Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 07:47
« Que votre lumière brille devant les hommes » (Saint Chromace d'Aquilée)

Par Saint Chromace d'Aquilée (?-407), évêque
Homélies sur St. Matthieu, 5 (trad. bréviaire)

« Que votre lumière brille devant les hommes »


Le Seigneur avait appelé ses disciples « sel de la terre » parce qu'ils ont relevé par la saveur de la sagesse céleste les cœurs des hommes affadis par le démon.

Et maintenant il les appelle « lumière du monde » parce que, éclairés par lui, qui est la lumière éternelle et véritable, ils sont devenus à leur tour une lumière dans les ténèbres (Jn 1,5).

Parce qu'il est lui-même le « Soleil de justice » (Ml 3,20), il peut aussi appeler ses disciples « lumière du monde » ; c'est par eux, comme par des rayons étincelants, qu'il déverse la lumière de sa connaissance sur la terre entière.

En effet, ils ont chassé les ténèbres de l'erreur loin du cœur des hommes, en montrant la lumière de la vérité.

Éclairés par eux, nous aussi, de ténèbres que nous étions, nous sommes devenus lumière, comme dit saint Paul :

-« Autrefois, vous n'étiez que ténèbres ; maintenant, dans le Seigneur, vous êtes devenus lumière. Vivez comme des fils de la lumière » (Ep 5,8).

Et encore :

-« Vous n'appartenez pas à la nuit, ni aux ténèbres; vous êtes des fils de la lumière, des fils du jour » (1Th 5,5).

Saint Jean a eu raison d'affirmer dans sa lettre : « Dieu est lumière » ; celui qui demeure en Dieu est dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière (1Jn 1,5-7).

Puisque nous avons la joie d'être libérés des ténèbres de l'erreur nous devons vivre dans la lumière, marcher dans la lumière comme des vrais enfants de la lumière.

Partager cet article
Repost0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Pères de l'Eglise
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 07:43
Saint Anselme d’Aoste (Dit aussi « de Cantorbery »), qui êtes-vous ?

Évêque, Confesseur et Docteur de l'Église

(1034-1109)

Anselme naquit à Aoste, en Piémont, en 1033 ou 1034. Sa pieuse mère Ermengarde lui apprit, de bonne heure, à aimer Dieu et la Très Sainte Vierge ; mais, privé du soutien maternel vers l’âge de quinze ans, poursuivi dans sa vocation religieuse par le père, Gandolfo, mondain et intraitable, il se laissa entraîner par le monde.

Las d’être la victime de son père, il s’enfuit en France, et se fixa comme étudiant à l’abbaye du Bec, en Normandie.

Là il dit à Lafranc, chef de cette célèbre école :

« Trois chemins me sont ouverts : être religieux au Bec, vivre en ermite, ou rester dans le monde pour soulager les pauvres avec mes richesses : parlez, je vous obéis. »

Lafranc se prononça pour la vie religieuse.

Ce jour-là, l’abbaye du Bec fit la plus brillante de ses conquêtes. Anselme avait vingt-sept ans.

Quand bientôt Lafranc prit possession du siège archiépiscopal de Cantorbéry, il fut élu prieur de l’abbaye, malgré toutes ses résistances ; il était déjà non seulement un savant, mais un Saint.

De prieur, il devint abbé, et dut encore accepter par force ce fardeau, dont lui seul se croyait indigne.

Sa vertu croissait avec la grandeur de ses charges.

Le temps que lui laissait libre la conduite du couvent, il le passait dans l’étude de l’Écriture Sainte et la composition d’ouvrages pieux ou philosophiques.

La prière toutefois passait avant tout le reste ; l’aube le retrouvait fréquemment à genoux. Un jour le frère excitateur, allant réveiller ses frères pour le chant des Matines, aperçut dans la salle du chapitre, une vive lumière ; c’était le saint abbé en prière, environné d’une auréole de feu.

Forcé par la voix du Ciel, le roi d’Angleterre, Guillaume, le nomme archevêque de Cantorbéry ; Anselme refuse obstinément ; mais, malgré lui, il est porté en triomphe sur le trône des Pontifes.

Huit mois après, il n’était pas sacré ; c’est qu’il exigeait comme condition la restitution des biens enlevés par le roi à l’Église de Cantorbéry.

Le roi promit mais il manqua à sa parole, et dès lors Anselme, inébranlable dans le maintien de ses droits, ne fut plus qu’un grand persécuté.

Obligé de fuir, il traversa triomphalement la France, et alla visiter le Pape, qui le proclama hautement « héros de doctrine et de vertu ; intrépide dans les combats de la foi. »

Quand Anselme apprit la mort tragique de Guillaume dans une partie de chasse, il s’écria en fondant en larmes :

« Hélas ! J’eusse donné ma vie pour lui épargner cette mort terrible ! »

Anselme put revenir en Angleterre, vivre quelques années en paix sur son siège, et il vit refleurir la religion dans son Église.

Il mourut le 21 avril 1109 à Cantorbéry où il attend la résurrection dans la célèbre cathédrale.

Partager cet article
Repost0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Vie des Saints
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 07:39
Le Pain du Ciel (Baudouin de Ford)

Baudouin de Ford (?-v. 1190), abbé cistercien, puis évêque
Le Sacrement de l'autel III, 2 ; PL 204, 768-769 (trad. Orval ; cf SC 94, p.565)

« C'est mon Père qui vous donne le vrai pain descendu du ciel »


Dieu, dont la nature est bonté, dont la substance est amour, dont toute la vie est bienveillance, voulant nous montrer la douceur de sa nature et la tendresse qu'il a pour ses enfants, a envoyé dans le monde son Fils, le pain des anges (Ps 77,25), « à cause de l'amour extrême dont il nous a aimés » (Ép 2,4).

« Car Dieu a aimé le monde au point de donner son Fils unique » (Jn 3,16).


Telle est la manne véritable que le Seigneur a fait pleuvoir pour qu'on la mange... ; c'est ce que Dieu, dans sa bonté, a préparé pour ses pauvres (Ps 67,9s).

Car le Christ, descendu pour tous les hommes et jusqu'au niveau de chacun, attire tout à lui par sa bonté indicible ; il ne rejette personne et admet tous les hommes à la pénitence.

Il a pour tous ceux qui le reçoivent le goût le plus délicieux.

Lui seul suffit à combler tous les désirs..., et il s'adapte de manière différente aux uns et aux autres, selon les tendances, les désirs et les appétits de chacun...



Chacun goûte en lui une saveur différente...

Car il n'a pas la même saveur pour le pénitent et le commençant, pour celui qui avance et celui qui touche au but.

Il n'a pas le même goût dans la vie active et dans la vie contemplative, ni pour celui qui use de ce monde et pour celui qui n'en use pas, pour le célibataire et l'homme marié, pour celui qui jeûne et fait une distinction entre les jours et pour celui qui les estime tous semblables (Rm 14,5)...

Cette manne a une douce saveur parce qu'elle délivre des soucis, guérit les maladies, adoucit les épreuves, seconde les efforts et affermit l'espérance...

Ceux qui l'ont goûté « ont encore faim » (Eccl 24,29) ; ceux qui ont faim seront rassasiés.

Partager cet article
Repost0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Spiritualité Chrétienne
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 08:20
Mardi 21 AVRIL 2015 Eléments pour méditations :

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 4,1-8.

Mon bien-aimé : je t'adjure devant Dieu et le Christ Jésus, qui doit juger les vivants et les morts, par son avènement et son royaume :
prêche la parole, insiste à temps et à contretemps, reprends, censure, exhorte, avec une entière patience et souci d'instruction.
Car un temps viendra où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine, mais au gré de leurs désirs se donneront une foule de maîtres, l'oreille leur démangeant,
et ils détourneront l'oreille de la vérité pour se tourner vers les fables.
Pour toi, sois sobre en toutes choses, endure la souffrance, fais œuvre de prédicateur de l'Evangile, remplis pleinement ton ministère.
Quant à moi, je suis déjà offert en sacrifice, et le moment de mon départ approche.
J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi :
désormais m'est réservée la couronne de la justice, que m'accordera en ce jour-là le Seigneur, le juste Juge, et non seulement à moi, mais à tous ceux qui auront chéri son apparition.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,13-19.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Vous êtes le sel de la terre. Si le sel s'affadit, avec quoi lui rendra-t-on sa saveur ? Il n'est plus bon qu'à être jeté dehors et foulé aux pieds par les hommes.
Vous êtes la lumière du monde : une ville située au sommet d'une montagne ne peut être cachée.
Et on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison.
Qu'ainsi votre lumière brille devant les hommes, afin que, voyant vos bonnes œuvres, ils glorifient votre Père qui est dans les cieux.
Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes ; je ne suis pas venu abolir, mais parfaire.
Car, je vous le dis en vérité, jusqu'à ce que passent le ciel et la terre, un seul iota ou un seul trait de la Loi ne passera, que tout ne soit accompli.
Celui donc qui aura violé un de ces moindres commandements et appris aux hommes à faire de même sera tenu pour le moindre dans le royaume des cieux ; mais celui qui les aura pratiqués et enseignés sera tenu pour grand dans le royaume des cieux.

