CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA ! HEUREUSE PÂQUE À VOUS TOUS ! Merci pour vos prières, vous êtes dans mes prières et celles des membres et familiers du Monastère.

Mardi de Pâque. Hevorae mardi

Soirée

    • Saint-Marc 15: 37 – 47 :
  • 37 Poussant un grand cri, Jésus expira.
  • 38 Le rideau du Sanctuaire se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas.
  • 39 Le centurion qui était là en face de Jésus, voyant comment il avait expiré, déclara : « Vraiment, cet homme était Fils de Dieu ! »
  • 40 Il y avait aussi des femmes, qui observaient de loin, et parmi elles, Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques le Petit et de José, et Salomé,
  • 41 qui suivaient Jésus et le servaient quand il était en Galilée, et encore beaucoup d’autres, qui étaient montées avec lui à Jérusalem.
  • 42 Déjà il se faisait tard ; or, comme c’était le jour de la Préparation, qui précède le sabbat,
  • 43 Joseph d’Arimathie intervint. C’était un homme influent, membre du Conseil, et il attendait lui aussi le règne de Dieu. Il eut l’audace d’aller chez Pilate pour demander le corps de Jésus.
  • 44 Pilate s’étonna qu’il soit déjà mort ; il fit appeler le centurion, et l’interrogea pour savoir si Jésus était mort depuis longtemps.
  • 45 Sur le rapport du centurion, il permit à Joseph de prendre le corps.
  • 46 Alors Joseph acheta un linceul, il descendit Jésus de la croix, l’enveloppa dans le linceul et le déposa dans un tombeau qui était creusé dans le roc. Puis il roula une pierre contre l’entrée du tombeau.
  • 47 Or, Marie Madeleine et Marie, mère de José, observaient l’endroit où on l’avait mis.
    • 16: 1 – 8 :
  • 01 Le sabbat terminé, Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques, et Salomé achetèrent des parfums pour aller embaumer le corps de Jésus.
  • 02 De grand matin, le premier jour de la semaine, elles se rendent au tombeau dès le lever du soleil.
  • 03 Elles se disaient entre elles : « Qui nous roulera la pierre pour dégager l’entrée du tombeau ? »
  • 04 Levant les yeux, elles s’aperçoivent qu’on a roulé la pierre, qui était pourtant très grande.
  • 05 En entrant dans le tombeau, elles virent, assis à droite, un jeune homme vêtu de blanc. Elles furent saisies de frayeur.
  • 06 Mais il leur dit : « Ne soyez pas effrayées ! Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ? Il est ressuscité : il n’est pas ici. Voici l’endroit où on l’avait déposé.
  • 07 Et maintenant, allez dire à ses disciples et à Pierre : “Il vous précède en Galilée. Là vous le verrez, comme il vous l’a dit.” »
  • 08 Elles sortirent et s’enfuirent du tombeau, parce qu’elles étaient toutes tremblantes et hors d’elles-mêmes. Elles ne dirent rien à personne, car elles avaient peur.
    •  

Matin

    • Saint-Marc 16: 9-18 :
  • 09 Ressuscité le matin, le premier jour de la semaine, Jésus apparut d’abord à Marie Madeleine, de laquelle il avait expulsé sept démons.
  • 10 Celle-ci partit annoncer la nouvelle à ceux qui, ayant vécu avec lui, s’affligeaient et pleuraient.
  • 11 Quand ils entendirent que Jésus était vivant et qu’elle l’avait vu, ils refusèrent de croire.
  • 12 Après cela, il se manifesta sous un autre aspect à deux d’entre eux qui étaient en chemin pour aller à la campagne.
  • 13 Ceux-ci revinrent l’annoncer aux autres, qui ne les crurent pas non plus.
  • 14 Enfin, il se manifesta aux Onze eux-mêmes pendant qu’ils étaient à table : il leur reprocha leur manque de foi et la dureté de leurs cœurs parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient contemplé ressuscité.
  • 15 Puis il leur dit : « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création.
  • 16 Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné.
  • 17 Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ;
  • 18 ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. »
    •  

Avant le Saint Qurbana

    • Exode 14: 26-31 :
  • 26 Le Seigneur dit à Moïse : « Étends le bras sur la mer : que les eaux reviennent sur les Égyptiens, leurs chars et leurs guerriers ! »
  • 27 Moïse étendit le bras sur la mer. Au point du jour, la mer reprit sa place ; dans leur fuite, les Égyptiens s’y heurtèrent, et le Seigneur les précipita au milieu de la mer.
  • 28 Les eaux refluèrent et recouvrirent les chars et les guerriers, toute l’armée de Pharaon qui était entrée dans la mer à la poursuite d’Israël. Il n’en resta pas un seul.
  • 29 Mais les fils d’Israël avaient marché à pied sec au milieu de la mer, les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche.
  • 30 Ce jour-là, le Seigneur sauva Israël de la main de l’Égypte, et Israël vit les Égyptiens morts sur le bord de la mer.
  • 31 Israël vit avec quelle main puissante le Seigneur avait agi contre l’Égypte. Le peuple craignit le Seigneur, il mit sa foi dans le Seigneur et dans son serviteur Moïse.
    •  
    • Josué 6: 6 à 21 :
  • 06 Josué, fils de Noun, appela les prêtres et leur dit : « Portez l’arche d’Alliance, et que sept prêtres portent sept trompes en corne de bélier devant l’arche du Seigneur. »
  • 07 Il dit au peuple : « Passez, faites le tour de la ville, et que l’avant-garde passe devant l’arche du Seigneur. »
  • 08 Selon les paroles de Josué au peuple, les sept prêtres, portant les sept trompes en corne de bélier devant le Seigneur, passèrent en sonnant du cor. L’arche de l’Alliance du Seigneur les suivait.
  • 09 L’avant-garde marchait devant les prêtres qui sonnaient du cor, l’arrière-garde suivait l’arche. On marchait et on sonnait du cor.
  • 10 Josué avait donné cet ordre au peuple : « Vous ne pousserez aucune clameur, vous ne ferez pas entendre votre voix, aucune parole ne sortira de votre bouche, jusqu’au jour où je vous dirai : “Poussez une clameur !” Alors, vous pousserez une clameur. »
  • 11 L’arche du Seigneur fit le tour de la ville, elle tourna une fois. Puis on rentra au camp pour y passer la nuit.
  • 12 Josué se leva de bon matin, et les prêtres portèrent l’arche du Seigneur.
  • 13 Les sept prêtres, portant les sept trompes en corne de bélier, marchaient devant l’arche du Seigneur en sonnant du cor. L’avant-garde marchait devant eux, l’arrière-garde suivait l’arche du Seigneur : on marchait en sonnant du cor.
  • 14 Le second jour, ils firent une fois le tour de la ville ; puis ils revinrent au camp. Ils firent ainsi pendant six jours.
  • 15 Le septième jour, ils se levèrent dès l’aurore. Ils firent le tour de la ville, sept fois, selon le même rite. Ce jour-là seulement, ils firent sept fois le tour de la ville.
  • 16 La septième fois, alors que les prêtres sonnaient du cor, Josué dit au peuple : « Poussez une clameur, le Seigneur vous a livré la ville !
  • 17 La ville sera vouée à l’anathème pour le Seigneur, elle et tout ce qui s’y trouve. Seule vivra Rahab, la prostituée, elle et tous ceux qui seront avec elle dans la maison, car elle a caché les messagers que nous avons envoyés.
  • 18 Mais vous, veillez à éviter l’anathème, de peur que, prenant de ce qui est anathème, vous ne rendiez anathème le camp d’Israël et n’y semiez la confusion.
  • 19 L’argent, l’or, les objets de bronze et de fer, tout sera consacré au Seigneur et entrera dans le trésor du Seigneur. »
  • 20 Le peuple poussa la clameur et on sonna du cor. Lorsque le peuple entendit le son du cor, il poussa une grande clameur, et le rempart s’effondra sur place. Alors le peuple monta vers la ville, chacun droit devant soi, et ils s’emparèrent de la ville.
  • 21 Ils vouèrent à l’anathème tout ce qui se trouvait dans la ville, l’homme comme la femme, le jeune comme le vieillard, de même que le bœuf, le mouton et l’âne, les passant tous au fil de l’épée.
    •  
    • Sagesse 1: 1-16 :
  • 01 AIMEZ LA JUSTICE, vous qui gouvernez la terre, ayez sur le Seigneur des pensées droites, cherchez-le avec un cœur simple,
  • 02 car il se laisse trouver par ceux qui ne le mettent pas à l’épreuve, il se manifeste à ceux qui ne refusent pas de croire en lui.
  • 03 Les pensées tortueuses éloignent de Dieu, et sa puissance confond les insensés qui la provoquent.
  • 04 Car la Sagesse ne peut entrer dans une âme qui veut le mal, ni habiter dans un corps asservi au péché.
  • 05 L’Esprit saint, éducateur des hommes, fuit l’hypocrisie, il se détourne des projets sans intelligence, quand survient l’injustice, il la confond.
  • 06 La Sagesse est un esprit ami des hommes, mais elle ne laissera pas le blasphémateur impuni pour ses paroles ; car Dieu scrute ses reins, avec clairvoyance il observe son cœur, il écoute les propos de sa bouche.
  • 07 L’esprit du Seigneur remplit l’univers : lui qui tient ensemble tous les êtres, il entend toutes les voix.
  • 08 C’est pourquoi nul n’est à l’abri lorsqu’il tient des propos injustes : la Justice qui confond les coupables ne l’épargnera pas.
  • 09 Sur les intentions de l’impie, il y aura une enquête, le bruit de ses paroles parviendra jusqu’au Seigneur qui le confondra pour ses forfaits.
  • 10 Une oreille attentive écoute tout ; même le murmure des récriminations ne reste pas caché.
  • 11 Gardez-vous donc d’une récrimination inutile, et plutôt que de dire du mal, retenez votre langue, car un propos tenu en cachette ne restera pas sans effet : la bouche qui calomnie détruit l’âme.
  • 12 Ne courez pas après la mort en dévoyant votre vie, n’attirez pas la catastrophe par les œuvres de vos mains.
  • 13 Dieu n’a pas fait la mort, il ne se réjouit pas de voir mourir les êtres vivants.
  • 14 Il les a tous créés pour qu’ils subsistent ; ce qui naît dans le monde est porteur de vie : on n’y trouve pas de poison qui fasse mourir. La puissance de la Mort ne règne pas sur la terre,
  • 15 car la justice est immortelle.
  • 16 Pourtant, les impies ont invité la Mort, du geste et de la voix ; la tenant pour amie, pour elle ils se consument ; ils ont fait un pacte avec elle : ils méritent bien de lui appartenir.
    •  
  • Saint Qurbana
    • Actes 13 26-39 :
  • 26 Vous, frères, les fils de la lignée d’Abraham et ceux parmi vous qui craignent Dieu, c’est à nous que la parole du salut a été envoyée.
  • 27 En effet, les habitants de Jérusalem et leurs chefs ont méconnu Jésus, ainsi que les paroles des prophètes qu’on lit chaque sabbat ; or, en le jugeant, ils les ont accomplies.
  • 28 Sans avoir trouvé en lui aucun motif de condamnation à mort, ils ont demandé à Pilate qu’il soit supprimé.
  • 29 Et, après avoir accompli tout ce qui était écrit de lui, ils l’ont descendu du bois de la croix et mis au tombeau.
  • 30 Mais Dieu l’a ressuscité d’entre les morts.
  • 31 Il est apparu pendant bien des jours à ceux qui étaient montés avec lui de Galilée à Jérusalem, et qui sont maintenant ses témoins devant le peuple.
  • 32 Et nous, nous vous annonçons cette Bonne Nouvelle : la promesse faite à nos pères,
  • 33 Dieu l’a pleinement accomplie pour nous, leurs enfants, en ressuscitant Jésus, comme il est écrit au psaume deux : Tu es mon fils ; moi, aujourd’hui, je t’ai engendré.
  • 34 De fait, Dieu l’a ressuscité des morts sans plus de retour à la condition périssable, comme il l’avait déclaré en disant : Je vous donnerai les réalités saintes promises à David, celles qui sont dignes de foi.
  • 35 C’est pourquoi celui-ci dit dans un autre psaume : Tu donneras à ton fidèle de ne pas voir la corruption.
  • 36 En effet, David, après avoir, pour sa génération, servi le dessein de Dieu, s’endormit dans la mort, fut déposé auprès de ses pères et il a vu la corruption.
  • 37 Mais celui que Dieu a ressuscité n’a pas vu la corruption.
  • 38 Sachez-le donc, frères, grâce à Jésus, le pardon des péchés vous est annoncé ; alors que, par la loi de Moïse, vous ne pouvez pas être délivrés de vos péchés ni devenir justes,
  • 39 par Jésus, tout homme qui croit devient juste.
    •  
    • Ephésiens 6 10-20 :
  • 10 Puisez votre énergie dans le Seigneur et dans la vigueur de sa force.
  • 11 Revêtez l’équipement de combat donné par Dieu, afin de pouvoir tenir contre les manœuvres du diable.
  • 12 Car nous ne luttons pas contre des êtres de sang et de chair, mais contre les Dominateurs de ce monde de ténèbres, les Principautés, les Souverainetés, les esprits du mal qui sont dans les régions célestes.
  • 13 Pour cela, prenez l’équipement de combat donné par Dieu ; ainsi, vous pourrez résister quand viendra le jour du malheur, et tout mettre en œuvre pour tenir bon.
  • 14 Oui, tenez bon, ayant autour des reins le ceinturon de la vérité, portant la cuirasse de la justice,
  • 15 les pieds chaussés de l’ardeur à annoncer l’Évangile de la paix,
  • 16 et ne quittant jamais le bouclier de la foi, qui vous permettra d’éteindre toutes les flèches enflammées du Mauvais.
  • 17 Prenez le casque du salut et le glaive de l’Esprit, c’est-à-dire la parole de Dieu.
  • 18 En toute circonstance, que l’Esprit vous donne de prier et de supplier : restez éveillés, soyez assidus à la supplication pour tous les fidèles.
  • 19 Priez aussi pour moi : qu’une parole juste me soit donnée quand j’ouvre la bouche pour faire connaître avec assurance le mystère de l’Évangile
  • 20 dont je suis l’ambassadeur, dans mes chaînes. Priez donc afin que je trouve dans l’Évangile pleine assurance pour parler comme je le dois.
    •  
    • Saint-Marc 8 11-21 :
  • 11 Les pharisiens survinrent et se mirent à discuter avec Jésus ; pour le mettre à l’épreuve, ils cherchaient à obtenir de lui un signe venant du ciel.
  • 12 Jésus soupira au plus profond de lui-même et dit : « Pourquoi cette génération cherche-t-elle un signe ? Amen, je vous le déclare : aucun signe ne sera donné à cette génération. »
  • 13 Puis il les quitta, remonta en barque, et il partit vers l’autre rive.
  • 14 Les disciples avaient oublié d’emporter des pains ; ils n’avaient qu’un seul pain avec eux dans la barque.
  • 15 Or Jésus leur faisait cette recommandation : « Attention ! Prenez garde au levain des pharisiens et au levain d’Hérode ! »
  • 16 Mais ils discutaient entre eux sur ce manque de pains.
  • 17 Jésus s’en rend compte et leur dit : « Pourquoi discutez-vous sur ce manque de pains ? Vous ne saisissez pas ? Vous ne comprenez pas encore ? Vous avez le cœur endurci ?
  • 18 Vous avez des yeux et vous ne voyez pas, vous avez des oreilles et vous n’entendez pas ! Vous ne vous rappelez pas ?
  • 19 Quand j’ai rompu les cinq pains pour cinq mille personnes, combien avez-vous ramassé de paniers pleins de morceaux ? » Ils lui répondirent : « Douze.
  • 20 – Et quand j’en ai rompu sept pour quatre mille, combien avez-vous rempli de corbeilles en ramassant les morceaux ? » Ils lui répondirent : « Sept. »
  • 21 Il leur disait : « Vous ne comprenez pas encore ? »
  •  

Chers amis.

