Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

 Saint Jean le Baptiste, qui est- tu ?

Vie, prières et catéchèse:

Saint John the Baptist, which is, you know?
Life, prayer and catechesis:

 

Afficher l'image d'origine

f

          "Cousin de Jésus, né de Zacharie et Elisabeth, il est appelé " baptiste " car il baptisait dans le Jourdain pour préparer le baptême dans l'Esprit. L'Église, dit saint Augustin, célèbre ordinairement la vie des Saints au jour de leur mort, qui est, à proprement parler, le jour de leur naissance à la vie éternelle.

 

Saint Jean-Baptiste est probablement le saint le plus populaire, en effet les Saintes Écritures lui donne une place spéciale.

Sa naissance et son activité ont été annoncées par les prophètes.

Sa nativité était un don de Dieu parce que les parents de Saint Jean-Baptiste, le prêtre Zacharie et sa femme Élisabeth, n'avaient pas d'enfant et ils en étaient très attristés.

Ils ont beaucoup prié Dieu de leur donner un enfant.

"Cousin de Jésus, né de Zacharie et Elisabeth, il est appelé " baptiste " car il baptisait dans le Jourdain pour préparer le baptême dans l'Esprit.

L'Église, dit saint Augustin, célèbre ordinairement la vie des Saints au jour de leur mort, qui est, à proprement parler, le jour de leur naissance à la vie éternelle.

La Nativité de saint Jean-Baptiste a été exemptée de cette règle générale, parce qu'il fut sanctifié avant de naître, dans le sein de sa mère, par la présence de Jésus-Christ, dans la visite que fit la très Sainte Vierge à sainte Élisabeth.

L'Église, dit saint Augustin, célèbre ordinairement la vie des Saints au jour de leur mort, qui est, à proprement parler, le jour de leur naissance à la vie éternelle. La Nativité de saint Jean-Baptiste a été exemptée de cette règle générale, parce qu'il fut sanctifié avant de naître, dans le sein de sa mère, par la présence de Jésus-Christ, dans la visite que fit la très Sainte Vierge à sainte Élisabeth

L'Église, dit saint Augustin, célèbre ordinairement la vie des Saints au jour de leur mort, qui est, à proprement parler, le jour de leur naissance à la vie éternelle. La Nativité de saint Jean-Baptiste a été exemptée de cette règle générale, parce qu'il fut sanctifié avant de naître, dans le sein de sa mère, par la présence de Jésus-Christ, dans la visite que fit la très Sainte Vierge à sainte Élisabeth

Le glorieux prophète et précurseur Jean le Baptiste, aussi appelé Jean le Précurseur, car il était le précurseur du Christ, le prophète qui a annoncé Sa venue, l'a baptisé sur les bords du Jourdain, après l'avoir désigné comme « l'agneau de Dieu ».

 

C'est l'un des saints les plus vénérés par l'Eglise Orthodoxe.

 

Comme on l'a vu plus haut, Jean est le cousin du Christ, par sa mère Elisabeth, qui était la fille de Zoia.

 

Zoia est la sœur de la grand-mère du Christ.

 

La mission spécifique de Jean a cessée avec le baptême de Jésus. Il dira : je dois maintenant diminuer, pour que le Christ croisse.

 

Jean Baptiste demanda alors à ses disciples de suivre Jésus.

Il Le désigna à ses disciples, en disant:

"Voici l'Agneau de Dieu."

Il a été décapité par Hérode au premier siècle, pour satisfaire sa belle-fille Salomé et sa femme Hérodiade.

Parce qu'il baptisa le Christ, il est le saint patron des parrains.

 

Il est quelque fois appelé l'Ange du désert ; du fait de ce titre, il est parfois représenté avec des ailes.

 

Le texte d'Isaïe 40:3-5 est communément interprété comme une prophétie de Jean.

"Il s’appellera Jean"

"Il s’appellera Jean"

La naissance de saint Jean-Baptiste fut une grande joie pour la terre, puisqu'elle lui annonçait l'approche de sa Rédemption.

" Prophète, apôtre, docteur, solitaire, vierge, martyr, il est plus que tout cela, parce qu'il est tout cela en même temps. Il réunit tous les titres à la sainteté, et, rassemblant en lui seul tout ce qui constitue les différentes classes des saints, il forme au milieu d'eux une classe particulière. "

La puissance divine était intervenue d'une manière extraordinaire dans la naissance de quelques prophètes, de Samuel et de Jérémie, par exemple; mais elle éclata bien davantage dans celle du saint Précurseur, que la dignité de son ministère futur et le degré éminent de grâce et de sainteté auquel il était élevé rendaient, selon la parole de Jésus-Christ lui-même, bien supérieur à tous les patriarches et à tous les prophètes.

La mission spécifique de Jean a cessée avec le baptême de Jésus. Il dira : je dois maintenant diminuer, pour que le Christ croisse. Jean Baptiste demanda alors à ses disciples de suivre Jésus. Il Le désigna à ses disciples, en disant: "Voici l'Agneau de Dieu."

Le message d'un Ange à Zacharie pour lui annoncer la naissance de Jean-Baptiste, la maternité d'Élisabeth à un âge très avancé, le mutisme subit de Zacharie depuis l'annonce de l'Ange jusqu'à la circoncision de l'enfant, et sa guérison miraculeuse, qui lui permit d'entonner le beau cantique du Benedictus :

 

-tout est merveilleux dans l'apparition du Précurseur, qui allait montrer bientôt le Sauveur promis et attendu depuis quatre mille ans.

nativite-Jean-Baptiste_2b.jpg

" Prophète, apôtre, docteur, solitaire, vierge, martyr, il est plus que tout cela, parce qu'il est tout cela en même temps. Il réunit tous les titres à la sainteté, et, rassemblant en lui seul tout ce qui constitue les différentes classes des saints, il forme au milieu d'eux une classe particulière. "

Parmi les récits évangéliques, il en est peu d'aussi intéressants ni d'aussi touchants que celui de la naissance de saint Jean-Baptiste.

St Luc est le seul à évoquer la naissance de Jean :

Afficher l'image d'origine

Les miracles s'ajoutaient aux miracles autour du berceau de l'enfant ; les habitants du voisinage furent saisis d'une crainte respectueuse, et le bruit de ces merveilles se répandit dans toutes les montagnes de la Judée, de sorte que tous se disaient les uns aux autres :

-" Que pensez-vous de l'avenir de cet enfant ? "

Afficher l'image d'origine

Saint Jean-Baptiste occupe dans l'histoire de l'humanité une place incomparable : il sert de trait d'union entre les deux mondes, il résume en lui tout l'Ancien Testament et prépare le Nouveau ; il ferme la mission des prophètes et ouvre celle des Apôtres.

" Prophète, apôtre, docteur, solitaire, vierge, martyr, il est plus que tout cela, parce qu'il est tout cela en même temps.

Il réunit tous les titres à la sainteté, et, rassemblant en lui seul tout ce qui constitue les différentes classes des saints, il forme au milieu d'eux une classe particulière. " (La Luzerne)

Afficher l'image d'origine

Le culte de saint Jean-Baptiste a toujours joui d'une immense popularité.

Sa fête a été souvent célébrée par des feux de joie.

Il est patron de nombreuses paroisses, de nombreuses confréries ainsi que des Canadiens français.

 

La mission spécifique de Jean a cessée avec le baptême de Jésus. Il dira : je dois maintenant diminuer, pour que le Christ croisse. Jean Baptiste demanda alors à ses disciples de suivre Jésus. Il Le désigna à ses disciples, en disant: "Voici l'Agneau de Dieu."

Afficher l'image d'origine

 

 

Afficher l'image d'origine

      

Afficher l'image d'origine

   

PRIERE A SAINT JEAN-BAPTISTE:   

Afficher l'image d'origine

 

O saint Jean-Baptiste, 

illustre Précurseur du Messie, 

vous que le Sauveur a proclamé 

le plus grand parmi les enfants des hommes, 

vous avez merveilleusement préparé, 

par votre vie austère, 

pénitente et tout angélique, 

les voies au règne de l’agneau rédempteur. 

Nous vous en supplions, 

daignez nous obtenir la grâce 

de marcher sur vos pas glorieux 

de conserver par l'orthodoxie la foi de nos pères, 

et ainsi de défendre avec zèle les intérêts et l'unité 

catholique de l'unique Eglise du Christ divisée par nos péchés, 

Veuillez nous accompagner de votre intercession  afin que se réalisent les desseins 

de la divine Providence sur chacun de nous, 

ainsi ,après l’exil de cette vie, 

nous ppourrons nous retrouver 

dans la céleste patrie, 

pour y chanter les louanges 

du Roi éternel de tous les peuples, le Christ Notre-Seigneur qui

vit avec le Père et l'Esprit Saint, Dieu unique aux

 siècles des siècles. 

 

Amîn. 

«Parmi ceux qui sont nés des femmes,»

dit le Seigneur,

«il n'en a point paru de plus grand que Jean-Baptiste

(Matth. XI, 11)

 

Tropaire, t. 4

Prophète et Précurseur de la venue du Christ, * nous ne pouvons te louer dignement, nous qui t'honorons avec amour: * par ta glorieuse et vénérable nativité * la stérilité d'une mère et le mutisme d'un père ont cessé, * tandis qu'est annoncée au monde l'incarnation du Fils de Dieu.

Exapostilaire, t. 3

La joyeuse Nativité du Précurseur * met fin à la stérilité maternelle * comme à la tristesse d'un père muet; * elle annonce la joie et l'allégresse à venir; * c'est pourquoi l'entière création * en ce jour la fête de façon splendide. 
Les Prophètes ont annoncé, * les Apôtres ont enseigné * et les Martyrs ont confessé de façon claire * que ton Fils est le Dieu de l'univers, * ô Mère immaculée et miséricordieuse; * avec eux nous te magnifions, * nous qui de la condamnation ancestrale avons été sauvés grâce à toi.

 
Ô Bon Saint Jean Baptiste,
 
Toi qui as préparé le chemin du Messie,
Aide-nous à aplanir et redresser tout ce qui en nous et autour de nous, entrave notre marche vers Lui.
Toi qui as désigné Jésus comme l' Agneau de Dieu, 
fais-nous reconnaître en lui l’homme-Dieu qui nous sauve encore aujourd’hui.
Toi qui ne t’estimais pas digne de dénouer la courroie de la sandale du christ, obtiens-nous la grâce de l'huùilité et inspire-nous toujours, pour ce même Jésus,
Respect, adoration, service et amour.
Et de ce ciel où tu nous précèdes, intercèdes pour nous, accompagnes-nous, protège-nous .
 
Amîn
===
For Nativity of the Forerunner John the Baptist

The Reading from the Holy Gospel according to Luke (1:1-25, 57-68, 76-80 )

Inasmuch as many have taken in hand to set in order a narrative of those things which have been fulfilled among us, just as those who from the beginning were eyewitnesses and ministers of the word delivered them to us, it seemed good to me also, having had perfect understanding of all things from the very first, to write to you an orderly account, most excellent Theophilus, that you may know the certainty of those things in which you were instructed.

There was in the days of Herod, the king of Judea, a certain priest named Zacharias, of the division of Abijah. His wife was of the daughters of Aaron, and her name was Elizabeth. And they were both righteous before God, walking in all the commandments and ordinances of the Lord blameless. But they had no child, because Elizabeth was barren, and they were both well advanced in years.

So it was, that while he was serving as priest before God in the order of his division, according to the custom of the priesthood, his lot fell to burn incense when he went into the temple of the Lord. And the whole multitude of the people was praying outside at the hour of incense. Then an angel of the Lord appeared to him, standing on the right side of the altar of incense. And when Zacharias saw him, he was troubled, and fear fell upon him.

But the angel said to him, “Do not be afraid, Zacharias, for your prayer is heard; and your wife Elizabeth will bear you a son, and you shall call his name John. And you will have joy and gladness, and many will rejoice at his birth. For he will be great in the sight of the Lord, and shall drink neither wine nor strong drink. He will also be filled with the Holy Spirit, even from his mother’s womb. And he will turn many of the children of Israel to the Lord their God. He will also go before Him in the spirit and power of Elijah, ‘to turn the hearts of the fathers to the children,’ and the disobedient to the wisdom of the just, to make ready a people prepared for the Lord.”

And Zacharias said to the angel, “How shall I know this? For I am an old man, and my wife is well advanced in years.”

And the angel answered and said to him, “I am Gabriel, who stands in the presence of God, and was sent to speak to you and bring you these glad tidings. But behold, you will be mute and not able to speak until the day these things take place, because you did not believe my words which will be fulfilled in their own time.”

And the people waited for Zacharias, and marveled that he lingered so long in the temple. But when he came out, he could not speak to them; and they perceived that he had seen a vision in the temple, for he beckoned to them and remained speechless.

So it was, as soon as the days of his service were completed, that he departed to his own house. Now after those days his wife Elizabeth conceived; and she hid herself five months, saying, “Thus the Lord has dealt with me, in the days when He looked on me, to take away my reproach among people.”

Now Elizabeth’s full time came for her to be delivered, and she brought forth a son. When her neighbors and relatives heard how the Lord had shown great mercy to her, they rejoiced with her.

So it was, on the eighth day, that they came to circumcise the child; and they would have called him by the name of his father, Zacharias. His mother answered and said, “No; he shall be called John.”

But they said to her, “There is no one among your relatives who is called by this name.” So they made signs to his father—what he would have him called.

And he asked for a writing tablet, and wrote, saying, “His name is John.” So they all marveled. Immediately his mouth was opened and his tongue loosed, and he spoke, praising God. Then fear came on all who dwelt around them; and all these sayings were discussed throughout all the hill country of Judea. And all those who heard them kept them in their hearts, saying, “What kind of child will this be?” And the hand of the Lord was with him.

Now his father Zacharias was filled with the Holy Spirit, and prophesied, saying:

“Blessed is the Lord God of Israel,
For He has visited and redeemed His people,
And you, child, will be called the prophet of the Highest;
For you will go before the face of the Lord to prepare His ways,
To give knowledge of salvation to His people
By the remission of their sins,
Through the tender mercy of our God,
With which the Dayspring from on high has visited us;
To give light to those who sit in darkness and the shadow of death,
To guide our feet into the way of peace.”

So the child grew and became strong in spirit, and was in the deserts till the day of his manifestation to Israel.

Glory to Thee, O Lord, glory to Thee.

LE COIN DU CATECHISME ET...

 

DE LA

 

TRANSMISSION FAMILIALE...

 

Vie et Coloriage sur

 

St Jean Baptiste

 

Ce prénom est composé de Jean (de l’hébreu Yehohanan ou Iohanan, « grâce de Dieu ») et baptiste (du latin baptisterium qui signifie piscine). Fêté le 24 juin (jour de sa naissance), Jean Baptiste est le patron du Canada francophone, des villes de Florence, Gênes et Turin, des autoroutes, des couteliers, des maréchaux-ferrants, des pèlerins en Terre Sainte, des ordres hospitaliers, des rémouleurs, des tailleurs et des tonneliers.

jean-baptiste-01.jpgLe parent de Jésus

Jean est, par sa mère Elisabeth, un proche parent de Jésus. Cette femme et son mari Zacharie sont tous deux âgés lors de la naissance de leur fils. Cet événement constitue du reste un fait miraculeux, annoncé par un ange venu voir Zacharie au Temple. Le nom de Jean est donné à ce saint par sa mère, lors de la cérémonie de la circoncision, alors que les voisins et les parents venus pour la circonstance veulent donner au nouveau-né le prénom de son père, Zacharie.

Le dernier des Prophètes

Jean est, pour les chrétiens, le dernier des Prophètes qui annoncent la venue du Messie, c’est-à-dire d’un envoyé de Dieu. Parce qu’il vient au monde quelque temps avant Jésus et prépare son arrivée, il est parfois surnommé le Précurseur. Dès qu’il atteint l’âge adulte, Jean va vivre dans le désert de Judée, aux abords du fleuve Jourdain. Il mène à cette époque une vie d’ascète : il est vêtu d’une simple tunique de peau, ceinte d’une bande de cuir, et se nourrit de sauterelles et de miel sauvage. Jean dénonce le péché et exhorte au repentir. Il compte saint Pierre et saint André au nombre de ses disciples.

Le baptiste

Sans doute vers l’an 27, Jean commence à baptiser les personnes qui viennent depuis les localités voisines jusqu’à lui, au bord du Jourdain. Il acquiert dès lors son surnom de Baptiste. Lors de ce baptême, Jean Baptiste demande aux fidèles d’accomplir une confession publique de leurs péchés et de s’immerger dans les eaux du fleuve. Jusque-là, le baptême représente un acte rituel, surtout accompli par certains moines juifs. Jean le confère une seule fois à chacun, de manière collective, et lui donne une signification nouvelle : il s’agit de se préparer à l’arrivée imminente du Messie : « Moi, je vous baptise d’eau, pour vous amener à la repentance ; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu. »

« Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte les péchés du monde »

Vers l’an 30, Jésus se présente à Jean Baptiste pour recevoir le baptême ; celui-ci comprend que celui-là est le Messie attendu. Il s’oppose à cette demande et déclare : « C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par toi, et tu viens à moi ! » Devant l’instance de Jésus, Jean lui donne le baptême. Selon le Nouveau Testament, dès que Jésus sort du Jourdain, l’Esprit de Dieu descend sur lui sous l’apparence d’une colombe et une voix venue des cieux déclare : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection. » Lorsque Jésus s’éloigne quelque temps, Jean continue sa mission. Quarante jours plus tard, Jésus revient, et Jean déclare : « Regardez, voici l’Agneau de Dieu, qui ôte les péchés du monde. »

De la prison au martyre

Quelques semaines plus tard, Jean Baptiste est emprisonné au bord de la mer Morte, après qu’il a dénoncé les rapports incestueux qui unissent le roi Hérode Antipas et Hérodiade, sa belle-sœur. Peu après, la fille de cette princesse, Salomé, exécute devant le roi une danse apprise à Rome. Charmé par la grâce de la jeune fille, Hérode lui promet de lui donner ce qu’elle voudra. Sur les conseils de sa mère, Saloméjean-baptiste-02.jpg demande que la tête de Jean Baptiste lui soit apportée. Le roi, malgré ses réticences, ne peut refuse d’honorer sa promesse, et le Précurseur est décapité. Sa tête ensanglantée est apportée par Salomé à sa mère, ce qui symbolise la victoire de la volupté sur la sagesse. La dépouille de Jean est peut-être enterrée en Samarie, mais sa tombe présumée est détruite par l’empereur Julien l’Apostat au IVème siècle. De nombreux baptistères sont consacrés à ce saint.

Evangile selon St Luc, chapitre 1, 57-66

Quand arriva le moment où Élisabeth devait enfanter, elle mit au monde un fils. Ses voisins et sa famille apprirent que le Seigneur lui avait prodigué sa miséricorde, et ils se réjouissaient avec elle. Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant. Ils voulaient le nommer Zacharie comme son père. Mais sa mère déclara : « Non, il s’appellera Jean. » On lui répondit : « Personne dans ta famille ne porte ce nom-là ! » On demandait par signes au père comment il voulait l’appeler. Il se fit donner une tablette sur laquelle il écrivit : « Son nom est Jean. » Et tout le monde en fut étonné. À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia : il parlait et il bénissait Dieu. La crainte saisit alors les gens du voisinage, et dans toute la montagne de Judée on racontait tous ces événements. Tous ceux qui les apprenaient en étaient frappés et disaient : « Que sera donc cet enfant ? » En effet, la main du Seigneur était avec lui. L’enfant grandit et son esprit se fortifiait. Il alla vivre au désert jusqu’au jour où il devait être manifesté à Israël.

Prière d'introduction : Mon Dieu, je veux Te rencontrer au moyen de cette prière. Je veux croire davantage en Toi et T’aimer plus profondément et de tout mon cœur. Réjouis mon cœur par la douceur de Ta présence et unis ma volonté à la tienne.

Demande : Seigneur, que je sache Te mettre à la première place comme l’ont fait Élisabeth et Zacharie.

Points de réflexion :

1. Élisabeth et Zacharie sont de vrais témoignages de parents chrétiens. Face à toutes sortes de pressions (sociale, familiale) ils savent que cet enfant vient de Dieu et qu’il ne leur appartient pas. Ils le montrent en lui donnant le nom voulu par Dieu. Donner un nom, dans la culture d’Israël, signifie que l’on est maître de ce que l’on nomme ou qu’on se l’approprie. En donnant à Jean le nom que Dieu veut pour lui, ils reconnaissent que cet enfant appartient à Dieu et ils reconnaissent la primauté de Dieu sur cette nouvelle vie. Ce ne sont pas les parents qui donnent la vocation, c’est Dieu. Elisabeth et Zacharie reconnaissent que leur fils a une vocation qui vient de Dieu et ils se soumettent à la volonté de Dieu pour leur fils. Ils ne sont là que pour l’accompagner et pour l’aider à découvrir et à répondre à cette vocation. Ils font preuve d’une grande humilité et d’un grand détachement, qui sont d’autant plus grands que c’est leur fils unique. Et ils sont capables d’agir ainsi, car depuis le début ils sont conscients que ce fils est un cadeau qui vient de Dieu. C’est le cas de tous les enfants, mais la naissance miraculeuse de Jean Baptise le confirme et le prouve davantage. C’est avec gratitude qu’ils vivent leur rôle de parents.

2. Dans le cas de Jean Baptise il est clair que Dieu lui réservait une belle et grande mission, qui s’annonçait déjà dès sa conception et son enfance. De la même manière Dieu crée avec amour chacun d’entre nous et nous réserve une belle et une grande mission. Face a Jean Baptise les gens s’étonnent et se demandent « Que deviendra donc cet enfant ? »,mais c’est devant chaque nouveau né et devant nous même, que nous devrions avoir cette attitude de respect, d’admiration et d’étonnement, car chaque homme est un mystère, un nouvel être qui a une relation unique avec Dieu et qui a une place irremplaçable dans le plan de salut de Dieu pour tous les hommes. Comme Jean Baptiste qui va au désert et permet ainsi à Dieu de toucher son cœur et de faire de lui un grand prophète, nous devons faire silence dans notre cœur et apprendre à écouter la voix de Dieu qui nous révèle notre vocation. Ce verset nous montre que c’est un processus qui prend du temps : « L’enfant grandissait et son esprit se fortifiait. Il demeura dans le désert jusqu’au jour où il se présenta, devant Israël. ». La découverte de notre vocation, son assimilation et sa consolidation sont les fruits d’une longue période d’écoute de l’Esprit Saint qui nous éduque peu à peu. L’Esprit Saint ne violente pas la nature, au contraire, il l’accompagne dans le silence et dans le quotidien. C’est curieux de voir la similitude entre la jeunesse de Jean Baptise et celle de Jésus. Dieu a voulu que tous les deux passent par une longue période de formation. Nous ne devons pas nous désespérer de la lenteur à laquelle vont les choses. C’est normal, le rythme humain est un rythme lent et Dieu l’a voulu ainsi, nous rebeller et nous impatienter c’est ne pas suivre le temps de Dieu. Dieu sait ce qu’Il fait et quand Il le fait.

Dialogue avec le Christ : 

Seigneur Jésus, il y a beaucoup de choses qui je ne comprends pas, qui me dépassent, mais Vous savez que je veux répondre à Votre amour, que je veux être chaque jour  plus docile à ce que Vous voulez faire en moi et à ce que Vous voulez faire avec moi, pour le salut des hommes et mon épanouissement personnel. En effet, c'est en faisant ce que Vous attendez de moi que je m'épanouirai par la grâce du Saint Esprit. Envoyez donc vers moi votre Esprit vivificateur, Esprit de lumière et de force pour qu'Il touche mon cœur et transforme ma vie. Que je sois chaque jour davantage Votre  apôtre, un vrai fils du Père !

Amîn.

Résolution : Accepter avec patience une contrariété d’aujourd’hui et l’offrir à Dieu par amour.

 

histoire-01.jpghistoire-02.jpghistoire-03.jpghistoire-04.jpghistoire-05.jpghistoire-06.jpghistoire-07.jpg

JB-01.jpgJB-02.jpgJB-03.jpgJB-04-copie-1.jpgJB-05.jpgJB-06.jpgJB-07.jpgJB-08.JPGJB-09.jpgJB-10.jpgJB-11.jpgJB-12.jpgJB-13.jpgJB-14.jpgJB-15.jpgJB-16.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Saint Augustin 

 

(354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église . Traité anti-donatiste « Contre les lettres de Petilianus » livre 2, §87 (trad. Bibliothèque augustinienne, DDB 1986, vol. 30, p. 341) 

Naissance-de-Jean-Baptiste-.-Son-nom-sera-Jean.jpg

« Tous les prophètes, ainsi que la Loi, ont parlé jusqu'à Jean »

 

Jusqu'à Jean Baptiste la Loi et les prophètes comportaient des préfigurations qui avaient pour but d'annoncer l'avenir.

Mais les sacrements de la nouvelle Loi, ceux de notre temps, attestent la venue de ce que les anciens proclamaient à venir.

Et Jean a été, de tous les précurseurs du Christ, le messager qui l'annonce de plus près. 


Car tous les justes et tous les prophètes des siècles antérieurs avaient désiré voir l'accomplissement de ce qu'ils discernaient déjà dans cet avenir dont l'Esprit Saint leur soulevait le voile.

Le Seigneur Jésus le dit en personne :

« Bien des justes et bien des prophètes ont désiré voir ce que vous voyez et ne l'ont pas vu, entendre ce que vous entendez et ne l'ont pas entendu »

(Mt 13,17).

 

C'est pourquoi il a été dit de Jean Baptiste qu'il était

« plus que prophète » et qu'« aucun des enfants des femmes ne l'a surpassé » (Mt 11,9-11). 


En effet, les justes des premiers temps avaient eu seulement la faveur d'annoncer le Christ ; Jean Baptiste, lui, a eu la grâce de l'annoncer encore absent et de le voir enfin présent.

 

Il a vu à découvert celui que les autres ont désiré voir.

 

C'est pourquoi le signe de son baptême appartient encore à l'annonce du Christ qui vient, mais à l'extrême limite de l'attente.

 

Jusqu'à lui, il y avait eu des prédictions du premier avènement du Seigneur ; maintenant, après Jean,

cet avènement du Christ, on ne le prédit plus,

on le proclame. 

Mercredi 24 Juin 2015, NAISSANCE DE SAINT JEAN BAPTISTE, éléments pour méditation:

Du même Saint Augustin 

 

(354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord)  . Sermons sur l'évangile de Saint Jean, n°2, §5-7 (trad. Bibliothèque augustinienne, t. 71, p. 183s rev.) 

Ce texte éclaire parfaitement en notre Liturgie Syriaque le geste liturgique du "Diacre" qui représente ici Jean-Baptiste et en regardant le célébrant (Et, dès lors lle Christ "Lumière qui vient éclairer tout homme venant en ce monde") processionne autour de l'Autel (Les bras croisés: la navette d'encens et un cierge allumé en mains) pendant l'hymne De St Sévère au Verbe Incarné...

St Augustin

« Il est venu pour rendre témoignage à la Lumière »

 

Comment le Christ est-il venu ?

Il est apparu en homme.

 

Parce qu'il était homme à ce point que Dieu était caché en lui, un homme remarquable a été envoyé devant lui pour faire reconnaitre qu'il était plus qu'un homme, lui, le Christ...

 

Qui était-il, celui qui devait ainsi rendre témoignage à la Lumière ?

 

Un être remarquable, ce Jean, un homme d'un haut mérite, d'une grâce éminente, d'une grande élévation.