Mardi 21 AVRIL 2015 Eléments pour méditations :

Par Saint Chromace d'Aquilée (?-407), évêque
Homélies sur St. Matthieu, 5 (trad. bréviaire)

« Que votre lumière brille devant les hommes »


Le Seigneur avait appelé ses disciples « sel de la terre » parce qu'ils ont relevé par la saveur de la sagesse céleste les cœurs des hommes affadis par le démon.

Et maintenant il les appelle « lumière du monde » parce que, éclairés par lui, qui est la lumière éternelle et véritable, ils sont devenus à leur tour une lumière dans les ténèbres (Jn 1,5).

Parce qu'il est lui-même le « Soleil de justice » (Ml 3,20), il peut aussi appeler ses disciples « lumière du monde » ; c'est par eux, comme par des rayons étincelants, qu'il déverse la lumière de sa connaissance sur la terre entière.

En effet, ils ont chassé les ténèbres de l'erreur loin du cœur des hommes, en montrant la lumière de la vérité.

Éclairés par eux, nous aussi, de ténèbres que nous étions, nous sommes devenus lumière, comme dit saint Paul :

-« Autrefois, vous n'étiez que ténèbres ; maintenant, dans le Seigneur, vous êtes devenus lumière. Vivez comme des fils de la lumière » (Ep 5,8).

Et encore :

-« Vous n'appartenez pas à la nuit, ni aux ténèbres; vous êtes des fils de la lumière, des fils du jour » (1Th 5,5).

Saint Jean a eu raison d'affirmer dans sa lettre : « Dieu est lumière » ; celui qui demeure en Dieu est dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière (1Jn 1,5-7).

Puisque nous avons la joie d'être libérés des ténèbres de l'erreur nous devons vivre dans la lumière, marcher dans la lumière comme des vrais enfants de la lumière.

Mardi 21 AVRIL 2015 Eléments pour méditations :
Mardi 21 AVRIL 2015 Eléments pour méditations :

Saint Anselme d’Aoste (Dit aussi « de Cantorbery »), qui êtes-vous ?

Évêque, Confesseur et Docteur de l'Église

(1034-1109)

Anselme naquit à Aoste, en Piémont, en 1033 ou 1034. Sa pieuse mère Ermengarde lui apprit, de bonne heure, à aimer Dieu et la Très Sainte Vierge ; mais, privé du soutien maternel vers l’âge de quinze ans, poursuivi dans sa vocation religieuse par le père, Gandolfo, mondain et intraitable, il se laissa entraîner par le monde.

Las d’être la victime de son père, il s’enfuit en France, et se fixa comme étudiant à l’abbaye du Bec, en Normandie.

Là il dit à Lafranc, chef de cette célèbre école :

« Trois chemins me sont ouverts : être religieux au Bec, vivre en ermite, ou rester dans le monde pour soulager les pauvres avec mes richesses : parlez, je vous obéis. »

Lafranc se prononça pour la vie religieuse.

Ce jour-là, l’abbaye du Bec fit la plus brillante de ses conquêtes. Anselme avait vingt-sept ans.

Quand bientôt Lafranc prit possession du siège archiépiscopal de Cantorbéry, il fut élu prieur de l’abbaye, malgré toutes ses résistances ; il était déjà non seulement un savant, mais un Saint.

De prieur, il devint abbé, et dut encore accepter par force ce fardeau, dont lui seul se croyait indigne.

Sa vertu croissait avec la grandeur de ses charges.

Le temps que lui laissait libre la conduite du couvent, il le passait dans l’étude de l’Écriture Sainte et la composition d’ouvrages pieux ou philosophiques.

La prière toutefois passait avant tout le reste ; l’aube le retrouvait fréquemment à genoux. Un jour le frère excitateur, allant réveiller ses frères pour le chant des Matines, aperçut dans la salle du chapitre, une vive lumière ; c’était le saint abbé en prière, environné d’une auréole de feu.

Forcé par la voix du Ciel, le roi d’Angleterre, Guillaume, le nomme archevêque de Cantorbéry ; Anselme refuse obstinément ; mais, malgré lui, il est porté en triomphe sur le trône des Pontifes.

Huit mois après, il n’était pas sacré ; c’est qu’il exigeait comme condition la restitution des biens enlevés par le roi à l’Église de Cantorbéry.

Le roi promit mais il manqua à sa parole, et dès lors Anselme, inébranlable dans le maintien de ses droits, ne fut plus qu’un grand persécuté.

Obligé de fuir, il traversa triomphalement la France, et alla visiter le Pape, qui le proclama hautement « héros de doctrine et de vertu ; intrépide dans les combats de la foi. »

Quand Anselme apprit la mort tragique de Guillaume dans une partie de chasse, il s’écria en fondant en larmes :

« Hélas ! J’eusse donné ma vie pour lui épargner cette mort terrible ! »

Anselme put revenir en Angleterre, vivre quelques années en paix sur son siège, et il vit refleurir la religion dans son Église.

Il mourut le 21 avril 1109 à Cantorbéry où il attend la résurrection dans la célèbre cathédrale.

Mardi 21 AVRIL 2015 Eléments pour méditations :

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 6,30-35.

En ce temps-là, la foule dit à Jésus : « Quel signe vas-tu accomplir pour que nous puissions le voir, et te croire ? Quelle œuvre vas-tu faire ?
Au désert, nos pères ont mangé la manne ; comme dit l’Écriture : Il leur a donné à manger le pain venu du ciel. »
Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : ce n’est pas Moïse qui vous a donné le pain venu du ciel ; c’est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel.
Car le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. »
Ils lui dirent alors : « Seigneur, donne-nous toujours de ce pain-là. »
Jésus leur répondit : « Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ; celui qui croit en moi n’aura jamais soif.

Ste Jeanne d’Arc, Qui êtes-vous ?

Née le 6 janvier 1412, à Domrémy, de Jacques d'Arc et d'Isabelle Romée, Jeanne est d'une famille de 5 enfants. Dès l'âge de 13 ans, elle entend les voix de saint Michel, sainte Marguerite et sainte Catherine, alors qu'elle garde ses brebis. La France est alors en partie aux mains des Anglais, alliés des Bourguignons, le Dauphin du Royaume de France, futur Charles VII, n'est que le «roi de Bourges», doutant de sa légitimité.

En mai 1428, les voix de Jeanne lui commandent d'aller trouver le Dauphin Charles, de le faire sacrer à Reims et de l'aider à libérer le Royaume de France de l'occupation anglaise. Dès lors le miracle se produit. Son oncle la conduit chez le sire de Baudricourt, gouverneur de Vaucouleurs. De là, elle se rend à Chinon, où se trouve le Dauphin qu'elle rencontre. Il lui confie sa modeste armée. Le 28 mars, à la demande du Dauphin, elle est examinée par des théologiens à Poitiers qui ne trouvent rien à dire sur son orthodoxie. Elle quitte Blois et délivre Orléans le 8 mai, puis Tours, Loches, Beaugency, Patay. Elle arrive à Auxerre le 1er juillet et entre dans Troyes le 10. La route de Reims est désormais libre ; elle obtient du Dauphin, qu'il s'y fasse couronner le 17 juillet 1429, sous le nom de Charles VII. La France retrouve alors son Roi. Mais la guerre continue. Le 22 juillet, elle prend Soissons, puis Château-Thierry, Coulommiers, Crécy, Provins. Le 29 décembre, elle est anoblie par Charles VII pour les services rendus au Royaume.