Prions pour nos frères et sœurs du Sri Lanka, victimes d'attentats alors qu'ils fêtaient Pâques.

"Série d'explosions survenue dimanche 21 avril pendant la messe de Pâques dans des églises et des hôtels au Sri Lanka. Au moins 156 morts et des centaines de blessés.

14h: Deux nouveaux attentats.

A cette heure, 187 morts " (AFP )

"Les attentats meurtriers survenus au Sri Lanka contre la communauté chrétienne à l’occasion des fêtes de Pâques prouvent que le terrorisme reste actif et dangereux."(CHREDO)

Avec tant d'autres Chrétiens , une tristesse indicible nous étreint lorsque nous constatons "le silence complice de l’occident et de ses gouvernants face à ces crimes.

Sous prétexte de laïcité on laisse exterminer des communautés religieuses alors qu’en réalité il s’agit d’un assassinat des droits de l’Homme dont se gargarise nos dirigeants tous les jours, en particulier du droit fondamental de l’expression.

Ces chrétiens d’orient, proche ou lointain, représentent les premiers chrétiens du monde et sont les premières cibles de ces attaques.

Mais la vraie menace réside sur le monde libre et ses fondements, qui risquent de s’écrouler si ce monde là ne prend pas de sérieuses mesures , la première desquelles est l’assèchement des sources de financement et des ressources idéologiques, qui jaillissent du wahhabisme mortifère."(CHREDO)

Nous n'avons pas de mots pour exprimer notre indignation devant cette barbarie, notre peine et notre compassion .

Soyons, si vous le voulez bien , en union de prières pour la communauté Chrétienne du Sri Lanka. 
Votre respectueusement et fraternellement dans le Christ notre Seigneur.

+Mor Philipose , Métropolite .
-------------------------

 

Dear friends.

Pray for our brothers and sisters in Sri Lanka, victims of attacks while celebrating Easter.

"A series of explosions occurred Sunday, April 21 during the Easter Mass in churches and hotels in Sri Lanka, at least 156 dead and hundreds wounded.

14h: Two new attacks.

At this time, 187 dead "(AFP)

"The deadly attacks in Sri Lanka against the Christian community on the occasion of the Easter holidays prove that terrorism remains active and dangerous." (CHREDO)

With so many other Christians, an unspeakable sadness grips us when we see "the complicit silence of the West and its rulers in the face of these crimes.

Under the pretext of secularism, religious communities are allowed to be exterminated, when in reality they are a murder of human rights that our leaders daily gargle about, especially the fundamental right of expression.

These Christians of East, near or far, represent the first Christians of the world and are the first targets of these attacks.

But the real threat lies in the free world and its foundations, which could collapse if this world does not take serious measures, the first of which is the drying up of funding sources and ideological resources, which spring from Wahhabism deadly. "(CHREDO)

We have no words to express our indignation at this barbarity, our pain and our compassion.

Let us be, if you will, praying together for the Sri Lankan Christian community.
Respectfully and fraternally in Christ our Lord.

+ Mor Philipose, Metropolitan.
--------------------------------------------------

 

Queridos amigos.

Ore por nossos irmãos e irmãs no Sri Lanka, vítimas de ataques enquanto celebram a Páscoa.

"Uma série de explosões ocorreu domingo, 21 de abril, durante a missa de Páscoa em igrejas e hotéis no Sri Lanka, pelo menos 156 mortos e centenas de feridos.

14h: Dois novos ataques.

Neste momento, 187 mortos "(AFP)

"Os ataques mortais no Sri Lanka contra a comunidade cristã, por ocasião das festas da Páscoa, provam que o terrorismo continua ativo e perigoso." (CHREDO)

Com tantos outros cristãos, uma tristeza indescritível nos prende quando vemos "o silêncio cúmplice do Ocidente e seus governantes diante desses crimes".

Sob o pretexto do secularismo, as comunidades religiosas podem ser exterminadas, quando, na realidade, elas são um assassinato de direitos humanos que os nossos líderes diariamente discutem, especialmente o direito fundamental de expressão.

Esses cristãos do Oriente, próximos ou distantes, representam os primeiros cristãos do mundo e são os primeiros alvos desses ataques.

Mas a verdadeira ameaça está no mundo livre e nas suas fundações, que poderiam entrar em colapso se este mundo não tomasse medidas sérias, a primeira das quais é a secura de fontes de financiamento e recursos ideológicos, que brotam do wahabismo. mortal. "(CHREDO)

Não temos palavras para expressar nossa indignação diante dessa barbaridade, nossa dor e nossa compaixão.

Vamos, se quiserem, orando juntos pela comunidade cristã do Sri Lanka.
Respeitosa e fraternalmente em Cristo nosso Senhor.

+ Mor Philipose, Metropolitan.

 

Saints Maryrs du Sri Lanka et d'ailleurs, intercédez pour nous !

 

« Dieu n'est pas un problème à résoudre,

mais un mystère à découvrir »

 

« Tu ne peux t'approcher de Dieu en curieux car il ne se laisse pas enfermer dans des propos humains. 
Il est toujours au-delà de tes idées et irréductible à tes prises. 

Dieu n'est pas un problème à résoudre, mais un mystère à découvrir. 

Une personne ne se laisse pas saisir par une étude psychologique, elle t'échappe quand tu veux l'étreindre ou l'expliquer. 

Dieu est l'inconnaissable, l'inexplicable :
 « Une chose expliquée cesse de nous intéresser, écrivait Nietzsche, aussi Dieu nous intéressera-t-il toujours ! »

[...]

Ne cherche pas à t'avancer vers Dieu pour l'inventorier. 

Cesse de le traiter comme un objet, mais invoque-le comme un sujet libre. 
Le premier pas qui te mènera à ce résultat est le geste d'abaisser les mains ou de te déchausser. 

Le moment décisif où commence la vraie rencontre avec Dieu n'est pas dans le mouvement que tu fais vers lui, mais dans le mouvement de recul, d'humilité où tu t'effaces devant lui. 

Dieu n'est pas un pays conquis, mais une terre sainte que tu dois fouler pieds nus.

Lorsque tu as accepté de ne plus avoir d'idées sur la question, Dieu se révèle lui-même. 

Et là encore, tu ne parviendras pas à traduire cette expérience en termes clairs et précis. [...] 
Il se donne comme un feu dévorant.

Le feu est une matière fascinante et étrange. Il illumine et transforme en lui tout ce qu'il touche. 

Lorsque saint Jean de la Croix évoquera les plus hauts sommets de l'union à Dieu, il utilisera la comparaison de la bûche consumée par le feu. »

(Père Jean Lafrance (1931-1991), Prie ton Père dans le secret (I, 1), Abbaye Ste Scholastique, Dourgne, 1978.)

____________________________________

"God is not a problem to solve, but a mystery

to discover"

 

"You can not approach God curiously because he does not allow himself to be locked in human words.
He is always beyond your ideas and irreducible to your catch.

God is not a problem to solve, but a mystery to discover.

A person does not let themselves be seized by a psychological study, it escapes you when you want to hug or explain it.

God is the unknowable, the inexplicable:
 "One thing explained ceases to interest us," wrote Nietzsche, "so God will always interest us! "

[...]

Do not try to go to God for inventory.

Stop treating it as an object, but invoke it as a free subject.
The first step that will lead you to this result is the gesture of lowering your hands or taking off your shoes.

The decisive moment when the true encounter with God begins is not in the movement you are making towards him, but in the movement of recoil, of humility in which you efface yourself before him.

God is not a conquered country, but a holy land that you must tread barefoot.

When you have agreed to no longer have ideas on the matter, God reveals himself.

And again, you will not be able to translate this experience into clear and precise terms. [...]
He gives himself as a devouring fire.

Fire is a fascinating and strange material. He illuminates and transforms into himself everything he touches.

When St. John of the Cross evokes the highest peaks of union with God, he will use the comparison of the log consumed by fire. "

(Father Jean Lafrance (1931-1991), pray to your Father in secret (I, 1), Abbey Ste Scholastique, Dourgne, 1978.)

-------------------------------

"Deus não é um problema para resolver, mas

um mistério para descobrir"

"Você não pode se aproximar de Deus com curiosidade porque ele não se deixa trancar em palavras humanas.
Ele está sempre além de suas idéias e irredutível à sua pegadinha.

Deus não é um problema para resolver, mas um mistério para descobrir.

Uma pessoa não se deixa apreender por um estudo psicológico, ela escapa quando você quer abraçar ou explicar.

Deus é o incognoscível, o inexplicável:
 "Uma coisa explicada deixa de nos interessar", escreveu Nietzsche, "então Deus sempre nos interessará! "

[...]

Não tente ir a Deus por inventário.

Pare de tratá-lo como um objeto, mas invoque-o como um assunto livre.
O primeiro passo que o levará a esse resultado é o gesto de abaixar as mãos ou tirar os sapatos.

O momento decisivo em que o verdadeiro encontro com Deus começa não está no movimento que você está fazendo em direção a ele, mas no movimento de recuo, de humildade em que você se opõe a ele.

Deus não é um país conquistado, mas uma terra santa que você deve pisar descalço.

Quando você concorda em não ter mais idéias sobre o assunto, Deus se revela.

E, novamente, você não poderá traduzir essa experiência em termos claros e precisos. [...]
Ele se entrega como um fogo devorador.

O fogo é um material fascinante e estranho. Ele ilumina e transforma em si tudo o que ele toca.

Quando São João da Cruz evoca os picos mais altos da união com Deus, ele usará a comparação do tronco consumido pelo fogo. "

(Padre Jean Lafrance (1931-1991), reze ao seu Pai em segredo (I, 1), Abbey Ste Scholastique, Dourgne, 1978.)

Aurora lucis rutilat (Hymne des laudes au temps pascal,

traduction-adaptation de Pierre Corneille)


1. Aurora lucis rutilat,
Cælum laudibus intonat,
Mundus exultans iubilat,
Gemens infernus ululat,

L'aurore a du vrai jour ramené la lumière,
Le ciel fait des concerts charmants,
Le monde par les siens marque une joie entière,
Et l'enfer n'y répond que par des hurlements.

 

2. Cum rex ille fortissimus,
Mortis confractis viribus,
Pede conculcans tartara
Solvit a pœna miseros.

Aussi c'est en ce jour que l'auteur de leur être,
Brisant les chaînes de la mort,
Foulant aux pieds l'Averne et son orgueilleux maître,
Change des malheureux le déplorable sort.

 

3. Ille, qui clausus lapide
Custoditur sub milite,
Triumphans pompa nobili,
Victor surgit de funere.

Ce corps d'un froid tombeau renfermé sous la pierre,
Ce corps gardé par des soldats,
En pompe triomphante est revenu sur terre,
Réparateur du siècle, et vainqueur du trépas.

 

4. Solutis jam gemitibus
Et inferni doloribus,
Quia surrexit Dominus,
Resplendens clamat angelus.

Qu'on cesse de gémir, il n'est plus de misères,
Leur triste cours est arrêté :
De la prison du limbe un mort tire nos pères,
Et l'ange nous annonce un Dieu ressuscité.

5. Quæsumus, Auctor omnium,
In hoc Paschali gaudio,
Ab omni mortis impetu
Tuum defende populum.

Sauveur de tout le monde, en cette pleine joie
Dont la Pâque remplit nos cœurs,
Daigne si bien guider ton peuple dans ta voie,
Que d'une mort funeste il échappe aux rigueurs.

6. Gloria tibi, Domine,
Qui surrexisti a mortuis,
Cum Patre et Sancto Spiritu,
In sempiterna sæcula. Amen.

Gloire à toi, rédempteur et monarque suprême,
Par toi-même ressuscité !
Même gloire à ton père, au Saint-Esprit la même,
Et durant tous les temps et dans l'éternité !

 

 

23 avril :

 

Saint et glorieux Grand-Martyr

 

Georges

le Tropeophore et ses compagnons :

Anatole, Protoleon, Athanase et Glykerios[1], patron de nombreuses nations, des chevaliers, des scouts, etc

 

PRIÈRE:

Ô Dieu, par la force de Saint Georges et la constance dans les supplices divers qu'il a supportés pour la foi, nous Vous demandons par son intercession de protéger notre foi pour que nous puissions Vous servir avec un cœur sincère et fidèle jusqu'à la mort. Amîn !

(Prière des Scouts du Liban. Groupe Saint Georges Zalka)

 

Prière à St Georges:

Toi qui avais taillé les ennemis en pièces, 
à leur mortel dessein toi-même tu acquiesces 
en inclinant ton cou, saint Georges, sous leur fer. 
Le vingt-trois, pour le Christ le martyr a souffert. 
Par ses saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

 

Libérateur des captifs, toi qui assures aux pauvres ta protection, en qui les malades trouvent aussi médecin et les princes, leur Seigneur, victorieux défenseur, saint Georges, victorieux et grand martyr intercède auprès du Christ notre Dieu pour le salut de nos âmes.

 

(Tropaire, t. 4)

Par des psaumes et des hymnes, saint Martyr, * les peuples célèbrent ton illustre souvenir * qui s'est levé, porteur de splendide clarté, * dans la gloire et la grâce dont il est constellé; * de même exultent les chœurs des Anges dansant de joie, * les Apôtres et les Martyrs acclament tes exploits * et chantent le Sauveur qui t'a glorifié, le Christ notre Dieu: * prie-le de sauver et d'illuminer nos âmes.

 

Le juste poussera comme un palmier,
il grandira comme un cèdre du Liban.

 

Revêtu de l'armure du Christ, * devant ceux qui ne te cherchaient pas tu parus, * enflammé pour le Christ et flétrissant * la vanité des idoles, leur funeste égarement; * aux impies, en outre, tu déclaras: * Mon roi, c'est le Christ, et j'appartiens à son armée; * ni les fauves ni les roues ni le feu * ni le glaive n'auront le pouvoir de me séparer * de l'amour du Christ notre Dieu. * Bienheureux Georges, supplie-le * de sauver et d'illuminer nos âmes.

 

Les Saints qui habitent sa terre,
le Seigneur les a comblés de sa faveur.

