Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juillet 2019 2 23 /07 /juillet /2019 11:23

Sommaire:

*Prière pour les persécutés.

Pour ceux qui souffrent à cause

de leur la Foi

*Saint Jean Cassien

*DIEU Peut-il CESSE D’AIMER QUELQU’UN?

*PRIÈRE POUR PURIFIER LA TERRE ET

TOUTE CRÉATURE

*Lectionnaire du Septième dimanche après la Pentecôte

*Prière pour les victimes de la torture et leurs bourreaux

*Tel est notre esprit, tel sera notre cœur

*Une prière qui pourrait être dite après

la Sainte Communion

 

 

Prière pour les persécutés.

Pour ceux qui souffrent à cause

de leur la Foi

Nous Te prions encore de regarder avec miséricorde l'Eglise de X.; renforce-la, établis-la et élargis-la, et, en tout temps, défends-la contre les ruses de ses ennemis visibles et invisibles; Seigneur Tout-Puissant, nous T'en prions, écoute-nous et ne sois pas lent à faire miséricorde.

Toi qui as créé le monde pour Ta gloire et pour la joie infinie, fais que même ceux qui s'opposent à Ton Nom se convertissent et Te glorifient d'une vraie foi et dans la piété avec tous Tes fidèles; nous T'en prions, Créateur Tout-Puissant, Sauveur du monde, écoute-nous et ne sois pas lent à faire miséricorde.

Nous Te prions encore de faire cesser toutes les hérésies, tous les schismes et toutes les apostasies, et de faire croître dans nos pays et partout dans le monde la Piété et la fidélité à Ton Nom. Ramène à la connaissance de Ta Vérité tous ceux qui se sont éloignés de la vraie Foi et unis-les à Ta Sainte Eglise; Seigneur Tout-Puissant, nous T’en prions écoute-nous et ne sois pas lent faire miséricorde.

Comme dans le passé Tu as montré Tes merveilles en Saül, persécuteur de Tes fidèles, en faisant de lui Ton apôtre Paul, ainsi, en ces jours de détresse, jette un regard de miséricorde sur ceux qui nous haïssent et font du tort à Tes fidèles, sur ceux qui complotent et font le mal contre eux. Ne les laisse pas périr à cause de nous, pécheurs, mais retourne leur cœur vers la connaissance de Ta Vérité; Créateur Tout-Puissant, Sauveur du monde, nous T'en prions, écoute-nous et ne sois pas lent à faire miséricorde.

Nous Te prions encore pour tous Tes serviteurs détenus, persécutés, et qui, dans le monde entier, souffrent pour leur Foi: viens-leur en aide et ouvre le cœur de ceux qui les persécutent. 

 

Saint Jean Cassien,

Moine, Prêtre, 

Docteur de l’Église et Fondateur.

Fête le 23 Juillet.

Prêtre, Fondateur de Couvents à Marseille ( 443)

D'abord Moine à Bethléem, il fonda deux Communautés Monastiques à Marseille, après avoir vécu pendant une quinzaine d'années avec les Pères du désert en Égypte.
On a rapporté en Occident d'admirables conférences aux Moines qui le font considérer comme l'un des grands Docteurs de la Vie Monastique.
Jean Cassien est un chantre du monachisme au Ve siècle. Il est mort à Marseille, vers 435, après avoir passé sa vie à rechercher Dieu, comme moine Génobite ou anachorète, en Palestine, en Égypte ou en Gaule, depuis les années 380... (diocèse de Marseille - vie de Jean Cassien)

À Marseille, vers 435, Saint Jean Cassien, Prêtre, qui fonda deux Monastères, l’un pour les hommes, l’autre pour les femmes, et riche d’une longue expérience de la Vie Monastique, écrivit pour l’édification des Moines les Institutions cénobitiques et les Conférences des Pères.

Martyrologe romain.

Pour un approfondissement biographique
> > > Saint Jean Cassien, le Moine Fondateur

Saint Jean Cassien
Prêtre et Fondateur de l’Abbaye
Saint-Victor à Marseille

Johannes Cassianus, appelé communément Jean Cassien, dit « le Romain » ou « le Roumain », est né entre 360 et 365 en Scythie (actuelle Roumanie) et mort entre 433 et 435 à Marseille.
C'est un Moine et homme d'Église méditerranéen qui a marqué profondément les débuts de l’Église en Provence au Ve siècle.
Il est le Fondateur de l'Abbaye de Saint-Victor de Marseille.

Il a laissé une œuvre doctrinale importante, dont les Institutions cénobitiques (De Institutis coenobiorum et de octo principalium vitiorum remediis, écrit vers 420) et les Conférences (Conlationes ou Collationes), ouvrages consacrés à la Vie Monastique, qui ont profondément influencé le monachisme occidental du Ve siècle à nos jours, notamment en raison de leur reprise dans la règle de Saint Benoît, mais aussi parce qu'ils s'appuyaient sur l'expérience que fit Cassien du grand monachisme oriental, celui des déserts de Palestine et d’Égypte.

Cassien établit un pont entre le monachisme d’Orient et celui d’Occident.
Son nom original est Cassien. Le prénom Jean aurait été ajouté en hommage à Saint Jean Chrysostome, dont il a été un fidèle.
Suivant un extrait du De Viris Illustribus de l'historien du Ve siècle Gennadius de Marseille qui évoque « … Cassianus, natione Scytha... », il serait né en Scythie, en Dobroudja, dans une zone actuellement partagée entre la Roumanie et la Bulgarie. Cette origine roumaine est retenue par l’Église Catholique.

Jean Cassien part très jeune avec son ami Germain avec qui il est « un esprit et une âme en deux corps » (Coll., 1, 1), pour se rendre dans un Monastère de Bethléem (Inst., 3, 4), dans la Province de Syrie.
Ce premier contact avec le monachisme cénobitique, qui dure seulement deux ans (Coll., 19, 2), lui permet de s’enrichir de la tradition du monachisme palestinien, dépourvu de tradition mystique dont il ne gardera pas un grand souvenir.

Vers 390, il obtient la permission de quitter le Monastère pour aller avec Germain en Égypte à la rencontre des anachorètes de la Thébaïde.
Lorsque les Moines adeptes d’Évagre le Pontique, disciple d’Origène, sont dispersés en 400 par l’Évêque Théophile d’Alexandrie, Jean-Cassien quitte l'Égypte et retourne brièvement à Bethléem avant de rejoindre Constantinople.

Les Moines « origénistes » se rendent à Constantinople, et Jean Cassien reçoit les enseignements de Saint Jean Chrysostome qui l'ordonne diacre et lui donne la charge des trésors de sa Cathédrale.
Après l'exil de son maître spirituel en 404, il se rend à Rome où il est chargé de solliciter l'intercession du Pape Innocent Ier en faveur de l'Évêque.
Vers 415, il revient de Palestine avec l'ancien Évêque d'Aix-en-Provence Lazare.

Il se fixe par la suite en Occident et fonde, en 414 ou 415, deux Monastères à Marseille, Saint-Victor pour les hommes et Saint-Sauveur pour les femmes.
Selon la tradition, il aurait demandé à l'Évêque de Marseille, Proculus, un ami du Lazare rencontré en Palestine, l'autorisation de fonder un Monastère près de la grotte où reposaient les reliques de Saint Lazare et de Saint Victor.
Il aurait même fait construire près de cette grotte, deux églises, l'une dédiée à Saint Pierre et Saint Paul, l'autre à Saint Jean-Baptiste. On assure que cinq mille Moines y vivaient sous sa discipline.

Il serait mort vers 435 à Marseille. Plus tard, le Bx Urbain V (Guillaume de Grimoald, 1362-1370) et Benoît XIV (Prospero Lorenzo Lambertini, 1740-1758) reconnaîtront sa sainteté.

Œuvres principales de Jean Cassien :

Les Institutions cénobitiques (426) : un traité en douze livres consacré à l'habit des moines, à la règle des oraisons et des psaumes, et aux obstacles de la perfection : gourmandise, impureté, avarice, colère, tristesse, acédie, vaine gloire et orgueil.
Les Conférences (426) : une collection de vingt-quatre conférences relatant les souvenirs de Cassien en Égypte.
Un Traité de l'Incarnation. Contre Nestorius (430) en sept livres, écrit à l'instigation du pape Léon Ier.

Benoît de Nursie s'appuie sur les ouvrages de Jean-Cassien pour établir sa règle Monastique.
Certains passages de la Règle de Saint Benoît reprennent presque mot à mot des passages de Cassien, et cette même règle affirme qu'elle doit être prolongée par les Conférences des Pères et les Institutions de Cassien.

Jusqu'à maintenant, les Moines d'Occident considèrent Cassien comme un des principaux maîtres de la Vie Monastique, qui ont permis à l'Occident de bénéficier de la riche expérience des premiers Moines d'Orient.

Jean Cassien est fêté le 23 Juillet à Marseille et dans l’Église universelle sauf en Orient où sa commémoration est faite le 29 Février.
Ses écrits restent très lus, notamment dans les Monastères d'Occident.

Il figure également au calendrier des Saints de l'Église Orthodoxe, où il est très estimé pour ses écrits et pour ses positions sur la grâce, dans lesquelles les Orthodoxes reconnaissent, bien mieux que chez Saint Augustin d'Hippone, les positions traditionnellement enseignées par les Pères Orthodoxes.
Ainsi, des Moines et des Évêques Orthodoxes portent souvent son nom.

Pour un approfondissement :
>>> Jean Cassien : Conférences

Sanctoral 

saint Jean Cassien

 

Epître aux Galates                   Ga 5/22-25           

5:22 Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance;

5:23 la loi n'est pas contre ces choses.

5:24 Ceux qui sont à Jésus Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.

5:25 Si nous vivons par l'Esprit, marchons aussi selon l'Esprit.

 

Evangile selon Saint Matthieu                  Mt 19/27-29

19:27 Pierre, prenant alors la parole, lui dit: Voici, nous avons tout quitté, et nous t'avons suivi; qu'en sera-t-il pour nous?

19:28 Jésus leur répondit: Je vous le dis en vérité, quand le Fils de l'homme, au renouvellement de toutes choses, sera assis sur le trône de sa gloire, vous qui m'avez suivi, vous serez de même assis sur douze trônes, et vous jugerez les douze tribus d'Israël.

19:29 Et quiconque aura quitté, à cause de mon nom, ses frères, ou ses soeurs, ou son père, ou sa mère, ou sa femme, ou ses enfants, ou ses terres, ou ses maisons, recevra le centuple, et héritera la vie éternelle.

 

DIEU Peut-il CESSE D’AIMER QUELQU’UN?/DEUS PODE PARAR AMANDO ALGUÉM?/GOD CAN STOP LOVING SOMEONE?
Dieu est amour –

Il ne peut cesser d’aimer quelqu’un. Pourquoi? – parce que Dieu est amour (1Jn 4, 8 et 16), et Il ne peut cesser d’être ce qu’Il est, “sa miséricorde est éternelle” (Ps 117); parce que l’amour est toujours l’amour de quelqu’un, ou bien il n’est pas amour, donc Dieu ne peut être amour sans être amour pour quelqu’un; parce que la personne que Dieu aime ne peut jamais faire assez de mal pour que ce mal soit plus grand que l’amour que Dieu a pour elle (cf. Luc 15); parce que Dieu n’aime pas d’une façon conditionnelle:

-Il aime gratuitement; parce que Dieu voit toujours le meilleur de ce qui est dans la personne; or il y a toujours quelque chose de bon dans la personne, ne serait-ce que le sceau de l’image divine qui ne peut être effacé.

God is love -
He can not stop loving someone. Why? - because God is love (1Jn 4, 8 and 16), and He can not cease to be what He is, "His mercy is eternal" (Ps 117); because love is always someone's love, or it is not love, so God can not be love without being love for someone; because the person whom God loves can never do enough harm so that this evil is greater than the love that God has for her (Luke 15); because God does not conditionally love:

- He likes free; because God always sees the best of what is in the person; but there is always something good in the person, if only the seal of the divine image which can not be erased.

Deus é amor
Ele não pode deixar de amar alguém. Por quê? - porque Deus é amor (1Jo 4, 8 e 16), e Ele não pode deixar de ser o que é, "a sua misericórdia é eterna" (Sl 117); porque o amor é sempre amor de alguém, ou não é amor, então Deus não pode ser amor sem ser amor por alguém; porque a pessoa que Deus ama nunca pode fazer mal o suficiente para que esse mal seja maior do que o amor que Deus tem por ela (Lucas 15); porque Deus não ama condicionalmente:

- Ele gosta de graça; porque Deus sempre vê o melhor do que está na pessoa; mas há sempre algo de bom na pessoa, apenas o selo da imagem divina que não pode ser apagado.

Pédagogie

Par amour pour quelqu’un, Dieu peut choisir de s’éloigner d’elle, de se faire plus discret, afin que cette personne se mette à sa recherche (Os 9, 15). Il arrive que Dieu en quelque sorte se cache.

Et Il fait cela par pédagogie, lorsque nos péchés nous ont rendus insensibles à sa présence et à son amour.

Il ne cesse pas alors d’aimer, mais Il peut cesser de manifester son amour à la personne, ou en tout cas le manifester d’une moindre façon.

A la limite, son amour peut être appelé “colère”, lorsque, par amour, Il nous abandonne à nous-mêmes (Héb 12, 6).

Cela ne veut pas dire qu’Il ne nous aime plus, ou qu’Il cesse d’être amour; cela veut dire que son amour prend la forme d’un feu, d’une sècheresse, d’une absence quelquefois terrible, d’un désert.

Il nous livre ainsi à nous-mêmes, par pédagogie paternelle, après avoir essayé d’autres moyens de nous convaincre de son amour pour nous et d’obtenir que nous l’aimions à notre tour, en réponse, librement, par amour. “Ceux que J’aime, dit-Il dans l’Apocalypse, Je les corrige”(3, 19).

S’Il ne les aimait pas, Il ne s’en occuperait même plus; or, Il les corrige, Il les éprouve, par son retrait même, ou par des épreuves extérieures ou intérieures afin qu’ils se redressent.

Toute la Parole de Dieu – appelée sainte Écriture – nous montre l’amour de Dieu pour son peuple et pour des personnes.

Et, ce qui montre que Dieu ne se lasse pas d’aimer, c’est qu’Il monte sur la Croix, aimant ainsi jusqu’au bout ceux qui ne l’aiment pas ou qui répondent mollement à son amour.

La Croix prouve que Dieu aime toujours. Saint Maxime le Confesseur dit que Dieu aime tous les hommes, les justes comme ses amis et ses familiers, et les pécheurs comme des insensés qui se perdent dans la nuit (Centuries sur l’amour).Cela veut dire que, à l’égard des pécheurs, de ceux qui se rendent indignes de son amour, le Seigneur peut manifester son amour comme compassion.

Pedagogy
Out of love for someone, God can choose to go away from her, to be more discreet, so that this person will seek her (Os 9, 15). It happens that God somehow hides.

And He does this by pedagogy, when our sins have made us insensitive to his presence and his love.

He does not stop loving then, but He can stop showing his love to the person, or at least manifest it in a lesser way.

At the limit, his love can be called "anger" when, for love's sake, He abandons us to ourselves (Heb 12: 6).

This does not mean that He does not love us anymore, or that He ceases to be love; it means that his love takes the form of a fire, a drought, an absence sometimes terrible, a desert.

He thus gives us to us, through paternal pedagogy, after having tried other means to convince us of his love for us and to obtain that we love him in our turn, in response, freely, out of love. "Those whom I love," he says in Revelation, "I am correcting them" (3:19).

If He did not love them, He would not even care anymore; but He corrects them, He experiences them, by their very withdrawal, or by external or internal trials, so that they may recover.

The whole Word of God - called Holy Scripture - shows us the love of God for His people and for people.

And, which shows that God never tires of loving, it is that He ascends on the Cross, loving to the end those who do not love him or who respond loosely to his love.

The Cross proves that God always loves. Saint Maximus the Confessor says that God loves all men, the just as his friends and his relatives, and sinners as fools who are lost in the night (Centuries on love). This means that with regard to sinners, those who are unworthy of his love, the Lord can manifest his love as compassion.

Pedagogia
Por amor a alguém, Deus pode optar por afastá-lo, ser mais discreto, para que essa pessoa o procure (Os 9, 15). Acontece que Deus de alguma forma se esconde.

E ele faz isso pela pedagogia, quando nossos pecados nos deixaram insensíveis à sua presença e ao seu amor.

Ele não para de amar depois, mas pode deixar de mostrar seu amor à pessoa, ou pelo menos manifestá-la de uma maneira menor.

No limite, seu amor pode ser chamado de "raiva" quando, por amor, Ele nos abandona a nós mesmos (Hb 12: 6).

Isso não significa que Ele não nos ame mais, ou que Ele deixe de ser amor; significa que seu amor toma a forma de um fogo, uma seca, uma ausência às vezes terrível, um deserto.

Ele nos dá assim, através da pedagogia paterna, depois de ter tentado outros meios para nos convencer de seu amor por nós e para conseguir que o amemos, por nossa vez, em resposta, livremente, por amor. "Aqueles a quem amo", diz ele em Apocalipse, "eu estou corrigindo-os" (3:19).

Se Ele não os amasse, Ele nem se importaria mais; mas Ele os corrige, Ele os experimenta, por sua própria retirada, ou por provações externas ou internas, para que possam se recuperar.

Toda a Palavra de Deus - chamada Sagrada Escritura - nos mostra o amor de Deus por Seu povo e pelas pessoas.

E, o que mostra que Deus nunca se cansa de amar, é que Ele ascende na Cruz, amando até o fim aqueles que não o amam ou que respondem frouxamente ao seu amor.

A cruz prova que Deus sempre ama. São Máximo, o Confessor, diz que Deus ama todos os homens, assim como seus amigos e parentes, e pecadores como tolos que se perdem à noite (séculos sobre o amor). pecadores, aqueles que são indignos de seu amor, o Senhor pode manifestar seu amor como compaixão.

Suggestion diabolique

L’idée que Dieu cesse d’aimer est donc, soit une opinion à caractère psychologique, comme les enfants redoutent que leurs parents cessent de les aimer; soit une suggestion diabolique qui nous fait douter que Dieu nous aime et nous rend presque impossible de nous approcher de lui.

Douter que Dieu continue à nous aimer nous empêche de nous repentir et de lui demander pardon, donc de nous réconcilier avec lui. c’est pourquoi il faut plutôt penser que cette idée vient du Malin.

En fait, celui qui, même dans ses erreurs, ses fautes et ses péchés, continue à croire à l’amour de Dieu pour lui peut être sauvé immédiatement, parce que la certitude de l’amour de Dieu est plus forte que la peur de la mort et de la mort éternelle.

“Montre-moi ton amour, Dieu de miséricorde”, dit David dans un psaume (84, 8): prions, non pour que Dieu nous aime, puisqu’Il nous aime toujours, mais pour qu’Il nous montre son amour, parce que nous ne le voyons pas toujours ou parce que cet amour est quelquefois imperceptible pour notre sensibilité grossière.

Evil suggestion
The idea that God ceases to love is, therefore, a psychological opinion, as children fear that their parents will cease to love them; either a diabolical suggestion that makes us doubt that God loves us and makes it almost impossible for us to approach him.

To doubt that God continues to love us prevents us from repenting and asking for forgiveness, so to reconcile ourselves with him. that is why we must rather think that this idea comes from the evil one.

In fact, he who, even in his errors, his faults and his sins, continues to believe in God's love for him, can be saved immediately, because the certainty of God's love is stronger than the fear of God. death and eternal death.

"Show me your love, God of mercy", says David in a psalm (84, 8): pray, not for God to love us, since He still loves us, but for Him to show us His love, because that we do not always see it or because this love is sometimes imperceptible to our gross sensibility.

Sugestão mal
A ideia de que Deus deixa de amar é, portanto, uma opinião psicológica, pois os filhos temem que seus pais deixem de amá-los; ou uma sugestão diabólica que nos faz duvidar que Deus nos ama e torna quase impossível para nós nos aproximarmos dele.

Duvidar de que Deus continua a nos amar nos impede de nos arrepender e pedir perdão, de modo a nos reconciliarmos com ele. É por isso que devemos pensar que essa idéia vem do mal.

De fato, aquele que, mesmo em seus erros, suas falhas e pecados, continua a acreditar no amor de Deus por ele pode ser salvo imediatamente, porque a certeza do amor de Deus é mais forte do que o medo de morte e morte eterna.

"Mostre-me o seu amor, Deus de misericórdia", diz David em um salmo (84,8): ore, não para que Deus nos ame, pois Ele ainda nos ama, mas para que Ele nos mostre o Seu amor, porque que nem sempre a vemos ou porque esse amor é às vezes imperceptível à nossa sensibilidade grosseira.

A Bientôt, cher Armia et merci pour tout.

25 JUILLET:

Dans un instant je quitterai le Monastère pour des visites aux

familles alentours de l'Aigle. 


À mon retour en soirée, Armia Elkatcha et sa petite famille ne seront probablement plus là. Ils seront en route avec Roger Struelens pour l'aéroport de Paris Charles de Gaulle. 
En conséquence, nous leur disions, lors d'un dernier repas partagé avec les familiers du Monastère:
- "Grand merci, cher Armia, bon retour en Égypte et à très bientôt le bonheur de vous retrouver , vous êtes, vous et les vôtres, dans nos pauvres mais ferventes prières "!
-
------------------
In a moment I will leave the Monastery for visits to the families around the Eagle.
When I return in the evening, Armia Elkatcha and her family will probably not be there anymore. They will be on the road with Roger Struelens for Paris Charles de Gaulle airport.
As a result, we told them, during a last meal shared with the familiar ones of the Monastery:
- "Big thank you, dear Armia, good return to Egypt and very soon the happiness of finding you, you are, you and yours, in our poor but fervent prayers"!

---------------------------------
Daqui a pouco deixarei o Mosteiro para visitas às famílias ao redor da Águia.
Quando volto à noite, Armia Elkatcha e sua família provavelmente não estarão mais lá. Eles estarão na estrada com Roger Struelens para o aeroporto de Paris Charles de Gaulle.
Como resultado, contamos a eles, durante uma última refeição compartilhada com os familiares do Mosteiro:
- "Muito obrigado, querida Armia, bom retorno ao Egito e muito em breve a felicidade de encontrar você, você e você, em nossas preces pobres, mas fervorosas"!

Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.

Cher amis de la région de Nouvelle Aquitaine. Aloho m'barekh.

 

Comme précédemment suggéré lors de mon Message aux amis de

 

la NOUVELLE AQUITAINE , en raison du Pèlerinage à Sainte

 

Anne et mon extrême fatigue , il n'y aura pas de Messe le 27 à La

 

Chapelle Faucher et le 28 Juillet à JAULDES (ANGOULÊME ).

 

 

Nous nous y retrouverons sans faute le 


◇DIMANCHE 11 AOÛT , Pèlerinage autour de la

 

relique de Ste Philomene.

 

 

Paroisse Syro-Orthodoxe de l'Angoumois 


Maison Notre-Dame 


66 Place de Shoenek 


16560 JAULDES

 

Merci beaucoup à tous ceux qui m'ont souhaité un bon anniversaire .

Union de prières. Que , par l'intercession de Marie la Mère de

 

Miséricorde , le Seigneur vous comble , tous et chacun de la

 

surabondance de Ses Grâces !

 

Votre respectueusement et fraternellement dans le Christ notre

 

Seigneur.

 

+Mor Philipose

J'entrerai dans l'intimité de mon être

sous Votre conduite: 


je l'ai pu parce que Vous vous êtes fait mon soutien.

 

Là, j' ai vu l’œil de mon âme au dessus de mon intelligence et

 

puis la Lumière Immuable qui remplit tout de sa grandeur.

 

(Saint Augustin d'Hyponne , dans Les Confessions/ extrait)

-------------------

I will enter the intimacy of my being

under Your conduct:


I could because you supported me.

 

There, I saw the eye of my soul above my intelligence and

then the Immutable Light that fills all of its greatness.

 

(Saint Augustine of Hyponne, in Confessions / extract)

------------------
Entrarei na intimidade do meu ser sob

a Sua conduta:


Eu pude porque você me apoiou.

 

Lá, eu vi o olho da minha alma acima da minha inteligência e

 

depois a Luz Imutável que preenche toda a sua grandeza.

 

(Santo Agostinho de Hyponne, em Confissões / extrato)

----------------
سوف أدخل العلاقة الحميمة من كوني تحت تصرفك:

 

يمكنني لأنك دعمتني.

 

هناك ، رأيت عين روحي فوق ذكائي ثم الضوء الثابت الذي يملأ كل عظمته.

 

(القديس أغسطينوس من هيبون ، في اعترافات / مقتطفات)

 

PRIÈRE

 

 POUR PURIFIER

 

LA TERRE ET

 

TOUTE CRÉATURE:

Seigneur Jésus-Christ notre Dieu, Fils unique et Verbe de Dieu, dans le principe c’est Toi qui, avec le Père céleste et l’Esprit vivificateur, créas le ciel et la terre et tout ce qu’ils contiennent : les créatures visibles et invisibles.

Regarde du haut de ta demeure céleste et vois la souillure et les souffrances de tes créatures les oiseaux, les bestiaux et les poissons des fleuves et de la mer.

A cause de nos péchés, la terre elle-même et les eaux qui l’entourent et la fécondent sont polluées et corrompues.

Prends en considération l’innocence de tes créatures les animaux, les fleurs, les arbres et ces pierres qui crièrent de douleur lors de ta crucifixion.

Souviens-toi également du sang des martyrs et des saints corps des baptisés qui reposent près d’ici et dans ton monde entier :

ce sang et ces corps ont sanctifié la terre et toute ta création, depuis le sang d’Abel notre père jusqu’au tien, ô Maître, et à celui des innocents et des saints de notre temps.

Souviens-toi de tous ceux qui font le bien, les artisans de paix, ceux qui se sanctifient en ton saint Nom à chaque heure de leur vie.

Souviens-toi de tes serviteurs qui eurent la confiance de tes créatures et les

nourrirent de leur propre main, particulièrement de nos saints ancêtres Adam et Ève, de Saint Isaac le Syrien, des saints Charalampe, Jérôme et son lion, Martin de Tours, Serge de Radonège et Séraphim de Sarov et leur ours, Marie l’Egyptienne et son lion, Fiacre, Tryphon, Roch et son chien, du bienheureux François d’Assise et de tous ceux qui se montrèrent les amis de tes créatures.

A cause d’eux, prends pitié de nous et pardonne-nous tous les péchés que nous avons commis à l’encontre de ta création visible et invisible.

Toi qui as purifié  l’élément de l’eau par ton baptême dans le Jourdain, la terre par ton ensevelissement de trois jours, le feu par la lumière de ta résurrection et l’air par ta glorieuse ascension, purifie-nous également tes serviteurs indignes et pécheurs des passions qui blessent ton monde :

la convoitise, la rapacité, la voracité, l’amour égoïste du plaisir, l’idolâtrie, la domination, et toutes les fautes par lesquelles nous avons perverti notre royauté et notre sacerdoce paradisiaques.

Par les saintes prières de nos pères les patriarches Bartholomée Ier de Constantinople, Ignace IV d’Antioche qui, en ces derniers temps, ont témoigné en faveur du salut de ta création, daigne maintenant purifier et sanctifier ces éléments de l’eau, de la terre, du feu et de l’air qui porte notre prière indigne.

Bénis également et sanctifie ces fruits, symboles de la générosité de la terre à notre égard.

Et, quand nous en consommons pour le soutien de notre vie, inspire-nous la sobriété et le respect à l’égard de tes créatures.

Car Tu es le Seigneur de toutes tes créatures, ô Christ notre Dieu, et nous te rendons gloire, honneur et louange avec ton Père et ton très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amîn!

PRAY


TO PURIFY


EARTH AND


ANY CREATURE:

Lord Jesus Christ our God, only Son and Word of God, in principle it is You who, with the heavenly Father and the life-giving Spirit, created heaven and earth and all that they contain: visible creatures and invisible.

Look down from your heavenly abode and see the stain and suffering of your creatures the birds, the cattle and the fish of the rivers and the sea.

Because of our sins, the earth itself and the waters that surround and fertilize it are polluted and corrupt.

Take into consideration the innocence of your creatures the animals, the flowers, the trees and those stones that cried with pain during your crucifixion.

Remember also the blood of the martyrs and the holy bodies of the baptized who rest near here and in your whole world:

this blood and these bodies sanctified the earth and all your creation, from the blood of Abel our father to yours, O Master, and to that of the innocents and saints of our time.

Remember all those who do good, the peacemakers, those who sanctify themselves in your holy name every hour of their lives.

Remember your servants who trusted your creatures and the

nourished with their own hand, especially our holy ancestors Adam and Eve, Saint Isaac the Syrian, Saints Charalampe, Jerome and his lion, Martin of Tours, Sergey of Radonezh and Seraphim of Sarov and their bear, Mary the Egyptian and his lion, Fiacre, Tryphon, Roch and his dog, Blessed Francis of Assisi, and all those who showed themselves to be the friends of your creatures.

Because of them, have mercy on us and forgive us all the sins we have committed against your visible and invisible creation.

You who purified the element of water by your baptism in the Jordan, the earth by your burial of three days, the fire by the light of your resurrection and the air by your glorious ascension, purify us also your servants unworthy and sinners of the passions that hurt your world:

covetousness, rapacity, voracity, selfish love of pleasure, idolatry, domination, and all the faults by which we have perverted our heavenly kingship and priesthood.

By the holy prayers of our fathers the patriarchs Bartholomew I of Constantinople, Ignatius IV of Antioch who, in recent times, have testified in favor of the salvation of your creation, deign now to purify and sanctify these elements of water, earth, fire and air that carries our unworthy prayer.

Bless also and sanctify these fruits, symbols of the generosity of the earth towards us.

And when we consume it for the support of our life, inspire us with sobriety and respect for your creatures.

For you are the Lord of all your creatures, O Christ our God, and we give you glory, honor and praise with your Father and your most holy, good and invigorating Spirit, now and forever and for ever and ever: Amin!

ORAÇÃO


PARA PURIFICAR


TERRA E


QUALQUER CRIATURA:

Senhor Jesus Cristo nosso Deus, único Filho e Palavra de Deus, em princípio é Tu que, com o Pai celeste e o Espírito que dá vida, criou o céu e a terra e tudo o que eles contêm: criaturas visíveis e invisível.

Olhe para baixo de sua morada celestial e veja a mancha e o sofrimento de suas criaturas, os pássaros, o gado e os peixes dos rios e do mar.

Por causa de nossos pecados, a própria terra e as águas que a rodeiam e fertilizam são poluídas e corruptas.

Leve em consideração a inocência de suas criaturas, os animais, as flores, as árvores e as pedras que choraram de dor durante a sua crucificação.

Lembre-se também do sangue dos mártires e dos corpos santos dos batizados que descansam aqui e em todo o mundo:

esse sangue e esses corpos santificaram a terra e toda a sua criação, do sangue de Abel, nosso pai, para o seu, ó Mestre, e para o dos inocentes e santos de nosso tempo.

Lembre-se de todos aqueles que fazem o bem, os pacificadores, aqueles que se santificam em seu santo nome a cada hora de suas vidas.

Lembre-se de seus servos que confiaram em suas criaturas e no

nutridos com suas próprias mãos, especialmente nossos santos ancestrais Adão e Eva, São Isaac, o Sírio, Santos Charalampe, Jerônimo e seu leão, Martinho de Tours, Sergey de Radonej e Serafim de Sarov e seu urso, Maria, a egípcia e seu leão, Fiacre, Trifão, Roch e seu cachorro, o Beato Francisco de Assis e todos aqueles que se mostraram amigos de suas criaturas.

Por causa deles, tenha misericórdia de nós e perdoe todos os pecados que cometemos contra a sua criação visível e invisível.

Tu que purificaste o elemento da água pelo teu batismo no Jordão, a terra pelo teu enterro de três dias, o fogo pela luz da tua ressurreição e o ar pela tua gloriosa ascensão, purifica-nos também os teus servos indignos e pecadores das paixões que ferem o seu mundo:

Cobiça, rapacidade, voracidade, amor egoísta ao prazer, idolatria, dominação e todos os erros pelos quais perverteram nosso reinado celestial e sacerdócio.

Pelas orações sagradas de nossos pais, os patriarcas Bartolomeu I de Constantinopla, Inácio IV de Antioquia que, nos últimos tempos, testemunharam a favor da salvação de sua criação, dignam-se agora a purificar e santificar esses elementos de água, terra, fogo e ar que leva a nossa oração indigna.

Abençoe também e santifique estes frutos, símbolos da generosidade da terra para nós.

E quando a consumimos para o sustento da nossa vida, inspirar-nos com a sobriedade e respeito por suas criaturas.

Pois tu és o Senhor de todas as tuas criaturas, ó Cristo nosso Deus, e te damos glória, honra e louvor com teu Pai e seu mais santo, bom e revigorante Espírito, agora e para sempre e para sempre e sempre: Amin!

 

Septième dimanche après la Pentecôte

  • Saint Qurbana
    • Actes 4:32-37 :
  • 32 La multitude de ceux qui étaient devenus croyants avait un seul cœur et une seule âme ; et personne ne disait que ses biens lui appartenaient en propre, mais ils avaient tout en commun.
  • 33 C’est avec une grande puissance que les Apôtres rendaient témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus, et une grâce abondante reposait sur eux tous.
  • 34 Aucun d’entre eux n’était dans l’indigence, car tous ceux qui étaient propriétaires de domaines ou de maisons les vendaient,
  • 35 et ils apportaient le montant de la vente pour le déposer aux pieds des Apôtres ; puis on le distribuait en fonction des besoins de chacun.
  • 36 Il y avait un lévite originaire de Chypre, Joseph, surnommé Barnabé par les Apôtres, ce qui se traduit : « homme du réconfort ».
  • 37 Il vendit un champ qu’il possédait et en apporta l’argent qu’il déposa aux pieds des Apôtres.
    •  
    • Ephésiens 2: 11-22 :
  • 11 Vous qui autrefois étiez païens, traités de « non-circoncis » par ceux qui se disent circoncis à cause d’une opération pratiquée dans la chair, souvenez-vous donc
  • 12 qu’en ce temps-là vous n’aviez pas le Christ, vous n’aviez pas droit de cité avec Israël, vous étiez étrangers aux alliances et à la promesse, vous n’aviez pas d’espérance et, dans le monde, vous étiez sans Dieu.
  • 13 Mais maintenant, dans le Christ Jésus, vous qui autrefois étiez loin, vous êtes devenus proches par le sang du Christ.
  • 14 C’est lui, le Christ, qui est notre paix : des deux, le Juif et le païen, il a fait une seule réalité ; par sa chair crucifiée, il a détruit ce qui les séparait, le mur de la haine ;
  • 15 il a supprimé les prescriptions juridiques de la loi de Moïse. Ainsi, à partir des deux, le Juif et le païen, il a voulu créer en lui un seul Homme nouveau en faisant la paix,
  • 16 et réconcilier avec Dieu les uns et les autres en un seul corps par le moyen de la croix ; en sa personne, il a tué la haine.
  • 17 Il est venu annoncer la bonne nouvelle de la paix, la paix pour vous qui étiez loin, la paix pour ceux qui étaient proches.
  • 18 Par lui, en effet, les uns et les autres, nous avons, dans un seul Esprit, accès auprès du Père.
  • 19 Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers ni des gens de passage, vous êtes concitoyens des saints, vous êtes membres de la famille de Dieu,
  • 20 car vous avez été intégrés dans la construction qui a pour fondations les Apôtres et les prophètes ; et la pierre angulaire, c’est le Christ Jésus lui-même.
  • 21 En lui, toute la construction s’élève harmonieusement pour devenir un temple saint dans le Seigneur.
  • 22 En lui, vous êtes, vous aussi, les éléments d’une même construction pour devenir une demeure de Dieu par l’Esprit Saint.
    •  
    • Saint-Marc 3:20-30 :
  • 20 Alors Jésus revient à la maison, où de nouveau la foule se rassemble, si bien qu’il n’était même pas possible de manger.
  • 21 Les gens de chez lui, l’apprenant, vinrent pour se saisir de lui, car ils affirmaient : « Il a perdu la tête. »
  • 22 Les scribes, qui étaient descendus de Jérusalem, disaient : « Il est possédé par Béelzéboul ; c’est par le chef des démons qu’il expulse les démons. »
  • 23 Les appelant près de lui, Jésus leur dit en parabole : « Comment Satan peut-il expulser Satan ?
  • 24 Si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume ne peut pas tenir.
  • 25 Si les gens d’une même maison se divisent entre eux, ces gens ne pourront pas tenir.
  • 26 Si Satan s’est dressé contre lui-même, s’il est divisé, il ne peut pas tenir ; c’en est fini de lui.
  • 27 Mais personne ne peut entrer dans la maison d’un homme fort et piller ses biens, s’il ne l’a d’abord ligoté. Alors seulement il pillera sa maison.
  • 28 Amen, je vous le dis : Tout sera pardonné aux enfants des hommes : leurs péchés et les blasphèmes qu’ils auront proférés.
  • 29 Mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint, il n’aura jamais de pardon. Il est coupable d’un péché pour toujours. »
  • 30 Jésus parla ainsi parce qu’ils avaient dit : « Il est possédé par un esprit impur. »
    •  

 

Prière pour les victimes de la torture et leurs

 

bourreaux

Seigneur Jésus Christ notre Dieu, Toi le seul innocent, Tu acceptas de monter librement sur la Croix dans ta miséricorde et ta compassion pour tous les humains.

Tu supportas avec patience, et en priant pour le pardon de ceux qui te tourmentaient, la torture de l’âme et du corps.

Ta Mère toute pure et tes saints martyrs de tous les âges et de tout lieu portèrent à leur tour chacun sa croix et te glorifièrent en elle.

Nous t’invoquons pour ceux qui en notre temps subissent selon leur conscience les supplices de toutes sortes : 
arrête la main de ceux qui les frappent ; 
mets Toi-même un terme à l’injustice qu’ils subissent ; ne permet pas qu’ils soient éprouvés au-delà de leurs forces ; 
garde-les dans la fidélité et la dignité ; 
épargne-leur la souffrance supplémentaire d’éprouver la haine et le ressentiment à l’égard de leurs tortionnaires ; 
révèle-toi à eux, ô Torturé et Ressuscité ; 
inspire-leur ton amour compatissant pour les humains humiliés, 
Toi qui veux sauver encore ceux à qui leurs actes barbares et inhumains promettent l’enfer.

Car ce qui fut infligé au plus petit des torturés, c’est à toi, ô Dieu devenu Homme, qu’on l’infligeait ! 
Et les tortionnaires crucifient en eux-mêmes le sceau de ton image sainte : 
ô Verbe et Fils unique de Dieu, convertis-les, pardonne-leur et sauve-les !

En nous enfin qui osons malgré nos propres péchés te prier, renouvelle la grâce de ton Esprit très saint et très bon, l’esprit d’humilité, l’esprit de non jugement, l’esprit d’audace et de force, l’esprit de repentir et de pardon.

Donne-nous de glorifier ta divine présence en tout humain défiguré, et, de l’abîme de l’agonie, ta sainte Résurrection ; au jour de l’épreuve, soumis à notre tour, et pour la vraie foi, aux supplices de l’âme et du corps, donne-nous de ne pas défaillir et de ne jamais te renier, ô Dieu de tendresse et de consolation, 
Père et Fils et saint Esprit, Dieu unique glorifié dans les siècles des siècles : Amîn !


----------------------------------------

Oração pelas vítimas da tortura e seus

 

carrascos

Senhor Jesus Cristo, nosso Deus, Você o único inocente, aceitou ascender livremente na cruz em sua misericórdia e compaixão por todos os seres humanos.

Você suportou com paciência e orou pelo perdão daqueles que o atormentavam, da tortura da alma e do corpo.

Sua Mãe pura e seus santos mártires de todas as idades e lugares, cada um deles carregou sua cruz e glorificou-o nela.

Nós chamamos vocês para aqueles que em nosso tempo sofrem, de acordo com sua consciência, tormentos de todos os tipos:
pare as mãos daqueles que os ferem;
ponha-se um fim à injustiça que eles suportam; não permite que eles sejam testados além de sua força;
mantenha-os em fidelidade e dignidade;
poupar-lhes o sofrimento adicional de sentir ódio e ressentimento em relação aos seus torturadores;
revela-lhes, ó torturado e ressuscitado;
inspirá-los seu amor compassivo pelos humanos humilhados,
Você que quer salvar até aqueles a quem seus atos bárbaros e desumanos prometem o inferno.

Pois o que foi infligido ao mais jovem dos torturados, foi a ti, ó Deus que se fez homem, que foi infligido!
E os torturadores crucificam em si mesmos o selo da tua imagem sagrada:
Ó Verbo, o único Filho de Deus, converta-os, perdoe-os e salve-os!

Em nós, finalmente, que ousam, apesar de nossos próprios pecados, orar a você, renovar a graça de seu Espírito Santo e muito bom, o espírito de humildade, o espírito de não julgamento, o espírito de audácia e força, o espírito de arrependimento e perdão.

Dá-nos a glorificar a tua presença divina em todos os seres humanos desfigurados e, do abismo da agonia, a tua santa ressurreição; no dia da provação, sujeito por nossa vez, e pela verdadeira fé, aos tormentos da alma e do corpo, não nos deixe desmaiar e nunca negar a ti, ó Deus de ternura e consolação,
Pai e Filho e Espírito Santo, o único Deus glorificado para todo o sempre: Amin!

--------------------------------------

Prayer for the victims of torture and their

 

executioners

Lord Jesus Christ our God, You the only innocent One, You accepted to ascend freely on the Cross in your mercy and compassion for all humans.

You bore with patience, and praying for the forgiveness of those who tormented you, the torture of the soul and the body.

Your pure Mother, and your holy martyrs of all ages and places, each bore their cross and glorified you in it.

We call on you for those who in our time suffer, according to their conscience, torments of all kinds:
stop the hands of those who strike them;
put yourself an end to the injustice they endure; does not allow them to be tested beyond their strength;
keep them in fidelity and dignity;
spare them the additional suffering of experiencing hatred and resentment towards their torturers;
reveal to them, O Tortured and Risen One;
inspire them your compassionate love for the humbled humans,
You who want to save even those to whom their barbarous and inhuman acts promise hell.

For what was inflicted on the youngest of the tortured, it was to you, O God who became man, that it was inflicted!
And the torturers crucify in themselves the seal of your holy image:
O Verb, the only Son of God, convert them, forgive them and save them!

In us finally, who dare despite our own sins to pray to you, renew the grace of your most holy and very good Spirit, the spirit of humility, the spirit of non judgment, the spirit of audacity and strength, the spirit of repentance and forgiveness.

Give us to glorify your divine presence in all disfigured human beings, and, from the abyss of agony, your holy Resurrection; on the day of trial, subject in our turn, and for the true faith, to the torments of soul and body, give us not to faint and never to deny you, O God of tenderness and consolation,
Father and Son and Holy Spirit, the only God glorified for ever and ever: Amin!

 

SUR LA PISTE DU DIABLE

 

Dans une fresque savante, le médiéviste allemand Kurt Flasch retrace le grand récit de la pensée du diable : sa construction, son influence, puis son déclin avec la modernité.

Le Diable dans la pensée européenne

de Kurt Flasch

Traduit de l’allemand par Inigo Atucha

Vrin, 384 p., 23,50 €

C’est un sujet diablement difficile que Kurt Flasch, éminent médiéviste allemand, a véritablement pris par les cornes. À l’issue d’une longue carrière, le professeur émérite à la Ruhr-Universität Bochum, aujourd’hui âgé de 89 ans, a choisi de s’attaquer au portrait du diable, figure essentielle mais protéiforme, dont la pensée a été déterminante en Europe.

« Qui veut connaître l’Europe doit prendre en considération Dieu et le Diable, sans les séparer l’un de l’autre », affirme-t-il dès l’ouverture, soulignant que ce dernier « possède toute une histoire culturelle, religieuse et politique, un apogée puis un déclin ». « Il est un phénomène social, marqué par son temps, pas un archétype atemporel », insiste-t-il.

Le grand apport de son ouvrage, savant mais au style vif, est de souligner combien le diable n’a pas toujours eu les mêmes traits. De l’héritage oriental recueilli par la Bible jusqu’au Moyen Âge, sa conceptualisation procède par étapes et tâtonnements, au fil d’un effort spéculatif soutenu.