Mais sa mission n'est pas terminée, après l'épopée vient le calvaire : le 23 mai 1430, elle est capturée par les Bourguignons à Compiègne qui la livrent le 14 juillet, contre une rançon de 10.000 francs or, à l'évêque de Beauvais, Cauchon, qui la réclame au nom du roi d'Angleterre, car elle a été prise sur son diocèse. Elle est emmenée à Rouen où Cauchon et une quarantaine de clercs, acquis à la cause de l'Angleterre, la condamnent comme :

« menteresse, abuseresse du peuple, blasphémeresse de Dieu, idolâtre, cruelle, dissolue, invocateresse de diables, hérétique et schismatique» au terme d'un procès «le plus infâme qui ait épouvanté les hommes depuis le procès ineffable de Notre Seigneur Jésus-Christ». (Léon Bloy)

Jeanne est brûlée vive sur la place du Vieux-Marché de Rouen le 24 mai 1431 en pressant un crucifix sur son cœur. Les Anglais dispersent son cœur et ses cendres dans la Seine. A la demande de sa famille, son procès est révisé 25 ans plus tard; en 1456, Jeanne est réhabilitée. En 1874, s'ouvre son procès de canonisation. Elle est béatifiée en 1909, par saint Pie X, canonisée en 1920, par Benoît XV, et proclamée patronne secondaire de la France.

« Sainte Jeanne d'Arc tu es morte en criant : « Jésus, Jésus, Jésus, Jésus, Jésus, Jésus ». Six fois, tu crias son nom comme pour le récompenser des cent vingt jours où tu libéras la France.

Jeanne aide-nous à vivre de la liberté de l'Évangile afin que nous ne soyons esclaves de personne et que les peuples, les nations, et toutes les langues proclament que Jésus est Seigneur ! « Prière de Mgr. Aubry (1991)

Extrait du tome 1 du livre des Bannières

Saint Pie X, le 13 décembre 1908, lors de la lecture du décret de Béatification de Jeanne d'Arc, disait à Monseigneur Touchet, évêque d'Orléans :

"Vous devez dire aux Français qu¹ils fassent leurs trésors des Testaments de SAINT REMI, de CHARLEMAGNE, de SAINT LOUIS, qui se résument par ces mots si souvent répétés par l¹Héroïne d¹Orléans : « VIVE LE CHRIST QUI EST ROI DES FRANCS » A ce titre seulement la France est grande parmi les nations. A cette clause, Dieu protégera et la fera libre et glorieuse. A cette condition, on pourra lui appliquer ce qui, dans les Livres saints, est dit d'Israël : Personne ne s'est rencontré qui insulte ce peuple sauf quand il s'éloigne de Dieu".

(Tirés des Actes de S.S. Pie X Tome V p. 205)

L'imposant livre publié sous la direction de Mgr Touchet, évêque d'Orléans, édité après les fêtes de la béatification de Jehanne d'Arc en 1909, confirme ce texte. On découvre à la page 57 une remarque étonnante de cet évêque à propos du comportement de saint Pie X lors de ce discours. A notre connaissance, c'est la seule fois où des témoins tiennent à souligner un tel comportement dans la vie de saint Pie X. Citons Mgr Touchet :

« ...mais il importe peu de notre discours. Ce qui importe à votre attention religieuse, c'est celui que Sa Sainteté daigna nous adresser. Le pape, qui est admirablement éloquent, le prononça d'ailleurs avec une vigueur et une majesté qui ne sortiront jamais de notre mémoire. »

« ...De nos jours, plus que jamais, la force principale des mauvais, c'est la lâcheté et la faiblesse des bons, et tout le nerf du règne de Satan réside dans la mollesse des chrétiens».

...Aussi à votre retour, vénérable frère, vous direz à vos compatriotes que s'ils aiment la France, ils doivent aimer Dieu, aimer la foi, aimer l'Eglise, qui est pour eux tous une mère très tendre, comme elle l'a été de vos pères.

Vous direz qu'ils fassent trésor des testaments de saint Remy, de Charlemagne et de saint Louis, ces testaments qui se résument dans les mots si souvent répétés par l'héroïne d'Orléans : «VIVE LE CHRIST QUI EST ROY DES FRANCS !»

«A CE TITRE SEULEMENT LA FRANCE EST GRANDE PARMI LES NATIONS ; À CETTE CLAUSE DIEU LA PROTÉGERA ET LA FERA LIBRE ET GLORIEUSE ; À CETTE CONDITION ON POURRA LUI APPLIQUER CE QUI, DANS LES LIVRES SAINTS, EST DIT D'ISRAËL : «QUE PERSONNE NE S'EST RENCONTRÉ QUI INSULTÂT À CE PEUPLE, SINON QUAND IL S'EST ÉLOIGNÉ DE DIEU».

«CE N'EST DONC PAS UN RÊVE QUE VOUS AVEZ ÉNONCÉ, VÉNÉRABLE FRÈRE, MAIS UNE RÉALITÉ.

«JE N'AI PAS SEULEMENT L'ESPÉRANCE, J'AI LA CERTITUDE DU PLEIN TRIOMPHE.

« ...Je suis affermi dans cette certitude... par l'intercession de Jehanne d'Arc qui, vivant dans le cœur des Français, répète aussi sans cesse au Ciel la prière : ''Grand Dieu, sauvez la France !»

Nous sommes obligés de remarquer combien saint Pie X avait une connaissance approfondie de la vraie France.

En quatre noms : Remy, Charlemagne, Louis, Jehanne, il montrait quels étaient les vrais et seuls maîtres que nous devions suivre.

Saint Pie X, un an avant, lors du consistoire du 18 décembre 1907 avait déjà dit ces paroles: «Tous les catholiques de France doivent regarder avec affection Reims et Marseille, car, si Marseille reçut le premier germe de la Foi que lui apportait la parole venue du Golgotha, encore toute chaude du sang de Jésus-Christ, Reims vit proclamer solennellement le règne du Christ sur toute la France par le Roi Clovis, qui, ne prêchant que par son exemple, amena les peuples qui le suivaient à répéter d'une seule et même voix : "Nous renonçons aux dieux mortels, et nous sommes prêts à adorer le Dieu immortel prêché par Remy !" C'était une preuve de plus que les peuples sont tels que le veulent leurs gouvernements».

Quand on lit : «Ce n'est pas un rêve, mais une réalité», puisse chaque Français comprendre l'importance d'un tel message. Quand on lit : «Je n'ai pas seulement l'espérance, j'ai la certitude»..., ces mots prononcés par une telle bouche qui, ce jour-là parlait «avec vigueur et majesté, comme le Christ parlait», on sait vraiment qu'elle est la seule marche à suivre pour un chrétien et un Français, qu'elle est la seule vraie démarche politique qui mène au plein triomphe.

Que penser alors des maîtres, des chefs, des restaurateurs, des prétendants, des écrivains, des historiens, des journalistes, des bulletins qui oublient un tel message ? Qu'il est vraiment navrant de voir que l'on veut bien tout essayer, tout suivre, sauf le Christ Roi de France. Ne peut-on les ranger dans le camp de ceux dont le seul drapeau est : "Nous ne voulons pas qu'Il règne sur nous" ? Luc XIX, 14. Car qui n'est pas avec Lui est contre Lui. Tous ceux qui ne veulent pas de "ce titre seulement" : "Vive le Christ qui est Roi des Francs" sont dans l'erreur.

Merci à la Rome enseignante, merci au saint Pape saint Pie X de nous avoir montré "la réalité du plein triomphe". Puissions-nous en être définitivement convaincus. Puissions-nous abandonner toute autre solution. »

Tiré du tome 3 des Œuvres Episcopales, de Mgr TOUCHET cité par le blog : Sur les pas des Saints

Mardi 21 AVRIL 2015 Eléments pour méditations :

Baudouin de Ford (?-v. 1190), abbé cistercien, puis évêque
Le Sacrement de l'autel III, 2 ; PL 204, 768-769 (trad. Orval ; cf SC 94, p.565)

« C'est mon Père qui vous donne le vrai pain descendu du ciel »


Dieu, dont la nature est bonté, dont la substance est amour, dont toute la vie est bienveillance, voulant nous montrer la douceur de sa nature et la tendresse qu'il a pour ses enfants, a envoyé dans le monde son Fils, le pain des anges (Ps 77,25), « à cause de l'amour extrême dont il nous a aimés » (Ép 2,4).

« Car Dieu a aimé le monde au point de donner son Fils unique » (Jn 3,16).


Telle est la manne véritable que le Seigneur a fait pleuvoir pour qu'on la mange... ; c'est ce que Dieu, dans sa bonté, a préparé pour ses pauvres (Ps 67,9s).

Car le Christ, descendu pour tous les hommes et jusqu'au niveau de chacun, attire tout à lui par sa bonté indicible ; il ne rejette personne et admet tous les hommes à la pénitence.

