Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mai 2019 6 11 /05 /mai /2019 09:09

Chers amis. Aloho m'barekh.

Nous serons, demain à Jauldes pour célébrer, en ce "Mois de Marie", la Fête Patronale de notre Paroisse situé sur la communauté de communes du "Grand Angoulême" dans un petit village à Jauldes :

-"Notre-Dame Source de Toutes Grâces / St Ubald".

Aujourd'hui ce Samedi 11, je célébrais la Quadisha Qurbana (Sainte Messe à 6h pendant que quelques pèlerins Normands s'apprétaient à nous rejoindre. Au dernières nouvelles de leur GPS, ils arriveraient vers 13h30...

Dimanche 12 ( Troisième Dimanche Après Pâques : Deuxième Dimanche après le "Nouveau Dimanche"), ce sera le Pèlerinage à Notre-Dame Source de Toutes Grâces et Saint Ubald (Vénération de sa relique / Fête 16 Mai).

Nous prierons très fort (Et confierons vos intentions à l'intercession de Notre-Dame et de Saint Ubald ) pour chacune de vos personnes et de vos familles afin que la Lumière du Christ Prince de la Paix y resplendisse et en chasse tout enténèbrement...

Qui est St Ubald (Thann)?

Saint-Ubald de Gubbio (mort en 1160), grand Saint Exorciste (En France, il est vénéré à Thann en Alsace et en Charente en la Chapelle Syriaque-Orthodoxe francophone de Notre-Dame de Toute grâces - Saint Ubald où nous y conservons l'une des reliques qui nous fut donnée par les moniales Augustines de Rome (La seconde étant vénérée dans notre paroisse de Douala au Cameroun).

Comme toujours, vous ne quitterez pas notre coeur sacerdotal et serez présents en nos prières. Nous nous recommandons aux vôtres...

Nous vous rappelons qu'une Icône Pèlerine de la Très Ste Vierge peut être demandée au Monastère Syriaque pour circuler de familles en familles pendant tout ce mois de Mai. Une Messe domestique peut éventuellement clôturer cette démarche de piété...

Que par l'intercession de la Mère du Verbe-Dieu et de St Ubald, le Seigneur vous bénisse !

Votre fidèlement et respectueusement en Christ.

+Mor Philipose, Métropolite.
---------------------------------

 

Queridos amigos. Aloho m'barekh.

Estaremos amanhã em Jauldes para celebrar, neste "Mês de Maria", a Festa Patronal da nossa Paróquia, localizada na comunidade das comunas de "Grande Angoulême", numa pequena aldeia de Jauldes:

- "Nossa Senhora Fonte de Todas as Graças / St Ubald".

Hoje, neste sábado, 11, eu estava comemorando a Quadisha Qurbana (Santa Missa às 6 horas, enquanto alguns peregrinos normandos estavam se preparando para se juntar a nós). Nas últimas notícias de seu GPS, eles chegariam por volta das 13h30 ...

Domingo 12 (Terceiro Domingo Depois da Páscoa: Segundo Domingo depois do "Novo Domingo"), será a Peregrinação a Nossa Senhora Fonte de Todas as Graças e São Ubald (Veneração da sua Relíquia / Festa 16 de maio).

Vamos orar muito (e confiar suas intenções à intercessão de Nossa Senhora e São Ubald) por cada uma de suas pessoas e famílias, para que a Luz de Cristo, Príncipe da Paz, resplandeça e afaste tudo. .

Quem é St Ubald (Thann)?

St. ubald de Gubbio (falecido em 1160), grande santo Exorcista (Na França, é reverenciado em Thann na Alsácia e Charente na Francophone Chapel Siríaca Ortodoxa de Nossa Senhora de Todas as Graças - Saint-Ubalde onde nós mantê-lo a uma relíquia que nos foi dada pelas freiras agostinianas de Roma (o segundo ser venerada na nossa paróquia de Douala, nos Camarões).

Como sempre, você não deixará nosso coração sacerdotal e estará presente em nossas orações. Recomendamos para o seu ...

Lembramos que um Ícone de Peregrino da Santíssima Virgem pode ser solicitado no mosteiro siríaco para viajar de família em família durante este mês de maio. Uma missa doméstica pode fechar este passo de piedade ...

Que através da intercessão da Mãe da Palavra-Deus e de St Ubald, o Senhor te abençoe!

Sua fiel e respeitosa em Cristo.

+ Mor Philipose, Metropolitan.
------------------------------------

 

Dear friends. Aloho m'barekh.

We will be tomorrow in Jauldes to celebrate, in this "Month of Mary", the Patronal Feast of our Parish located on the community of communes of "Grand Angoulême" in a small village in Jauldes:

- "Our Lady Source of All Graces / St Ubald".

Today this Saturday 11, I was celebrating Quadisha Qurbana (Holy Mass at 6 o'clock while some Norman pilgrims were preparing to join us) At the last news of their GPS, they would arrive around 1:30 pm ...

Sunday 12 (Third Sunday After Easter: Second Sunday after the "New Sunday"), it will be the Pilgrimage to Our Lady Source of All Graces and Saint Ubald (Veneration of his Relic / Feast May 16).

We will pray very hard (and entrust your intentions to the intercession of Our Lady and Saint Ubald) for each of your persons and your families so that the Light of Christ, Prince of Peace, may shine there and chase it all away. .

Who is St Ubald (Thann)?

Saint-Ubald de Gubbio (died in 1160), great Saint Exorcist (In France, he is revered in Thann in Alsace and Charente in the Syriac-Orthodox Francophone Chapel of Our Lady of All Graces - Saint Ubald where we keep one of the relics given to us by the Augustinian nuns of Rome (the second being venerated in our parish of Douala in Cameroon).

As always, you will not leave our sacerdotal heart and will be present in our prayers. We recommend to yours ...

We remind you that a Pilgrim Icon of the Most Blessed Virgin may be requested at the Syriac Monastery to travel from family to family during this month of May. A domestic Mass can possibly close this step of piety ...

That through the intercession of the Mother of the Word-God and St Ubald, the Lord bless you!

Your faithfully and respectfully in Christ.

+ Mor Philipose, Metropolitan.

Le 11 mai est aussi la commémoration du dukhrono de Saint. Bose (Mor Bosus) et de sa soeur Sainte Susanne (Morth Susan +388) avec leur professeur Saint Etienne (Mor Stephen) , de St. Lewangina parmi les 11 000 martyrs des villages de Beth Zabday conformément au calendrier liturgique des Eglises de la famille Syriaque - orthodoxe. 

-----------------------

May 11 is also the commemoration of Saint's dukhrono. Bose (Mor Bosus) and his sister St. Susanne (Morth Susan +388) with their teacher St. Stephen (Mor Stephen), St. Lewangina among the 11,000 martyrs of the villages of Beth Zabday according to the liturgical calendar of the Churches of the family Syriac - Orthodox.

-----------------------

 

11 de maio é também a comemoração do dukhrono de Saint. Bose (Mor Bosus) e sua irmã St. Susanne (Morth Susan +388) com seu professor Santo Estêvão (Mor Stephen), St. Lewangina entre os 11.000 mártires das aldeias de Beth Zabday de acordo com o calendário litúrgico das Igrejas da família Siríaco - ortodoxo.

Deuxième dimanche après le Nouveau Dimanche

 

Saint Qurbana :

    • Actes 4: 8-21 :
  • 08 Pierre, rempli de l’Esprit Saint, leur déclara : « Chefs du peuple et anciens,
  • 09 nous sommes interrogés aujourd’hui pour avoir fait du bien à un infirme, et l’on nous demande comment cet homme a été sauvé.
  • 10 Sachez-le donc, vous tous, ainsi que tout le peuple d’Israël : c’est par le nom de Jésus le Nazaréen, lui que vous avez crucifié mais que Dieu a ressuscité d’entre les morts, c’est par lui que cet homme se trouve là, devant vous, bien portant.
  • 11 Ce Jésus est la pierre méprisée de vous, les bâtisseurs, mais devenue la pierre d’angle.
  • 12 En nul autre que lui, il n’y a de salut, car, sous le ciel, aucun autre nom n’est donné aux hommes, qui puisse nous sauver. »
  • 13 Constatant l’assurance de Pierre et de Jean, et se rendant compte que c’était des hommes sans culture et de simples particuliers, ils étaient surpris ; d’autre part, ils reconnaissaient en eux ceux qui étaient avec Jésus.
  • 14 Mais comme ils voyaient, debout avec eux, l’homme qui avait été guéri, ils ne trouvaient rien à redire.
  • 15 Après leur avoir ordonné de quitter la salle du Conseil suprême, ils se mirent à discuter entre eux.
  • 16 Ils disaient : « Qu’allons-nous faire de ces gens-là ? Il est notoire, en effet, qu’ils ont opéré un miracle ; cela fut manifeste pour tous les habitants de Jérusalem, et nous ne pouvons pas le nier.
  • 17 Mais pour en limiter la diffusion dans le peuple, nous allons les menacer afin qu’ils ne parlent plus à personne en ce nom-là. »
  • 18 Ayant rappelé Pierre et Jean, ils leur interdirent formellement de parler ou d’enseigner au nom de Jésus.
  • 19 Ceux-ci leur répliquèrent : « Est-il juste devant Dieu de vous écouter, plutôt que d’écouter Dieu ? À vous de juger.
  • 20 Quant à nous, il nous est impossible de nous taire sur ce que nous avons vu et entendu. »
  • 21 Après de nouvelles menaces, ils les relâchèrent, faute d’avoir trouvé le moyen de les punir : c’était à cause du peuple, car tout le monde rendait gloire à Dieu pour ce qui était arrivé.
    •  
    • Hébreux 3: 1-13 :
  • 01 Ainsi donc, frères saints, vous qui avez en partage une vocation céleste, considérez Jésus, l’apôtre et le grand prêtre de notre confession de foi :
  • 02 pour celui qui l’a institué, il est, comme Moïse, digne de foi dans toute sa maison.
  • 03 Lui, il a même été jugé digne d’une plus grande gloire que Moïse, dans la mesure où le constructeur de la maison reçoit plus d’honneur que la maison elle-même.
  • 04 Car toute maison est construite par quelqu’un, et celui qui a tout construit, le Christ, est Dieu.
  • 05 Moïse, lui, a été digne de foi dans toute la maison de Dieu en qualité d’intendant, pour attester ce qui allait être dit.
  • 06 Mais le Christ, lui, est digne de foi en qualité de Fils à la tête de sa maison ; et nous sommes sa maison, si du moins nous maintenons l’assurance et la fierté de l’espérance.
  • 07 C’est pourquoi, comme le dit l’Esprit Saint dans un psaume : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix,
  • 08 n’endurcissez pas votre cœur comme au temps du défi, comme au jour de l’épreuve dans le désert,
  • 09 quand vos pères m’ont mis à l’épreuve et provoqué. Alors ils m’ont vu à l’œuvre
  • 10 pendant quarante ans ; oui, je me suis emporté contre cette génération, et j’ai dit : Toujours ils ont le cœur égaré, ils n’ont pas connu mes chemins.
  • 11 Dans ma colère, j’en ai fait le serment : On verra bien s’ils entreront dans mon repos !
  • 12 Frères, veillez à ce que personne d’entre vous n’ait un cœur mauvais que le manque de foi sépare du Dieu vivant.
  • 13 Au contraire, encouragez-vous les uns les autres jour après jour, aussi longtemps que retentit l’« aujourd’hui » de ce psaume, afin que personne parmi vous ne s’endurcisse en se laissant tromper par le péché.
    •  
    • Saint-Jean 21: 15 -19 :
  • 15 Quand ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. »
  • 16 Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. »
  • 17 Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait : « M’aimes-tu ? » Il lui répond : « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis.
  • 18 Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. »
  • 19 Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Sur ces mots, il lui dit : « Suis-moi. »
    •  

 

Jésus continue à demander à chacun :
 
« M’aimes-tu ? »

 

Source:  Paroisse Bougival  

 

Nous publions ci-dessous le commentaire de l’Evangile du Dimanche proposé par le père Raniero Cantalamessa, capucin, prédicateur de la Maison pontificale.

M’aimes-tu?

Lorsqu’on lit l’Evangile de Jean, on constate qu’à l’origine il se terminait au chapitre 20. Si ce nouveau chapitre 21 fut ajouté, c’est parce que l’évangéliste lui-même ou l’un de ses disciples a senti le besoin d’insister encore une fois sur la réalité de la résurrection.

C’est en effet l’enseignement que l’on tire de ce passage de l’Evangile : que Jésus est bien ressuscité, avec un vrai corps ; que ce n’est pas une façon de parler. « Nous avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d’entre les morts », dira Pierre dans les Actes des apôtres, en se référant sans doute précisément à cet épisode (Ac 10, 41).

La scène décrivant Jésus en train de manger du poisson grillé avec ses apôtres est suivie du dialogue entre Jésus et Pierre.

Trois questions : « M’aimes-tu ? » ; trois réponses : « Tu sais que je t’aime » ; trois conclusions : « Pais mes brebis ! ».

Par ces paroles Jésus confère de fait à Pierre – et, selon l’interprétation catholique, à ses successeurs – la tâche de pasteur suprême et universel du troupeau du Christ. Il lui confère le primat qu’il lui avait promis lorsqu’il avait dit : « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise. Je te donnerai les clés du Royaume des Cieux » (Mt 16, 18-19).

Le plus émouvant dans cette page de l’Evangile est que Jésus reste fidèle à la promesse faite à Pierre, alors que Pierre, lui, n’a pas tenu celle qu’il lui avait faite de ne jamais le trahir, au prix même de sa vie (cf. Mt 26, 35). (La triple demande de Jésus s’explique par le désir de donner à Pierre la possibilité d’effacer son triple reniement au cours de la passion).

Dieu donne toujours aux hommes une deuxième possibilité ; souvent une troisième, une quatrième, un nombre infini de possibilités. Il ne raye pas les personnes de son livre à la première erreur de leur part.

Alors, que ce passe-t-il ?

La confiance et le pardon du Maître ont fait de Pierre une personne nouvelle, forte, fidèle jusqu’à la mort.

Il a conduit le troupeau du Christ dans les moments difficiles du commencement, lorsqu’il fallait sortir de Galilée et se lancer sur les routes du monde. Pierre sera enfin en mesure de tenir sa promesse de donner sa vie pour le Christ.

Si nous apprenions la leçon que renferme l’attitude du Christ envers Pierre, et faisions confiance à notre prochain, même s’il s’est trompé une fois, que de personnes en moins souffriraient d’échec dans leur vie et que de laissés-pour-compte en moins il y aurait sur terre !

Le dialogue entre Jésus et Pierre peut-être transposé dans la vie de chacun d’entre nous.