Dans le récit de la Genèse, rappelle Kurt Flasch, le serpent n’est au départ aucunement associé au diable. Dans le Livre de Job, celui-ci fait figure « de petit fonctionnaire de la cour céleste », mais au Ier siècle après Jésus-Christ, il est déjà devenu une «quasi-divinité ».

Augustin, au tournant du IVe et du Ve siècle, joue un rôle essentiel dans l’évolution de la doctrine chrétienne, opposant la Cité de Dieu et la Cité du diable avec un dualisme non négligeable. « (Augustin) interprète la rédemption par le Christ comme le rachat de ceux sur qui le Diable a jeté son dévolu, analyse le médiéviste. (…) Sa rhétorique crée une atmosphère de domination du Diable puissante et orientée vers les questions sexuelles. »

Au XIIIe siècle, le diable évolue encore et se dématérialise. Alors qu’Origène, Ambroise et Augustin le considéraient comme un être matériel « composé d’air », il devient un pur esprit, notamment sous la plume de Thomas d’Aquin. Cette mutation aura pour effet « d’anoblir le Diable et les démons, en les situant plus haut que les hommes », dans l’échelle de l’Univers.

Si les débats médiévaux sur le diable ont leur part d’abstraction, leur impact concret sur la vie des hommes et des femmes fut de premier ordre. « Le Diable est (…) au service d’objectifs très différents, souligne Kurt Flasch.

Il permet l’instauration d’une cohésion collective et contribue à stigmatiser des adversaires réels ou supposés. Il rend dociles ceux auxquels un notable ou une institution a promis, de façon convaincante, de les sauver de sa domination. Il entraîne des révolutions, lorsque la rumeur rapporte qu’un seigneur est un serviteur de Satan. »

La chasse aux sorcières qui se développe en Europe – non pas durant le Moyen Âge comme on le croit souvent, mais à partir du XVe siècle et surtout au XVIe siècle – en est un exemple paroxystique. L’instrumentalisation de la figure maléfique permet à certains hommes d’asseoir leur domination sur d’autres (essentiellement des femmes), accusés d’être possédés.

La pensée devient alors proprement diabolique, oserait-on dire, puisque c’est le système mental des inquisiteurs, qui leur interdit toute indulgence envers les accusé(e)s et toute possibilité de pardon.

Cette inflation du diable eut cependant des contre-feux, y compris au sein de la communauté chrétienne. Kurt Flasch souligne l’existence de directeurs spirituels et de prédicateurs, soucieux de rappeler au peuple que les démons « n’existaient pas ou qu’en tous les cas, ils ne pouvaient affliger aucun dommage ».

Un courant théologique, certes en mineur, s’inquiéta du dualisme que la pensée du diable instaurait dans le christianisme, entrant potentiellement en contradiction avec des doctrines majeures comme la bonté de Dieu et l’universalité du salut. On peut y rattacher les noms de Jean Scot Érigène (IXe siècle) et celui du protestant Balthasar Bekker (1634-1698), qui luttèrent avec ardeur contre la peur du diable.

Il faudra attendre la modernité pour que la figure diabolique soit progressivement déconstruite. Au XVIIe siècle timidement, puis aux XVIII et XIXes siècles, les progrès des sciences, de la médecine, de l’exégèse historico-critique sont autant de coups de boutoirs contre le diable.

Avec des hésitations, des allers et retours, le scepticisme s’installe : les causes maléfiques deviennent naturelles, les pouvoirs du diable se contractent. La querelle sur le diable paraît peu à peu impossible à trancher, et pour finir inutile.

Arrivé au terme de cet ouvrage très instructif, le lecteur pourra en revanche laisser de côté le jugement personnel que son auteur formule en conclusion, sur le lien supposé indissociable entre Dieu et Diable. « Le christianisme peut-il survivre à l’abolition du Diable ?

Un christianisme sans Satan se laisse-t-il reconstruire ? La réponse est facile : non. Il cesserait d’être la religion de la Rédemption », s’aventure à pronostiquer Kurt Flasch, en sortant de son rôle d’historien.

«Le christianisme privé de Diable semblait devenir plus libre, sans contraintes, plus optimiste, mais il était aussi devenu pauvre en contenu et bien pâle», juge-t-il au sujet de l’évolution de la théologie moderne. Pas sûr que le chrétien du XXIe siècle ne puisse pas préférer cette pâleur diaphane aux rougeurs de l’enfer…

Élodie Maurot

SOURCE: Séraphim

__________________________________

« Tel est notre esprit, tel sera notre cœur »

« Pourquoi est-il si difficile d'avoir la paix dans cette vie ?

Pourquoi nous laissons-nous troubler par tant de petites choses et d'aussi petites choses ?

Dieu, la source d'où nous tirons notre origine, est le père de la paix, pourquoi donc sommes-nous si agités ? [...]

C'est que notre intelligence est d'une activité dévorante, et qu'en même temps elle n'a pas de plaisir comparable à celui d'errer libre et à l'aventure.

Elle a besoin d'une occupation continuelle ; elle demande toujours à se nourrir d'images ; elle est prompte à les épuiser, et, néanmoins, elle est toujours insatiable. 
C'est ce besoin d'images qui rend la vie contemplative si difficile.
[...]

La plus grande partie du pouvoir que le monde exerce sur nous vient de ce que nous l'avons laissé prendre possession de notre intelligence.

Il serait bien moins difficile de le chasser de nos cœurs, si nous pouvions une fois bannir ses images de notre esprit.

Le pouvoir de Satan sur le cœur procède de son pouvoir sur l'esprit. Notre affaire à tous, dans la vie spirituelle, sera donc, ou de nous débarrasser des images qui nous obsèdent, ou de les changer.
[...]

Tel est notre esprit, tel sera notre cœur.

Si notre esprit est rempli d'images du monde, jamais nous ne serons détachés du monde ; s'il est rempli d'images de lui-même, jamais nous ne triompherons de notre amour-propre.

Si notre esprit ne veut pas demeurer en repos sans que des processions sans fin se déroulent au dedans de lui, eh bien ! que ce soient des processions religieuses. 
Que les images qu'il admet soient les images de Dieu, de Jésus, de Marie, les images des choses célestes.

Je ne prétends pas dire qu'il soit tout à fait facile d'arriver à ce résultat ; mais c'est comparativement peu difficile ; d'ailleurs, il faut nécessairement que nous en venions à bout. »

R.P. F.W. Faber (1814-1863)

_+_

Par Gabriel Fauré (1845–1924) , interprétation du Cantique de Jean Racine Op. 11:

Verbe égal au Très-Haut, notre unique espérance,
Jour éternel de la terre et des cieux,
De la paisible nuit nous rompons le silence :
Divin Sauveur, jette sur nous les yeux.

Répands sur nous le feu de Ta grâce puissante ;
Que tout l'enfer fuie au son de Ta voix ;
Dissipe le sommeil d'une âme languissante
Qui la conduit à l'oubli de Tes lois !

Ô Christ ! sois favorable à ce peuple fidèle,
Pour Te bénir maintenant rassemblé ;
Reçois les chants qu'il offre à Ta gloire immortelle,
Et de Tes dons qu'il retourne comblé.

--------------------------
"This is our spirit, so will our heart"

"Why is it so difficult to have peace in this life?

Why do we let ourselves be confused by so many little things and so little things?

God, the source from which we derive our origin, is the father of peace, why are we so agitated? [...]

It is because our intelligence is devouring activity, and at the same time it has no pleasure comparable to that of wandering freely and on an adventure.

She needs continual occupation; she always asks to feed on images; she is quick to exhaust them, and yet she is always insatiable.
It is this need for images that makes the contemplative life so difficult.
[...]

Most of the power the world exercises over us comes from letting it take possession of our intelligence.

It would be far less difficult to drive him out of our hearts, if we could once banish his images from our minds.

Satan's power over the heart comes from his power over the mind. Our business in all, in the spiritual life, will be, or to get rid of the images that obsess us, or to change them.
[...]

This is our spirit, this will be our heart.

If our mind is filled with images of the world, we will never be detached from the world; if it is filled with images of itself, we will never triumph over our self-esteem.

If our mind does not want to rest without endless processions taking place within it, well! that they are religious processions.
May the images he admits be the images of God, Jesus, Mary, the images of heavenly things.

I do not pretend to say that it is quite easy to arrive at this result; but it is comparatively not difficult; besides, it is necessary that we come to the end. "

R. P. F.W. Faber (1814-1863)

_ + _

By Gabriel Fauré (1845-1924), interpretation of the Song of John Racine Op. 11:

Verb equal to the Most High, our only hope,
Eternal day of the earth and the heavens,
From the peaceful night we break the silence:
Divine Savior, throw on us the eyes.

Spread upon us the fire of Your mighty grace;
Let all hell flee to the sound of Your voice;
Dispel the sleep of a languid soul
Who leads it to forget your laws!

O Christ! be favorable to this faithful people,
To bless you now gathered;
Receive the songs he offers to Your immortal glory,
And from your gifts he returns filled.

-------------------------
"Este é o nosso espírito, assim será o nosso coração"

"Por que é tão difícil ter paz nesta vida?

Por que nos deixamos confundir com tantas pequenas coisas e tão pequenas coisas?

Deus, a fonte da qual derivamos nossa origem, é o pai da paz, por que estamos tão agitados? [...]

É porque nossa inteligência está devorando a atividade e, ao mesmo tempo, não tem prazer comparável ao de vagar livremente e em uma aventura.

Ela precisa de ocupação contínua; ela sempre pede para se alimentar de imagens; ela é rápida em esgotá-los e, no entanto, ela é sempre insaciável.
É essa necessidade de imagens que torna a vida contemplativa tão difícil.
[...]

A maior parte do poder que o mundo exerce sobre nós vem de permitir que ele tome posse de nossa inteligência.

Seria muito menos difícil expulsá-lo de nossos corações, se uma vez pudéssemos banir suas imagens de nossas mentes.

O poder de Satanás sobre o coração vem de seu poder sobre a mente. Nosso negócio em tudo, na vida espiritual, será, ou se livrar das imagens que nos obcecam, ou mudá-las.
[...]

Este é o nosso espírito, este será o nosso coração.

Se nossa mente estiver cheia de imagens do mundo, nunca seremos separados do mundo; se estiver cheio de imagens de si mesmo, nunca triunfaremos sobre nossa auto-estima.

Se a nossa mente não quer descansar sem intermináveis ​​procissões acontecendo dentro dela, bem! que são procissões religiosas.
Que as imagens que ele admite sejam as imagens de Deus, Jesus, Maria, as imagens das coisas celestiais.

Não pretendo dizer que é muito fácil chegar a esse resultado; mas não é comparativamente difícil; além disso, é necessário que cheguemos ao fim. "

R. P. F.W. Faber (1814-1863)

_ + _

Por Gabriel Fauré (1845-1924), interpretação da Canção de John Racine Op. 11:

Verbo igual ao Altíssimo, nossa única esperança
Dia eterno da terra e dos céus
Desde a noite tranquila, quebramos o silêncio:
Salvador Divino, jogue em nós os olhos.

Espalhai sobre nós o fogo da tua poderosa graça;
Que todo o inferno fuja ao som da sua voz;
Dissipar o sono de uma alma lânguida
Quem o leva a esquecer suas leis!

O Cristo! seja favorável a este povo fiel,
Para abençoar você agora reunido;
Receba as músicas que ele oferece à sua glória imortal
E de seus presentes ele retorna cheio.

 

 

Voilà une prière qui pourrait être dite après

la Sainte Communion

lorsque nous sommes renvoyés de la Messe pour être missionnaires à la suite

de nos Évêques et nos Prêtres :

 

«Mon adorable Jésus,vous qui vivez en moi,faites que toutes les personnes qui

 

m’approchent me quittent :


*consolées quand elles pleurent, 


*relevées quand elles sont accablées, *heureuses pour des jours par le souvenir

 
-d’une parole,


-d’un regard, 


-d’un sourire. 


Donner, me donner en aimant.»

 

(Marthe Robin)

 

-------------

This is a prayer that could be said after

Holy Communion

when we are dismissed from the Mass to be missionaries following our Bishops and Priests:

"My adorable Jesus, you who live in me, let all those who come near me leave me:
* consoled when they cry,
* relieved when they are overwhelmed, * happy for days by remembrance
-of a word,
-a look,
-a smile.
Give, give me loving. "

(Marthe Robin)

---------

Esta é uma oração que pode ser dita depois

da Santa Comunhão,

quando somos dispensados da Missa para sermos missionários seguindo nossos Bispos e Sacerdotes:

"Meu adorável Jesus, você que vive em mim, deixe todos aqueles que se aproximarem de mim me deixarem:
consolado quando eles choram,
* aliviados quando estão oprimidos, * felizes por dias por lembrança
-de uma palavra,
-um olhar
-um sorriso.
Dê, me dê amor ".

(Marthe Robin)

 

S'INITIER AU NOUVEAU

 

EN

 

DEUX HEURES

Dans un langage clair et accessible, ce livre offre une initiation très complète et accompagnante au Nouveau Testament.

Le plan s'articule autour de grandes questions qu'un lecteur débutant peut se poser en abordant le texte biblique :

Que sait-on de l'existence de Jésus ?

Quel était le cadre géographique et politique de sa vie ?

Quel était son lien avec la religion d'Israël ?

Quelles furent les étapes de sa vie publique ?

Comment sont nées les premières communautés chrétiennes ?

Que furent les voyages missionnaires de saint Paul ?

Comment sont nés les quatre évangiles et quelles sont leurs spécificités ?

Quel rôle joue l'Ancien Testament pour le Nouveau ?

Agrémenté de nombreux encadrés thématiques et de cartes, complété par un lexique de soixante entrées, ce guide peut se dévorer d'une seule traite ou se lire par petites touches.

Extraits à feuilleter

CLIQUER ICI

Commander l'ouvrage

CLIQUER ICI

DERNIERE MINUTE:

Après la Messe de samedi ce matin au Monastère, après-midi du Pardon à Sainte Anne autour de la paroisse Saint Anne du Perche : 


*Prières au Monument à Sainte Anne avec mention particulière de nos cousins Canadiens, *visite et prières à l'église de Longny au Perche , 
*à Notre-Dame de Pitié, 


*visite de la Basilique de Montligeon et prière des Vêpres avec les Pères de la Communauté Saint Martin et des Soeurs de la Nouvelle Alliance. 
Un bon après-midi de piété et de fraternité. 


Demain, Messe au Monastère à 9h30, nous partons avec un Pique-nique pour conduire la Procession à Sainte Anne de Bosquentin (27) , près de Lyons la Forêt. Retour en soirée.

 

Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.
Lettre de nouvelles du 23 au 28 Juillet 2019 / Lectionnaire pour le 7ème Dimanche après la Pentecôte.

Dimanche 28 JUILLET, 
Pèlerinage au Monastère en l'honneur de Sainte Anne, 


*MESSE A 9h30, 
départ pour la Procession de Sainte Anne (Pique-nique) dans l’Eure. Retour en soirée.
SOYEZ NOMBREUX !

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,
Brévilly 4
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58
ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)
Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

____________

Prière à Sainte Anne et Saint

 

Joachim

 

de Saint Jean de Damas


"Puisque la Vierge Mère de Dieu devait naître de sainte Anne, la nature n'a pas osé anticiper sur la grâce : la nature demeura stérile jusqu'à ce que la grâce eût porté son fruit.

 

Il fallait qu'elle naquît la première, celle qui devait enfanter le premier-né antérieur à toute créature, en qui tout subsiste.
Joachim et Anne, heureux votre couple !

Toute la création est votre débitrice.

C'est par vous, en effet, qu'elle a offert au Créateur le don supérieur à tous les dons une mère toute sainte, seule digne de celui qui l'a créée.


Réjouis-toi, Anne, la stérile, toi qui n'enfantais pas ; éclate en cris de joie, toi qui n'as pas connu les douleurs.

Réjouis-toi, Joachim : par ta fille un enfant nous est né, un fils nous a été donné.

On proclame son nom : Messager du grand dessein de Dieu, qui est le salut de tout l'univers, Dieu fort. Oui, cet enfant est Dieu.


Joachim et Anne, heureux votre couple, et parfaitement pur ! On vous a reconnus grâce à votre fruit, selon cette parole du Seigneur : Vous les reconnaîtrez à leurs fruits.

Vous avez eu une conduite agréable à Dieu et digne de celle que vous avez engendrée.

A cause de votre vie chaste et sainte, vous avez produit le joyau de la virginité, celle qui devait être vierge avant l'enfantement, vierge en mettant au monde, vierge après la naissance ; la seule toujours vierge d'esprit, d'âme et de corps.


Joachim et Anne, couple très chaste !

En observant la chasteté, cette loi de la nature, vous avez mérité ce qui dépasse la nature : vous avez engendré pour le monde celle qui sera, sans connaître d'époux, la Mère de Dieu.

En menant une vie pieuse et sainte dans la nature humaine, vous avez engendré une fille supérieure aux anges, qui est maintenant la Souveraine des anges.

Enfant très gracieuse et très douce !

Fille d'Adam et Mère de Dieu !

Heureux ton père et ta mère !

Heureux les bras qui t'ont portée ! Heureuses les lèvres qui, seules, ont reçu tes chastes baisers pour que tu demeures toujours parfaitement vierge.

Acclamez Dieu, terre entière, sonnez, dansez, jouez. Elevez la voix, élevez-la, ne craignez pas."

Saint Jean Damascène

 

Partager cet article
Repost0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone - dans Tradition Syriaque orthodoxie-orientale Chants Chrétiens CATECHISME et CATECHESE
22 juillet 2019 1 22 /07 /juillet /2019 08:30

SAINTE MARIE MADELEINE

 

Ce 22 juillet, c'est la commémoration du dukhrono de Sainte-Marie-Madeleine conformément au calendrier liturgique de l'Eglise Orthodoxe Malankare (Eglise Orthodoxe Indienne).

Je vous laisse ci-dessous les souvenirs photographoiques d'hier, dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère Syriaque. Malheureusement, les photo reprises de mes envois sur Facebook, apparaissent ici dans le désordres.

 

Qui était Sainte Marie Madeleine* ?


Morth Mariam d-Magdela était originaire de Magdala en Galilée sur la Mer de Tibériade et s'appelait Magdalene.

Lorsque le Seigneur Jésus expulsa d'elle sept démons (saint Marc 16: 9) qui la tourmentaient elle en devint une disciple fidèle et inséparable. Elle le suivit tout au cours de son ministère public.

Elle le suivit jusqu'à la Cois où elle fût présente pendant Sa Crucifixion (Saint-Marc 15:40) et, plus tard, accompagna Sa dépouille charnelle pour l'embaumer lorsqu'Il fut enseveli.

Le jour de la résurrection, après avoir vu la pierre enlevée du tombeau, elle courut pour porter cette nouvelle à Pierre et Jean .

Après être retournée immédiatement au tombeau, elle pleurait à l'extérieur. C'est alors qu'elle fut jugée digne d'être la première à voir le Seigneur ressuscité (Saint-Marc 16: 9). Quand elle tomba à Ses pieds,elle Lui entendu dire: "Ne me touche pas, car je ne suis pas encore élevé jusqu'au Père" (saint Jean 20:16). C'est l'allusion que nous en avons dans l'hymne de procession).
Après l'Ascension du Seigneur, on ne sait plus rien de ce qui la concerne. La tradition de l'Eglise de France veut qu'elle soit arrivée en France aux alentours de Marseille avec son Frère Lazard et sa sœur Marthe .

Ô Morth Mariam d-Magdela! intercédez-pour nous devant du trône de Dieu,Source de toutes grâces. Amîn.

1) Journée bien remplie aujourd'hui avec :
*La Quadisha Qurbana (Sainte Messe ) du 6ème dimanche après la Pentecôte. 
*La bénédiction de la belle fresque extérieure des Saints Pierre et Paul, oeuvre de notre ami 
Armia Elkatcha.
*La bénédiction des voitures en l'honneur de Saint Christophe. 
*Le repas fraternel lors duquel les fidèles me manifestaient leur affection à l'occasion de la célébration anticipée des anniversaires de votre serviteur et de Melle Thérèse Ribreau, actuelle Présidente laïque de l'association cultuelle de la Métropolie de L'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone de Mar Thoma.
C'était l'occasion pour les fidèles de remercier Armia et sa famille dans l'attente de leur prochain séjour. Ils repartirons le 25 ( Jour de mon anniversaire, que je fêterai en famille avec mes frères Nicolas et Christophe ).
*La réception des fidèles jusqu'à 19h et enfin 
*Le dîner. 
Nous avons laissé Armia à l'église qui achève actuellement d'inscrire les citations bibliques illustrant les deux épisodes de l'annonce de la Nativité par les Anges aux bergers dans la nuit de Bethléem et du voyage de la Sainte Famille en Égypte.

---------------------------
Busy day today with:
* Quadisha Qurbana (Holy Mass) from the 6th Sunday after Pentecost.
* The blessing of the beautiful outdoor fresco of Saints Peter and Paul, work of our friend Armia Elkatcha.
* The blessing of cars in honor of St. Christopher.
* The fraternal meal during which the faithful showed me their affection on the occasion of the anticipated celebration of the anniversaries of your servant and Miss Thérèse Ribreau, current lay president of the cult association of the Metropolis of the French-speaking Syro-Orthodox Church from Mar Thoma.
It was an opportunity for the faithful to thank Armia and her family for their next visit. They will leave on the 25th (my birthday, that I will celebrate with my brothers Nicolas and Christophe).
* The reception of the faithful until 19h and finally
* The dinner.
We left Armia at the church, which is now completing the Bible quotations illustrating the two episodes of the Nativity Annunciation by the Angels to the Shepherds on the night of Bethlehem and the journey of the Holy Family in Egypt.

------------------------------
Dia ocupado hoje com:
* Quadisha Qurbana (Santa Missa) do 6º domingo após o Pentecostes.
* A bênção do belo afresco ao ar livre dos Santos Pedro e Paulo, obra de nossa amiga Armia Elkatcha.
* A benção dos carros em honra de São Cristóvão.
* A refeição fraterna durante a qual os fiéis me mostraram sua afeição por ocasião da celebração antecipada dos aniversários de sua serva e da senhorita Thérèse Ribreau, atual presidente leiga da associação de culto da Metrópole da Igreja Siro-Ortodoxa francófona. de Mar Thoma.
Foi uma oportunidade para os fiéis agradecerem a Armia e sua família pela próxima visita. Eles partirão no dia 25 (meu aniversário, que eu vou celebrar com meus irmãos Nicolas e Christophe).
* A recepção dos fiéis até às 19h e finalmente
* O jantar.
Deixamos Armia na igreja, que agora está completando as citações bíblicas ilustrando os dois episódios da Anunciação da Natividade pelos Anjos aos Pastores na noite de Belém e a jornada da Sagrada Família no Egito.