Il a pour tous ceux qui le reçoivent le goût le plus délicieux.

Lui seul suffit à combler tous les désirs..., et il s'adapte de manière différente aux uns et aux autres, selon les tendances, les désirs et les appétits de chacun...



Chacun goûte en lui une saveur différente...

Car il n'a pas la même saveur pour le pénitent et le commençant, pour celui qui avance et celui qui touche au but.

Il n'a pas le même goût dans la vie active et dans la vie contemplative, ni pour celui qui use de ce monde et pour celui qui n'en use pas, pour le célibataire et l'homme marié, pour celui qui jeûne et fait une distinction entre les jours et pour celui qui les estime tous semblables (Rm 14,5)...

Cette manne a une douce saveur parce qu'elle délivre des soucis, guérit les maladies, adoucit les épreuves, seconde les efforts et affermit l'espérance...

Ceux qui l'ont goûté « ont encore faim » (Eccl 24,29) ; ceux qui ont faim seront rassasiés.

Mardi 21 AVRIL 2015 Eléments pour méditations :
Partager cet article
Repost0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 17:45

AGNI PARTHENE en Français

Ô Vierge Pure, Souveraine,
Immaculée mère de Dieu (Deipare)
Réjouis-Toi, Epouse inépousée
Ô Vierge Mère Reine,
Toison couverte de rosée.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.

Plus élevée que les cieux,
plus brillante que le soleil.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.
Ô joie des vierges surpassant les choeurs angéliques.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.

Plus splendide que les cieux,
plus pure que la lumière.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.
Plus sainte que les multitudes des armées célestes.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.


Marie toujours Vierge,
La Souveraine de l'univers.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.
Epouse vierge immaculée
Très sainte Reine toute pure.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.

Marie Epouse Souveraine,
La Source de notre joie.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.
Ô jeune Vierge vénérable,
Très Sainte Mère Impératrice
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.

Plus vénérable que les Chérubins
et combien plus glorieuse
Réjouis-Toi, Epouse inépousée
Que les Séraphins incorporels.
Plus élevée que les Trônes.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.


Réjouis-Toi, chant des Chérubins.
Réjouis-Toi, hymne des Anges.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.
Cantique des Séraphins.
Réjouis -Toi Joie des Archanges.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.

Réjouis-Toi, Paix et Joie.
Réjouis-Toi Port du Salut.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.
Du Verbe sainte Chambre nuptiale,
Fleur d'incorruptibilité.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.

Réjouis-Toi, Paradis des joies
de l'éternelle vie.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.
Réjouis-Toi, Arbre de vie
et source d'immortalité.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.


Je Te prie, ô Souveraine,
je t'invoque maintenant.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.
Je Te supplie, ô Reine du monde,
j'implore Ta grâce.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.


Ô Vierge pure, vénérable,
très sainte Souveraine.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.
Avec ferveur je Te supplie,
ô Temple sanctifié.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.


Secours-moi, délivre-moi
de celui qui me fait la guerre.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.
Et fais de moi un héritier de la vie éternelle.
Réjouis-Toi, Epouse inépousée.

" Ô VIERGE PURE"
Partager cet article
Repost0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 17:39
Qui êtes-vous St Théotime ?

Saint Théotime

Évêque

( 407)

Théotime, élevé parmi les Grecs, se rendit particulièrement célèbre par sa connaissance de la philosophie, d'où lui vint son surnom; mais il rehaussa cette science par la pratique du christianisme.

Converti du paganisme il mena intérieurement une vie pure, s'adonna extérieurement à la mortification et traita son corps avec une extrême rigueur.

Il devint évêque de la petite ville de Tomes en Scythie, sous les empereurs Théodose et Arcade.

Son zèle lui fit traverser le Danube pour aller porter aux Huns la lumière de l'Evangile.

Témoins des prodiges qu'il accomplissait, ces barbares le surnommèrent le « Dieu des Romains »; ils eurent une profonde vénération pour sa vertu.

Il parvint à les rendre humains et sociables de farouches qu'ils étaient, arrêta les courses fréquentes qu'ils faisaient sur le territoire des Scythes soumis à l'empire romain.

Comme il leur faisait parfois de petits présents pour les disposer à recevoir plus volontiers ses instructions, l'un de ces barbares s'imagina qu'il devait être riche et lui tendit un piège pour le voler.

Dans ce but, il avait attaché une corde à son bouclier, mais au moment où il voulut lever la main pour lancer cette corde vers l'évêque, le bras demeura suspendu en l'air sans qu'il pût le remuer.

Pour rompre le lien invisible qui retenait ainsi son bras, le malheureux dut avouer sa faute.

Théotime consentit à prier Dieu pour sa délivrance.


Cet évêque était étroitement uni de sentiments et d'amitié avec saint Jean Chrysostome; il prit courageusement le parti du grand docteur contre Théophile d'Alexandrie et les autres opposants.

Il se trouva au synode de Constantinople que saint Épiphane, évêque de Salamine, avait assemblé pour traiter des écrits d'Origène, sans la participation de Jean Chrysostome; il estima que la procédure d'Épiphane n'était pas conforme aux canons de l'Église et refusa de proscrire sans distinction tous les écrits d'Origène.

Saint Athanase et saint Grégoire de Nysse avaient pensé de même; ainsi pensait également saint Jérôme.

Ce dernier disait fort judicieusement que la bonne doctrine des écrits d'Origène ne pouvait rendre recevable la mauvaise qu'on y remarquait; de la même façon il n'était pas juste de rejeter tout ce qu'Origène avait fait d'utile et de bon sous prétexte qu'il s'y mellait du mauvais.

Partager cet article
Repost0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Vie des Saints
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 17:23
Cri d'un enfant sacrifié sur l'autel de l'égoïsme vers sa Maman.

Chanson des frères Martineau à propos d'un drame quotidien qui détruit l’amour et la vie.

1 – Je n’vous avais rien demandé

Vous les deux apprentis sorciers

Qui avez joué à faire ma vie

Fragile étoile dans la nuit

Premier instant mon premier jour

Conçu de ce surcroit d’amour

Quand, l’un en l’autre vous donnant

M’avez permis d’etre un enfant

Et mon coeur si chaud si petit

A soudain explosé de vie

Dans ce ventre plein de lumière

Où mon silence s’est fait chair

Refrain 1

Je suis le fruit de vos entrailles

A l’aube de mon premier jour

Je suis l’épi de vos semailles

Et le plein chant de vos amours

Je ne suis pas un accident

Je ne suis pas un theorème

Que l’on rejette ou que l’on prend

Je suis le fruit de vos « je t’aime »

2 – Et loin des regards indiscrets

Tout doucement je grandissais

C’est tout ce que j’avais à faire

A l’abri des crocs de l’hiver

Je profitais dans mon enceinte

De vos amoureuses etreintes

Que se prodiguent les amants

Dès que monte en eux le printemps

Fort du miel de votre tendresse

Ivre du vin de vos caresses

Comment pouvais-je imaginer

Que sur un gouffre je dansais ?

3 – Je ne sais ce qui s’est passé

D’un seul coup tout a chaviré

Elle est venue en blouse blanche

Avec sa loi, avec sa science

La mort, la mort m’a arraché

Ecartelé, déchiqueté

Me précipitant dans l’oubli

Comme une honteuse maladie

Mais moi, pourtant je vous aimais

Je n’venais pas vous déranger

J’voulais juste être votre joie

Vous dire un jour : « Maman ! Papa ! »

Dernier refrain :

J’étais le fruit de vos entrailles

Et je le resterai toujours

J’étais l’épi de vos semailles

Et le plein chant de vos amours

Et du Royaume des vivants

Ni accident, ni théorème

Je vous offre dès maintenant

Mon pardon et mes « je vous aime »

Cri d'un enfant sacrifié sur l'autel de l'égoïsme vers sa Maman.
Partager cet article
Repost0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Défense de la Vie
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 17:12
Une nouvelle vidéo de propagande islamiste montre l’assassinat de deux groupes de prisonniers chrétiens éthiopiens, en Libye, ainsi que la destruction de croix et d'églises.(Source: TEAM ALETEIA (749) )

Une nouvelle vidéo de propagande islamiste montre l’assassinat de deux groupes de prisonniers chrétiens éthiopiens, en Libye, ainsi que la destruction de croix et d'églises.(Source: TEAM ALETEIA (749) )

À quand une véritable prise de conscience occidentale du génocide qui se joue sous ses yeux, une opération militaire, une force d’intervention internationale qui mette fin aux exactions commises en Irak comme en Syrie et en Libye par les fanatiques de l’autoproclamé État islamique ? Des fanatiques directement responsables de la mort de milliers de migrants fuyant leur pays mais perdant finalement la vie en tentant de traverser la Méditerranée...