 

Au mépris de toutes sortes d'instruments, * des supplices les plus variés, * de l'effroyable machine capable de te broyer, * porteur de couronne, tu menas * à bonne fin ta course de saint martyr; * aussi nous couronnons des fleurs de nos chants * ton souvenir resplendissant, * baisant tes saintes reliques en esprit de foi; * toi qui te tiens devant le trône du Seigneur, * supplie le Christ notre Dieu * de sauver et d'illuminer nos âmes.

 

Frères, acclamons en esprit * ce ferme acier spirituel, * saint Georges, l'illustre martyr: * au feu de son amour pour le Christ les périls l'ont forgé * et les supplices l'ont aiguisé; * les châtiments les plus variés * ont détruit son corps destiné à périr; * sur la nature, en effet, l'emporta l'amour * persuadant l'ami de marcher, par la mort, * vers son Aimé, le Christ notre Dieu, * le Sauveur de nos âmes.

 

(Apostiches, t. 4)

Cultivant toi-même par Dieu, tu devins * le vénérable jardinier de la foi, * recueillant les gerbes des vertus: * ayant semé dans les larmes, tu moissonnas dans la joie; * pour le combat sanglant que tu menas, * tu obtins le Christ comme prix; * par tes prières, saint Georges, tu procures à tous le pardon de leurs péchés.

 

(Kondakion t. 4)

Par amour pour le Christ notre Roi, * qui pour la vie du monde offrit sa propre vie, * le magnanime soldat * s'empresse d'accourir vers la mort; * ayant au cœur le zèle de Dieu, * il s'est lui-même présenté. * Tous ensemble, fidèles, chantons-le * comme fervent protecteur, * comme illustre serviteur du Christ * ayant imité son Maître jusqu'au bout * et le priant d'accorder à tous le pardon de leurs péchés.

(Ikos)

Ce grand et admirable athlète du Christ était issu d'une famille de Cappadoce, riche et de haute condition. Ayant perdu son père à l'âge de dix ans, sa mère Polychronia, qui était devenue chrétienne à l'insu de son mari, retourna dans sa patrie, la Palestine, et éleva son jeune fils dans les vertus évangéliques. De belle apparence, intelligent et de mœurs raffinées, Georges entra dans la carrière militaire à l'âge de dix-huit ans. Il plut à ses supérieurs et fut rapidement élevé au grade de tribun de la garde impériale, puis, semble-t-il, à la dignité de préfet.


De retour vers la Cappadoce après une campagne victorieuse, passant dans la région d'Attalia en Pamphylie, il délivra la fille du roi, qui avait été livrée en pâture à un redoutable dragon, et mit à mort la bête par la force surnaturelle qu'il tirait de sa foi. Admiratifs devant cette démonstration de la puissance accordée par le Christ à ses fidèles contre les puissances du mal, les païens de l'endroit se convertirent tous au christianisme [2].


Au temps de la Grande Persécution déclenchée par Dioclétien (vers 304), comme l'empereur avait convoqué à Nicomédie tous les gouverneurs d'Orient pour leur communiquer ses décrets contre les Chrétiens, Saint Georges, sentant que le moment était venu pour lui de confesser publiquement le Christ, distribua tous ses biens aux pauvres, affranchit ses esclaves et se rendit à la cour.

 

Il se présenta au milieu de l'assemblée et reprocha au souverain de verser injustement le sang innocent des Chrétiens. Stupéfait, Dioclétien chargea son second, Magnence, d'interroger cet insolent sur sa croyance. Georges répondit que c'était parce qu'il croyait au Christ, vrai Dieu, qu'il était venu sans crainte leur adresser ces reproches.

 

Une fois remis de sa stupeur, l'empereur, craignant l'agitation de l'assistance, proposa au Saint de le couvrir d'honneurs à condition qu'il accepte de sacrifier aux dieux de l'Empire. Georges répondit : « Ton règne se corrompra et disparaîtra rapidement, sans te procurer aucun profit; mais ceux qui offrent un sacrifice de louange au Roi des Cieux règneront avec Lui pour l'éternité !»


Sur l'ordre du souverain les gardes frappèrent de leurs lances le Saint au ventre. Le sang se mit à couler à flot, mais, dès les premiers coups, leurs armes se tordirent comme si elles étaient faites de matière molle.

 

Le soldat du Christ fut alors jeté en prison, avec une lourde pierre sur la poitrine. Le lendemain, il comparut de nouveau devant le tyran et montra la même fermeté, aussi l'attacha-t-on à une roue suspendue au-dessus d'instruments tranchants, de sorte que, quand on la faisait tourner, le corps du Saint était progressivement coupé en morceaux.

 

Surmontant la douleur par le débordement de son amour pour Dieu, Saint Georges ne cessait pas de rendre grâce au Seigneur.

Une voix se fit alors entendre du ciel, disant : « Ne crains rien, Georges. Je suis avec toi ! »

Et un Ange, vêtu d'une robe blanche plus brillante que le soleil, descendit pour le délier et le guérir de ses blessures.

Lorsqu'il se présenta sain et sauf devant l'empereur, deux officiers de la garde, Anatole et Protoléon, confessèrent le Christ à haute voix.

Ils furent aussitôt décapités.

L'impératrice Alexandra (cf. 21 avril), elle aussi, se déclara chrétienne, mais Magnence la contraignit à se retirer au palais.


On jeta alors le Saint dans une fosse remplie de chaux vive ; mais, tel les Trois Jeunes Gens dans la fournaise de Babylone, il en sortit sain et sauf au bout de trois jours, salué par la foule qui s'écriait « Grand est le Dieu de Georges ! »

L'empereur, restant toutefois insensible devant toutes ces démonstrations de la puissance du Christ, ordonna de forcer le Martyr à marcher avec des chaussures garnies de pointes rougies au feu.

« Cours, Georges, vers l'objet de tes désirs ! » se disait le Saint en invoquant le secours du Seigneur.

Et c'est une fois de plus, incorrompu et rayonnant de grâce, qu'il se présenta devant le tyran.


Par la grâce de Dieu, il échappa aussi au poison préparé par un mage nommé Athanase.

Comme celui-ci et ses congénères restaient encore incrédules, en pensant que Georges usait de quelque artifice magique, à leur demande il ressuscita un mort enseveli depuis trois cents ans. Celui-ci se prosterna devant le Saint et, déclarant qu'il avait été tiré de l'enfer par sa prière, il confessa le Christ.

 

Le mage vaincu tomba alors aux pieds du serviteur de Dieu, lui demanda pardon et proclama à son tour la vraie foi. Eclatant de fureur Dioclétien ordonna de décapiter sur le champ Athanase et le ressuscité.


Nombre de ceux qui avaient cru au Christ à la suite des miracles de Saint Georges trouvèrent le moyen d'aller le visiter dans sa prison afin d'être instruits des vérités évangéliques ou pour recevoir la guérison de leurs maux.

 

Le Saint compatissait à la douleur de chacun et il ressuscita même le bœuf d'un paysan nommé Glykérios. Ce dernier fut ensuite arrêté et décapité sans autre forme de procès.


Le lendemain Dioclétien fit comparaître Georges au temple d'Apollon, en présence d'une foule considérable. Feignant de vouloir sacrifier, le Martyr entra dans le temple et s'adressa à l'idole en faisant le signe de la Croix.

 

Les démons qui habitaient la statue confessèrent alors avec frayeur que seul le Christ est Dieu véritable et ils sortirent dans un grand brouhaha, laissant les statues inertes s'effondrer à terre. Les prêtres et les païens chassèrent alors le Saint à grands cris et le ramenèrent au palais.

 

Attirée par le tumulte, l'impératrice Alexandra sortit, fendit la foule en criant : « Dieu de Georges, viens à mon aide ! » et elle tomba aux pieds du Saint.

 

Ne pouvant plus contenir sa rage le tyran, dont le cœur s'était endurci comme autrefois celui de Pharaon, ordonna de les décapiter tous les deux.

Mais, la veille de l'exécution, Alexandra remit paisiblement son âme à Dieu dans la prison.


Le jour venu, Saint Georges se rendit sur les lieux de l'exécution suivi d'une grande foule.

Il rendit grâce à Dieu pour tous Ses bienfaits et, demandant Son assistance en faveur de tous ceux qui invoqueront avec confiance son intercession dans la suite des siècles, il inclina la nuque sous le glaive et partit pour remporter au ciel les trophées de la gloire éternelle.


Conformément à la recommandation du Saint, son serviteur transporta ensuite sa précieuse relique dans sa patrie, Lydda (Diospolis) en Palestine (cf. 3 novembre), où d'innombrables miracles s'accomplirent dans la vaste église que l'on construisit en son honneur.


Le culte de Saint Georges a connu une immense faveur dans tout le monde chrétien, tant en Orient quen Occident. Il a été St Georgeschoisi pour protecteur de pays comme la Géorgie [3] et la Grande-Bretagne, des milliers d'églises lui ont été consacrées et toute âme chrétienne voit en lui l'incarnation des vertus de vaillance, de patience dans les afflictions et de confiance en l'assistance de la Grâce que le Christ, Maître du combat, a recommandées à tous les soldats de la piété.

 

NOTES:

[1] D'autres compagnons de martyre de St. Georges sont commémorés le 24.

[2] Bien qu'absent des plus anciennes Passions, ce miracle est devenu le thème le plus célèbre des représentations iconographiques de St. Georges.

[3] Cf. la notice de Ste. Nina, 14 janvier.

(Le Synaxaire, vie des Saints de l'Eglise Orthodoxe par le hiéromoine Macaire de Simonos Pétra)

Pour obtenir de l'eau bénite en l'honneur de Saint Georges:

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 


============================


O God, by the strength of Saint George and the constancy in the various tortures that he has endured for the faith, we ask you through his intercession to protect our faith so that we can serve you with a sincere and faithful heart until the death. Amin!

(Scouts of Lebanon Prayer, Saint George Zalka Group)

 

Prayer in St Georges:

You who had cut the enemies to pieces,
to their mortal design yourself you acquiesces
by tilting your neck, St. George, under their iron.

On the twenty-third, for Christ the martyr suffered.

Through his holy prayers, O God, have mercy on us and save us. Amen.

Liberator of the captives, you who assure the poor your protection, in which the sick also find doctor and princes, their Lord, victorious defender, Saint George, victorious and great martyr intercedes with Christ our God for the salvation of our souls.
-------------------------

 

Ó Deus, pela força de São Jorge e pela constância nas várias torturas que ele suportou pela fé, pedimos a você, através de sua intercessão, que proteja nossa fé para que possamos atendê-lo com um coração sincero e fiel até que morte. Amin!

(Escoteiros da Oração do Líbano, Grupo Saint George Zalka)

Oração a São Jorge:

Você que cortou os inimigos em pedaços,
ao seu design mortal você mesmo aquiesces
inclinando o pescoço, St. George, sob o ferro.

No vigésimo terceiro, para Cristo, o mártir sofreu.

Através de suas santas orações, ó Deus, tenha misericórdia de nós e nos salve. Amém.

Libertador dos cativos, vós que asseguram aos pobres a vossa protecção, na qual os doentes também encontram doutor e príncipes, o seu Senhor, vitorioso defensor, São Jorge, vitorioso e grande mártir intercede com Cristo, nosso Deus, pela salvação das nossas almas.
-----------------------

 

يا الله ، من خلال قوة القديس جورج والثبات في مختلف التعذيب الذي تعرض له للإيمان ، نطلب منك من خلال شفاعته حماية إيماننا حتى نتمكن من خدمتك بقلب مخلص ومخلص حتى الموت. أمين!

(كشافة صلاة لبنان ، مجموعة القديس جورج زلقا)

صلاة القديس جورج:

أنت الذي قطعت الأعداء إلى قطع ،
لتصميمها المميت نفسك تكتسب
عن طريق إمالة رقبتك ، سان جورج ، تحت حديدهم.

في الثالث والعشرين ، للمسيح الشهيد عانى.

من خلال صلواته المقدسة ، اللهم ارحمنا وانقذنا. آمين.

محرّر الأسرى ، أنت الذي يضمن للفقراء حمايتك ، حيث يجد المرضى أيضًا الطبيب والأمراء ، ربهم ، المدافع المنتصر ، القديس جورج ، يتوسط الشهيد العظيم والمنتصر مع المسيح إلهنا من أجل إنقاذ أرواحنا.

Mercredi de Pâque. Hevorae mercredi

 

Soirée

    • Saint-Luc 23: 46 – 56 :
  • 46   Jésus poussa un grand cri : « Père, entre tes mains je remets mon esprit. » Et après avoir dit cela, il expira.
  • 47 À la vue de ce qui s’était passé, le centurion rendit gloire à Dieu : « Celui-ci était réellement un homme juste. »
  • 48 Et toute la foule des gens qui s’étaient rassemblés pour ce spectacle, observant ce qui se passait, s’en retournaient en se frappant la poitrine.
  • 49 Tous ses amis, ainsi que les femmes qui le suivaient depuis la Galilée, se tenaient plus loin pour regarder.
  • 50 Alors arriva un membre du Conseil, nommé Joseph ; c’était un homme bon et juste,
  • 51 qui n’avait donné son accord ni à leur délibération, ni à leurs actes. Il était d’Arimathie, ville de Judée, et il attendait le règne de Dieu.
  • 52 Il alla trouver Pilate et demanda le corps de Jésus.
  • 53 Puis il le descendit de la croix, l’enveloppa dans un linceul et le mit dans un tombeau taillé dans le roc, où personne encore n’avait été déposé.
  • 54 C’était le jour de la Préparation de la fête, et déjà brillaient les lumières du sabbat.
  • 55 Les femmes qui avaient accompagné Jésus depuis la Galilée suivirent Joseph. Elles regardèrent le tombeau pour voir comment le corps avait été placé.
  • 56 Puis elles s’en retournèrent et préparèrent aromates et parfums. Et, durant le sabbat, elles observèrent le repos prescrit.
    • 24: 1 – 12 :
  • 01 Le premier jour de la semaine, à la pointe de l’aurore, les femmes se rendirent au tombeau, portant les aromates qu’elles avaient préparés.
  • 02 Elles trouvèrent la pierre roulée sur le côté du tombeau.
  • 03 Elles entrèrent, mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus.
  • 04 Alors qu’elles étaient désemparées, voici que deux hommes se tinrent devant elles en habit éblouissant.
  • 05 Saisies de crainte, elles gardaient leur visage incliné vers le sol. Ils leur dirent : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ?
  • 06 Il n’est pas ici, il est ressuscité. Rappelez-vous ce qu’il vous a dit quand il était encore en Galilée :
  • 07 “Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’il soit crucifié et que, le troisième jour, il ressuscite.” »
  • 08 Alors elles se rappelèrent les paroles qu’il avait dites.
  • 09 Revenues du tombeau, elles rapportèrent tout cela aux Onze et à tous les autres.
  • 10 C’étaient Marie Madeleine, Jeanne, et Marie mère de Jacques ; les autres femmes qui les accompagnaient disaient la même chose aux Apôtres.
  • 11 Mais ces propos leur semblèrent délirants, et ils ne les croyaient pas.
  • 12 Alors Pierre se leva et courut au tombeau ; mais en se penchant, il vit les linges, et eux seuls. Il s’en retourna chez lui, tout étonné de ce qui était arrivé.
    •  