En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)

2) 
*La bénédiction de la belle fresque extérieure des Saints Pierre et Paul, oeuvre de notre ami Armia Elkatcha.

---------------------------

* The blessing of the beautiful outdoor fresco of Saints Peter and Paul, work of our friend Armia Elkatcha.

------------------------------

* A bênção do belo afresco ao ar livre dos Santos Pedro e Paulo, obra de nossa amiga Armia Elkatcha.
 

En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)

3) 
*La bénédiction des voitures en l'honneur de Saint Christophe. 

---------------------------

* The blessing of cars in honor of St. Christopher.

------------------------------

* A benção dos carros em honra de São Cristóvão.
 

En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)

4) 
*La bénédiction des voitures en l'honneur de Saint Christophe. 
*Le repas fraternel lors duquel les fidèles me manifestaient leur affection à l'occasion de la célébration anticipée des anniversaires de votre serviteur et de Melle Thérèse Ribreau, actuelle Présidente laïque de l'association cultuelle de la Métropolie de L'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone de Mar Thoma.
C'était l'occasion pour les fidèles de remercier Armia et sa famille dans l'attente de leur prochain séjour. Ils repartirons le 25 ( Jour de mon anniversaire, que je fêterai en famille avec mes frères Nicolas et Christophe ).
*La réception des fidèles jusqu'à 19h et enfin 
*Le dîner. 
Nous avons laissé Armia à l'église qui achève actuellement d'inscrire les citations bibliques illustrant les deux épisodes de l'annonce de la Nativité par les Anges aux bergers dans la nuit de Bethléem et du voyage de la Sainte Famille en Égypte.
---------------------------

* The fraternal meal during which the faithful showed me their affection on the occasion of the anticipated celebration of the anniversaries of your servant and Miss Thérèse Ribreau, current lay president of the cult association of the Metropolis of the French-speaking Syro-Orthodox Church from Mar Thoma.
It was an opportunity for the faithful to thank Armia and her family for their next visit. They will leave on the 25th (my birthday, that I will celebrate with my brothers Nicolas and Christophe).
* The reception of the faithful until 19h and finally
* The dinner.
We left Armia at the church, which is now completing the Bible quotations illustrating the two episodes of the Nativity Annunciation by the Angels to the Shepherds on the night of Bethlehem and the journey of the Holy Family in Egypt.
------------------------------

* A refeição fraterna durante a qual os fiéis me mostraram sua afeição por ocasião da celebração antecipada dos aniversários de sua serva e da senhorita Thérèse Ribreau, atual presidente leiga da associação de culto da Metrópole da Igreja Siro-Ortodoxa francófona. de Mar Thoma.
Foi uma oportunidade para os fiéis agradecerem a Armia e sua família pela próxima visita. Eles partirão no dia 25 (meu aniversário, que eu vou celebrar com meus irmãos Nicolas e Christophe).
* A recepção dos fiéis até às 19h e finalmente
* O jantar.
Deixamos Armia na igreja, que agora está completando as citações bíblicas ilustrando os dois episódios da Anunciação da Natividade pelos Anjos aos Pastores na noite de Belém e a jornada da Sagrada Família no Egito.

En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)
En ce 22 (Ste Marie Madeleine), souvenirs du Dimanche 21 Juillet 2019 au Monastère (6ème Dim après Pentecôte/ St Christophe)

*VIE DE SAINTE MARIE-MADELEINE:

Magdala (ou Magada ou Dalmanoutha), petit village de pêcheurs situé sur la rive occidentale du lac de Gennésareth, à cinq kilomètres de la ville de Tibériade, était la patrie de Sainte Marie Madeleine. Vierge fortunée, elle vécut dans la crainte de Dieu et l'observation de Ses commandements, jusqu'au jour où elle se trouva possédée de sept démons (cf. Marc 16:9; Luc 8:2) [1].

Affligée et ne pouvant trouver aucun répit, elle apprit que Jésus-Christ était parvenu dans la contrée, après avoir traversé la Samarie, et qu'Il attirait de grandes foules à Sa suite, par Ses miracles et Son enseignement céleste.

Pleine d'espoir, elle courut vers Lui et, ayant assisté au miracle de la multiplication des pains et des poissons, en nombre suffisant pour nourrir plus de quatre mille hommes (Mat. 15:30-39), elle alla se jeter aux pieds du Sauveur et lui demanda de la guider sur la voie de la vie éternelle. 


Ayant été délivrée de cette épreuve, elle renonça à ses biens et à tout attachement au monde pour suivre Jésus dans tous ses périples, avec les Apôtres, la Mère de Dieu et d'autres pieuses femmes qui s'étaient mises à son service après avoir été guéries par lui de diverses maladies: Marie, mère de Jacques le petit et de Joset; Marie de Clopas; Jeanne, femme de Chouza; Suzanne, et Salomé, mère des fils de Zébédée. 


Lorsqu'Il eut rempli Son ministère en Galilée, le Seigneur Se dirigea vers Jérusalem, malgré les avertissements de ses proches.

Marie Madeleine le suivit sans hésitation, et se lia d'amitié avec Marthe et Marie de Béthanie.

Alors que le Seigneur venait de délivrer un possédé qui était muet, et affirmait qu'Il chassait les démons par l'Esprit de Dieu, une voix s'éleva de la foule et s'écria:

« Heureuses les entrailles qui T'ont porté, et les seins qui T'ont allaité! » (Luc 11:27). Cette voix, suppose-t-on, était celle de Marie Madeleine.

Elle était présente également lors de la résurrection de Lazare, et fut alors confirmée dans sa foi au Fils de Dieu.

Tandis que les autres disciples avaient abandonné le Maître au moment de Son arrestation, elle le suivit jusque dans la cour du grand prêtre puis au tribunal de Pilate, elle assista à Son procès inique, à Sa Passion et se tint auprès de la Croix, en compagnie de la Mère de Dieu et de Saint Jean le Théologien (Jean 19:25). 
Tout étant accompli et le sang du Sauveur ayant coulé de Son côté pour purifier la terre, Marie, surmontant la douleur, prit l'initiative de Son ensevelissement. Sachant que le noble conseiller, Joseph d'Arimathie (cf. 31 juillet), avait fait creuser près de là un tombeau neuf dans le roc, elle alla le trouver et le convainquit de céder ce sépulcre pour ensevelir le Crucifié.

Encouragé par la foi résolue de cette femme, Joseph obtint l'autorisation de Pilate et, prenant avec lui Nicodème, le membre du Sanhédrin qui était disciple secret de Jésus, il descendit Le Corps de la Croix et le déposa dans un linceul pour le mettre au tombeau.

Marie Madeleine ainsi que la Mère de Dieu assistaient à la scène et elles élevèrent alors une hymne funèbre, accompagnée de larmes, dans lesquelles brillait cependant l'espoir de la Résurrection [2].

Une fois le tombeau fermé par une grosse pierre qu'on avait roulée à l'entrée, Joseph et Nicodème se retirèrent; mais les deux Saintes femmes restèrent assises, en pleurs en face du tombeau, jusque tard dans la nuit.

En quittant l'endroit, elles décidèrent, sitôt le repos du sabbat expiré, de revenir au tombeau avec des aromates, pour embaumer une fois encore le corps du Sauveur (Marc 16:1). 


Ayant donc observé le repos légal, au chant du coq, alors que le premier jour de la semaine commençait à peine à poindre, Marie Madeleine et l'"autre Marie" [3] vinrent au sépulcre.

Un Ange resplendissant leur apparut, accompagné d'un tremblement de terre, et leur annonça que Jésus ne se trouvait plus à l'intérieur, mais qu'Il était ressuscité (Mat. 28:1).

Toutes troublées, elles ne prirent pas même le temps de regarder dans le tombeau et coururent porter la nouvelle aux Apôtres.

Le Seigneur ressuscité leur apparut en chemin et les salua en disant: « Réjouissez-vous! »

Il convenait en effet qu'Il annonçât à une femme la délivrance de notre nature, déchue et condamnée à la souffrance à la suite de la faute d'Eve. 


En entendant leur récit, les Apôtres crurent qu'elles déliraient. Pierre, cependant, courut jusqu'au sépulcre et, se penchant, vit que seules les bandelettes s'y trouvaient, et il se retira tout perplexe.

Le jour s'étant levé, Marie Madeleine se rendit pour la seconde fois sur les lieux, afin de vérifier si elle n'avait pas été victime d'une hallucination.

Constatant que le tombeau était effectivement vide, elle alla l'annoncer derechef à Pierre et Jean, qui se rendirent en courant sur les lieux. Une fois les deux disciples repartis, elle resta seule près du tombeau, se demandant qui avait bien pu enlever le corps (Jean 20:11).

Deux Anges vêtus de blancs apparurent alors à l'emplacement de la tête et des pieds du Seigneur, et lui demandèrent pourquoi elle pleurait.

Comme elle leur répondait, les Anges se levèrent soudain, avec respect. Marie se retourna et vit Jésus qui lui posa la même question.

Le prenant pour le jardinier, elle demanda si c'était Lui qui avait enlevé le corps. Mais dès que Jésus l'eut appelée par son nom: "Marie", reconnaissant la voix de son bien-aimé Seigneur, elle s'écria: "Rabbouni (Maître)!" et voulut se jeter à Ses pieds pour les baiser.

Désirant l'attirer à une compréhension plus élevée de l'état dans lequel se trouvait Son corps après la Résurrection, Jésus lui dit:

« Ne me touche pas, car Je ne suis pas encore monté vers le Père! »

Et Il l'envoya annoncer à Ses "frères" ce qu'elle avait vu. 


Devenue pour la troisième fois "apôtre des Apôtres", Marie Madeleine resta avec les disciples et la Mère de Dieu, partageant leur joie.

Elle était probablement présente au Mont des Oliviers, lors de l'Ascension, tout comme dans la chambre haute, le jour de la Pentecôte, quand le Saint-Esprit descendit sous forme de langues de feu (Actes 2). 


On raconte que la Sainte quitta ensuite Jérusalem, pour se rendre à Rome et y demander justice à l'empereur Tibère de la condamnation inique prononcée par Pilate [4].

Se présentant devant l'empereur avec un œuf en main, elle lui déclara qu'après avoir souffert la Passion, le Christ était ressuscité, apportant à tous les hommes la promesse de la résurrection; et l’œuf se teignit alors en rouge [5].

Le souverain écouta sa requête et convoqua Pilate, ainsi que les grands prêtres Anne et Caïphe.

Caïphe mourut en route, en Crète; quant à Anne, il fut supplicié en étant enfermé dans une peau de buffle. Pilate, s'étant présenté au tribunal de l'empereur, essaya de se justifier en avançant les pressions exercées par les Juifs et le risque de rébellion contre l'autorité romaine.

Mais César resta insensible à son apologie et le fit jeter en prison. On rapporte que, poursuivant un cerf au cours d'une partie de chasse, organisée non loin de la prison par des amis de Pilate, l'empereur décocha une flèche qui alla frapper Pilate en plein cœur. 


De retour à Jérusalem, Marie Madeleine suivit l'enseignement de Saint Pierre.

Quatre ans s'étant écoulés depuis la Résurrection, et les Apôtres s'étant dispersés dans diverses régions du monde, elle se joignit à Saint Maxime, l'un des Soixante-Dix Disciples, pour aller prêcher la Bonne Nouvelle.

Ils furent bientôt arrêtés par les Juifs et abandonnés, avec d'autres Chrétiens, en pleine mer, sans nourriture, dans un bateau dépourvu de voile et de rames.

L'embarcation fut cependant guidée par le Christ, le Pilote de notre Salut, jusqu'à Marseille, en Gaule [6].

Ayant débarqué sains et saufs, les Saints Apôtres eurent à subir la faim, la soif et le mépris des habitants de l'endroit, païens forcenés qui ne leur procuraient aucun secours.

Un jour que ces derniers s'étaient réunis pour un de leurs sacrifices impies, Sainte Marie Madeleine se mêla courageusement à l'assemblée et les exhorta à reconnaître le seul Dieu, Créateur du ciel et de la terre.

Émerveillés par son assurance et par l'éclat de son visage, les païens prêtèrent attention à ses paroles.

Elle réitéra son discours devant le gouverneur romain de la province, Hypatios, qui était venu en compagnie de son épouse apporter une offrande aux idoles, afin d'obtenir une progéniture.

D'abord réticent, Hypatios, à la suite de trois apparitions de la Sainte, accueillit Marie et ses compagnons en son palais et demanda à être instruit de leur doctrine.

Grâce à l'intercession de Marie, il obtint un enfant, mais sa femme mourut en le mettant au monde. Après un court séjour à Rome, Hypatios entreprit un pèlerinage à Jérusalem; mais changeant soudain d'avis, il décida de retourner à l'endroit où il avait enseveli son épouse et l'enfant.

Quelle ne fut pas sa stupeur de les retrouver vivants et d'apprendre qu'ils avaient survécu grâce aux prières et aux soins de Sainte Marie Madeleine!

Rendant grâces à Dieu, le magistrat et toute sa maison se firent alors baptiser et devinrent de fervents proclamateurs de la Vérité. 


Quittant la Gaule, Sainte Marie Madeleine continua ses périples missionnaires en Égypte, Phénicie, Syrie, Pamphylie et autres lieux, répandant partout la bonne odeur du Christ.

Elle passa quelque temps à Jérusalem, puis partit pour Éphèse, où elle retrouva Saint Jean le Théologien, partageant ses épreuves et jouissant de ses enseignements inspirés. 


Ayant rempli la mission que le Seigneur lui avait confiée, elle remit là son âme à Dieu, après une brève maladie, et fut ensevelie à l'entrée de la grotte, où s'endormirent ensuite les Sept Enfants (cf. 4 août).

De nombreux miracles se produisirent en cet endroit, jusqu'au jour où, presque dix siècles plus tard (899), le pieux empereur Léon VI le Sage ordonna de transférer les reliques de la Sainte Égale-aux-Apôtres à Constantinople (cf. 4 mai).

Il les reçut avec une grande dévotion, en présence de tout le peuple, et les portant sur ses épaules, aidé de son frère Alexandre, il alla les déposer dans la partie gauche du sanctuaire du monastère de Saint Lazare, qu'il avait fondé. 


Survivant aux péripéties de l'histoire, la main gauche de la Sainte Myrophore, qui exhale un suave parfum, est aujourd'hui vénérée au Monastère athonite de Simonos Pétra, qui honore Sainte Marie Madeleine comme sa seconde fondatrice.

 

[1] La Tradition occidentale, depuis St Grégoire le Grand, a assimilé Marie Madeleine à la pécheresse repentante venue oindre les pieds de Jésus (Luc 7:36-38), et même à Marie soeur de Lazare. Mais rien dans l'Évangile ne porte à faire cette identification, rejetée par la plupart des Pères orientaux. En effet, la possession ne suppose en aucun cas une vie débauchée. St Syméon Métaphraste interprète de manière allégorique les "sept démons" comme les sept passions qui font obstacle à la vertu; toutefois il n'est pas suivi par d'autres Pères.

[2] Cette thrène est le thème de l'Office des matines du Grand Samedi.

[3] D'après St Romanos le Mélode et St Grégoire Palamas l'"autre Marie" ne pouvait être que la Mère de Dieu, car il convenait qu'elle fût la première à contempler la Résurrection de son Fils. Mais, pour la plupart des Pères, ce fut Marie Madeleine qui vit la première le Seigneur, conformément aux paroles de l'Évangile (Marc 16:9), l'"autre Marie" étant Marie, mère de Jacques. Les écrivains ecclésiastiques ont essayé de concilier de diverses manières les récits divergents des Évangiles concernant la ou les visites des Saintes Myrophores au tombeau. Nous résumons ici la version de Nicéphore Calliste Xanthopoulos (XIVe siècle).

[4] Ce récit de la vengeance contre Pilate et de sa mort n'est rapporté que par St Syméon Métaphraste, probablement sous l'influence de l'Évangile apocryphe de Nicodème (Actes de Pilate, Ves.), qui met en scène Ste Véronique. En 36, Pilate fut déposé de sa charge et renvoyé à Rome pour répondre de sa mauvaise administration, pendant laquelle avaient abondé provocations, violences et exécutions arbitraires. Selon Eusèbe de Césarée, il se serait suicidé (Hist. ecclés. II, 7), ou fut peut-être exécuté. Diverses traditions apocryphes ont tenté de réhabiliter Pilate, supposant même qu'il se serait converti, et reportent toute la responsabilité de la Passion sur les Juifs.

[5] Cette tradition populaire rend compte de la coutume des oeufs de Pâques, répandue dans tout le monde chrétien.

[6] Ce récit de la mission de Ste Marie Madeleine en Gaule, rapporté par St Syméon Métaphraste, fait écho, en quelque manière, aux diverses traditions répandues en France, concernant le culte de la Sainte. La tradition du transfert de Reliques de Marie Madeleine à l'abbaye de Vézelay, en Bourgogne, semble la plus ancienne et fut à l'origine d'un fameux pèlerinage. Selon certains, ces Reliques venaient de Provence, selon d'autres de Palestine. À partir du XIIe siècle on commença à vénérer à la Sainte-Baume, à une cinquantaine de km de Marseille, une caverne où la Sainte aurait mené la vie ascétique pendant trente ans. Parallèlement, un pèlerinage se développa au village de Saint-Maximin, à une vingtaine de km de là, où l'on avait découvert dans une crypte un sarcophage de la Sainte Myrophore. On vénéra dès lors en Provence Ste Marie Madeleine et ses compagnons: St Maximin, premier Evêque d'Aix, St Sidoine, Ste Marcelle et deux autres enfants. Notons qu'on vénère également aux Saintes-Maries de la Mer, en Camargue, les Saintes Myrophores Marie, mère de Jacques, et Marie Salomé, qui auraient accompagné Ste Marie Madeleine dans sa mission.

(Texte extrait du Synaxaire, Vie des Saints de l'Eglise Orthodoxe, adaptation française par le hiéromoine Macaire de Simonos-Petras)

 

Partager cet article
Repost0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone - dans Tradition Syriaque Vie des Saints orthodoxie-orientale Orthodoxie Occidentale
20 juillet 2019 6 20 /07 /juillet /2019 08:56

Sommaire:

*St Elie

*Programme Iconographique de plafond de l'église du Monastère

*Lectionnaire du 6ème Dimanche après Pentecôte

*Prochains Rendez-vous Liturgiques

*Cotignac , un Sanctuaire de la Ste Famille

*Dieu a t-il un genre ? 

*Clarté d'un cardinal

*Aujourd'hui l'Iraq

En ce 20 juillet, notre Église Syro-Orthodoxe de Mar Thoma (Métropolie de Tradition Malankare Orthodoxe pour l'Europe et ses Missions) se souvient du Saint Prophète Élie .

Le Saint Prophète Élie était un ardent défenseur de la vraie foi. Ainsi s’insurgea t-il avec force contre le culte des idoles pratiqué par les Israélites de son temps.

Aujourd'hui encore, de nombreux croyants sont tentés par l'esprit d'apostasie. Que Saint Elie, intercède pour nous conserver dans la Vraie Foi !

Au 1er Livre des Rois au Chapitre 17, nous voyons comment il annonça prophétiquement une sécheresse sur la terre d'Israël et comment il fût nourri par des corbeaux sur l'ordre de Dieu.

L' Épiclèse lors de laquelle , lors de la Quadisha Qurbana (Sainte Messe), le célébrant prie à haute voix, "Anin Moriyo (Répondez moi, Seigneur, Répondez moi, Seigneur,Répondez moi, Seigneur!", prend sa source dans la prière du prophète Elijah à Dieu telle qu'elle est décrite dans le 1er Livre des Rois au Chapitre 18, verset 37.

L'Ecriture Sainte nous enseigne que le prophète Élie a été emmené vivant au ciel sur un char de feu et Élisée resta pour continuer son oeuvre prophétique et lui succéder (2 Rois 2:11). 
Dans le Nouveau Testament, comme vous le voyez sur la première Icône Syriaque de cette publication, il apparaît aux côtés de Jésus lors de la Transfiguration.

Que les prières et les intercessions du Saint Prophète Elie soient avec nous tous! Amîn.

Demain, je l'espère, vous serez au Monastère. 
Voici le programme iconographique dans son ensemble, tel qu'envisagé par notre ami Armia . 

Je vous laisse quelques photos de l'Avant-chœur et du Chœur de notre église du Monastère et, ensuite dans le sens des aiguilles d'une montre vous contemplez ce qui est réalisé et ce qui reste à réaliser.


 

 

En couleur ce qui est réalisé, en gris, ce qui reste à faire...
Vous avez ci-dessous le descriptif des scènes*.
1) Première icône: L'annonce des Saints Anges au bergers dans la nuit de Bethléem


2) La deuxième icône: Naissance de Jésus le Messie 


3) La troisième icône: Visite des mages offrant leurs présents à Jésus le Messie.


4) La quatrième icône: Le songe de Joseph pour fuir Hérode e sanguinaire et emmener l'enfant et sa mère au pays d'Égypte.


5) La cinquième icône: Offrande du Christ au temple


6) La sixième icône:La sainte famille fuit le massacre des Saints Innocents ordonné par Hérode et visite l'Egypte, accomplissant ainsi l'Ecriture "d'Egypte, j'ai appelé mon Fils"

A demain je l'espère.Tous au Monastère Dimanche 21 JUILLET pour le
Pèlerinage en l'honneur de Saint Christophe:

*Messe à 10h30 
*BENEDICTION:
-De la Fresque des Saints Pierre et Paul,
- DES VOITURES ET DES MOTOS en l'honneur de St Christophe
*Repas fraternel pour l'anniversaire anticipé de Mor Philipose, de Thérèse Ribreau et remercier Armia Elkatcha, notre ami fresquiste et iconographe (Qui repartira vers l'Egypte le 25) ainsi que, comme d'habitude, de la réception des fidèles.