Trente chrétiens assassinés

Cette fois, une nouvelle vidéo de 29 minutes, publiée sur Internet ce dimanche, montre l’assassinat de 30 nouveaux martyrs chrétiens, « fils de la croix de l’Église ennemie d’Éthiopie ». Ces deux groupes d’une quinzaine d'hommes étaient retenus captifs dans l’Est et le Sud de la Libye. Menacés, encore une fois, d’être tués s’ils ne se convertissaient pas à l’islam ou ne payaient pas pour sauver leur vie, tous ont été décapités ou abattus, au terme d’une mise en scène macabre de plus, dont nous ne vous montrerons aucune image.Cette nouvelle vidéo, qui met également en scène les militants islamistes détruisant des églises en Libye et dans les territoires sur leur contrôle, présente de nombreuses ressemblances avec celle publiée en février, montrant la décapitation de 21 chrétiens coptes d’Égypte.

Trente nouveaux martyrs chrétiens assassinés par les islamistes en Lybie
Partager cet article
Repost0
18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 05:22
Dimanche 19  AVRIL 2015. Premier dimanche après le Nouveau Dimanche Lectures pour la Liturgie :

· Saint Qurbana

o Actes 13:26-39 :

  • 26 Vous, frères, les fils de la lignée d’Abraham et ceux parmi vous qui craignent Dieu, c’est à nous que la parole du salut a été envoyée.
  • 27 En effet, les habitants de Jérusalem et leurs chefs ont méconnu Jésus, ainsi que les paroles des prophètes qu’on lit chaque sabbat ; or, en le jugeant, ils les ont accomplies.
  • 28 Sans avoir trouvé en lui aucun motif de condamnation à mort, ils ont demandé à Pilate qu’il soit supprimé.
  • 29 Et, après avoir accompli tout ce qui était écrit de lui, ils l’ont descendu du bois de la croix et mis au tombeau.
  • 30 Mais Dieu l’a ressuscité d’entre les morts.
  • 31 Il est apparu pendant bien des jours à ceux qui étaient montés avec lui de Galilée à Jérusalem, et qui sont maintenant ses témoins devant le peuple.
  • 32 Et nous, nous vous annonçons cette Bonne Nouvelle : la promesse faite à nos pères,
  • 33 Dieu l’a pleinement accomplie pour nous, leurs enfants, en ressuscitant Jésus, comme il est écrit au psaume deux : Tu es mon fils ; moi, aujourd’hui, je t’ai engendré.
  • 34 De fait, Dieu l’a ressuscité des morts sans plus de retour à la condition périssable, comme il l’avait déclaré en disant : Je vous donnerai les réalités saintes promises à David, celles qui sont dignes de foi.
  • 35 C’est pourquoi celui-ci dit dans un autre psaume : Tu donneras à ton fidèle de ne pas voir la corruption.
  • 36 En effet, David, après avoir, pour sa génération, servi le dessein de Dieu, s’endormit dans la mort, fut déposé auprès de ses pères et il a vu la corruption.
  • 37 Mais celui que Dieu a ressuscité n’a pas vu la corruption.
  • 38 Sachez-le donc, frères, grâce à Jésus, le pardon des péchés vous est annoncé ; alors que, par la loi de Moïse, vous ne pouvez pas être délivrés de vos péchés ni devenir justes,
  • 39 par Jésus, tout homme qui croit devient juste.

o

o Ephésien 6: 10-20 :

  • 10 Enfin, puisez votre énergie dans le Seigneur et dans la vigueur de sa force.
  • 11 Revêtez l’équipement de combat donné par Dieu, afin de pouvoir tenir contre les manœuvres du diable.
  • 12 Car nous ne luttons pas contre des êtres de sang et de chair, mais contre les Dominateurs de ce monde de ténèbres, les Principautés, les Souverainetés, les esprits du mal qui sont dans les régions célestes.
  • 13 Pour cela, prenez l’équipement de combat donné par Dieu ; ainsi, vous pourrez résister quand viendra le jour du malheur, et tout mettre en œuvre pour tenir bon.
  • 14 Oui, tenez bon, ayant autour des reins le ceinturon de la vérité, portant la cuirasse de la justice,
  • 15 les pieds chaussés de l’ardeur à annoncer l’Évangile de la paix,
  • 16 et ne quittant jamais le bouclier de la foi, qui vous permettra d’éteindre toutes les flèches enflammées du Mauvais.
  • 17 Prenez le casque du salut et le glaive de l’Esprit, c’est-à-dire la parole de Dieu.
  • 18 En toute circonstance, que l’Esprit vous donne de prier et de supplier : restez éveillés, soyez assidus à la supplication pour tous les fidèles.
  • 19 Priez aussi pour moi : qu’une parole juste me soit donnée quand j’ouvre la bouche pour faire connaître avec assurance le mystère de l’Évangile
  • 20 dont je suis l’ambassadeur, dans mes chaînes. Priez donc afin que je trouve dans l’Évangile pleine assurance pour parler comme je le dois.

o

o Saint-Jean 21: 1 – 14 :

  • 01 Après cela, Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade, et voici comment.
  • 02 Il y avait là, ensemble, Simon-Pierre, avec Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), Nathanaël, de Cana de Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres de ses disciples.
  • 03 Simon-Pierre leur dit : « Je m’en vais à la pêche. » Ils lui répondent : « Nous aussi, nous allons avec toi. » Ils partirent et montèrent dans la barque ; or, cette nuit-là, ils ne prirent rien.
  • 04 Au lever du jour, Jésus se tenait sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c’était lui.
  • 05 Jésus leur dit : « Les enfants, auriez-vous quelque chose à manger ? » Ils lui répondirent : « Non. »
  • 06 Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n’arrivaient pas à le tirer, tellement il y avait de poissons.
  • 07 Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur ! » Quand Simon-Pierre entendit que c’était le Seigneur, il passa un vêtement, car il n’avait rien sur lui, et il se jeta à l’eau.
  • 08 Les autres disciples arrivèrent en barque, traînant le filet plein de poissons ; la terre n’était qu’à une centaine de mètres.
  • 09 Une fois descendus à terre, ils aperçoivent, disposé là, un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain.
  • 10 Jésus leur dit : « Apportez donc de ces poissons que vous venez de prendre. »
  • 11 Simon-Pierre remonta et tira jusqu’à terre le filet plein de gros poissons : il y en avait cent cinquante-trois. Et, malgré cette quantité, le filet ne s’était pas déchiré.
  • 12 Jésus leur dit alors : « Venez manger. » Aucun des disciples n’osait lui demander : « Qui es-tu ? » Ils savaient que c’était le Seigneur.
  • 13 Jésus s’approche ; il prend le pain et le leur donne ; et de même pour le poisson.
  • 14 C’était la troisième fois que Jésus ressuscité d’entre les morts se manifestait à ses disciples.

o

Dimanche 19  AVRIL 2015. Premier dimanche après le Nouveau Dimanche Lectures pour la Liturgie :
Partager cet article
Repost0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 05:11
Samedi 18 AVRIL 2015: Éléments de méditation :

Samedi 18 AVRIL 2015:

Éléments de méditation :

Livre de l'Ecclésiastique 24,9-12.

Dès le commencement et avant tous les siècles il m'a créée, et je ne cesserai pas d'être jusqu'à l'éternité.
J'ai exercé le ministère devant lui dans le saint tabernacle, et ainsi j'ai eu une demeure fixe en Sion.
De même, il m'a fait reposer dans la cité bien-aimée, et dans Jérusalem est le siège de mon empire.
J'ai poussé mes racines dans le peuple glorifié, dans la portion du Seigneur, dans son héritage.


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 19,25-27.

En ce temps-là, près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie-Madeleine.
Jésus ayant vu sa mère, et auprès d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère : "Femme, voilà votre fils."
Ensuite il dit au disciple : "Voilà votre mère." Et depuis cette heure-là, le disciple la prit chez lui.