Commentant ce passage de l’Evangile, saint Augustin affirme : « En interrogeant Pierre, Jésus interrogeait également chacun de nous ».

La question : « M’aimes-tu ? » s’adresse à tous les disciples. Le christianisme n’est pas un ensemble de doctrines et de pratiques ; c’est quelque chose de beaucoup plus intime et profond. C’est une relation d’amitié avec la personne de Jésus Christ.

Au cours de sa vie terrestre il avait très souvent demandé aux personnes : « Est-ce que tu crois ? » mais jamais : « M’aimes-tu ? ». Il ne le fait que maintenant, après avoir donné la preuve, à travers sa passion et sa mort, de combien Lui il nous a aimés.

Jésus explique que la manière de l’aimer est de servir les autres : « M’aimes-tu ? Pais mes brebis ». Il ne veut pas recevoir les fruits de cet amour, il veut que ce soit ses brebis à les recevoir. Il est le destinataire de l’amour de Pierre, mais pas son bénéficiaire. C’est comme s’il lui disait : « Je considère que ce que tu feras pour mon troupeau, c’est à moi que tu l’auras fait ».

Notre amour pour le Christ ne doit pas non plus demeurer quelque chose d’intimiste et de sentimental, mais il doit s’exprimer dans le service aux autres, dans le bien que nous faisons à notre prochain. Mère Teresa de Calcutta disait toujours : « Le fruit de l’amour est le service et le fruit du service est la paix ».

 

Sur quelle pierre le Christ a-t-il fondé Son Eglise?
Ou, exégèse des pères de l’Eglise sur l'évangile selon St Matthieu 16:18

En vérité, je te le dis : Tu est Pierre,
et sur cette pierre je bâtirai mon Église,
et les portes de l'enfer ne l'emporteront pas sur elle.
(Matthieu 16:18)

L'orthodoxe résidant dans l'Occident post-chrétien[1] est souvent amené à débattre avec les catholiques la question du pape et du rôle de l'apôtre Pierre dans l'Église. Les catholiques ont généralement le réflexe de citer Mt 16, 18, verset sur lequel s'appuyerait la théorie de la primauté pontificale. Mais l'Évangile parle-t-il vraiment d'une place particulière et d'un rôle particulier de l'apôtre Pierre au sein du collège apostolique dans un sens « papiste » ? La tradition exégétique patristique donne une réponse claire à ces questions.

Mt 16, 18 est un texte essentiel, exprimant l'intangibilité de l'Église, son invincibilité face aux puissances du mal, mettant en évidence la solidité de ses fondements. Une interprétation correcte de ce verset évangélique est particulièrement importante à l'heure où le témoignage orthodoxe se fait urgent dans l'Occident chrétien qui souffre cruellement de la sécularisation de la foi et de l'oubli des valeurs évangéliques.

Cependant, une certaine interprétation des paroles du Christ dans ce passage d'Évangile crée une base favorable au développement d'une opinion doctrinale particulière – la théorie de la primauté du pape – qui constitue en même temps un sérieux obstacle à l'unité des chrétiens[2].

L'objectif de cet exposé est de clarifier la position patristique sur le passage de l'Évangile selon saint Mathieu au chapitre 16, verset 18 et d'en examiner les différentes interprétations confessionnelles, leurs sources et leurs conséquences.

La principale divergence d'interprétation de ce texte évangélique, qui favorisa l'éclatement et l'isolement des communautés chrétiennes hors de l'unité conciliaire de l'Église vient d'une différence de compréhension de ses fondations, de la nature de cette « pierre » inébranlable sur laquelle elle repose et du rôle de l'apôtre Pierre, Simon-Pierre, parmi les apôtres et dans l'Église en particulier. Jésus Christ adresse ces paroles à l'apôtre, l'appelant Pierre (en grec, Πετρος, nom masculin) au moment où Pierre prononce une ferme confession de sa foi en la divinité de Jésus Christ (Mt 16, 13-16)[3], véritable fondement, pierre (en grec πετρα, nom féminin) de la foi sur laquelle le Christ asseoit son Église. Saint Augustin, qui écrivait en latin, mentionnait déjà la paronomase en Mt 16, 18, insistant sur la distinction entre l'apôtre Simon-Petros dans les Évangiles et la pierre-petra sur laquelle le Christ fonde son Église. Malgré tout, le catholicisme propose une interprétation singulière de Mt 16, 18 pour justifier le pouvoir extraordinaire (autrefois absolu) des papes de Rome, attribuant à l'apôtre Pierre un rôle fondateur unique dans l'Église ainsi qu'une autorité et un pouvoir exceptionnels transmis d'une façon ou d'une autre aux papes de Rome. Le pape Étienne, dès l'époque des persécutions de l'empereur Dèce, se nomme « évêque des évêques », exprimant l'opinion particulière qui pointait déjà à Rome.

Dans le même temps, ce pape s'efforce d'excommunier en masse ses confrères dans l'épiscopat, recevant finalement cette semonce de leur part : « Tu crois pouvoir les excommunier tous de toi, mais tu n'as fait que t'excommunier toi-même de tous ». Au Ve siècle, le pape Innocent déclare « qu'on ne peut rien décider sans en référer à la chaire romaine, dans les affaires de la foi en particulier, tous les évêques doivent s'adresser à l'apôtre Pierre », c'est-à-dire à l'évêque de Rome. Au VIIe siècle, le pape Agathon affirme à son tour que l'évêque de Rome n'a jamais péché et ne pouvait pécher[4]. A quel point ces idées du papisme naissant sont-elles fondées sur les Saintes Écritures ? Les Pères de l'Église « indivise » partageaient-ils cette vision des choses dans leur interprétation de Mt 16, 18 ?

Eusèbe de Césarée (†340), père de l'histoire ecclésiastique, mentionnant ce verset dans ces commentaires sur les psaumes, estime que le Christ est lui-même le fondement de l'Église (Η πετρα δε ην ο Χριστος)[5], suivant les textes des épîtres apostoliques (I Cor 10, 14 et I Cor 3, 11). Après le Sauveur, toujours suivant l'apôtre Paul (Eph 2, 20), on peut également considérer comme fondations de l'Église, la prédication des prophètes et des apôtres (ειτα μετ′ αυτον θεμελιοι της Εκκλησιας προφητικοι και αποστολικοι λογοι), ayant « Jésus Christ lui-même pour pierre angulaire ». La valeur de cette affirmation tient à ce que malgré l'ambiguïté doctrinale et le manque de fermeté dogmatique dont fit preuve Eusèbe de Césarée au Premier concile œcuménique, il définit clairement Jésus Christ et la foi en Sa Divinité comme fondations de l'Église, exprimant sans doute l'opinion de l'Église paléochrétienne.

Saint Hilaire de Poitiers (†367), surnommé « l'Athanase de l'Occident » pour avoir activement défendu l'Orthodoxie contre l'arianisme en Gaule, appelle pierre sur laquelle est bâtie l'Église la confession du bienheureux Simon (super hanc igitur confessionis petram Ecclesiae aedificatio est)[6]. Le fondement intangible (immobile fundamentum) est donc la pierre de la confession de foi bienheureuse de Pierre (una haec felix fidei petra Petri ore confessa)[7].

Saint Grégoire de Nysse (†394), l'un des trois grands « cappadociens », ne s'attarde pas à louer Simon, un simple pécheur, mais glorifie sa foi ferme (αλλα προς την εκεινου πιστιν την στερεαν), qui est le fondement de toute l'Église[8].

Saint Ambroise de Milan (†397), l'un des grands docteurs de l'Église latine, qui convertit saint Augustin au christianisme et influença l'empereur Théodose le Grand, estime que la foi est le fondement de l'Église (Fides ergo est Ecclesiæ fundamentum), car il n'est pas dit de la chair de Pierre, mais de la foi que les portes de la mort ne l'emporteront pas sur elle (non enim de carne Petri, sed de fide dictum est, quia portæ mortis ei non prævalebunt)[9]. Saint Ambroise appelle ensuite le Christ rocher, suivant la pensée de l'apôtre Paul développée dans la lettre aux Corinthiens (I Cor 10, 4) et invite chaque chrétien à s'efforcer de devenir pierre à son tour. Le chrétien ne doit pas chercher la pierre en dehors, mais au-dedans de lui. Cette pierre, c'est sa foi, et la foi est le fondement de l'Église[10]. Cette interprétation allégorique de type ascétique ne permet pas non plus de faire de l'apôtre Pierre le fondement de l'Église. La fameuse maxime de saint Ambroise « Là où est Pierre, là est l'Église » (Ubi Petrus, ibi Ecclesia)[11] doit être comprise du point de vue ecclésiologique patristique, suivant lequel l'épiscopat est pleinement incarné dans chaque évêque, qui possède en plénitude le don pétrinien de fonder l'Église. Nous reviendrons en détail sur ce point.

Saint Épiphane de Chypre (†403), infatigable pourfendeur d'hérésies, relie, lui, d'une certaine façon l'apôtre Pierre à sa foi. D'une part, l'apôtre Pierre est le premier parmi les apôtres (τον πρωτον των αποστολων), la pierre solide (την πετραν την στερεαν) sur laquelle est fondée l'Église (εφ′ ην η Εκκλησια του Θεου ωκοδομηται)[12]. D'autre part, « Saint Pierre, qui préside parmi les apôtres (κορυφαιοτατος των αποστολων), est devenu pour nous en vérité cette pierre solide (στερεα πετρα) affirmant la foi du Seigneur, pierre sur laquelle est bâtie l'Église »[13]. Saint Épiphane cite ensuite Mt 16, 18 et explique ainsi l'exclamation du Seigneur après la confession de Pierre : « Sur cette pierre de la foi inébranlable, je bâtirai mon Église » (Επι τη πετρα ταυτη της ασφαλης πιστεως οικοδομησω μου την Εκκλησιαν) [14]. Pour saint Épiphane, la meilleure expression de la tradition apostolique est le Symbole de foi proclamé par les Pères du Concile de Nicée, et non la personne de l'apôtre Pierre : « Cette foi nous a été transmise par les saints apôtres et (confirmée) dans l'Église en la ville sainte (εν Εκκλησια τη αγια πολει) d'un seul cœur par tous ceux qui étaient alors les saints évêques, au nombre de plus de trois cent dix »[15].

Pour saint Jean Chrysostome (†407), l'auteur de la Liturgie toujours célébrée dans toutes les églises orthodoxes, la pierre sur laquelle est fondée l'Église est la confession (τη πιστει της ομολογιας) de la Divinité de Jésus Christ par l'apôtre Pierre. Lorsque Pierre le reconnaît comme Christ Fils de Dieu, Jésus appelle Pierre fils de Yonas, introduisant un parallèle pour montrer qu'il est le vrai Fils de Dieu, de sa propre substance, avant de parler de la fondation de l'Église sur cette confession (επι της ομολογιας) de Sa divinité[16]. Le recours à une interprétation allégorique de ce texte évangélique pour exprimer le principe théologique de la consubstantialité du Père et du Fils ne laisse aucune place à une quelconque interprétation « littérale » présentant l'apôtre Pierre comme l'unique fondement de l'Église, pas plus qu'aux prétentions des papes.

Saint Jérôme (†419), traducteur latin des Saintes Écritures et auteur de la Vulgate, estime que la pierre est le fondement de l'Église (Super hanc petram Dominus fundavit Ecclesiam), l'apôtre Pierre ayant reçu son nom de cette pierre (ab hac petra apostolus Petrus sortitus est nomen). Le fondement unique posé par l'architecte apostolique (I Cor 3) est notre Seigneur Jésus Christ lui-même (Fundamentum quod Apostolus architectus posuit, ICor.III, unus/unum est Dominus noster Jesus Christus) et sur ce fondement stable et ferme le Christ a bâti l'Église (Super hoc fundamentum stabile et firmum ... aedificatur Christi Ecclesia)[17]. L'attitude respectueuse de saint Jérôme envers le pape Damase n'a pas de base doctrinale, puisqu'il ne parle nulle part d'un éventuel et unique centre spirituel romain.

Saint Augustin (†430), fondateur de la théologie occidentale chrétienne, qui inspira les conciles de Carthage contre la centralisation romaine[18], affirme que l'Église est fondée sur la pierre de laquelle l'apôtre Pierre reçut son nom (fundata est super petram, unde Petrus nomen accepit), de la même façon que le mot chrétien vient du nom « Christ » (christianus a Chisto vocatur). Cette pierre, c'est le Christ lui-même, l'Église est bâtie sur le Christ (Petra enim erat Christus, ICor.X,4; ...fundatur in Christo, ICor.III,11)[19]. « Tous ils ont bu à la même source, qui était spirituelle, car ils buvaient à un rocher qui les accompagnait, et ce rocher, c'était déjà le Christ » (I Cor 10, 4) ; « Les fondations, personne ne peut en poser d'autres que celles qui existent déjà : ces fondations, c'est le Christ » (I Cor 3, 11). Dans d'autres textes, saint Augustin affirme que la pierre est la confession de foi de Pierre, l'Église étant fondée par le Christ non sur un homme, mais sur cette confession de foi[20]. L'apôtre Pierre personnifiait l'Église lorsqu'il confessait la divinité de Jésus Christ, bien que, suivant saint Augustin, les clés du Royaume des cieux n'aient pas été remises à un seul homme, mais à l'unité de l'Église (homo unus, sed unitas ecclesiae)[21]. Suivant le professeur Bolotov, Augustin ne voit en l'apôtre Pierre ni la tête, ni le chef de l'Église, bien qu'il concentre les privilèges de l'Église. Saint Augustin ne pense cependant pas que la position élevée de l'apôtre Pierre puisse se transmettre[22].

Après une longue confession de la foi de l'Église au III Concile œcuménique d'Éphèse, Acace de Mélitène (†ок.438) conclut que l'Église est fermement assise sur cette foi qui est la nôtre (αυτη ημων η πιστις· επι τουτω τω θεμελιω ωκοδομηθη η Εκκλησια)[23]. Si le hiérarque ne donne pas la référence de ce qui renvoie à l'évidence à notre citation évangélique, c'est sans doute parce qu'il était communément admis que la foi apostolique ferme et intangible était le fondement de l'Église.

Pour saint Cyrille d'Alexandrie (†444), célèbre exégète et polémiste égyptien, défenseur de l'Orthodoxie contre le nestorianisme, qui cite ce texte de l'Évangile, la pierre, c'est la foi inébranlable du disciple (πετραν, οιμαι, λεγων το ακραδαντονεις πιστιν του μαθητου)[24], dont le nom ne signifie rien d'autre que cette foi inébranlable et ferme sur laquelle repose l'Église du Christ (την ακατασειστον και εδραιοτατην του μαθητου πιστιν) [25].