Adresse:
Sanctuaire Marial de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde
Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly,4
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

*l'église du Monastère métropolitain de notre Juridiction Syro-Orthodoxe (De Tradition Malankare Orthodoxe) étant aussi un Sanctuaire Marial dédié à Marie, Mère de Miséricorde, notre ami Armia Elkatcha a conçu que les six panneaux du plafond fussent réservés au Mystère de la Sainte Enfance de Notre Seigneur et Sauveur le Christ, Vrai Dieu et Vrai homme.
--------------------------------------

On this 20th of July, our Syro-Orthodox Church of Mar Thoma (Metropolis of Malankara Orthodox Tradition for Europe and its Missions) remembers the Holy Prophet Elijah.

The Holy Prophet Elijah was an ardent defender of the true faith. Thus he rebelled strongly against the worship of idols practiced by the Israelites of his time.

Even today, many believers are tempted by the spirit of apostasy. May Saint Elijah intercede to keep us in True Faith!

In the 1st Book of Kings in Chapter 17, we see how he prophetically announced a drought on the land of Israel and how he was fed by crows on the command of God.

The epiclesis in which, during the Quadisha Qurbana (Holy Mass), the celebrant prays aloud, "Anin Moriyo (Answer me, Lord, answer me, Lord, answer me, Lord!", Takes its source in the Prophet Elijah's prayer to God as described in the 1st Book of Kings in Chapter 18, verse 37.

Sacred Scripture teaches us that the prophet Elijah was taken alive to heaven on a chariot of fire, and Elisha stayed to continue his prophetic work and succeed him (2 Kings 2:11).
In the New Testament, as you see on the first Syriac Icon of this publication, he appears alongside Jesus during the Transfiguration.

May the prayers and intercessions of the Holy Prophet Elijah be with us all! Amin.

Tomorrow I hope you will be at the Monastery.
Here is the iconographic program as a whole, as envisioned by our friend Armia.
I leave you some pictures of the Avant-choir and the Choir of our Monastery Church and, then in a clockwise direction, you contemplate what is realized and what remains to be done.
In color what is done, in gray, what remains to be done ...
You have below the description of the scenes *.
1) First Icon: The Annunciation of the Holy Angels to the Shepherds in the Night of Bethlehem
2) The second icon: Birth of Jesus the Messiah
3) The third icon: Visit of the mages offering their presents to Jesus the Messiah.
4) The fourth icon: Joseph's dream to escape Herod e bloodthirsty and take the child and his mother to the land of Egypt.
5) The fifth icon: Offering of Christ to the temple
6) The sixth icon: The holy family flees the massacre of the Holy Innocents ordained by Herod and visits Egypt, thus fulfilling the Scripture "of Egypt, I called my Son"

See you tomorrow, I hope so. All at Monastery Sunday, July 21st for the
Pilgrimage in honor of Saint Christopher:

* Mass at 10:30
*BLESSING:
From the Fresco of Saints Peter and Paul,
- CARS AND MOTORBIKES in honor of St Christophe
* Fraternal meal for the anticipated birthday of Mor Philipose, Thérèse Ribreau and thank Armia Elkatcha, our friend fresco and iconographer (who will return to Egypt on the 25th) and, as usual, the reception of the faithful.

 

* The Church of the Metropolitan Monastery of our Syro-Orthodox Jurisdiction (Orthodox Malankara Tradition) is also a Marian Shrine dedicated to Mary, Mother of Mercy, our friend Armia conceived that the six ceiling panels were reserved for the Mystery of the Holy Childhood of Our Lord and Savior Christ, True God and True Man.
----------------------------------------

Neste dia 20 de julho, nossa Igreja Siro-Ortodoxa de Mar Thoma (Metrópole da Tradição Ortodoxa Malankara para a Europa e suas Missões) lembra-se do Santo Profeta Elias.

O Santo Profeta Elias foi um ardente defensor da verdadeira fé. Assim, ele se rebelou fortemente contra a adoração de ídolos praticados pelos israelitas de seu tempo.

Ainda hoje, muitos crentes são tentados pelo espírito de apostasia. Que São Elias interceda para nos manter na Verdadeira Fé!

No primeiro livro dos reis, no capítulo 17, vemos como ele profeticamente anunciou uma seca na terra de Israel e como ele foi alimentado por corvos sob o comando de Deus.

A epiclese em que, durante a Quadisha Qurbana (Santa Missa), o celebrante ora em voz alta: "Anin Moriyo (Responda-me, Senhor, responde-me, Senhor, responde-me, Senhor!", Leva sua fonte no A oração do profeta Elias a Deus como descrito no primeiro livro dos Reis no capítulo 18, verso 37.

A Sagrada Escritura nos ensina que o profeta Elias foi levado vivo ao céu em uma carruagem de fogo, e Eliseu ficou para continuar seu trabalho profético e sucedê-lo (2 Reis 2:11).
No Novo Testamento, como você vê no primeiro ícone siríaco desta publicação, ele aparece ao lado de Jesus durante a Transfiguração.

Que as orações e intercessões do Santo Profeta Elias estejam com todos nós! Amin.

Amanhã espero que você esteja no mosteiro.
Aqui está o programa iconográfico como um todo, como imaginado pelo nosso amigo Armia.
Deixo-vos algumas fotos do Coro Avant e do Coro da nossa Igreja do Mosteiro e, depois, no sentido dos ponteiros do relógio, pensais no que é realizado e no que resta a fazer.
Na cor o que é feito, em cinza, o que resta a ser feito ...
Você tem abaixo a descrição das cenas *.
1) Primeiro ícone: A Anunciação dos Santos Anjos aos Pastores na Noite de Belém
2) O segundo ícone: Nascimento de Jesus, o Messias
3) O terceiro ícone: Visita dos magos oferecendo seus presentes a Jesus, o Messias.
4) O quarto ícone: o sonho de José de escapar de Herodes e sedento de sangue e levar a criança e sua mãe à terra do Egito.
5) O quinto ícone: oferenda de Cristo ao templo
6) O sexto ícone: A Sagrada Família foge do massacre dos Santos Inocentes ordenados por Herodes e visita o Egito, cumprindo assim a Escritura "do Egito, eu chamei meu Filho"

Vejo você amanhã, espero que sim.Todos no Mosteiro domingo, 21 de julho para o
Peregrinação em honra de São Cristóvão:

* Missa às 10:30
* BÊNÇÃO:
Do Fresco de São Pedro e São Paulo,
- CARROS E VELOMOS em honra de São Cristóvão
* Refeição fraterna para o antecipado aniversário de Mor Philipose, Thérèse Ribreau e agradecimento a Armia Elkatcha, nossa amiga aficcionada e iconógrafa (que retornará ao Egito no dia 25) e, como sempre, a recepção dos fiéis.

 

* A Igreja do Mosteiro Metropolitano da nossa Jurisdição Siro-Ortodoxa (Tradição Ortodoxa Malankara) é também um santuário mariano dedicado a Maria, Mãe da Misericórdia, nosso amigo Armia concebeu que os seis painéis de teto foram reservados para o Mistério do Santo Infância de Nosso Senhor e Salvador Cristo, Verdadeiro Deus e Verdadeiro Homem.

 

 

Sixième dimanche après la Pentecôte

  • Saint Qurbana
    • Actes 1:15 – 20 :
  • 15 En ces jours-là, Pierre se leva au milieu des frères qui étaient réunis au nombre d’environ cent vingt personnes, et il déclara :
  • 16 « Frères, il fallait que l’Écriture s’accomplisse. En effet, par la bouche de David, l’Esprit Saint avait d’avance parlé de Judas, qui en est venu à servir de guide aux gens qui ont arrêté Jésus :
  • 17 ce Judas était l’un de nous et avait reçu sa part de notre ministère ;
  • 18 puis, avec le salaire de l’injustice, il acheta un domaine ; il tomba la tête la première, son ventre éclata, et toutes ses entrailles se répandirent.
  • 19 Tous les habitants de Jérusalem en furent informés, si bien que ce domaine fut appelé dans leur propre dialecte Hakeldama, c’est-à-dire Domaine-du-Sang.
  • 20 Car il est écrit au livre des Psaumes : Que son domaine devienne un désert, et que personne n’y habite, et encore : Qu’un autre prenne sa charge.
    •  
    • I Corinthiens 8: 1-6 :
  • 01 Au sujet des viandes qui ont été offertes aux idoles, nous savons bien que nous avons tous la connaissance nécessaire ; mais la connaissance rend orgueilleux, tandis que l’amour fait œuvre constructive.
  • 02 Si quelqu’un pense être arrivé à connaître quelque chose, il ne connaît pas encore comme il faudrait ;
  • 03 mais si quelqu’un aime Dieu, celui-là est vraiment connu de lui.
  • 04 Quant à manger ces viandes offertes aux idoles, le pouvons-nous ? Nous savons que, dans le monde, une idole n’est rien du tout ; il n’y a de dieu que le Dieu unique.
  • 05 Bien qu’il y ait en effet, au ciel et sur la terre, ce qu’on appelle des dieux – et il y a une quantité de « dieux » et de « seigneurs » –,
  • 06 pour nous, au contraire, il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui tout vient et vers qui nous allons ; et un seul Seigneur, Jésus Christ, par qui tout vient et par qui nous vivons.
    •  
    • Saint Matthieu 15: 32-39 :
  • 32 Jésus appela ses disciples et leur dit :
  • -« Je suis saisi de compassion pour cette foule, car depuis trois jours déjà ils restent auprès de moi, et n’ont rien à manger. Je ne veux pas les renvoyer à jeun, ils pourraient défaillir en chemin. »
  • 33 Les disciples lui disent :
  • -« Où trouverons-nous dans un désert assez de pain pour rassasier une telle foule ? »
  • 34 Jésus leur demanda :
  • -« Combien de pains avez-vous ? »
  • Ils dirent :
  • -« Sept, et quelques petits poissons. »
  • 35 Alors il ordonna à la foule de s’asseoir par terre.
  • 36 Il prit les sept pains et les poissons ; rendant grâce, il les rompit, et il les donnait aux disciples, et les disciples aux foules.
  • 37 Tous mangèrent et furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait sept corbeilles pleines.
  • 38 Or, ceux qui avaient mangé étaient quatre mille, sans compter les femmes et les enfants.
  • 39 Après avoir renvoyé la foule, Jésus monta dans la barque et alla dans le territoire de Magadane.
    •  

Nos prochains Rendez-vous Liturgique au Monastère et en

dehors pour la fin Juillet et le début Août:

 

 

¤Au Monastère:

 

-Dimanche 21  JUILLET,

Pèlerinage en l'honneur de Saint Christophe.

BENEDICTION DES VOITURES*

 

-Dimanche 28   JUILLET, 

Pèlerinage en l'honneur de Sainte Anne,

MESSE A 9h30, départ pour la Procession de Sainte Anne (Pique-nique)

 

-Dimanche 4 AOÛT

Pèlerinage mensuel à Notre-Dame de Miséricorde

et aux Saints du Kerala

Du lundi 5 Août au Jeudi 15 Août,

VACANCES FAMILIALES

Organisées par l’Association Caritative

CARITAS E S O F.

Lieux visités :

-Plages de Vendée,

-Charentes,

-Lourdes et Pyrénées,

-Limousin et Normandie

 

IL EST TEMPS DE S’INSCRIRE !

-JEUDI 15 AOÛT

DORMITION-ASSOMPTION DE LA TRÈS SAINTE VIERGE MARIE

Grand Pèlerinage d'été à Notre-Dame de Miséricorde

10h30 Messe et Procession mariale, renouvellement du vœux de consécration de la France à Marie Reine

 

¤ANGOULÊME (Jauldes):

-Dimanche 14 JUILLET*

-ATTENTION, Dimanche 28 JUILLET, PAS DE MESSE A JAULDES 

 

-Dimanche 11 AOUT,

Pèlerinage à Jauldes

à Ste Philomène (Relique)*

 

*Messe à 10h30 suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

 

UN SANCTUAIRE A LA SAINTE FAMILLE:

 

Dans l’arrière-pays de Toulon, un discret sanctuaire consacré à la Sainte Famille et ayant marqué l’histoire de France fête cette année ses 500 ans.
Cotignac (Var) De notre envoyée spéciale

7 h 30. Soleil sur le mont Verdaille

Six religieux en habit gris-bleu, sandales et barbe de quelques jours, chantent en arc de cercle devant l’autel. « Voici la servante du Seigneur », entonne le plus âgé. « Qu’il me soit fait selon sa parole », répondent les autres à l’unisson, selon une mélodie grégorienne quasi monocorde.

Au cœur de la spiritualité de ces frères de Saint-Jean, la Vierge Marie est aussi la patronne des lieux : sur cette bucolique colline provençale, le mont Verdaille, elle est apparue deux fois, portant l’Enfant Jésus. C’était en août 1519, il y a 500 ans. Saint Joseph, lui, est apparu sur la colline d’en face, le mont Bessillon, en 1660. Toute la Sainte Famille est ainsi apparue dans ce relief situé à soixante kilomètres de Toulon.

Quand on sort, après les laudes, de l’église Notre-Dame-de-Grâces, le soleil est déjà haut. Les cars qui ne tarderont pas à débarquer leurs lots de pèlerins ne sont pas encore garés dans le parking, mais le sanctuaire fourmille déjà d’activité, entre le vrombissement du chantier des futurs sanitaires et l’arrivée de quelques prestataires extérieurs.

La boutique, elle, est ouverte depuis 7 heures. Juste devant, sous un arbre, trois ouvriers armés de râteaux et de souffleurs électriques attendent que Pedro, qui gère la logistique du sanctuaire, cesse de courir pour leur montrer les lieux à « débroussailler ». Frère Samuel-Bernard, le chapelain, glisse un commentaire en passant : « Autrefois, ici, il y avait des chênes verts, mais ils ont été remplacés au XIXe siècle par ces pins, nuisibles au possible : leurs aiguilles bouchent toutes les gouttières ! » Leur ombre, en tout cas, offre un peu de répit en cette chaude journée.

9 h 30. Un film pour les pèlerins

Venu des environs de Perpignan, un premier groupe de pèlerins visionne le film de présentation du sanctuaire, instructif, quoique à l’imagerie assez kitsch. La salle où sont réunis les paroissiens, derrière l’église, porte le nom de Jean de la Baume. C’est à ce bûcheron que la Vierge est apparue il y a 500 ans, avec dans ses bras un enfant « debout, les pieds posés sur un croissant de lune ». La rareté des apparitions de la Vierge à l’Enfant à travers le monde fait la fierté de ce sanctuaire français.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Plus d’un siècle plus tard, en 1637, alors que Louis XIII et Anne d’Autriche ne parviennent pas à enfanter, un religieux augustin, frère Fiacre, récite trois neuvaines à Marie, dont une à Notre-Dame-de-Grâces de Cotignac, après que la Vierge le lui a demandé au cours d’une vision. Neuf mois plus tard naît Louis XIV, dit « Dieudonné ». Avant même cette naissance, son père Louis XIII consacre le royaume à Marie.
10 h 30. Dans les pas de Louis XIV

« C’est l’histoire de France qui s’est jouée ici ! », s’enthousiasme Marianne Giardina. La bénévole guide les pèlerins à travers les pins, où un catéchétique « parcours des saints » a été installé en extérieur pour cette année jubilaire.

Après avoir traversé une clairière, Marianne arrête son groupe au pied d’un imposant escalier de pierre remontant vers l’église. « Louis XIV a monté ces marches quand il est venu à 22 ans remercier la Vierge de lui avoir donné la vie. » À leur rythme, s’appuyant parfois sur une canne, les pèlerins gravissent à leur tour l’escalier, s’agenouillant sur une marche pour un « Je vous salue Marie ». Ils finissent par franchir la Porte sainte ouverte en décembre 2018 par l’évêque de Fréjus-Toulon, Mgr Dominique Rey.

« En passant cette porte, vous allez recevoir l’indulgence plénière », prévient Marianne Giardina. Comme la plupart des autres bénévoles du sanctuaire, cette mère de famille dit avoir reçu une « grâce particulière » en ces lieux.
12 h 45. à la table des frères

Après la messe de 11 h 30, les pèlerins déballent leur pique-nique sous les pins. Quant aux religieux, sitôt leur aube retirée, ils se dirigent vers la « maison des frères », une vaste bâtisse du XVIIe siècle en contrebas de l’église. « Vous avez de la chance, le mercredi on déjeune tous ensemble ! » Ils sont huit à vivre ici, âgés de 40 à 78 ans. Deux autres frères sont attachés à ce prieuré fondé en 1981 (le plus ancien de la communauté de Saint-Jean), sans y vivre.

Pour ces religieux, ouvrir leur table à un invité de passage n’est pas si rare, et le déjeuner se déroule dans une atmosphère détendue. Tout en mangeant, les frères échangent sur les travaux à venir pour transformer le parking en esplanade et le charisme spécifique de ce sanctuaire : « Il évoque la vie cachée de la Sainte Famille à Nazareth, et est donc plus discret que la Sainte-Baume, qui correspond plutôt à la vie publique du Christ… »

14 heures. Seul ou en famille

Encore un peu plus bas sur la colline, les retraitants logés au Foyer de la Sainte Famille font eux aussi l’expérience de cette « vie cachée ». Hébergés dans 14 ermitages (bientôt 26), ils gardent le silence, lisent et écrivent tout en contemplant le village provençal de Cotignac en un superbe panorama. Mais pendant les vacances scolaires, quand des familles investissent les lieux, le foyer est moins calme : deux courts de tennis et une piscine sont même là pour offrir à ces sessions familiales un cadre de vacances.

En un mois, ce début d’été aura vu se succéder le pèlerinage des mères, puis des pères de famille, celui des célibataires et des couples en espérance d’enfants. Ils sont nombreux à venir ici pour cette raison, revenant parfois quelques années plus tard avec un « bébé Cotignac »… et un ex-voto à son nom pour remercier la Vierge de sa naissance.

16 heures. Confidences anonymes

Derrière le comptoir de la boutique, Sandrine Rousseau raccroche le téléphone. « C’était une femme dont le couple est en difficulté et qui avait besoin de parler, explique cette salariée de l’association des pèlerins du sanctuaire. J’ai donné son numéro à l’un des frères, je sais qu’il la rappellera pour convenir d’un rendez-vous. »

C’est dans deux petits bureaux jouxtant l’église que les frères, à tour de rôle, assurent ce type d’accueil. « Les gens se confient plus facilement à un religieux qu’ils ne reverront jamais qu’à leur curé de paroisse », explique frère Samuel-Bernard, qui en rencontre une dizaine par jour. Certains sont aussi loin de l’Église : « Il faut alors adapter notre vocabulaire pour ne pas les intimider ! »

Voilà justement, qui vient d’acheter une colombe en bois d’olivier, une jeune retraitée refusant de se dire « pèlerine ».« Ici, je recherche plutôt une villégiature mystique », explique cette habituée, qui trouve dans ce lieu de « très bonnes énergies » et « beaucoup de réconfort ».

17 h 30. Relais de prière

Les « adorateurs », qui ont cet après-midi leur réunion trimestrielle au sanctuaire, sont eux non seulement des pèlerins, mais des priants chargés d’une adoration continue dans l’église Notre-Dame-de-Grâces, en cette année jubilaire. « On ne perd pas son temps pendant une adoration, même si cela semble vide au début », assure Christelle-Catherine, une habitante de Cotignac qui monte prier ici plusieurs fois par jour.

Tandis que le sanctuaire se vide de ses visiteurs, on prend la direction du monastère La Font Saint-Joseph du Bessillon, à trois kilomètres de là. Six religieuses d’une congrégation argentine, Mater Dei, vivent ici depuis février, remplaçant les bénédictines qui faisaient jusqu’alors vivre ce site de l’apparition de saint Joseph.

À l’heure de l’adoration quotidienne des sœurs, dans l’église, les alentours impressionnent par leur silence. On s’approche de la source miraculeuse où, en 1660, un berger assoiffé, suivant les conseils de saint Joseph, avait déplacé une lourde pierre pour délivrer de l’eau. Désormais voué à la prière et au recueillement, ce lieu est pourtant l’un des seuls au monde où saint Joseph, qui ne dit pas un mot dans la Bible, est apparu parlant.

Mélinée Le Priol

DIEU A T-IL UN GENRE ?
Trois textes intéressants sur le sujet

... dans la Trinité, aucune des trois personnes n’existe pour elle-même. Au contraire, chacune n’existe que dans le mouvement par lequel elle va vers les autres. Ainsi, le Père n’existe qu’à engendrer le Fils, c’est-à-dire à se donner entièrement à lui. Mais inversement, le Fils n’est rien d’autre que l’image du Père. Il n’existe que pour montrer le Père, lui rendre témoignage.

C’est d’ailleurs bien pour cela qu’on peut donner à Dieu le nom de Père, parce qu’on le désigne par la relation qu’il entretient au Fils, et non pour ce qu’il est en lui-même et qui reste insaisissable. Et c’est pour cela aussi qu’il nous est connu au masculin, parce que son image, le Fils incarné, nous a été plutôt connue au masculin.

En lui-même, « Dieu le Père » est assurément au-delà du genre, mais que pourrions-nous bien dire de Dieu en lui-même et de ses profondeurs infinies, indépendamment de son image en Jésus-Christ ? Tel est le raisonnement de la théologie trinitaire. Et comment connaît-on le Fils ? Directement ?

Certainement pas, il suffit de voir combien de controverses la figure historique de Jésus a pu alimenter. Ses contemporains l’auraient-ils mieux connu que nous, qui n’avons que la science historique pour y accéder ? Peut-être, mais ce n’est pas ce que racontent les Évangiles : Jésus est souvent méconnu, mal compris, et finalement rejeté et même exécuté comme un criminel. Même ressuscité, il n’est pas tout de suite reconnu par ses propres disciples.

Il faut donc un.e troisième pour le reconnaître : l’Esprit saint. L’Esprit Saint est donné par le Fils (qui ne fait rien sinon par le Père dont il est l’image) : il est Dieu soi-même tout autant que les deux autres, mais Dieu en tant qu’il se fait connaître, en tant qu’il est en nous pour nous permettre de le voir, image du Fils comme le Fils est l’image du Père, parce qu’il montre le Fils comme le Fils montre le Père.

On connaît donc le Père par le Fils, et le Fils par l’Esprit. Le Fils donne l’image du Père, et l’Esprit donne l’image du Fils. « Les personnes divines ne s’affirment guère par elles-mêmes, mais l’une rend témoignage à l’autre », explique le théologien Vladimir Lossky.