Saint Bonaventure (1221-1274), franciscain, docteur de l'Église Latine
Les sept dons du Saint Esprit, conférence VI, 15-21 (trad. Orval)

« Voici ta mère »


La glorieuse Vierge a payé notre rançon en femme courageuse et aimante d'un amour de compassion pour le Christ. Il est dit dans l'évangile de saint Jean : « La femme, lorsqu'elle enfante, a de la tristesse parce que son heure est venue » (16,21). La bienheureuse Vierge n'a pas éprouvé les douleurs qui précèdent l'enfantement, parce qu'elle n'a pas conçu à la suite du péché comme Ève contre qui la malédiction a été portée ; sa douleur, elle l'a eue après : elle a enfanté à la croix. Les autres femmes connaissent la douleur du corps, elle a éprouvé celle du cœur. Les autres souffrent d'une altération physique ; elle, de compassion et de charité.

La bienheureuse Vierge a payé notre rançon en femme courageuse et aimante d'un amour de miséricorde pour le monde, et surtout pour le peuple chrétien. « Une femme peut-elle oublier son nourrisson et être sans pitié pour le fruit de ses entrailles ? » (Is 49,15) Ceci peut nous faire comprendre que le peuple chrétien tout entier est issu des entrailles de la glorieuse Vierge. Quelle Mère aimante nous avons ! Modelons-nous sur notre Mère et suivons-la dans son amour. Elle a eu compassion des âmes à tel point qu'elle a compté pour rien toute perte matérielle et toute souffrance physique. « Nous avons été rachetés d'un grand prix ! » (1Co 6,20)



Quoi de neuf sur le Linceul ?

par Dominique Daguet

Le pape François a décidé d’une nouvelle ostension du 19 avril au 15 juin 2015. Pendant deux mois, Turin sera donc la proie de pèlerins venus afin d’être admis à passer des instants trop brefs devant le Linceul de Jésus, document archi-étudié mais dont on continue de dire à son sujet aussi bien le mensonge que le vrai, le doute que la certitude ! Le vrai cependant est que cette étoffe est authentique — ainsi que l’image qu’elle porte : elle ne peut être « que » le dernier vêtement du Christ entre l’heure de sa mort et celle de sa résurrection.

Ils seront à nouveau une multitude à vouloir contempler l’image de ce « Visage du Fils de l’Homme » tel qu’Il nous l’a Lui-même légué en un autoportrait fulgurant ; à essayer de percevoir ce qu’enseignent les deux silhouettes, celle vue de face et celle vue de dos, qui témoignent à la perfection des douleurs, des souffrances de la Passion ; en somme, à se laisser pénétrer par ce qui leur paraîtra à la fois incompréhensible, mystérieux et surtout profondément surprenant car les plaies, répandues partout et très visiblement, montrent comment ce corps, de son vivant, a été a été traité comme on ne maltraite pas une bête.

Ce linceul fut enfoui dans le tombeau donné par Joseph d’Arimathie à Jésus, son Ami et son Maître, puis tiré de la nuit, une fois la résurrection reconnue : alors se révéla l’image directement écrite sur ce tissu de lin par le seul corps du Crucifié, non par une main étrangère. Elle fut, dès les premiers siècles, dite « acheiropoïète », soit « non-faite de mains d’homme », puis tétradiplon, soit pliée deux fois en quatre, encore Mandylion, mot grec venu de mandil, mot arabe signifiant « serviette » : c’était au temps d’Édesse [1]. où ne se voyait que le Visage enfermé dans le reliquaire d’Abgar le Grand, du IIe au Xe siècle.

Aujourd’hui, il faut rejeter le conditionnel. Ce qui est su concernant ce Témoin dépasse certes l’entendement humain, mais pas au point de ne pouvoir que se taire : quand je médite, devant parfois des centaines de jeunes, des centaines d’adultes, sur la Passion de Notre Sauveur selon le Linceul, je parcours le récit de saint Jean admirablement complété par ce que révèle l’empreinte toujours inexplicable de ce corps à ce point ravagé que le souffle des auditeurs s’arrête, que les larmes viennent ponctuer ce dont l’humanité, tout au long des siècles, ne se doutait point. Qui éclaire ce que fut l’extrême détermination du Christ avant sa mort, inébranlable dans sa résolution d’affronter l’épouvante d’une telle mort afin de nous en guérir.

Si peu de temps donné à chacun de ces visiteurs innombrables et chacun unique, venu parfois de fort loin, l’un quelque peu dilettante, sceptique, l’autre déjà en adoration… Ils forment une longue procession pour enfin découvrir lentement, plissant leurs paupières pour mieux distinguer ce qui est si ténu, presque invisible d’abord, puis dévoilant ces deux images si douces qui rendent supportable l’absolument intolérable.

Ce que chacun verra, en un temps si court, il lui faudra ensuite le méditer — à moins qu’il se soit déjà préparé avec l’un ou l’autre de ceux qui ont consacré nombre d’heures à interroger cet « évangile selon le corps de Jésus » comme j’aime à le nommer, ou bien à lire l’un ou l’autre des livres sérieux publiés chez deux ou trois éditeurs [2]. Il abordera l’« examen » du document que saint Jean-Paul II avait nommé « Relique des reliques » : d’abord en regardant avec attention la « figure » [3] vue de face : il commencera donc par découvrir le pied « coupé » qu’un empereur de Constantinople du XIe siècle a ainsi mutilé, s’étant taillé un scapulaire censé le rendre invincible sur les champs de bataille… Reste, par bonheur, la flaque de sang jailli du seul clou qui fut nécessaire pour fixer les deux pieds au « stipes » [4]., puis il verra les jambes tenues fléchies [5] au moment de l’enclouage et restées telles du fait de la rigidité cadavérique survenue sur la croix : marquées, si bas, par quelques-uns des coups de la flagellation… Il s’étonnera devant les dégâts causés par les deux billes de plomb fixées au bout de chacune des dures lanières de cuir, deux par fouet : l’on voit chaque sillon de sang imprimé par ces lanières, chaque trou creusé par ces haltères, instruments de la plus sauvage cruauté.

L’on compte entre cent et cent vingt de ces plaies tout le long du corps, de la chevelure jusqu’aux chevilles, que ce soit sur la figure de face ou celle de dos, ce qui oblige à penser que le supplicié aurait dû mourir sous cette avalanche impensable, en rien le simple « châtiment » annoncé par Pilate, comptant seulement vingt-cinq coups : là est la « preuve » que Jésus n’avait pas encore été condamné à la crucifixion.

Puis le pèlerin s’attardera devant les mains « à quatre doigts » : dont l’une recouvre l’autre, percée d’un clou de huit millimètres de diamètre dans le poignet. Clou trop gros pour le passage réduit dit de Destot : d’où un frottement très douloureux contre les nerfs carpiens, et, conséquence de ce type d’enclouage, repliement ou rétraction des pouces sous les paumes… Il devra se rendre compte que les bras de Jésus n’ont pas pu être étendus le long du corps : Joseph et Nicodème auraient dû forcer les coudes au risque de les briser. De plus, cette disposition des mains, ainsi posées sur son ventre, formait comme un bienvenu vêtement de pudeur. Cette position des bras sur l’empreinte du corps indique avec grande vraisemblance que Jésus ne fut pas crucifié les bras étendus mais disposés comme s’Il allait enlacer chacun de nous venant à Lui : cette image se voit en Allemagne, qui reproduit l’apparition du Crucifié devant saint Bernard [6]. En outre, une corde devait être nouée sous les aisselles, ce qu’avait aperçu l’abbé Paul de Gail [7], afin d’empêcher qu’il ne soit projeté en avant, ce qui aurait provoqué une asphyxie en trois à quatre minutes. Les Romains tenaient à ce que le supplice durât le plus longtemps possible : d’où la réflexion de Pilate, surpris d’une mort si rapide… Ce long temps d’agonie en effet faisait partie intégrante du châtiment !

Le cadavre de Jésus est donc resté dans son Linceul ainsi figé par la rigidité cadavérique qui, sur la croix, commença par les pieds, tétanisation très douloureuse qui monta peu à peu le long des jambes puis s’empara du ventre, de la poitrine et enfin atteignit le cou et la tête juste un très court moment avant la mort, ce que suggère saint Jean et que démontre l’empreinte. Le pèlerin se rendra compte que Jésus fut enseveli sans vêtements : tels devaient l’être les condamnés à la crucifixion. Il fallait en effet qu’ils comprennent n’être plus que des bêtes, interdits de rejoindre le « séjour des morts », condamnation à deux peines, de ce côté du temps comme de son au-delà ! Humiliation absolue ! Rejet comme d’un déchet ! Nus également et non lavés devaient rester les cadavres ensanglantés selon le règlement du Temple : le sang devait adhérer à la peau afin d’être bien enseveli : chez les Juifs, l’âme de l’être humain avait pour siège le sang, d’où cette consécration en deux temps par le Christ au soir du Jeudi Saint…

Le témoin arrivera devant l’empreinte de la poitrine, sa partie haute invisible à cause de la tête qui tomba en avant peu avant la mort au point que le menton touchait la cage thoracique selon un angle d’environ 70° : indice de rigidité cadavérique permanente puisque Jésus ressuscita moins de 40 heures après sa mort [8]. C’est pourquoi la silhouette vue de face semble donner à voir sa poitrine plus courte que son dos, la bouche se retrouvant un peu au-dessous des épaules [9].