L'évêque Paul d'Emèse (†444), qui contribua à la réconciliation des chaires d'Alexandrie et d'Antioche après le III Concile œcuménique, reproduit la confession du coryphée des apôtres d'après les récits des disciples de saint Pierre (ο κορυφιος των αποστολων ... το στομα των μαθητων)[26] : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » et sur cette foi, sur cette pierre (επι ταυτη τη πιστει ... επι ταυτης της πετρας)[27] est fondée l'Église de Dieu. Malgré toutes ses capacités diplomatiques, l'évêque Paul formule ici une définition doctrinale sans équivoque, exprimée dans ses sermons prononcés en présence de saint Cyrille d'Alexandrie.

Saint Théodoret de Cyr (†457), l'un des meilleurs représentants de l'école de théologie d'Antioche, attire l'attention sur la déclaration du grand Pierre confessant la divinité de Jésus Christ et la confirmation de ces paroles de Pierre par le Christ, proclamant la fondation de l'Église sur cette pierre. C'est pourquoi le sage apôtre Paul, le plus grand bâtisseur d'églises, ne propose pas d'autres fondations : « Les fondations, personne ne peut en poser d'autres que celles qui existent déjà : ces fondations, c'est Jésus Christ » (I Co 3, 11). Aussi le saint écrivain Théodoret estime que le Christ est le fondement de l'Église (cf Epistola 146, ad Joanneum œconomum) [28].

Suivant Basile de Séleucie (†458), le Christ appelle la confession de foi « pierre » (ταυτην την ομολογιαν Πετραν καλεσας ο Χριστος) et donne le nom de Pierre à celui qui confesse, signifiant que ce nom est le plus convenable à celui qui, le premier, confessa la foi (Πετρον ονομαςει τον πρωτως ταυτην ομολογησαντα · γνωρισμα της ομολογιας την προσηγοριαν δωρουμενος). C'est la véritable pierre de la piété, le fondement du salut, le rempart de la foi, les fondations de la vérité : « Car personne ne peut poser d'autres fondations que celles qui existent déjà, Jésus Christ » (Αυτη γαρ αληθως της ευσεβειας η πετρα, αυτη της σωτηριας η κρηπις, τουτο της πιστεως το τειχος, ουτος ο της αληθειας θεμελιος · Θεμελιον γαρ αλλον ουδεις δυναται θειναι παρα τον κειμενον, ος εστιν Ιησους Χριστος) [29].

Saint Léon le Grand (†461), célèbre pape de Rome ayant suscité l'admiration des contemporains par sa force de caractère, sa pureté morale et son dévouement à l'Église, emploie dans ses sermons le mot « pierre » en faisant visiblement allusion au texte évangélique, mais sous l'influence des idées du patriotisme romain, il lui donne une autre connotation, cherchant de nouvelles bases à la romanitas et à l'affirmation de la puissance de Rome après qu'elle ait perdu son statut de capitale impériale. Suivant le protopresbytre Jean Meyendorff, saint Léon croyait tout naturellement à une mission providentielle de l'Empire romain dans la direction de l'unité des chrétiens[30]. C'est pourquoi, malgré la chute de l'empire, le transfert de la capitale à Constantinople et les raids des barbares, le centre de l'unité éternelle des chrétiens devait demeurer indéfectiblement comme une « pierre », incarné dans la pastorale universelle de « l'héritier » de saint Pierre à Rome : « Par cette sainte chaire du bienheureux Pierre, tu (Rome) as reçu dans l'adoration de Dieu un plus grand pouvoir qu'au moyen de la domination temporelle » (per sacram beati Petri sedem caput orbis effecta, latius præsideres religione divina quam dominatione terrena)[31]. Les épreuves que traversa la ville éternelle durant son histoire n'ont fait que permettre le développement du dessein divin : que Rome soit reconnue comme la chaire inébranlable du vicaire de saint Pierre : « Les dispositions de la Vérité en personne demeurent, c'est pourquoi le bienheureux Pierre, en conservant la puissance de la pierre qu'il avait reçue, n'abandonne pas la direction de l'Église qui lui avait été confiée » (Manet ergo dispositio veritatis, et beatus Petrus in accepta fortitudine petræ perseverans, suscepta Ecclesiæ gubernacula non reliquit)[32]. Cette approche fondamentalement différente dans la compréhension et dans l'application pratique du texte évangélique examiné, en particulier celle du terme « pierre », était inhabituelle. Elle se démarquait de la tradition patristique exégétique, ce qui invite à regarder l'interprétation de saint Léon le Grand comme un théologoumène.

Les catholiques sont naturellement heureux de découvrir le respect avec lequel l'héritage patristique traite l'apôtre Pierre. La notion de « chaire de Pierre » («cathedra Petri»), introduite par le grand théologien latin Cyprien de Carthage (†258), leur est chère. Les principales œuvres de ce père sont consacrées à une réflexion sur l'unité de l'Église, les schismes et la question du reniement. Ses travaux n'apportent cependant aucune justification au papisme : pour saint Cyprien, l'unité de l'épiscopat, que représente l'apôtre Pierre, est également incarnée dans chacune de ses parties, chaque évêque la détenant en plénitude (Episcopatus unus est, cujus a singulis in solidum pars tenetur)[33]. Un niveau supplémentaire, s'élevant au-dessus de l'épiscopat sous la forme d'un « évêque des évêques » siégeant sur la chaire romaine n'a donc pas lieu d'être. C'est pourquoi, si historiquement parlant le siège apostolique romain était l'une des cathedra Petri, Pierre ayant auparavant dirigé l'Église d'Antioche, d'un point de vue ecclésiologique, poursuivant la pensée de saint Cyprien, tout siège épiscopal est le siège de Pierre. C'est l'opinion qu'exprime saint Maxime le Confesseur (†662), reprenant l'ecclésiologie admise dans l'Église paléochrétienne. Saint Maxime, également l'un des plus grand thélogiens et philosophes byzantins, vécut longtemps à Rome. Saint Maxime termine ses Opuscules théologiques et polémiques par un éloge de l'archevêque Arcadius de Chypre qui « est à la tête, suivant l'ordre hiérarchique, de notre foi orthodoxe irréprochable » (τω ιεραρχινω προκαθημενω της αμωμητου ημων και ορθοδοξου πιστεως)[34] et vers lequel les regards convergent comme « vers la source de notre salut après Celui qui l'est par nature et le Premier (le Christ) » (προς αυτον ως αρχηγον της σωτηριας, μετα τον φυσει και πρωτον, αποσκοπουντες)[35]. Comme l'écrit Jean-Claude Larchet [36], si l'on tient compte de la place qu'occupa par la suite le pape de Rome dans l'Occident chrétien, il paraît impensable qu'un tel éloge ait été adressé à quiconque d'autre que le pape. Mais cet éloge n'est pas adressé au pape Honorius, auquel Maxime venait de consacrer une longue réflexion, mais à un évêque qui n'était pas même le Primat d'un patriarcat. Plus loin, invitant les moines de Cillari en Sardaigne à se rendre à Rome pour prévenir l'Église romaine d'un nouvel assaut de l'hérésie monothéliste, saint Maxime les prie de dépasser rapidement ces désordres « auprès des hommes de la Rome antique, pieux et fermes comme la pierre » (ad senioris Romae pios et firmos, ut petram, viros) [37]. Ici, l'auteur de la lettre n'envisage pas seulement le pape et n'attribue de droits exceptionnels ni à sa personne, ni à sa charge, mais estime que l'Église est également représentée par l'ensemble du clergé et du peuple. Les évènements qui suivirent montrèrent que face à un pape hésitant, le peuple de Dieu se trouva mieux ancré que lui dans sa foi. Cette importance du peuple de Dieu en dogmatique caractérise l'Église ancienne ; elle est présente jusqu'à aujourd'hui dans l'Église orthodoxe. L'expression « pieux et fermes comme la pierre », allusion évidente à Mt 16, 18, montre que le mot « pierre » n'est pas appliqué uniquement à la personne de l'apôtre Pierre, ni d'autant moins au pape de Rome en tant que successeur : elle désigne tous ceux qui confessent la foi orthodoxe.

Particulièrement intéressante est l'opinion du pape Grégoire le Grand (†604), qui ne doutait pas de la primauté spirituelle de son église à son époque et défendait l'autorité du siège romain sans pour autant se représenter une hiérarchie strictement présidée par l'évêque de Rome. L'humble pape repoussa à de nombreuses reprises l'appellation pompeuse de « pape œcuménique »[38] que lui proposait le patriarche Euloge d'Alexandrie (superbæ appellationis verbum universalem, me papam dicentes)[39]. « Je vous prie de ne pas recourir, conversant avec moi, à semblable mot, car je sais qui je suis et qui vous êtes. Par le rang, vous êtes mon frère ; quant à l'autorité morale, vous m'êtes un père » (Loco enim mihi fratres estis, moribus patres)[40]. Saint Grégoire n'avait nullement une vision « vaticane » de la haute dignité de pape. Dans sa lettre à l'empereur Maurice, il le convainc du danger d'utiliser un « vocable aussi stupide et aussi altier » (stulto ас superbo vocabulo)[41]. Si dans l'Église quelqu'un s'orne de ce titre, occupant ainsi une position suprême et se faisant le juge de tous, l'Église sera ruinée si celui qui se sera dénommé « universel » tombe. Comme l'écrit à ce sujet le théologien catholique Johannes Modesto « cet argument du pape Grégoire le Grand, frappant d'un point de vue œcuménique, jette une lumière intéressante sur le développement ultérieur dans le sens du dogme de l'infaillibilité et de la primauté juridictionnelle du pape »[42]. Tout commentaire à la déclaration de cet honorable docteur en théologie est superflu. Le pape Grégoire termine sa lettre par une affirmation sans équivoque : « Je suis convaincu de ce que toute personne se dénommant grand-prêtre universel, ou désireux de s'affirmer comme tel, dépasse l'antichrist par l'orgueil (Ego autem fidenter dico quia quisquis se universalem sacerdotem, vel vocari desiderat, in elatione sua Antichristum præcurrit...) [43].

Terminons cet examen des commentaires des Pères issus de la tradition de l'Église indivise du premier millénaire par le dernier des grands Pères, saint Jean Damascène(† vers 780). Saint Jean, systématisateur de la patristique grecque, parle du zèle ardent de l'apôtre Pierre inspiré par l'Esprit Saint lorsqu'il confessa le Christ, Fils du Dieu vivant. C'est selon lui cette théologie (θεολογια) qui est la foi ferme et inébranlable sur laquelle, comme sur un roc, est fondée l'Église (αυτη η πιστις η ακλινης και ακλονητος, εφ ην ως η Εκκλησια εστηρικται)[44]. Le séjour du saint dans un califat le mettait a priori à l'abri de l'influence des innovations douteuses et des doctrines non traditionnelles, ce qui rend son témoignage particulièrement important.

Arrivés à la fin de notre exposé sur l'interprétation de Mt 16, 18, nous pouvons conclure que :

1. L'apôtre Pierre (Πετρος - Petros) et la pierre (πετρα - petra) sur laquelle le Christ a fondé son Église sont deux phénomènes différents.

2. Les fondations de l'Église, suivant l'avis unanime des Pères (non romains) sont le Christ lui-même et/ou la foi en Sa divinité, confessée pour la première fois clairement et fermement par l'apôtre Pierre, ce qui suscita l'exclamation du Christ examinée ici.

3. Les Saintes Écritures et leur interprétation par les Pères de l'Église du premier millénaire n'offrent aucune base à la théorie de la primauté du pape[45]. Les catholiques devraient donc y renoncer au nom de l'unité des chrétiens recommandée par l'Évangile qui lui attribue une grande valeur missionnaire (Jn 17, 21[46]). Ceci est particulièrement actuel à une époque de déchristianisation catastrophique de l'Europe.

Il est heureux que certains courants du catholicisme contemporain proposent une interprétation plus conforme aux Pères de l'Église de ce texte évangélique et du rôle de l'apôtre Pierre au sein de l'Église, exprimée par le défunt pape Jean-Paul II : « L'Église est bâtie sur la foi et la fidélité de l'apôtre Pierre »[47], ce qui ne peut pas ne pas faire naître l'espoir d'un possible retour des chrétiens hétérodoxes et des communautés non orthodoxes à la confession d'une foi véritablement apostolique.

Source:  http://www.orthomonde.fr

 