En d’autres termes, l’identité du Père est donnée par le Fils, et celle du Fils par l’Esprit. Il n’y a donc personne, en Dieu, pour donner à l’esprit son identité, être son image. C’est pourquoi l’Esprit saint est la figure la plus abstraite de la Trinité (dans le Nouveau Testament, elle est une colombe aussi bien que des langues de feu).

C’est, d’ailleurs, cette indétermination qui permet à chacun.e de la recevoir. Or d’après Lossky, c’est justement de celles et ceux qui le reçoivent qu’en retour on verra affirmée l’identité de l’Esprit : « La multitude des saints sera son image ». Ce sont en effet ces saint.e.s qui en témoigneront, comme il.elle témoigne du Fils, et comme le Fils témoigne du Père. Autrement dit, l’Esprit saint se dira au genre de l’Église achevée (non pas l’une des institutions ecclésiale que l’on connaît, mais l’humanité en communion).

Quel sera ce genre ? Il n’est pas permis de trancher, si l’on ose dire, même si la figure par excellence de la sainteté et de l’Église a toujours été une femme, Marie. En tout cas, il n’est pas permis d’affirmer non plus qu’il.elle soit masculin, et il serait trop facile de s’en tenir au neutre.

Pourquoi faudrait-il un seul genre ? Il.Elle sera personnifié.e par la multiplicité des identités réelles, c’est-à-dire notamment les identités de genre, dans la mesure où elles contribuent à définir les personnes réelles que nous sommes.

Il y a donc bien place, dans le christianisme le plus orthodoxe, pour Dieu inclusif.ve, pour Dieu masculin.e et féminin.e (avec toutes les variations possibles entre ces pôles).

L’Esprit, dont l’image est la multitude des saint.e.s, est le lieu théologique de cette inclusivité. Or, image de l’image du Père, il.elle révèle aussi qu’il y a en Jésus-Christ, et jusqu’en son Père, non pas seulement de l’humain, mais tout ce qui fait l’humain, féminin compris, et toutes les nuances de genre.

**************************************

Dʼun point de vue linguistique, la terminologie théiste masculine est clairement dominante dans les Écritures. Les deux Testaments emploient des pronoms masculins pour faire réference à Dieu. Les noms qui lui sont attribués (par ex. Yahwé, Élohim, Adonaï, Kyrios, Theos, etc.) sont tous masculins. Il nʼest jamais désigné par un nom ou un pronom féminin.

Les références au Saint-Esprit dans tout le Nouveau Testament sont également masculines, alors que le terme employé pour « esprit » (pneuma) est lui-même neutre. Le terme hébreu pour « esprit » (ruach) est féminin en Genèse 1.2, mais le genre dʼun mot en grec ou en hébreu nʼa rien à voir avec le genre qu’il possède effectivement.

Dʼun point de vue théologique, puisque le Saint-Esprit est Dieu, on peut déduire certaines de ses caractéristiques de celles de Dieu. Dieu est esprit, par opposition au monde physique ou matériel. Il est invisible et spirituel (cʼest-à-dire quʼil nʼa pas de corps, voir Jean 4.24, Luc 24.39, Romains 1.20, Colossiens 1.15, 1 Timothée 1.17), dʼoù lʼinterdiction de se servir dʼun objet matériel pour le représenter (Exode 20.4).

Si le genre est un attribut du corps, alors un esprit nʼen a pas. Dieu nʼa donc par définition pas de genre.

Le genre attribué à Dieu dans la Bible varie. On pense souvent à tort que le texte biblique le présente exclusivement sous une forme masculine, mais ce nʼest pas le cas : le livre de Job parle de Dieu qui donne naissance et Ésaïe le décrit comme une mère. Jésus, en Luc 15, compare le Père à une femme partie à la recherche dʼune pièce perdue (et se compare lui-même à une « poule » en Matthieu 23.37).

En Genèse 1.26-27, Dieu dit : « Faisons lʼhomme à notre image, à notre ressemblance ! », puis : « Dieu créa lʼhomme à son image, il le créa à lʼimage de Dieu. Il créa lʼhomme et la femme. »

On voit donc que lʼimage de Dieu est à la fois masculine et féminine, plutôt que tout simplement lʼun ou lʼautre, comme le confirme encore Genèse 5.2, quʼon pourrait traduire littéralement : « Il les créa homme et femme ; quand ils furent créés, il les bénit et les appela Adam. » Le terme hébreu « adam » signifie « homme » et cʼest le contexte qui indique sʼil sʼagit de lʼhomme (par opposition à la femme) ou de lʼhumanité (au sens collectif). Le genre nʼa donc pas dʼeffet sur lʼhumanité créée à lʼimage de Dieu.

Les images masculines ne sont cependant pas dénuées de tout sens. Dieu est également décrit par une image physique en Jean 14, quand les disciples de Jésus lui demandent de leur montrer le Père et quʼil répond au verset 9 : « Celui qui mʼa vu a vu le Père. » Paul dit clairement que Jésus est lʼimage exacte de Dieu en Colossiens 1.15 en lʼappelant « lʼimage du Dieu invisible. »

Ce verset figure dans un passage qui manifeste la supériorité de Christ sur toute la création. La plupart des religions antiques croyaient en un panthéon de dieux et déesses dignes dʼadoration, mais le judéo-christianisme se distingue notamment par la croyance en un Créateur suprême.

Un vocabulaire masculin décrit mieux cette relation entre le Créateur et la création : comme lʼhomme pénètre la femme depuis lʼextérieur pour la rendre enceinte, Dieu a créé lʼunivers de lʼextérieur plutôt que de lui donner naissance de lʼintérieur.

Comme une femme ne peut sʼinséminer elle-même, lʼunivers nʼa pas pu se créer lui-même. Paul fait écho à cette idée en 1 Timothée 2.12-14, où il décrit lʼordre créationnel comme un modèle de lʼÉglise.

**************************************

Rappellons-nous que l’Evangile, nous offre l’image de la colombe pour figurer l’Esprit Saint: “L’Esprit Saint, sous une apparence corporelle, comme une colombe, descendit sur Jésus, et il y eut une voix venant du ciel : « Toi, tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. »” (Luc 3, 22).

Tout est exprimé dans ce verset d’Evangile, la bienveillance du Père, son Esprit plane, déploie ses ailes au-dessus de Jésus et ses paroles nous disent qu’il est le bien-aimé, en lui est toute la joie du Père.

Et Jésus de même, évoquant l’attitude du Père envers son peuple, osera même dire, s’adressant à Jérusalem: “Combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes” (Luc 13, 34).

Cette affection véritable – qui ne voit que la beauté de ses petits – est bien féminine, comme celle de la mère qui ne se séparera jamais de son propre enfant, même si aux yeux de la société c’est un criminel. Pour elle, même adulte et coupable, il reste le fruit des ses entrailles, l’enfant bien-aimé.

Nous avons plus haut le commentaire de Rachi à propos de l’attitude de l’aigle qui approche du nid: il les a conduits avec miséricorde (רַחֲמִים raḫmim) et compassion (חֶמְלָה ḥemlah), comme un aigle qui est plein de miséricorde pour ses enfants (רַחֲמָנִי עַל בָּנָיו raḥmany al banayw).

Il emploie aussi les mots bibliques (רַחֲמִים raḥmim) et compassion (חֶמְלָה ḥemlah) qui nous disent l’attachement d’une mère qui porte ses enfants. Le mot raḥmim vient de reḥem, le ventre maternel, l’utérus et le mot ḥemlah de la racine ḥamal porter, qui, en arabe, sert aussi à dire la femme enceinte, qui porte, et se trouve dans la Bible pour dire la compassion.

Alors nous ne nous étonnerons pas si la Bible, à côté de l’autorité paternelle, introduit tout de suite en Dieu son affection maternelle.

Et nous retrouverons bien d’autres passages bibliques, comme celui du livre d’Isaïe ch.49, verset 15: “Une femme peut-elle oublier son nourrisson, ne plus avoir de tendresse (מֵרַחֵם meraḥem) pour le fils de ses entrailles ? Même si elle l’oubliait, moi, je ne t’oublierai pas” ou du psaume 27, verset 9: “Mon père et ma mère m’abandonnent; le Seigneur me reçoit.”

Clarté d’un Cardinal

L’Europe, maintenant, n’écoute plus son Dieu
C’est pourquoi les migrants sont le fléau de Dieu.

Un Cardinal romain a fait récemment paraître le texte d’une interview, frappé au coin du bon sens ; il s’agit des vagues d’immigrants qui depuis plusieurs décennies menacent de submerger les grandes nations occidentales. Pourtant les propos du Cardinal Sarah, car il s’agit de lui, n’ont rien de raciste : le Cardinal est originaire d’Afrique noire. Ah, si seulement les Européens savaient comme lui apprécier les dons que Dieu a faits à l’Europe ! Mais, comme dit Hamlet (III, 1),« là est tout le problème ! » Car, qui en Europe se soucie encore de Dieu ?

« Je suis scandalisé par tous ces hommes qui meurent en mer, par les trafics humains, par les réseaux mafieux, par l’esclavage organisé. Je reste perplexe devant ces gens qui émigrent sans papier, sans projet, sans famille. Ils pensent trouver ici le paradis terrestre ? Il n’est pas en Occident ! S’il faut les aider, je pense que c’est sur place, dans leurs villages, dans leurs ethnies. On ne peut cautionner ces déséquilibres économiques et ces drames humains. Vous ne pouvez pas accueillir tous les migrants du monde. Accueillir, ce n’est pas seulement laisser entrer les gens chez soi, c’est leur donner du travail. Vous en avez ? Non. Leur donner un logement. Vous en avez ? Non. Les parquer dans un endroit indécent, sans dignité, sans travail, ce n’est pas ce que j’appelle accueillir les gens. Cela ressemble plus à une organisation mafieuse ! L’Église ne peut pas coopérer à des trafics humains, qui ressemblent à un nouvel esclavage.

Ce que je trouve également scandaleux, c’est qu’on utilise la Parole de Dieu pour justifier cela, Dieu ne veut pas la migration. Le Christ, enfant, s’est réfugié en Égypte, à cause d’Hérode, mais il est rentré chez lui ensuite. De même, Dieu a toujours ramené son peuple en Israël, comme après la famine ou la déportation en Babylonie. Un pays est un grand trésor, c’est là que nous sommes nés, c’est là où sont enterrés nos ancêtres. Quand on accueille quelqu’un, c’est pour qu’il ait une vie meilleure, et ce n’est pas dans un camp qu’on a une vie meilleure. Quand on est nourri sans travailler, on n’a aucune dignité. Et quelle culture avez-vous à leur offrir ? Est-ce que vous êtes encore capable de partager votre culture et vos racines chrétiennes ? J’ai peur que le déséquilibre démographique engendré par ces vagues migratoires vous fasse perdre votre identité et ce qui fait votre spécificité. L’Europe a une mission spéciale que Dieu lui a donnée c’est par vous que nous avons connu l’Évangile, que nous avons connu les valeurs de la famille, la dignité de la personne, et la liberté. Si vous renoncez à votre identité, si vous êtes noyés par une population qui ne partage pas votre culture, vos valeurs chrétiennes et votre identité risquent de disparaître . C’est comme la Rome ancienne envahie par les barbares. Il faut réfléchir aux migrations – c’est un nouvel esclavage qu’on organise parce qu’on a besoin de travailleurs. Toutes ces personnes qui viennent ici en croyant trouver une vie rêvée. Quel mensonge ! Quel cynisme ! Benoît XVI fut particulièrement clair et prophétique sur toutes ces questions. [ . . . ]

Vous avez été façonnés par le christianisme, tout est chrétien en Europe. Pourquoi nier cela ? Aucun musulman ne nie son identité. Si vous ne retrouvez pas ce que vous êtes, vous disparaîtrez. Et si l’Europe disparaît, il y aura un bouleversement épouvantable : le christianisme risquerait de disparaître sur la surface de la terre. Voyez bien que vous êtes envahis par l’islam : ils veulent islamiser le monde entier, et ils ont les moyens financiers. Ils ne réussiront pas, parce que le Seigneur est avec nous jusqu’à la fin du monde. Mais il ne faut pas nier ce que vous êtes : ceux que vous accueillez doivent s’intégrer à votre culture. Encore faut-il que vous ayez une culture : vous ne pourrez pas les accueillir dans votre athéisme, dans votre matérialisme, dont ils ne veulent pas. »

Kyrie eleison.

(Source: Les commentaires de Kyrie eleïson)

Aujourd’hui, l’Irak

Chaque semaine, la rédaction d’Info Chrétienne vous propose un article focus sur la situation des chrétiens dans le monde. Aujourd’hui, l’Irak.

Tim Stanley se tenait devant le Parlement britannique la semaine dernière. De retour d’Irak, dans la plaine de Ninive, l’historien et chroniqueur au Telegraph a tenu à alerter les parlementaires. Pour lui, les yézidies et les chrétiens subissent un « nettoyage ethnique » :

« Si nous ne disons pas ce qui se passe réellement dans la région, à savoir le nettoyage ethnique des chrétiens et des yézidis, nous permettons à l’État islamique et à d’autres criminels de s’en tirer à bon compte. »

Pour leur part, les experts de la Commission de la liberté religieuse internationale n’hésitent pas à parler de « génocide » :

« En outre, les minorités religieuses et ethniques que l’État islamique avait choisies pour génocide, telles que les yézidis et les chrétiens, continuent de faire face à une incertitude extrême quant au fait de savoir si les conditions leur permettraient de retourner dans leurs communautés d’origine. »

Selon leur dernier rapport, le gouvernement irakien n’a pas la « capacité d’assurer une sécurité adéquate aux minorités ethniques et religieuses vulnérables ». Si le groupe État Islamique « évite les affrontements militaires à grande échelle avec les forces irakiennes, kurdes ou internationales », il continue de mener des « attaques à petites échelles ». Pour les experts, il s’agit de préserver le groupe sur le long terme. En 2018, le rapport dénonce « au moins 75 attaques par mois en Irak ».

« En bref, l’État Islamique s’est temporairement retiré dans l’ombre, mais reste une menace grave et imminente, en particulier pour les communautés minoritaires vulnérables du nord de l’Irak, qui sont déjà la cible principale de l’intolérance violente du groupe depuis son apparition en 2014. »

Ces communautés subissent un contexte de violence et de tensions depuis plus de 15 ans. C’est, selon les experts de l’USCIRF, ce climat qui a permis la montée de l’État Islamique en 2014 :

« Et les mêmes conditions persistent en 2018 malgré la défaite du groupe en tant que force d’occupation l’année précédente. »

En terme de démographie, les populations des minorités religieuses avaient déjà été réduites de manière significative, mais le déclin s’est poursuivi dans les 4 dernières années.

« L’Irak risque particulièrement de perdre son ancienne communauté chrétienne, dont le nombre a considérablement diminué au cours des 15 dernières années. Selon les dirigeants chrétiens, il y a maintenant moins de 250 000 chrétiens en Irak, contre une estimation d’avant 2003 de 1,4 million. »

Certains chrétiens des communautés chrétiennes assyrienne et chaldéenne sont retournés dans la plaine de Ninive, notamment à Qaraqosh. Mais ce n’est pas le cas de la majorité.

« La plupart d’entre eux ne sont toutefois pas encore revenus, car l’absence d’infrastructures restaurées, les pièges de l’Etat islamique et les munitions non explosées, et les craintes persistantes d’une résurgence de l’Etat islamique ont empêché de nombreuses personnes déplacées chrétiennes de retourner à Mossoul ou dans des villages de son orbite sociale et économique. »

Autres obstacles à ce retour, la destruction des infrastructures agricoles, des puits, des cultures, qui place les communautés rurales dans une situation délicate, mais aussi la discrimination vécue par les yézidies victimes de viol par les islamistes.

« Des centaines de yézidies libérées sont désormais confrontées à un impossible choix, parce qu’elles ont porté des enfants nés d’agressions sexuelles commises par des membres du personnel de l’État Islamique pendant leur captivité. Elles font face à l’ostracisme des communautés d’origine dont les dirigeants traditionnels insistent pour pouvoir rentrer chez eux, mais leurs enfants, nés de pères génocidaires non-yézidis et potentiellement nombreux, n’auraient aucune place parmi eux. »

Ceux qui ont fait le choix du retour dans leurs terres ancestrales sont également confrontés à l’expropriation illégale, suite à leur déplacement temporaire quand ils fuyaient l’État Islamique. Plus de 300 propriétés chrétiennes sont en cours de réenregistrement auprès des autorités.

Reste également le problème de la religion inscrite sur la carte d’identité, qui impose d’identifier comme musulman un enfant dont un des parents est musulman.

« Cela renforce les restrictions existantes, qui empêchent les musulmans de modifier leur identité religieuse sur leurs cartes d’identité après leur conversion vers une autre religion. Les dirigeants chrétiens ont déclaré que, dans certains cas, les familles officiellement enregistrées comme musulmanes mais pratiquant le christianisme se sont enfuies pour éviter d’enregistrer leurs enfants en tant que musulmans ou pour que leurs enfants restent sans papiers. »

Les spécialistes notent cependant quelques « tentatives de progrès » du gouvernement irakien, notamment l’instauration d’une fête nationale, le 25 décembre, « en l’honneur des chrétiens irakiens ».

M.C.

Partager cet article
Repost0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone - dans Tradition Syriaque orthodoxie-orientale Spiritualité Chrétienne Pèlerinages
15 juillet 2019 1 15 /07 /juillet /2019 14:43

RETRAITE-PÈLERINAGE

 

A SAINTE ANNE,

 

SAINT JOACHIM ET

 

NOTRE-DAME POUR LES FAMILLES

 

de France et d’ailleurs.

 

*25 JUILLET arrivée au Monastère, dîner à 19h, Service Liturgique de Soutoro (Complies à 20h30). Logement sur place.

*26 JUILLET départ pour SAINTE ANNE D’AURAY en Bretagne à 6h du Monastère. Arrivée en matinée (Vers 10h), JOURNEE A SAINTE ANNE D’AURAY. Retour le soir au Monastère après un passage près de Mère Yvonne aimée de Jésus, mystique qui vécut à Malestroit.

*27 JUILLET, Matinée de repos jusqu’à la Messe de 10h30. L’après-midi, visite de la Paroisse Sainte Anne du Perche et de ses Sanctuaires.

*Dimanche 28   JUILLETPèlerinage au Monastère en l'honneur de Sainte Anne, MESSE A 9h30, départ pour la Procession de Sainte Anne (Pique-nique) dans l’Eure. Retour en soirée.

 

(Offrande libre et non obligatoire. INSCRIPTIONS CLOSES LE 22 A 21H)

 

INSCRIPTIONS :

Sanctuaire Marial de la

Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 

SAINTE ANNE ET SAINT JOACHIM - PARENTS DE LA TRES-SAINTE VIERGE

Il y avait en Israël un homme appelé Joachim, de la tribu de Juda. Il était pasteur de brebis et servait Dieu dans la simplicité et la bonté de son cœur. Uniquement occupé de son troupeau, il en consacrait le produit à l’entretien des pauvres craignant Dieu et fidèles à sa loi. De tout ce qu’il recueillait, soit laine, soit agneaux, il faisait trois parts : l’une était pour les veuves, les orphelins, les pauvres et les voyageurs ; la seconde était pour les veuves, les orphelins, les pauvres et les voyageurs ; la seconde était pour le temple, et la dernière pour lui, ses serviteurs et l’entretien de sa maison. Cette conduite attirait la bénédiction du ciel sur son troupeau, qui se multipliait à tel point, qu’il n’avait point son pareil en Israël. A l’âge de vingt ans, Joachim avait épousé Anne, de la tribu de Juda, comme lui, et de la famille de David. Il avait vécu vingt ans avec elle sans avoir d’enfant.

Un jour de fête, Joachim s’était mêlé à ceux qui offraient de l’encens, et apportait comme eux ses présents.

Un prêtre nommé Ruben, l’ayant aperçu, s’approcha et lui dit : " Pourquoi te mêles-tu à ceux qui sacrifient au Seigneur, toi dont Dieu n’a point béni le mariage, et qui n’as point donné d’enfant à Juda ? "

Humilié ainsi devant tout le peuple, Joachim sortit du temple en pleurant, mais ne retourna point à sa maison ; il alla rejoindre son troupeau, et, prenant avec lui ses pasteurs, il s’enfonça au loin dans les montagnes, et Anne, son épouse, fut pendant cinq mois sans en apprendre aucune nouvelle. Cependant elle pleurait et répétait dans ses prières : " Seigneur, Dieu d’Israël, Dieu fort, pourquoi m’avez-vous privé d’enfant ? pourquoi avez-vous éloigné de moi mon époux ?

Voilà que cinq mois se sont passés, et je ne le vois point ; j’ignore s’il est mort et si on lui a donné la sépulture ".

Un certain jour qu’elle pleurait ainsi, elle se retira dans l’intérieur de sa maison, et, tombant à genoux, elle répandit avec abondance ses soupirs et ses vœux devant le Seigneur. Son oraison finie, elle avait fait effort pour dissiper sa douleur, elle avait quitté ses vêtements de deuil, orné sa tête et revêtu sa robe nuptiale. Vers la neuvième heure, elle descendit se promener dans son jardin. Là était un laurier sous lequel elle s’assit et fit à Dieu cette prière :

" Dieu de mes pères, écoutez-moi et bénissez-moi comme vous avez béni Sara, à laquelle vous avez donné un fils ".

Et, élevant les yeux, elle aperçut sur le laurier un nid de passereaux et se prit à pleurer. " Hélas ! à qui me comparer ? " disait-elle en elle-même. "

De qui suis-je donc née pour être ainsi la malédiction d’Israël ? On me repousse, on me méprise, on me rejette du temple.

" A qui me comparer ? Je ne puis me comparer aux oiseaux du ciel, car les oiseaux du ciel peuvent paraître devant vous, ô mon Dieu !

" A qui me comparer ?

Je ne puis me comparer aux animaux de la terre, car les animaux de la terre sont féconds devant vous, Seigneur !

" A qui me comparer ? Je ne puis me comparer aux fleuves et à la mer, car les fleuves et la mer ne sont point frappés de stérilité : ou calmes ou émues, leurs eaux, remplies de poissons, chantent votre louange.