Matin

    • Luc 24: 13 -35 :
  • 13 Le même jour, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem,
  • 14 et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé.
  • 15 Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux.
  • 16 Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
  • 17 Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.
  • 18 L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. »
  • 19 Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple :
  • 20 comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié.
  • 21 Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé.
  • 22 À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau,
  • 23 elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant.
  • 24 Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. »
  • 25 Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit !
  • 26 Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? »
  • 27 Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.
  • 28 Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin.
  • 29 Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.
  • 30 Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna.
  • 31 Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards.
  • 32 Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? »
  • 33 À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent :
  • 34 « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. »
  • 35 À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.
    •  

Avant de Saint Qurbana

    • Exode 40: 1-16 :
  • 01 Le Seigneur parla à Moïse. Il dit :
  • 02 « Au premier mois, le premier jour du mois, tu dresseras la Demeure de la tente de la Rencontre.
  • 03 Tu y mettras l’arche du Témoignage et tu protégeras l’arche avec le rideau.
  • 04 Tu apporteras la table et tu la disposeras avec soin. Tu apporteras le chandelier et tu allumeras ses lampes.
  • 05 Tu placeras l’autel d’or pour l’encens devant l’arche du Témoignage et tu mettras le rideau à l’entrée de la Demeure.
  • 06 Tu placeras l’autel de l’holocauste devant l’entrée de la Demeure de la tente de la Rencontre.
  • 07 Tu placeras la cuve entre la tente de la Rencontre et l’autel, et tu y verseras de l’eau.
  • 08 Tu installeras l’enceinte du parvis et tu placeras le rideau de la porte du parvis.
  • 09 Tu prendras l’huile de l’onction, et tu feras l’onction sur la Demeure et tout ce qu’elle contient ; tu la consacreras, ainsi que tous ses accessoires, et elle sera sainte.
  • 10 Tu feras l’onction sur l’autel de l’holocauste et tous ses accessoires, tu le consacreras, et l’autel sera très saint.
  • 11 Tu feras l’onction sur la cuve et son support, et tu la consacreras.
  • 12 Tu feras approcher Aaron et ses fils de l’entrée de la tente de la Rencontre, tu les baigneras dans l’eau,
  • 13 tu revêtiras Aaron des vêtements sacrés, tu lui donneras l’onction et tu le consacreras afin qu’il exerce pour moi le sacerdoce.
  • 14 Tu feras approcher ses fils, tu les revêtiras de tuniques,
  • 15 tu leur donneras l’onction comme tu l’as donnée à leur père, afin qu’ils exercent pour moi le sacerdoce. Ainsi, l’onction reçue leur conférera un sacerdoce perpétuel, de génération en génération. »
  • 16 Moïse exécuta tout ce que le Seigneur lui avait ordonné.
    •  
    • Josué 2:1-6 :
  • 01 Depuis Shittim, Josué, fils de Noun, envoya discrètement deux espions. Il leur dit : « Allez voir le pays et Jéricho. » Ils y allèrent, entrèrent dans la maison d’une prostituée nommée Rahab et y couchèrent.
  • 02 On dit au roi de Jéricho : « Des hommes sont entrés ici cette nuit, des fils d’Israël, pour reconnaître le pays. »
  • 03 Alors, le roi de Jéricho envoya dire à Rahab : « Fais sortir les hommes qui sont venus chez toi – qui sont entrés dans ta maison – car c’est pour reconnaître tout le pays qu’ils sont venus. »
  • 04 Mais la femme emmena les deux hommes et les cacha. Puis elle dit : « Oui, ces hommes sont entrés chez moi, mais je ne savais pas d’où ils venaient.
  • 05 Ils sont sortis quand, à la nuit tombante, on allait fermer la porte de la ville. Je ne sais pas où ils sont allés. Dépêchez-vous de les poursuivre, et vous les rattraperez. »
  • 06 Or, elle les avait fait monter sur le toit en terrasse et les avait cachés sous les tiges de lin rangées sur le toit.
    •  
    • Isaïe 49: 13 à 21 :
  • 13 Cieux, criez de joie ! Terre, exulte ! Montagnes, éclatez en cris de joie ! Car le Seigneur console son peuple ; de ses pauvres, il a compassion.
  • 14 Jérusalem disait : « Le Seigneur m’a abandonnée, mon Seigneur m’a oubliée. »
  • 15 Une femme peut-elle oublier son nourrisson, ne plus avoir de tendresse pour le fils de ses entrailles ? Même si elle l’oubliait, moi, je ne t’oublierai pas.
  • 16 Car je t’ai gravée sur les paumes de mes mains, j’ai toujours tes remparts devant les yeux.
  • 17 Ils accourent, tes bâtisseurs ; tes démolisseurs, tes dévastateurs, ils s’éloignent de toi.
  • 18 Lève les yeux alentour et regarde : tous, ils se rassemblent et viennent vers toi. Par ma vie – oracle du Seigneur –, tous, ils seront comme une parure que tu revêtiras, autour de toi, comme la ceinture d’une jeune mariée.
  • 19 Car tes ruines, tes décombres, ton pays dévasté sont désormais trop étroits pour tes habitants, et ceux qui te dévoraient s’éloigneront.
  • 20 Les fils dont tu étais privée te diront de nouveau à l’oreille : « L’espace est trop étroit pour moi, fais-moi place, que je m’installe. »
  • 21 Et tu diras en ton cœur : « Qui me les a enfantés, ceux-là ? Privée d’enfants, j’étais stérile, j’étais bannie, rejetée, et ceux-là, qui les a élevés ? Quand moi, je restais seule, ceux-là, où donc étaient-ils ? »
    •  
  • Saint Qurbana :
    • Actes 4: 8-21 :
  • 08 Alors Pierre, rempli de l’Esprit Saint, leur déclara : « Chefs du peuple et anciens,
  • 09 nous sommes interrogés aujourd’hui pour avoir fait du bien à un infirme, et l’on nous demande comment cet homme a été sauvé.
  • 10 Sachez-le donc, vous tous, ainsi que tout le peuple d’Israël : c’est par le nom de Jésus le Nazaréen, lui que vous avez crucifié mais que Dieu a ressuscité d’entre les morts, c’est par lui que cet homme se trouve là, devant vous, bien portant.
  • 11 Ce Jésus est la pierre méprisée de vous, les bâtisseurs, mais devenue la pierre d’angle.
  • 12 En nul autre que lui, il n’y a de salut, car, sous le ciel, aucun autre nom n’est donné aux hommes, qui puisse nous sauver. »
  • 13 Constatant l’assurance de Pierre et de Jean, et se rendant compte que c’était des hommes sans culture et de simples particuliers, ils étaient surpris ; d’autre part, ils reconnaissaient en eux ceux qui étaient avec Jésus.
  • 14 Mais comme ils voyaient, debout avec eux, l’homme qui avait été guéri, ils ne trouvaient rien à redire.
  • 15 Après leur avoir ordonné de quitter la salle du Conseil suprême, ils se mirent à discuter entre eux.
  • 16 Ils disaient : « Qu’allons-nous faire de ces gens-là ? Il est notoire, en effet, qu’ils ont opéré un miracle ; cela fut manifeste pour tous les habitants de Jérusalem, et nous ne pouvons pas le nier.
  • 17 Mais pour en limiter la diffusion dans le peuple, nous allons les menacer afin qu’ils ne parlent plus à personne en ce nom-là. »
  • 18 Ayant rappelé Pierre et Jean, ils leur interdirent formellement de parler ou d’enseigner au nom de Jésus.
  • 19 Ceux-ci leur répliquèrent : « Est-il juste devant Dieu de vous écouter, plutôt que d’écouter Dieu ? À vous de juger.
  • 20 Quant à nous, il nous est impossible de nous taire sur ce que nous avons vu et entendu. »
  • 21 Après de nouvelles menaces, ils les relâchèrent, faute d’avoir trouvé le moyen de les punir : c’était à cause du peuple, car tout le monde rendait gloire à Dieu pour ce qui était arrivé.
    •  
    • Hébreux 3: 1-13 :
  • 01 Ainsi donc, frères saints, vous qui avez en partage une vocation céleste, considérez Jésus, l’apôtre et le grand prêtre de notre confession de foi :
  • 02 pour celui qui l’a institué, il est, comme Moïse, digne de foi dans toute sa maison.
  • 03 Lui, il a même été jugé digne d’une plus grande gloire que Moïse, dans la mesure où le constructeur de la maison reçoit plus d’honneur que la maison elle-même.
  • 04 Car toute maison est construite par quelqu’un, et celui qui a tout construit, le Christ, est Dieu.
  • 05 Moïse, lui, a été digne de foi dans toute la maison de Dieu en qualité d’intendant, pour attester ce qui allait être dit.
  • 06 Mais le Christ, lui, est digne de foi en qualité de Fils à la tête de sa maison ; et nous sommes sa maison, si du moins nous maintenons l’assurance et la fierté de l’espérance.
  • 07 C’est pourquoi, comme le dit l’Esprit Saint dans un psaume : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix,
  • 08 n’endurcissez pas votre cœur comme au temps du défi, comme au jour de l’épreuve dans le désert,
  • 09 quand vos pères m’ont mis à l’épreuve et provoqué. Alors ils m’ont vu à l’œuvre
  • 10 pendant quarante ans ; oui, je me suis emporté contre cette génération, et j’ai dit : Toujours ils ont le cœur égaré, ils n’ont pas connu mes chemins.
  • 11 Dans ma colère, j’en ai fait le serment : On verra bien s’ils entreront dans mon repos !
  • 12 Frères, veillez à ce que personne d’entre vous n’ait un cœur mauvais que le manque de foi sépare du Dieu vivant.
  • 13 Au contraire, encouragez-vous les uns les autres jour après jour, aussi longtemps que retentit l’« aujourd’hui » de ce psaume, afin que personne parmi vous ne s’endurcisse en se laissant tromper par le péché.
    •  
    • Saint-Marc 8:27-33 :
  • 27 Jésus s’en alla, ainsi que ses disciples, vers les villages situés aux environs de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, il interrogeait ses disciples : « Au dire des gens, qui suis-je ? »
  • 28 Ils lui répondirent : « Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des prophètes. »
  • 29 Et lui les interrogeait : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre, prenant la parole, lui dit : « Tu es le Christ. »
  • 30 Alors, il leur défendit vivement de parler de lui à personne.
  • 31 Il commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite.
  • 32 Jésus disait cette parole ouvertement. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches.
  • 33 Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »
  • (Icône Syriaque moderne authentique de la Mère de Dieu le Verbe Incarné  sur pierre au prix de 120 euro. Si vous prenez une seconde Icône du Christ, c'est 110 les deux. Excellente idée de cadeau ! Vous trouvez les mêmes modèles sur support bois)

N'oublions pas. 1915 Génocide des Arméniens et des Chrétiens Araméens (Syriaques et Assyro-Chaldéens).Não vamos esquecer. 1915 Genocídio de armênios e cristãos aramaicos (siríaco e assiro-caldeus).Do not forget. 1915 Genocide of Armenians and Aramaic Christians (Syriac and Assyro-Chaldeans).


N'oublions pas de prier pour le retour sains et saufs des deux Metropolites d'Alep kidnappés il y a six ans ! Não se esqueça de rezar pelo retorno seguro dos dois Metropolitas de Aleppo sequestrados há seis anos!Do not forget to pray for the safe return of the two Metropolites of Aleppo kidnapped six years ago!

 

Six longues années que nous prions pour eux au Monastère et dénonçons l'inertie coupable de la "Communauté internationale" à faire pression pour leur libération. Seis longos anos que rezamos por eles no Mosteiro e denunciamos a inércia culposa da "Comunidade Internacional" para pressionar pela sua libertação.Six long years that we pray for them at the Monastery and denounce the culpable inertia of the "International Community" to press for their release.

 

 

Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.
Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.

Pâques 2019, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) du jour en l'église du Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie Mère de Miséricorde.

PRIER SAINT JOSEPH,

 

POURQUOI ?

 

 

Dans le nouveau testament, saint Joseph est avant tout un homme chargé par Dieu d’une mission unique : celle d’élever son Fils. Il devient l’époux de Marie, l’accepte enceinte, la protège et est le premier à voir Jésus. À quatre reprises, dans l’Évangile, le Christ est appelé “fils de Joseph”, ce qui en fait un saint loin d’être banal…

Pourquoi prier saint Joseph ?

Le charpentier de Nazareth est décrit comme un homme patient, bon, humble mais surtout fidèle et solide. Toutes ces qualités font de lui un des saints catholiques les plus exemplaires et les plus priés.

Sainte Thérèse d’Avila elle-même nous confiait que « Le glorieux saint Joseph, je le sais par expérience, étend son pouvoir à tous les besoins (...)

Connaissant donc aujourd'hui l'étonnant crédit de ce grand saint auprès de Dieu, je voudrais persuader tout le monde de l'honorer d'un culte particulier (...)

Déjà, depuis plusieurs années, je lui demande, le jour de sa fête, une faveur particulière, et j'ai toujours vu mes désirs exaucés ».

Le père de la Sainte Famille, pour peu qu’il soit prié avec ferveur et fidélité, a la réputation de ne jamais laisser ses priants dans l’obscurité et d’exaucer les demandes qui lui sont adressées.

Une prière infaillible à saint Joseph :

Ô saint Joseph dont la protection est si grande, si forte et si prompte devant le trône de Dieu, je mets en toi tous mes intérêts et désirs. Ô saint Joseph, assiste-moi par ta puissante intercession et obtiens pour moi de ton divin Fils toutes les bénédictions spirituelles par Jésus Christ notre Seigneur, de telle manière qu’ayant engagé ici-bas ton pouvoir céleste, je puisse offrir mes remerciements et mon hommage au Père qui nous aime.

Ô saint Joseph, je ne me fatigue jamais de vous contempler toi et Jésus endormi dans tes bras ; je n’ose pas approcher pendant qu’Il se repose près de ton cœur. Embrasse-le en mon nom et baise sa tête délicate pour moi et demande-lui de m’embrasser à son tour lors de mon dernier soupir.

Saint Joseph, patron des âmes du purgatoire, prie pour moi !

Quand prier saint Joseph ?

Chers jeunes, regardez saint Joseph comme un exemple de vie humble et discrète.

Chers malades, cultivez le silence et la prière, apprenez à porter la croix avec l’attitude du silence et de la prière du père adoptif de Jésus, saint Joseph.

Chers nouveaux mariés, construisez votre famille sur l’amour qui unissait Marie à son époux Joseph.

Je confie aussi à la protection de saint Joseph les parents, les prêtres et tous ceux qui ont un rôle éducatif dans l’Église et dans la société

nous confiait le pape François un 19 mars, date de la Saint-Joseph.

Toutes les qualités de ce grand saint chrétien font de lui le patron des familles, des couples, des travailleurs, des études, du logement, des causes difficile, du combat contre les démons… et bien d’autres encore.

Nous pouvons prier saint Joseph en de nombreuses situations:

  • pour trouver du travail

  • pour trouver ou vendre un logement 

  • pour notre famille

  • pour notre couple

  • pour la réussite de nos examens (sans oublier de travailler à côté !)

  • pour lutter contre nos démons et nos ténèbres

  • pour trouver l’amour

  • pour sortir de chemins difficiles

Comment prier saint Joseph ?