[1] Le 2 juillet 2010, « Radio Vatican » annonçait la création d'un Département pour la promotion de la nouvelle évangélisation en vue de réanismer le christianisme (catholique) dans les pays « où une première annonce de la foi avait déjà eu lieu » et où l'on constate néanmoins « une sécularisation croissante de la société et une éclipse du sentiment de Dieu ».
[2] Archimandrite Vladimir (Guette), La papauté schismatique, ou Rome dans ses rapports avec l'Eglise orientale, Paris, 1863.
[3] « Jésus était venu dans la région de Césarée de Philppe, et il demandait à ses disciples : « Le Fils de l'homme, qui est-il d'après ce que disent les hommes ? Ils répondirent : « Pour les uns, il est Jean Baptiste ; pour d'autres Élie ; pour d'autres encore Jérémie ou l'un des prophètes. » Jésus leur dit : « Et vous, qui suis-je ? » Prenant la parole, Simon-Pierre déclara : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant »
[4] Archiprêtre Mitrophane Znosko-Borovsky, L'orthodoxie, le catholicisme romain, le protestantisme et le sectarisme (en russe). Chapitre « Les prétentions des évêques romains à la primauté dans l'Église. Les raisons de l'élévation de la chaire romaine).
[5] Commentaires sur les psaumes PG 23, col.173,176.
[6] De la Trinité, livre VI, 36-37, PL 10, col.186.
[7] De la Trinité, livre II, 23, PL 10, col.66.
[8] Panégyrique de saint ÉtiennePG 46, col.733.
[9] Du mystère de l'Incarnation du Seigneur, V:34, PL 16, col.827
[10] Commentaires sur l'Évangile de Luc, chap. 6; PL 15, col.1694.
[11] Commentaires sur les psaumes, 40:30, PL 14, col.1082A.
[12] Ancoratus, PG 43, col.33.
[13] Panarion, PG 41, col.1029.
[14] Ibid.
[15] Ancoratus; PG 43, col.233.
[16] PG 54, col.534, PG 61, col.611.
[17] Commentaires sur l'évangile selon saint Mathieu, 7:26, PL 26, col.50.
[18] Вolotov, V., Travaux sur l'histoire de l'Église (en russe). Т.4: Conférences sur l'histoire de l'Église ancienne. Мoscou: Martis, 2002, p.286.
[19] Tractatus 124, PL 35, col.1975.
[20] John Rotelle. Works of St Augustine, Sermons, Vol. 6, Sermon 229P.1 - New Rochelle: New City Press, 1993, p.327.
[21] Вolotov, V., Travaux sur l'histoire de l'Église (en russe). Т.4: Conférences sur l'histoire de l'Église ancienne. Мoscou: Martis, 2002, p.285
[22] Ibid, p.285-286.
[23] PG 77, col.1472.
[24] Commentaire sur Isaïe,IV,2, PG 70, col.940.
[25] Dialogue sur la Trinité livreIV, PG 75, col.866.
[26] Sermon sur la Nativité, PG 77, col.1437A.
[27] Ibid, col.1436D
[28] La patrologie de Migne ne contient pas la lettre de saint Théodoret lui-même, mais sa description (PG 84, col.305). Cf
[29] Oratio XXV:4, PG 85, col.297.
[30] Jean Meyendorff, L'Histoire de l'Église et la mystique orientale chrétienne (en russe). Moscou : Institut DI-DIK, Institut de théologie orthodoxe Saint-Tikhon, 2003.
[31] Sermon 82.I, PL 54, сol.423A.
[32] Sermon 3.III, PL 54, col.146B.
[33] Liber de unitate ecclesiae, I,5, PL 4, col.501.
[34] Opuscula theologica et polemica, PG 91, col.245С.
[35] Ibid.
[36] Cf Larchet, Jean-Claude. Maxime le Confesseur, médiateur entre l'Orient et l'Occident. Paris : Cerf, 1998. P. 171 de l'édition russe (Moscou, Monastère de la Sainte-Rencontre, 2004).
[37] PG 90, col.136B.
[38] Suivant A. Kartachev (Les Conciles œcuméniques, chapitre « Le V Concile œcuménique »), l'Occident latin ne donnait pas au titre de patriarche œcuménique la même acception qu'en Orient. Les Byzantins le rapportaient à « l'œcumène », c'est-à-dire l'empire, Byzance, alors qu'il signifiait pour les Latins « patriarche universel », contre quoi ils protestaient. Les dénégations du pape Grégoire n'en paraissent que plus vives.
[39] PL 77, col.933.
[40] Ibid.
[41] PL 77, col.891B.
[42] Modesto, Johannes, La Primauté et l'œcumène. Propositions concrètes appelées à définir une position appropriée du pape à l'intérieur de l'Église universelle supraconfessionnelle.
[43] PL 77, col.891D.
[44] PG 96, col.556.
[45] Les prémisses politico-religieux du papisme sont à rechercher dans l'antique héritage païen de Rome, plus exactement dans le culte des empereurs divins. L'exposé et le développement de cette thèse dépassent cependant le cadre de cet article.
[46] « Que tous ils soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu'ils soient uns en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m'as envoyé ». La véritable unité des chrétiens témoigne au monde entraîné dans la division totale, le déclin entropique et la mort, d'une tout autre réalité, non soumise aux lois de ce monde déchu : l'Église, « dans laquelle est vaincu l'ordre de la nature ».
[47] «The Church of Christ is built on Peter's faith and fidelity», www.CatholicCulture.org

Choisir la Croix ou la Résurrection?
 
 

"Le Christ lui-même est cette médiation entre l'humain et le divin, tout comme le Samedi Saint est la frontière médiatrice entre la Croix et la Résurrection. Nous échouons quand nous choisissons la Croix ou la Résurrection, nous devons vivre dans l'espace médiateur qui embrasse pleinement les deux."
(Père Patrick Cardine, ‘Lorica’)

 

Escolha a cruz ou a ressurreição?


"O próprio Cristo é essa mediação entre o humano e o divino, assim como o Sábado Santo é a fronteira mediadora entre a cruz e a ressurreição.
Nós falhamos quando escolhemos a cruz ou a ressurreição, devemos viver no espaço mediador que abraça ambas as coisas. "
(Padre Patrick Cardine, 'Lorica')

 




"Christ Himself is this mediation between human and divine just as Holy Saturday is the mediating boundary between the Cross and Resurrection. We fail when we choose either the Cross or Resurrection, we must live in the mediating space embracing both fully."
Fr Patrick Cardine in ‘Lorica’

Saint Jacques de Nisibe, qui êtes vous ?

 

Nous commémorerons demain Samedi 11 Mai 2019:
* Saint Simon le zélote et 
* Saint Jacques de Nisibe (Mor Jacob de Nisibis, qu'on surnomme aussi le Moïse de Mésopotamie).

Il serait de la famille de saint Jacques, frère* de notre Seigneur Jésus-Christ (Selon Mor Augin)

Professeur, il fut l'auteur de nombreuses d'hymnes.

Ascète célèbre, il fut le maître spirituel de saint Ephrem. Devenu évêque, il fonda l'Église de Nisibe (Nusaybin, au sud-est de la Turquie).

Saint Athanase d'Alexandrie loua son zèle ardent à combattre l'arianisme.

D'abord ermite, il connut une telle réputation qu'il fut choisi comme premier évêque de Nisibe.

Il siégea au premier concile oecuménique de Nicée. A son retour dans sa ville, il fonda une école exégétique qui fut bientôt célèbre par l'enseignement de saint Ephrem.

À Nisibe en Mésopotamie, l'an 338, saint Jacques, premier évêque de cette ville.

Présent au Concile de Nicée, il dirigea son peuple dans la paix, l'enseigna et le défendit contre l'assaut des ennemis de la foi.

Il vécut en ascète jusqu'à son élection et sa consécration en 309.

Pendant cette vie ascétique, il avait reçut les dons de clairvoyance et de faire des miracles.

Toujours vêtu de d'humbles vêtements de poils de chèvre, il ne mangeait rien d'animal, mais uniquement de ce qui poussait.

*Cousin
-----------------------------------------------

Saint Jacques de Nisibe, who are you?


 

We will commemorate tomorrow Saturday, May 11, 2019:
* Saint Simon the zealot and
* Saint Jacques de Nisibe (Mor Jacob of Nisibis, also nicknamed the Moses of Mesopotamia).

He would be of the family of Saint James, brother * of our Lord Jesus Christ (according to Mor Augin)

Professor, he was the author of many hymns.

A famous ascetic, he was the spiritual master of Saint Ephrem. Becoming a bishop, he founded the Nisibian Church (Nusaybin, in the south-east of Turkey).

St. Athanasius of Alexandria praised his ardent zeal for fighting Arianism.

At first a hermit, he enjoyed such a reputation that he was chosen as the first bishop of Nisibis.

He sat at the first Ecumenical Council of Nicaea. On his return to his city, he founded an exegetical school, which was soon celebrated by the teaching of St. Ephrem.

In Nisibis in Mesopotamia, the year 338, St. James, first bishop of this city.

Present at the Council of Nicaea, he led his people in peace, taught him, and defended him against the onslaught of the enemies of the faith.

He lived as an ascetic until his election and consecration in 309.

During this ascetic life he had received the gifts of clairvoyance and miracles.

Always dressed in humble garments of goat hair, he ate nothing animal but only what grew.

*Cousin


------------------------------------------------
São Jacques de Nisibe, quem é você?

 

Vamos comemorar amanhã, 11 de maio de 2019:
* São Simão, o zelote e
* Saint Jacques de Nisibe (Mor Jacob de Nisibis, também apelidado de Moisés da Mesopotâmia).

Ele seria da família de São Tiago, irmão de nosso Senhor Jesus Cristo (segundo Mor Augin)

Professor, ele foi o autor de muitos hinos.

Um famoso asceta, ele era o mestre espiritual de Santo Efrém. Tornando-se um bispo, ele fundou a Igreja Nisibiana (Nusaybin, no sudeste da Turquia).

Santo Atanásio de Alexandria elogiou seu ardente zelo pela luta contra o arianismo.

No início, um eremita, ele gozava de tal reputação que ele foi escolhido como o primeiro bispo de Nisibis.

Ele sentou-se no primeiro Concílio Ecumênico de Nicéia. Em seu retorno à sua cidade, ele fundou uma escola exegética, que logo foi celebrada pelos ensinamentos de Santo Efrém.

Em Nisibis na Mesopotâmia, o ano 338, St. James, primeiro bispo desta cidade.

Presente no Concílio de Nicéia, ele conduziu seu povo em paz, ensinou-o e defendeu-o contra o ataque dos inimigos da fé.

Ele viveu como um asceta até sua eleição e consagração em 309.

Durante esta vida ascética ele recebeu os presentes da clarividência e milagres.

Sempre vestido com roupas humildes de pêlo de cabra, ele não comeu nada animal, mas apenas o que cresceu.

* Cousin

 

 

SIMON LE ZÉLOTE,

qui êtes-vous ?

 

Simon est mentionné dans les listes des douze apôtres figurant dans les trois évangiles synoptiques (Mc 3, 18 ; Mt 10, 4 ; Lc 6, 15) et les Actes des Apôtres (Ac I, 13). Il figure aussi dans plusieurs sources chrétiennes occidentales, mais ne fait pas partie des Hommes illustres auxquels saint Jérôme consacre une notice. On le rencontre beaucoup plus souvent dans les sources chrétiennes orientales — écrites notamment en syriaque —


Son surnom, « le Zélote », associé au discours de Jésus tel que transcrit par les évangiles, conduit certains historiens à penser que Simon était un membre du groupe zélote ou un ancien membre qui l'aurait quitté pour rallier le mouvement de Jésus. Toutefois, la question de savoir s'il appartenait au mouvement zélote est débattue chez les historiens. Pour Gérard Nahon, l'apôtre Simon était un Zélote et Jésus, crucifié entre deux « brigands », a peut-être été « considéré comme zélote par Pilate, qui venait de faire exécuter des Galiléens (évangile selon Luc, XIII, 1). » André Paul estime que « comme d'autres apôtres du Christ, ce Simon devait être un ancien zélote. » Toutefois pour Simon Claude Mimouni, l'appellation « Simon le Zélote » ne renvoie pas au groupe de Judas le Galiléen, mais signifie simplement « Simon le Zélé ». Pour lui, le groupe des Zélotes n'existe pas à l'époque de Jésus, mais son mouvement a toutefois pu relever « d'un de ces mouvements d'opposition de la société installés tant en Galilée qu'à Jérusalem — c'est en tout cas ainsi qu'il a été compris par certains de ses disciples, et notamment par ses frères dont le premier d'entre eux est Jacques — Autrement dit Jésus a très bien pu être l'un de ces révoltés qui ont été si nombreux à son époque. »

Dans les évangiles attribués à Marc et à Matthieu on trouve Simon Kananaios (« Cananéen »), probablement la translittération de la tournure hébraïque qannaim, venant du verbe qana, « être jaloux » et signifiant aussi « zélote ».

Pour André Paul, l'auteur de l'évangile attribué à Marc ayant écrit au moment du triomphe de Titus et de Vespasien consécutif à la prise de Jérusalem (v. 71) a conservé la forme hébraïque dans ce texte pourtant écrit en Grec. Kananaios était ainsi incompréhensible par les lecteurs grecs du texte, pour ne pas présenter « un rebelle, comme appartenant au groupe des disciples de Jésus, précaution qu'inspirait à l'auteur le contexte politique de la Rome contemporaine. »

Une quinzaine d'années plus tard, l'auteur de l'évangile attribué à Luc devait s'affranchir plus facilement de cette contrainte dans la région où il publia son texte.

Selon la tradition chrétienne après avoir évangélisé l'Égypte et les Berbères, Simon aurait rejoint l'apôtre Jude de l'autre côté de l'Euphrate pour prêcher « en Perse », ce qui à l'époque correspond à l'empire Parthe. De très nombreuses sources chrétiennes convergent pour parler de cette prédication dans l'espace parthe et au sud de l'Arménie.

Simon serait mort découpé à la scie. Dans son Histoire d'Arménie, Moïse de Khorène rapporte une tradition selon laquelle il serait mort à Weriosphora dans le royaume d'Ibérie (Caucase), tout en précisant qu'il n'est pas sûr de cette information.

(Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Simon_le_Z%C3%A9lote)

PRIERE A NOTRE-DAME

(Source: http://religion-orthodoxe.eu )

 

Kondakion I

 

« Nous tenant dans le temple de ta gloire nous croyons être au Ciel. Mère de Dieu, céleste Portail, ouvre-nous la porte de ta miséricorde! », à nous qui te chantons : Réjouis-toi, Notre-Dame, Écrin de la Foi !

 

Ikos I

 

La France des cathédrales est la perle du monde. Les Notre-Dame de la France sont l’écrin de notre foi. Notre-Dame de Paris est le diamant du trésor ancestral. Aussi, la voyant sous la cendre et l’humiliation, nous lui crions avec larmes :

 

Pardonne-nous, Beauté humiliée !

Pardonne-nous, Gloire crucifiée !

Pardonne-nous, Amour désavoué !

Pardonne-nous, Colonne ébranlée !

Pardonne-nous, Forteresse invaincue !

 

Réjouis-toi, Notre-Dame, Écrin de la Foi !

 

Kondakion II
 

Le Christ Sauveur entra dans Jérusalem pour y offrir par amour sa Passion victorieuse. Sa Mère très pure le suivait, prenant sa part de ses libres souffrances. Aussi devant la Croix de Notre-Dame nous chantons un paradoxal Alléluia!

 

Ikos II

 

Au terme de ce Carême, faisant route vers la Pâque du Sauveur, nos cœurs brisés de chagrin ont vu l’embrasement de Notre-Dame, et nous lui chantons avec deuil :

 

Pardonne-nous, Arche d’Alliance où repose l’Évangile !

Pardonne-nous, Jérusalem où brille la Résurrection !

Pardonne-nous, Temple de l’unique Testament divin !

Pardonne-nous, Embrasement de nos cœurs desséchés !

Pardonne-nous, Sinistre de nos esprits sans foi !

Pardonne-nous, Espérance inconsumée !

 

Réjouis-toi, Notre-Dame, Écrin de la Foi !

 

Kondakion III
 

Ô Vierge souveraine, tu es la protectrice de tous les hommes, les croyants et les incroyants. De ton regard maternel, ô notre Dame, tu vois en chacun le meilleur de lui-même et nous t’offrons un vibrant Alléluia!

 

Ikos III

 

Le cours paisible de la Seine éteint le feu par l’eau. Feu pour feu, amour pour haine, sagesse pour folie, joie pour tristesse, nous apportons le cierge de notre prière, et nous chantons, la gorge serrée :

 

Pardonne-nous, Icône de la prière des peuples !

Pardonne-nous, Confiance de ceux qui ne croient pas encore !

Pardonne-nous, Merveille pour l’ignorant touriste !

Pardonne-nous, Joie et Consolation de ceux qui croient !