 

Admire-le, mais comme on admire une montagne :

-la montagne reste dans les ténèbres tant que la lumière ne vient pas l'envelopper :

 

-« Cet homme n'était pas la Lumière ».

 

Ne prends pas la montagne pour la lumière ; ne va pas te briser contre elle, bien loin d'y trouver du secours. 



Et que faut-il admirer alors ?

 

La montagne, mais comme montagne.

 

Elève-toi jusqu'à celui qui éclaire cette montagne qui est dressée pour recevoir, la première, les rayons du soleil, afin de les renvoyer à tes yeux...

 

De nos yeux, on dit aussi qu'ils sont des lumières ; et pourtant si on n'allume pas de lampe la nuit ou si le soleil ne se lève pas durant le jour, nos yeux s'ouvrent en vain.

 

Jean lui-même était ténèbres avant d'être illuminé ; il n'est devenu lumière que par cette illumination.

 

S'il n'avait pas reçu les rayons de la Lumière, il serait demeuré ténèbres comme les autres... 



Et la Lumière elle-même, où est-elle ?

 

-« la Lumière véritable qui illumine tout homme en venant dans ce monde » ?

(Jn 1,9)

 

S'il illumine tout homme, il illuminait aussi Jean, par qui il voulait être manifesté...

 

Il venait pour des intelligences infirmes, pour des cœurs blessés, pour des âmes aux yeux malades..., des gens incapables de le voir directement.

 

Il a couvert Jean de ses rayons.

 

En proclamant qu'il avait été lui-même illuminé,

Jean a fait connaître Celui qui illumine,

Celui qui éclaire, Celui qui est la source de tout don. 

Partager cet article
Repost0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Vie des Saints CATECHISME et CATECHESE Spiritualité Chrétienne
/ / /
'If you keep your body free from disease and sensual pleasure it will help you to serve what is more noble.' (St. Maximos the Confessor)

'If you keep your body free from disease and sensual pleasure it will help you to serve what is more noble.' (St. Maximos the Confessor)

Livre de Daniel 3,25.34-45.

En ces jours-là, Azarias pria le Seigneur en ces termes : 
Ne nous livrez pas pour toujours, à cause de votre nom, et ne détruisez pas votre alliance. 
Ne retirez pas de nous votre miséricorde, à cause d'Abraham votre ami, d'Isaac votre serviteur, et d'Israël votre saint, 
auxquels vous avez promis de multiplier leur postérité comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est sur le rivage de la mer
Car, Seigneur, nous sommes réduits devant toutes les nations, et nous sommes aujourd'hui humiliés par toute ta terre, à cause de nos péchés. 
Il n'y a plus en ce temps pour nous ni prince, ni chef, ni prophète, ni holocauste, ni sacrifice, ni oblation, ni encens, ni endroit pour apporter devant vous les prémices et trouver grâce. 
Mais, Seigneur, puissions-nous être reçus, le cœur contrit et l'esprit humilié, 
comme vous recevez tout holocauste de béliers et de taureaux, ou de mille agneaux gras ; qu'il en soit ainsi de notre sacrifice devant vous aujourd'hui, et de notre soumission envers vous, car il n'y a pas de confusion pour ceux qui se fient en vous. 
Maintenant, nous vous suivons de tout notre cœur, nous vous craignons et nous cherchons votre visage. 
Ne nous confondez pas, mais traitez-nous selon votre douceur, et selon l'abondance de votre miséricorde. 
Délivrez-nous par vos prodiges, et donnez, Seigneur, gloire à votre nom. 
Qu'ils soient confondus tous ceux qui maltraitent vos serviteurs, couverts de honte par la perte de toute leur puissance, et que leur force soit brisée, 
qu'ils sachent que vous êtes le Seigneur, le seul Dieu, et le glorieux souverain de toute la terre ! " 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 7,36-50.

En ce temps-là, un pharisien pria Jésus de manger avec lui. Il entra dans la maison du pharisien et se mit à table. 
Et voici qu'une femme qui, dans la ville, était pécheresse, ayant appris qu'il était à table dans la maison du Pharisien, apporta un vase d'albâtre plein de parfum ;
et se tenant par derrière, près de ses pieds, tout en pleurs, elle se mit à arroser ses pieds de ses larmes, et elle essuyait avec les cheveux de sa tête et embrassait ses pieds, et elle les oignait de parfum. 
A cette vue, le Pharisien qui l'avait invité se dit en lui-même : " S'il était prophète, il saurait qui et de quelle espèce est la femme qui le touche, que c'est une pécheresse. " 
Et prenant la parole, Jésus lui dit : " Simon, j'ai quelque chose à te dire. " Et lui : " Maître, parlez, " dit-il. 
" Un créancier avait deux débiteurs : l'un devait cinq cents deniers et l'autre cinquante. 
Comme ils n'avaient pas de quoi rendre, il fit remise à tous les deux. Lequel donc d'entre eux l'aimera davantage ? " 
Simon répondit : " Celui, je pense, auquel il a remis le plus. " Il lui dit : " Tu as bien jugé. " 
Et, se tournant vers la femme, il dit à Simon : " Vois-tu cette femme, ? Je suis entré dans ta maison, et tu n'as pas versé d'eau sur mes pieds ; mais elle, elle a arrosé mes pieds de ses larmes et les a essuyés avec ses cheveux.
Tu ne m'as point donné de baiser ; mais elle, depuis que je suis entré, elle ne cessait pas d'embrasser mes pieds. 
Tu n'as pas oint ma tête d'huile ; mais elle, elle a oint mes pieds de parfum. 
C'est pourquoi, je te le dis, ses nombreux péchés lui sont pardonnés, parce qu'elle a beaucoup aimé ; mais celui à qui l'on pardonne peu, aime peu. " 
Et à elle, il dit : " Tes péchés sont pardonnés. " 
Et les convives se mirent à se dire en eux-mêmes : " Qui est celui-ci qui même pardonne les péchés ? " 
Et il dit à la femme : " Ta foi t'a sauvée, va en paix. " 
 



Par un auteur syriaque

anonyme du 6ème siècle 
Homélies anonymes sur la pécheresse, 1, 4.5.19.26.28 (trad. F. Graffin, dans L'Orient syrien, 7, 1962, in Delhougne, Les Pères commentent, p.410-411) 

 

« Ses péchés, ses nombreux péchés sont pardonnés »

 

 

L'amour de Dieu, sorti à la recherche des pécheurs, nous est proclamé par une femme pécheresse.

Car en appelant celle-ci, c'est notre race tout entière que le Christ invitait à l'amour ; et en sa personne, ce sont tous les pécheurs qu'il attirait à son pardon.

Il parlait à elle seule ; mais il conviait à sa grâce la création tout entière... 

Qui ne serait touché par la miséricorde du Christ, lui qui, pour sauver une pécheresse, accepta l'invitation d'un pharisien ?

A cause de celle qui est affamée de pardon, il veut lui-même avoir faim de la table de Simon le pharisien, alors que, sous l'apparence d'une table de pain, il avait préparé à la pécheresse une table de repentance... 

Afin qu'il en soit ainsi pour toi, prends conscience que ton péché est grand, mais que désespérer de ton pardon, parce que ton péché te semble trop grand, c'est blasphémer contre Dieu et te faire du tort à toi-même.

Car s'il a promis de pardonner tes péchés quel que soit leur nombre, vas-tu lui dire que tu ne peux pas le croire et lui déclarer : « Mon péché est trop grand pour que tu le pardonnes. Tu ne peux pas me guérir de mes maladies »? Là, arrête-toi et crie avec le prophète : « J'ai péché contre toi, Seigneur » (2S 12,13). Aussitôt il te répondra : « Moi, j'ai passé par-dessus ta faute ; tu ne mourras pas ». A lui, la gloire par nous tous, dans les siècles. Amen.

 

« Plus nous nous connaissons misérables, et plus nous avons occasion de nous confier en Dieu, puisque nous n’avons rien de quoi nous confier en nous-mêmes. La défiance de nous-mêmes se fait par la connaissance de nos imperfections. Il est bien bon de se défier de soi-même, mais de quoi nous servirait-il de le faire, sinon pour jeter toute notre confiance en Dieu et nous attendre à sa miséricorde ?

Or, j’entends bien que ces choses qui arrivent ainsi entre nous autres ne sont pas des doutes et défiances de la miséricorde en ce qui regarde notre salut ; mais c’est une honte et certaine confusion que nous avons d’approcher de Notre-Seigneur. [...]

Il ne faut pas se confondre tristement ni avec inquiétude :

-c’est l’amour-propre qui donne ces confusions-là, parce que nous sommes marries de n’être pas parfaites, non tant pour l’amour de Dieu que pour l’amour de nous-mêmes.

Mais vous dites que vous ne sentez point cette confiance.

Quand vous ne sentez pas, il en faut faire un acte et dire à Notre-Seigneur : Encore que je n’aie aucun sentiment de confiance en vous, je sais pourtant que vous êtes mon Dieu, que je suis toute vôtre, et n’ai espérance qu’en votre bonté ; ainsi je m’abandonne toute en vos saintes mains. Il est toujours en notre pouvoir de faire de ces actes, et quoique nous y ayons de la difficulté, il n’y a pourtant pas de l’impossibilité ; et c’est en ces occasions-là, parmi les difficultés, où nous devons témoigner de la fidélité à Notre-Seigneur ; car bien que nous les fassions sans goût ni aucune satisfaction, il ne s’en faut pas mettre en peine, puisque Notre-Seigneur les aime mieux ainsi. Et ne dites pas : Je les dis vraiment, mais ce n’est que de bouche ; car si le cœur ne le voulait, la bouche n’en dirait pas un mot. Ayant fait cela demeurez en paix, et sans faire attention sur votre trouble, parlez à Notre-Seigneur d’autre chose. »

St François de SalesEntretiens spirituels, III (De la confiance et abandonnement), in "Œuvres", nrf / Gallimard, 1969.
Texte intégral en ligne à l'Abbaye Saint Benoît de Port-Valais (Suisse)

 

 

« Je te ferai porter des fruits à l’infini. » 

(Gn 17, 6) 

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

C’est avec ces mots que Dieu conclut une alliance avec Abraham, et c’est une phrase que nous devrions garder toujours dans notre cœur, en lettres d’or, font remarquer ce matin les prêtres de l'équipe de Montligeon, et combien ils ont raison !
 

 La grâce du St Esprit nous transforme 

On peut porter du fruit dans la vie strictement humaine, avoir une fécondité intellectuelle ou autre. Il s’agit alors de faire fructifier les talents que nous avons reçus. 

Dans la vie spirituelle c'est un peu différent : même si le Seigneur attend notre collaboration, c’est toujours à lui que revient l’initiative première : 

-« Hors de moi, vous ne pouvez rien faire ! » 

(St Jn 15, 5) 

Toute notre fécondité spirituelle (Qui nous dépasse d’ailleurs) est rendue possible par la grâce agissante de l'Esprit de Sainteté qui agit en nous, comme Il avait agi jadis en Marie pour former d'elle et avec elle le Chef de l'Eglise...Aujourd'hui, Il nous transforme progressivement en d'autres Christ pour, par la sainteté de notre vie, répandre autour de nous Sa Lumière, manifester la gloire de notre Chef , le "Seul Saint"..

 

 Se laisser guérir pour être fécond... 

Une seule chose nous est demandée: 

-ne pas faire obstacle à la grâce,  nous convertir afin de laisser la vie divine s’épanouir en nous, et inonder les moindres recoins de notre être. 

Alors, soyons en sûrs, nous porterons du fruit, du bon fruit, en nous, et autour de nous.

En nous unifiant en Dieu, nous collaborerons à l'unité de l'Eglise et du monde dans le beau, le vrai, le bon !

C’est ça, le vrai sens du carême : nous laisser guérir par la grâce, afin de nous laisser envahir par la fécondité divine qui rejaillit de notre âme purifiée, vivifiée par l’Esprit-Saint.

 

  Aujourd'hui, je fais un pas  de plus                                                        

 « Je te ferai porter des fruits à l’infini. »

Lorsque le Seigneur  nous visite, nous devenons meilleurs, c’est Lui qui par Sa grâce nous fait porter des fruits, et cela, avec abondance.

Là où Dieu est présent, il y n’y a pas de petitesse, de mesquinerie.

Dieu est magnanime, Dieu donne du souffle, la fécondité de Dieu n’a pas de limite !

"Seigneur et Maître de ma vie! Éloignez de moi l'esprit de paresse, D'abattement, de domination et de vaines paroles.(Prosternation) 

Mais donnez à Votre serviteur, Un esprit d'intégrité, d'humilité, de patience et d'amour. 

(Prosternation) 

Oui Seigneur Roi, Accordez-moi de voir mes propres péchés Et de ne pas juger mon frère, Car Vous êtes béni dans les siècles des siècles. Amîn." 

(Prosternation)




 

'He who drives out self-love, the mother of the passions, will with God's help easily rid himself of the rest, such as anger, irritation, rancor and so on. But he who is dominated by self-love is overpowered by the other passions, even against his will. Self-love is the passion of attachment to the body.' (St. Maximos the Confessor)

'He who drives out self-love, the mother of the passions, will with God's help easily rid himself of the rest, such as anger, irritation, rancor and so on. But he who is dominated by self-love is overpowered by the other passions, even against his will. Self-love is the passion of attachment to the body.' (St. Maximos the Confessor)

SAINT PATRICE (ou PATRICK), QUI ÊTES-VOUS ?


Apôtre de l'Irlande
(373-464)


Saint Patrice naquit probablement près de Boulogne-sur-Mer; on croit qu'il était le neveu de saint Martin de Tours, du côté maternel. Quoi qu'il en soit, ses parents l'élevèrent dans une haute piété. Il avait seize ans, quand il fut enlevé par des brigands et conduit providentiellement dans le pays dont il devait être l'apôtre. Patrice profita des cinq ou six ans de sa dure captivité pour apprendre la langue et les usages de l'Irlande, tout en gardant des troupeaux. 

Un jour qu'il vaquait à ses occupations ordinaires, un ange lui apparut sous la forme d'un jeune homme, lui ordonnant de creuser la terre, et le jeune esclave y trouva l'argent nécessaire au rachat de sa liberté. Il passa alors en France sur un navire et se rendit au monastère de Marmoutier, où il se prépara, par l'étude, la mortification et la prière, à la mission d'évangéliser l'Irlande. Quelques années plus tard, il alla, en effet, se mettre, dans ce but, à la disposition du Pape, qui l'ordonna évêque et l'envoya dans l'île que son zèle allait bientôt transformer. 
Jeudi de la Passion,St Patrick,Patrice,évêque,apôtre,Irlande
Son apostolat fut une suite de merveilles. Le roi lutte en vain contre les progrès de l'Évangile; s'il lève son épée pour fendre la tête du Saint, sa main demeure paralysée; s'il envoie des émissaires pour l'assassiner dans ses courses apostoliques, Dieu le rend invisible, et il échappe à la mort; si on présente à Patrice une coupe empoisonnée, il la brise par le signe de la Croix. 

La foi se répandait comme une flamme rapide dans ce pays, qui mérita plus tard d'être appelé l'île des saints. Patrice avait peu d'auxiliaires; il était l'âme de tout ce grand mouvement chrétien; il baptisait les convertis, guérissait les malades, prêchait sans cesse, visitait les rois pour les rendre favorables à son oeuvre, ne reculant devant aucune fatigue ni aucun péril. 

La prière était sa force; il y passait les nuits comme les jours. Dans la première partie de la nuit, il récitait cent psaumes et faisait en même temps deux cents génuflexions; dans la seconde partie de la nuit, il se plongeait dans l'eau glacée, le coeur, les yeux, les mains tournés vers le Ciel, jusqu'à ce qu'il eût fini les cinquante derniers psaumes. 

Il ne donnait au sommeil qu'un temps très court, étendu sur le rocher, avec une pierre pour oreiller, et couvert d'un cilice, pour macérer sa chair même en dormant. Est-il étonnant qu'au nom de la Sainte Trinité, il ait ressuscité trente-trois morts et fait tant d'autres prodiges? Il mourut plus que nonagénaire, malgré ses effrayantes pénitences.



Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

BONNE FETE AUX PATRICK, PATRICE, PAT, PATRICIA...

 

 

Demain nous fêterons saint Cyrille

 

===

 

 St Patrick, Enlightener of Ireland (~461)

March 17

 

"Saint Patrick, the Apostle of the Irish, was seized from his native Britain by Irish marauders when he was sixteen years old. Though the son of a deacon and grandson of a priest, it was not until his captivity that he sought out the Lord with his whole heart. In his Confession, the testament he wrote towards the end of his life, he says, 'After I came to Ireland — every day I had to tend sheep, and many times a day I prayed — the love of God and His fear came to me more and more, and my faith was strengthened.

 

 And my spirit was so moved that in a single day I would say as many as a hundred prayers, and almost as many at night, and this even when I was staying in the woods and on the mountain; and I would rise for prayer before daylight, through snow, through frost, through rain, and I felt no harm."

 

  After six years of slavery in Ireland, he was guided by God to make his escape, and afterwards struggled in the monastic life in Aesir in Gaul [now France], under the guidance of the holy Bishop Germanus. Many years later he was ordained bishop and sent to Ireland once again, about the year 432, to convert the Irish to Christ. His arduous labours bore so much fruit that within seven years, three bishops were sent from Gaul to help him shepherd his flock, 'my brethren and sons whom I have baptized in the Lord -- so many thousands of people,' he says in his Confession.

 

  His apostolic work was not accomplished without much 'weariness and painfulness,' long journeys through difficult country, and many perils; he says his very life was in danger twelve times. When he came toIreland, as its enlightener, it was a pagan country; when he ended his earthly life some thirty years later, about 461, the Faith of Christ was established in every corner." (Great Horologion)

 

  The work of St Patrick and his brethren has been called the most successful single missionary venture in the history of the Church.

 

  It is said of St Patrick that he chanted the entire Psalter every day.

 

 

Sources: Ancient Faith Radio

 

===

 

« CONFESSION »

de Saint PATRICK
 
 
 
1. Moi, Patrick le pécheur, je suis le plus rustique et le moindre de tous les fidèles, et méprisable pour un très grand nombre :
 
 
J'ai eu pour père le diacre Calpurnius, un des fils du prêtre Potitus, qui fut au village de Bannavem Taberniae. Il avait aux environs une petite ferme où je fus fait captif.
 
J'avais alors environ seize ans. J'ignorais le vrai Dieu et je fus emmené en captivité en Irlande avec tant de milliers d’hommes, selon ce que nous avions mérité, car nous nous étions éloignés de Dieu et nous n'avions pas gardé ses préceptes, et nous n'avions pas obéi à nos prêtres qui nous avertissaient de notre salut. Et le Seigneur lança sur nous la colère de son ressentiment et nous dispersa chez beaucoup de gentils, même jusqu'à l'extrémité de la terre, où maintenant on peut voir ma petitesse parmi les étrangers.
 
2. Et c’est là que Dieu ouvrit l'intelligence de mon incrédulité, pour que, bien que tard, je me rappelasse mes fautes et que je me tournasse de tout cœur vers le Seigneur mon Dieu qui jeta un regard sur mon humilité et eut pitié de la jeunesse de mon ignorance et me garda, avant que je le connusse et avant que je fusse sensé et que je distinguasse entre le bien et le mal, et me fortifia et me conseilla comme fait un père pour son fils.
 
II. 3. C'est pourquoi je ne puis taire — et il n'est pas à propos de le faire — tant de bienfaits et tant de grâces que le Seigneur a daigné m'accorder dans la terre de ma captivité, car voici ce que nous devons rendre en échange : c'est qu'après la compréhension et la connaissance de Dieu nous exaltions et confessions ses merveilles devant toute nation qui est sous tout le ciel.
 
4. Car il n'y a et il n'y a eu jamais auparavant et il n'y aura après cela pas d'autre dieu que Dieu le père non engendré, sans commencement, de qui vient tout commencement, qui tient tout comme nous l'avons dit, et son fils Jésus-Christ que nous attestons avoir existé toujours avec le Père avant l'origine des temps, spirituellement chez le Père, ineffablement engendré avant tout commencement. Et par lui ont été faites les choses visibles et les choses invisibles ; il s'est fait homme et après avoir vaincu la mort il a été reçu dans le ciel vers son Père. El il lui a donné tout pouvoir sur tout nom de choses célestes, terrestres et infernales, et que toute langue lui confesse que le Seigneur et le Dieu, c'est Jésus-Christ, en qui nous croyons. Et nous attendons son arrivée, qui se produira bientôt, comme juge des vivants et des morts, qui rendra à chacun selon ses œuvres. Et il a versé en abondance en nous le Saint-Esprit, don et gage d'immortalité qui fait que les croyants et les obéissants soient enfants de Dieu et cohéritiers du Christ, que nous confessons et adorons comme un seul Dieu dans la Trinité au nom sacré.
 
5. Car il a dit lui-même par le prophète : « Invoque-moi au jour de ta tribulation et je te délivrerai et tu me magnifieras. » Et il a dit encore : « Il est honorable de révéler et de confesser les œuvres de Dieu. »
III. 6. Cependant, quelque imparfait que je sois sur beaucoup de points, je désire faire connaître à mes frères et parents ma nature pour qu'ils puissent comprendre le vœu de mon âme.
 
7. Je n'ignore pas le témoignage de mon Seigneur, qui atteste dans le psaume : « Ta perdras ceux qui disent un mensonge. » Et il a dit encore : « La bouche qui ment tue l'âme. » Et le même Seigneur a dit dans l'Evangile : « Tout mot oiseux qu'ont dit des hommes, ils en rendront compte au jour du Jugement. »
 
8. D'où j'ai dû fortement craindre, avec frayeur et tremblement, cette parole, au jour où personne ne pourra se soustraire ou se dérober, mais où tous, nous devrons rendre compte même des plus petits péchés devant le tribunal du Seigneur Christ.
 
9. C'est pourquoi j'ai jadis pensé à écrire, mais j'ai hésité jusqu'à maintenant : j'ai craint en effet de m'exposer aux langues des hommes, parce que je n'ai pas étudié, comme d'autres qui ont été parfaitement imbus de la loi et des lettres sacrées, de la même façon de l'un et de l'autre, et qui n'ont jamais changé de langue depuis leur enfance mais l'ont toujours de plus en plus perfectionnée.
 
IV. Car notre discours et nos paroles sont traduits en une langue étrangère, et on peut facilement prouver par la saveur de ma façon d'écrire comment j'ai été élevé et instruit dans le langage, parce que, dit le Sage, « c'est par la langue que l'on découvrira le sens et la science et l'enseignement de la vérité ».
 
10. Mais à quoi sert une excuse, même véridique, surtout avec la présomption ? Puisque je désire moi-même dans ma vieillesse ce que je n'ai pas acquis dans ma jeunesse, parce que mes péchés m'empêchèrent de savoir à fond ce que j'avais lu auparavant. Mais qui peut me croire, même si je dis ce dont j'ai parlé tout d'abord ?
 
Adolescent, et même presque enfant en paroles, j'ai été fait captif avant de savoir ce que je devais chercher, désirer ou éviter. D'où, aujourd'hui, je rougis et je crains fortement de dévoiler mon incapacité, parce que, n'étant pas savant, je ne puis m'expliquer en peu de mots. Car, comme l'Esprit désire, l'affection développe les âmes et les sentiments.
 
11. Mais s'il m'avait été donné ce qui a été donné aux autres, cependant je ne garderais pas le silence à cause de ce que je dois rendre [à Dieu]. Et si, par hasard, il semble à quelques-uns que c'est là de la prétention, avec mon ignorance et ma langue embarrassée, il est pourtant écrit : « Les langues qui balbutient apprendront rapidement à parler de paix ». Nous devons d'autant plus le désirer, « nous qui sommes, dit-il, la lettre du Christ en vue du salut jusqu'à l'extrémité de la terre », même non instruite, mais réfléchie très fortement, écrite en vos cœurs, non avec de l'encre, mais avec l'Esprit du Dieu vivant.
 
V. Et l'Esprit atteste encore : « La rusticité a été créée par le Très-Haut. »
 
12. Car, moi qui étais d'abord rustique, exilé et ignorant, qui ne sais pas prévoir pour l'avenir, je sais avec certitude que, avant d'être humilié, j'étais comme une pierre qui gît dans un bourbier profond, et Celui qui est puissant est venu et dans sa miséricorde m'a pris et, en vérité, m'a élevé en haut et m'a placé au haut du mur. Et c'est pourquoi je devais crier pour rendre quelque chose au Seigneur, en échange de tant de ses bienfaits ici et dans l'éternité, dont l'esprit humain ne peut estimer la valeur.
 
13. Aussi étonnez-vous, grands et petits qui craignez Dieu et vous, maîtres de rhétorique, écoutez et examinez. Qui m'a appelé, sot que j'étais, du milieu de ceux qui semblent être sages et instruits de la loi et puissants en paroles et en toute chose ? Et c'est moi, qui suis détesté de ce monde, qu'il a inspiré plus que les autres, tel que j'étais, pourvu que, avec crainte, respect et sans plainte, je fusse fidèlement utile à la nation où l'amour du Christ m'a transporté et à laquelle il m'a donné pour ma vie, si j'en suis digne, afin que je la serve avec humilité et sincérité.
 
VI. 14. Dans la mesure de la foi à la Trinité, il faut distinguer, sans appréhender le danger, faire connaître le don de Dieu et la consolation éternelle et répandre partout le nom de Dieu, sans crainte et avec confiance, pour qu'encore après ma mort je laisse un héritage à mes frères et à mes fils, que j'ai baptisés dans le Seigneur, au nombre de tant de milliers d'hommes.
 
15. Et je n'étais pas digne, ni tel que le Seigneur accordât cela à son esclave après les malheurs et tant de misères, après ma captivité, après beaucoup d'années, et me donnât tant de grâces chez cette nation, comme jamais je n'en ai espéré ni imaginé dans ma jeunesse.
 
16. Mais, après être arrivé en Irlande, chaque jour je faisais paître des troupeaux, et fréquemment dans le jour je priais ; de plus en plus, me venait l'amour de Dieu et la crainte de Lui et ma foi s'accroissait et l'Esprit agissait, en sorte qu'en un seul jour je disais jusqu'à cent prières et presque autant la nuit, comme je demeurais dans les forêts et la montagne. Avant le soleil, je m'éveillais pour prier, par la neige, par la gelée, par la pluie, et je ne ressentais aucun mal, et il n'y avait nulle paresse en moi, comme je le vois maintenant, parce qu'alors l'Esprit bouillonnait en moi.
 
17. Et là, une nuit, dans mon sommeil, j'entendis une voix me dire : « Tu jeûnes bien, tu vas aller bientôt vers ta patrie. » Et derechef, après un peu de temps, j'entendis me répondre : « voilà que ton navire est prêt. » Et ce n'était pas auprès, mais il y avait peut-être deux cent mille pas. Et je n'avais jamais été là, et je n'y avais personne de connaissance.
 
VII. Et ensuite, je pris la fuite et je me séparai de l'homme chez qui j'avais été six ans, et j'allais, par la force de Dieu qui me dirigeait dans le bon chemin, et je n'eus aucune crainte jusqu'à ce que je parvinsse à ce navire.
 