Le mois de mars est un mois dédié à saint Joseph : le jour de la Saint-Joseph, le 19 mars, est l’occasion de le célébrer particulièrement.

Prier saint Joseph le matin

Prier saint Joseph tous les matins est un moyen de s’assurer de son puissant soutien à nos côtés pour entamer une nouvelle journée. C’est se remettre entre ses mains, s’abandonner à Jésus par son intermédiaire.

Une belle et courte prière à saint Joseph à réciter tous les matins :

“Ô glorieux Saint Joseph, chef de la Sainte Famille de Nazareth, si zélé à pourvoir à tous ses besoins, 
étends sur nos familles, nos proches et nos communautés ta tendre sollicitude, 
prends sous ta conduite toutes les affaires spirituelles et temporelles qui les concernent, 
et fais que leur issue soit pour la gloire de Dieu et le salut de nos âmes. Amen.”

Père Finet, fondateur des Foyers de Charité avec Marthe Robin

Une célèbre prière à saint Joseph :

“Je vous salue, Joseph,
Vous que la grâce divine a comblé.
Le sauveur a reposé dans vos bras et grandi sous vos yeux.
Vous êtes béni entre tous les hommes,
et Jésus, l’enfant divin de votre virginale épouse, est béni.
Saint Joseph, donné pour père au Fils de Dieu,
priez pour nous, dans nos soucis de famille, de santé et de travail, jusqu’à nos derniers jours,
et daignez nous secourir à l’heure de notre mort. Amen.”

Le rosaire à saint Joseph

Saviez-vous qu’il était aussi possible de prier le rosaire à saint Joseph ?

Eh oui ! Moins connu que son homonyme à Marie, il se prie de la même façon, à quelques différences près : il est composé de 15 mystères (5 glorieux, 5 douloureux, 5 joyeux) et non de 20.

Durant la méditation des mystères, le traditionnel Je vous salue Marie est remplacé par le Je vous salue Joseph, suivi d’un “Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme il était pour les siècles des siècles, Amen”.

Le rosaire peut se terminer au choix par la prière Souvenez-vous ou par les litanies de saint Joseph.

Plus de détail sur le rosaire à saint joseph et ses mystères

Neuvaines à saint Joseph

Dans la tradition catholique, saint Joseph est très souvent prié sous forme de neuvaines.

Une neuvaine est une série de prières poursuivies durant neuf jours consécutifs.

La neuvaine est par excellence associée au père de la Sainte Famille car elle symbolise la fidélité et la persévérance dans la prière, tout comme celle de Joseph aux côtés de Marie.

Il existe des neuvaines afin de lui demander son intercession pour trouver un travail, un logement, afin de réunir sa famille, etc.

Je choisis ma neuvaine à saint Joseph

Prier saint Joseph avec Hozana !

Saint Joseph, par sa fidélité et son exemple de vie, est un saint tout particulier. N’oublions pas de le prier afin de progresser dans notre vie de prière et sur notre chemin de sainteté personnel. N’attendons pas pour demander des grâces à Dieu par son intermédiaire.

Hozana peut nous aider à exercer cette fidélité et cette persévérance dans la prière grâce à toutes ses propositions spirituelles, multiples et variées ! Recevez chaque jour une courte prière à saint Joseph, tirée des litanies, ou entamez une neuvaine depuis Cotignac, en recevant quotidiennement une vidéo avec une lecture d’un passage de la Parole de Dieu, une méditation avec des textes du Magistère de l’Eglise et une prière de consécration à saint Joseph

Priez aussi saint Joseph en recevant tous les jours une prière et un témoignage de l’action de ce grand saint dans nos vies !

Jeudi de Pâque. Hevorae jeudi

Soirée

    • Saint Jean 19: 30 :
    • 30 Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « Tout est accompli. » Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit.
    • 20: 1 et 2 :
  • 01 Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau.
  • 02 Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. »
    •  

Matin

    • Saint Jean 20: 3-18 :
  • 03 Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau.
  • 04 Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau.
  • 05 En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas.
  • 06 Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat,
  • 07 ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place.
  • 08 C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut.
  • 09 Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.
  • 10 Ensuite, les disciples retournèrent chez eux.
  • 11 Marie Madeleine se tenait près du tombeau, au-dehors, tout en pleurs. Et en pleurant, elle se pencha vers le tombeau.
  • 12 Elle aperçoit deux anges vêtus de blanc, assis l’un à la tête et l’autre aux pieds, à l’endroit où avait reposé le corps de Jésus.
  • 13 Ils lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur répond : « On a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on l’a déposé. »
  • 14 Ayant dit cela, elle se retourna ; elle aperçoit Jésus qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus.
  • 15 Jésus lui dit : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le jardinier, elle lui répond : « Si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as déposé, et moi, j’irai le prendre. »
  • 16 Jésus lui dit alors : « Marie ! » S’étant retournée, elle lui dit en hébreu : « Rabbouni ! », c’est-à-dire : Maître.
  • 17 Jésus reprend : « Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. »
  • 18 Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples : « J’ai vu le Seigneur ! », et elle raconta ce qu’il lui avait dit.
    •  

Avant de Saint Qurbana

    • Exode 34: 4-12 :
  • 04 Moïse tailla deux tables de pierre semblables aux premières. Il se leva de bon matin, et il gravit la montagne du Sinaï comme le Seigneur le lui avait ordonné. Il emportait les deux tables de pierre.
  • 05 Le Seigneur descendit dans la nuée et vint se placer là, auprès de Moïse. Il proclama son nom qui est : LE SEIGNEUR.
  • 06 Il passa devant Moïse et proclama : « LE SEIGNEUR, LE SEIGNEUR, Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité,
  • 07 qui garde sa fidélité jusqu’à la millième génération, supporte faute, transgression et péché, mais ne laisse rien passer, car il punit la faute des pères sur les fils et les petits-fils, jusqu’à la troisième et la quatrième génération. »
  • 08 Aussitôt Moïse s’inclina jusqu’à terre et se prosterna.
  • 09 Il dit : « S’il est vrai, mon Seigneur, que j’ai trouvé grâce à tes yeux, daigne marcher au milieu de nous. Oui, c’est un peuple à la nuque raide ; mais tu pardonneras nos fautes et nos péchés, et tu feras de nous ton héritage. »
  • 10 Le Seigneur dit : « Voici que je vais conclure une alliance. Devant tout ton peuple, je vais faire des merveilles qui n’ont été créées nulle part, dans aucune nation. Tout le peuple qui t’entoure verra l’œuvre du Seigneur, car je vais réaliser avec toi quelque chose d’extraordinaire.
  • 11 Observe donc bien ce que je t’ordonne aujourd’hui. Je vais chasser devant toi l’Amorite, le Cananéen, le Hittite, le Perizzite, le Hivvite et le Jébuséen.
  • 12 Garde-toi de conclure une alliance avec l’habitant du pays où tu vas entrer, de peur qu’il ne devienne un piège au milieu de toi.
    •  
    • Michée 4: 1-7 :
  • 01 Il arrivera dans les derniers jours que la montagne de la Maison du Seigneur se tiendra plus haut que les monts, elle s’élèvera au-dessus des collines. Vers elle afflueront des peuples
  • 02 et viendront des nations nombreuses. Elles diront : « Venez ! montons à la montagne du Seigneur, à la maison du Dieu de Jacob ! Qu’il nous enseigne ses chemins, et nous irons par ses sentiers. » Oui, la loi sortira de Sion, et de Jérusalem, la parole du Seigneur.
  • 03 Il sera le juge entre des peuples nombreux et, jusqu’aux lointains, l’arbitre de nations puissantes. De leurs épées, ils forgeront des socs, et de leurs lances, des faucilles. Jamais nation contre nation ne lèvera l’épée ; ils n’apprendront plus la guerre.
  • 04 Chacun pourra s’asseoir sous sa vigne et son figuier, et personne pour l’inquiéter. La bouche du Seigneur de l’univers a parlé !
  • 05 Oui, tous les peuples marchent, chacun au nom de son dieu ; mais nous, nous marchons au nom du Seigneur, notre Dieu, pour toujours et à jamais.
  • 06 Ce jour-là – oracle du Seigneur –, je rassemblerai les brebis boiteuses, je réunirai les égarées, et celles que j’avais maltraitées.
  • 07 Des boiteuses je ferai le reste d’Israël, de celles qui sont mises à l’écart, une nation puissante. Le Seigneur régnera sur eux à la montagne de Sion, dès maintenant et à jamais.
    •  
    • Zacharie 8: 4-9 :
  • 04 Ainsi parle le Seigneur de l’univers : Les vieux et les vieilles reviendront s’asseoir sur les places de Jérusalem, le bâton à la main, à cause de leur grand âge ;
  • 05 les places de la ville seront pleines de petits garçons et de petites filles qui viendront y jouer.
  • 06 Ainsi parle le Seigneur de l’univers : Si tout cela paraît une merveille aux yeux des survivants de ce temps-là, ce sera aussi une merveille à mes yeux – oracle du Seigneur de l’univers.
  • 07 Ainsi parle le Seigneur de l’univers : Voici que je sauve mon peuple, en le ramenant du pays de l’orient et du pays de l’occident.
  • 08 Je les ferai venir pour qu’ils demeurent au milieu de Jérusalem. Ils seront mon peuple, et moi, je serai leur Dieu, dans la loyauté et dans la justice.
  • 09 Ainsi parle le Seigneur de l’univers : Que vos mains se fortifient, vous qui entendez en ces jours ces paroles sorties de la bouche des prophètes le jour où furent posées les fondations de la Maison du Seigneur pour rebâtir son Temple.
    •  
    • Isaïe 37: 8-17
  • 08 Le grand échanson s’en retourna. Ayant appris que le roi d’Assour avait quitté la ville de Lakish, il le trouva qui attaquait la ville de Libna.
  • 09 Le roi d’Assour avait appris cette nouvelle, au sujet de Tirhaqa, roi d’Éthiopie : « Il s’est mis en campagne pour passer à l’attaque contre toi. » Quand le roi d’Assour l’apprit, il envoya des messagers dire à Ézékias :
  • 10 « Vous parlerez à Ézékias, roi de Juda, en ces termes : Ne te laisse pas tromper par ton Dieu, en qui tu mets ta confiance, et ne dis pas : “Jérusalem ne sera pas livrée aux mains du roi d’Assour !”
  • 11 Tu sais bien ce que les rois d’Assour ont fait à tous les pays : ils les ont voués à l’anathème. Et toi seul, tu serais délivré ?
  • 12 Les dieux des nations les ont-ils délivrées, elles que mes pères ont fait détruire : Gozane, Harrane, Récef, et les gens d’Éden qui sont à Telassar ?
  • 13 Où sont le roi de Hamath, le roi d’Arpad, le roi de Lahir, de Sefarwaïm, de Héna et de Iwwa ? »
  • 14 Ézékias prit la lettre de la main des messagers ; il la lut. Puis il monta à la Maison du Seigneur, déplia la lettre devant le Seigneur,
  • 15 et le pria en disant :
  • 16 « Seigneur de l’univers, Dieu d’Israël, toi qui sièges sur les Kéroubim, tu es le seul Dieu de tous les royaumes de la terre, c’est toi qui as fait le ciel et la terre.
  • 17 Prête l’oreille, Seigneur, et entends, ouvre les yeux, Seigneur, et vois ! Écoute le message envoyé par Sennakérib pour insulter le Dieu vivant.
    •  
  • Saint Qurbana :
    • 1ère de St  Jean 5: 13 – 21 :
  • 13 Je vous ai écrit cela pour que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui mettez votre foi dans le nom du Fils de Dieu.
  • 14 Voici l’assurance que nous avons auprès de Dieu : si nous faisons une demande selon sa volonté, il nous écoute.
  • 15 Et puisque nous savons qu’il nous écoute en toutes nos demandes, nous savons aussi que nous obtenons ce que nous lui avons demandé.
  • 16 Si quelqu’un voit son frère commettre un péché qui n’entraîne pas la mort, il demandera, et Dieu lui donnera la vie, – cela vaut pour ceux dont le péché n’entraîne pas la mort. Il y a un péché qui entraîne la mort, ce n’est pas pour celui-là que je dis de prier.
  • 17 Toute conduite injuste est péché, mais tout péché n’entraîne pas la mort.
  • 18 Nous le savons : ceux qui sont nés de Dieu ne commettent pas de péché ; le Fils engendré par Dieu les protège et le Mauvais ne peut pas les atteindre.
  • 19 Nous savons que nous sommes de Dieu, alors que le monde entier est au pouvoir du Mauvais.
  • 20 Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu nous donner l’intelligence pour que nous connaissions Celui qui est vrai ; et nous sommes en Celui qui est vrai, en son Fils Jésus Christ. C’est lui qui est le Dieu vrai, et la vie éternelle.
  • 21 Petits enfants, gardez-vous des idoles.
    •  
    • Hébreux 11: 3-6 :
  • 03 Grâce à la foi, nous comprenons que les mondes ont été formés par une parole de Dieu, et donc ce qui est visible n’a pas son origine dans ce qui apparaît au regard.
  • 04 Grâce à la foi, Abel offrit à Dieu un sacrifice plus grand que celui de Caïn ; à cause de sa foi, il fut déclaré juste : Dieu lui-même rendait témoignage à son offrande ; à cause de sa foi, bien qu’il soit mort, il parle encore.
  • 05 Grâce à la foi, Hénok fut retiré de ce monde, et il ne connut pas la mort ; personne ne le retrouva parce que Dieu l’avait retiré ; avant cet événement, il avait été agréable à Dieu, l’Écriture en témoigne.
  • 06 Or, sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu ; car, pour s’avancer vers lui, il faut croire qu’il existe et qu’il récompense ceux qui le cherchent.
    •  
    • Saint Matthieu 16: 20-27 :
  • 01 Les pharisiens et les sadducéens s’approchèrent pour mettre Jésus à l’épreuve ; ils lui demandèrent de leur montrer un signe venant du ciel.
  • 02 Il leur répondit : « Quand vient le soir, vous dites : “Voici le beau temps, car le ciel est rouge.”
  • 03 Et le matin, vous dites : “Aujourd’hui, il fera mauvais, car le ciel est d’un rouge menaçant.” Ainsi l’aspect du ciel, vous savez en juger ; mais pour les signes des temps, vous n’en êtes pas capables.
  • 04 Cette génération mauvaise et adultère réclame un signe, mais, en fait de signe, il ne lui sera donné que le signe de Jonas. » Alors il les abandonna et partit.
  • 05 En se rendant sur l’autre rive, les disciples avaient oublié d’emporter des pains.
  • 06 Jésus leur dit : « Attention ! Méfiez-vous du levain des pharisiens et des sadducéens. »
  • 07 Ils discutaient entre eux en disant : « C’est parce que nous n’avons pas pris de pains. »
  • 08 Mais Jésus s’en rendit compte et leur dit : « Hommes de peu de foi, pourquoi discutez-vous entre vous sur ce manque de pains ?
  • 09 Vous ne comprenez pas encore ? Ne vous rappelez-vous pas les cinq pains pour cinq mille personnes et combien de paniers vous avez emportés ?
  • 10 Les sept pains pour quatre mille personnes et combien de corbeilles vous avez emportées ?
  • 11 Comment ne comprenez-vous pas que je ne parlais pas du pain ? Méfiez-vous donc du levain des pharisiens et des sadducéens. »
  • 12 Alors ils comprirent qu’il ne leur avait pas dit de se méfier du levain pour le pain, mais de l’enseignement des pharisiens et des sadducéens.
  • 13 Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? »
  • 14 Ils répondirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. »
  • 15 Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »
  • 16 Alors Simon-Pierre prit la parole et dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! »
  • 17 Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux.
  • 18 Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.
  • 19 Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. »
  • 20 Alors, il ordonna aux disciples de ne dire à personne que c’était lui le Christ.
  • 21 À partir de ce moment, Jésus commença à montrer à ses disciples qu’il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué, et le troisième jour ressusciter.
  • 22 Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches : « Dieu t’en garde, Seigneur ! cela ne t’arrivera pas. »
  • 23 Mais lui, se retournant, dit à Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tu es pour moi une occasion de chute : tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »
  • 24 Alors Jésus dit à ses disciples : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive.
  • 25 Car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la gardera.
  • 26 Quel avantage, en effet, un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c’est au prix de sa vie ? Et que pourra-t-il donner en échange de sa vie ?
  • 27 Car le Fils de l’homme va venir avec ses anges dans la gloire de son Père ; alors il rendra à chacun selon sa conduite.
    •  

 

 

 

L'ascèse dans le monde


 
Le Père Païssios a dit:

 
"Si quelqu'un veut se sanctifier, et pour une raison quelconque ne peut pas aller dans un monastère, qu'il transforme sa chambre en cellule. 