Pardonne-nous, Pèlerinage éternel aux sources du Salut !

 

Réjouis-toi, Notre-Dame, Écrin de la Foi !

 

Kondakion IV
 

À la vue de Notre-Dame, nos cœurs, ô Christ Sauveur, se brisent par la grâce du repentir. Nous prosternant devant la Cathédrale en flammes, nous demandons le pardon de tous nos péchés et nous te chantons un confiant Alléluia!

 

Ikos IV

 

 

PAR SA MORT, CHRIST A VAINCU LA MORT
 
"De plus en plus la vie chrétienne semble se limiter à une « manière de se comporter », à un code de bonne conduite.
 
De plus en plus le christianisme s'aliène en prenant un caractère social adapté aux mesures des exigences humaines les moins dignes, aux mesures du conformisme, de la conservation stérile, de l'étroitesse du cœur et de l'absence d'audace, aux mesures du moralisme insignifiant qui cherche à embellir la lâcheté et la sécurité individuelle en les couvrant de la parure mortelle des convenances sociales. 
 
Les hommes qui ont réellement soif de vie, qui sont chaque jour sur la corde raide à la frontière de toutes les morts possibles, qui luttent désespérément pour distinguer quelque lumière dans le mystère hermétique de l'existence humaine, c'est-à-dire les hommes auxquels fondamentalement et par excellence s'adresse l’Évangile du salut, tous ces hommes, inéluctablement, demeurent loin de l'ordre rationnellement organisé, conventionnel, social, de la chrétienté établie.
 
Dans un tel climat aujourd'hui, pour un grand nombre d'hommes, de chrétiens, l'ascèse - fût-ce comme notion, ou comme mot - est pour ainsi dire incompréhensible.
 
Si l'on parle du jeûne, de tempérance, de limitation volontaire des désirs individuels, il est sûr qu'on recevra en retour condescendance ou ironie.
 
Ceci bien sûr n'empêche pas les hommes d'avoir leurs «convictions métaphysiques », de croire à quelque « être suprême» ou au « doux Jésus» qui a enseigné une Ethique admirable.
 
Mais la question est de savoir à quoi servent les « convictions métaphysiques» si elles ne donnent pas une réponse réelle (non pas idéaliste et abstraite) au problème de la mort, au scandale de la dissolution du corps dans la terre.
 
Cette réponse ne se trouve que dans la connaissance que donne l'ascèse, l'étude de l'opposition de la mort dans notre corps même, le dépassement dynamique du dépérissement de l'hommeEt non pas n'importe quelle ascèse.
 
Mais celle qui nous rend conformes à l'exemple du Christ, lequel a volontairement accepté la mort pour la détruire : 
 
-« Par la mort Il a vaincu la mort »
 
Tout dépérissement volontaire de l'égocentricité «contre nature» est en puissance une abolition de la mort et un triomphe de la vie de la personne.
 
Pour que l'homme parvienne enfin à remettre en toute confiance son corps - qui est l'ultime retranchement de la mort - dans les mains de Dieu, dans les bras de la « terre du Seigneur », dans l'accomplissement de la communion des saints."
Christos Yannaras 
extrait "La liberté de la morale" (Labor et Fides - Perspective orthodoxe)

 

 

 

 

Prière pour les familles:

Ô Jésus très aimant, qui,
par Vos ineffables vertus
et exemples de vie domestique,
avez consacré la Famille choisie
pour Vous sur la terre,
jetez un regard de Miséricorde
sur notre famille et daignez recevoir l’offrande que nous Vous faisons de nous- même et consacrer les membres de cette famille qui,
prosternée à vos pieds,
Vous supplie de lui être propice.
Souvenez-Vous que ce foyer
Vous appartient, comme
s'étant voué et consacré à Vous
pour Vous honorer d'un culte particulier.
Protégez notre famille dans Votre Bonté,
délivrez notre foyer de tous périls,
secourrez notre communauté de vie dans toutes ses nécessités,
accordez à notre famille la force de persévérer
toujours dans l'imitation de Votre Sainte-Famille,
afin que, fidèlement attachée à Votre Amour
tout le temps de sa vie mortelle,
elle puisse enfin chanter
Vos éternelles louanges dans les Cieux.
Ô Marie, très douce Mère,
nous implorons Votre protection,
bien persuadés que Votre Divin
et unique Fils exaucera Vos prières.
Et Vous aussi,
très glorieux Patriarche Saint-Joseph,
unissez l'appui de votre paternel patronage à la douce intercession de notre Mère miséricordieuse qui, avec vous,
remettra nos voeux entre les mains du Christ- Jésus notre Divin Rédempteur et Médiateur, Lui qui, étant Dieu, vit et règne avec le Père, dans l’unité du St Esprit pour les siècles des siècles .Amîn.
Jésus, Marie, Joseph,
éclairez-nous,
secourez-nous,
conduisez- nous au Christ Sauveur !
Amîn.

Prière à St Michel:

Saint Michel Archange,
défendez-nous dans le combat;
soyez notre protecteur
contre les méchancetés
et les embûches du démon.
Que Dieu lui commande,
nous vous en supplions ;
et vous, prince de la milice céleste,
par le pouvoir divin qui vous a été confié,
précipitez au fond des enfers Satan
et les autres esprits mauvais
qui parcourent le monde
pour la perte des âmes.

---------------------

Oração pelas famílias:

Ó amoroso Jesus, que
por suas virtudes inefáveis
e exemplos de vida doméstica,
dediquei a Família escolhida
para você na terra
dê uma olhada em Mercy
sobre a nossa família e digna-se a receber a oferta que fazemos de nós mesmos e a consagrar os membros desta família que,
prostrado a seus pés,
Você implora para ser propício.
Lembre-se que esse fogo
Pertence a você, como
tendo dedicado e dedicado a você
para honrá-lo com uma adoração particular.
Proteja nossa família em sua bondade
entregar nossa casa de todos os perigos,
ajudar nossa comunidade de vida em todas as suas necessidades,
dar a nossa família a força para perseverar
sempre em imitação da Sua Sagrada Família,
de modo que, fielmente ligado ao seu amor
todo o tempo da sua vida mortal,
ela pode finalmente cantar
Seu eterno louvor no céu.
Ó Maria, muito querida Mãe,
Nós imploramos a sua proteção,
bem convencido de que o seu Divino
e somente o Filho responderá suas orações.
E você também
Patriarca muito glorioso São José,
unir o apoio de seu patrocínio paterno com a doce intercessão de nossa misericordiosa Mãe que, com você,
entregamos nossos votos às mãos de Jesus Cristo, nosso Divino Redentor e Mediador, que, sendo Deus, vive e reina com o Pai, na unidade do Espírito Santo para todo o sempre.
Jesus, Maria, José
esclarecer-nos,
socorrer-nos,
leva-nos a Cristo, o Salvador!
Amin.

Oração a São Miguel:

São Miguel Arcanjo,
defenda-nos na luta;
ser nosso protetor
contra os bandidos
e as armadilhas do diabo.
Deus manda ele
nós te imploramos;
e você, príncipe da milícia celeste,
pelo poder divino que lhe foi confiado
correr para o inferno Satan
e outros espíritos malignos
quem vagueia pelo mundo
pela perda de almas.

------------------------------------------------------

Prayer for families:

O very loving Jesus, who
by Your ineffable virtues
and examples of domestic life,
have dedicated the chosen Family
for you on the earth,
take a look of Mercy
on our family and deign to receive the offering we make of ourselves and consecrate the members of this family who,
prostrate at your feet,
You beg to be propitious.
Remember that this fire
Belongs to you, as
having dedicated and devoted to you
to honor you with a particular worship.
Protect our family in Your goodness,
deliver our home from all dangers,
help our community of life in all its necessities,
give our family the strength to persevere
always in imitation of Your Holy Family,
so that, faithfully attached to Your Love
all the time of his mortal life,
she can finally sing
Your eternal praise in Heaven.
O Mary, very sweet Mother,
We implore Your protection,
well convinced that your Divine
and only Son will answer your prayers.
And you too,
very glorious Patriarch Saint Joseph,
unite the support of your paternal patronage with the sweet intercession of our merciful Mother who, with you,
give our vows to the hands of Christ Jesus, our Divine Redeemer and Mediator, who, being God, lives and reigns with the Father, in the unity of the Holy Spirit for ever and ever. Amin.
Jesus, Mary, Joseph,
enlighten us,
succor us,
lead us to Christ the Savior!
Amin.

Prayer to St Michel:

Saint Michael Archangel,
defend us in the fight;
be our protector
against the bad guys
and the pitfalls of the devil.
God command him,
we beg you;
and you, prince of the heavenly militia,
by the divine power entrusted to you,
rush to hell Satan
and other evil spirits
who roam the world
for the loss of souls.

-----------------------------------------

صلاة للعائلات:

يا يسوع المحب جدا
من فضائلك التي لا تُحتمل
وأمثلة للحياة المنزلية ،
كرست العائلة المختارة
لك على الأرض ،
نلقي نظرة على الرحمة
على عائلتنا والتأهل لتلقي العرض الذي نقدمه لأنفسنا وتكريس أفراد هذه الأسرة الذين ،
السجود عند قدميك ،
أنت تتوسل لتكون مواتية.
تذكر أن هذه النار
ينتمي لك ، كما
وقد كرس ومكرس لك
لتكريم لك مع عبادة معينة.
حماية عائلتنا في صلاحك ،
تسليم منزلنا من جميع المخاطر ،
مساعدة مجتمعنا في الحياة في جميع ضروراته ،
إعطاء عائلتنا القوة للمثابرة
دائما في تقليد عائلتك المقدسة ،
بحيث ، تعلق بإخلاص لحبك
في كل وقت من حياته المميتة ،
يمكنها الغناء في النهاية
ثناءك الأبدي في الجنة.
يا مريم ، الأم الجميلة جدا ،
نحن نناشد حمايتك ،
مقتنع جيدا أن الإلهي الخاص بك
والابن الوحيد سوف يجيب على صلواتك.
و انتم ايضا،
البطريرك القديس يوسف المجيد ،
توحيد دعم رعايتك الأبوية مع الشفاعة الحلوة لأمنا الرحيمة التي ، معك ،
اعطِ وعودنا إلى أيدي السيد المسيح يسوع ، مخلصنا الإلهي ووسيطنا ، الذي هو الله ، يعيش ويسود مع الآب ، في وحدة الروح القدس إلى أبد الآبدين.
يسوع ، ماري ، يوسف ،
ينورنا،
نجدة لنا،
يقودنا إلى المسيح المخلص!
أمين.

صلاة القديس ميشيل:

القديس ميخائيل رئيس الملائكة ،
تدافع عنا في المعركة ؛
يكون حامية لدينا
ضد الأشرار
ومزالق الشيطان.
أمره الله ،
نتوسل إليك
وأنت أمير الميليشيا السماوية ،
بواسطة القوة الإلهية الموكلة إليك ،
التسرع في الجحيم الشيطان
وغيرها من الأرواح الشريرة
الذين يجوبون العالم
لفقدان النفوس.

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

jesus_pecheurs Isaac Fanous.jpg:

PRIERE POUR LES VOCATIONS:

Père, faites se lever parmi les chrétiens 
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, 
qui maintiennent la foi vivante 
et gardent une mémoire pleine de gratitude de Votre Fils Jésus, 
par la prédication de sa parole 
et l'administration des sacrements, 
par lesquels Vous renouvelez continuellement vos fidèles dans la Grâce du Saint Esprit. 

Donnez-nous de saints ministres de Votre autel, 
qui soient des célébrants attentifs et fervents de l'eucharistie, 
sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde, sacrement de la pérennité de Sa présence comme "l'Emmanuel", Dieu présent au milieu et pour le salut de Son Peuple. 

Appelez des ministres de Votre miséricorde, 
qui dispensent la joie de Votre pardon 
par le sacrement de la réconciliation. 

Père, puisse notre Église Syro-Orthodoxe francophone accueillir avec joie 
les nombreuses inspirations de l'Esprit de Votre Fils 
et, qu'en étant docile à ses enseignements, 
elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal 
et à la vie consacrée. 

Soutenez nos Pères dans la Foi, nos Métropolites,les évêques, les prêtres, les diacres, 
les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ, à l'intérieur et à l'extérieur de notre Tradition Syro-Orthodoxe 
afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission 
au service de l'Évangile. 

Nous Vous le demandons par le Christ notre Seigneur, Votre Fils bien-aimé qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles sans fin.

Amîn. 

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des apôtres, priez pour nous ! 

__________

 

ORAÇÃO PELAS VOCAÇÕES:

Tree of Life #Jesus #Disciples #Coptic Icon:
Pai, deixe repousar entre os cristãos
numerosas e santas vocações ao sacerdócio,
que mantenham viva a fé
e manter uma memória cheia de gratidão Seu Filho Jesus,
pela pregação de sua palavra
e administrar os sacramentos,
pelo qual você renovar continuamente os vossos fiéis na graça do Espírito Santo.

Dê-nos santos ministros do vosso altar,
que estão celebrantes atentos e entusiastas da Eucaristia,
sacramento do dom supremo de Cristo para a redenção do mundo, o sacramento da sustentabilidade da sua presença como "Emmanuel", Deus presente entre e para a salvação de Seu povo.

Chamar ministros de sua mercê,
que fornecem a alegria de Seu perdão
através do Sacramento de reconciliação.

Pai, que nossa Igreja siro-ortodoxo falando alegremente boas-vindas
as numerosas inspirações do Espírito de Seu Filho
e, que sendo obedientes a seus ensinamentos,
ela cuida das vocações ao ministério sacerdotal
e à vida consagrada.

Apoiar nossos pais na fé, nossos metropolitanas, bispos, sacerdotes, diáconos,
pessoas consagradas e todos os baptizados em Cristo, dentro e fora da nossa tradição siro-ortodoxo
de modo que eles fielmente cumprir a sua missão
o serviço do Evangelho.

Você Nós vos pedimos por Cristo, nosso Senhor, Seu amado Filho, que vive e reina contigo eo Espírito Santo para todo o sempre.
Amin.

Modern Coptic Madonna:

Ó Maria, Mãe de Misericórdia e Rainha dos Apóstolos, rogai por nós!

SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIA

Toujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons...

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

 

  

 

N'oublions-pas les évêques, prêtres et fidèles chrétiens détenus par les

 

"islamistes" ou terroristes en tous genres ! Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

Let us not forget the bishops, priests and faithful Christians held by "Islamists" or

 

terrorists of all kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them. Pray for their

 

release ...

 

Não nos esqueçamos dos bispos, sacerdotes e fiéis cristãos

"Islamistas" ou terroristas de todos os tipos! Ore incansavelmente pelo

Senhor os apóia. Ore pela sua libertação ...