18. Et le jour où j'y parvins, le navire avait quitté sa place et je dis que j'avais de quoi naviguer avec eux et cela déplut au pilote et il répondit violemment avec indignation : « Ne cherche pas à aller avec nous. » Et après avoir entendu cela, je me séparai d'eux pour venir à la cabane où je logeais, et en chemin, je me mis à prier, et avant d'avoir terminé mon oraison, j'entendis l'un d'eux qui criait fort après moi : « Viens vite, car les hommes t'appellent, » et aussitôt je retournai vers eux. Et ils se mirent à me dire : « Viens, car nous te recevons de bonne foi. Fais amitié avec nous comme tu voudras. » Et en ce jour, je refusai de me laisser adopter par eux, à cause de la crainte de Dieu, mais pourtant j'espérais qu'ils viendraient à la foi de Jésus-Christ parce qu'ils étaient des gentils, et pour cela je me tins avec eux et aussitôt nous partîmes.
 
VIII. 19. Et après trois jours, nous atterrîmes[1] et nous voyageâmes vingt-huit jours dans un désert et les vivres leur manquèrent et la faim s'empara d'eux. Et, un jour, le pilote se prit à me dire : « Toi, chrétien, qu'est-ce que tu dis ? Ton Dieu est grand et tout-puissant. Ne peux-tu donc prier pour nous ? Car nous sommes en danger de famine, et il est difficile que nous puissions voir quelque homme. » Or, moi je leur dis clairement : « Tournez-vous avec foi et de tout cœur vers le Seigneur mon Dieu, à qui rien n'est impossible, pour qu'il vous envoie aujourd'hui de la nourriture sur votre chemin pour vous rassasier, car partout il en a en abondance. » Et avec l'aide de Dieu, il fut fait ainsi. Voilà qu'un troupeau de porcs apparut à nos yeux sur le chemin et ils en tuèrent un grand nombre, et ils restèrent là deux nuits, et ils furent bien restaurés, et leurs chiens furent rassasiés ; (car beaucoup d'entre eux avaient lâché pied et étaient restés en route à demi morts). Et, après cela, ils rendirent de très grandes grâces à Dieu, et je fus honoré à leurs yeux,
 
XI. et à partir de ce jour ils eurent des vivres en abondance. Même ils trouvèrent du miel sauvage et m'en offrirent une partie. Et un d'entre eux dit : « Ceci est offert en sacrifice.» Dès lors, grâces à Dieu, je n'y goûtai point.[2]
 
20. Mais, la même nuit, je dormais et Satan me tenta fortement, ce que je me rappellerai tant que je serai dans ce corps. Et il tomba sur moi comme un immense rocher et je n'avais aucune force dans les membres. Mais d'où me vint-il à l'esprit d'appeler Hélie ? Et aussitôt je vis dans le ciel un soleil se lever et pendant que je criais : « Hélie, Hélie », de toutes mes forces, voici que la splendeur de ce soleil [3] tomba sur moi, et aussitôt toute lourdeur disparut de moi. Et je crois que j'ai été secouru par le Christ mon Seigneur, et que son Esprit appelait à mon aide. Et j'espère qu'il en sera ainsi au jour de ma détresse, comme il a dit dans l'Evangile : « En ce jour, atteste le Seigneur, ce n'est pas vous qui parlez, mais c'est l'Esprit de votre Père qui parle en vous. »
 
X. 21. (Et de nouveau, après de nombreuses années, je fus encore fait captif,[4] et, la première nuit que je restai avec eux, j'entendis une réponse divine me dire : « Tu seras deux mois avec eux. » Ce qui arriva. La soixantième nuit, le Seigneur me tira de leurs mains.)
 
22. Et aussi, dans le voyage, il nous pourvut de vivres, de feu et d'abri chaque jour jusqu'cà ce que nous fussions arrivés tous le dixième jour. Comme je l'ai déclaré plus haut, nous voyageâmes à travers le désert pendant vingt-huit jours. Et la nuit où nous arrivâmes vers les hommes, nous n'avions en vérité pas de vivres.
 
23. Et de nouveau, après quelques années, j'étais en Grande-Bretagne[5] avec mes parents qui me reçurent comme leur fils, et me demandèrent instamment que maintenant, après tant de tribulations que j'avais endurées, je ne les quittasse plus jamais. Et là, je vis dans une vision de la nuit un homme du nom de Victoriens,[6] venant comme de l'Irlande avec des lettres innombrables. Et il me donna une d'elles et je lus le commencement de la lettre qui était : « La voix d'Irlande », et en récitant le commencement de la lettre, je pensais au moment même entendre la voix de ceux qui étaient près de la forêt de Foclut, qui est près de la mer occidentale, et ils s'écriaient comme d'une seule bouche : « Nous te prions, saint enfant, de venir et de te promener encore parmi nous. » Et je fus touché dans mon cœur et je ne pus lire plus avant et ainsi je m'éveillai. Grâces soient rendues à Dieu de ce qu'après de nombreuses années le Seigneur leur accorda ce que demandait leur cri !
 
XI. 24. Et une autre nuit, je ne sais, mais Dieu sait si c'était en moi ou à côté de moi, en des mots très habiles que j'ai entendus et que je n'ai pu comprendre, sinon à la fin de la prière, il s'exprima ainsi : « Celui qui a donné sa vie pour toi, c'est lui-même qui parle en toi. » Et ainsi je m'éveillai plein de joie.
 
25. Et de nouveau je le vis priant en moi-même, et j'étais comme à l'intérieur de mon corps, et je l'entendis prier sur moi, c'est-à-dire sur l'homme intérieur, et il y priait fortement avec des gémissements. Et, pendant cela, j'étais stupéfait, et je m'étonnais et me demandais qui était-ce qui priait en moi, mais, à la fin de la prière, il dit comme s'il était l'Esprit, et ainsi je me réveillai et me rappelai l'apôtre disant : « L'Esprit vient en aide aux faiblesses de notre prière. Car nous ne savons pas prier comme il faut, mais l'Esprit même demande à notre place avec des gémissements inénarrables » que l'on ne peut exprimer par des paroles. Et encore : « Le Seigneur notre avocat, demande pour nous. »
 
26. Et quand je fus tenté par quelques-uns de mes anciens qui vinrent, qui opposèrent mes péchés à mon laborieux épiscopat, en ce jour, je fus fortement poussé à tomber là et pour l'éternité. Mais Dieu épargna bienveillamment le prosélyte et le pèlerin par la grâce de son nom, et me secourut beaucoup, alors qu'on me foulait aux pieds, pour que je ne tombasse pas malement dans la souillure et l'opprobre. Je prie Dieu que ce ne leur soit pas compté pour péché.
 
27. Ils trouvèrent une occasion au bout de trente ans, à propos d'une parole que j'avais avouée avant d'être diacre.
 
XII. Plein d'anxiété et l'esprit affligé, je confiai à mon meilleur ami ce que j'avais fait dans mon enfance, un jour, plutôt même une heure, parce que je n'étais pas encore en état de triompher. Je ne sais, mais Dieu sait si j'avais alors quinze ans, et je ne croyais pas au Dieu vivant depuis mon enfance, mais je restai dans la mort et l'incrédulité, jusqu'à ce que je fusse bien châtié et humilié en vérité par la faim et la nudité, et cela chaque jour.
 
28. Au contraire, je ne partis pas de moi-même pour l’Irlande avant d'être presque défaillant. Mais cela fut plutôt bon pour moi, car c'est ainsi que le Seigneur me corrigea et me rendit propre à être aujourd'hui ce que j'étais loin d'être autrefois, à prendre soin et à m'occuper du salut des autres, alors qu'à ce moment je ne pensais même pas à moi.
 
29. Donc, le jour où je reçus des reproches des gens que j'ai dits plus haut,[7] j'eus, la nuit, une vision nocturne. Il y avait un écrit déshonorant contre ma face. Et, pendant cela, j'entendis une réponse divine me disant : « Nous avons vu avec peine la face de celui qui est désigné par son nom dévoilé. » Et il ne dit pas : « Tu as vu avec peine », mais « nous avons vu avec peine » comme s'il s'était en cela joint à moi. Comme il a dit : « Celui qui vous touche, c'est comme s'il touchait la pupille de mon œil ».
 
30. Aussi je rends grâces à Celui qui me réconforta en toute chose, au point de ne pas me détourner de partir là où j'avais résolu d'aller et aussi de mon œuvre que j'avais apprise du Christ mon Seigneur, et, à partir de ce moment, je sentis en moi une vertu non petite, et ma foi était approuvée devant Dieu et les hommes.
 
XIII.31. Aussi, je dis avec audace que ma conscience ne me blâme pas ici et pour l'avenir. J'ai Dieu pour témoin, que je n'ai pas menti dans les discours que je vous ai racontés.
 
32. Mais je suis plus affligé pour mon meilleur ami que nous ayons mérité d'entendre une telle réponse. Lui, à qui j'ai confié même mon âme ! Et j'ai appris par quelques frères avant cette défense — car je n'étais pas présent, et je n'étais pas en Grande-Bretagne et l'histoire ne vient pas de moi — qu'il m'avait soutenu pendant mon absence. Même, il m'avait dit de sa bouche : « Voici que tu vas être élevé au rang d'évêque. » Je n'en étais pas digne. Mais d'où vient qu'après, devant tous, bons et mauvais, il me déshonora publiquement, alors que, auparavant, de lui-même, il avait été joyeusement bienveillant pour moi, ainsi que le Seigneur, qui est plus grand que tous.
 
33. J'en dis assez. Mais cependant je ne dois pas cacher le don de Dieu, qu'il nous a accordé sur la terre de ma captivité, parce qu'alors je l'ai beaucoup cherché, et que là je l'ai trouvé, et il m'a sauvé de toutes les iniquités. Je crois ainsi à cause de son Esprit qui habite en moi et qui a opéré en moi jusqu'à ce jour. J'ose donc encore. Mais Dieu sait que si c'était un homme qui m'eût parlé ainsi,[8] peut-être je me serais tu par amour du Christ.
 
XIX. 34. Aussi donc, je rends, sans me lasser, grâces à mon Dieu, qui m'a gardé fidèle au jour de ma tentation, en sorte qu'aujourd'hui je lui offre avec confiance en sacrifice, comme une victime vivante, mon âme, au Christ mon Seigneur qui m'a sauvé de toutes mes détresses, et que je dis : « Que suis-je, Seigneur, ou quelle est ma vocation, que tu m'as ouvert tant de puissance divine ? en sorte que, aujourd'hui, chez les gentils, j'exalte et je magnifie ton nom partout où j'aurai été ; non seulement dans le bonheur, mais aussi dans l'épreuve ; en sorte que tout ce qui m'adviendra de bien ou de mal, je dois l'accueillir également, et toujours rendre grâces à Dieu, qui m'a montré sans aucun doute de croire en lui perpétuellement, et qui m'a entendu, en sorte que moi, ignorant, dans les derniers jours, j'entreprends cette œuvre si pieuse et merveilleuse, au point d'imiter ceux auxquels le Seigneur auparavant a autrefois prédit qu'ils annonceraient son Evangile en témoignage à tous les gentils avant la fin du monde. Et donc, comme nous l'avons vu, cela a été fait. Voilà que nous sommes témoins que l'Evangile a été prêché jusqu'au pays au-delà duquel il n'y a personne.
 
XV. 35. Il serait long d'énumérer toute mon œuvre en détails ou partiellement. Je dirai brièvement comment le Dieu très saint m'a délivré de la servitude et des douze périls où mon âme a été en danger, outre beaucoup d'embûches et de choses que je ne puis exprimer en mots. Je ne ferai pas injure aux lecteurs, mais j'ai comme garant Dieu qui connaît toutes choses, même avant qu'elles soient, comme la réponse divine m'a averti, très souvent, moi quoique pauvret et ignorant enfant.
 
36. D'où me vint cette sagesse, qui n'était pas en moi qui ne savais pas le nombre des jours et ne connaissais pas Dieu ? D'où me vint ensuite ce don si grand et si salutaire de connaître Dieu et de le chérir, à condition que je quittasse patrie et parents ?
 
37. Et beaucoup de présents m'étaient offerts avec des pleurs et des larmes. Et j'offensai, contre ma volonté, quelques-uns de mes anciens, mais, Dieu me guidant, je ne consentis en aucune façon, et je ne leur donnai point mon assentiment ; ce n'est pas grâce à moi, mais c'est Dieu qui est vainqueur en moi, et qui résiste à eux tous, depuis que je suis venu chez les gentils d'Irlande prêcher l'Evangile et supporter les outrages des infidèles — comme de m'entendre reprocher mon voyage, — et de nombreuses persécutions qui allèrent jusqu'à me charger de liens, et donner ma condition libre pour le profit des autres.
 
XVI. Et si j'en étais digne, je suis prêt à donner même ma vie, sans hésiter et très volontiers pour son nom, et je souhaite de la dépenser ici jusqu'à la mort si le Seigneur me l'accordait.
 
38. Car je suis très redevable à Dieu, qui m'a donné tant de grâces, pour que beaucoup de peuples par moi renaissent en Dieu et ensuite soient confirmés et que partout des clercs soient ordonnés pour eux, pour un peuple qui est récemment venu à la foi et que le Seigneur a pris des extrémités de la terre, comme il l'avait autrefois promis par ses prophètes : « Vers toi viendront les gentils des extrémités de la terre, et ils diront : « Nos pères ont acquis de fausses idoles et il n'y a en elles aucune utilité. » Et encore : « Je t'ai établi comme une lumière chez les gentils pour que tu sois pour leur salut jusqu'à l'extrémité de la terre. »
 
39. Et c'est ici que je veux attendre la promesse de Celui qui ne trompe jamais, comme il promet dans l'Evangile : « Ils viendront de l'orient et de l'occident et du sud et du nord, et ils s'assoiront avec Abraham et Isaac et Jacob », comme nous croyons que les croyants viendront du monde entier.
 
XVII. 40. C'est pourquoi il faut pêcher bien et avec soin, comme le Seigneur avertit et enseigne en disant : « Venez derrière moi et je vous ferai devenir pêcheurs d'hommes. » Et encore il dit par les prophètes : « Voici que j'envoie beaucoup de pêcheurs et de chasseurs », dit Dieu, et cetera. Aussi, il était très nécessaire de tendre nos rets pour prendre une grande multitude et foule pour Dieu, et pour que partout il y eût des clercs qui baptisassent et exhortassent le peuple indigent et besogneux, comme le Seigneur indique dans l'Evangile et enseigne, disant : « Allez donc maintenant enseigner tous les gentils, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, leur apprenant à observer tout ce que je vous ai recommandé et voici que je suis avec vous tous les jours jusqu'à la consommation du siècle. » Et encore il dit : « Allez donc dans le monde entier prêcher l'Evangile à toute créature ; celui qui aura cru et aura été baptisé sera sauvé ; mais celui qui n'aura pas cru sera condamné. » Et encore : « Cet évangile du règne sera prêché dans le monde entier en témoignage à tous les gentils, et alors viendra la fin. » Et de même, le Seigneur, prédisant par le prophète, dit : «Et il arrivera dans les derniers jours, dit le Seigneur, je répandrai de mon Esprit sur toute chair, et vos fils et vos filles prophétiseront, et vos fils verront des visions, et vos vieillards songeront des songes, et, à la vérité, en ces jours je répandrai de mon Esprit sur mes serviteurs et sur mes servantes, et ils prophétiseront. » Et chez Osée il dit : « J'appellerai mon peuple ce qui n'était pas mon peuple, et ayant obtenu la miséricorde celui qui n'avait pas obtenu la miséricorde. Et il arrivera que dans l'endroit où l'on a dit : vous n'êtes pas mon peuple, là ils seront appelés les fils du Dieu vivant. »
 
XVIII. 41. C'est pourquoi, en Irlande, ceux qui n'ont jamais eu aucune notion de Dieu, et qui n'ont adoré jusqu'à maintenant toujours que des idoles et des choses immondes, comment sont-ils devenus récemment le peuple du Seigneur et sont-ils appelés fils de Dieu ? Les fils des Scots et les filles des rois on les voit être des moines et des vierges du Christ.
 
42. Il y avait une femme bénie, Scote de naissance, noble, très belle, grande, que j'ai baptisée, et quelques jours après, elle vint vers nous pour une cause quelconque, et nous découvrit qu'elle avait reçu une réponse par la volonté de Dieu, et qu'il l'avait avertie d'être une vierge du Christ, et d'approcher elle-même de Dieu. Grâces à Dieu, six jours après, elle saisit très bien et très avidement ce que toutes les vierges de Dieu font ; ce n'est pas avec le consentement de leurs pères, mais elles souffrent persécution et d'injustes reproches de leurs parents ; cependant leur nombre augmente davantage, et nous ne savons pas le nombre de ceux de notre race qui sont nés ici, outre les veuves et les personnes continentes. Mais ce sont celles qui sont retenues en esclavage qui souffrent le plus ; elles endurent continuellement jusqu'aux terreurs et aux menaces ; mais le Seigneur a donné sa grâce à beaucoup de mes servantes, car, quoiqu'on le leur défende, elles l'imitent cependant avec courage.
 
XIX. 43. Aussi, même si j'avais voulu les quitter et partir en Grande-Bretagne — et j'y étais volontiers préparé — vers ma patrie et mes parents, et non pas seulement cela, mais même jusqu'en Gaule visiter mes frères et voir la face des saints de mon Seigneur, Dieu sait que je désirais cela beaucoup mais ; je suis lié à l'Esprit qui m'atteste que, si je fais cela, il me désigne comme coupable et j'ai peur de perdre le labeur que j'ai commencé, et ce n'est pas moi, mais le Seigneur Christ qui m'a commandé de venir et d'être avec eux le reste de ma vie, si le Seigneur le veut et m'a gardé loin de toute voie mauvaise, pour que je ne pèche pas devant lui.
 
44. J'espère que je le devais, mais je ne me fie pas à moi tant que je serai dans ce corps mortel, parce qu'il est fort celui qui s'efforce chaque jour de me détourner de la foi et de la chasteté de la vraie religion que je me suis proposée jusqu'à la fin de ma vie, pour le Christ mon Seigneur. Mais la chair ennemie entraîne toujours vers la mort, c'est-à-dire aux séductions qui doivent se terminer en infortunes. Et je sais en partie en quoi je n'ai pas mené une vie parfaite, comme aussi les autres croyants, mais je me confesse à mon Seigneur et je ne rougis pas en sa présence parce que je ne mens pas : depuis que je l'ai connu dès ma jeunesse, l'amour de Dieu et la crainte de Lui ont crû en moi, et jusqu'à maintenant, avec l'aide de la faveur du Seigneur, j'ai gardé la foi.
 
XX. 45. Rie et insulte qui voudra ; pour moi, je ne me tairai pas et je ne cache pas les signes et les merveilles qui m'ont été indiqués par Dieu, beaucoup d'années avant qu'ils fussent, car il connaît tout, même avant les temps du monde.
 
46. Aussi devrai-je sans cesse rendre grâces à Dieu qui a toujours été indulgent pour ma sottise et ma négligence, et non en seul endroit, et ne se fâche pas violemment contre moi, qui lui ai été donné comme aide, et je n'ai pas vite acquiescé à ce qui m'avait été montré et à ce que l'Esprit me suggérait. Et le Seigneur a eu pitié de moi dans des milliers de milliers, parce qu'il a vu que j'étais prêt, mais que je ne savais en échange que faire de ma situation, parce que beaucoup de gens s'opposaient à cette mission. Même, entre eux, derrière mon dos, ils racontaient et disaient : « Celui-là, pourquoi se jette-t-il dans le danger, au milieu d'ennemis qui ne connaissent pas Dieu ? » Ce n'était pas par méchanceté, mais cela ne leur semblait pas à propos ; comme j'atteste moi-même que je l'ai compris, à cause de ma rusticité. Et je n'ai pas vite reconnu la grâce qui était alors en moi. Et maintenant il me semble à propos que j'aurais dû le faire auparavant.
 
XXI. 47. Maintenant donc, j'ai simplement découvert à mes frères et à mes compagnons de servitude qui m'ont cru, pourquoi j'ai prédit, et je prédis de fortifier et confirmer votre foi. Puissiez-vous, vous aussi, imiter de plus grandes choses et faire des choses préférables ! Ce sera ma gloire parce que « un fils sage est la gloire de son père ».
 
48. Vous savez, et Dieu aussi, comment j'ai vécu avec vous dès ma jeunesse, dans la foi, à la vérité, et dans la sincérité du cœur. Même à l'égard des gentils parmi lesquels j'habite, j'ai toujours gardé la bonne foi, et je la garderai. Dieu le sait, je n'ai circonvenu aucun d'eux et je ne pense pas qu'à cause de Dieu et de l'Eglise j'excite une persécution contre eux et nous tous, et que pour moi on blasphème le nom du Seigneur ; car il est écrit : « Malheur à l'homme à cause de qui le nom du Seigneur est blasphémé. »
 
49. Car, si je suis inhabile en toute chose, cependant j'ai tenté quelque peu de veiller sur moi, à cause des chrétiens, mes frères, et des vierges du Christ et des femmes religieuses qui me donnaient d'eux-mêmes de petits présents et jetaient sur l'autel leurs ornements, et je les leur rendais. Et ils se scandalisaient que je le fisse. Pour moi, je le faisais dans l'espoir de l'immortalité, pour me préserver avec soin en toute chose, car les infidèles pouvaient m'employer à quelque titre ainsi que le ministère de mon service, et je ne devais pas donner lieu aux incrédules de me diffamer ou de me décrier.
 
XXII. 50. Par hasard, quand j'ai baptisé tant de milliers d'hommes, ai-je attendu de quelqu'un d'entre eux même la moitié d'un scripulum[9] ? Dites-moi et je vous le rendrai. Et quand le Seigneur a ordonné quelque part des clercs par ma médiocrité et mon ministère, je leur ai donné gratuitement ; et si j'ai demandé à quelqu'un d'entre eux même le prix de ma chaussure, reprochez-le-moi et je vous rendrai davantage.
 
51. J'ai dépensé pour vous pour qu'on me reçût, et parmi vous, et partout où j'allais pour vous au milieu des dangers, même jusqu'aux parties extrêmes au-delà desquelles il n'y avait personne, et où jamais personne n'était parvenu pour baptiser, et ordonner des clercs, ou confirmer les gens ; par le don du Seigneur, j'ai tout fait très volontiers pour votre salut.
 
52. De temps en temps, je donnais des présents aux rois, outre que je donnais un salaire à leurs fils qui m'accompagnent, et néanmoins, ils me saisirent avec mes compagnons. Et ce jour-là, ils avaient très grand désir de me tuer. Mais le temps n'était pas encore venu. Et ils ravirent tout ce qu'ils trouvèrent avec nous et me chargèrent de fers. Et le quatorzième jour, le Seigneur me délivra de leur pouvoir et tout ce qui était à nous nous fut rendu à cause de Dieu, ainsi que les excellents amis dont nous nous étions pourvus auparavant.
 
XXIII. 53. Vous savez par expérience combien j'ai dépensé pour ceux qui me guidaient dans tous les pays que je visitais fréquemment ; car je pense que je ne leur distribuai pas moins que le prix de quinze hommes[10] pour que vous jouissiez de moi, et je jouirai toujours de vous pour Dieu. Je ne m'en repens pas, et ce n'est pas assez pour moi. Je dépense encore et je dépenserai en plus. Le Seigneur a le pouvoir de me donner ensuite de quoi me dépenser pour vos âmes.
 
54. Voici que j'invoque Dieu comme témoin de mon âme que je ne mens pas, et ce n'est pas pour avoir une occasion de flatterie ou d'avarice que je vous ai écrit, ni parce que j'espère de l'honneur de quelqu'un de vous. Car il me suffît de l'honneur que l'on ne voit pas encore, mais qui est confié au cœur. Fidèle est celui qui a promis ; il ne ment jamais.
 
55. Mais je vois déjà dans le siècle présent que je suis exalté outre mesure par le Seigneur, et je n'étais ni digne ni tel qu'il m'accordât cela, puisque je sais très sûrement que la pauvreté et le malheur me conviennent mieux que les richesses et les délices. Mais le Seigneur Christ a été pauvre pour nous. Pour moi, je suis misérable et malheureux ; quoique je désire des richesses, je n'en ai pas et je ne méjuge pas moi-même, car chaque jour je m'attends ou à la mort, ou à être circonvenu, ou à être réduit en servitude, ou à quelque attaque. Mais je ne crains rien de cela à cause de la promesse des cieux, parce que je me suis mis dans les mains du Dieu tout-puissant qui domine partout, comme dit le prophète : « Mets ta pensée en Dieu, et lui-même t'entretiendra. »
 
XXV. 56. Voici maintenant que je recommande mon âme à mon Dieu très fidèle, pour lequel j'accomplis une mission dans ma bassesse, seulement parce qu'il n'accepte personne et m'a choisi pour cet office, afin que je fusse un de ses moindres ministres.
 
57. Comment lui rendrai-je tout ce qu'il m'a accordé ? Que dire, que promettre à mon Seigneur ? Car je ne vois rien qu'il ne m'ait donné, mais il scrute les cœurs et les reins parce que je désire assez et trop et j'étais prêt à ce qu'il me donnât à boire son calice, comme il l'a accordé à d'autres qui l'aimaient.
 
58. Aussi puissé-je obtenir de mon Dieu de ne me séparer jamais de son peuple qu'il a acquis aux extrémités de la terre. Je prie Dieu de me donner la persévérance et de daigner me rendre témoin fidèle jusqu'à mon passage, à cause de mon Dieu.
 
59. Et si j'ai jamais imité quelque chose de bien à cause de mon Dieu que je chéris, je lui demande de m'accorder de verser mon sang avec ces prosélytes et captifs pour son nom, même si je devais manquer de sépulture ou que mon misérable cadavre fût partagé membre à membre aux chiens ou aux bêtes féroces, ou que les oiseaux du ciel le dévorassent. Je crois très sûrement que, si cela m'arrivait, j'aurais gagné mon âme avec mon corps, parce que, sans aucun doute, en ce jour-là, nous ressusciterons dans la clarté du soleil, c'est-à-dire dans la gloire du Christ, notre rédempteur, comme fils du Dieu vivant et cohéritiers du Christ, et conformes à son image future à lui-même, puisque c'est de lui, et par lui, et en lui que sont toutes choses et qu'à lui est la gloire dans les siècles des siècles. Amen. C'est en lui, en effet, que nous régnerons.
 
XXV. 60. Car ce soleil que nous voyons, sur l'ordre de Dieu, se lève chaque jour pour nous, mais il ne régnera jamais et sa splendeur ne durera pas ; et tous ceux qui l'adorent viendront malement malheureux au châtiment. Mais nous qui croyons et adorons le vrai Soleil, le Christ qui ne périra jamais, ni lui, ni celui qui a fait sa volonté, mais demeurera éternellement, de même que le Christ demeurera éternellement, lui qui règne avec Dieu le Père tout-puissant, et avec le Saint-Esprit, avant les siècles, et maintenant, et pendant tous les siècles des siècles. Amen.
 
61. Voici qu'encore et encore je vais exposer brièvement les paroles de ma confession. Je témoigne en vérité et en exaltation de cœur devant Dieu et ses saints anges que je n'ai jamais eu aucune occasion, sauf l'Evangile et ses promesses, pour revenir jamais vers cette nation d'où j'avais eu peine à m'échapper auparavant.
 
62. Mais je prie ceux qui croient et qui craignent Dieu, quiconque daignera regarder et recevoir cet écrit, que Patrick, le pécheur ignorant, a écrit en Irlande, que personne ne dise jamais que c'est par mon ignorance que j'ai fait ou montré quelque petite chose pour plaire à Dieu, mais pensez et qu'on croie vraiment que c'était un don de Dieu. Et cela est ma confession avant que je meure.
 
Notes
[1] En Grande-Bretagne, dit Muirchu, ch. 1. Bury (p. 340) fait remarquer que cette interprétation est en contradiction avec § 23 : et iterum post paucos annos in Britannis eram.
 