Là, caché des hommes, qu'il fasse l'ensemble des tâches spirituelles, à savoir les acolouthies, les lectures, les prosternations, les prières avec le chapelet, etc...

Quelqu'un, par exemple, peut aller à l'église pour communier et puis après, il retourne chez lui et se comporte comme les ermites dans leurs cellules.
 
Dieu merci, il y a beaucoup de gens de cette sorte dans le monde, devant lesquels nous avons honte, nous qui nous appelons moines.

 
(Version française Claude Lopez-Ginisty d'après http://gero-paisios.blogspot.com/http://orthodoxologie.blogspot.com/)

Ascetismo no mundo
 


Padre Païssios disse:

 
"Se alguém quiser se santificar, e por qualquer motivo não pode ir a um mosteiro, deixe-o transformar seu quarto em uma cela.

Lá, escondido dos homens, ele faz todas as tarefas espirituais, ou seja, as acolutas, as leituras, as prostrações, as orações com o rosário, etc ...

Alguém, por exemplo, pode ir à igreja para a comunhão e depois voltar para casa e se comportar como eremitas em suas celas.
 
Graças a Deus, há muitas pessoas deste tipo no mundo, diante das quais nos envergonhamos, nós que nos chamamos monges.

 
(Versão francesa Claude Lopez-Ginisty depois de http://gero-paisios.blogspot.com/http://orthodoxologie.blogspot.com/)

Asceticism in the world
 


Father Païssios said:

 
"If anyone wants to sanctify himself, and for whatever reason can not go to a monastery, let him turn his room into a cell.

There, hidden from the men, that he does all the spiritual tasks, namely the acolouthies, the readings, the prostrations, the prayers with the rosary, etc ...

Someone, for example, can go to church for communion, and then go back home and behave like hermits in their cells.
 
Thank God, there are many people of this kind in the world, in front of whom we are ashamed, we who call ourselves monks.

 
(French version Claude Lopez-Ginisty after http://gero-paisios.blogspot.com/http://orthodoxologie.blogspot.com/)

الزهد في العالم


 
قال الأب بازيوس:

 
"إذا أراد أحد أن يقدس نفسه ، ولأي سبب كان لا يستطيع الذهاب إلى دير ، فدعه يحول غرفته إلى زنزانة.

هناك ، مخفيًا عن الرجال ، أنه يقوم بجميع المهام الروحية ، وهي: التلاوات ، والقراءات ، والسجد ، والصلاة مع المسبحة ، إلخ ...

يمكن لشخص ما ، على سبيل المثال ، الذهاب إلى الكنيسة من أجل الشركة ، ثم العودة إلى المنزل والتصرف مثل النساك في زنزاناتهم.
 
الحمد لله ، يوجد الكثير من الناس من هذا النوع في العالم ، أمامهم نخجل ، نحن نسمي أنفسنا رهبانًا.

 

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

jesus_pecheurs Isaac Fanous.jpg:

PRIERE POUR LES VOCATIONS:

Père, faites se lever parmi les chrétiens 
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, 
qui maintiennent la foi vivante 
et gardent une mémoire pleine de gratitude de Votre Fils Jésus, 
par la prédication de sa parole 
et l'administration des sacrements, 
par lesquels Vous renouvelez continuellement vos fidèles dans la Grâce du Saint Esprit. 

Donnez-nous de saints ministres de Votre autel, 
qui soient des célébrants attentifs et fervents de l'eucharistie, 
sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde, sacrement de la pérennité de Sa présence comme "l'Emmanuel", Dieu présent au milieu et pour le salut de Son Peuple. 

Appelez des ministres de Votre miséricorde, 
qui dispensent la joie de Votre pardon 
par le sacrement de la réconciliation. 

Père, puisse notre Église Syro-Orthodoxe francophone accueillir avec joie 
les nombreuses inspirations de l'Esprit de Votre Fils 
et, qu'en étant docile à ses enseignements, 
elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal 
et à la vie consacrée. 

Soutenez nos Pères dans la Foi, nos Métropolites,les évêques, les prêtres, les diacres, 
les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ, à l'intérieur et à l'extérieur de notre Tradition Syro-Orthodoxe 
afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission 
au service de l'Évangile. 

Nous Vous le demandons par le Christ notre Seigneur, Votre Fils bien-aimé qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles sans fin.

Amîn. 

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des apôtres, priez pour nous ! 

__________

 

ORAÇÃO PELAS VOCAÇÕES:

Tree of Life #Jesus #Disciples #Coptic Icon:
Pai, deixe repousar entre os cristãos
numerosas e santas vocações ao sacerdócio,
que mantenham viva a fé
e manter uma memória cheia de gratidão Seu Filho Jesus,
pela pregação de sua palavra
e administrar os sacramentos,
pelo qual você renovar continuamente os vossos fiéis na graça do Espírito Santo.

Dê-nos santos ministros do vosso altar,
que estão celebrantes atentos e entusiastas da Eucaristia,
sacramento do dom supremo de Cristo para a redenção do mundo, o sacramento da sustentabilidade da sua presença como "Emmanuel", Deus presente entre e para a salvação de Seu povo.

Chamar ministros de sua mercê,
que fornecem a alegria de Seu perdão
através do Sacramento de reconciliação.

Pai, que nossa Igreja siro-ortodoxo falando alegremente boas-vindas
as numerosas inspirações do Espírito de Seu Filho
e, que sendo obedientes a seus ensinamentos,
ela cuida das vocações ao ministério sacerdotal
e à vida consagrada.

Apoiar nossos pais na fé, nossos metropolitanas, bispos, sacerdotes, diáconos,
pessoas consagradas e todos os baptizados em Cristo, dentro e fora da nossa tradição siro-ortodoxo
de modo que eles fielmente cumprir a sua missão
o serviço do Evangelho.

Você Nós vos pedimos por Cristo, nosso Senhor, Seu amado Filho, que vive e reina contigo eo Espírito Santo para todo o sempre.
Amin.

Modern Coptic Madonna:

Ó Maria, Mãe de Misericórdia e Rainha dos Apóstolos, rogai por nós!

ANGES ET DÉMONS, QUELQUES

 

ELEMENTS DOCTRINAUX

 

 

Dans le présent article, je vais tenter de donner au lecteur une vision d’ensemble du rôle des anges de lumière et des esprits des ténèbres dans la vie spirituelle, selon les écrits des principaux Pères ascétiques et mystiques de l’Orient chrétien.

Le manque de place me contraint à limiter mon étude presque exclusivement à la période ancienne (IVe et Ve siècles), ce qui ne signifie aucunement que j’accorde moins d’intérêt ou de valeur aux écrits ultérieurs à cette période.

Le thème de mon étude étant avant tout spirituel, je ne me préoccuperai pas directement de l’aspect théologique de la question des anges et des démons, même s’il s’avère souvent impossible de séparer le théologique du spiritual (2).

Je commencerai par une remarque préliminaire. Toute personne qui déciderait de rassembler les passages des écrits des Pères ascétiques traitant du rôle des anges et des démons dans la vie spirituelle, serait frappée par la place importante qui y est faite aux descriptions de l’action multiforme des puissances sataniques et, à l’opposé, par la rareté, la dispersion et le caractère peu explicite des remarques concernant le rôle des anges.

Parmi les très rares exceptions à cette règle. le pseudo-Denys l’Aréopagite avec son enseignement sur l’accès à la connaissance par la hiérarchie des puissances célestes et, dans une certaine mesure, saint Isaac de Ninive (3), grand mystique syrien des VIIe-VIIIe siècles. Les écrits du Pseudo-Denys étant très théoriques et assez peu fondés sur l’expérience, je ne les commenterai pas dans le présent article. Ils représentent un courant quelque peu marginal de la spiritualité orientale.

Ce n’est pas par hasard que les Pères ont généralement accordé une attention privilégiée aux puissances démoniaques et cela peut s’expliquer de différentes façons. On retrouve notamment cette caractéristique dans les Saintes Écritures, et tout particulièrement dans les Évangiles, où de nombreux récits sont consacrés à des possédés et à leur guérison par le Christ.

Il n’est guère surprenant que les Pères ascétiques, en général si fidèles à l’esprit du Nouveau Testament, aient également suivi l’exemple des Évangélistes sur la question qui nous occupe.

Des considérations ascétiques pratiques ont aussi eu ici leur rôle à jouer. Les démons sont nos ennemis, et il nous est donc vital de connaître et d’identifier leurs moyens de lutte, alors que les anges sont nos amis et nous aideront même à notre insu.

« Il faut aussi apprendre à connaître les différences existant entre les démons et remarquer les circonstances de leur venue, écrit Évagre […] car il est nécessaire de le savoir, pour que, au moment où les pensées commencent à déclencher ce qui constitue leur matière et avant que nous soyons chassés trop loin de l’état qui est le nôtre, nous prononcions quelques paroles à leur adresse et dénoncions celui qui est là. De cette façon, nous progresserons facilement avec l’aide de Dieu ; quant à eux, nous les ferons s’envoler, pleins d’admiration pour nous et consternés (4). »

« Meilleur est celui à qui il a été donné de se voir lui-même, que celui à qui il a été donné de voir les anges, écrit Isaac de Ninive, car on voit ces derniers avec les yeux du corps, alors que l’on se voit avec les yeux de l’âme (5). »

Le texte de l’apôtre Paul sur les métamorphoses de Satan en ange de lumière (2 Co 11, 4) renforce la méfiance envers les visions trompeuses et explique aussi le peu de confiance témoigné par les Pères ascétiques aux apparitions des anges et la place réduite qu’elles occupent selon eux dans la vie spirituelle.

Il est remarquable que les Pères représentent rarement notre lutte spirituelle comme un combat entre les anges et les démons, mais bien plus souvent comme une guerre de l’homme contre Satan.

Les anges, bien sûr, nous aident et nous protègent dans cette bataille, mais ce ne sont pas les anges qui s’opposent à Satan ; c’est le Christ lui-même ainsi que la grâce du Saint Esprit, qui par sa présence détruit les tentations démoniaques et dissipe dans nos âmes les ténèbres sataniques.

Ainsi par exemple, saint Cyrille de Jérusalem, évoquant, dans une de ses Catéchèses, les ténèbres introduites dans notre esprit par les puissances impures, parle immédiatement du Saint Esprit qui se mêle à la lutte, nous instruit et nous emplit de son odeur suave (6).

Cependant la principale raison pour laquelle, d’après ces écrits, les anges occupent dans la vie spirituelle une place limitée voire « secrète » est à chercher dans le christocentrisme et le théocentrisme fortement marqués de la spiritualité orientale, spiritualité où les moments de mysticisme les plus intenses sont toujours envisagés comme un état de fusion directe du cœur et de l’intellect avec le Christ, ou comme la connaissance révélée de la Sainte Trinité.

À ce degré de vie spirituelle, tout détournement de l’attention vers les anges, quand il ne sera pas considéré comme une véritable erreur, sera du moins perçu comme étant de moindre valeur.

Même le Pseudo-Denys cesse de mentionner les anges une fois qu’il passe à sa Théologie mystique. Un merveilleux récit conservé par Évagre dans son Traité de l’oraison illustre parfaitement une telle conception des choses.

Un saint homme aimant Dieu cultivait l’esprit de prière. Il cheminait dans le désert lorsque survinrent deux anges qui se placèrent à ses côtés et firent route avec lui.

Mais il ne leur accorda aucune attention, pour ne pas se disperser au meilleur de la prière.

Il avait en effet en mémoire cette leçon de l’apôtre. « Ni les anges même, ni les puissances, ni les dominations ne pourront nous distraire de l’amour du Christ » (Rm 8, 38) (7).

Exposé présenté (en condensé) au congrès annuel de la Fraternité Saint-Serge et Saint-Alban (Abingdon, Grande-Bretagne, 1952) et publié dans le Messager de l’exarchat du patriarche russe en Europe occidentale, n° 22 (1955), p. 132-157.

Il n’existe, à ma connaissance, aucune étude un tant soit peu exhaustive du rôle et de la signification des anges et des démons dans la vie spirituelle d’après les écrits des Pères orientaux.

L’article de Joseph Duhr « Les Anges gardiens », dans le Dictionnaire de spiritualité, Paris, Beauchesne, t. I, 1932, p. 580-625, ne traite notre thème de réflexion que de façon incomplète ; voir aussi J. DANIELOU, Les Anges et leur Mission d’après les Pères de l’Église, Éd. de Chevetogne, coll. « Irénikon », n° 5, 1952.

Le recueil Satan (Paris, DDB, coll. « Études carmélitaines », 1948) contient beaucoup d’informations intéressantes, mais l’expérience et l’enseignement des Pères orientaux y sont quasi totalement ignorés, comme c’est souvent le cas dans les travaux des théologiens occidentaux.

Également connu sous le nom de saint Isaac le Syrien. D’après les données historiques qui nous sont parvenues, saint Isaac fut, pendant une courte période, évêque de la ville de Ninive, qui faisait partie de la juridiction nestorienne de l’Église au sein de l’empire perse.

Toute sa vie et ses activités semblent par ailleurs s’être déroulées au sein de cette Église.

L’Église orthodoxe l’a néanmoins toujours vénéré comme saint et a toujours considéré avec beaucoup de respect ses écrits spirituels que l’on ne saurait en aucun cas accuser de « nestorianisme ».

Quant à moi, en aucun cas je n’oserais lui contester sa sainteté, bien que le simple fait de son appartenance (fut-elle formelle) à l’Église nestorienne pose à la pensée théologique orthodoxe de sérieuses questions quant à la nature de l’Église et à la possibilité d’une vie bienheureuse et de la sainteté hors des cadres temporels de cette Église.