 

 

  

Où nous trouver ? 

 

Grande Paroisse NORD-OUEST et NORD-EST (Paroisse Cathédrale N-D de Miséricorde):

 

NORMANDIE :

CHANDAI (61) et CHAISE-DIEU DU THEIL (27):

 

* Le Sanctuaire Marial de la

Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

Messe journalières en semaine à 10h30

 

Tous les dimanches, Messe à 10h30 et permanence constante de prêtres  pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

(Liturgie de St Jacques dite "d'Antioche-Jérusalem") 

Tel: 02.33.24.79.58 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

Maison Ste Barbe 
(Siège de l'Ass Caritative CARITAS E S O F)

15 Rue des 3 Communes
27580 CHAISE-DIEU DU THEIL

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

* Relais Paroissial St Michel

S/ Mme H MARIE, 43 Rue de la Marne

14000 CAEN.Tel: 02.33.24.79.58

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 Le 30 de chaque mois, Permanence pastorale de 8h30 à 19h (Sur R.D.V) chez Mme Henriette Marie, 43, Rue de la Marne à CAEN. Tel 06.33.98.52.54 . (Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) . 

-+-

Grande Paroisse "NOUVELLE AQUITAINE" , OCCITANIE (N-D de la Très Sainte Trinité) :

 

NANTES:

 *Groupe de prières et "relais paroissial" St Charbel

18h, Messe le 2ème jeudi de chaque mois et permanence régulière d'un prêtre Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) de 9h à 17h (06.48.84.94.89 ).

ANGOULÊME (Jauldes):

*Paroisse N-D de Toutes Grâces et St Ubald

MAISON NOTRE-DAME
66,Place Schoeneck, LE BOURG
16560 JAULDES. 

Tel: 05.45.37.35.13
Messe les 2èmes et  4èmes Dimanches de Chaque mois à 10h30 suivies d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

* Possibilité de prendre Rendez-vous avec le prêtre la semaine suivant le 2éme dimanche du mois ainsi que pour les visites aux malades et à domicile.

Permanence régulière d'un prêtre pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

PERIGUEUX (La Chapelle Faucher):

*Paroisse Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front


ERMITAGE ST COLOMBAN*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530 LA CHAPELLE FAUCHER.

Tel:05.45.37.35.13

 Messe le 4ème samedi de Chaque mois à 10h30 et permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISMES, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

LOURDES:

*Relais paroissial St Gregorios de Parumala

 Messes épisodiques ( en fonction des besoins des fidèles) à 10h30

Rte de Pau

 

-+-

CAMEROUN, PAKISTAN ET BRÉSIL:

Pour obtenir les adresses du Monastère de YAOUNDÉ,

des paroisses et "relais paroissiaux de Doula, Yaoundé, Elig Nkouma, Mimboman, Bertoua, Monabo, veuillez les demander au Monastère Métropolitain. De même pour les Paroisses du Brésil et du Pakistan: 

 Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

_____________________________________________________________________

VOUS N'AVEZ PAS PENSE  A VOTRE

EFFORT DE CARÊME ?

POUR AIDER LA MISSION EN

FRANCE ET AILLEURS, C'EST

SIMPLE...

Il faut impérativement:

*PENSER A VOUS ACQUITTER DU "DENIER DU CULTE",

*CONFIER AU MONASTÈRE LA CÉLÉBRATION DE

VOS MESSES POUR LES VIVANTS ET LES DÉFUNTS DE

VOS FAMILLES,...

Tout don est déductible de votre revenu imposable

à raison de 66 °/° de son montant.(Libellez vos Chèques Bancaires

  l'ordre de : Métropolie E S O F)

MERCI,

SANS VOTRE AIDE LA MÉTROPOLIE (L'Archidiocèse de l'Eglise

Syro-Orthodoxe  Francophone Mar Thoma ) NE POURRA PAS SURVIVRE. 

Adresse: 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

_____________________________________________________

_____________________________________________________

 

++++++++++++++++++++++++++

Ou trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

 

_____________________________________________________

 

   

"L'avenir est dans la paix, il n'y a pas d'avenir sans paix"

 

 

"The future is in peace, there is no future without peace"

 

"O futuro está em paz, não há futuro sem paz"  

 

(SS Ignatius Aprem II)

 

Note:

 

Eglise locale fondée grâce à l'élan missionnaire de l'Eglise Syrienne Orthodoxe des Indes (Malankare), notre Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles, nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non obligatoires.Toute offrande fait cependant l'objet d'une déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre revenu). 
Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, moniale ( 06.17.51.25.73).

-------------------------------------------------------------

Nota:

Igreja local fundada pelo impulso missionário da Igreja Síria Ortodoxa da Índia (Malankara), nossa Igreja siro-Orthodoxe- Francophone é uma igreja ortodoxa-Leste.

O Mosteiro siríaco é um Centro de oração para a unidade das Igrejas Apostólicas, unanimidade de Christian Witness ea paz mundial.

¤ Permanência pastoral em vários região da França para: Acompanhamentos espirituais, sacramentos Sacramental (bênçãos, orações de libertação ou exorcismo, orações de cura) ...

Para o serviço pastoral para o Mosteiro como a casa dos fiéis para estadias curtas ou retiros espirituais, não requer qualquer fixo.

As ofertas são livres e não obligatoires.Toute oferecendo ainda sido deduzido do seu rendimento tributável à alíquota de 66 ° / ° de sua renda).
Denominar todas C B na seguinte ordem "S S M E Metropolis"

Para os sírio-ortodoxos Capelania francófonos africanos que vivem na França, entre em contato com as cabeças: Mor Philipose Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitan e irmã Marie-Andre M'Bezele, freira (06.17.51.25.73).

-----------------------------------------------------------------

Note:

A local church founded on the missionary impulse of the Syrian Orthodox Church of India (Malankare), our Syro-Orthodox-Francophone Church is an Eastern Orthodox Church.

The Syriac Monastery is a Center of Prayer for the unity of the Apostolic Churches, the unanimity of the Christian Testimony and the peace of the world.

¤ Pastoral permanence in various regions of France for: Spiritual accompaniments, Sacraments, Sacramentals (Blessings, Prayers of deliverance or exorcism, prayers of healing) ...

For the pastoral services rendered to the Monastery as the reception of the faithful for short stays or spiritual retreats, we do not require any fixed.

The offerings are free and not obligatory. However, any taxable income is deducted from your taxable income of 66% of your income.
Write all C B 

CONFIER DES INTENTIONS DE PRIÈRE AU MONASTÈRE , C'EST SIMPLE...

Le Moine ne rompe pas la solidarité profonde qui doit unir entre eux les frères humains… Ils se conforment aux sentiments du Christ Tête de l'Eglise, le "premier né d'une multitude de frères" et à Son amour pour tous les hommes…

A travers les prières monastiques, c’est toute l’Eglise qui prie et intercède pour l’humanité.

Le savez-vous ? Chacun de vous, dans le secret de son existence, participe à cet immense courant de prière souterraine qui irrigue le monde…

Si vous le souhaitez, vous pouvez nous confier une intention de prière en l'envoyant à l'adresse suivante:

--------------------

DÃO AS INTENÇÕES DE ORAÇÃO mosteiro é
SIMPLES ...

O monge não quebrar a profunda solidariedade que deve unir-los irmãos humanos ... Eles devem respeitar os sentimentos de Cristo Cabeça da Igreja, o "primogênito entre muitos irmãos" e seu amor por todos os homens ...

Através das orações monásticas é toda a Igreja que reza e intercede pela humanidade.

Você sabia? Cada um de vocês, no segredo da sua existência, participa nesta oração subterrâneo imenso poder que irriga o mundo ...

Se desejar, você pode confiar uma intenção de oração, enviando-o para o seguinte endereço:

---------------------

GIVING INTENTIONS OF PRAYER TO THE MONASTERY IS
SIMPLE...

The Monk does not break the deep solidarity that must unite the brothers

Human beings ... They conform to the sentiments of Christ Head of the Church, the

"The firstborn of a multitude of brothers" and His love for all men ...

Through monastic prayers, the whole Church prays and intercedes for

humanity.

Do you know ? Each of you, in the secret of his existence, participates in this

Immense current of underground prayer that irrigates the world ...

If you wish, you can entrust us with an intention of prayer by sending it to the following address:

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn

Partager cet article
Repost0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone
10 mai 2019 5 10 /05 /mai /2019 08:38
L’énergique réponse du Pape pour lutter contre les abus sexuels

Deux mois après le sommet sur la protection des mineurs organisé en février au Vatican, le Saint-Siège a publié ce 9 mai "Vos estis lux mundi", un motu proprio énergique pour lutter contre les abus sexuels. Il prévoit notamment une obligation de dénonciation et prend en compte les cas d’abus commis par des évêques.

En février dernier, le sommet sur la protection des mineurs semblait avoir déçu. Alors que nombreux en attendaient des mesures efficaces, la rencontre s’était conclue sans que rien de concret ne soit véritablement annoncé. Un tout petit peu plus de deux mois après ce sommet, le motu proprio Vos estis lux mundi vient répondre à ces attentes. Il reprend notamment des mesures avancées lors du sommet, prouvant bien que celui-ci a été loin d’être inutile.

 

Première mesure-choc : l’obligation pour tous les diocèses du monde de se doter d’ici un an d’un ou plusieurs « dispositifs stables et facilement accessibles » pour permettre à chacun de dénoncer des abus sexuels commis sur mineurs ou sur personne vulnérable, ou encore par abus d’autorité. La détention, production et distribution de matériel pédopornographiques sont aussi concernées. Deuxième mesure-choc : une obligation faite à tous les clercs et consacrés de dénoncer « sans délai » les cas d’abus sexuels dont ils auraient connaissance ou qu’ils soupçonneraient. Les mots sont clairs et l’exigence est ferme.

Vos estis lux mundi ne s’arrête pas là et prend à bras le corps le délicat cas des abus sexuels sur mineurs commis par des évêques. Dans ce cas, c’est à l’archevêque métropolite de la province ecclésiastique concernée de mener l’enquête, sur autorisation du Vatican. Là encore, la rapidité est de mise : le Saint-Siège doit autoriser l’enquête sous trente jours après signalement et le métropolite doit conclure son enquête en trois mois. Il s’agit donc d’obligations importantes et fortes, alors que l’Église se voit souvent reprocher les trop longs délais de traitement de tels cas.

Valoriser l’apport des laïcs

Cette responsabilisation inédite du métropolite est un fruit du sommet de février dernier. Cette idée avait alors en effet été longuement exposée par l’archevêque de Chicago et coorganisateur du sommet, le cardinal Blase Cupich. Autre fruit du sommet : la prise en compte du risque de destruction de preuves, mis en avant en février par le cardinal Reinhard Marx, archevêque de Munich. L’attente — finalement pas si longue — pour les mesures concrètes est ainsi justifiée.

Le motu proprio vient aussi mettre en garde contre une tentation « cléricaliste » dans la gestion de ces douloureux cas. En effet, il prévoit que le métropolite puisse être assisté dans son enquête. Dans ce cas, il doit « en particulier » prendre en compte la possibilité de coopération offerte par les laïcs. Les personnes « qualifiées » choisies pour collaborer à l’enquête doivent alors prêter serment de mener « convenablement et loyalement » la mission qui leur est confiée.

Par ce motu proprio, le pape François vient également lutter contre les « actions ou omissions directes visant à interférer ou éluder des enquêtes » — en d’autres termes les tentatives d’ensablement — commises par des évêques. Si de tels faits venaient à être sus, le métropolite sera également chargé de mener l’enquête. Parmi ces comportements répréhensibles, précise le chef de l’Église catholique, figurent notamment « tous préjudices, rétorsions ou discriminations » contre les auteurs de signalement. De même, il est strictement interdit de contraindre ces derniers au silence. Par ailleurs, les lois étatiques doivent toujours être respectées.

Si la présomption d’innocence est réaffirmée par ce document, il n’en demeure pas moins qu’il prévoit que « les autorités ecclésiastiques s’engagent en faveur de ceux qui affirment avoir été offensés ». Obligation de dénonciation, facilitation du signalement, rapidité de l’enquête et lutte contre les tentatives d’ensablement : c’est bien du côté des victimes que s’engage résolument le pape François et avec lui toute l’Église.

Prions qu'un retour à l'orthodoxie de la Foi et des rites sacramentels, canaux très précieux et ordinaires pour transmettre la Grâce du Saint Esprit, favorise l'unité catholique de l'unique Église du Christ* !

 

*Unité Catholique qui réside , ne l'oublions-pas, dans la communion de ces Eglises Orthodoxes qui vivent de la Tradition Apostolique.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone
7 mai 2019 2 07 /05 /mai /2019 14:30

 

Programme des prochaines semaines au Monastère Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Miséricorde:

 

 

 

 

 

 

 

*Dimanche 19 MAI:

 Grand Pèlerinage annuel à Sainte Rita

10h30, Messe , bénédiction des roses et de l'huile de Ste Rita (Pour les malades) suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

 

DU DIMANCHE 19 AU MERCREDI 22 MAI (Inclusivement), Retraite de délivrance et de guérison au Monastère.

Pour vous inscrire:

06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées) ou Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

 

*Mercredi 22 MAI:

 Fête de Sainte Rita

10h30, Messe ,  suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

 

 

 

*JEUDI 30 MAI, ASCENSION DE NOTRE-SEIGNEUR:

 10h 30, Procession des Rogations et  

Messe suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

 

ATTENTION ! PAS DE MESSE AU MONASTÈRE LE 12 MAI.

LE 12 MAI A JAULDES EN CHARENTE

(FÊTE PATRONALE) ,

Départ du Monastère de Normandie pour la Charente le Samedi 11 Mai à 7h. A l'arrivée, déjeuner, vers 15h visite à la Grotte de Saint Cybard et visite d’Angoulême, dîner et Soutoro (Complies)

VENEZ INVOQUER

NOTRE-DAME DE TOUTES GRÂCE ET

 

SAINT UBALD, PUISSANT

INTERCESSEUR DANS L’EXPULSION

 

DES MAUVAIS ESPRITS

10h30, Quadisha Qurbana (Sainte Messe) suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles par Mor Philipose et le Père Georges pour tous services pastoraux.

Dimanche dernier  (5 Mai) ,  par une météo mitigée se déroulait le Pèlerinage du Mois de Marie à Notre-Dame de Miséricorde et aux saints du Kerala.

Lors de la Messe tous ceux qui s'étaient excusés ainsi que ceux qui nous avaient promis leur présence mais ne respectèrent pas leur parole étaient dans la prière des frères et sœurs présents.