[2] Muirchu, entend par là qu'il s'abstint de toute espèce de nourriture, parce qu'elle avait été offerte aux idoles.
 
[3] Il semble y avoir un jeu de mot sur Hélie et Hêlios.
 
[4] Si l'on n'interprète pas le § 21 comme une parenthèse qui fait allusion à une seconde captivité de Patrick, il faut l'expliquer par le fait que, à la suite de son refus, il aurait été traité en esclave par les marins. Mais cette parenthèse est suffisamment amenée par le récit du songe, où le rocher peut signifier cette seconde captivité.
 
[5] Britannis, c'est-à-dire les cinq provinces romaines de Grande Bretagne.
 
[6] Victoriens est un ange.
 
[7] Les seniores du § 26.
 
[8] Comme Dieu lui avait parlé de son ami, § 29, 32.
 
[9] Monnaie d'argent usitée en Irlande et pesant 21 grains (14 gr. 6). Joyce, A social histovy of ancient Ireland, London, 1903, t. II, p. 381-382.
 
[10] Cet incident se place, d'après Tirechan (ch. 15), au moment où Patrick se rendait au bois de Foclut avec les fils d'Amolngaid.
 

COLORIAGES SUR SAINT PATRICK

Patrick.jpg

Le prénom Patrick est la forme celte du mot latin patricius qui signifie : noble. Il est fêté le 17 mars, il est le patron de l’Irlande et du Nigeria.

Un chrétien réduit en esclavage

Patrick (ou Patrice) naît au pays de Galles ou en Ecosse, voire en Gaule, aux alentours de 389. Son père, Calpurnius, un Anglo-Romain, est diacre et fonctionnaire, et son grand-père un prêtre chrétien. A l’âge de seize ans, Patrick est fait prisonnier par des pirates irlandais, avec une centaine d’autres jeunes gens. Il est alors réduit à l’esclavage, a la tête rasée et reçoit, pour symboliser sa nouvelle condition, une tunique en peau de mouton et une paire de sandales. Dès lors, il sert son maître, Milchu, avec loyauté. Il garde des troupeaux de porcs durant six ans, sur les pentes du mont Slemish (comté d’Antrim).

La fuite et la liberté retrouvée

Patrick ne cesse de prier afin de trouver un réconfort spirituel dans la religion. Après avoir fait deux songes prémonitoires, Patrick prépare sa fuite. Il décide de gagner la côte sud-est de l’Irlande et parcourt trois cents kilomètres à pied. Sur le rivage, un bateau est prêt à partir. Patrick réussit à convaincre les marins païens de le secourir. Après avoir retrouvé ses parents, Patrick gagne le continent.

L’évangélisateur de l’Irlande

Patrick demeure un temps en Gaule où il reçoit, avant et après un voyage en Grande-Bretagne, une formation religieuse. Il devient le disciple de Germain l’Auxerrois. Vers 432, il est nommé par le pape Célestin 1er, évêque missionnaire d’Irlande. De retour en Irlande, Patrick voyage sans cesse, évangélise les populations (notamment Milchu), crée des églises et des couvents (il encourage l’essor de la vie monastique) et favorise le développement de l’enseignement, notamment du latin. Il établit, vers 454, le siège de son ministère dans la localité d’Armagh qui devient le principal foyer du christianisme irlandais. De peur que les Irlandais oublient, lors de son absence, ses enseignements, il renonce à retourner voir ses parents en Grande-Bretagne et ses amis en Gaule.

Le patron de l’Irlande

A la fin de sa vie, Patrick rédige un texte, intitule « Ma confession avant que je meure », dans lequel il rapporte les principaux faits qui ont marqué sa vie. Cette œuvre fait preuve d’une très grande humilité ainsi qu’en témoignent ses premiers mots : « Moi, Patrick, le pécheur, le plus ignorant et le dernier des fidèles, méprisable aux yeux de beaucoup... » Patrick meurt vers 461. Sans doute peu instruit mais persévérant et soumis à la volonté divine, Patrick acquiert une immense popularité auprès des Irlandais. Pendant longtemps, ceux-ci estiment que Patrick les juge lorsqu’ils se présentent à la porte du paradis. Patrick, qui passe pour avoir débarrassé l’Irlande des serpents qui l’infestaient, est particulièrement vénéré le jour de sa fête, en Irlande ou à New York.

 Jeu-St-Patrick-01.jpgJeu-St-Patrick-02.jpgJeu-St-Patrick-03.jpgJeu-St-Patrick-04.jpgJeu-St-Patrick-05.jpg

 

  

 

 

St-Patrick-01.jpgSt Patrick 02St-Patrick-04.jpgSt-Patrick-03.jpgSt-Patrick-05.jpgSt-Patrick-06.jpgSt-Patrick-07.jpgSt-Patrick-08.jpg

 

 
Days of fasting are sacred and man lives them in holiness. During these days, the mind, heart and body must also be sacred. Fasting is a period of training during which you attempt to approach God and at the same time, sin pulls you away. Therefore, you must eliminate sin through repentance to draw close to God. (HH Pope Shenouda)

Days of fasting are sacred and man lives them in holiness. During these days, the mind, heart and body must also be sacred. Fasting is a period of training during which you attempt to approach God and at the same time, sin pulls you away. Therefore, you must eliminate sin through repentance to draw close to God. (HH Pope Shenouda)

La parole de Dieu

 
«  L’homme n'a pas encore parlé 
et déjà Dieu a tout compris, tout accordé 
il n'a pas encore demandé et déjà il a tout reçu.  »
 
La méditation
Le peuple assoiffé boit Jésus. Et surprise ! Une femme va venir à lui, malgré elle, jetée à ses pieds, au milieu, par ses accusateurs, qui ne savent pas ce qu’ils font.
Jésus se tait et son corps s’abaisse : mystère de la Parole de Dieu faite chair. Jésus s’abaisse. Son corps, dans son silence enveloppant d’Amour, se fait tout petit aux pieds de la femme, plus bas qu’elle. La seule présence de Jésus parle, cœur à cœur, âme à âme, dans la vérité nue qui rend la femme à sa liberté : « Ne crains pas, je suis le Très-Bas, plus bas que toi, pour qu’en me relevant tu te relèves toi aussi ! »
Quand je suis en adoration devant Jésus-Eucharistie, la présence du ressuscité dans ce petit morceau de pain éclaire doucement, patiemment, mes zones d’ombre. Là, silencieux, il mendie et frappe à la porte de mon cœur. Il voit mon désir et défait imperceptiblement les nœuds de mon âme. Je bois à la source d’eau vive, je reviens à la vie.
Alors Jésus se redresse et il lui dit : « Femme, où sont-ils ? Personne ne t’a condamnée ? » La femme sent comme une eau vive couler sur elle, celle d’un regard qui relève, qui la renvoie à la vie, qui la libère du regard accusateur, du mensonge, et qui la rend à elle-même. Elle se redresse, sort de son silence et proclame sa foi : « Personne, Seigneur ! » Jésus lui dit : « Moi non plus je ne te condamne pas. Va, désormais ne pèche plus ! »
Et toi, où as-tu vu Jésus s’abaisser devant toi pour te relever ?
Sœur Marie-Emmanuelle.(Source:Carême dans la Ville)
Si le message ci-dessous ne s'affiche pas correctement, suivez ce lien
 
Carême dans la Ville
 
17/03/2016
Fraternité du Bx Lataste
Fraternité du Bx Lataste 
 
• Plus bas que toi •
 
Écouter la méditation
 
Écouter le temps de prière
Envoyer à un ami
 
Imprimer
 
La parole de Dieu
 
«  L’homme n'a pas encore parlé 
et déjà Dieu a tout compris, tout accordé 
il n'a pas encore demandé et déjà il a tout reçu.  »
 
La méditation
Le peuple assoiffé boit Jésus. Et surprise ! Une femme va venir à lui, malgré elle, jetée à ses pieds, au milieu, par ses accusateurs, qui ne savent pas ce qu’ils font.
Jésus se tait et son corps s’abaisse : mystère de la Parole de Dieu faite chair. Jésus s’abaisse. Son corps, dans son silence enveloppant d’Amour, se fait tout petit aux pieds de la femme, plus bas qu’elle. La seule présence de Jésus parle, cœur à cœur, âme à âme, dans la vérité nue qui rend la femme à sa liberté : « Ne crains pas, je suis le Très-Bas, plus bas que toi, pour qu’en me relevant tu te relèves toi aussi ! »
Quand je suis en adoration devant Jésus-Eucharistie, la présence du ressuscité dans ce petit morceau de pain éclaire doucement, patiemment, mes zones d’ombre. Là, silencieux, il mendie et frappe à la porte de mon cœur. Il voit mon désir et défait imperceptiblement les nœuds de mon âme. Je bois à la source d’eau vive, je reviens à la vie.
Alors Jésus se redresse et il lui dit : « Femme, où sont-ils ? Personne ne t’a condamnée ? » La femme sent comme une eau vive couler sur elle, celle d’un regard qui relève, qui la renvoie à la vie, qui la libère du regard accusateur, du mensonge, et qui la rend à elle-même. Elle se redresse, sort de son silence et proclame sa foi : « Personne, Seigneur ! » Jésus lui dit : « Moi non plus je ne te condamne pas. Va, désormais ne pèche plus ! »
Et toi, où as-tu vu Jésus s’abaisser devant toi pour te relever ?
Sœur Marie-Emmanuelle.
Si le message ci-dessous ne s'affiche pas correctement, suivez ce lien
 
Carême dans la Ville
 
17/03/2016
Fraternité du Bx Lataste
Fraternité du Bx Lataste 
 
• Plus bas que toi •
 
Écouter la méditation
 
Écouter le temps de prière
Envoyer à un ami
 
Imprimer
 
La parole de Dieu
 
«  L’homme n'a pas encore parlé 
et déjà Dieu a tout compris, tout accordé 
il n'a pas encore demandé et déjà il a tout reçu.  »
 
La méditation
Le peuple assoiffé boit Jésus. Et surprise ! Une femme va venir à lui, malgré elle, jetée à ses pieds, au milieu, par ses accusateurs, qui ne savent pas ce qu’ils font.
Jésus se tait et son corps s’abaisse : mystère de la Parole de Dieu faite chair. Jésus s’abaisse. Son corps, dans son silence enveloppant d’Amour, se fait tout petit aux pieds de la femme, plus bas qu’elle. La seule présence de Jésus parle, cœur à cœur, âme à âme, dans la vérité nue qui rend la femme à sa liberté : « Ne crains pas, je suis le Très-Bas, plus bas que toi, pour qu’en me relevant tu te relèves toi aussi ! »
Quand je suis en adoration devant Jésus-Eucharistie, la présence du ressuscité dans ce petit morceau de pain éclaire doucement, patiemment, mes zones d’ombre. Là, silencieux, il mendie et frappe à la porte de mon cœur. Il voit mon désir et défait imperceptiblement les nœuds de mon âme. Je bois à la source d’eau vive, je reviens à la vie.
Alors Jésus se redresse et il lui dit : « Femme, où sont-ils ? Personne ne t’a condamnée ? » La femme sent comme une eau vive couler sur elle, celle d’un regard qui relève, qui la renvoie à la vie, qui la libère du regard accusateur, du mensonge, et qui la rend à elle-même. Elle se redresse, sort de son silence et proclame sa foi : « Personne, Seigneur ! » Jésus lui dit : « Moi non plus je ne te condamne pas. Va, désormais ne pèche plus ! »
Et toi, où as-tu vu Jésus s’abaisser devant toi pour te relever ?
Sœur Marie-Emmanuelle.
Jeudi 17 MARS 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

En vrac...Eléments pour votre réflexion

 

personnelle...

 

 

===

Chers amis de France et d'Afrique. Aloho m'barekh


Nous vous avions demandé des prières fraternelles pour accompagner la tournée pasoral de notre cher ami et conseiller, Mor Melethius


Il rencontrait ses diocésains travaillant en Arabie Saoudite.
Ce fut un succès.


Je vous invite aujourd'hui à vous joindre à notre action de grâces:
Avec notre clergé de France et du Cameroun, je rends grâces à Dieu pour le succès de cette tournée pastorale de Son Eminence et vous partage quelques images.


Demeurons en constante union de prières.
Votre respectueusement et fraternellement en Notre-Seigneur.
+Mor Philipose-Mariam, métropolite.

Dear friends of France and Africa. Aloho M'Barek
We asked you fraternal prayers to accompany the tour pasoral of our dear friend and advisor, Mor Melethius
He met his diocesans working in Saudi Arabia.
It was a success.


I invite you today to join our thanksgiving:
With our clergy of France and Cameroon, I thank God for the success of this pastoral visit of His Eminence and you sharing some pictures.


Remain in constant union of prayers.
Your respectfully and fraternally in Our Lord.
+ Mor Philipose Mariam, Metropolitan.

===

St Paul Monastery Red Sea

Intercessory Prayer at the tomb of St Paul the Hermit by H.G Dr Geevarghese Mar Yulios.


St Paul was the first hermit (227 AD-342 AD) He lived in the mountains of this desert in a cave near a clear spring and a palm tree, the leaves of which provided him with raiment and the fruit of which provided him with his only source of food until he was 43 years old, when a raven started bringing him half a loaf of bread daily.

He would remain in that cave for the rest of his life, almost a hundred years

Ahmedabad Indian Orthodox Diocese

 

===

His Grace Gheevarghese Mar Yulios

 

reached St. Mary's Orthodox Syrian Cathedral, Pazhanji ,Kerala,India after 10 days visit to Coptic church .

 

Dedicated an icon from Egypt to the church

(Source: 

Sobin Chacko)

 

===

 

 

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian estime qu’il y a « un risque majeur » que les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) organisent le passage de migrants vers l’île italienne de Lampedusa depuis les zones qu’ils contrôlent en Libye, dans un entretien à paraître mardi.

« Il y a aujourd’hui en Libye entre 4.000 et 5.000 combattants de Daech (acronyme arabe de l’EI, ndlr), dont beaucoup de Maghrébins et d’Egyptiens. Il n’y a quasiment pas d’Européens, mais cela pourrait venir », souligne le ministre dans le quotidien Le Figaro.

« Il existe un risque majeur que Daech organise le passage des migrants vers Lampedusa », ajoute-t-il.

Selon M. Le Drian, la meilleure arme pour empêcher l’EI de prendre le contrôle des trafics de migrants dans cette zone est l’opération militaire européenne Sophia contre les réseaux de passeurs en Méditerranée, à condition que cette opération puisse étendre sa zone d’activité.

« Il faut qu’elle puisse se déployer dans les eaux territoriales libyennes, voire sur le littoral, comme le prévoit son mandat, pour faire cesser les trafics et empêcher des milliers de migrants de se lancer en Méditerranée à partir des zones côtières tenues par Daech. (…) Le dispositif est prêt mais +Sophia+ ne peut aller dans les eaux territoriales libyennes sans une demande du gouvernement ou un accord international », a-t-il déploré.
L’opération Sophia, lancée en juin 2015 et à laquelle contribuent 22 pays de l’UE, était dans un premier temps cantonnée à des missions de surveillance des réseaux opérant depuis les côtes libyennes.

Elle est passée début octobre à une phase plus offensive, lui permettant d’arraisonner les bateaux, de les fouiller et de les saisir, mais seulement dans les eaux internationales. [...]

L’Orient-Le Jour

 

===

 

===

 

 

===

Visit of the Vice Consul of Russia to Damascus

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on MARCH 15, 2016

 

Syriac Orthodox Patriarchate – March 2016

His Holiness Patriarch Mor Ignatius Aphrem II received His Excellency Mr. Tigran Kotbashyan, the Russian Vice Consul in Damascus, at the Patriarchate in Bab Touma, Damascus.

His Holiness and His Excellency discussed the current situation in Syria as well as the recent developments that took place. His Excellency expressed the solidarity of the Russian people with the Syrian people, to help them get through the crisis.

The meeting was attended by His Eminence Armash Nalbandian, Armenian Orthodox Archbishop of Damascus, and Very Rev. Raban Joseph Bali, Patriarchal Secretary and Media Office Director.

Source:

 

===

On this day, four years ago, heaven gained one of the most beautiful souls that has ever led the Orthodox Church.

From your incredible smile that comforted our hearts to your beautiful sermons that opened our senses, it still feels like you're here with us. The Coptic Church has always looked up to you for guidance and blessings as you've always shown your love for Christ.

 

Please pray for us.
Pope Shenouda III (3.8.1923 - 17.3.2012)

 

===

 

===

 

source  LE SCAN POLITIQUE - Crée dans la foulée des attentats, le groupe de travail du PS sur la «cohésion républicaine» a formulé des propositions, dont le développement des écoles privées musulmanes. 

Le document était passé totalement inaperçu. Publié sur le site du Parti socialiste le 1er février et présenté le même jour lors du rassemblement des secrétaires de section à la Maison de la Mutualité, à Paris, «le rapport d'étape» du groupe de travail «Cohésion républicaine» ressurgit cinq semaines plus tard et suscite des réactions, notamment de la part de certains signataires, qui prétendent ne pas avoir eu connaissance de son contenu.

En cause, cette petite ligne, à la fin des cinq pages du rapport, qui fait polémique: «Il faut développer les établissements scolaires privés sous contrat» pour mieux «organiser la place de l'islam dans la République». Une proposition étonnante alors que la défense de l'école publique fait partie de l'ADN du PS.

» Le rapport d'étape du groupe de travail «Cohésion républicaine»:

Rapport "Cohésion républicaine"

Ces mêmes positions sur la laïcité se retrouvent à Beauvau. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a repris lors du conseil des ministres du 25 février des propositions du texte, notamment sur les écoles privées. 

«Le gouvernement veillera à ce que l'enseignement privé confessionnel musulman puisse se développer dans le respect des principes républicains. Des instructions seront adressées aux préfets et aux recteurs afin qu'ils fassent pleinement usage de leurs prérogatives de contrôle», avait annoncé le ministre. Le Parti socialiste, s'en était aussitôt félicité dans un communiqué.(...)

Un sujet tabou pendant la campagne électorale?

(...) «Nous devons considérer que toutes les religions sont sur le même plan», abonde-t-il, visant le développement beaucoup plus important de l'enseignement confessionnel catholique sous contrat par rapport aux autres religions.

À quelques jours des élections cantonales, les responsables PS ne souhaitent pas s'aventurer sur le sujet sensible de la laïcité. Selon nos informations, l'exécutif du PS devrait clarifier la ligne du parti lors d'un bureau national, juste après les élections. Le texte incriminé devrait être notamment à l'ordre du jour. Autre symptôme du malaise ambiant: l'examen de la proposition de loi des radicaux de gauche sur la neutralité religieuse dans les crèches privées, initialement prévu ce jeudi, a été reporté au 11 mai.


Le PRG dénonce «une trahison de la République»

(...) Les radicaux de gauche demandent à Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, de «rapidement clarifier la position du PS en matière de laïcité». «Quand nous avons lu le document, nous avons pensé que c'était une contribution d'un courant socialiste.

 Nous avons été estomaqués de lire que le PS encourageait les écoles confessionnelles et les lieux de culte», a expliqué au Scan Pascal-Eric Lalmy, secrétaire national à la laïcité au PRG.

source

 

===

 

===

 

C'est exceptionnellement à huis clos que le Conseil de l’Europe discutera le 15 mars prochain d’un projet de résolution européenne sur la gestation pour autrui, pratique qui constitue une véritable régression pour le droit et la dignité des femmes.

Ce texte, issu de l’instance garante des droits de l’homme, aura une influence sur l’ensemble des législations nationales. Pourtant, il est maintenu secret, et le restera jusqu’à la veille de son adoption définitive par l’Assemblée du Conseil de l’Europe, probablement en avril prochain. Cela contrevient aux usages élémentaires de la transparence des travaux parlementaires, ce qui est particulièrement paradoxal pour une institution qui promeut la démocratie. C’est donc dans le plus grand secret que cette Assemblée, qui représente 47 Etats européens, prétend se prononcer sur la question grave de la maternité de substitution.

 

 La Commission en charge de ce dossier a d’ailleurs refusé de recevoir et d’entendre les représentants de la société civile opposés à la GPA.  Cette procédure parlementaire est non seulement opaque, mais elle heurte aussi les règles éthiques. En effet, le rapporteur en charge de rédiger le projet de rapport et de résolution sur les " Droits de l’homme et les questions éthiques liées à la gestation pour autrui " n’est autre qu’une gynécologue, directrice d’un service de médecine reproductive qui pratique la GPA.

Quelques députés ont révélé le conflit d’intérêt du Rapporteur qui, selon le code de déontologie de l'Assemblée, indique qu’un parlementaire n’a pas le droit de faire un rapport sur un sujet en lien direct avec ses intérêts professionnels. Un vote secret " de confiance " aurait dû avoir lieu pour confirmer ou destituer le rapporteur.

A la place, c’est un vote à mains levées qui a eu lieu, imposant alors la discipline de groupe, non pas sur la question du conflit d’intérêt, mais sur celle de savoir si un vote secret devait être tenu sur l’existence du conflit d’intérêt. On apprend également, que tout en se disant opposée à la GPA commerciale, elle collabore avec l’entreprise Seed of Innocence, l’un des grandes entreprises de l’industrie de la GPA en Inde.

 

Ainsi a été contourné le règlement de l’Assemblée, la question du conflit d’intérêt restant ouverte. Ce qui est alarmant, c’est que le projet de rapport et de résolution n’entend pas interdire la GPA, mais donne des recommandations sur son encadrement légal.  

Qu’elle soit source de profit commercial, ou encore un arrangement entre personnes, cette pratique implique de graves conséquences pour les femmes et bafoue les droits les plus élémentaires de l’enfant. La GPA déshumanise la mère "porteuse" et l’enfant.

La femme est considérée comme une simple " gestatrice " de l’enfant qu’elle doit abandonner à la naissance pour le remettre au commanditaire. La GPA fait en effet de l’enfant un objet de contrat, de vente ou d’échange.

Cette pratique transforme l'enfant et le corps de la femme en marchandises achetables et louables. Plus encore, toutes les études conduites depuis plusieurs décennies sur la période prénatale montrent l’importance des liens physiologiques et affectifs créés entre la mère et l’enfant pendant la grossesse, ainsi que l’influence de la grossesse sur la mère comme sur l’enfant.

L’expérience de l’adoption montre combien la séparation d’un enfant de celle qui l’a porté est une épreuve pour lui comme pour la mère qui doit s’en séparer. Provoquer délibérément cette rupture est une grave atteinte à l’identité de la femme comme de l’enfant.

Prenant conscience de l’exploitation des femmes pauvres de leurs pays, des pays comme l’Inde, la Thaïlande ou encore le Népal sont en train de revoir leurs législations pour limiter cette pratique et l'interdire aux étrangers.

 En décembre 2015, le Parlement européen a condamné, par une forte majorité, la GPA sous toutes ses formes.  Dans cet élan, plus de cent mille citoyens européens ont déjà rejoint l’appel du collectif No Maternity Traffic (www.nomaternitytraffic.eu) qui demande solennellement au Conseil de l’Europe l’abolition universelle de la GPA.

Le Conseil de l’Europe faillirait à sa mission s’il arrivait à mettre le droit même des femmes et aussi des enfants en danger. 

Les signataires de la tribune sont membres du collectif No Maternity Traffic pour l’abolition de la gestation pour autrui. 


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/projet-resolution-europeenne-gpa-femmes-et-enfants-en-danger-2623475.html#rRfkiwPOqbhHlfC9.99

 

===

Nouvelles de la communauté de Taizé par courriel

Le Pape François a reçu frère Alois

Jeudi matin 3 mars, le Pape François a reçu en audience privée frère Alois, présent à Rome pour quelques jours. Parmi les sujets qu’ils ont évoqué, l’accueil des jeunes à Taizé, les rencontres internationales organisées par la communauté, la recherche de la communion parmi les Églises chrétiennes.

Dans le cadre de l’année jubilaire de la miséricorde, les frères de Taizé animent tout au long du Carême, jusqu’au samedi 19 mars, deux prières quotidiennes dans l’église San Giovanni Battista dei Fiorentini, située toute proche de la basilique Saint-Pierre.

Le pèlerinage à Bucarest pour la Pâque orthodoxe approche

Fin avril, frère Alois, quelques frères de Taizé et un groupe de 150 jeunes de toute l’Europe et d’ailleurs aussi feront un pèlerinage à Bucarest. Ils prendront part aux célébrations de la semaine sainte et de Pâques dans les paroisses orthodoxes de la ville. Grâce aux diverses visites et rencontres, grâce aussi à l’accueil dans les familles orthodoxes, nous espérons que le pèlerinage permettra de comprendre plus profondément la spiritualité chrétienne orientale et la liturgie. Il y aura aussi des prières et des rencontres avec des chrétiens d’autres confessions au cours des cinq jours.

Un des frères a fait récemment une visite à Bucarest pour commencer les préparatifs. Il a été très encouragé par l’accueil chaleureux de ceux qui prennent en charge l’organisation centrale et des paroisses. Il y a encore des places restantes pour le pèlerinage, qui se déroulera du mercredi 27 avril au lundi 2 mai. Si vous souhaitez y participer, écrivez-nous à buc2016@taize.fr.

Opération Espérance en Corée du Nord

Depuis 18 ans, la communauté de Taizé apporte, par l’Opération Espérance, une aide humanitaire en Corée du Nord, surtout dans le domaine médical et pour les enfants. Il y a quelques jours, quatre camions chinois ont traversé la frontière nord-coréenne pour livrer 200 tonnes de ciment pour la construction d’un lycée. Dix camions coréens qui attendaient dans la ville frontalière ont ensuite continué le chemin jusqu’à l’école 300 km plus au sud. En cette période de tension et de confrontation, militaire et diplomatique, sur la péninsule coréenne, ce geste de solidarité exprime une aspiration à la paix et à la réconciliation.

Un moment important à Taizé pour les réfugiés et bénévoles

Vendredi 11 mars, le directeur de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA), Pascal Brice, accompagné de Marie Salord, magistrate et chef de la division des affaires juridiques de l’OFPRA, sont venus de Paris rendre visite aux réfugiés accueillis à Taizé et se rendre compte sur place de l’impressionnant élan de solidarité qui s’est manifesté dans la région à l’occasion de leur accueil.

Un article de frère Alois publié dans divers médias européens

Pour les traducteurs : passage à adapter en fonction des langues !

Frère Alois a écrit une tribune sur la question des réfugiés en Europe, qui a été publiée dans une douzaine de journaux européens. Pour les journaux francophones, l’article a été publié par « La Croix » et « La libre Belgique ». La liste des journaux et le texte intégral ont été mis en ligne.

Une semaine en Moldavie : « Revenez au printemps ! »

Un frère vient de passer une semaine en Moldavie. Il écrit : « J’ai passé beaucoup de temps à Chișinău, la capitale. On peut voir encore que la ville a été construite à l’époque soviétique avec de grands boulevards vides et des immeubles monumentaux, mais c’est également l’une des villes les plus vertes du monde, pleine de grands parcs et d’avenues bordées d’arbres. On peut également sentir ces influences chez les gens : la société est très marquée par l’héritage du communisme, mais il y a aussi quelque chose de plus profond, en harmonie avec la création de Dieu, réellement vivant. La foi profonde de beaucoup de personnes en est un témoignage fort. »

La semaine sainte et Pâques à Taizé

Le programme des célébrations de la Semaine Sainte et Pâques à Taizé a été mis en ligneDimanche matin 20 mars, à l’occasion de la fête des Rameaux, les frères et les jeunes présents à Taizé se retrouveront dès 9h15 à la source Saint-Étienne, en bas de la colline, le lieu habituellement dédié à la promenade et au silence. En référence à l’entrée de Jésus à Jérusalem, tous monteront de là jusqu’à l’église de la Réconciliation, rameaux en mains, pour la célébration de l’eucharistie à 10h. Comme chaque semaine, une demi heure de silence pour la paix aura lieu à 18h30.