Dans cet article je me réfère à l’édition anglaise des écrits de saint Isaac de Ninive, traduits directement de leur original syriaque à l’anglais. Mystic Treatises by Isaac of Nineveh, traduit du texte syriaque de Bedjan par A. J. Wensinck, Amsterdam, Éd. Koninklijke Akademie van Wetenschappen, 1923, 23, 1.

La traduction grecque, faite au Xe siècle au monastère de Saint-Sabbas, est en de nombreux points inexacte, voire tendancieuse (1re éd. de Nikiforos Théotokos, Leipzig, 1770; 2e éd. 1895).

Les traductions slavonnes et russes, quant à elles, ont été faites à partir de la traduction grecque, et non directement du syriaque. Une traduction française (de la version grecque) a été publiée. ISAAC LE SYRIEN, Œuvres spirituelles, DDB, coll. « Théophanie », 1981.

ÉVAGRE LE PONTIQUE, Sur les huit pensées, II, dans Traité pratique ou Le Moine, Paris, Éd. du Cerf, coll. « Sources chrétiennes » n° 171, 1971, p. 599-601.

ISAAC DE NINIVE, Mystic treatises, chap. 65, p. 311.

CYRILLE DE JERUSALEM, Catéchèses mystagogiques, III passim, Paris, Éd. du Cerf, coll. « Sources chrétiennes » n° 126bis, 1988, p. 121-133.

ÉVAGRE, Sur la prière, en 153 chapitres, 112, dans De la prière à la perfection, Paris, Éd. Migne, coll. « Les pères dans la foi », 1992, p. 97.

Le lecteur orthodoxe a l’habitude de voir ce récit attribué à saint Nil du Sinaï, c’est sous ce nom qu’il est publié dans les versions grecque et russe de la Philocalie, ainsi que dans la patrologie de Migne (PG 79, col. 1165-1200).

À l’heure actuelle il est prouvé sans aucun doute possible qu’Évagre est bien l’auteur de ces paroles (Évagre lui-même cite ces chapitres comme étant son œuvre, et c’est sous son nom qu’ils apparaissent dans toutes les traductions syriaques anciennes).

À ce sujet, se reporter à l’étude de J. HAUSHERR. « Le traité de l’oraison d’Évagre le Pontique (Pseudo-Nil) », Revue d’ascétique et de mystique, n° 15 (1934), p. 34-93 et p. 113-170.

La disparition du nom d’Évagre dans les manuscrits grecs (et son remplacement par celui de Nil du Sinaï) s’explique par le fait que certaines œuvres d’Évagre (dont le Traité de l’oraison ne fait pas partie) ont été condamnées par le VIe Concile œcuménique de 553 pour tendances origénistes ; à la suite de quoi, le nom d’Évagre devient suspect aux orthodoxes ; c’est sous le nom de Nil du Sinaï que son Traité de l’oraison a pu rester une des œuvres fondamentales de la patristique orientale en ce qui concerne l’« oraison mentale ».

Le fait qu’Évagre soit l’auteur véritable de ce traité ne fait que conférer plus d’ancienneté encore à ce texte admirable.

Archevêque Basile (Krivochéine)
« Dieu, l’homme , l’Église » Lecture des Pères Par Basile Krivochéine Les Éditions du « CERF »

Préface du Métropolite Hilarion (Alfeyev) de Volokolamsk, président du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou — Traduction du russe de Nikita Krivochéine, Paula et Jacques Minet, Serge Model, Lydia Obolensky — Présentation, révision et notes de Serge Model

 

 

Vendredi de Pâque. Hevorae vendredi

Soirée

    • Saint Jean  20: 18-23 :
  • 18 Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples : « J’ai vu le Seigneur ! », et elle raconta ce qu’il lui avait dit.
  • 19 Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »
  • 20 Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.
  • 21 Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »
  • 22 Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint.
  • 23 À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »
    •  

Matin

    • Saint Matthieu 28  1-11 :
  • 01 Après le sabbat, à l’heure où commençait à poindre le premier jour de la semaine, Marie Madeleine et l’autre Marie vinrent pour regarder le sépulcre.
  • 02 Et voilà qu’il y eut un grand tremblement de terre ; l’ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre et s’assit dessus.
  • 03 Il avait l’aspect de l’éclair, et son vêtement était blanc comme neige.
  • 04 Les gardes, dans la crainte qu’ils éprouvèrent, se mirent à trembler et devinrent comme morts.
  • 05 L’ange prit la parole et dit aux femmes : « Vous, soyez sans crainte ! Je sais que vous cherchez Jésus le Crucifié.
  • 06 Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit. Venez voir l’endroit où il reposait.
  • 07 Puis, vite, allez dire à ses disciples : “Il est ressuscité d’entre les morts, et voici qu’il vous précède en Galilée ; là, vous le verrez.” Voilà ce que j’avais à vous dire. »
  • 08 Vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples.
  • 09 Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui.
  • 10 Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. »
  • 11 Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé.
    •  

Avant le Saint Qurbana

    • Deutéronome 16: 1-8 :
  • 01 Observe le mois des Épis et célèbre la Pâque pour le Seigneur ton Dieu, car c’est au mois des Épis que le Seigneur ton Dieu t’a fait sortir d’Égypte, durant la nuit.
  • 02 Tu feras le sacrifice de la Pâque pour le Seigneur ton Dieu avec du petit et du gros bétail, dans le lieu choisi par le Seigneur ton Dieu pour y faire demeurer son nom.
  • 03 Tu n’y mangeras pas de pain levé ; mais là, pendant sept jours, tu mangeras des pains sans levain – un pain de misère – car c’est en toute hâte que tu es sorti du pays d’Égypte : ceci, pour faire mémoire, tous les jours de ta vie, de ce jour où tu sortis du pays d’Égypte.
  • 04 Pendant sept jours, on ne verra pas chez toi de levain, sur tout ton territoire ; rien de la chair que tu auras sacrifiée le soir du premier jour ne sera conservé jusqu’au lendemain matin.
  • 05 Tu ne pourras pas sacrifier la Pâque dans n’importe laquelle des villes que te donne le Seigneur ton Dieu,
  • 06 mais c’est au lieu choisi par le Seigneur ton Dieu pour y faire demeurer son nom que tu sacrifieras la Pâque, le soir, au coucher du soleil, au moment précis où tu sortis d’Égypte.
  • 07 Tu la feras cuire et tu la mangeras au lieu choisi par le Seigneur ton Dieu, puis tu t’en retourneras au matin, et tu regagneras tes tentes.
  • 08 Pendant six jours, tu mangeras des pains sans levain ; le septième jour, ce sera la clôture de la fête pour le Seigneur ton Dieu, et tu ne feras aucun travail.
    •  
    • Josué 8 30-33 :
  • 30 Josué bâtit un autel au Seigneur, Dieu d’Israël, sur le mont Ébal.
  • 31 Moïse, serviteur du Seigneur, en avait donné l’ordre aux fils d’Israël. En effet, il est écrit dans le livre de la Loi de Moïse : Tu feras un autel de pierres brutes, c’est-à-dire non taillées par le fer. Sur cet autel, ils offrirent au Seigneur des holocaustes et des sacrifices de paix.
  • 32 Là, Josué écrivit sur des pierres une copie de la Loi que Moïse avait écrite en présence des fils d’Israël.
  • 33 En face des prêtres lévites qui portaient l’arche de l’Alliance du Seigneur, tout Israël, ses anciens, ses scribes et ses juges, tous, Israélites de souche et immigrés, se rangèrent de part et d’autre de l’arche, les uns du côté du mont Garizim, les autres du côté du mont Ébal, pour que le peuple d’Israël reçoive d’abord la bénédiction comme Moïse, serviteur du Seigneur, en avait donné l’ordre.
    •  
    • Isaïe 54  1-8
  • 01 Crie de joie, femme stérile, toi qui n’as pas enfanté ; jubile, éclate en cris de joie, toi qui n’as pas connu les douleurs ! Car les fils de la délaissée seront plus nombreux que les fils de l’épouse, – dit le Seigneur.
  • 02 Élargis l’espace de ta tente, déploie sans hésiter la toile de ta demeure, allonge tes cordages, renforce tes piquets !
  • 03 Car tu vas te répandre au nord et au midi. Ta descendance dépossédera les nations, elle peuplera des villes désertées.
  • 04 Ne crains pas, tu ne connaîtras plus la honte ; ne tiens pas compte des outrages, tu n’auras plus à rougir, tu oublieras la honte de ta jeunesse, tu ne te rappelleras plus le déshonneur de ton veuvage.
  • 05 Car ton époux, c’est Celui qui t’a faite, son nom est « Le Seigneur de l’univers ». Ton rédempteur, c’est le Saint d’Israël, il s’appelle « Dieu de toute la terre ».
  • 06 Oui, comme une femme abandonnée, accablée, le Seigneur te rappelle. Est-ce que l’on rejette la femme de sa jeunesse ? – dit ton Dieu.
  • 07 Un court instant, je t’avais abandonnée, mais dans ma grande tendresse, je te ramènerai.
  • 08 Quand ma colère a débordé, un instant, je t’avais caché ma face. Mais dans mon éternelle fidélité, je te montre ma tendresse, – dit le Seigneur, ton rédempteur.
    •  
  • Saint Qurbana :
    • 1ère de St  Pierre 3 17-22 :
  • 17 Mieux vaudrait souffrir en faisant le bien, si telle est la volonté de Dieu, plutôt qu’en faisant le mal.
  • 18 Car le Christ, lui aussi, a souffert pour les péchés, une seule fois, lui, le juste, pour les injustes, afin de vous introduire devant Dieu ; il a été mis à mort dans la chair, mais vivifié dans l’Esprit.
  • 19 C’est en lui qu’il est parti proclamer son message aux esprits qui étaient en captivité.
  • 20 Ceux-ci, jadis, avaient refusé d’obéir, au temps où se prolongeait la patience de Dieu, quand Noé construisit l’arche, dans laquelle un petit nombre, en tout huit personnes, furent sauvées à travers l’eau.
  • 21 C’était une figure du baptême qui vous sauve maintenant : le baptême ne purifie pas de souillures extérieures, mais il est l’engagement envers Dieu d’une conscience droite et il sauve par la résurrection de Jésus Christ,
  • 22 lui qui est à la droite de Dieu, après s’en être allé au ciel, lui à qui sont soumis les anges, ainsi que les Souverainetés et les Puissances.
    •  
    • Hébreux 11  32-40 :
  • 32 Que dire encore ? Le temps me manquerait pour rappeler l’histoire de Gédéon, Barak, Samson, Jephté, David, Samuel et les prophètes.
  • 33 Par leur foi, ils ont conquis des royaumes, pratiqué la justice, obtenu la réalisation de certaines promesses. Ils ont fermé la gueule des lions,
  • 34 éteint la flamme des brasiers, échappé au tranchant de l’épée, retrouvé leurs forces après la maladie, montré du courage à la guerre, mis en fuite des armées étrangères.
  • 35 Des femmes dont les enfants étaient morts les ont retrouvés ressuscités. Mais certains autres ont été torturés et n’ont pas accepté la libération qui leur était proposée, car ils voulaient obtenir une meilleure résurrection.
  • 36 D’autres ont subi l’épreuve des moqueries et des coups de fouet, des chaînes et de la prison.
  • 37 Ils furent lapidés, sciés en deux, massacrés à coups d’épée. Ils allèrent çà et là, vêtus de peaux de moutons ou de toisons de chèvres, manquant de tout, harcelés et maltraités
  • 38 – mais en fait, c’est le monde qui n’était pas digne d’eux ! Ils menaient une vie errante dans les déserts et les montagnes, dans les grottes et les cavernes de la terre.
  • 39 Et, bien que, par leur foi, ils aient tous reçu le témoignage de Dieu, ils n’ont pas obtenu la réalisation de la promesse.
  • 40 En effet, pour nous Dieu avait prévu mieux encore, et il ne voulait pas les mener sans nous à la perfection.
    •  
    • Saint-Marc 9  9-13 :
  • 09 Ils descendirent de la montagne, et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts.
  • 10 Et ils restèrent fermement attachés à cette parole, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d’entre les morts ».
  • 11 Ils l’interrogeaient : « Pourquoi les scribes disent-ils que le prophète Élie doit venir d’abord ? »
  • 12 Jésus leur dit : « Certes, Élie vient d’abord pour remettre toute chose à sa place. Mais alors, pourquoi l’Écriture dit-elle, au sujet du Fils de l’homme, qu’il souffrira beaucoup et sera méprisé ?
  • 13 Eh bien ! je vous le déclare : Élie est déjà venu, et ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu, comme l’Écriture le dit à son sujet. »
    •  

 

 

 

 

Une prière des époux pour avoir un enfant:

 

“Père Céleste,

Je me présente devant toi afin que tu nous accordes la grâce, à mon conjoint et à moi-même, d’avoir un enfant.

Nous croyons que c’est ta volonté que nous puissions être féconds, et que nous formions une famille avec les enfants que tu nous accorderas.

Tu es la source de toute vie et tes oreilles sont attentives à nos prières.

Tu connais les intentions les plus profondes de nos coeurs.

C’est toi qui as mis en nous ce désir de devenir père et mère, au travers de la naissance de notre enfant.

Dans le Christ qui s'est fait mon Frère en prenant mon humaine nature de Marie et par le Saint Esprit,dans le Christ qui s'offre à Toi et me demande de marcher à Sa suite en portant ma croix, je dépose à tes pieds mon stress, mes angoisses, mes peines, mes frustrations et parfois même ma honte.

Toutes ces choses qui me font souffrir parce que nous n’arrivons pas à avoir un enfant.

Tu donnes à nos corps une pleine santé, afin que nous soyons capables de concevoir un enfant.

Merci pour l’union intime que nous partageons mon époux (épouse) et moi, symbole des Noces du Christ et de Son Église.

Père, je prie pour que de cette union un enfant puisse naître. Que notre union soit féconde! Que par l'union de chaque âme à ta divinité,Seigneur, l'Eglise ma mère soit missionnaire et féconde!

Sarah, Rachel, Rebecca, Anne, la maman de Samson ou encore Elisabeth ne pouvaient pas avoir d’enfant, mais tu as fait ce grand miracle dans leur vie.

Ta Parole relate ces histoires extraordinaires afin que je sache de quoi tu es capable, et que ma foi soit encouragée.

Alors oui, je vais garder la foi dans tes promesses et persévérer dans l’espérance d’un miracle.

Père, tu es capable de nous donner un enfant car tu es le même hier, aujourd’hui et éternellement.

Je te remercie parce que tu vas faire de nous des parents joyeux, comblés du bien le plus précieux qu’une famille puisse avoir, un enfant.

Je te demande cette grâce,ô Père, par et dans le nom de ton Fils bien aimé Jésus-Christ notre Seigneur qui vit et règne avec toi et le Saint Esprit, Dieu unique aux siècles des siècles .

Amin.
-----------------------------

A prayer of the spouses to have a child:

"Heavenly Father,

I present myself before you so that you grant us the grace, to my spouse and myself, to have a child.