En fin de Messe, nous avons procédé à la bénédiction de l'huile en l'honneur de Saint Abraham Koorilose Bava, premier Métropolite de l'Eglise Syrienne du Malabar (Aujourd'hui MISC ).


Pour de nombreux fidèles le souvenir de son successeur sur le Siège de Tozhioor : S E le Valiya Metropolitan Joseph Mar Koorilose était bien présent. C'est ensemble en effet que nous diffusames en France la dévotion à Mar Abraham Koorilose Bava.

La journée s'est passée dans la piété et la sérénité.

Nous serons le Weekend prochain en Charente pour la Fête Patronale de la paroisse N-D source de toutes Grâces - Saint Ubald de Jauldes ("Grand Angoulême"). Il n'y aura pas de Messe au Monastère.

Les fidèles qui resteront seront redirigés vers une communauté amie de Rite latin (traditionnel). Départ à 9h du Monastère pour rejoindre cette communauté.

 

Nous nous retrouverons le dimanche 19 et surtout le 30 pour la Solennité de l'Ascension de Notre Seigneur (La Messe sera précédée de la Procession des Rogations et de la Bénédiction des campagnes ).

"Nous ne pouvons pardonner de tout notre cœur à quelqu'un qui nous fait du mal si nous ne possédons pas la vraie connaissance. 
Car cette connaissance nous montre que nous méritons tout ce que nous vivons."

(Saint Marc l'Ascète)

 

******

« … l'Orthodoxie traverse le monde actuel et le sauve.

Comment ?

Par sept actions :
- Elle aime ce monde actuel,
- Elle pardonne à ce monde actuel,
- Elle ne juge pas ce monde actuel,
- Elle accepte ce monde actuel,
- Elle prie pour ce monde actuel,
- Elle pleure avec ce monde actuel,
- Elle meurt dans ce monde actuel pour le ressusciter, Amen !... »

Il serait bon de ne pas oublier ce texte de l'Evêque Jean de Saint Denis de bienheureuse mèmoire. De ne pas oublier... et de s'en inspirer dans nos relations avec toute nos relations sans exception. 
En voisi le texte intégral tel que nous le livre, avec l'introduction ci-dessus, le Père Luc Duloisy :

« Le mot orthodoxie est composé de deux termes grecs :
- "ortho": debout, droit, ligne verticale qui s’élève vers les hauteurs, jusqu’en la Divine Trinité, et descend vers le plus bas, jusqu’au néant; 
- "doxie": gloire, pensée-louange, glorification contemplative où l’élément émotif est confondu avec l’élément cognitif, et cette pensée-glorification a comme un mouvement : debout, vertical, une flèche, de l’abîme jusqu’en très haut lieu, ou encore : plus haut, jusqu’à l’unité. 
Ni à droite, ni à gauche, ni dans le passé, ni dans le futur. 
L’Orthodoxie, c’est le rayon traversant chaque chose, chaque événement, chaque date de l’Histoire, chaque pensée, chaque tradition. 
Le monde actuel est trouble comme l’eau troublée. 
La matière est spiritualisée, elle est devenue plus fine qu’une toile d’araignée suspendue dans l’espace infini et incolore, et l’esprit se matérialise comme des gouttes de boue liquide. 
Quel rapport entre Orthodoxie et le monde actuel ? Aucun. 
Ou plutôt le même rapport qu’entre idée et fatigue, entre être et cruauté, entre debout et malade. 
Aucun rapport dans leur nature, mais l’Orthodoxie traverse le monde actuel et le sauve. 
Comment ? Par sept actions :
- Elle aime ce monde actuel,
- Elle pardonne à ce monde actuel,
- Elle ne juge pas ce monde actuel,
- Elle accepte ce monde actuel,
- Elle prie pour ce monde actuel,
- Elle pleure avec ce monde actuel,
- Elle meurt dans ce monde actuel pour le ressusciter, Amen ! »

 

 

St. Nicolas Velimirovitch:
Qu'est-ce que le Christ écrivait sur le sol ?
 
 
L'évêque Nicolas, théologien doué combinant un haut niveau d'érudition avec la simplicité d'une âme imprégnée de l'amour et de l'humilité du Christ, est souvent appelé le "nouveau Chrysostome" pour sa prédication inspirée. Père spirituel du peuple serbe, il ne cessait de l'exhorter à accomplir sa vocation de nation : servir le Christ. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il fut emprisonné au camp de concentration de Dachau. Plus tard, il a servit en tant que hiérarchie [...] en Amérique, où il est mort.
 
*
 
Un jour, le Seigneur Très-aimant était assis devant le temple à Jérusalem, nourrissant les cœurs affamés avec Ses doux enseignements.
 
Et tout le peuple vint à lui (Jean 8:2).
 
Le Seigneur parla au peuple de la félicité éternelle, de la joie sans fin des justes dans la patrie éternelle des Cieux. Et le peuple se réjouit de Ses paroles divines. L'amertume de beaucoup d'âmes déçues et l'hostilité de beaucoup d'offensés disparurent comme neige sous les rayons lumineux du soleil.
 
Qui sait combien de temps aurait duré cette merveilleuse scène de paix et d'amour entre le ciel et la terre, si quelque chose d'inattendu ne s'était pas produit alors. Le Messie qui aime l'humanité ne s'est jamais lassé d'enseigner le peuple, et les gens pieux ne se sont jamais lassés d'écouter une telle guérison et une telle sagesse merveilleuse.
 
Mais quelque chose d'effrayant, de sauvage et de cruel se produisit. Elle naquit comme elle le fait encore aujourd'hui, avec les scribes et les pharisiens. Comme nous le savons tous, les scribes et les pharisiens gardaient la loi extérieurement, mais la transgressaient. Notre Seigneur les réprimandait fréquemment. Par exemple, il a dit :
 
Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! ... extérieurement vous paraissez justes aux hommes, mais au dedans vous êtes pleins d'hypocrisie et d'iniquité (Matt. 23:27, 28)
 
Qu'est-ce qu'ils firent alors ? Ils avaient peut-être attrapé le chef d'une bande de brigands ? Rien de la sorte. Ils firent sortir de force une malheureuse femme pécheresse, prise en flagrant délit d'adultère ; ils la firent sortir avec une vantardise triomphante et des cris grossiers et assourdissants. Après l'avoir amenée devant le Christ, ils crièrent :
 
Maître, cette femme a été prise en flagrant délit d'adultère. Moïse nous a ordonné dans la loi que ceux-là soient lapidés, mais que dis-tu ? (Jean 8:4-5 ; cf. Lv 20:10, Dt 22:22).
 
Le cas fut présenté de cette façon par des pécheurs qui dénonçaient les péchés des autres et qui étaient capables de cacher leurs propres défauts. La foule effrayée se sépara, laissant la place à ses anciens. Certains fuirent par peur, parce que le Seigneur avait parlé de vie et de bonheur, alors que ces "grandes gueules" réclamaient la mort.
 
Il aurait été approprié de se demander pourquoi ces anciens et gardiens de la loi n'avaient pas lapidé la femme pécheresse eux-mêmes ? Pourquoi l'ont-ils amenée à Jésus ? La loi de Moïse leur donnait le droit de la lapider. Personne ne s'y serait opposé. Qui proteste, de nos jours, quand la peine de mort est prononcée contre un criminel ? Pourquoi les anciens juifs ont-ils amené cette femme pécheresse au Seigneur ? Certainement  pas pour obtenir de Lui une commutation de peine ou la clémence ! Tout sauf ça ! Ils l'ont amenée avec un plan prémédité et diabolique pour attraper le Seigneur avec des paroles contraires à la loi, afin de l'accuser aussi. Ils espéraient d'un seul coup faire disparaître deux vies, celle de la coupable et celle du Christ. Que dis-tu, toi ?
 
Pourquoi lui ont-ils demandé, alors que la loi de Moïse était claire ? L'évangéliste explique leur intention dans les mots suivants :
 
Ils ont dit cela en le tentant pour avoir à l'accuser (Jean 8:6).
 
Ils avaient déjà levé les mains contre lui une fois pour Le lapider, mais Il leur avait échappé. Mais maintenant, ils avaient trouvé l'occasion d'accomplir leur désir. Et c'est là, devant le Temple de Salomon, où les tables des commandements avaient été gardées dans l'Arche d'Alliance, que le Christ devait dire quelque chose de contraire à la loi de Moïse ; alors leur but serait atteint. Ils lapideraient à mort le Christ et la femme pécheresse. Beaucoup plus désireux de Le lapider qu'elle, comme ils le feraient plus tard avec un zèle encore plus grand, demandant à Pilate de libérer le bandit Barabbas à la place du Christ.
 
Toutes les personnes présentes s'attendaient à ce que l'une des deux choses suivantes se produise : soit le Seigneur, dans Sa miséricorde, libèrerait la femme pécheresse et violerait ainsi la loi ; soit Il ferait respecter la loi, en disant,
 
Faites ce qui est écrit dans la loi,
 
et briserait ainsi Son propre commandement de miséricorde et d'amour bienveillant. Dans le premier cas, Ol serait condamné à mort ; et dans le second, il deviendrait un objet de moquerie et de dérision.
 
Lorsque les tentateurs posèrent la question : "Que dis-tu ?", un silence de mort tomba : silence parmi la foule qui s'était rassemblée ; silence parmi les juges de la femme coupable ; silence impatient dans l'âme de la femme accusée. Un grand silence s'installe dans les grands cirques lorsque les dompteurs des bêtes sauvages font sortir des lions et des tigres apprivoisés et leur ordonnent d'exécuter divers mouvements, d'adopter diverses positions et de faire des tours à leur demande. Mais nous ne voyons devant nous aucun dompteur d'animaux sauvages, mais le dompteur des hommes, une tâche beaucoup plus difficile que la première. Car il est souvent plus difficile d'apprivoiser ceux qui sont devenus sauvages à cause du péché que ceux qui sont sauvages par nature.
 
Que dis-tu ? une fois de plus, ils le pressèrent, brûlant de malice, le visage déformé.
 
Alors le législateur de la moralité et de la conduite humaine se baissa, et avec son doigt a écrit sur le sol, comme s'il ne les entendait pas (Jean 8:6).
 
Qu'est-ce que le Seigneur écrivit dans la poussière ? L'évangéliste garde le silence à ce sujet et n'en parle pas par écrit. C'était trop répugnant et vil pour être écrit dans le Livre de la Joie. Cependant, cela a été préservé dans notre tradition orthodoxe sacrée, et c'est horrible. Le Seigneur a écrit quelque chose d'inattendu et de surprenant pour les anciens, les accusateurs de la femme pécheresse. Avec Son doigt, Il a révélé leurs iniquités secrètes. Car ceux qui soulignent les péchés des autres étaient des experts dans la dissimulation de leurs propres péchés. Mais il est inutile d'essayer de cacher quoi que ce soit aux yeux de Celui qui voit tout.
 
"M (Eshoulam) a volé des trésors dans le temple", a écrit le doigt du Seigneur dans la poussière.
 
"A (sher) a commis l'adultère avec la femme de son frère ;
 
"S (Haloum) a commis un parjure ;
 
"E (led) a frappé son propre père ;
 
"A (Marich) a commis la sodomie ;
 
"J (oël) a vénéré des idoles."
 
C'est ainsi qu'une déclaration après l'autre a été écrite dans la poussière par l'impressionnant doigt du juste Juge. Et ceux à qui ces mots se référaient, se penchant vers le bas, lurent ce qui était écrit, avec une horreur inexprimable. Ils tremblèrent de frayeur, et n'osèrent pas se regarder dans les yeux.
 
Ils ne pensèrent plus à la femme pécheresse. Ils ne pensaient qu'à eux-mêmes et à leur propre mort, qui était écrite dans la poussière. Pas une seule langue ne fut capable de bouger, de prononcer cette question pénible et malfaisante : Que dis-tu ? le Seigneur n'a rien dit. Ce qui est si sale ne peut être écrit que dans une poussière sale. Une autre raison pour laquelle le Seigneur écrivit sur la terre est encore plus grande et plus merveilleuse. Ce qui est écrit dans la poussière est facilement effacé et enlevé. Le Christ ne voulait pas que leurs péchés soient connus de tous.
 
S'Il l'avait voulu, Il les aurait annoncés devant tout le peuple, les aurait accusés et les aurait lapidés à mort, conformément à la loi. Mais Lui, l'Agneau innocent de Dieu, n'a pas contemplé la vengeance ou la mort pour ceux qui avaient préparé pour Lui mille morts, qui désiraient Sa mort plus que jamais pour eux-mêmes. Le Seigneur voulait seulement les corriger, les faire penser à eux-mêmes et à leurs propres péchés. Il voulait leur rappeler que bien qu'ils portaient le fardeau de leurs propres transgressions, ils ne devraient pas être des juges stricts des transgressions des autres. C'est la seule chose que le Seigneur désirait. Et quand cela fut fait, la poussière fut de nouveau lissée, et ce qui était écrit disparut.
 
Après cela, notre grand Seigneur se leva et leur dit gentiment :
 
Que celui qui est sans péché parmi vous, lui jette d'abord la première pierre (Jean 8:7).
 
C'était comme si quelqu'un prenait les armes de ses ennemis et leur disait : Maintenant, tirez ! Les juges jadis hautains de la femme pécheresse se tenaient maintenant désarmés, comme des criminels devant le juge, sans voix et enracinés au sol. Mais le Sauveur bienveillant,
 
s'abaissant de nouveau, écrivit sur le sol (Jean 8:8).
 
Qu'est-ce qu'il écrivit cette fois-ci ? Peut-être leurs autres transgressions secrètes, afin qu'ils n'ouvrent pas leurs lèvres fermées pendant longtemps. Ou peut-être qu'il écrivit quel genre de personnes les anciens et les chefs du peuple devraient être. Ce n'est pas essentiel pour nous de le savoir. La chose la plus importante ici est que par Son écriture dans la poussière, Il a obtenu trois résultats : premièrement, Il a brisé et annihilé la tempête que les anciens juifs avaient soulevée contre Lui ; deuxièmement, Il a réveillé leur conscience endormie dans leur âme endurcie, ne serait-ce que pour une courte période ; et troisièmement, Il a délivré la femme coupable de mort. C'est ce qui ressort des paroles de l'Évangile :
 
Et ceux [les anciens] qui l'entendirent, ayant été condamnés par leur conscience, sortirent un à un, en commençant par les plus âgés, jusqu'au dernier ; et Jésus fut laissé seul, avec la femme qui se tenait au milieu (Jean 8:9).
 
La place devant le temple était soudain vide. Il ne restait plus que ceux que les anciens avaient condamnés à mort, la femme pécheresse et l'innocent. La femme était debout, tandis qu'Il restait penché vers le sol. Un profond silence régnait. Soudain, l'Éternel se leva de nouveau, regarda autour de Lui, et, ne voyant personne d'autre que la femme, Il lui dit :
 
Femme, où sont ces accusateurs ? Aucun homme ne t'a-t-il condamné ?
 