Informations sur les rencontres à Taizé en 2016

Tous ces prochains mois, les rencontres internationales continuent à Taizé, à leur rythme le plus intense. Pour préparer un séjour à Taizé, les pages du site ont été mises à jour récemment y compris avec des informations concernant les dates, les thèmes des rencontres et la contribution aux frais.

Texte biblique commenté : La simplicité du plus jeune et de celui qui sert

Ce passage de l’Évangile (Luc 22, 24-27) évoque un épisode de la vie de Jésus où une dispute éclate parmi les disciples. D’après saint Luc cet épisode intervient à l’un des moments les plus critiques de la vie de Jésus, durant le dernier repas qu’il prend avec ses disciples, peu avant son arrestation par les autorités et sa crucifixion. Et ils discutent pour savoir lequel d’entre eux pourrait être tenu pour le plus grand !

Agenda

  • France. Une veillée de prière et de réconciliation en lien avec la communauté de Taizé aura lieu le jeudi 17 mars à 20 heures à Paris, à l’église Saint-Eustache, avec les autres paroisses du doyenné.
  • Asie. En avril, plusieurs frères visiteront la Corée, la Malaisie, la Thaïlande, Singapour, le Myanmar, le Laos et Hong Kong. Le programme des rencontres et des prières communes est régulièrement mis à jour en ligne.

Prière

 

Saint Esprit, tu renouvelles en nous l’émerveillement face à l’amour de Dieu. Alors notre joie éclate dans le chant. Cette louange est en même temps une demande ardente : que la dignité de tous les humains soit respectée et que tous puissent chanter ta bonté.

Envoyez vos commentaires, suggestions, idées a : mailnews@taize.fr

Envoyez toute question technique a : taizelist.admin@taize.fr

 

Site Internet de Taizé : http://www.taize.fr

===

 

N'oublions-pas les évêques, prêtres et fidèles chrétiens détenus par les "islamistes" ou terroristes en tous genres ! Prions sans relâche pour que le Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

Let us not forget the bishops, priests and faithful Christians held by "Islamists" or terrorists of all kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them. Pray for their release ...

===

INVITATION(S):

 

 

 

PRIER POUR LA PAIX

Répondre à: 

jean-marie roziere

<jmr.lfsa@wanadoo.fr>

 

Bonjour à toutes et à tous. 

Vous tous êtes invités à nous rejoindre pour la rencontre de dimanche 20 mars

à 17h au n° 37 rue Tournefort

(Paris 5e, métro place Monge, RER Luxembourg).

Le sujet traité sera :

"Prier pour la paix ?"

 

Avec :

Pauline Bebe, Rabbin  de la Communauté Juive Libérale (Ile-de-France), auteur de Saisir le merveilleux dans l’instant (Le Passeur, 2015) et de A la lumière de ton visage (Actes Sud, 2014)

Antoine Peillon, journaliste (grand reporter) au quotidien La Croix, écrivain  (Essais aux éditions du Seuil etc.) et documentariste  (France 5, la Chaîne parlementaire etc.)

Younès Aberkaneprofesseur de mathématiques à l'Université de Cergy Pontoise, ancien président des Scouts musulmans de France, co-fondateur des Amitiés Judéo-musulmanes de France

Pour le groupe organisateur, trés cordialement,
 Jean-Marie Rozière.
 
+++
From: insistance@free.fr
To: beitham-france@hotmail.fr

 

 

 

Université Paris VII Denis Diderot 

Collège doctoral Paris Jérusalem 
Revue Insistance  

 
Lundi 21 mars 2016
9h00 – 13h00
Conférence ED
Halle  aux Farines - Salle 027C
(rez-de-chaussée, hall C) 
Esplanade Pierre Vidal-Naquet 
75013 Paris
A l’occasion de la parution du numéro 11 de la revue Insistance
Eduquer, Soigner, Gouverner… Faire désirer

 

 

 

9h – 11h : Les espaces intermédiaires et les maisons chaleureuses
 
Ouverture : Henri Cohen Solal et Paolo Lollo

Dominique Rividi
Henri Cohen Solal
Françoise Savelli
Bénédicte d’Eau
Nathalie Moshnyager
Joëlle Bordet

 

11h15 – 13h00 : Les trois métiers impossibles
 
Ouverture : Alain Didier Weill
 
Paolo  Lollo
Abram Coën
Patrick Landmann
Xavier Gassmann

 

 

 

 

 
+++

impot-mondial-onu_c-fam.jpg

à l'impôt mondial de l'ONU

 
===
WE Doctrine Sociale de l'Église
au Sanctuaire de Montligeon

View this email in your browser (http://us6.campaign-archive1.com/?u=d3fef8b0f2823bc152bba8eac&id=200930e621&e=056e2e80ea)

http://montligeon.org/fr/agenda/icalrepeat.detail/2016/04/23/512/-/we-doctrine-sociale-de-l-eglise?utm_source=Liste+de+diffusion&utm_campaign=200930e621-WE_Doctrine_Sociale_de_l_glise2_16_2016&utm_medium=email&utm_term=0_5df13045e4-200930e621-49845253



** Une formation pour comprendre
la vision chrétienne du travail !
------------------------------------------------------------

Nous vous donnons rendez-vous les samedi 23 et dimanche 24 avril
pour participer à la toute première formation de l'année, avec pour fil conducteur la pensée Sociale de l'Église et plus particulièrement :
"L'épanouissement spirituel au travail"

Le but de la formation est de chercher des pistes réelles
pour remettre l'homme au centre du travail,
afin qu'il puisse s'y épanouir intégralement jour après jour.
À cet effet les chapelains du Sanctuaire proposeront cinq points de réponses
au cours de cinq conférences  :


"La créativité dans le travail"
"Le travail et la dignité humaine"
"L'épanouissement personnel et communautaire au travail"
"Le mystère pascal du travail"
"La sanctification par le travail"


Informations et inscriptions en cliquant ici(http://montligeon.org/fr/agenda/icalrepeat.detail/2016/04/23/512/-/we-doctrine-sociale-de-l-eglise?utm_source=Liste+de+diffusion&utm_campaign=200930e621-WE_Doctrine_Sociale_de_l_glise2_16_2016&utm_medium=email&utm_term=0_5df13045e4-200930e621-49845253) 
Vous pouvez également nous contacter par téléphone : 02 33 85 17 00
ou par mail : receptionmf@montligeon.org (mailto:receptionmf@montligeon.org)

 

Programme des prochaines semaines au Monastère Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Miséricorde:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

 

 

 

 

*20 Mars : 

RAMEAUX (Dimanche des Hosanna) Bénédiction solennelle des rameaux  et Messe à 10h30,.Repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

 

* March 20:
PALM (Sunday Hosanna) Solemn Blessing of the Palms, Mass at 10:30 .Repas brotherly reception and loyal 13:30 to 17:30.

 

RETRAITE DE SEMAINE SAINTE des Rameaux au lundi de Pâques.

(Période popice pour les préparation au Baptêmes et receptions dans l'Eglise par Chrismation.)

RETRAITE DE SEMAINE SAINTE AU MONASTERE SYRIAQUE

Pour une guérison et une unification totale de l'homme en chemin vers le Père par le Christ Rédempteur notre Divin Médecin et dans la Grâce du St Esprit

INSCRIVEZ-VOUS !...

Inscrivez-vous pour suivre au plus près le Christ, divin Médecin de nos Esprits,de nos âmes et de nos corps pour vous laisser guérir par Lui !...

 

 

RETIREMENT OF HOLY WEEK Palm Sunday to Easter Monday.


SIGN UP! ...​ 

Sign up to follow closely the Christ, Divine Physician of our spirits, our souls and our bodies to let you heal Him! ...

 

*25 Mars:

Vendredi Saint, 15 h Office Liturgique Syriaque de la Crucifixion...

 

* March 25:
Holy Friday, 15h Syriac Liturgical Service of the Crucifixion ...

 

*26 Mars :

Samedi Saint: 21h , Bénédiction du feu nouveau et Veillée pascale  au rythme  des Services Liturgiques Syriaques, Messe de la Résurection de Notre-Seigneur.

 

* March 26:
Holy Saturday: 21h, Blessing of the New Fire and Vigil at the whim of Liturgical Services Syriacs, Mass of the Resurrection of Our Lord.

 

 

*27 Mars :

PÂQUES, Messe à 10h30,.Repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

* March 27:
EASTER Mass at 10:30 .Repas brotherly reception and loyal 13:30 to 17:30.

===

 

PÈLERINAGES 2016 (N-D DE MISÉRICORDE, LISIEUX-DOZULÉ, ARGENTEUIL, ROME...)Pèlerinages 2016 (N-D de Miséricorde, Lisieux-Dozulé, Argenteuil, Rome...)

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

 

===

LISIEUX DOZULE

 

*Lundi 28 Mars:

PELERINAGE A LA CROIX GLORIEUSE

Messe à 7h au Monastère, départ pour Lisieux.Prières à Lisieux en matinée et déjeuner sur place.

Procession et Prières à la Croix Glorieuse de Dozulé dans  l'après-midi.

Retour au Monastère vers 19h.

 

* Monday, March 28:


PILGRIMAGE TO THE GLORIOUS CROSS


Mass at 7 am at the Monastery, departure for Lisieux.Prières to Lisieux in the morning and lunch.


Procession and Prayers to the Glorious Cross of Dozulé in the afternoon.


Back at the monastery around 19h.

 

*Pèlerinage à Argenteuil:ou

LA SAINTE TUNIQUE

SERA EXPOSEE 

du 25 mars au 10 avril 2016 

*Lundi 4 Avril, Pèlerinage des Chrétiens Syro-Orthodoxes de Saint Thomas,

SOYEZ TOUS PRESENTS,

INSCRIVEZ-VOUS DES MAINTENANT !

Ostension de la Sainte tunique du Christ en la basilique Saint-Denys d'Argenteuil, le 14 avril 1984.

 

 

Pèlerinage à ROME

Marché de Trajan

*Du Dimanche 31 Juillet au lundi 8 , Pèlerinage des Chrétiens Syro-Orthodoxes de Saint Thomas à Rome

Sanctuaires visités:

*Nevers (Ste Bernadette) et Ars (Le Saint Curé)

*San Damiano et Montichiari

*Rome dans tous ses états

*Notre-Dame de la Salette

 

Offrande estimée pour participation aux frais:

1000 euros.

SOYEZ NOMBREUX,

INSCRIVEZ-VOUS DES MAINTENANT !

(Inscriptions closes le dimanche 5 Juin)

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 

 
NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
 

Pour

PARIS ET  SA REGION :

(Messes épisodiques.

RAMASSAGE DES FIDELES

pour le Weekend de Pèlerinage en Normandie à N-D de Miséricorde 

tous les samedis précédent le 1er dimanche du mois à 15h,

Place du Chatelet

Jeudi 17 MARS 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Jacqueline Aubry a été rappelée à Dieu

Il y a quelques années encore, on pouvait la croiser en train de balayer ou d’arranger un bouquet de fleurs dans l’église Saint-Gilles de l’Ile-Bouchard. C’est là que le 8 décembre 1947, Jacqueline Aubry eu la grâce avec sa sœur Jeanette, sa cousine Nicole et Laura, une voisine, de voir pour la première fois la Vierge Marie. Les apparitions vont se reproduire chaque jour durant une semaine. La « Belle Dame » selon les mots des enfants invitent les enfants à prier « pour la France qui en a grand besoin ». En effet, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, le pays est au bord de la guerre civile, les communistes prêts à prendre le pouvoir.

Un demi-siècle plus tard, le 8 décembre 2001, Mgr Vingt-Trois, alors archevêque de Tours, autorise le culte public et les pèlerinages à « Notre-Dame de la Prière », vocable sous lequel est priée ici la sainte Vierge. La prière, Jacqueline Aubry s’est attachée sa vie durant à en donner le goût chez ceux qu’elle côtoyait. Institutrice à Tours où elle est très appréciée de ses élèves, la voyante éveille chez plusieurs d’entre eux une vocation sacerdotale ou religieuse.

Retraitée, Jacqueline Aubry était revenue vivre à l’Ile-Bouchard en 1992. D’année en année, le nombre de pèlerins ne cesse de croître dans le petit village d’Indre-et-Loire. Dans l’église Saint-Gilles, ils se recueillent devant la statue représentant la Vierge Marie et l’ange Gabriel, réalisée selon les indications de Jacqueline.

Obéissante, elle acceptait volontiers de faire le récit des apparitions, « qu’elle avait le don de raconter comme si elle venait de vivre ces événements », explique-t-on dans son entourage. Pour autant, elle ne se faisait pas reconnaître… même de ceux cherchant à voir Jacqueline !

Avant que la maladie ne l’en empêche, la voyante de l’Île-Bouchard assistait quotidiennement à la messe et au chapelet en l’église Saint-Gilles. Elle y confiait les nombreuses intentions qu’on lui confiait. Depuis 1998, elle était également membre de la communauté de l’Emmanuel.

Il est possible de se recueillir auprès du corps de Jacqueline Aubry à l’Accueil Notre-Dame, sur le parvis de l’église Saint-Gilles, de 9h à 11h et de 14h à 18h15 à partir de jeudi 17 mars et jusqu’à sa sépulture.(Source:Aleteia)

Jeudi 17 MARS 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 8,51-59.

En ce temps-là, Jésus disait aux Juifs : Amen, amen, je vous le dis : si quelqu’un garde ma parole, jamais il ne verra la mort. » 
Les Juifs lui dirent : « Maintenant nous savons bien que tu as un démon. Abraham est mort, les prophètes aussi, et toi, tu dis : “Si quelqu’un garde ma parole, il ne connaîtra jamais la mort.” 
Es-tu donc plus grand que notre père Abraham ? Il est mort, et les prophètes aussi sont morts. Pour qui te prends-tu ? » 
Jésus répondit : « Si je me glorifie moi-même, ma gloire n’est rien ; c’est mon Père qui me glorifie, lui dont vous dites : “Il est notre Dieu”, 
alors que vous ne le connaissez pas. Moi, je le connais et, si je dis que je ne le connais pas, je serai comme vous, un menteur. Mais je le connais, et sa parole, je la garde. 
Abraham votre père a exulté, sachant qu’il verrait mon Jour. Il l’a vu, et il s’est réjoui. » 
Les Juifs lui dirent alors : « Toi qui n’as pas encore cinquante ans, tu as vu Abraham ! » 
Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : avant qu’Abraham fût, moi, JE SUIS. » 
Alors ils ramassèrent des pierres pour les lui jeter. Mais Jésus, en se cachant, sortit du Temple. 
 




Par Saint Ambroise

(v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l'Église 
Sur Abraham, I, 67-78 (trad. coll. Pères dans la foi, Migne 1999, p. 87) 

 

« Abraham a vu mon jour »

 

« Dieu dit à Abraham : Prends ton fils bien-aimé, cet Isaac que tu as chéri ; pars sur les hauteurs et tu me l'offriras en holocauste » (Gn 22,2).

Isaac préfigure le Christ qui va souffrir : il vient sur une ânesse..., et quand le Seigneur est venu souffrir pour nous sa Passion, il a détaché le petit de l'ânesse et s'est assis dessus... Abraham dit à ses serviteurs :

-« Nous reviendrons vers vous » ; sans qu'il le sache, c'était une prophétie...

Isaac a porté sur lui le bois, et le Christ a porté le gibet de la croix.

Abraham accompagnait son fils ; le Père accompagnait le Christ.

Il dit en effet :

-« Vous me laisserez seul, mais je ne suis pas seul ; le Père est avec moi » (Jn 16,32).

Isaac dit à son père... :

-« Voici le bois, où est l'agneau pour l'holocauste ? »

Ce sont des paroles prophétiques, mais il ne le sait pas ; le Seigneur en effet préparait un Agneau pour le sacrifice.

Abraham aussi a prophétisé en répondant :

-« Dieu pourvoira à l'agneau pour l'holocauste, mon fils »... 

« L'ange dit : ' Abraham, Abraham ! ...

N'étends pas la main sur l'enfant, ne lui fais rien ; car je sais maintenant que tu crains Dieu, toi qui n'as pas épargné ton fils bien-aimé pour moi '

(cf Rm 8,32)...

Abraham leva les yeux et regarda :

-voici qu'un bélier était pendu par les cornes dans un buisson. »

Pourquoi un bélier ?

C'est lui qui a le plus de valeur dans tout le troupeau.

Pourquoi pendu ?

Pour te faire voir que ce n'était pas une victime terrestre... Notre corne, notre force, c'est le Christ (Lc 1,69), qui est supérieur à tout homme, comme nous le lisons :

-« Tu es le plus beau des enfants des hommes » (Ps 44,3).

Seul, il a été élevé de terre et exalté, comme il nous l'enseigne par ces paroles :

-« Je ne suis pas de ce monde, moi ; je suis d'en haut »

(Jn 8,23).

Abraham l'a vu dans ce sacrifice, il a aperçu sa Passion.

C'est pourquoi le Seigneur dit de lui :

-« Abraham a vu mon jour et s'est réjoui ».

Il est apparu à Abraham, lui révélant que son corps souffrirait la Passion par laquelle il a racheté le monde.

Il indique même le genre de Passion en le montrant pendu ; ce buisson est le gibet de la croix.

Et élevé sur ce bois, le guide incomparable du troupeau a tout attiré à lui, pour se faire connaître de tous.

 

Prière à Notre-Dame , Mère du Christ-Prêtre: Ô Mère de Miséricorde,  Mère des prêtres du monde entier,  vous aimez tout particulièrement les prêtres,  parce qu’ils sont  images vivantes de votre Fils Unique. Vous avez aidé Jésus par toute votre vie terrestre,  et vous l’aidez encore dans le Ciel.  Nous vous en supplions, priez pour les prêtres !  « Priez le Père des Cieux  pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson ». Priez pour que nous ayons toujours des prêtres  qui nous donnent les Sacrements,  nous expliquent l'évangile du Christ,  et nous enseignent à devenir  de vrais enfants de Dieu ! Vierge Marie, demandez vous-même à Dieu le Père  les prêtres dont nous avons tant besoin;  et puisque votre intercession maternelle a tout pouvoir sur lui,  obtenez-nous, ô Marie,  des prêtres qui soient des saints ! AMÎN !

Prière à Notre-Dame , Mère du Christ-Prêtre: Ô Mère de Miséricorde, Mère des prêtres du monde entier, vous aimez tout particulièrement les prêtres, parce qu’ils sont images vivantes de votre Fils Unique. Vous avez aidé Jésus par toute votre vie terrestre, et vous l’aidez encore dans le Ciel. Nous vous en supplions, priez pour les prêtres ! « Priez le Père des Cieux pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson ». Priez pour que nous ayons toujours des prêtres qui nous donnent les Sacrements, nous expliquent l'évangile du Christ, et nous enseignent à devenir de vrais enfants de Dieu ! Vierge Marie, demandez vous-même à Dieu le Père les prêtres dont nous avons tant besoin; et puisque votre intercession maternelle a tout pouvoir sur lui, obtenez-nous, ô Marie, des prêtres qui soient des saints ! AMÎN !

Partager cet article
Repost0
/ / /
Fortunate, worldly people say, are those who have the greatest jobs and the largest mansions, since they possess all possibilities and live comfortably. Blessed, however, according to the divine Paul, are those who have but a nest to perch in, a little food and some coverings”. For, in this way, they’ve managed to become estranged from the vain world, using the earth as a footstool, as children of God, and their mind is constantly found close to God, their Good Father.

Fortunate, worldly people say, are those who have the greatest jobs and the largest mansions, since they possess all possibilities and live comfortably. Blessed, however, according to the divine Paul, are those who have but a nest to perch in, a little food and some coverings”. For, in this way, they’ve managed to become estranged from the vain world, using the earth as a footstool, as children of God, and their mind is constantly found close to God, their Good Father.

Livre d'Isaïe 1,16-19.

Parole du Seigneur Dieu : Lavez-vous, purifiez-vous. Otez de ma vue vos actions mauvaises. Cessez de faire le mal, 
apprenez à bien faire ; recherchez la justice, redressez l'oppresseur, faites droit à l'orphelin, défendez la veuve. 
Venez et discutons ensemble. Si vos péchés sont comme l'écarlate, ils deviendront blancs comme la neige ! s'ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine. 
Si vous obéissez de bon cœur, vous mangerez les biens de votre pays. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 9,1-38.

En ce temps-là, Jésus vit, en passant, un homme aveugle depuis sa naissance. 
"Maître, lui demandèrent ses disciples, est-ce que cet homme a péché, ou ses parents, pour qu'il soit né aveugle ?" 
Jésus répondit : "Ni lui, ni ses parents n'ont péché, mais c'est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. 
Il faut, tandis qu'il est jour, que je fasse les œuvres de celui qui m'a envoyé ; la nuit vient, où personne ne peut travailler. 
Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde." 
Ayant ainsi parlé, il cracha à terre, fit de la boue avec sa salive, puis il l'étendit sur les yeux de l'aveugle, et lui dit : 
"Va, lave-toi dans la piscine de Siloé (mot qui se traduit : Envoyé)." Il partit, se lava, et s'en retourna, voyant clair.
Les voisins, et ceux qui l'avaient vu auparavant demander l'aumône, disaient : "N'est-ce pas là celui qui était assis et mendiait ?" 
Les uns répondaient : "C'est lui" ; d'autres : "Non, mais il lui ressemble." Mais lui disait : "C'est moi." 
Ils lui dirent donc : "Comment tes yeux ont-ils été ouverts ?" 
Il répondit : "Un homme, celui qu'on appelle Jésus, a fait de la boue, il l'a étendue sur mes yeux, et m'a dit : Va à la piscine de Siloé et lave-toi. J'y ai été, et, m'étant lavé, j'ai recouvré la vue." 
"Où est cet homme ?" lui dirent-ils. Il répondit : "Je ne sais pas." 
Ils menèrent aux Pharisiens celui qui avait été aveugle. 
Or, c'était un jour de sabbat que Jésus avait ainsi fait de la boue et ouvert les yeux de l'aveugle. 
A leur tour, les Pharisiens lui demandèrent comment il avait recouvré la vue, et il leur dit : "Il m'a mis sur les yeux de la boue, je me suis lavé, et je vois." 
Sur cela quelques-uns des Pharisiens disaient : "Cet homme n'est pas envoyé de Dieu, puisqu'il n'observe pas le sabbat." D'autres disaient : "Comment un pécheur peut-il faire de tels prodiges ?" Et la division était entre eux. 
Ils dirent donc de nouveau à l'aveugle : "Et toi, que dis-tu de lui, de ce qu'il t'a ouvert les yeux ?" Il répondit : "C'est un prophète." 
Les Juifs ne voulurent donc pas croire que cet homme eut été aveugle et qu'il eût recouvré la vue, jusqu'à ce qu'ils eussent fait venir les parents de celui qui avait recouvré la vue. 
Ils leur demandèrent : "Est-ce là votre fils, que vous dites être né aveugle ? Comment donc voit-il maintenant ?" 
Les parents répondirent : " Nous savons que c'est bien là notre fils, et qu'il est né aveugle ; 
Mais comment il voit maintenant, nous l'ignorons, et qui lui a ouvert les yeux, nous ne le savons pas. Interrogez-le lui-même ; il a de l'âge, lui-même parlera de ce qui le concerne." 
Ses parents parlèrent ainsi, parce qu'ils craignaient les Juifs. Car déjà les Juifs étaient convenus que quiconque reconnaîtrait Jésus pour le Christ serait exclu de la synagogue. 
C'est pourquoi ses parents dirent " Il a de l'âge, interrogez-le." 
Les Pharisiens firent venir une seconde fois l'homme qui avait été aveugle, et lui dirent : "Rends gloire à Dieu. Nous savons que cet homme est un pécheur." 
Celui-ci répondit : " S'il est un pécheur, je l'ignore ; je sais seulement que j'étais aveugle, et qu'à présent je vois." 
Ils lui dirent : "Qu'est-ce qu'il t'a fait ? Comment t'a-t-il ouvert les yeux ?" 
Il leur répondit : "Je vous l'ai déjà dit et vous ne l'avez pas écouté : pourquoi voulez-vous l'entendre encore ? Est-ce que vous aussi vous voulez devenir ses disciples ?" 
Ils le chargèrent alors d'injures, et dirent : "C'est toi qui es son disciple ; nous, nous sommes les disciples de Moïse. 
Nous savons que Dieu a parlé à Moïse ; mais celui-ci nous ne savons d'où il est." 
Cet homme répondit : "Il est étonnant que vous ne sachiez d'où il est, et cependant il m'a ouvert les yeux. 
Nous savons que Dieu n'exauce point les pécheurs ; mais si quelqu'un l'honore et fait sa volonté, c'est celui-là qu'il exauce. 
Jamais on n'a ouï dire que quelqu'un ait ouvert les yeux d'un aveugle-né. 
Si cet homme n'était pas de Dieu, il ne pourrait rien faire." 
Ils lui répondirent : "Tu es né tout entier dans le péché, et tu nous fais la leçon ?" Et ils le chassèrent. 
Jésus apprit qu'ils l'avaient ainsi chassé, et l'ayant rencontré, il lui dit : 
"Crois-tu au Fils de l'homme ?" Il répondit : "Qui est-il, Seigneur, afin que je croie en lui ?" 
Jésus lui dit : "Tu l'as vu ; et celui qui te parle, c'est lui-même." 
"Je crois, Seigneur" dit-il, et se jetant à ses pieds, il l'adora. 
 




Par Saint Augustin

(354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église 
Traité sur St Jean (Catena Aurea) 

 

« Ni lui, ni ses parents n'ont péché »

 

 

Est-ce donc qu'il était né sans la faute originelle ou qu'il n'y avait ajouté par la suite aucune faute volontaire ?

Non, sans doute, ses parents aussi bien que lui étaient coupables, mais ce n'est pas à cause du péché qu'ils avaient commis que cet homme était né aveugle.

Nôtre-Seigneur en donne la véritable cause, lorsqu'il ajoute :

-« C'est afin, dit-il, que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. » 

En disant :

« Les œuvres de celui qui m'a envoyé, »

il renvoie toute la gloire à celui de qui il vient, car le Père a un Fils qui vient de lui, et il n'a pas lui-même de Père de qui il vienne. Mais si nous prenons soin de travailler pendant cette vie, c'est vraiment le jour, c'est le Christ.

Aussi Nôtre-Seigneur ajoute-t-il :

« Tant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. »

Il est donc lui-même le jour ; ce jour qui se mesure sur la révolution du soleil compte un petit nombre d'heures, mais le jour de la présence de Jésus-Christ s'étend jusqu'à la consommation des siècles, comme il le déclare lui-même :

« Voici que je suis avec vous jusqu'à la consommation des siècles. » 

Cet aveugle, en effet, c'est le genre humain tout entier qui a été frappé de cécité par le péché du premier homme, dont nous tirons tous notre origine ; il est donc aveugle de naissance.

Le Seigneur laisse tomber à terre un peu de salive, et la mélangeant avec la poussière du chemin, il en fait de la boue, parce que le Verbe s'est fait chair, et il étend cette boue sur les yeux de l'aveugle.