" A qui me comparer ? Je ne puis me comparer aux plaines, car les plaines portent leurs fruits en leur temps, et leur fertilité vous bénit, ô mon Dieu ; "

Que de douleurs dans ces soupirs d’épouse privée des gloires et des joies de la maternité !

Comme ces répétitions expriment bien le désespoir d’une âme accablée de honte, et qui trouve un amer plaisir à se redire son humiliation !

Et comme elle disait ces mots, un ange apparut tout à coup devant elle et lui dit "

Ne crains point, il est dans les desseins de Dieu de te donner un enfant, et celui qui naîtra de toi fera l’admiration des siècles jusqu’à la fin des temps ".

Ayant ainsi parlé, il disparut. Anne, émue et tremblante d’une telle vision, rentra dans sa demeure et se jeta sur son lit comme morte.

Elle passa tout le jour et toute la nuit dans le tremblement et dans la prière. Le jour venu, elle appela auprès d’elle sa servante et lui dit : " Tu sais que je suis seule et dans la peine ; pourquoi n’es-tu pas entrée auprès de moi ? " - " Si Dieu vous a rendue stérile et a éloigné de vous votre époux ", lui répondit en murmurant sa servante, " que puis-je y faire ?

" En entendant ce dur reproche, Anne se prit à pleurer à chaudes larmes.

Au moment où un ange apparaissait à Anne pour lui annoncer qu’elle serait mère, un autre messager céleste, dit la légende, se montrait à Joachim dans la montagne où il faisait paître ses troupeaux, et lui donnait au nom du ciel la même assurance.

" De ton sang ", lui disait-il, " naîtra une fille ; elle habitera dans le temple, et le Saint-Esprit descendra en elle, et son bonheur sera au-dessus du bonheur des autres femmes ; son fruit sera béni, elle-même sera bénie et appelée la Mère de l’éternelle bénédiction. C’est pourquoi descends de la montagne, retourne auprès de ton épouse, et ensemble rendez grâces au Seigneur ".

Joachim, s’inclina devant lui et reprit :

" Si j’ai trouvé grâce devant vous, asseyez-vous un peu dans ma tente, et bénissez votre serviteur ". L’ange lui répondit :

" Ne te nomme point mon serviteur, nous sommes tous serviteurs du même Maître. Je ne prendrai point la nourriture que tu me présentes ; ma nourriture, à moi, est invisible, et ma boisson ne peut être connue des hommes.

Ne me presse donc point de m’asseoir sous ta tente, et offre en holocauste à Dieu les mets que tu voulais me servir ".

Joachim, ayant offert le sacrifice que l’ange lui avait ordonné, retourna dans sa maison, où sa femme l’accueillit avec des transports d’allégresse.

Neuf mois après, Anne accoucha d’une fille, à laquelle elle donna le nom de Marie, et qu’elle nourrit elle-même de son lait. Sainte Anne, selon Suarez et une foule de théologiens catholiques, a enfanté sans douleur et sans honte celle qu’elle conçut sans lui transmettre la tache de notre origine.

Et, s’il est permis de soupçonner que cette grande âme avait appris par les anges du ciel quelque chose des destinées réservées à Marie, où prendre des paroles capables d’exprimer les joies de son cœur maternel, quand elle donnait son lait à celle qui devait un jour donner le sien à son Dieu ?

Anne, dit la légende, présenta son enfant au temple, à ce temple d’où elle a été chassée autrefois à cause de sa stérilité.

Comprend-on sa fierté maternelle et le délire de sa joie, en voyant venir à elle avec respect ces prêtres qui l’avaient précédemment expulsée ?

Elle arracha son enfant des mains des prêtres qui venaient de le bénir, le porta à sa mamelle, et chanta ce cantique devant tout le peuple :

" Je chanterai les louanges du Seigneur mon, Dieu, parce qu’il m’a visitée et qu’il a enlevé de dessus moi l’opprobre dont me couvraient mes ennemis.

" Le Seigneur a mis en moi le fruit abondant de sa justice.

" Qui annoncera aux fils de Ruben que Anne la stérile allaite ?

" Ecoutez, écoutez, tribus d’Israël, voici que Anne allaite ! "

Certes, jamais cri de triomphe n’a éclaté avec plus de puissance, jamais cœur de femme n’a bondi avec plus d’élan. Que d’ivresse et de noble orgueil dans cet appel aux douze tribus, et comme ce chant a une forme antique et grandiose !

Ici, le fil de la tradition devient si délié, qu’il se rompt sans cesse, et le reste de la vie de sainte Anne est presque entièrement conjectural. Cette mère qui avait obtenu la Vierge d’Isaïe après tant de jeûnes et de larmes, qui avait reçu de la Reine des anges le premier baiser, le premier regard, la première caresse, qui avait entouré son enfance de tant d’amour, qui l’avait emportée dans ses bras au Seigneur et l’avait déposée en pleurant dans son sanctuaire, ne reparaît qu’un instant sur la scène, et c’est pour mourir.

Joachim, qui n’était point un artisan comme Joseph, cultivait, suivant toute apparence, le petit héritage de ses aïeux, et jouissait d’une heureuse médiocrité.

L’âge et le labeur usèrent ses forces. Le père bien-aimé de Marie tomba gravement malade ; il demanda sa fille : Marie vint. Au moment où le vieillard étendait ses mains bénissantes, une révélation d’un haut lui fit voir tout à coup les glorieuses destinées où le ciel appelait sa fille.

La joie des élus se répandit sur sa face vénérable ; il baisa les bras, inclina la tête et mourut. Les dernières larmes que la Vierge répandit sur ce saint patriarche, l’un des auteurs de ses jours, étaient à peine séchées, qu’elle eut à déplorer la perte de l’autre. Sainte Anne rassembla ses forces défaillantes pour bénir sa fille, la recommanda à ses proches et s’endormit du sommeil des justes.

1° On peint souvent saint Joachim offrant un petit agneau à l’autel. La légende raconte que, se présentant au temple un jour de fête, il fut repoussé par le prêtre qui le déclara maudit par Dieu à cause de la stérilité de sa femme et indigne de faire accepter son offrande. Humilié ainsi publiquement, l’infortuné mari se retira dans sa maison de campagne pour éviter le mépris de ceux qui l’avaient vu noter d’infamie.

Ce fut alors que Dieu le consola en lui faisant connaître qu’il allait devenir père et que son enfant vaudrait, à lui seul, les plus belles familles dont d’autres pourraient s’enorgueillir ; 2° un ange lui annonce qu’il va devenir père ; 3° il est représenté pensif au milieu d’un paysage où l’on voit paître des moutons, parce qu’il s’était retiré à la campagne après l’insulte qu’il avait reçue à Jérusalem ; 4° il rencontre sainte Anne et l’embrasse devant la Porte-Dorée, sous les murs de Jérusalem .

Quelquefois un ange les y accompagne. Saint Joachim est sainte Anne s’étaient imposé un exil séparé après l’opprobre du temple. Un ange apparut à chacun d’eux dans la retraite où ils s’étaient isolés et leur dit de retourner à Jérusalem. Pour preuve que Dieu voulait désormais bénir leur union, ils devaient se rencontrer sous la Porte-Dorée. Quelques monuments de la fin du moyen âge ajoutent même à cette scène un lis qui a sa racine sur les lèvres des deux époux, et parfois la fleur qui couronne la tige porte un buste de la Mère de Dieu. Est-il possible d’exprimer d’une manière plus gracieuse la Conception immaculée de Marie ? 5° Rubens a dépeint saint Joachim tenant dans ses bras la VIERGE encore enfant.

Saint Joachim a été pris pour patron par les anciennes Confréries de l’Immaculée Conception à raison sans doute de cette manière de représenter le premier instant où Notre-Dame reçut la vie. Une de ces Confréries existait à Paris, à la paroisse Saint-Séverin, en l’année 1561.

 

 

CULTE ET RELIQUES

 

Le tombeau de saint Joachim se montre encore aujourd’hui aux pèlerins de la Terre Sainte, dans l’église du Saint-Sépulcre de Notre-Dame, dans la vallée de Josaphat, au côté droit du grand autel, avec celui de son épouse sainte Anne et de saint Joseph, époux de la sainte Vierge. Son corps à depuis été transféré à Jérusalem, et une partie de son chef se conserve précieusement à Cologne, dans l’église des machabées.

 

Le corps de la bienheureuse Anne, mère de la Vierge Marie, transporté en France par la barque de Provence de la chapelle sépulcrale de Notre-Dame de Josaphat où il reposait près de celui de saint Joachim, fut remis, d’après une antique tradition, à l’église d’Apta Julia, par une faveur insigne de Dieu. Le très-ancien martyrologe d’Apt mentionne cette translation. Trithemius, De laudibus sanctae Annae, Joannes de Montevilla, In itinerario, disent que le corps de sainte Anne fut transporté d’Orient en Occident et déposé dans les Gaules. Plusieurs voyages en Orient, notamment celui du Père Nau, en parlent.

 

Mais le temps des persécutions s’avançant à grands pas, le bienheureux Auspice, premier évêque d’Apt, le cacha dans une sorte d’armoire pratiquée dans le mur de la crypte la plus basse, qui existe encore aujourd’hui.

 

Il plaça devant les reliques une lampe allumée qui ne s’éteignit qu’en 792, le jour de leur découverte. Le saint évêque ayant ensuite très-diligemment muré la crypte, de manière à la rendre impénétrable, et les confidents du secret, qui avaient connaissance du lieu, étant morts, la crypte resta inconnue aux hommes pendant sept siècles, et les reliques de sainte Anne furent préservées ainsi grâce à la prévoyance de saint Auspice, dans les irruptions des Alains, des Suèves, des Vandales et autres barbares qui ravagèrent la Provence, et les dévastations horribles des Sarrasins, après la défaite totale

 

Charlemagne vint séjourner à Apt aux approches de la fête pascale, après avoir pacifié la Provence par la défaite des Sarrasins, dans la plaine qui s’étend entre la montagne de Cordes et la colline de Montmajour. Le souvenir de cette bataille, où la dernière espérance de l’islamisme fut détruite, s’est conservé dans une inscription de l’église de Montmajour-lez-Arles.

 

Le premier soin de Charlemagne, après son arrivée à Apt, fut de faire reconsacrer par Turpin l’église cathédrale qui avait été polluée par un culte impie.

 

Tandis qu’un concours extraordinaire de grands seigneurs et de peuple assistait à cette solennité, et pendant que la population répandue à l’entour rendait à Dieu, dans son ravissement, des louanges à l’occasion de son sanctuaire restitué, le Seigneur, enveloppant de son amour les vœux pieux de la cité et la foi ardente de Charlemagne, découvrit, par un miracle éclatant et une faveur inespérée, le trésor inconnu des reliques de sainte Anne.

Un jeune homme du nom de Jean, âgé de quatorze ans, aveugle, sourd et muet de naissance, fils du baron de Caseneuve, était présent dans le sanctuaire.

Pendant quelque temps, on vit ce jeune homme paraître écouter un certain avertissement céleste.

Bientôt il commença, en frappant sur une levée de degrés menant au maître-autel, à faire signe qu’on creusât profondément le sol, afin que, les degrés enlevés, on vit ce qui était peut-être caché dessous. L’office divin était troublé par-là, sans qu’il fût au pouvoir des gardes ni des autres officiers de retenir ce jeune homme. Cependant, tous les assistants étant surpris par la nouveauté du fait, le prince, présageant un miracle, donna ordre de se conformer aux vœux si vivement exprimés par l’adolescent.

 

On enlève à l’heure même les marches de la montée indiquée, et on découvre aussitôt une porte fermée de grosses pierres qui fait présager quelque chose de remarquable. Les ouvriers ayant ouvert cette porte à coups de marteau, on vit une entrée et une descente de degrés qui conduisit dans une grotte souterraine artistement travaillée.

C’était la crypte où le bienheureux Auspice, apôtre des Aptésiens, avait coutume de nourrir par la parole sainte et les Sacrements le peuple qui lui était confié.

L’aveugle Jean marchait le premier, indiquant le chemin avec une telle sûreté, que Charlemagne fut obligé de le faire tenir près de lui pour qu’il ne fût pas foulé aux pieds des curieux.

 

Le jeune homme faisait toujours comprendre du geste qu’on creusât plus avant la terre à la partie du mur qu’il signalait.

On descendit enfin dans un souterrain long et étroit ; mais là une lumière extraordinaire apparaissant entoura les assistants.

 

La crypte inférieure étant enfin ouverte, tandis que tous, pleins d’admiration, regardent une lampe ardent placée devant une sorte d’armoire murée, le roi lui-même, le clergé et les grands de la cour, accourent tout joyeux vers la mystérieuse clarté, qui s’éteignit aussitôt au contact de l’air.

 

Chose admirable ! voilà que Jean, ayant tout à coup les yeux ouverts, ainsi que les oreilles, et la langue déliée, s’écrie : " Dans cette ouverture est le corps de sainte Anne, mère de la très-sainte Vierge Marie, Mère de Dieu ".

 

Tous les spectateurs, remplis d’étonnement, poussent mille acclamations de joie.

 

Cependant le très-pieux roi ordonne d’ouvrir la niche. Aussitôt une odeur semblable à celle du baume se répand et le dépôt sacré, attesté par un si grand miracle, apparaît renfermé dans une caisse de cyprès, enveloppé d’un voile précieux, et certifié par cette inscription :

" Ici est le corps de la bienheureuse Anne, mère de la Vierge Marie ". La caisse ouverte, une odeur suave se répandit dans l’une et l’autre crypte pour la confirmation du miracle. L’archevêque Turpin, ayant pris la caisse, la mit entre les bras de Charlemagne pour la lui faire baiser en signe de joie et de consolation.

 

Le pontife rendit grâces à Dieu, auteur cette miraculeuse invention, qui avait manifesté le corps vénérable de l’aïeule du Christ pour être la protection et le secours de la ville d’Apt.

Charlemagne ordonna de faire consigner dans des écrits le récit de tous les faits, tels qu’ils s’étaient passés, et d’en référer au souverain Pontife, de qui ils furent approuvés par un diplôme qu’il délivra. L’empereur, voulant néanmoins en instruire le premier pape Adrien, lui écrivit une lettre que l’on possède encore.

Pendant la Révolution, les précieuses reliques conservées à Apt ne furent pas profanées. Une partie des dons offerts par les pèlerins échappèrent au bouleversement social et sont aujourd’hui l’ornement et la gloire de cette église.

 

C’est de la ville d’Apt que sont sorties toutes les reliques de sainte Anne, que l’on peut voir et vénérer maintenant ailleurs.

Le couvent de la Visitation de Chartres a le bonheur de posséder une petite partie du chef de sainte Anne.

 

Mais nulle part sainte Anne n’est aussi honorée qu’au pèlerinage qui porte son nom près d’Auray, chef-lieu de canton du Morbihan, arrondissement de Lorient.

Ce pèlerinage, depuis longtemps oublié, se renouvela en 1624.

 Sainte Anne, comme il a été constaté par les enquêtes juridiques les plus multipliées et les plus minutieuses, apparut plusieurs fois, en plusieurs endroits, à diverses heures du jour et de la nuit, à Yves Nicolazic, laboureur de la paroisse de Pluneret, près d’Auray, diocèse de Vannes, et du village de Kerauna (mot qui signifie, en breton, la même chose que la ville d’Anne, en français).

Nicolazic devait une réparation à sainte Anne au nom de ses ancêtres.

 

Car ceux-ci, en cultivant la pièce de terre du Bocennu, où il restait encore des vestiges de l’antique chapelle de la  Sainte en avaient tiré de temps à autre des pierres de taille qu’ils avaient amassées, et dont le père d’Yves avait bâti, en 1614, une grange où l’on distinguait des pierres qui avaient servi à quelque fenêtre d’église.

 

Tantôt Yves Nicolazic entendait un grand bruit, se trouvait environné d’une grande lumière, au milieu desquels sainte Anne lui apparaissait. Tantôt, il voyait cette Sainte qui, la nuit, marchait devant lui, un flambeau à la main. Quelquefois, il n’apercevait que le flambeau et la main qui le tenait.

 

L’aïeule du Sauveur avait la forme d’une vénérable dame, éblouissante de éblouissante de beauté, avec des vêtements blancs comme neige. Elle lui apprit que, dans le Bocennu, il y avait autrefois une chapelle dédiée à son nom, ruinée depuis neuf cent quatre-vingt-quatre ans et six mois (c’est-à-dire l’an 699). Elle désirait que cette chapelle fût rebâtie.

 

Guillemette le Roux, femme de Nicolazic, se levant du lit le 6 mars, trouva sur sa table, au lieu même où son mari avait vu auparavant une main avec un cierge allumé, douze quarts d’écus, monnaie de France, dont quelques-uns étaient de l’an 1613 et d’autres de date inconnue, marqués à divers coins avec des lettres que personne ne pouvait expliquer.

Plus tard, on se disputa ces pièces mystérieuses comme des objets de dévotion.

 

Enfin sainte Anne ordonna à Nicolazic d’aller dans le champs du Bocennu, où il trouverait, à un endroit qui lui serait indiqué, une statue qui la représentait.

En effet, il partit avec des témoins, conduit par une lumière que virent ceux de ses compagnons qui étaient en état de grâce, et, à l’endroit où cette lumière s’arrêta, ils trouvèrent, en creusant, une statue en bois représentant sainte Anne.

Quelque temps après, la grange dont nous avons parlé, et qui n’était couverte que de paille, fut entièrement consumée   par le   feu, sans   qu’on pût  l’éteindre, quelque quantité

d’eau qu’on y jetât.

L’incendie ne gâta rien de ce qui était dans la grange, ni des monceaux de gerbes de seigles qui en étaient tout proche, quoique le vent y dût naturellement porter la flamme. Ce fut donc à la fois un châtiment et un bienfait. L’image de sainte Anne attira bientôt une foule innombrable de pèlerins ; avec leurs offrandes, on bâtit une chapelle : elle fut embellie par les religieux de l’Ordre du Carmel, qui s’établirent dans ce sanctuaire le 21 décembre 1627 ; le roi Louis XIII leur donna une relique de saint Anne en 1639. Urbain, par ses bulles datées du 22 septembre 1638, accorda de grandes indulgences aux pèlerins et à la Confrérie de Sainte-Anne d’Auray.

 

Les religieux furent chassés en 1792, leur couvent et leur église vendus, l’image fut brisée et brûlée, un seul morceau de la figure échappa à la destruction ; on le voit encore dans le piédestal de la nouvelle statue. L’église et le couvent, rachetés en 1815, furent confiés aux Pères Jésuites qui y établirent un petit séminaire. Ils en furent expulsés en 1828.

Depuis cette époque, la maison de Sainte-Anne n’a pas changé de destination, elle est encore l’école ecclésiastique du diocèse de Vannes, et la dévotion attire toujours dans son église de nombreux pèlerins. Sainte Anne est aussi en grand honneur dans la Lorraine allemande.

 

Dans le diocèse de Nancy, près d’Albestrolf, chef-lieu de canton de la Meurthe, arrondissement de Château-Salins, on remarque une magnifique chapelle romane de date assez récente, mais construite sur l’emplacement d’autres monuments consacrés à sainte Anne.

 

Ce culte envers l’aïeule de Notre-Seigneur Jésus-Christ est d’origine tellement reculée dans cette partie de la Lorraine, qu’on ne peut facilement en assigner la date. Dès le XIIe siècle, nous trouvons, à l’endroit qui nous occupe, une chapelle dédiée à sainte Anne, qui en avait, suivant la tradition, déterminé elle-même l’emplacement. Aujourd’hui ce lieu de pèlerinage est devenu plus important encore depuis qu’il est enrichi d’une insigne et précieuse relique de sainte Anne, provenant d’Apt, en Provence.

 

Nous nous sommes servi, pour compléter cette biographie, de La vie et le culte de sainte Anne, chez Girard, libraire à Lyon, 1869 ; La Dévotion à sainte Anne, par X. Matthieu ; Notes localesfournies par MM. Armand, curé-archiprêtre d’Apt, Barrier, vicaire-général de Chartres, et Clément, secrétaire de Mgr l’évêque de Nancy. – Cf Les gloires de sainte Anne d’Auray, par l’abbé Bernard ;Vie des Saints du diocèse de Troyes, par l’abbé Defer ; l’Hagiologie Nivernaise, par Mgr Crosnier.

 

Cette icône contemporaine, peinte dans le style de Novgorod, illustre le don d'amour entre les parents de la Vierge Marie.

C'est l'icône de mariage traditionnellement offerte chez les chrétiens orthodoxes. Elle a été peinte par l'artiste iconographe canadien, Heiko C. Schlieper, en 1987.

 

Partager cet article
Repost0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone - dans Pèlerinages Retraites Spirituelles
15 juillet 2019 1 15 /07 /juillet /2019 14:11

Tous au Monastère

 

Dimanche 21

 

 

JUILLET !

 

Pèlerinage en

 

l'honneur de Saint

 

Christophe.

 

*Messe à 10h30 


*BENEDICTION DES VOITURES ET DES MOTOS


*Repas fraternel pour l'anniversaire anticipé de Mor Philipose et remercier Armia Elkatcha, notre ami fresquiste et iconographe (Qui repartira vers l'Egypte le 25), bénédiction de la fresque de Saints Pierre et Paul et  réception des fidèles.

 

Adresse:
Sanctuaire Marial de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde
Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly,4
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

Saint Christophe, Martyr (IIIème siècle).

 

Fête le 25 Juillet

 

(Solennisé le Dimanche le plus proche).

Vie de Saint Christophe d’après « la légende dorée » de Saint Jacques de Voragine.
 

Christophe, avant son Baptême, se nommait Réprouvé, mais dans la suite il fut appelé Christophe, comme si on disait : qui porte le Christ, parce qu'il porta le Christ en quatre manières: sur ses épaules, pour le faire passer; dans son corps, par la macération; dans son coeur, par la dévotion et sur les lèvres, parla confession ou prédication.

Christophe était Chananéen; il avait une taille gigantesque, un aspect terrible, et douze coudées de haut: D'après ce qu'on lit vu ses actes, un jour qu'il se trouvait auprès d'un roi des Chananéens, il lui vint à l’esprit de chercher, quel était le plus grand prince du monde, et de demeurer près de lui.

Il se présenta chez un roi très puissant qui avait partout la réputation de n'avoir point d'égal en grandeur. Ce roi en le voyant l’accueillit avec bonté et le fit rester à sa cour.