Le Seigneur savait que personne ne l'avait condamnée ; mais avec cette question, il espérait lui donner confiance, afin qu'elle puisse mieux entendre et comprendre ce qu'Il lui dirait. Il  agit comme un médecin habile, qui encourage d'abord son patient et lui donne ensuite des médicaments.
 
Personne ne t'a condamné ?
 
La femme reprit la parole, et elle répondit : Non, Seigneur. Ces paroles ont été prononcées par une créature pathétique qui, juste avant, n'avait aucun espoir de prononcer un autre mot, une créature, qui ressentait probablement un souffle de joie véritable pour la première fois de sa vie.
 
Finalement, le Dieu bon dit à la femme :
 
Je ne te condamne pas non plus ; va, et ne pèche plus (Jean 8:10,11).
 
Quand les loups épargnent leur proie, alors, bien sûr, le berger ne souhaite pas non plus la mort pour ses brebis. Mais il est essentiel d'être conscient que l'absence de jugement du Christ signifie beaucoup plus que l'absence de jugement des humains. Quand les gens ne vous jugent pas pour votre péché, cela signifie qu'ils n'attribuent pas de punition pour le péché, mais laissent ce péché avec vous et en vous. Quand Dieu ne juge pas, cependant, cela signifie qu'Il pardonne votre péché, le tire de vous comme du pus et rend votre âme propre. Pour cette raison, les mots,
 
"Je ne te condamne pas non plus,"
 
signifie la même chose que
 
Tes péchés te sont pardonnés, va, ma fille, et ne pèche plus.
 
Quelle joie indicible !
 
Quelle joie de la vérité ! Car le Seigneur a révélé la vérité à ceux qui étaient perdus.
 
Quelle joie dans la justice ! Car le Seigneur a créé la justice.
 
Quelle joie dans la miséricorde ! Car le Seigneur a montré de la miséricorde. Quelle joie de vivre ! Car le Seigneur a préservé la vie.
 
Ceci est l'Evangile du Christ, qui signifie la Bonne Nouvelle ; ceci est la Bonne Nouvelle, l'Enseignement de la Joie ; ceci est une page du Livre de la Joie.
 
Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
 

HOMMAGE A JEAN VANIER

Chers amis

Jean Vanier, fondateur de l'Arche et de la Communauté Foi et lumière , cette nuit, vers deux heures, entouré de quelques proches, a rejoint la maison du Père.

C'est dans la paix que se fit sa "naissance au Ciel ".

Je crois que, comme une flèche, son âme vole vers le Christ Bon Samaritain qui, de Sa gloire est venu servir l'homme dans toutes ses dimensions.

Dans la lumière du Christ notre Résurrection, il retrouvera,à n'en pas douter, notre chère petite Marthe (Marthe Robin) qui accompagna la fondation de ces œuvres magnifiques que sont l'Arche et Foi et Lumière.

Correspondant à la Grâce du Saint Esprit, il se fit en Jésus le serviteur des plus 
petits et des plus vulnérables, aujourd'hui, il a quitté cette vallée des ombres de la vie pour la vraie Vie qui est en Dieu.

Il rejoint La Source de cette Vie qu'il confessa et servit en rendant témoigna à la beauté de toute vie, même la plus diminuée, en rendant témoignage à la valeur de toute personne.

Clercs et fidèles de la Métropolie de L'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thoma )(Tradition Orthodoxe Malankare ), nous communions à la peine des communautés de L'Arche Internationale et de « Foi et lumière » auxquelles nous présentons nos plus sincères condoléances.

Que les fils et filles de notre Métropolie Syro-Orthodoxe accompagnent l'âme de ce grand homme, grand en bonté, en douceur, en charité qui a su redonner à beaucoup la dignité et la joie d'aimer en leur dévoilant le visage du Christ . Aloho Mhasele !

À mes yeux, par le témoignage d'une vie toute accordée à ce qu'il professait, Jean Vannier fût un authentique Confesseur de la Foi.

« Serviteur bon et fidèle, entre dans la joie de ton Maître » !

Puisse Jean, dès qu'il sera dans la lumière du Christ notre Résurrection, intercéder pour les personnes vulnérables que nous accueillons au Monastère et ceux qui les accueillent afin qu'ils soient,avec tous les autres frères et soeurs de Jésus, "un seul coeur et une seule âme tendus vers Dieu " !

Votre respectueusement et fraternellement uni dans la prière pour ce géant d'amour et de compassion ainsi que l'oeuvre qu'il laisse .

+Mor Philipose.


-----------------------------
 

Queridos amigos

Jean Vanier, fundador da L'Arche e da Comunidade Fé e Luz, esta noite, por volta das duas horas, cercado por alguns parentes, se juntou à casa do Pai.

Foi em paz que o seu "nascimento no céu" foi feito.

Creio que, como uma flecha, sua alma voa em direção ao Cristo Bom Samaritano que, de Sua glória, veio para servir ao homem em todas as suas dimensões.

À luz de Cristo, nossa ressurreição, ele encontrará indubitavelmente a nossa querida pequena Marta (Martha Robin), que acompanhou a fundação dessas magníficas obras que são a Arca, a Fé e a Luz.

Correspondendo à graça do Espírito Santo, Jesus se tornou o servo dos mais
pequeno e mais vulnerável, hoje ele deixou este vale de sombras da vida para a verdadeira vida que está em Deus.

Ele se junta à Fonte desta Vida, a qual ele confessou e serviu ao testemunhar a beleza de toda a vida, mesmo a mais diminuída, ao dar testemunho do valor de cada pessoa.

Clero e aos fiéis da Metrópole de A Igreja siro-ortodoxo Francophone Mar Thoma) (Malankara tradição ortodoxa), comunicamos às comunidades pena de L'Arche Internacional e "Fé e Luz" para que se estendem nossas mais profundas condolências.

Que o filho e filhas de nosso Metropolis siro-ortodoxo acompanhar a alma deste grande homem, grande em bondade, delicadeza, que a caridade foi capaz de restaurar um monte de dignidade e a alegria de amar a sua inauguração o rosto de Cristo . Aloho Mhasele!

Aos meus olhos, pelo testemunho de uma vida toda dada ao que professava, Jean Vannier era um autêntico Confessor da Fé.

"Servo bom e fiel, entre na alegria do seu Mestre"!

John maio, quando ele vai estar na luz de Cristo a nossa Ressurreição, intercedei por pessoas vulneráveis ​​que Mosteiro e os seus anfitriões que são, com todos os outros irmãos e irmãs de Jesus, "um coração e uma alma estendida a Deus "!

Respeitosamente e fraternalmente unidos em oração por este gigante de amor e compaixão e o trabalho que ele deixa.

+ Mor Philipose.


-----------------------------------------------------
 

Dear friends

Jean Vanier, founder of L'Arche and the Faith and Light Community, tonight, around two o'clock, surrounded by a few relatives, joined the Father's house.

It was in peace that his "birth in Heaven" was made.

I believe that, like an arrow, his soul flies towards the Christ Good Samaritan who, from His glory came to serve man in all its dimensions.

In the light of Christ our Resurrection, he will undoubtedly find our dear little Martha (Martha Robin) who accompanied the foundation of these magnificent works that are the Ark and Faith and Light.

Corresponding to the Grace of the Holy Spirit, Jesus became the servant of the most
small and most vulnerable, today he has left this valley of shadows of life for the true life that is in God.

He joins The Source of this Life, which he confessed and served by bearing witness to the beauty of all life, even the most diminished, by bearing witness to the worth of every person.

Clerics and faithful of the Metropolis of the Syro-Orthodox Francophone Church Mar Thoma) (Orthodox Tradition Malankare), we share in the grief of the communities of L'Arche International and "Faith and Light" to whom we present our most sincere condolences.

May the sons and daughters of our Syro-Orthodox Metropolis accompany the soul of this great man, great in goodness, gentleness and charity who has given back to many the dignity and joy of loving by revealing to them the face of Christ . Aloho Mhasele!

In my eyes, by the testimony of a life all given to what he professed, Jean Vannier was an authentic Confessor of the Faith.

"Servant good and faithful, enter into the joy of your Master"!

May John, as soon as he is in the light of Christ our Resurrection, intercede for the vulnerable people we receive at the Monastery and those who receive them so that they, along with all the other brothers and sisters of Jesus, are "one and the same. heart and one soul stretched out to God "!

Respectfully and fraternally united in prayer for this giant of love and compassion and the work he leaves.

+ Mor Philipose.

 

 

L’HUMILITÉ

« Comme dit le Père Molinié, il est très difficile de parler de l'humilité, parce que c'est une vertu très méconnue ; on ne la comprend pas et, secrètement, on ne veut pas la comprendre.

L'humilité n'est pas le mécontentement de soi-même, ce n'est même pas l'aveu de notre misère ou de notre péché, ni même en un sens de notre petitesse.

L'humilité suppose, au fond, qu'on regarde Dieu avant de se regarder soi-même, et qu'on mesure l'abîme qui sépare le fini de l'infini. Mieux on voit cela (mieux on accepte de le voir) et plus on devient humble. [...]

« Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d'avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l'avoir révélé aux tout-petits » (Mt 11,25).

Jésus ne dit pas aux sots, mais : aux tout-petits, qui sont du même coup les plus intelligents. La véritable intelligence, c'est la candeur et la simplicité d'un regard qui pénètre au fond des choses.

Un regard humble est donc fasciné par autre chose que lui, et délivré par là de toutes les complications. [...] Qui met en Dieu sa confiance est délivré de tout souci, il n'a plus peur de rien ni de personne ; c'est un être libre. »

(Père Jean Lafrance (1931-1991), La prière du cœur (IV, 2), Abbaye Ste Scholastique, Dourgne, 1978.
Textefrançais intégral en ligne (pdf))

-------------------------------------
HUMILDADE

"Como diz padre Molinié, é muito difícil falar de humildade, porque é uma virtude muito pouco conhecida; nós não entendemos isso e, secretamente, não queremos entendê-lo.

A humildade não é a insatisfação consigo mesmo, nem é a confissão da nossa miséria ou do nosso pecado, nem mesmo no sentido de nossa pequenez.

A humildade pressupõe, no final, que olhemos para Deus antes de olhar para nós mesmos e medimos o abismo que separa o finito do infinito. Quanto melhor a vemos (melhor aceitamos vê-la) e mais nos tornamos humildes. [...]

"Eu te abençoo Pai, Senhor do céu e da terra, por esconder isto dos sábios e dos sábios, e revelá-lo aos pequeninos" (Mt 11,25).

Jesus não diz aos tolos, mas aos pequeninos, que são ao mesmo tempo os mais inteligentes. A verdadeira inteligência é a sinceridade e a simplicidade de um olhar que penetra as profundezas das coisas.

Um olhar humilde é fascinado por algo diferente de si mesmo, e libertado de todas as complicações. [...] quem põe sua confiança em Deus está livre de preocupações, não tem mais medo de nada nem de ninguém; ele é um ser livre. "

(Pai Jean Lafrance (1931-1991), a oração do coração (IV, 2) Santa Escolástica Abbey, Dourgne 1978.
Texto completo em francês online (pdf)

-----------------------------
HUMILITY

"As Father Molinié says, it is very difficult to speak of humility, because it is a very little known virtue; we do not understand it and, secretly, we do not want to understand it.

Humility is not dissatisfaction with oneself, it is not even the confession of our misery or our sin, nor even in a sense of our littleness.

Humility presupposes, in the end, that we look at God before looking at ourselves, and that we measure the abyss that separates the finite from the infinite. The better we see it (the better we accept to see it) and the more we become humble. [...]

"I bless you, Father, Lord of heaven and earth, for hiding this from the wise and the wise, and to reveal it to infants" (Mt 11,25).

Jesus does not say to fools, but to toddlers, who are at the same time the most intelligent. True intelligence is the candor and simplicity of a look that penetrates the depths of things.

A humble glance is fascinated by something other than himself, and delivered from all the complications. [...] Whoever puts his trust in God is free from worry, he is no longer afraid of anything or anyone; he is a free being. "

(Father Jean Lafrance (1931-1991), The prayer of the heart (IV, 2), Abbey Ste Scholastique, Dourgne, 1978.
Full French text online (pdf)

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

jesus_pecheurs Isaac Fanous.jpg:

PRIERE POUR LES VOCATIONS:

Père, faites se lever parmi les chrétiens 
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, 
qui maintiennent la foi vivante 
et gardent une mémoire pleine de gratitude de Votre Fils Jésus, 
par la prédication de sa parole 
et l'administration des sacrements, 
par lesquels Vous renouvelez continuellement vos fidèles dans la Grâce du Saint Esprit. 

Donnez-nous de saints ministres de Votre autel, 
qui soient des célébrants attentifs et fervents de l'eucharistie, 
sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde, sacrement de la pérennité de Sa présence comme "l'Emmanuel", Dieu présent au milieu et pour le salut de Son Peuple. 

Appelez des ministres de Votre miséricorde, 
qui dispensent la joie de Votre pardon 
par le sacrement de la réconciliation. 

Père, puisse notre Église Syro-Orthodoxe francophone accueillir avec joie 
les nombreuses inspirations de l'Esprit de Votre Fils 
et, qu'en étant docile à ses enseignements, 
elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal 
et à la vie consacrée. 

Soutenez nos Pères dans la Foi, nos Métropolites,les évêques, les prêtres, les diacres, 
les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ, à l'intérieur et à l'extérieur de notre Tradition Syro-Orthodoxe 
afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission 
au service de l'Évangile. 

Nous Vous le demandons par le Christ notre Seigneur, Votre Fils bien-aimé qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles sans fin.

Amîn. 

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des apôtres, priez pour nous ! 

__________

 

ORAÇÃO PELAS VOCAÇÕES:

Tree of Life #Jesus #Disciples #Coptic Icon:
Pai, deixe repousar entre os cristãos
numerosas e santas vocações ao sacerdócio,
que mantenham viva a fé
e manter uma memória cheia de gratidão Seu Filho Jesus,
pela pregação de sua palavra
e administrar os sacramentos,
pelo qual você renovar continuamente os vossos fiéis na graça do Espírito Santo.

Dê-nos santos ministros do vosso altar,
que estão celebrantes atentos e entusiastas da Eucaristia,
sacramento do dom supremo de Cristo para a redenção do mundo, o sacramento da sustentabilidade da sua presença como "Emmanuel", Deus presente entre e para a salvação de Seu povo.

Chamar ministros de sua mercê,
que fornecem a alegria de Seu perdão
através do Sacramento de reconciliação.