Lorsque ses yeux étaient ainsi couverts, il ne voyait pas encore, parce que le Seigneur ne fit de lui qu'un catéchumène, lorsqu'il lui couvrit ainsi les yeux.

Il l'envoie à la piscine de Siloë, car c'est en Jésus-Christ qu'il a été baptisé, et c'est alors que le Sauveur lui donna l'usage de la vue.

L'Evangéliste nous donne la signification du nom de cette piscine, qui veut dire envoyé, et, en effet, si le Fils de Dieu n'avait été envoyé sur la terre, personne d'entre nous n'eût été délivré de son iniquité. 
 


 

« Mes enfants, il faut distinguer une pauvreté extérieure, qui est l'effet du hasard, et une pauvreté intérieure, qui est l'essence de la vraie pauvreté.

La pauvreté extérieure n'est pas le fait de tout le monde, et tous les hommes ne sont pas appelés à être pauvres extérieurement.

Mais à la pauvreté essentielle nous sommes tous appelés ainsi que tous ceux qui veulent être les amis de Dieu.

Elle consiste en ce que Dieu doit, seul, posséder notre fond, et que nous ne devons être possédés par aucune autre chose, et nous devons posséder toutes choses comme Dieu veut que nous les possédions, c'est-à-dire dans la pauvreté spirituelle selon la parole de saint Paul :

« Comme ceux qui n'ont rien et possèdent toutes choses » (1).

Et voici ce qu'il faut entendre par là. Tout ce qui nous est cher, fortune, ou amis, ou corps ou âme, plaisir ou profit, doit être aimé de telle façon que, dans le cas où Dieu aurait sur nous quelque autre dessein, nous abandonnions volontiers ces biens à sa sainte volonté, pour son amour et pour sa gloire, exactement comme il veut que nous les laissions.

Telle doit être notre entière bonne volonté.

Si notre faible nature y répugne, peu importe, pourvu que notre volonté délibérée soit prête à ce sacrifice.

Mes enfants, voilà la pauvreté véritable et essentielle à laquelle se doivent tous les hommes vertueux et que Dieu exige d'eux, afin qu'ils aient un vouloir foncier libre, vide et élevé, que rien ne captive, ni jouissance, ni affection, constamment prêt à tout abandonner, si Dieu le voulait ainsi. »

1. 2 Co 6, 10.

Jean Tauler (v.1360-1361), extrait du Sermon pour le premier vendredi de Carêmein "Sermons" (8, 5), Éditions du Cerf, Sagesses Chrétiennes, Paris, 1991.

desert_oiseau_1a.jpg

Hardship and distress, whether of our own choosing or providential, destroy sensual pleasure.' (St. Thalassios the Libyan)

« Moi, je ne peux rien faire de moi-même ; je rends mon jugement d’après ce que j’entends et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas à faire ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé. » 

(St Jn 5, 30)


 Comment accomplir la volonté de Dieu ? 

Ces paroles du Christ que vous lisez ci-dessus nous montrent la profonde humilité du Rédempteur de l'homme et Son unanimité, Sa soumission dans l'Amour et l'amour de nos âmes à la volonté bienveillante du Père pour Son humaine créature... 

En disciples de Jésus, mieux, en frères et soeurs de Jésus, mieux encore, en membres de Son "Corps Mystique l'Eglise", posons-nous ce matin cette question : cherchons-nous à faire la volonté du Père ?

Jésus ne fait  parce qu’il connaît Sa bonté et Son amour et qu’il l’aime infiniment en retour. Cette volonté est même une nourriture pour l’âme : 

« Ma nourriture, c’est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé. » 

(Jn 4, 34) 

 

 Ce qu'il y a de meilleur pour moi ! 

Dans les décisions que j’ai à prendre, petites ou grandes, je devrais prendre le temps de chercher si elles réalisent la volonté bienveillante du du Père sur moi et, à travers moi, sur le "bien commun", si elles m'aident dans ma véritable réalisation personnelle, mon épanouissement et l'expansion du Rouyaume d'Amour de Vérité, de Justice et de Paix?... Ca ne devrait jamais être envisagé comme comme une contrainte, puisque sa réalisation sera toujoujours ce qu’il y a de meilleur pour moi, puisqu'en l'accomplissant je serai dans ma vocation et que je concourerai à l'épanouissement harmonieux de celle de mes frères humains.

  Aujourd'hui, je fais un pas                                                          

Je m’arrête un instant avant de prendre une décision pour demander au Seigneur si cela Lui plaît, si c'est bien Sa volonté , "Esprit de saesse et d'intelligence, Esprit de Sainteté, éclairez-moi ! Fortifiez-moi !" et ensuite, je décide et agis avec confiance en m'abandonnant à la volonté d'un Père qui saura mieux que mon "GPS" recalculer mon itinéraire pour rectifier ma route...

 

UN PAS DE PLUS

aujourd'hui, alors que nous commémorons les Quarante Martyrs de Sébaste

40 Martyrs Sébaste

prions pour ceux qui dans le monde témoinent du Christ Sauveur au prix de leurs vies!

Prions pour que leurs exemples nous stimule à être fidèles.

 

"Take your weak point and make it the subject of your prayers and strivings during this fast" ( Pope Shenouda )

"Take your weak point and make it the subject of your prayers and strivings during this fast" ( Pope Shenouda )

Dieu est un Amour sans limites,

un Amour qui s’exprime non seulement dans les hommes, mais dans le monde total, dans le monde des animaux, des plantes, des fleurs, des minéraux, les étoiles, les galaxies…

Je crois qu’il y a là un aspect que nous oublions bien vite et que nous oublions de manière d’autant plus étrange que les orthodoxes parlent très souvent, précisément, de leur piété cosmique ; ils parlent de l’univers, de la terre – mais quelle est la place de cette piété cosmique dans leur vie personnelle, dans leur spiritualité personnelle ? 

Si nous voulons comprendre quelle pourrait être une telle piété, je vous engage à lire attentivement le psaume 103 (104), en particulier les trente premiers versets de ce psaume.

Voyez d’ailleurs comment en général les livres de l’Ancien Testament nous font participer à tout l’acte créateur.

Dans ce psaume 103, c’est le monde entier des animaux, depuis les poissons jusqu’au quadrupède, jusqu’au loup, qui entre en jeu.

Ils nous sont représentés comme étant l’objet d’une sollicitude divine. Nous retrouvons d’ailleurs ceci dans l’Évangile ; il n’arrive rien à un oiseau, à un pinson, qui ne soit permis par Dieu

(cf. Mt 6,26 ; Lc 12,24).

La bonté de Dieu s’étend à chacune de ses créatures. 

 

 

Eh bien, est-ce qu’il n’est jamais arrivé à tous ces orthodoxes qui parlent si volontiers de leur piété envers la terre et de leur conscience cosmique, est-ce qu’il ne leur est jamais arrivé, par exemple, de prendre dans leur main une pierre, de prendre dans leur main une fleur, et d’être capable, pendant une heure, d’en faire un objet de méditation et d’union avec Dieu ?

De quelle manière ?

Il y aurait d’abord un procédé très simple que connaissent bien tous ceux qui pratiquent la prière de Jésus.

On peut essayer de prononcer le nom de Jésus non seulement sur les hommes, mais aussi sur les animaux, les chiens familiers, sur les animaux sauvages, les tigres et les lions, et aussi prononcer le nom de Jésus sur les pierres, sur les fleurs, sur les fruits, sur la neige, sur la pluie, sur le soleil, sur la lune.

Nous trouvons tout cela dans l’Ancien Testament, et surtout dans ce psaume 103, et rappelez-vous aussi le cantique des trois enfants dans la fournaise appelant le vent, la pluie à bénir le Seigneur (cf. Dn 3,51-90). » 

 

(Père Lev Gillet, dans "Un moine de l’Eglise d’orien"t)

"Wherefore, forsaking the vanity of many, and their false doctrines, let us return to the word which has been handed down to us from 'Jude 3' the beginning; watching unto prayer, '1 Peter 4:7' and persevering in fasting; beseeching in our supplications the all-seeing God not to lead us into temptation, 'Matthew 6:13; Matthew 26:41' as the Lord has said: The spirit truly is willing, but the flesh is weak. 'Matthew 26:41; Mark 14:38 (Epistle to the Philippians, 7)'" (St. Polycarp, Bishop of Smyrna.)

"Wherefore, forsaking the vanity of many, and their false doctrines, let us return to the word which has been handed down to us from 'Jude 3' the beginning; watching unto prayer, '1 Peter 4:7' and persevering in fasting; beseeching in our supplications the all-seeing God not to lead us into temptation, 'Matthew 6:13; Matthew 26:41' as the Lord has said: The spirit truly is willing, but the flesh is weak. 'Matthew 26:41; Mark 14:38 (Epistle to the Philippians, 7)'" (St. Polycarp, Bishop of Smyrna.)

Quararante Martyrs de Sébaste, qui êtes-vous ?

40 Martyrs Sébaste

Lorsque le cruel Licinius (308-323), qui avait été associé à l'empire par Saint Constantin, jeta le masque de la dissimulation et rompit avec lui, il publia des édits contre les Chrétiens et envoya dans toutes ses provinces des magistrats chargés d'exécuter ses ordres, en mettant à mort dans de terribles supplices ceux d'entre eux qui ne voulaient pas se soumettre. Le gouverneur désigné pour la Cappadoce et la Petite Arménie, Agricolaos, était l'un des plus zélés exécutants des édits de persécution et il avait convoqué dans la ville de Sébaste où il résidait, la douzième légion impériale, dite fulminante, dirigée par le duc Lysias.

Quarante soldats de cette légion, hommes jeunes, braves et appréciés pour leurs services, refusèrent alors de sacrifier aux idoles de l'Empire et se déclarèrent Chrétiens. Originaires de différentes contrées, mais unis comme un seul homme nouveau par la Foi et la charité, ils se présentèrent un à un devant le gouverneur, comme des athlètes qui se font inscrire au jour du combat, et déclinèrent leur véritable identité, en disant: « Je suis Chrétien! » Agricolaos essaya d'abord de les gagner par la douceur, en vantant leurs actions d'éclat et en leur promettant avantages et faveurs de la part de l'empereur s'ils se soumettaient à son ordre. Les Saints lui répondirent par la voix de l'un d'entre eux: « Si nous avons vaillamment combattu, comme tu le dis, pour l'empereur de la terre, avec combien plus d'ardeur nous faut-il maintenant engager le combat par amour pour le Souverain de l'Univers. Car il n'y a pour nous qu'une vie : la mort pour le Christ. » Jetés en prison dans l'attente d'une nouvelle comparution, les valeureux combattants de la piété tombèrent à genoux, en priant le Seigneur de les garder dans la Vraie Foi et de les fortifier dans le combat. Comme ils passaient la nuit en chantant des Psaumes, le Christ leur apparut et leur dit : « Vous avez bien commencé, mais la couronne ne sera accordée qu'à celui qui persévérera jusqu'au bout! »

Le lendemain matin, le gouverneur les fit comparaître de nouveau et recommença ses flatteries, mais l'un des Saints Martyrs, Candide, dénonça ouvertement sa douceur hypocrite, déclenchant ainsi la colère du tyran. Toutefois, ne pouvant rien contre eux tant que leur général, le duc Lysias, ne les avait pas jugés, Agricolaos les fit remettre en prison. Au bout de sept jours, Lysias étant arrivé à Sébaste, on les conduisit devant lui. En chemin, Quirion encourageait ses compagnons en leur disant : « Nous avons trois ennemis : le diable, Lysias et le gouverneur. Que peuvent-ils contre nous qui sommes quarante soldats de Jésus-Christ? » Quand il les vit si fermes et si résolus, Lysias ordonna aux autres soldats de leur briser les dents à coups de pierres. Mais dès que ces derniers se précipitèrent, ils furent aveuglés par une puissance divine et, dans la confusion, ils se frappaient les uns les autres. Lysias, pris de colère, saisit alors une pierre et voulut la lancer sur les Saints, mais celle-ci alla frapper le gouverneur en le blessant grièvement. On les remit en prison pour la nuit, en attendant de prendre une décision sur le genre de supplice qu'il fallait leur appliquer.

40 Martyrs Sébaste
Rassemblant les ressources de son imagination perverse, le gouverneur ordonna de les dépouiller de leurs vêtements et de les laisser nus sur le lac gelé, qui se trouvait à peu de distance de la ville, afin qu'ils périssent dans d'horribles souffrances causées par le froid. Pour compléter le supplice il imagina de présenter sous leurs yeux, comme ultime tentation, le remède à leurs peines, et fit préparer sur le bord du lac un bain d'eau chaude, afin que celui qui abandonnerait le combat, vaincu par la rigueur du froid, y trouvât de quoi se soulager.

Dès qu'ils entendirent la sentence, les Saints rivalisèrent à qui se dépouillerait le premier de ses vêtements, disant : « En déposant ces vêtements, rejetons aussi le vieil homme! Puisque par la tromperie du Serpent, nous avons revêtu jadis les tuniques de peau, dépouillons-nous aujourd'hui pour obtenir le Paradis que nous avons perdu! Que rendre au Seigneur pour ce qu'Il a souffert pour notre salut? Les soldats l'ont autrefois mis à nu, dépouillons-nous maintenant de nos vêtements pour que tout l'ordre militaire obtienne le pardon! Le froid est rigoureux, mais le Paradis est doux! Prenons donc patience pour un court instant, afin d'être réchauffés dans le sein d'Abraham. Achetons la joie éternelle au prix d'une courte nuit de tourments! Puisque de toute manière ce corps corruptible doit mourir, acceptons maintenant de mourir volontairement afin de vivre éternellement! Reçois, Seigneur, cet holocauste que le froid et non le feu va consumer! » C'est en s'encourageant ainsi mutuellement que les quarante Saints s'avancèrent comme un seul homme sur la glace, sans autre lien que leur propre volonté, et pendant toute la nuit ils endurèrent la morsure cruelle du vent, particulièrement glacial en cette région, en priant le Seigneur pour que, comme ils étaient entrés quarante dans le combat, ils en sortent quarante victorieux, sans qu'il en manquât un seul à ce nombre sacré, symbole de plénitude. Comme la nuit avançait et que leurs corps commençaient à se durcir et leur sang à ralentir sa circulation en leur provoquant une insupportable souffrance au coeur, l'un d'entre eux, vaincu par la douleur, quitta le lac et se précipita vers le bain surchauffé. Mais la différence soudaine de température le fit mourir presque aussitôt, privé de la couronne de la victoire. Les trente-neuf autres, navrés de la perte de leur compagnon, redoublèrent leur prière, et soudain une grande clarté vint percer le ciel et s'arrêta au-dessus du lac en réchauffant les Saints Martyrs, et des Anges descendirent pour poser sur leurs têtes trente-neuf couronnes resplendissantes. Devant cette merveille, un des gardes, nommé Aglaïos, qui se réchauffait près du bain, eut soudain la conscience illuminée par la Foi. Constatant qu'une quarantième couronne restait suspendue en l'air, semblant attendre que quelqu'un vienne compléter le nombre des élus, il réveilla ses compagnons d'armes, leur jeta ses vêtements et il s'avança avec empressement sur la glace pour rejoindre les Martyrs, criant que lui aussi était Chrétien.

40 Martyrs Sébaste
Lorsque, le lendemain matin, Agricolaos apprit l'événement, il ordonna de tirer les Saints hors du lac et de les achever en leur rompant les jambes, puis d'aller jeter leurs corps au feu afin qu'il ne restât aucune trace de leur glorieux combat. Comme on les traînait vers l'ultime supplice, les glorieux Martyrs chantaient : « Nous avons passé par le feu et par l'eau, mais Tu nous en as tirés, Seigneur, pour nous procurer le rafraîchissement! » (Ps. 65:12). Après avoir exécuté leur besogne, les bourreaux chargèrent les corps des Saints sur un chariot pour les conduire au bûcher. Ils s'aperçurent alors que le plus jeune d'entre eux, Méliton, était encore vivant et le laissèrent, dans l'espoir de le convaincre finalement à renier sa Foi. Mais sa mère, qui avait assisté au spectacle, vint prendre son enfant dans ses bras et le déposa elle-même sur le chariot avec les autres corps, en lui disant : « Ne reste pas privé de la couronne, ô mon cher fils, rejoins tes compagnons pour jouir de cette lumière éternelle qui dissipera mon affliction. » Et, sans répandre une larme, elle accompagna le chariot jusqu'au bûcher, le visage rempli de joie.

Suivant les ordres du gouverneur, les soldats dispersèrent les cendres des Martyrs et jetèrent leurs ossements dans le fleuve; mais, au bout de trois jours, les Saints apparurent en vision à l'Evêque de Sébaste, Pierre, et lui indiquèrent l'endroit du fleuve où ils étaient retenus pour être vénérés par les fidèles. Par la suite les Reliques des Quarante Martyrs furent distribuées dans de nombreux lieux, et leur culte se répandit, principalement grâce à la famille de Saint Basile, qui leur portait une grande dévotion1.

La nuit qui précéda leur Martyre, les Saints dictèrent leurs dernières volontés, sous forme d'exhortation, à un jeune esclave, Eunoïcus, qui fut témoin de leurs combats et put échapper aux persécuteurs. Il transmit cet admirable texte à la postérité et prit soin, par la suite, du sanctuaire où étaient déposées leurs Reliques. C'est dans ce Testament qu'on peut trouver les noms des Quarante Martyrs : Acace, Aétius, Alexandre, Angias, Athanase, Candide (ou Claude), Cyrille, Dométien, Domnus, Ecdikios, Elie, Eunoïque, Eutychius, Flavius, Gaius, Gorgonius et un autre du même nom, Hélien, Héraclius, Hésychius, Jean, Khoudion, (Léonce), Lysimaque, Mélèce, Méliton, Nicolas, Philoktimon, Priscus, Quirion, Sacerdon, Sévérien, Sisinius, Smaragde, Théodule, Théophile, Valens, Valère, Vivien, Xanthias. L'un d'entre eux ayant fait défaut, Aglaïos, le soldat, vint le remplacer pour compléter leur nombre sacré2.

1. Sainte Emmelie, la mère de St Basile, fit bâtir la première église consacrée aux Quarante Martyrs et leur dédia son monastère qui était dirigée par Ste Macrine
 ( 19 juillet). St Basile et son frère St Grégoire de Nysse prononcèrent quant à eux d'immortels discours en leur honneur.
2. Cette liste varie légèrement selon les rédactions de la Passion.

 

===

The Holy Forty Martyrs of Sebastia

09th March:

‘Let us die that we may live’

Commemorating 40 Martyrs of Sebaste!
The liturgical calendar of the Indian Orthodox Church (Mother Church of our Frencophone Church) commemorates the forty martyrs of Sebaste today (March 09).


St George, St Demetrius, St Sergius and St Bacchus, and the forty martyrs of Sebaste have one thing in common. They all were soldiers in their secular profession and martyrs to death in Christ. Being enrolled in the military, they all could have had a glorious career; but nothing stopped them from choosing Christ over the worldly lures and achievements.
These holy martyrs suffered at Sebaste, in the Lesser Armenia, under the Emperor Licinius, in AD 320. Seven years before, in AD 313 Emperor Constantine had issued an edict of religious tolerance. However Licinius, Constantine’s co-ruler, was a pagan and while not approving of the inclination that Constantine had for Christianity, he unleashes persecution against Christians in his part of the Empire.
Fearing mutiny, Licinius decides to remove Christians from his army and orders that all soldiers would need to offer the allegiance to the idols. A group of young men, forty in number, all belonging to different countries but enrolled in the same troop called the ‘Thundering Legion’, defied emperor’s orders and boldly stated to their troop general that they were Christians.
These forty soldiers were then brought before the judge who first tried to smooth talk them with bribes and monetary promises. The soldiers stood resolute in their faith. The judge then ordered the soldiers undergo tortures which included whipping, tortured with iron hooks, chained and be thrown to jail. The pains from the tortures couldn’t deter the soldiers’ faith.
They were again brought for re-examination before the judge and this time again they refused the judge’s call to renounce their faith. The judge then ordered a slow and severe death sentence for them- to be exposed naked upon a frozen pond near Sebaste, on a bitterly cold night, so that they might renounce their faith or freeze to death. The soldiers exhorted each other to persevere through the trials. ‘Let us die that we may live’ was the call they gave to each other (as noted by St Basil in his homily on the forty martyrs).
In order to tempt the soldiers, a warm bath was constructed nearby so that whoever renounces the faith can warm himself in the bath. Unfortunately, one of the soldiers wavered and ran to the bath. The guard who was appointed to watch over the soldiers freezing to death in the lake saw angelic/divine light over the thirty nine soldiers. The guard professed himself to be a Christian and jumped into the lake with the other thirty nine soldier (the number ‘forty’ still remained complete!).
Some soldiers had died in the freezing lake and some were still showing signs of life in the morning. One of them was a young man, whose mother watching all their trials and she exhorted him to endure till the end. Those who still alive were then crushed with hammers, burned and their charred remains were thrown in river so that Christians would not gather them up.
How beautifully does St Basil give befitting tribute to these forty martyrs in his homily:
“O holy chorus! O hallowed battalion! O unbroken fighting order!..Good companions in times of anxiety, helpers in prayer, most powerful ambassadors, stars if the world, flowers of the churches. The earth does not hide you, instead the heaven accepts you. The gates of paradise have opened for you. The sight is worthy of the army of angels, worthy of patriarchs, prophets, the just- men in the very flower of youth, despising life, loving the Lord above parents, above children…They looked down on the temporary life in order to glorify God with limbs”
While we read the story of these forty martyrs, we feel horrible on the pains that they had to undergo. But at the same time, we find an example (in these holy forty martyrs) to imitate the perseverance, that we might partake worthily in the joyful feast of the Resurrection of our Lord despite the falls we endure in this Lenten journey. Ofcourse, our little lenten struggles are nothing in compared to trials that these martyrs faced but reading about their martyrdom and resorting in their intercession, would indeed give us the courage to face the trials that we face in our lives.
May the prayers and intercessions of these martyrs be a fortress for us!


Feast Day: March 09

The Forty Holy Martyrs of Sebastia were martyred in approximately 320 AD. They were Christians from various towns and cities of Lesser Armenia who served as soldiers in the royal regiment of Sebastia.
Upon the decree of Roman Emperor Likianos, Lucias, Duke of Caesarea, organized interrogations to identify Christian soldiers among the regiment. Forty of the soldiers remained steadfast in their faith, defying the judges by their brave answers, and were imprisoned. One cold winter night the soldiers were thrown into a lake near Sebastia, to freeze to death.
One of the 40 soldiers, unable to endure the torments, came out of the water to find salvation in a bathhouse built on the bank. The lone soldier died, deprived of both earthly and heavenly life.
At dawn, halos are seen encircling the heads of the remaining soldiers. One of the guards charged with the execution of the 40, witnessing the holy phenomenon, accepted Jesus Christ as his savior and threw himself into the lake to be martyred along with the others. In the morning, it became apparent that through a divine miracle, the 40 soldiers have been saved from freezing. This infuriated their captors and subsequently executed all them. Thus they finished the good course of martyrdom, and their names are: Acacius, Aetius, Aglaius, Alexander, Angus, Athanasius, Candidus, Chudion, Claudius, Cyril, Cyrion, Dometian, Domnus, Ecdicius, Elias, Eunoicus, Eutyches, Eutychius, Flavius, Gaius, Gorgonius, Helianus, Herachus, Hesychius, John, Lysimachus, Meliton, Nicholas, Philoctemon, Priscus, Sacerdon, Severian, Sisinius, Smaragdus, Theodulus, Theophilus, VaIens, Valerius, Vivianus, and Xanthias.
The martyrs' remains are buried in Sebastia, where subsequently a 40-domed Cathedral was built. The Cathedral of Sebastia stood for nearly 1,000 years, until the invasion of Tamerlane and the Mongols at the end of the 14th century. However, the "Forty Martyrs Cathedral" name has survived to this day.

"Turn Yourself to me, and have mercy on me, For I am desolate and afflicted. The troubles of my heart have enlarged." Psalm 25:16-17

"Turn Yourself to me, and have mercy on me, For I am desolate and afflicted. The troubles of my heart have enlarged." Psalm 25:16-17

La parole de Dieu
 
«  Il aurait bien voulu se remplir 
avec ce que mangeaient les porcs.  »
Évangile selon saint Luc, chapitre 15, verset 16
 
La méditation
Rappelons-nous qu’une parabole est une invitation à changer notre regard. Dieu serait-il injuste ? En fait, la justice de Dieu dépasse les mesures. En particulier, elle dépasse nos propres mesures. Une parabole ne parle pas d'abord de morale, alors n’y cherchons pas nécessairement un bon ou un mauvais. Une parabole ne parle pas d’une société idéale, alors ne la réduisons pas à ce que nous devrions faire ou non. Une parabole nous parle de Dieu et de la venue de son Royaume, lequel dépasse toutes nos pensées. Car Dieu est le Tout-Autre.
Cela justifie-t-il pour autant l’attitude du père, qui est l’image de Dieu, vis-à-vis de ses deux fils ? Aucun besoin de repentir pour le cadet ! Aucune récompense pour l’aîné, qui a toujours travaillé ! Encore une fois : où est la justice du père ? Le Père voit l’homme dans son néant. Le fils cadet termine sa carrière chez les porcs, l'animal impur. Il se trouve en terre païenne, forcément loin de la Terre promise, loin du bonheur promis, en dehors de la présence de Dieu. Descendant plus bas encore, au-dessous de l'animal impur, « il aurait bien voulu se remplir avec ce que mangeaient les porcs. » Mais, même cela, il ne l'obtient pas. Loin de Dieu, affamé, le voilà face à son néant. N’est-ce pas là le vrai problème pour le père ?
Aussi profond que soit le gouffre du fils cadet, son souvenir de la vie avec le père continue de l'appeler et de creuser en lui l'unique désir de vivre. Non pas survivre, mais vivre. Là où nous sommes, le Père nous voit et met en nous le désir d'une « vie en abondance »*. Quels mots, quelles paroles diraient aujourd'hui ma faim de vivre ?
* Évangile selon saint Jean, chapitre 10, verset 10.(Source: Carême dans la Ville)
Entre Vos mains, je remets mon esprit, Seigneur. Abritez-moi sous les "ailes" de Votre protection, de peur que je ne m'endorme dans la mort, et relèvez-moi, afin que je glorifie Votre Saint Nom. Amîn

Entre Vos mains, je remets mon esprit, Seigneur. Abritez-moi sous les "ailes" de Votre protection, de peur que je ne m'endorme dans la mort, et relèvez-moi, afin que je glorifie Votre Saint Nom. Amîn

LE COIN DU CATECHISME ET...DE LA TRANSMISSION FAMILIALE...

 

 
Théobule
 
09/03/2016   
les enfants connectés à parole de Dieu
   
  Vivre la miséricorde - La femme infidèle  
   
Cette semaine, Théobule écoute Jésus enseigner au temple.
L'enseignement de Jésus va devenir encore plus fort quand les pharisiens lui amènent une femme qui devrait être condamnée selon la loi.
   
  Suivre Théobule  
   

Avec Théobule, venez découvrir :
Bonne nouvelle Bonne Nouvelle
"La femme infidèle"
les vidéos
     
A toi la parole À toi la Parole
"Victor et la femme infidèle"
les vidéos
     
La question de Théobule La question de Théobule
"Faut-il dénoncer ceux qui font des bêtises"
les vidéos
     
Les jeux Les jeux
"Découvre une cinquième oeuvre de miséricorde et fais ta peinture pour dessiner avec les doigts"
Le puzzle et le coloriage de la semaine
les jeux
     
Chaque semaine, les enfants retrouvent Théobule pour une nouvelle balade instructive et ludique.