Coups nombreux sur la poitrine [10], mais moins que sur le dos. Cent à cent vingt tout le long du corps, de la chevelure jusqu’aux chevilles, ce à quoi il conviendra d’ajouter entre dix à vingt autres coups d’abord sur le haut de la poitrine, resté vide d’empreinte du fait que le tissu, épousant la forme de la tête, n’a pu que retomber au-delà du menton alors en contact direct avec le haut de la cage thoracique ; ensuite sur le bras… brûlés en 1532 à Chambéry : ce qui oblige à ajouter encore une dizaine de nouveaux coups non comptabilisés. Le flagellé aurait dû mourir au moins dix fois de ces coups, preuve manifeste qu’Il n’avait pas encore été condamné à la crucifixion. Indice également que Jésus a voulu rester en vie jusqu’au moment où il pourrait enfin dire : « Tout est accompli », sursaut de joie pour avoir, au Jardin du Pressoir à Olives [11], promis à son Père « de faire sa volonté ».

Remarquer les coups de fouets à billes de plomb : l’on compte les trous creusés de trois à six millimètres de profondeur, autant de sources de sang ! Par elles s’en écoulent sur le sol au moins deux litres, si bien que les reins vont s’arrêter de fonctionner, eux qui régulent le rythme cardiaque, pour laisser la circulation être orientée vers le cerveau. Mais il faut se souvenir que la sueur de sang a fait couler elle aussi le sang « à grosses gouttes » comme l’indique saint Luc, sans oublier que l’enclouage en fera encore disparaître sur le sol… et que l’hémothorax [12] provoqué par la flagellation retira de la circulation une quantité appréciable du peu qui restait de sang…

La lente progression du pèlerin le fait arriver enfin à la hauteur du visage de Jésus : à cet instant précis l’un de mes amis, en ce temps-là chrétien de façade — c’était en 1978 —, leva soudainement sa main comme pour le désigner et déclara à haute voix : « C’est Lui ! ». Dès cet instant et pour toujours il redevint chrétien fervent. On se doute que des conversions multiples mais pour la plupart inconnues se sont produites lors des ostensions… puisque dans l’exposition que je fais pèleriner au nom de l’association (l’ALIAS [13]), j’ai eu connaissance de plusieurs cas remarquables : mais évidemment bien d’autres ont dû se produire que je n’avais pas à connaître. Il ne s’agissait pourtant que de reproductions ; lorsque je fis part de ces faits au cardinal Lustiger, il me dit, levant sa main droite : « Là est le Signe ! »

Sainte-Face sans pareille qui reçut injures, insultes, crachats et dépilation de barbe de la part des sanhédrinites alors qu’ils ne firent qu’obéir aux prescriptions de leur règlement une fois que, par eux, fut pour blasphème condamné le Juste : car ce jugement réservait pour ce seul crime ces tortures infâmes : le prophète Isaïe les avait déjà énumérées en écrivant le si profond récit du « Serviteur souffrant », sans oublier l’arrachage de barbe [14] dont se devinent les emplacements sur la Sainte-Face : il est la preuve que c’est bien pour blasphème que Jésus le Christ, Fils du Dieu vivant, fut condamné, Lui tout amour filial comme fut tout amour paternel Celui qui dut, dans le silence, contempler l’horreur de ce que toute l’humanité avait réservée à son Envoyé.

Oui, combien le pèlerin aimerait que le temps s’arrêtât : qu’il puisse au moins regarder ces yeux fermés qui, depuis deux mille ans, voient plus profond que s’ils étaient ouverts ; qu’il puisse observer, de la barbe jusqu’au front, les traces des coups de poing et de bâton, les tuméfactions qui déformèrent ses traits, les écoulements de sang dus aux épines de 4 à 6 centimètres de la couronne tressée avec des branches d’acacia et dont les pointes, très aiguës, n’ont pu que s’enfoncer sous les coups de bâtons. Je me suis toujours interrogé sur le peu de considération que l’on accorde trop souvent à ce supplice, assurément une épouvante, et dont Jésus, que certains voient se reposer un peu, assis sur un trône de fortune, ne put qu’en frémir en tout son corps.

Le pèlerin sait que, dans les écoulements de sang dus aux coups de fouets, aux clous, aux épines, fut découvert un taux exceptionnel de bilirubine, alors marqueur de la « sueur de sang », dont la définition médicale insiste sur le fait qu’elle est le « symptôme d’une souffrance absolument intolérable » ; dans les cheveux, là où furent enfoncées les épines, des traces d’un produit huileux furent décelées, restes émouvants du nard, parfum précieux, versé sur les pieds et la tête de Jésus par Marie de Béthanie, geste d’amour dont le Sauveur fit valoir qu’il accomplissait ainsi le rite de son ensevelissement. Puis le pèlerin parvient enfin devant la silhouette vue de dos et il s’alarme, découvrant le nombre de piqûres d’épines, d’abord constatées sur le Visage, le front ; l’incroyable résille des coups de fouet ; le si long écoulement de sang post mortem qui marque la taille. Il constate à nouveau, par-dessous les jambes, le fléchissement repéré au départ. Enfin, il remarque le trou dit de Mérat qui fut creusé par le seul clou par quoi furent attachés ensemble les deux pieds. Ce clou est tel un épieu carré d’un centimètre de côté : l’écoulement de sang apparaît considérable par ce qu’il en reste sous la voûte plantaire.

Un seul clou : l’un des pieds passe sous l’autre. Le fait semble anodin, mais l’on sait que les condamnés à la croix par enclouage réagissaient violemment en donnant de terribles coups de pieds… Les bourreaux, le plus souvent en couple, employaient une technique particulière dans de tels cas : l’un s’asseyait sur une des jambes, le second clouait la cheville sur le côté (et non sur le devant) du stipes, etc. Mais Jésus démontre, par ce seul clou utilisé, son absolue détermination : on pourrait se dire qu’Il se refuse à gêner l’action de ses bourreaux, auxquels Il pardonne, eux qui « ne savent pas ce qu’ils font », mais nous supputons qu’Il contrôle tout son corps à chaque étape de sa Passion.

Alors, le pèlerin, revenant en pensée à la sueur de sang connue à Gethsémani, peut se poser la question à jamais reprise : pourquoi ? Fallait-il vraiment traverser ces faisceaux d’épouvantes pour que nous prenions conscience de ce qu’est ce péché nôtre dont Jésus en ce « pressoir mystique » connut sa monstruosité, en cette solitude effrayante où même le Père ne pouvait intervenir et où Il se retrouva seul trois fois, en un crescendo de tentations qui toutes visaient à le détourner de sa promesse ? L’être humain ne peut voir ce que Dieu perçoit : sauf l’homme parfait qu’endosse le Verbe éternel.

Le Linceul est signe ou indice de ce que fait le Christ : si, à bout d’arguments, les scientifiques finissent par indiquer l’espèce de situation qui a dû régner à l’intérieur du tissu qui « enveloppait » son cadavre pour obtenir ce qu’on constate, ils ne peuvent aller au bout de ce désir qui les porte, seulement dire l’impossible « dématérialisation », seul concept pourtant à pouvoir rendre compte des « impossibilités » détectées, hors de toute explication scientifique possible. Et le pèlerin comprend, dans cette foi qui l’a poussé à venir jusqu’en ce sanctuaire où s’expose le Linceul, que ce ne peut être qu’au moment où Jésus revient de sa visite auprès des Justes qui l’attendaient depuis toujours au sein du Shéol qu’Il se saisit de son cadavre et s’en revêt, alors rendu à l’état de « corps glorieux » ou « corps spirituel », expressions soufflées par l’Esprit Saint à l’apôtre saint Paul.