We believe that it is your will that we can be fruitful, and that we form a family with the children that you will grant us.

You are the source of all life and your ears are attentive to our prayers.

You know the deepest intentions of our hearts.

It is you who have put in us this desire to become a father and a mother, through the birth of our child.

In Christ who made himself my brother by taking my human nature of Mary and by the Holy Spirit, in Christ who offers himself to You and asks me to walk to His suite carrying my cross, I lay at your feet my stress, my anxieties, my sorrows, my frustrations and sometimes even my shame.

All those things that make me suffer because we can not have a child.

You give our bodies full health, so that we are able to conceive a child.

Thank you for the intimate union that we share with my husband and I, a symbol of the Wedding of Christ and His Church.

Father, I pray that from this union a child can be born. May our union be fruitful! That by the union of each soul with your divinity, Lord, the Church my mother be missionary and fruitful!

Sarah, Rachel, Rebecca, Anne, Samson's mother or Elisabeth could not have children, but you did this great miracle in their lives.

Your Word tells these extraordinary stories so that I know what you are capable of, and that my faith is encouraged.

So yes, I will keep faith in your promises and persevere in the hope of a miracle.

Father, you are able to give us a child because you are the same yesterday, today and forever.

I thank you because you will make us happy parents, filled with the most precious good that a family can have, a child.

I ask you this grace, O Father, by and in the name of your beloved Son Jesus Christ our Lord who lives and reigns with you and the Holy Spirit, God only for ever and ever.

Amin.
--------------------------------------

Uma oração dos cônjuges para ter um filho:

"Pai Celestial,

Eu me apresento diante de você para que você nos conceda a graça, a minha esposa e a mim mesmo, para ter um filho.

Acreditamos que é sua vontade que possamos ser frutíferos e que formemos uma família com os filhos que você nos concederá.

Você é a fonte de toda a vida e seus ouvidos estão atentos às nossas orações.

Você conhece as intenções mais profundas de nossos corações.

Foi você quem colocou em nós esse desejo de ser pai e mãe, através do nascimento de nosso filho.

Em Cristo, que se fez meu irmão, tomando a minha natureza humana de Maria e pelo Espírito Santo, em Cristo que se oferece a você e me pede para caminhar até sua suíte carregando minha cruz, eu deito aos seus pés meu estresse, minhas ansiedades, minhas tristezas, minhas frustrações e às vezes até minha vergonha.

Todas essas coisas que me fazem sofrer porque não podemos ter um filho.

Você dá aos nossos corpos saúde plena, para que possamos conceber uma criança.

Obrigado pela união íntima que compartilhamos com meu marido e eu, um símbolo do casamento de Cristo e Sua Igreja.

Pai, eu oro para que desta união uma criança possa nascer. Que nossa união seja frutífera! Que pela união de cada alma com sua divindade, Senhor, a Igreja minha mãe seja missionária e frutífera!

Sarah, Rachel, Rebecca, Anne, a mãe de Samson ou Elisabeth não poderiam ter filhos, mas você fez esse grande milagre em suas vidas.

Sua Palavra conta essas histórias extraordinárias para que eu saiba do que você é capaz e que minha fé seja encorajada.

Então, sim, vou manter a fé em suas promessas e perseverar na esperança de um milagre.

Pai, você é capaz de nos dar um filho porque você é o mesmo ontem, hoje e para sempre.

Agradeço-lhe porque nos tornará pais felizes, cheios do bem mais precioso que uma família pode ter, um filho.

Eu te peço esta graça, ó Pai, por e em nome de seu amado Filho Jesus Cristo, nosso Senhor, que vive e reina com você e com o Espírito Santo, Deus somente para todo o sempre.

Amin.
--------------------------------------------------------------------

صلاة الزوجين لإنجاب طفل:

"الأب السماوي ،

أقدم نفسي أمامك حتى تمنحنا النعمة ، لزوجتي ونفسي ، لإنجاب طفل.

نحن نؤمن بأن إرادتك هي أن نكون مثمرين ، وأننا نشكل عائلة مع الأطفال التي ستمنحنا إياها.

أنت مصدر كل الحياة وآذانك تهتم بصلواتنا.

أنت تعرف أعمق نوايا قلوبنا.

أنت الذي وضعنا هذه الرغبة في أن نصبح أبًا وأمًا ، من خلال ولادة طفلنا.

في المسيح الذي جعل نفسه أخي من خلال أخذ طبيعتي الإنسانية لمريم والروح القدس ، وفي المسيح الذي قدم نفسه لك وطلب مني أن أسير إلى جناحه حاملاً صليبي ، أرقد على قدميك ضغوطي ، قلقي ، أحزاني ، إحباطي ، وأحيانًا عاري.

كل تلك الأشياء التي تجعلني تعاني لأننا لا نستطيع إنجاب طفل.

أنت تعطي أجسادنا الصحة الكاملة ، حتى نتمكن من حمل طفل.

شكرا لك على الاتحاد الحميم الذي نشاركه أنا وزوجي ، رمزًا لحفل زفاف المسيح وكنيسته.

الأب ، أدعو الله أن يولد طفل من هذا الاتحاد. قد يكون اتحادنا مثمرًا! أنه من خلال اتحاد كل روح مع لاهوتك ، يا رب ، الكنيسة تكون أمي مبشرة ومثمرة!

لم تستطع سارة أو راشيل أو ريبيكا أو آن أو والدة سامسون أو إليزابيث إنجاب أطفال ، لكنك فعلت هذه المعجزة العظيمة في حياتهم.

تحكي كلمتك هذه القصص الاستثنائية حتى أعرف ما أنت قادر عليه ، وأنه يتم تشجيع إيماني.

إذن ، نعم ، سأظل واثقًا بوعودك وأثابر على أمل حدوث معجزة.

الأب ، أنت قادر على أن تعطينا طفلاً لأنك أنت نفسه بالأمس واليوم وإلى الأبد.

أشكرك لأنك ستجعلنا آباء سعداء ، ممتلئين بأغلى ما يمكن أن تحصل عليه الأسرة ، طفل.

أسألك هذه النعمة أيها الآب وباسم ابنك الحبيب يسوع المسيح ربنا الذي يعيش ويسود معك والروح القدس ، الله فقط إلى أبد الآبدين.

أمين.

Samedi de Pâque. Hevorae samedi

Soirée

    • Saint-Luc 24  35-45 :
  • 35 Ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.
  • 36 Comme ils en parlaient encore, lui-même fut présent au milieu d’eux, et leur dit : « La paix soit avec vous ! »
  • 37 Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit.
  • 38 Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur ?
  • 39 Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os comme vous constatez que j’en ai. »
  • 40 Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds.
  • 41 Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire, et restaient saisis d’étonnement. Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? »
  • 42 Ils lui présentèrent une part de poisson grillé
  • 43 qu’il prit et mangea devant eux.
  • 44 Puis il leur déclara : « Voici les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. »
  • 45 Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures.
    •  

Matin

    • Saint Mathieu 28  1 – 20 :
  • 01 Après le sabbat, à l’heure où commençait à poindre le premier jour de la semaine, Marie Madeleine et l’autre Marie vinrent pour regarder le sépulcre.
  • 02 Et voilà qu’il y eut un grand tremblement de terre ; l’ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre et s’assit dessus.
  • 03 Il avait l’aspect de l’éclair, et son vêtement était blanc comme neige.
  • 04 Les gardes, dans la crainte qu’ils éprouvèrent, se mirent à trembler et devinrent comme morts.
  • 05 L’ange prit la parole et dit aux femmes : « Vous, soyez sans crainte ! Je sais que vous cherchez Jésus le Crucifié.
  • 06 Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit. Venez voir l’endroit où il reposait.
  • 07 Puis, vite, allez dire à ses disciples : “Il est ressuscité d’entre les morts, et voici qu’il vous précède en Galilée ; là, vous le verrez.” Voilà ce que j’avais à vous dire. »
  • 08 Vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples.
  • 09 Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui.
  • 10 Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. »
  • 11 Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé.
  • 12 Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme
  • 13 en disant : « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.”
  • 14 Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. »
  • 15 Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui.
  • 16 Les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.
  • 17 Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes.
  • 18 Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.
  • 19 Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit,
  • 20 apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »
    •  

Avant de Saint Qurbana

    • Josué 1 5-9 :
  • 05 Personne ne pourra te résister tout au long de ta vie. J’étais avec Moïse, je serai avec toi ; je ne te délaisserai pas, je ne t’abandonnerai pas.
  • 06 Sois fort et courageux, c’est toi qui donneras en héritage à ce peuple le pays que j’avais juré de donner à leurs pères.
  • 07 Quant à toi, sois fort et très courageux, en veillant à agir selon toute la Loi prescrite par Moïse, mon serviteur. Ne t’en écarte ni à droite ni à gauche, pour réussir partout où tu iras.
  • 08 Ce livre de la Loi ne quittera pas tes lèvres ; tu le murmureras jour et nuit, afin que tu veilles à agir selon tout ce qui s’y trouve écrit : alors tu feras prospérer tes entreprises, alors tu réussiras.
  • 09 Ne t’ai-je pas commandé : “Sois fort et courageux !” ? Ne crains pas, ne t’effraie pas, car le Seigneur ton Dieu sera avec toi partout où tu iras. »
    •  
    • Lévitique 25  1 à 7 :
  • 01 Le Seigneur parla à Moïse sur le mont Sinaï et dit :
  • 02 « Parle aux fils d’Israël. Tu leur diras : Lorsque vous entrerez dans le pays que je vous donne, la terre observera un repos sabbatique pour le Seigneur.
  • 03 Pendant six ans tu ensemenceras ton champ, pendant six ans tu tailleras ta vigne, et tu récolteras les produits de la terre.
  • 04 Mais la septième année, ce sera un sabbat, un sabbat solennel pour la terre, un sabbat pour le Seigneur : tu n’ensemenceras pas ton champ, tu ne tailleras pas ta vigne,
  • 05 tu ne moissonneras pas ce qui aura poussé tout seul depuis la dernière moisson, et tu ne vendangeras pas les grappes de ta vigne non taillée ; ce sera une année sabbatique pour la terre.
  • 06 Ce que la terre aura fait pousser pendant ce repos sabbatique, vous vous en nourrirez, toi, ton serviteur, ta servante, et le salarié ou l’hôte qui résident chez toi.
  • 07 Tous ses produits serviront de nourriture à ton bétail et aux bêtes qui sont dans le pays.
    •  
    • Isaïe 44  23-28 :
  • 23 Cieux, criez de joie pour l’action du Seigneur. Acclamez, profondeurs de la terre ! Montagnes, éclatez en cris de joie, vous, forêts, et tous vos arbres ! Car le Seigneur a racheté Jacob, en Israël il manifeste sa splendeur.
  • 24 Ainsi parle le Seigneur, ton rédempteur, celui qui t’a façonné dès le sein maternel : C’est moi, le Seigneur, qui fais toute chose. Seul, j’ai déployé les cieux, j’ai affermi la terre : qui était avec moi ?
  • 25 J’annule les signes des augures, je fais divaguer les devins, je fais reculer les sages et délirer leur savoir.
  • 26 J’accomplis la parole de mon serviteur, je réalise le projet de mes messagers quand je dis de Jérusalem : « Elle sera habitée ! » et des villes de Juda : « Elles seront rebâties ! J’en relèverai les ruines ! »,
  • 27 et quand je dis à l’abîme : « Dessèche-toi ! Je vais tarir tes fleuves » ;
  • 28 de même, quand je dis à Cyrus : « Mon berger », il accomplira tout mon désir ; il dira de Jérusalem : « Elle sera rebâtie ! » et au Temple : « Tu seras rétabli ! »
    •  
  • Saint Qurbana :
    • Actes 26 19-25 :
  • 19 Dès lors, roi Agrippa, je n’ai pas désobéi à cette vision céleste,
  • 20 mais j’ai parlé d’abord aux gens de Damas et à ceux de Jérusalem, puis à tout le pays de Judée et aux nations païennes ; je les exhortais à se convertir et à se tourner vers Dieu, en adoptant un comportement accordé à leur conversion.
  • 21 Voilà pourquoi les Juifs se sont emparés de moi dans le Temple, pour essayer d’en finir avec moi.
  • 22 Fort du secours que j’ai reçu de Dieu, j’ai tenu bon jusqu’à ce jour pour rendre témoignage devant petits et grands. Je n’ai rien dit en dehors de ce que les prophètes et Moïse avaient prédit,
  • 23 à savoir que le Christ, exposé à la souffrance et premier ressuscité d’entre les morts, devait annoncer la lumière à notre peuple et aux nations. »
  • 24 Il en était là de sa défense, quand Festus s’écria : « Tu délires, Paul ! Ta grande érudition te fait délirer ! »
  • 25 Mais Paul répliqua : « Je ne délire pas, Très excellent Festus ! Mais je parle un langage de vérité et de bon sens.
    •  
    • Philippiens 2  1-11 :
  • 01 S’il est vrai que, dans le Christ, on se réconforte les uns les autres, si l’on s’encourage avec amour, si l’on est en communion dans l’Esprit, si l’on a de la tendresse et de la compassion,
  • 02 alors, pour que ma joie soit complète, ayez les mêmes dispositions, le même amour, les mêmes sentiments ; recherchez l’unité.
  • 03 Ne soyez jamais intrigants ni vaniteux, mais ayez assez d’humilité pour estimer les autres supérieurs à vous-mêmes.
  • 04 Que chacun de vous ne soit pas préoccupé de ses propres intérêts ; pensez aussi à ceux des autres.
  • 05 Ayez en vous les dispositions qui sont dans le Christ Jésus : Le Christ Jésus,
  • 06 ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu.
  • 07 Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect,
  • 08 il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix.
  • 09 C’est pourquoi Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom,
  • 10 afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers,
  • 11 et que toute langue proclame : « Jésus Christ est Seigneur » à la gloire de Dieu le Père.
    •  
    • Saint Matthieu 22: 23-33 :
  • 23 Ce jour-là, des sadducéens – ceux qui affirment qu’il n’y a pas de résurrection – s’approchèrent de Jésus et l’interrogèrent :
  • 24 « Maître, Moïse a dit : Si un homme meurt sans avoir d’enfants, le frère de cet homme épousera sa belle-sœur pour susciter une descendance à son frère.
  • 25 Il y avait chez nous sept frères : le premier, qui s’était marié, mourut ; et, comme il n’avait pas de descendance, il laissa sa femme à son frère.
  • 26 Pareillement, le deuxième, puis le troisième, jusqu’au septième,
  • 27 et finalement, après eux tous, la femme mourut.
  • 28 Alors, à la résurrection, duquel des sept sera-t-elle l’épouse, puisque chacun l’a eue pour épouse ? »
  • 29 Jésus leur répondit : « Vous vous égarez, en méconnaissant les Écritures et la puissance de Dieu.
  • 30 À la résurrection, en effet, on ne prend ni femme ni mari, mais on est comme les anges dans le ciel.
  • 31 Et au sujet de la résurrection des morts, n’avez-vous pas lu ce qui vous a été dit par Dieu :
  • 32 Moi, je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob ? Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. »
  • 33 Les foules qui l’avaient entendu étaient frappées par son enseignement.
    •