Disponible sur AppStore
Théobule   L'équipe de Théobule et les frères Dominicains de la province de France.


Théobule, Couvent des Dominicains, 7 avenue Salomon 59000 Lille
theobule@retraitedanslaville.org
"If you happen to fall into temptation, do not let the guilt of sin be an obstacle to prayer. If you cease praying till you repent, you will never repent, for prayer is the door to genuine repentance." (Pope Abba Kyrillos (Cyril) VI.)

"If you happen to fall into temptation, do not let the guilt of sin be an obstacle to prayer. If you cease praying till you repent, you will never repent, for prayer is the door to genuine repentance." (Pope Abba Kyrillos (Cyril) VI.)

En vrac...Eléments pour votre réflexion personnelle...

 

 

===

Chers amis. Aloho m'barekh

Demain, notre bon ami et conseiller fraternel Mor Melethius part pour Bahreïn afin de mener une réunion des "congrégations" en Arabie Saoudite.

Vous savez combien toutes démarches sont délicatesne sont délicates pour les Chrétiens dans cette partie du monde.

Par conséquent, il demande que nos prêtres, moines et fidèles de France et du Cameroun, l'accompagnons de nos prières en cette démarche.

Merci pour lui, pour l'unanimité des Chrétientés Syriaques du Kerala, d'Europe, d'Afrique et de nos "diasporas", je vous remercie de vous unir à nous dans la prière et l'amour en Christ.

Votre respectueusement en Notre-Seigneur.

+Mor Philipose-Mariam,métropolite de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone

Dear friends. Aloho M'Barekh

Tomorrow, our good friend and brotherly advisor Mor Melethius  go to Bahrain to conduct a meeting of the "congregations" in Saudi Arabia.

You know how all steps are délicatesne, are difficult for Christians in this part of the world.

Therefore, it requests that our priests, monks and faithful of France and Cameroon, accompany him with our prayers in this process.

Thank you for him, for the unanimity of Mar Thoma's Christendom Syriacs  in Kerala, Europe, Africa and our "diasporas", thank you to join us in prayer and love in Christ.

Your respectfully in our Lord.

+ Philipose Mor-Mariam, Metropolitan of the Church Syro-Orthodox Francophone

 

===

LORSQU'EN ALLEMAGNE LES

 

SUPERMARCHES EXPLIQUENT LE

 

CARÊME ET PÂQUES ...

 

 

Aldi est en Allemagne un des leaders du secteur de la grande distribution. Ils ont décidé cette année pour Pâques de raconter à leurs clients la signification de cette fête chrétienne. Dans un petit magazine intitulé « La fête de Pâques expliquée simplement », ils décrivent le déroulement des célébrations pascales du jeudi saint au lundi de Pâques et pourquoi cette fête « est pour les chrétiens encore plus importante que Noël ». Ce sont nos confrères du magazine Pro qui ont repéré cette opération.

Le magazine est conçu également pour les enfants. Les 16 pages montrent avec de belles images les différentes manières et traditions de célébrer la Résurrection du Christ : on peut ainsi apercevoir différents pays et cultures qui tous à leur manière célèbrent cet événement. La marque du supermarché n’est en fait identifiable qu’au dos du magazine, sur la quatrième de couverture : l’opération ne semble ainsi pas répondre à des impératifs simplement commerciaux. Le supermarché a également mis en place une action sur son site internet avec une rubrique qui explique et raconte le sens des célébrations pascales.

On peut ainsi lire dans le magazine : « À Pâques, les chrétiens partout dans le monde fêtent la Résurrection de Jésus Christ, le fils de Dieu ». Le magazine explique ensuite ce qui relie cette fête avec le Carême et les « 40 jours sans » : « Les chrétiens méditent pendant ce temps de jeûne sur la vie du Christ, ses souffrances et sa mort ». Et il s’agit d‘abord, précisent-ils, « de se concentrer grâce à ces renoncements de manière plus intense sur la foi en Dieu ».

La méconnaissance de la Bible et du christianisme est souvent pointée du doigt par les Allemands. Angela Merkel avait également encouragé récemment ses concitoyens à se replonger dans la Bible. L’initiative de ce grand distributeur allemand sera ainsi très certainement bien accueillie par la population. Peut-être cela pourrait-il donner des idées à nos supermarchés français ? On se souvient que l’oubli de toute mention chrétienne à propos de la présentation de l’Épiphanie avait fait réagir,comme en témoignait un article de La Croix. Ce serait ainsi l’occasion pour Monoprix de se rattraper.(Source Aleteia)

 

 

===

 

===

Des milliers de musulmans se

 

convertissent en Syrie après avoir été

 

témoins de la puissance de Dieu

 

image-syrie-mc3

 

 

Pour l’Union Européenne, « le conflit en Syrie a déclenché la plus grande crise humanitaire depuis la deuxième guerre mondiale ».  Son rapport, datant de février 2016, fait état de 13,5 millions de syriens nécessitant une aide humanitaire à l’intérieur du pays, 4,5 millions en zones assiégées ou difficiles d’accès, 6,5 millions de personnes déplacées.

« Viols et autres violences sexuelles, disparitions forcées, déplacements sous la contrainte, recrutement d’enfants-soldats, exécutions sommaires et bombardements ciblant délibérément des civils, sont devenus monnaie courante. […] L’ampleur des besoins humanitaires est écrasante. »

374 millions d’euros ont déjà été attribués à la crise en Syrie par l’Union Européenne en 2015. Un financement d’un milliard est prévu pour la période 2015-2016.

Les principales routes d’acheminement sont prises pour cibles. Les organisations humanitaires sont donc, au mieux réduites, au pire suspendues, en raison de l’insécurité accrue.

En larmes, une mère nourrit son bébé de 7 mois. Dans son biberon, un yaourt dilué dans de l’eau. C’est tout ce qu’elle peut lui donner. Une histoire trop courante en Syrie.

Dans ce contexte tragique, on assiste à un nombre sans précédent de personnes se tournant vers Jésus.

Christian Aid Mission nous fait parvenir quelques témoignages.

Une mère se rend à l’église pour prier : « Seigneur, je sais que tu ne nous as jamais laissé tomber. Nous avons besoin de nourriture. » En repartant, sur son chemin, elle trouve de l’argent. De quoi acheter du pain. Elle rentre joyeusement chez elle, avec de quoi nourrir sa famille. Ses voisines sont interloquées. Elles lui demandent d’où vient cet argent : « C’est Dieu qui me l’a donné « . Elle témoigne ensuite de sa foi et prie avec ses voisines.

Une autre mère est à l’église. Elle s’est convertie il y a 2 semaines. On lui a dit qu’ici, on priait le Dieu vivant. A côté d’elle, sa fille de 2 ans, paralysée. Elle prie puis regarde sa fille. La petite sourit. La petite bouge ses mains. La petite marche. Jésus l’a guérie !

Un couple sans travail, avec 7 enfants, tient ferme dans sa foi et persévère dans le témoignage alors même que leur famille, musulmane intégriste, cherche à les lapider.

Un père a un fils atteint d’une grave maladie de peau. Il a entendu parler d’un lieu, dans sa ville, où l’on prie pour les malades. Il s’y rend. Le lendemain, à son réveil, il est guéri. Toute la famille se convertit.

M C

Crédit photo : Evgeni Zotov

Source : Gospel Herald

===

ഭീകര പ്രവർത്തനത്തിന് എതിരെ ലോക മനസാക്ഷി ഉണരണം എന്ന് മലങ്കര ഓർത്തഡോൿസ്‌ സുറിയാനി സഭയുടെ തലവനും ,കിഴക്കിന്റെ കാതോലിക്കയുമായ പരി .ബസേലിയോസ് മാർത്തോമ പൗലോസ്‌ ദ്വുതിയാൻ കാതോലിക്ക ബാവ ...ആധുര ശിശ്രൂഷ രംഗത്തും ,സാധുജന സംരക്ഷണത്തിനും ജീവിതം സമർപ്പിച്ചു ലോക ആദരവു നേടിയ മദർ തരേസയുടെ സന്യാസിനി സമൂഹമായ മിഷൻ ഓഫ് ചാരിറ്റിയിലെ സന്യാസിനികളെയും അന്തെ വാസികളെയും യെമനിൽ ഭികര വാദികൾ കൊലപെടിത്തിയ സംഭവത്തിലും ,മലയാളി വൈദീകനെ തട്ടിക്കൊണ്ടു പോയതിലും പരി .ബാവ അഗതമായ ദുഃഖം രേഖപെടുതുകയും സംഭവത്തെ അപലപിക്കുകയും ചെയിതു ...ഇത്തരം പ്രവർത്തനങ്ങൾ ക്ക് നേരെ ലോക മനസാക്ഷി ഉണരണം എന്നും പരി .ബാവ ആഹ്വാനം ചെയ്തു

 

 

===

Two modern Syriac Icons Mor Barsaumo, the chief of the Mourners +457 AD

Mor Barsaumo was born in 380 AD in the village of Autan near Samosata (in Syriac: Shmeeshat) on the Euphrates.

He was praying and fasting very much, thus he was rightly called “Bar Saumo”, which means “son of fasting”. Under his robe he wore a dress made of metal; in the winter his body was tortured by the cold, in summer, he was burning with heat. In prayer, he collected his thoughts and sighed from the bottom of his heart. Once, when he was praying, fire came down to him like a flash and became like a tongue, entering his mouth. The prayer he performed was from dawn to dusk in a bowed position. He wept during his prayer until the earth beneath his feet was muddy. He performed many miracles: he drove out demons from people, and blessed the fruit of their fields and vineyards. Whoever mentioned his name was released from suffering and cured of any illness.

Mor Barsaumo saw in a vision that he would be taken ill and suffer severe pain. After he told this vision to his disciples, he became ill. He blessed one of his disciples, and sent him to Persia and Armenia to preach the faith there. When the passing of the saint approached, an angel of the Lord came to him and brought him the news: "After four days Christ will bring you to him. Give your last instructions!" Then he brought his monks together, and spoke four days and four nights without a break with them and blessed them each individually. During the night of February 1, 458 the saint lay down and glorified Christ. At that hour, a pillar of fire was seen, which came upon the head of the saint. Before the saint passed away, the earth trembled several times and was saddened by his decease. He was buried on the 3rd of February, in 458, in Syria.

Even after his decease, he performed many miracles. There are miracle reports from the 12th century, which he has performed through the relic of his right hand in his monastery in Malatya. The ruins of his monastery between Samosata and Malatya, in the 12th century became the residence of Patriarch Michael the Great (who served from 1166-1199), bearing his name until today: Borsum kalesi.
The Church celebrates the celebration of this great saint the 3rd of February.

Drs. Gewargis Acis (Drs Gewargis AcisSyriac Aramaic studies  )

Sources:
AYDIN, Numan, Heiligenfeste (syrisch), Bebra 1993 (Handschrift), 1-12
BAR HEBRÄUS, Gregorius, Chronicon Ecclesiasticum I, Lovanii 1872 (syrisch und lateinisch), 161-163, 179-182
BROCK, Sebastian P. / Witakowski, Witold, Die verborgene Perle III, Rom 2001, 39
DOLAPÖNÜ, Philoxenos Hanna, Heiligenfeste (syrisch), Bebra 1993 (Handschrift), 6-14
MICHAEL I. der Syrer (der Große), Patriarch von Antiochien (+1199), Chronik (syrisch), Schweden 2006, 224, 290-292
SCHMUYEL, Qaschischo (Schüler des heiligen Barsaumo), Vita des heiligen Barsaumo Haupt der Anachoreten (syrisch), 5. Jh. verfasst

 

===

N'oublions-pas les évêques, prêtres et fidèles chrétiens détenus par les "islamistes" ou terroristes en tous genres ! Prions sans relâche pour que le Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

Let us not forget the bishops, priests and faithful Christians held by "Islamists" or terrorists of all kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them. Pray for their release ...

 

===

INVITATION(S):

 

+++

De: Theatre Aquarium <rp.theatredelaquarium@gmail.com>

 
Samedi 12 mars :
 
- 17h Kawaa de l'association Grandir Ensemble.
 
- 19h Sacré Sucré Salé spectacle théâtral de Stéphanie Schwartzbrod

Aujourd’hui, c’est fête. Tour à tour juive, musulmane ou catholique, elle coupe, touille, pétrit et cuisine en direct, tout en racontant Esther et Mahomet, la Mer Rouge et l’Eucharistie, Roch Hachana et le Ramadan... Parce que chaque plat renvoie à une histoire, chaque ingrédient à un symbole, parce que manger donne à penser, parce que les repas sont faits pour être partagés, et parce qu’il y a trop de points communs entre les trois monothéismes (à commencer par la sensualité !) pour les opposer. Une heure de jubilation culinaire et spirituelle... À table, spectateurs !

- 20h30 Discussion "Comment parler de religion aujourd'hui ?"
avec Radia Bakkouch, présidente de l'association Coexister ;
Marine Quenin, déléguée générale de l'association Enquête ;
Et Marc Lebret, président de l'association Carrefour des mondes et des cultures
 
 
Accès : La Cartoucherie, route du Champ de Manœuvre 75012 Paris http://www.theatredelaquarium.net/acces 01 43 74 72 74
===
Aux prêtres et ceux qui veulent prier avec et pour eux "Un seul coeur, une seule âme tendus vers Dieu"
 
Cher Père,
Vous êtes invité à vous joindre à la réunion sacerdotale de prière
prévue le lundi 14 mars 2016 à l'heure de la Divine Miséricorde  (15H) 
à la Congrégation du Saint Esprit  
Oratoire du Père Libermann (au 1er étage)
 
Mercredi 9 MARS 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Programme des prochaines semaines au Monastère Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Miséricorde:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

 

 

 

 

*20 Mars : 

RAMEAUX (Dimanche des Hosanna) Bénédiction solennelle des rameaux  et Messe à 10h30,.Repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

 

* March 20:
PALM (Sunday Hosanna) Solemn Blessing of the Palms, Mass at 10:30 .Repas brotherly reception and loyal 13:30 to 17:30.

 

RETRAITE DE SEMAINE SAINTE des Rameaux au lundi de Pâques.

(Période popice pour les préparation au Baptêmes et receptions dans l'Eglise par Chrismation.)

RETRAITE DE SEMAINE SAINTE AU MONASTERE SYRIAQUE

Pour une guérison et une unification totale de l'homme en chemin vers le Père par le Christ Rédempteur notre Divin Médecin et dans la Grâce du St Esprit

INSCRIVEZ-VOUS !...

Inscrivez-vous pour suivre au plus près le Christ, divin Médecin de nos Esprits,de nos âmes et de nos corps pour vous laisser guérir par Lui !...

 

 

RETIREMENT OF HOLY WEEK Palm Sunday to Easter Monday.


SIGN UP! ...​ 

Sign up to follow closely the Christ, Divine Physician of our spirits, our souls and our bodies to let you heal Him! ...

 

*25 Mars:

Vendredi Saint, 15 h Office Liturgique Syriaque de la Crucifixion...

 

* March 25:
Holy Friday, 15h Syriac Liturgical Service of the Crucifixion ...

 

*26 Mars :

Samedi Saint: 21h , Bénédiction du feu nouveau et Veillée pascale  au rythme  des Services Liturgiques Syriaques, Messe de la Résurection de Notre-Seigneur.

 

* March 26:
Holy Saturday: 21h, Blessing of the New Fire and Vigil at the whim of Liturgical Services Syriacs, Mass of the Resurrection of Our Lord.

 

 

*27 Mars :

PÂQUES, Messe à 10h30,.Repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

* March 27:
EASTER Mass at 10:30 .Repas brotherly reception and loyal 13:30 to 17:30.

 

*Lundi 28 Mars:

PELERINAGE A LA CROIX GLORIEUSE

Messe à 7h au Monastère, départ pour Lisieux.Prières à Lisieux en matinée et déjeuner sur place.

Procession et Prières à la Croix Glorieuse de Dozulé dans  l'après-midi.

Retour au Monastère vers 19h.

 

* Monday, March 28:


PILGRIMAGE TO THE GLORIOUS CROSS


Mass at 7 am at the Monastery, departure for Lisieux.Prières to Lisieux in the morning and lunch.


Procession and Prayers to the Glorious Cross of Dozulé in the afternoon.


Back at the monastery around 19h.

 

*Pèlerinage à Argenteuil:ou

LA SAINTE TUNIQUE

SERA EXPOSEE 

du 25 mars au 10 avril 2016 

*Lundi 4 Avril, Pèlerinage des Chrétiens Syro-Orthodoxes de Saint Thomas,

SOYEZ TOUS PRESENTS,

INSCRIVEZ-VOUS DES MAINTENANT !

Ostension de la Sainte tunique du Christ en la basilique Saint-Denys d'Argenteuil, le 14 avril 1984.

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 

 
NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
 

Pour

PARIS ET  SA REGION :

(Messes épisodiques.

RAMASSAGE DES FIDELES

pour le Weekend de Pèlerinage en Normandie à N-D de Miséricorde 

tous les samedis précédent le 1er dimanche du mois à 15h,

Place du Chatelet

"Seigneur Jésus-Christ, Fils du Dieu vivant qui, sur la Croix, les bras étendus, avez bu, pour la rédemption de tous les hommes, le calice d'inénarrables douleurs, daignez aujourd'hui me porter secours. Moi, pauvre, je viens à Vous qui êtes riche ; misérable, je me présente à Vous, Miséricordieux. Ah ! faites que je ne Vous quitte pas, vide et déçu. Affamé, je viens à Vous ; ne permettez pas que je parte à jeun. Famélique, j'approche de Vous ; ah ! que je ne m'en retourne pas sans avoir été rassasié ! Et si je soupire avant de manger, accordez-moi ensuite la grâce d'être nourri". (St Augustin)

"Seigneur Jésus-Christ, Fils du Dieu vivant qui, sur la Croix, les bras étendus, avez bu, pour la rédemption de tous les hommes, le calice d'inénarrables douleurs, daignez aujourd'hui me porter secours. Moi, pauvre, je viens à Vous qui êtes riche ; misérable, je me présente à Vous, Miséricordieux. Ah ! faites que je ne Vous quitte pas, vide et déçu. Affamé, je viens à Vous ; ne permettez pas que je parte à jeun. Famélique, j'approche de Vous ; ah ! que je ne m'en retourne pas sans avoir été rassasié ! Et si je soupire avant de manger, accordez-moi ensuite la grâce d'être nourri". (St Augustin)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 5,17-30.

En ce temps-là, après avoir guéri le paralysé un jour de sabbat, Jésus déclara aux Juifs : « Mon Père est toujours à l’œuvre, et moi aussi, je suis à l’œuvre. »
C’est pourquoi, de plus en plus, les Juifs cherchaient à le tuer, car non seulement il ne respectait pas le sabbat, mais encore il disait que Dieu était son propre Père, et il se faisait ainsi l’égal de Dieu. 
Jésus reprit donc la parole. Il leur déclarait : « Amen, amen, je vous le dis : le Fils ne peut rien faire de lui-même, il fait seulement ce qu’il voit faire par le Père ; ce que fait celui-ci, le Fils le fait pareillement. 
Car le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu’il fait. Il lui montrera des œuvres plus grandes encore, si bien que vous serez dans l’étonnement. 
Comme le Père, en effet, relève les morts et les fait vivre, ainsi le Fils, lui aussi, fait vivre qui il veut. 
Car le Père ne juge personne : il a donné au Fils tout pouvoir pour juger, 
afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui ne rend pas honneur au Fils ne rend pas non plus honneur au Père, qui l’a envoyé. 
Amen, amen, je vous le dis : qui écoute ma parole et croit en Celui qui m’a envoyé, obtient la vie éternelle et il échappe au jugement, car déjà il passe de la mort à la vie. 
Amen, amen, je vous le dis : l’heure vient – et c’est maintenant – où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront. 
Comme le Père, en effet, a la vie en lui-même, ainsi a-t-il donné au Fils d’avoir, lui aussi, la vie en lui-même ; 
et il lui a donné pouvoir d’exercer le jugement, parce qu’il est le Fils de l’homme. 
Ne soyez pas étonnés ; l’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombeaux entendront sa voix ; 
alors, ceux qui ont fait le bien sortiront pour ressusciter et vivre, ceux qui ont fait le mal, pour ressusciter et être jugés. 
Moi, je ne peux rien faire de moi-même ; je rends mon jugement d’après ce que j’entends, et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas à faire ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé. » 
 




Par Saint Augustin

(354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église 
Sermons sur l'évangile de Jean, n°49, 1-3 ; CCL 36, 419-421 (trad. Orval rev.) 

 

« Jésus s'écria d'une voix forte : Lazare, viens dehors ! » (Jn 11,43)

 

      Parmi tous les miracles faits par notre Seigneur Jésus Christ, la résurrection de Lazare est particulièrement impressionnante.

Mais si nous considérons celui qui l'a accomplie, notre joie doit dépasser notre étonnement.

Celui qui a ressuscité cet homme a aussi créé l'homme, car il est le Fils unique du Père et par lui, vous le savez, tout a été fait (Jn 1,3).

Si donc tout a été fait par lui, quoi d'étonnant qu'un homme soit ressuscité par lui alors que, chaque jour, il en fait naître un si grand nombre... 

      Tu as entendu que le Seigneur Jésus a ressuscité un mort ; cela te suffit pour apprendre que, s'il l'avait voulu, il aurait ressuscité tous les morts.

Et c'est précisément ce qu'il s'est réservé pour la fin du monde.

Car si vous avez entendu que Jésus a fait sortir du tombeau un mort de quatre jours par un grand miracle, « l'heure viendra, comme il le dit lui-même, où les morts entendront sa voix et ceux qui l'auront entendue vivront ».

Il a ressuscité un homme déjà atteint de la pourriture du tombeau, mais ce corps avait gardé sa forme humaine ; au dernier jour d'un mot il rendra la vie à nos cendres pour reprendre leur première forme.

Il fallait qu'en son temps le Christ accomplisse quelques actions nous donnant signe de sa puissance pour que nous croyions et que nous nous préparions à cette résurrection qui sera pour la vie et non pour la condamnation.

Car « l'heure vient où tous ceux qui gisent dans la tombe en sortiront à l'appel de sa voix ; ceux qui ont fait le bien ressusciteront pour la vie, ceux qui auront fait le mal, pour la condamnation »... 

      Mais considérons les œuvres encore plus admirables du Christ : tout homme qui a la foi est un ressuscité ; et si nous sommes attentifs nous comprendrons qu'il y a des morts plus affreuses que celle de Lazare : tout homme qui pèche meurt.

La mort corporelle, tout homme la craint ; mais il en est peu qui craignent la mort de l'âme.

Ah, si nous pouvions réveiller les hommes de leur apathie et nous réveiller avec eux pour aimer la vie éternelle avec autant d'ardeur qu'ils aiment cette vie fugitive !

 

Une prière Orthodoxe pour un défunt:

 

Si Votre Fils a souffert pour le monde entier, s’il a versé des larmes et transpiré en gouttes de sang, pour les vivants et les morts, qui pourrait retenir notre prière pour le défunt ?

Par lui qui est descendu jusqu’aux enfers*, nous prions pour le salut de Votre serviteur (N).

Ô Donateur de vie, illuminez-le de Votre lumière, 
qu’il soit un avec Vous, Père, Fils et Saint Esprit. 


Toi, qui nous appellez tous dans Votre vigne, ne manquez pas de l’éclairer de Votre lumière. 


Dispensateur généreux des récompenses éternelles, faîtes-le fils de Votre Palais ; 
rendez à son âme les forces de sa pureté première ; qu’en son nom se multiplient les œuvres bonnes.

Ô Juge tout-compatissant, rendez Votre serviteur (N) digne des douceurs du paradis.

Amîn

 

*Shéol

 

 

« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. (Matthieu 11, 28-30)

« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. (Matthieu 11, 28-30)

Partager cet article
Repost0
/ / /
"Manes said: It is written, that "death reigned from Adam to Moses." Archelaus said: And consequently it has an end, because it has had a beginning in time. And this saying is also true, that "death is swallowed up in victory." It is apparent, then, that death cannot be unbegotten, seeing that it is shown to have both a beginning and an end. Manes said: But in that way it would also follow that God was its maker. Archelaus said: By no means; away with such a supposition! 'For God made not death; neither hath He pleasure in the destruction of the living.'"  (St. Archelaus of Cascus, "Disputation with the Heretic Manes" )

"Manes said: It is written, that "death reigned from Adam to Moses." Archelaus said: And consequently it has an end, because it has had a beginning in time. And this saying is also true, that "death is swallowed up in victory." It is apparent, then, that death cannot be unbegotten, seeing that it is shown to have both a beginning and an end. Manes said: But in that way it would also follow that God was its maker. Archelaus said: By no means; away with such a supposition! 'For God made not death; neither hath He pleasure in the destruction of the living.'" (St. Archelaus of Cascus, "Disputation with the Heretic Manes" )

Livre de l'Exode 20,12-24.

Voici ce que dit le Seigneur Dieu : Honore ton père et ta mère, afin que tes jours soient prolongés sur la terre que le Seigneur, ton Dieu, te donne. 
Tu ne tueras point. 
Tu ne commettras point d'adultère. 
Tu ne déroberas point. 
Tu ne porteras point de faux témoignages contre ton prochain. 
Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni rien de ce qui appartient à ton prochain. 
Tout le peuple entendait les tonnerres et le son de la trompette ; il voyait les flammes et la montagne fumante ; à ce spectacle, il tremblait et se tenait à distance. 
Ils dirent à Moïse : "Parles-nous, toi, et nous écouterons ; mais que Dieu ne nous parle point, de peur que nous ne mourrions." 
Moïse répondit au peuple : "Ne vous effrayez pas, car c'est pour vous mettre à l'épreuve que Dieu est venu, et pour que sa crainte vous soit présente, afin que vous ne péchiez pas." 
Et le peuple resta à distance ; mais Moïse s'approcha de la nuée où était Dieu. 
Et Yahweh dit à Moïse : "Tu parleras ainsi aux enfants d'Israël : vous avez vu que je vous ai parlé du ciel. 
Vous ne ferez point à côté de moi des dieux d'argent et vous ne ferez point des dieux d'or. 
Tu m'élèveras un autel de terre, sur lequel tu offriras tes holocaustes et tes sacrifices pacifiques, tes brebis et tes bœufs. Dans tous les lieux où j'aurai fait souvenir de mon nom, je viendrai vers toi, et je te bénirai. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 15,1-20.