Or, un jour, un jongleur chantait en présence du roi une chanson où revenait souvent le nom du diable ; le roi, qui était chrétien, chaque fois qu'il entendait prononcer le nom de quelque diable, faisait de suite le signe de croix sur sa figure.

Christophe, qui remarqua cela, était fort étonné de cette action, et de ce que signifiait un pareil acte.

Il interrogea le roi à ce sujet et celui-ci ne voulant pas le lui découvrir, Christophe ajouta : « Si vous ne me le dites, je ne resterai pas plus longtemps avec vous. »

C'est pourquoi le roi fut contraint de lui dire : « Je me munis de ce signe, quelque diable que j'entende nommer, dans la crainte qu'il ne prenne pouvoir sur moi et ne me nuise. » Christophe lui répondit : « Si vous craignez que le diable ne vous nuise, il est évidemment plus grand et plus puissant que vous ; la preuve en est que vous en avez une terrible frayeur. Je suis donc bien déçu dans mon attente ; je pensais avoir trouvé le, plus grand et le plus puissant seigneur du monde ; mais maintenant je vous fais mes adieux, car je veux chercher le diable lui-même, afin de le prendre pour mon maître et devenir son serviteur. »

Il quitta ce roi et se mit en devoir de chercher le diable. Or, comme il marchait au milieu d'un désert, il vit une grande multitude de soldats, dont l’un, à l’aspect féroce et terrible, vint vers lui et lui demanda où il allait.

Christophe lui répondit: «Je vais chercher le seigneur diable, afin de le prendre pour maître et seigneur. » Celui-ci lui dit: « Je suis celui que tu cherches. »

Christophe tout réjoui s'engagea pour être son serviteur à toujours et le prit pour son seigneur. Or, comme ils marchaient ensemble, ils rencontrèrent une croix élevée sur un chemin public. Aussitôt que le diable eut aperçu cette croix, il fut effrayé, prit la fuite et, quittant le chemin, il conduisit Christophe à travers un terrain à l’écart et raboteux, ensuite il le ramena sur la route.

 

Christophe émerveillé de voir cela lui demanda pourquoi il avait manifesté tant de crainte, lorsqu'il quitta la voie ordinaire, pour faire un détour, et le ramener ensuite dans le chemin:

Le diable ne voulant absolument pas lui en donner le motif, Christophe dit : « Si vous ne me l’indiquez, je vous quitte à l’instant. »

Le diable fut forcé de lui dire : « Un homme qui s'appelle Christ fut attaché à la Croix; dès que j e vois l’image de sa Croix, j'entre dans une grande peur, et  m’enfuis effrayé. »


Christophe lui dit : « Donc ce Christ est plus grand et plus puissant que toi, puisque tu as une si brande frayeur en voyant l’image de sa croix? J'ai donc travaillé en vain, et n'ai pas encore trouvé le plus grand prince- du monde. Adieu maintenant, je veux te quitter et chercher ce Christ. »

Il chercha longtemps quelqu'un qui lui donnât des renseignements sur le Christ; enfin il rencontra un Ermite qui lui prêcha J.-C. et qui l’instruisit soigneusement de la Foi.

L'Ermite dit à Christophe : « Ce roi que tu désires servir réclame cette soumission : c'est qu'il te faudra jeûner souvent.»

Christophe lui répondit : « Qu'il me demande autre chose, parce qu'il  m’est absolument impossible de faire cela. »

« Il te faudra encore, reprend l’Ermite, lui adresser des Prières. »

« Je ne sais ce que s'est, répondit Christophe, et je ne puis me soumettre à cette exigence.» L'Ermite lui dit: « Connais-tu tel fleuve où bien des passants sont en péril de perdre la vie? » « Oui, dit Christophe.

L'Ermite reprit: « Comme tu as une haute stature et que tu es fort robuste, si tu restais auprès de ce fleuve, et si tu passais tous ceux qui surviennent, tu ferais quelque chose de très agréable au roi J.-C. que tu désires servir, et j'espère qu'il se manifesterait à toi en ce lieu. »

Christophe lui dit ; « Oui, je puis bien remplir cet office, et je promets que je  m’en acquitterai pour lui. »

Il alla donc au fleuve dont il était question, et s'y construisit un petit logement. Il portait à la main au lieu de bâton une perche avec laquelle il se maintenait dans l’eau ; et il passait. sans relâche tous les voyageurs.

Bien des jours s'étaient écoulés, quand, une fois qu'il se reposait dans sa petite maison, il entendit la voix d'un petit enfant qui l’appelait en disant: « Christophe, viens dehors et passe-moi. »

Christophe se leva de suite, mais ne trouva personne. Rentré chez soi, il entendit la même voix qui l’appelait. Il courut dehors de nouveau et ne trouva personne.

Une troisième fois il fut appelé comme auparavant, sortit et trouva sur la rive du fleuve un enfant qui le pria instamment de le passer.

Christophe leva donc l’enfant sur ses épaules, prit son bâton et entra dans le fleuve pour le traverser.

Et voici que l’eau du fleuve se gonflait peu à peu, l’enfant lui pesait comme une masse de plomb ; il avançait, et l’eau gonflait toujours, l’enfant écrasait de plus en plus les épaules de Christophe d'un poids intolérable, de sorte que celui-ci se trouvait dans de grandes angoisses et, craignait de périr. Il échappa à grand peine.

Quand il eut franchi la rivière, il déposa l’enfant sur la rive et lui dit : Enfant, tu  m’as exposé à un grand danger, et tu  m’as tant pesé que si j'avais eu le monde entier sur moi, je ne sais si j'aurais eu plus lourd à porter. »

L'enfant lui répondit : « Ne t'en étonne pas, Christophe, tu n'as pas eu seulement tout le monde sur toi, mais tu as porté sur les épaules celui qui a créé le monde : car je suis Le Christ ton roi, auquel tu as en cela rendu service; et pour te prouver que je dis la vérité, quand tu seras repassé, enfonce ton bâton en terre vis-à-vis ta petite maison, et le matin tu verras qu'il a. fleuri et porté des fruits, »

 

A l’instant il disparut. En arrivant, Christophe ficha donc son bâton en terre, et quand il se leva le matin, il trouva que sa perche avait poussé des feuilles, et des dattes comme un palmier.

 

Il vint ensuite à Samos, ville de Lycie, où il ne comprit pas la langue que parlaient les habitants, et il pria le Seigneur de lui en donner l’intelligence.

Tandis qu'il restait en prières, les juges le prirent pour un insensé, et le laissèrent. Christophe, ayant obtenu ce qu'il demandait, se couvrit le visage, vint à l’endroit où combattaient les chrétiens, et il les affermissait au milieu de leurs tourments.

Alors un des juges le frappa au visage, et Christophe se découvrant la figure : « Si je n'étais chrétien, dit-il, je me vengerais aussitôt de cette injure. »

Puis il ficha son bâton, en terre en priant le Seigneur de le faire reverdir pour convertir le peuple.

Or, comme cela se fit à l’instant, huit mille hommes devinrent croyants.

Le roi envoya alors deux cents soldats avec ordre d'amener Christophe par devant lui; mais l’avant trouvé en oraison ils craignirent de lui signifier cet ordre; le roi envoya encore un pareil nombre d'hommes, qui, eux aussi, se mirent à prier avec Christophe.

Il se leva et leur dit : « Oui cherchez-vous? »

Quand ils eurent vu son visage; ils dirent : « Le roi nous a envoyés pour te garrotter et t'amener à lui.»

Christophe leur dit : « Si je voulais, vous ne pourriez. me conduire ni garrotté, ni libre. »

Ils lui dirent : « Alors si tu ne veux pas, va librement partout: ou bon te semblera, et nous dirons au roi que nous ne t'avons pas trouvé. »

« Non, il n'en sera pas ainsi, dit-il; j'irai avec vous.» Alors il les convertit à la Foi, se fit lier par eux les mains derrière le dos, et conduire au roi en cet état.

A sa vue, le roi fut effrayé et tomba à l’instant de son siège. Relevée ensuite par ses serviteurs, il lui demanda son nom et sa patrie.

Christophe lui répondit : « Avant mon baptême, je  m’appelais Réprouvé, mais aujourd'hui je me nomme Christophe. »

Le roi lui dit : « Tu t'es donné un, sot nom, en prenant celui du Christ crucifié, qui ne s'est fait aucun bien, et qui ne pourra t'en faire. Maintenant donc, méchant Chananéen, pourquoi ne sacrifies-tu pas à nos dieux? »

Christophe lui dit : « C'est à bon droit que tu t'appelles Dagnus, parce que tu es la mort du monde, l’associé du diable; et tes dieux sont l’ouvrage de la main des hommes.

Le roi lui dit : « Tu as été élevé au milieu des bêtes féroces; tu ne peux donc proférer que paroles sauvages et choses inconnues des hommes.

Or, maintenant, si tu veux sacrifier, tu obtiendras de moi de grands honneurs, sinon, tu périras dans les supplices. »

Et comme le Saint ne voulut pas sacrifier, Dagnus le fit mettre en prison; quant aux soldats qui avaient été envoyés à Christophe, il les fit décapiter pour le nom de J.-C.

Ensuite il fit renfermer avec Christophe dans la prison deux filles très belles, dont l’une s'appelait Nicée et l’autre Aquilinie, leur promettant de grandes récompenses, si elles induisaient Christophe à pécher avec elles.

A cette vue, Christophe se mit tout de suite en prière. Mais comme ces filles le tourmentaient par leurs caresses: et leurs embrassements, il se leva et leur, dit : « Que prétendez-vous et pour quel motif avez-vous été introduites ici? ».

Alors elles furent effrayées de l’éclat de son visage et dirent : «Ayez pitié de nous, saint homme, afin que nous puissions croire au Dieu que vous prêchez. »

Le roi, informé de cela, se fit amener ces femmes et leur dit : « Vous avez donc aussi été séduites. Je jure par les dieux que si vous ne sacrifiez, vous périrez de malemort. »

Elles répondirent : « Si tu veux que nous sacrifiions, commande qu'on nettoie les places et que tout le monde s'assemble au temple. »

Quand cela fut fait, et qu'elles furent entrées dans le temple, elles dénouèrent leurs ceintures, les mirent au cou des idoles qu'elles firent tomber et qu'elles brisèrent; puis elles dirent aux assistants : « Allez appeler des médecins pour guérir vos dieux. »

Alors par l’ordre du roi, Aquilinie est pendue; puis on attacha à ses pieds une pierre énorme qui disloqua tous ses membres.

Quand elle eut rendu son âme au Seigneur, Nicée, sa soeur, fut jetée dans le feu ; mais comme elle en sortit saine et sauve, elle fut tout aussitôt après décapitée.

Après quoi Christophe est amené en présence du roi qui le fait fouetter avec des verges de fer; un casque de fer rougi au feu est mis sur sa tête; le roi fait préparer un banc en fer où il ordonne de lier Christophe et sous lequel il fait allumer du feu qu'on alimente avec de la poix. Mais le banc fond comme la cire, et le saint reste sain et sauf.

Ensuite le roi le fait lier à un poteau et commande à quatre cents soldats de le percer de flèches : mais toutes les flèches restaient suspendues en l’air, et aucune ne put le toucher.

Or, le roi, pensant qu'il avait été tué par les archers, se mit à l’insulter ; tout à coup une flèche se détache de l’air, vient retourner sur le roi qu'elle frappe à l’œil, et qu'elle aveugle.

 

Christophe lui dit : « C'est demain que je dois consommer mon sacrifice; tu feras donc, tyran, de la boue avec mon sang; tu t'en frotteras l’oeil et tu seras guéri. »

Par ordre du roi ou le mène au lieu où il devait être décapité; et quand il eut fait sa prière, on lui trancha la tête.

Le roi prit un peu de son sang, et le mettant sur son oeil, il dit : « Au nom de Dieu et de Saint Christophe. » Et il fut guéri à l’instant.

Alors le roi crut, et porta un édit par lequel quiconque blasphémerait Dieu et Saint Christophe serait aussitôt puni par le glaive.

— Saint Ambroise parle ainsi de ce martyr dans sa préface : « Vous avez élevé, Seigneur, Saint Christophe, à un tel degré de vertu, et vous avez, donné une telle grâce à sa parole, que par lui vous avez arraché à l'erreur de la gentilité pour les amener à la croyance Chrétienne, quarante-huit mille hommes. Nicée et Aquilinie qui depuis longtemps se livraient publiquement à la prostitution, il les porta, à prendre des habitudes de chasteté, et leur enseigna à recevoir la couronne.

Bien que lié sur un banc de fer, au milieu d'un bûcher ardent, il ne redouta pas d'être brûlé par ce feu, et pendant une journée entière, il ne put être percé par les flèches de toute une soldatesque.

Il y a plus, une de ces flèches crève l’oeil d'un des bourreaux, et le sang du bienheureux martyr mêlé à la terre lui rend la vue et en enlevant l’aveuglement du corps, éclaire son esprit car il obtint sa grâce auprès de vous et il vous a prié avec supplication d'éloigner les maladies et les infirmités*. »

 

* Ces derniers mots nous expliquent le motif pour lequel saint Christophe est représenté avec des proportions gigantesques principalement aux portails des églises.

On se croyait à l’abri des maladies et des infirmités dès lors qu'on avait vu la statue du Saint, de là ces vers :

Christophore sancte, virtutes saut tibi tantae,

Qui te mane vident, nocturno tempore rident.

Christophore sancte, speciem qui eumque tuetur,

Ista nempe die non morte mala morietur.

Christophorum videas, postea tutus eas.


 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone - dans Pèlerinages
13 juillet 2019 6 13 /07 /juillet /2019 19:08

En dehors des familiers du Monastère, personne hélas, comme très souvent, n'a répondu à mon appel à l'aide pour que Armia puisse dans la propreté installer l'échafaudage qui lui permettra d'installer les fresques qu'il prévoit pour l'avant chœur de l'église. 


Nous y pourvoyons donc ainsi qu'au grand ménage et blanchissement des murs afin que l'église soit prête en fin de semaine pour l'inauguration des nouvelles fresques lors de la Messe de dimanche prochain et l'exposition d'icônes qui suivra dans l'église du Monastère. 


Et pendant que d'aucun s'activent à déménager les meubles de l'église, décaper, frotter, traiter et commencer à peindre, Jean-Marie, lui, s'active pour que les extérieurs, dans le parc, soient attrayants, accueillants.
Bonne journée à vous tous.

Vous apercevrez ci dessous les parties de fresques peintes en atelier (En Egypte) sur toile et qui seront redécoupées, assemblées, collées et terminées sur place.

--------------------------------

Apart from the monastery's familiars, unfortunately, as very often, no one answered my call for help so that Armia can clean the scaffolding that will allow him to install the frescoes he plans for the before the choir of the church.


We provide for it and the cleaning and whitening of the walls so that the church is ready at the end of the week for the inauguration of the new frescoes at the Mass next Sunday and the exhibition of icons that will follow in the evening. Monastery Church.


And while none of them are busy moving church furniture, stripping, scrubbing, treating and painting, Jean-Marie is working to make the exteriors in the park attractive and welcoming. .
Good day to you all.

You will see below the parts of frescoes painted in the workshop (Egypt) on canvas and which will be cut, assembled, glued and finished on site.

----------------------------------------

Além dos familiares do mosteiro, infelizmente, como muitas vezes, ninguém respondeu ao meu pedido de ajuda para que Armia pudesse limpar os andaimes que lhe permitiriam instalar os afrescos que ele planeja para o antes do coro da igreja.


Nós fornecemos para isso e a limpeza e branqueamento das paredes para que a igreja esteja pronta no final da semana para a inauguração dos novos afrescos na missa no próximo domingo e a exposição dos ícones que se seguirão à noite. Igreja do mosteiro.


E enquanto nenhum deles está ocupado movendo móveis de igreja, descascando, esfregando, tratando e pintando, Jean-Marie está trabalhando para tornar os exteriores no parque atraentes e acolhedores. .
Bom dia para todos vocês.

Você verá abaixo as partes de afrescos pintados na oficina (Egito) sobre tela e que serão cortados, montados, colados e acabados no local.

Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction

Le 3.VII.19:
Chantier des travaux des nouvelles fresques qui orneront le plafond de l'avant-chœur de l'église du Monastère. 
Si vous passez par là, c'est porte ouverte. Vous pourrez admirer, sans le déranger, notre ami 
Armia Elkatcha en plein travail. 
Dimanche, vous pourrez admirer les merveilles réalisées par notre talentueux amis. 
N'oubliez pas de réserver votre journée !
Je vous rappelle que,après le programme habituel des pèlerinages mensuels à Notre-Dame de Miséricorde, nous solenniserons lors de la Messe (Quadisha Qurbana ) Saint Thomas Apôtres des Indes et bénirons les icônes réalisées lors du précédent stage d’iconographie en même temps que nous inaugurerons les nouvelles fresques. 
Le soir, à 18h, ce sera le vernissage de l'exposition d'icônes Coptes Orthodoxes qui ira du 7 au 21 Juillet. 
Si vous ne l'avez reçu, vous trouverez une invitation envoyée par Mademoiselle Ribreau sur le Groupe Facebook : Église Syro-Orthodoxe Francophone.

----------------------------------------
3.VII.19:
Construction site of the new frescoes that will adorn the ceiling of the choir of the monastery church.
If you go there, it's open door. You can admire, without disturbing, our friend Armia Elkatcha at work.
On Sunday you can admire the wonders of our talented friends.
Do not forget to book your day!
I remind you that, after the usual program of monthly pilgrimages to Our Lady of Mercy, we will solemnize at the Mass (Quadisha Qurbana) Saint Thomas Apostles of India and bless the icons made during the previous course of iconography at the same time as we will inaugurate the new frescoes.
In the evening, at 18h, it will be the opening of the exhibition of Orthodox Coptic icons that will run from July 7th to 21st.
If you have not received it, you will find an invitation sent by Mademoiselle Ribreau on the Facebook Group: Église Syro-Orthodoxe Francophone.

-------------------------------------------
3.VII.19:
trabalho do local para novos afrescos que adornam o teto do front-coro da igreja do Mosteiro.
Se você for lá, é porta aberta. Você pode admirar, sem perturbar, nosso amigo Armia Elkatcha no trabalho.
No domingo, você pode admirar as maravilhas de nossos talentosos amigos.
Não esqueça de reservar o seu dia!
Recordo que, após o habitual programa de peregrinações mensais a Nossa Senhora da Misericórdia, celebraremos a Missa (Quadisha Qurbana) São Tomás Apóstolos da Índia e abençoaremos os ícones feitos durante o curso anterior da iconografia, ao mesmo tempo que vamos inaugurar os novos afrescos.
À noite, às 18h, será inaugurada a exposição dos ícones ortodoxos coptas, que será realizada de 7 a 21 de julho.
Se você não recebeu, você encontrará um convite enviado por Mademoiselle Ribreau no Grupo do Facebook: Igreja Francofona Siro-Ortodoxa.

Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction

4.VII.19:
À cette heure tardive 
Armia Elkatcha est encore au travail .
Il s'avance,si j'ai bien compris, pour achever demain et aposer les feuilles d'or. 
Comme vous le voyez, les fresques qui ont été peintes sur toiles en atelier au Caire, après avoir été roulées, transportées et retravaillées sur place sont désormais posées.
Une fois solidement collées, elles sont parachevées sur place puis dorées.
Demain, s'il plaît à Dieu, je vous partagerai l'évolution des travaux.

-------------------------
4.VII.19:
At this late hour Armia Elkatcha is still at work.
He advances, as I understand it, to finish tomorrow and lay the gold leaves.
As you can see, the frescoes that were painted on canvas in the workshop in Cairo, after being rolled, transported and reworked on site are now laid.
Once firmly glued, they are finished on the spot and then gilded.
Tomorrow, if it please God, I will share the evolution of the work.

------------------------
4.VII.19:
Nesta hora tardia, Armia Elkatcha ainda está no trabalho.
Ele avança, como eu entendo, para terminar amanhã e colocar as folhas de ouro.
Como você pode ver, os afrescos que foram pintados em tela na oficina no Cairo, depois de serem enrolados, transportados e retrabalhados no local, agora são colocados.
Uma vez firmemente colados, eles são acabados no local e depois dourados.
Amanhã, se agradar a Deus, compartilharei a evolução do trabalho.

Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction
Souvenirs photographiques des travaux des fresques de l'Avant-Chœur de l'église du Monastère et de leur bénédiction

5.VII.19:
En cette soirée, je laisse à travailler en notre église,tard le soir, notre cher ami 
Armia Elkatcha aidé de son épouse tandis que les enfants bénéficient des grands espaces et des joies de la campagne normande.

C'est que, désormais, une course contre la montre est engagée pour notre ami afin que tout soit près à temps :
*pour l'inauguration des nouvelles fresques dimanche 7 Juillet au matin lors de la Messe,
*pour le début de l'exposition d'icônes Coptes de dimanche soir à 18h jusqu'au dimanche 21.

D'ores et déjà les feuilles d'or sont en train d'être apposées et, demain matin, le 6 , seront partout apposées. Il ne restera que des finitions. Je vous tiendrai au courant pour que, dès avant l'inauguration, vous ayez un avant-goût de l'oeuvre réalisée.
Ce n'est pas rien pour Armia. 
Pratiquement seul, seul en tout cas sur l'échafaudage et devant se plier à toutes sortes de contorsions qui, en plus de la fatigue, lui occasionnent des douleurs musculaires.

Nous savons que tout sera terminé à temps, mais que de mérites pour Armia qui, en plus de son zèle habituel, doit porter la croix avec le Christ Tête de L'Eglise pour que son oeuvre participe à l'attente, le soupir liturgique de l'épouse (L'Eglise), vers le retour de son Époux (Le Christ ) !

Avant même donc que tout ne soit achevé, nous pouvons, d'ores et déjà dire: "merci Armia" !
-------------------
5.VII.19:
On this evening, I leave to work in our church, late at night, our dear friend Armia Elkatcha helped by his wife while the children enjoy the wide open spaces and the joys of the Norman countryside.

Now, a race against the clock is underway for our friend so that everything is on time:
* for the inauguration of the new frescoes Sunday July 7 in the morning during the Mass,
* for the start of the Coptic icon exhibition from Sunday evening at 6pm until Sunday 21st.