J’entends souvent mes auditeurs dire qu’en vérité le Linceul est en lui-même un véritable catéchisme, expert en ce qui concerne aussi bien la Passion du Christ que sa résurrection : ce que je crois depuis très longtemps. Mon étonnement s’accroît d’année en année quand je constate qu’existe toujours le doute, chez presque tous les journalistes de France, si souvent totalement ignorants de ce dossier, chez trop de prêtres et d’évêques, eux aussi n’ayant presque rien lu sur ce Témoin irréfutable : doute qu’a infusé dans le monde entier la datation par le 14C, vieillerie déjà de trente-sept ans, comme si personne n’avait repris les travaux, évacué les arguments des carbonistes en découvrant son inaptitude à « dater de vieux tissus ayant beaucoup vécu ». Comme si la présence des empreintes d’une moitié de monnaie de l’an 29 frappée par Pilate et d’une autre pièce de l’an 30, elle aussi frappée par le Préfet de Jérusalem, qui le fut de l’an 26 à l’an 36, ne suffisait pas à satisfaire notre curiosité d’historiens désireux de tout dater ! Comme si les quatre impossibilités majeures reconnues par le collège des sindonologues [15] ne suffisaient pas à évacuer n’importe quel doute sur l’authenticité :

1/ sang absolument intact (jamais vu dans un tel contexte) ;

2/ images du corps non en « développé » alors que le drap l’a bien « enveloppé » (ce qui est normalement inconcevable) ;

3/ totale correspondance entre ce linge et le texte de saint Jean (en archéologie, les cor­res­pondances s’accompagnent toujours de divergences) ;

4/ couleur foncée et couleur claire en aplats, plus plages en dégradé relevant d’une sorte de photogravure : toutes les fibrilles sont touchées par la couleur mais dans les zone foncées elles sont très nombreuses à l’être, moins dans les zones plus claires ; quant aux plages en dégradé on constate une diminution régulière de ce nombre (la nature travaille autrement). Elles rendent l’existence du document incompréhensible ! Comme si l’indice de la résurrection fourni par le concept de dématérialisation ne portait pas le coup de grâce à nos hésitations, aux lenteurs de nos neurones, lui qui oriente notre esprit vers cette résurrection sans pour autant nous contraindre !

Au milieu du mois d’avril, je serai une huitaine de jours dans une paroisse de Bayonne à faire tenir au Linceul une place centrale dans les enseignements de cette « mission paroissiale » où je suis convié : sachant d’avance que beaucoup des paroissiens présents verront s’augmenter leur foi en l’œuvre accomplie par Jésus, s’augmenter leur amour, dynamiser leur confiance en Notre Seigneur Ressuscité. Parce que l’Esprit Saint ne peut manquer de se servir de cette sorte de « bande dessinée » qui, en deux silhouettes presque invisibles, restaure nos convictions et redresse notre détermination à témoigner de notre Salut.

Pour réserver :

http://www.sindone.org/saint_suaire...

http://www.piemonteitalia.eu/prenot...

Notes

[1] Ville située à l’emplacement d’Urfa, en Turquie anatolienne

[2] Je n’excepterai pas le mien, Le Linceul de Jésus de Nazareth, cinquième évangile ? que l’on peut se procurer à l’ANDAS (parvisdesalliances@gmail.com), au prix de 26,50 €, franco de port, car l’action que mène l’association « Action Linceul – Action spirituelle » n’est rendue possible que par cette vente.

[3] C’est-à-dire le corps tout entier.

[4] Stipes est le nom romain du poteau vertical, comme patibulum est celui de la poutre horizontale

[5] Lors de l’enclouage, les jambes étaient fléchies du fait que les pieds étaient cloués « à plat » sur le bois, donc, croix levée, fixés à la verticale.

[6] Christ de la vision de St Bernard, XVe siècle, cathédrale de Würzburg en Allemagne.

[7] Paul de Gail, s.j., Jésus-Christ révélé par son Linceul, éd. Téqui. Il avait bien vu à la fois la position en forme de W et le soutien sous les aisselles : il fit d’ailleurs exécuter une statue reproduisant ces deux détails.

[8] La rigidité d’un tel crucifié pouvait durer jusqu’à plus de 60 heures.

[9] Mesurer à partir de la taille que souligne l’écoulement de sang issu du coup de lance aussi bien par devant que par derrière : l’on voit alors que la bouche du Crucifié se trouve quasi à la hauteur du nez.

[10] Un coup égale une lanière avec son haltère de plomb, soit plus de soixante coups étalés sur environ, pure supputation, quelques dix à quinze secondes entre chacun. On peut penser que ce supplice a duré entre dix et quinze minutes.

[11] « Pressoir à Olives » : ce que signifie le mot Gethsémani.

[12] Un hémothorax est un épanchement de sang dans la cavité pleurale. Sa cause est la plupart du temps traumatique, ce que fut la flagellation, qui ajouta une inflammation aiguë de la plèvre.

[13] ALIAS : Action Linceul – Action Spirituelle. On peut aider par divers moyens cette association, pour qu’elle expédie en divers lieux des reproductions de l’exposition originale.

[14] Sur la barbe de Jésus se discernent en taches légèrement plus blanches deux emplacements, dont l’un fit croire aux Grecs des premiers siècles qu’Il avait une barbe bifide : ce qui n’est pas possible vu sa forme arrondie et son décalage vers la gauche du visage.

[15] On nomme sindonologues les savants travaillant sur le Linceul qui, en Italie, porte le nom de Sindone…

« N'aie peur de rien, sois fidèle jusqu'à la fin »

Sainte Faustine Kowalska est une religieuse de Cracovie (Pologne) dite ‘Apôtre de la Miséricorde Divine’. Elle est née en 1905 et décédée en 1938. Elle rapporte dans son Petit Journal une vingtaine d'apparitions de la Vierge, en plus d'une trentaine de visions du Christ, d'anges et de défunts.

Ainsi le 25 mars 1936 : « Soudain je vis la Mère de Dieu qui me dit : "J'ai donné au monde le Sauveur. Et toi, tu dois parler au monde de Sa miséricorde et préparer le monde à la seconde venue de Celui qui viendra, non comme Sauveur Miséricordieux, mais comme Juste Juge (...). N'aie peur de rien, sois fidèle jusqu'à la fin." » (Journal, 635).

Ou quelques mois plus tard: « Je la vis si belle que les mots me manquent pour décrire cette beauté, même en partie. Elle était toute blanche, ceinte d'une écharpe bleue, le manteau bleu aussi, une couronne sur la tête. De toute sa personne rayonnait une lumière inconcevable : "Je suis la Reine du Ciel et de la Terre, mais surtout votre Mère." Elle me serra contre son Cœur et dit : "J'ai compassion de toi". » (Journal, 804).

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 6,16-21.

Le soir venu, les disciples de Jésus descendirent jusqu’à la mer.
Ils s’embarquèrent pour gagner Capharnaüm, sur l’autre rive. C’était déjà les ténèbres, et Jésus n’avait pas encore rejoint les disciples.
Un grand vent soufflait, et la mer était agitée.
Les disciples avaient ramé sur une distance de vingt-cinq ou trente stades (c’est-à-dire environ cinq mille mètres), lorsqu’ils virent Jésus qui marchait sur la meret se rapprochait de la barque. Alors, ils furent saisis de peur.
Mais il leur dit : « C’est moi. N’ayez plus peur. »
Les disciples voulaient le prendre dans la barque ; aussitôt, la barque toucha terre là où ils se rendaient.

Prière « de Pierre et des autres apôtres »
Papyrus de l'Eglise primitive (trad. Prières des premiers chrétiens, Fayard 1952)

« Sur la mer fut ton chemin, ton sentier sur les eaux innombrables » (Ps 76,20)


Tu es saint, Seigneur, Dieu tout-puissant,

Père de notre Seigneur Jésus Christ,

le paradis du bonheur, le sceptre royal,

l'amour somptueux, l'espérance assurée...



Tu es saint, Seigneur Dieu,

tu es « le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs.

Seul tu possèdes l'immortalité.

Tu habites une lumière inaccessible

que nul n'a jamais vue » (1Tm 6,15-16).

Tu te promènes sur les ailes des vents (Ps 103,3) ;

tu as créé le ciel, la terre et la mer

et tout ce qu'ils renferment (Ac 4,24).



Tu fais des vents tes messagers

et du feu brûlant ton serviteur (Ps 103,4) ;

tu as façonné l'homme à ton image et ressemblance (Gn 1,26),

tu as mesuré le ciel avec l'empan

et la terre tout entière avec le doigt de ta main (Is 40,12).

Oui, tes œuvres sont très belles, en ta présence.

Partager cet article
Repost0

Recherche

Articles Récents

Liens