En ce temps-là, les scribes et les pharisiens venus de Jérusalem s'approchèrent de Jésus, et lui dirent : 
" Pourquoi vos disciples transgressent-ils la tradition des anciens ? Car ils ne se lavent pas les mains lorsqu'ils mangent. " 
Il leur répondit : " Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu par votre tradition ? 
Car Dieu a dit : Honore ton père et ta mère ; et : Quiconque maudira son père ou sa mère, qu'il soit puni de mort. 
Mais vous, vous dites : " Quiconque dit à son père ou à sa mère : Ce dont j'aurais pu vous assister est offrande, — 
n'a pas à honorer autrement son père ou sa mère. " Et vous avez mis à néant la parole de Dieu par votre tradition.
Hypocrites, Isaïe a bien prophétisé de vous quand il a dit : 
Ce peuple m'honore des lèvres, mais leur cœur est loin de moi. 
Vain est le culte qu'ils me rendent, donnant des enseignements qui sont des préceptes d'hommes.
Et, ayant appelé la foule, il leur dit : " Ecoutez et comprenez ! 
Ce n'est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l'homme ; mais ce qui sort de la bouche, voilà ce qui souille l'homme. " 
Alors ses disciples vinrent à lui et lui dirent : " Savez-vous que les Pharisiens, en entendant cette parole, se sont scandalisés ? " 
Il répondit : " Toute plante que n'a pas plantée mon Père céleste, sera arrachée. 
Laissez-les : ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles. Or, si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans une fosse. " 
Pierre, prenant la parole, lui dit : " Expliquez-nous cette parabole. "
Il dit : " Etes-vous encore, vous aussi, sans intelligence ? 
Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans la bouche passe au ventre et est rejeté aux lieux secrets ? 
Mais ce qui sort de la bouche vient du cœur, et c'est là ce qui souille l'homme. 
Car c'est du cœur que viennent des pensées mauvaises : meurtres, adultères, fornications, vols, faux témoignages, blasphèmes. 
Voilà ce qui souille l'homme ; mais manger avec des mains non lavées, cela ne souille point l'homme. " 
 




 Par Maximilien Kolbe

1894-1941), franciscain, martyr 
Entretiens spirituels inédits (trad. Eds. Lethielleux) 

 

« Son cœur est loin de moi »

 

La vie intérieure est une chose primordiale... La vie active est la conséquence de la vie intérieure et n'a de valeur que si elle en dépend. On voudrait tout faire le mieux possible, avec perfection. Mais si ce n'est pas relié à la vie intérieure, cela ne sert de rien. Toute la valeur de notre vie et de notre activité relève de la vie intérieure, la vie de l'amour de Dieu et de la Vierge Marie, l'Immaculée, pas de théories ni de douceurs, mais la pratique d'un amour qui consiste dans l'union de notre volonté à la volonté de l'Immaculée. 

Avant tout et par-dessus tout, nous devons approfondir cette vie intérieure. S'il s'agit vraiment de la vie spirituelle, les moyens surnaturels sont nécessaires. La prière, la prière et seulement la prière est nécessaire pour entretenir la vie intérieure et son épanouissement ; le recueillement intérieur est nécessaire. 

Ne soyons pas inquiets pour des choses sans nécessité, mais doucement et dans la paix, essayons de garder le recueillement de l'esprit et d'être prêts à la grâce de Dieu. Voilà pourquoi le silence nous aide.

« Mes délices sont d'être avec les enfants des hommes (1) ! O mon Seigneur, quelle parole que celle-là ! Chaque fois que je l'aie entendue, elle a toujours été pour moi, même au milieu de mes grandes infidélités, la source des consolations les plus vives. Mais, ô mon Dieu, serait-il possible de trouver une âme qui, après avoir reçu de Vous des faveurs si élevées, des joies si intimes, et compris que vous mettiez en elle vos délices, vous ait offensé de nouveau, et ait oublié tant de faveurs et tant de marques de votre amour dont elle ne pouvait douter puisqu'elle en voyait les effets merveilleux ? Oui, cela est possible, je l'affirme. Il y a une âme qui vous a offensé, non pas une fois seulement, mais souvent, et cette coupable, c'est moi, ô mon Dieu ! Plaise à votre Bonté, Seigneur, que je sois la seule âme de cette sorte, la seule qui soit tombée dans une malice si profonde et qui ait manifesté un tel excès d'ingratitude ! Sans doute, vous avez daigné, dans votre infinie Bonté en tirer quelque bien ; et plus ma misère a été profonde, plus aussi elle fait resplendir le trésor incomparable de vos miséricordes. Et avec combien de raison ne puis-je pas les chanter éternellement ! Je vous en supplie, ô mon Dieu, qu'il en soit ainsi, que je puisse les chanter, et les chanter sans fin ! Vous avez daigné me les prodiguer avec tant de magnificence ! »

1. Prov. 8, 31.

Thérèse de Jésus (Ste Thérèse d'Avila, 1515-1582), Vie écrite par elle-même (ch. XIV), in "Œuvres complètes", Trad. R.P. Grégoire de Saint Joseph, Éditions du Seuil, Paris, 1948.

mes-delices_1a.jpg

 

« Celui qui observera mes commandements et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des Cieux. » (St Mt 5, 19) 

Certes oui, nous recevons cette parole du Seigneur en St Mathieu, mais à quelle grandeur pouvons-nous prétendre au Royaume des Cieux ?
 

 Dieu n'est-il pas le Seul Saint ?!... 

Au Royaume des Cieux, il n’y a de grandeur que Dieu !

Nous le proclamons lors du "Trsagion" de notre Messe Syro-Orthodoxe: "Ô Dieu Saint"...

Nous comprenons bien que si Jésus promet à ceux qui observent scrupuleusement la loi une place de choix dans le Royaume des Cieux, c’est que l’observance de la loi n’est pas le signe d’une supériorité acquise par eux mais le signe qu’ils se sont laissés habiter par la grandeur de Dieu. 

Le "Royaume de Dieu est au dedans de vous" , affirme l'écriture.

Ainsi donc si ce royaume, si ce règne dont nous demandons dans l'Abun d'bashmayo qu'il adivienne s'instaure en chacun de nous, nous comprenons cette phrase de Saint Irénée de Lyons :

"La glloire de Dieu, c'est l'homme vivant. Et l'homme vivant, c'est celui qui vit de Dieu dans le temps pour Lui être uni dans l'éternité"...

 

 Être grand, c'est être proche de Dieu puisque nous sommes fait pour vivre en Sa Présence... 

« Quelle est en effet la grande nation dont les dieux sont si proches que le Seigneur notre Dieu est proche de nous ? »  

(Dt 4, 7)
Ce qui fait la grandeur de la nation d’Israël, c’est la proximité du Peuple élu avec le Dieu unique.

  Aujourd'hui, je fais un pas                                                          

 Je prends conscience que la véritable grandeur à laquelle le Seigneur m’invite, c’est celle de Sa présence en moi. Plus je me laisse habiter par  la Grâce du Saint Esprit  à Sa Présence en me détachant de tout ce qui pourrait lui faire obstacle (Ces idôles que je me fabrique), et plus je  grandis selon le cœur de Dieu, répondant à ma vocation à la sainteté au rève de Dieu sur moi afin que je trouve en Lui, Source de la vie, source de ma vie, mon plein épanouissement... Quelle grandeur !, mais c'est une grandeur bien différente de celles exaltées par le monde qui s'attache aux idoles "faites de mains d'homme" pour nous détourner du "culte en esprit et en vérité" que nous devons au Dieu Vivant et Vrai !

Manes dit "il est écrit que 'la mort a régné depuis Adam jusqu'à Moïse.' Archelaus a répondu : et par conséquent, elle a une fin, parce qu'elle avait eu un commencement dans le temps. Et cette phrase est aussi vraie, que "la mort est vaincue victorieusement." Dès lors, il est évident que la mort ne saurait pas être sa propre origine incréée, puisque l'on voit qu'elle a aussi bien un début qu'une fin. Manes dit "Mais alors, il en découlerait que Dieu en serait l'auteur." Archelaus répond : En aucun cas, il faut rejeter une telle supposition! Car Dieu n'a pas fait la mort, car Il n'a aucun plaisir dans la destruction du vivant.  (Saint Archelaus de Cascus, "Dispute avec l'hérétique Manes" 29)

Manes dit "il est écrit que 'la mort a régné depuis Adam jusqu'à Moïse.' Archelaus a répondu : et par conséquent, elle a une fin, parce qu'elle avait eu un commencement dans le temps. Et cette phrase est aussi vraie, que "la mort est vaincue victorieusement." Dès lors, il est évident que la mort ne saurait pas être sa propre origine incréée, puisque l'on voit qu'elle a aussi bien un début qu'une fin. Manes dit "Mais alors, il en découlerait que Dieu en serait l'auteur." Archelaus répond : En aucun cas, il faut rejeter une telle supposition! Car Dieu n'a pas fait la mort, car Il n'a aucun plaisir dans la destruction du vivant. (Saint Archelaus de Cascus, "Dispute avec l'hérétique Manes" 29)

SOUTENUS PAR ET DANS L'AMOUR DE DIEU

 

Voici la réponse à tous les problèmes auxquels vous allez être confronté aujourd'hui, demain et tout le temps. Dans ce monde, vous croyez être soutenu par tout, sauf par Dieu.

Votre foi est placée dans les symboles les plus triviaux et les plus insensés ; comprimés, argent, vêtement « protecteur », influence, prestige, être apprécié, connaître les bonnes personnes, et une liste sans fin de formes de néant que vous dotez de pouvoirs magiques.

Toutes ces choses sont vos substituts pour l'amour de Dieu. Toutes ces choses sont chéries pour assurer que vous vous identifier à votre corps.

Elles sont des chants de prière à l'ego.

Ne mettez pas votre foi dans ce qui ne vaut rien. Cela ne vous soutiendra pas. Seul l'amour de Dieu vous protégera dans toutes les circonstances.

Il va vous extraire de toutes les épreuves. Il vous soulèvera bien au-dessus de tous les dangers perçus dans ce monde, il vous mènera dans un climat de paix et de sécurité parfaite.

Il vous transportera dans un état d’esprit que rien ne peut menacer, que rien ne peut perturber, où rien ne peut faire intrusion dans le calme éternel du Fils de Dieu. Ne mettez pas votre foi dans des illusions, elles vont vous faire échouer.

Mettez toute votre foi dans l’amour de Dieu en vous, éternel, immuable et pour toujours infaillible. C’est la réponse à quoi que ce soit auquel vous êtes confronté aujourd'hui.

A travers l'amour de Dieu en vous, vous pouvez résoudre toutes les difficultés apparentes sans effort et avec une sûre confiance.

Dites-vous souvent ceci aujourd'hui. C'est une déclaration de délivrance de la croyance en des idoles.

C'est votre reconnaissance de la Vérité au sujet de vous-même.

Deux fois aujourd'hui, matin et soir, laissez l'idée d’aujourd'hui plonger profondément dans votre conscience.

Répétez-la, méditez à son sujet, laissez des pensées apparentées venir vous aider à reconnaître sa Vérité, permettez à la paix de couler sur vous comme une couverture de protection et de sécurité.

Ne laissez pas des pensées vaines et folles entrer pour déranger l’esprit sacré du Fils de Dieu. Tel est le Royaume des cieux.

Tel est le lieu de repos où votre Père vous a placé pour toujours.

Message intérieur reçu par Helen Schucman

+++

 

02 March 2016- Commemoration of King Abgar of Edessa!


“Moraneesho sakshyarambhe chonnabgare; Kanathennil viswaasam poondon nee dhanyan”
(O Abgar, you are blessed because when everyone witnessed the wonders of the Lord Jesus Christ, you believed in Him even without seeing Him)
The liturgical calendar of the Indian Orthodox Church not only steps into a very solemn milestone in the Lenten journey, i.e. the mid-lent, it also commemorates a king who was praised by our Lord for believing in Him without having seen Him. The Church historian Eusebius records this tradition in his work- ‘Church History’.
King Abgar or Abgarus ruled Edessa with great glory but he was afflicted with a terrible disease and no cure seemed in sight. He heard of Lord Jesus Christ and how people in one voice attested to the miracles and signs Christ did for the needy. King Abgar felt that only Christ could heal him of the infirmity, hence he sent his messenger to Christ with a plea to heal him of his disease. However, Christ didn’t comply with the king’s request but promised through a personal letter that after His Ascension, one of His disciples would come to the king and cure him of the illness. Under divine inspiration, after Christ’s Ascension, one of the seventy evangelists- St Thaddeus was sent to Edessa to King Abgar. King Abgar’s illness was healed and through the preaching of St Thaddeus, the king and his subjects accepted the Christian faith.
Some legends also state that while responding to the king’s messenger, Jesus Christ used a face-cloth which miraculously bore the image of His face. The face-cloth was sent to King Abgar together with the letter and ofcourse with a promise that one of Christ’s disciples would be sent soon to him.
Below is the correspondence between King Abgar and Lord Jesus Christ as recorded by the Church historian Eusebius:
********
Copy of an epistle written by Abgarus the ruler to Jesus, and sent to him at Jerusalem by Ananias the swift courier:
“Abgarus, ruler of Edessa, to Jesus the excellent Saviour who has appeared in the country of Jerusalem, greeting. I have heard the reports of you and of your cures as performed by you without medicines or herbs. For it is said that you make the blind to see and the lame to walk, that you cleanse lepers and cast out impure spirits and demons, and that you heal those afflicted with lingering disease, and raise the dead.
And having heard all these things concerning you, I have concluded that one of two things must be true: either you are God, and having come down from heaven you do these things, or else you, who does these things, are the Son of God. I have therefore written to you to ask you if you would take the trouble to come to me and heal the disease which I have. For I have heard that the Jews are murmuring against you and are plotting to injure you. But I have a very small yet noble city which is great enough for us both.”
The answer of Jesus to the ruler Abgarus by the courier Ananias:
"Blessed are you who hast believed in me without having seen me. For it is written concerning me, that they who have seen me will not believe in me, and that they who have not seen me will believe and be saved. But in regard to what you have written me, that I should come to you, it is necessary for me to fulfill all things here for which I have been sent, and after I have fulfilled them thus to be taken up again to him that sent me. But after I have been taken up I will send to you one of my disciples, that he may heal your disease and give life to you and yours."
[Eusebius, Church History-(Book I) (Nicene and Post-Nicene Fathers, Second Series, Vol. 1, ed Philip Schaff)].

"Do not be afraid of the world for I have overcome the world."

 


These are holy words both then and now.
For all who suffer, that is the true balm,
Mostly for the glorious martyrs of God.
Why should you, of the more fearful ones, be afraid?
Of its own shadow, the world is afraid!
The powerful and the ruling ones, why fear?
And of dying things, constantly dying?
Who is with the Householder is not afraid of the house,
The Householder sees everything that is in the house,
And nothing there is, that He would not know,
And His servant, what should he be afraid of?
And yet when he hears the Lord as He says:
"Do not be afraid of the world!" What more do you desire?
"Do not be afraid of the world for I have overcome the world!"
Our Lord reigns and rules over the world.
At the fire and death, Theodore smiled,
For that, wreaths he received, that never fades.

(Source:Sobin ChackoPAN ORTHODOX MOVEMENT )

 

+++

When an angel comes to us, all who trouble us withdraw at once;
then the intellect is completely calm and prays soundly.
But at other times, when the attacks of the demons are particularly strong, the intellect does not have a moment's respite.
This is because it is weakened by the passions to which it has succumbed in the past.
But if it goes on searching, it will find; and if it knocks, the door will be opened 
(cf. Matt. 7:8).


Evagrios the Solitary On Prayer: 
One Hundred and Fifty-Three Texts
Philokalia Volume I
Matthew 7:7-8
Ask, and it will be given to you; seek, and you will find; knock, and it will be opened to you.
For everyone who asks receives, and he who seeks finds, and to him who knocks it will be opened.

La mélancolie dans la littérature et les arts

La mélancolie dans la littérature et les arts (Meknès, Maroc)

La Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès,  le Groupe de recherche Littérature et communication,  le Centre  de Recherche en Ecritures de la Féminité et Genres/littératures francophones de l’Université Sorbonne Nouvelle et l’U.R C.E.R.E.S, Équipe Cultures Herméneutique et Transmission de l’Institut Catholique de Toulouse organisent les 23 et  24 mars 2016 à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès un Colloque international  sous le thème :

 

La mélancolie dans la littérature et les arts

 

 

Cher vénérable père,

 

J’espère que cette nouvelle vous fera plaisir :

l’occasion se présente de défendre la culture des Anciens, 

celle des icônes et des artistes de la Renaissance.

On m’invite à un colloque inter-universitaire au Maroc,

qui prend l’allure d’un congrès inter-religieux.

Son thème : les différentes représentations de la mélancolie

dans la littérature et les arts à travers les siècles. 

Un jeune écrivain, Guillaume Beys-Salvan, m’assistera.

Nous livrerons le fruit de nos échanges à propos de la

célèbre gravure « Melencolia § I » de Dürer.

L’identité de l’archange est au centre : celui que l’on qualifie 

de « créature ailée » n’est autre que saint Michel !

 

http://www.fabula.org/actualites/la-melancolie-dans-la-litterature-et-les-arts_72638.php

 

Je souhaite que cette avancée soit le début de bien d’autres.

Par sa tradition picturale l’église Orthodoxe, byzantine,

exerce une influence majeure sur cette culture magistrale.

 

Avec toute ma sympathie,

Yvo Jacquier 

 

-- 

Yvo Jacquier

Vinohradska Str, 13/37

Vinohrady

120 00  PRAGUE 2 

République Tchèque

yvo.peintre@gmail.com 

 

- Elder, is it alright to say about someone who has caused me an injustice: "They will answer to God".  - Whoever says that is being fooled by the evil one and does not understand that in this way he is cursing politely. There are some who say that they are sensitive and they have love and a delicate hand and they are tolerant of the injustices done to them by people, but they say: "They will answer to God".  In this life all people are given tests, so that we may pass to the other life, to Paradise. My thoughts tell me that the polite curse is below the spiritual base and is forbidden to Christians, because Christ did not teach us that kind of love, but rather: "Father, forgive them, for they know not what they do."  Also, the best prayer of all is, when you have been unjustly cursed, to bear it silently and with kindness.  When we are falsely accused or unjustly treated either by frivolous or wicked people, who have evil intentions and distort the truth, if we can, it is good to not seek to be justified when the injustice concerns only ourselves. Nor should we say: "They will answer to God", because this is a curse. It is good that we forgive them with our whole heart and supplicate God to strengthen us, to bear the weight of the false accusation and continue along in our spiritual life (in obscurity, as much as possible). Let those who have it as a habit to judge and criticize continue to do so, to be unjust to us, because they are continuously in this way preparing for us golden crowns for the true life.  Of course, those who are near to God never curse, because they do not have evil intentions but are filled with goodness, and whatever evil is thrown at them, these sanctified people sanctify it, and feel a great, secret joy. (Fr. Païssios)

- Elder, is it alright to say about someone who has caused me an injustice: "They will answer to God". - Whoever says that is being fooled by the evil one and does not understand that in this way he is cursing politely. There are some who say that they are sensitive and they have love and a delicate hand and they are tolerant of the injustices done to them by people, but they say: "They will answer to God". In this life all people are given tests, so that we may pass to the other life, to Paradise. My thoughts tell me that the polite curse is below the spiritual base and is forbidden to Christians, because Christ did not teach us that kind of love, but rather: "Father, forgive them, for they know not what they do." Also, the best prayer of all is, when you have been unjustly cursed, to bear it silently and with kindness. When we are falsely accused or unjustly treated either by frivolous or wicked people, who have evil intentions and distort the truth, if we can, it is good to not seek to be justified when the injustice concerns only ourselves. Nor should we say: "They will answer to God", because this is a curse. It is good that we forgive them with our whole heart and supplicate God to strengthen us, to bear the weight of the false accusation and continue along in our spiritual life (in obscurity, as much as possible). Let those who have it as a habit to judge and criticize continue to do so, to be unjust to us, because they are continuously in this way preparing for us golden crowns for the true life. Of course, those who are near to God never curse, because they do not have evil intentions but are filled with goodness, and whatever evil is thrown at them, these sanctified people sanctify it, and feel a great, secret joy. (Fr. Païssios)

LE COIN DES CATECHISMES ET ...DE LA TRANSMISSION FAMILIALE:

 

Coloriage "JE VOUS SALUE MARIE":

Je-vous-salue-couleur.jpgJe-vous-salue-Marie-a-colorier.jpg

Hail Mary Mini Standing Plaque English cm.7x10 - 3"x4"Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origineAfficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Vous trouverez la prière en d’autres langues sur : http://milliondetei.ru/ce-reve.html

 

 
Théobule
 
02/03/2016   
les enfants connectés à parole de Dieu
   
  Vivre la miséricorde - Le fils prodigue  
   
Le fils prodigue s'est éloigné de son père, comme nous chaque fois que nous faisons le mal.
Avec le fils prodigue laissons-nous saisir par la joie du père chaque fois que nous revenons vers lui.
   
  Suivre Théobule  
   

Avec Théobule, venez découvrir :
Bonne nouvelle Bonne Nouvelle
"Le fils prodigue"
les vidéos
     
A toi la parole À toi la Parole
"Colin, Junia et l'amour du père"
les vidéos
     
La question de Théobule La question de Théobule
"Comment je peux demander pardon à Dieu ?"
les vidéos
     
Les jeux Les jeux
"Décode une phrase pour découvrir une nouvelle oeuvre de miséricorde - Cuisine des crêpes pour la mi-Carême"
Le puzzle et le coloriage de la semaine
les jeux
     
Vous aimez Théobule et souhaitez nous aider à faire vivre cette proposition gratuite. 
Vous pouvez faire un don au moyen du lien ci-dessous.
Théobule et toute l'équipe vous remercient !
Faire un don à Théobule
Chaque semaine, les enfants retrouvent Théobule pour une nouvelle balade instructive et ludique.


Disponible sur AppStore
Théobule   L'équipe de Théobule et les frères Dominicains de la province de France.


Théobule, Couvent des Dominicains, 7 avenue Salomon 59000 Lille
theobule@retraitedanslaville.org

 

 Martyr Hesychius of Antioch

Holy martyr Hesychius lived during the reign of king Maximian in 302. He was the first and the leader in the royal palace and the Senate, because he was magistrianus by office. When Maximian ordered that all Christians who were royal soldiers ought to be deprived of their belts (which were a sign of their royal merit) and live as civilians and without honour, many Christians preferred to live without any outward honour due to this illegal order than to be honoured and lose their soul. St. Hesychius was numbered with these Christians as well. When the king heard this, he ordered that the saint ought to be stripped of the expensive clothes, which he used to wear, and be dressed with a shabby mantle without sleeves woven from hair and to be as disgraced and disdained as to consort with women.

When this had been carried out, the king invited him and asked him: "Aren't you ashamed, Hesychius, that you lost the honour and office of magistrianus and that you have been debased to this kind of life? Or maybe you don't know that the Christians, whose way of life you preferred, have no power to restore you to your previous great honour and office?" The saint replied: "Your honour, o king, is temporary but the honour and glory which Christ gives is eternal and without end." Because of these words the king got angry and ordered his men to tie a great millstone around the saint's neck and then to throw him in the middle of river Orontus, which lies in Coele Syria and which is commonly called Oronge. Thus, the blessed man received the crown of martyrdom from the Lord.

Apolytikion of Martyr Hesychius in the Fourth Tone

Thy Martyr, O Lord, in his courageous contest for Thee received the prize of the crowns of incorruption and life from Thee, our immortal God. For since he possessed Thy strength, he cast down the tyrants and wholly destroyed the demons' strengthless presumption. O Christ God, by his prayers, save our souls, since Thou art merciful.

- Père, lorsque quelqu'un m'a causé une injustice, est-ce bien de lui dire "il en répondra devant Dieu"?  - Quiconque dit cela est manipulé par le démon et ne comprend pas que de la sorte, il maudit poliment. Il y en a qui disent qu'ils sont sensibles, et qu'ils ont l'amour du prochain, et une main délicate, et qu'ils sont tolérants face aux injustices qu'on leur fait, mais qui disent "ils en répondront devant Dieu."  En cette vie, nous recevons des épreuves, afin que nous puissions passer dans la vie prochaine, le Paradis. Ma conscience me dit que poliment maudire quelqu'un est en dessous du niveau spirituel basique et donc interdit aux Chrétiens, parce que le Christ ne nous a pas enseigné cette sorte d'amour, mais plutôt "Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font."  Aussi, la meilleure prière entre toutes, lorsque vous avez été injustement maudit, c'est de porter cela en silence et avec bonté.  Lorsque nous sommes accusé mensongèrement ou injustement traité, que ce soit par des gens peu sérieux ou mauvais, qui ont de mauvaises intentions et déforment la vérité, si nous le pouvons, il est bon de ne pas chercher à se justifier lorsque l'injustice ne concerne que nous-mêmes. Ni bien sûr de dire "ils en répondront devant Dieu," puisque c'est une malédiction. Il est bon que nous pardonnions de tout notre coeur, et que nous supplions Dieu de nous renforcer, pour porter le poids de l'accusation mensongère, et poursuivre notre vie spirituelle (dans la pénombre, autant que possible). Laissons faire ceux qui ont pour habitude de juger et critiquer, être injuste envers nous, car ils ne cessent de la sorte de nous préparer la voie pour les couronnes dorées menant à la vraie vie.  Bien sûr, ceux qui sont proches de Dieu ne maudissent jamais, car ils n'ont pas de mauvaises intentions, mais sont remplis de bonté, et peu importe le mal qu'on leur fait, ces personnes sanctifiées vont sanctifier la situation, et ressentir une grande joie secrète. (saint Païssios l'Athonite)

- Père, lorsque quelqu'un m'a causé une injustice, est-ce bien de lui dire "il en répondra devant Dieu"? - Quiconque dit cela est manipulé par le démon et ne comprend pas que de la sorte, il maudit poliment. Il y en a qui disent qu'ils sont sensibles, et qu'ils ont l'amour du prochain, et une main délicate, et qu'ils sont tolérants face aux injustices qu'on leur fait, mais qui disent "ils en répondront devant Dieu." En cette vie, nous recevons des épreuves, afin que nous puissions passer dans la vie prochaine, le Paradis. Ma conscience me dit que poliment maudire quelqu'un est en dessous du niveau spirituel basique et donc interdit aux Chrétiens, parce que le Christ ne nous a pas enseigné cette sorte d'amour, mais plutôt "Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font." Aussi, la meilleure prière entre toutes, lorsque vous avez été injustement maudit, c'est de porter cela en silence et avec bonté. Lorsque nous sommes accusé mensongèrement ou injustement traité, que ce soit par des gens peu sérieux ou mauvais, qui ont de mauvaises intentions et déforment la vérité, si nous le pouvons, il est bon de ne pas chercher à se justifier lorsque l'injustice ne concerne que nous-mêmes. Ni bien sûr de dire "ils en répondront devant Dieu," puisque c'est une malédiction. Il est bon que nous pardonnions de tout notre coeur, et que nous supplions Dieu de nous renforcer, pour porter le poids de l'accusation mensongère, et poursuivre notre vie spirituelle (dans la pénombre, autant que possible). Laissons faire ceux qui ont pour habitude de juger et critiquer, être injuste envers nous, car ils ne cessent de la sorte de nous préparer la voie pour les couronnes dorées menant à la vraie vie. Bien sûr, ceux qui sont proches de Dieu ne maudissent jamais, car ils n'ont pas de mauvaises intentions, mais sont remplis de bonté, et peu importe le mal qu'on leur fait, ces personnes sanctifiées vont sanctifier la situation, et ressentir une grande joie secrète. (saint Païssios l'Athonite)

 

 

QUELQUES ELEMENTS EN VRAC...

POUR VOTRE REFLEXION PERSONNELLE:

 

===

Quelques commentaires du clergé sur la déclaration conjointe du patriarche Kyril de Moscou et du pape François du vatican
 
Cette rencontre, voulue à la base par le président russe Vladimir Poutine, a donné lieu à une série de réactions diverses, enthousiastes ou épidermiques ou réalistes, selon les sensibilités de chacun. En voici 3 du clergé chrétien-orthodoxe de juridiction russe ou assimilée illustrant ces 3 attitudes, mais toujours mesurées et argumentées.

Qu'on les aime humainement ou pas, n'oublions pas de prier pour nos évêques , car ils ont une charge bien lourde. Et Dieu seul est parfait et infaillible.

----------------------------------------

Commentaires sur la Déclaration Commune avec le pape, par le prêtre George Maximov
http://www.pravoslavie.ru/english/90652.htm

original en russe
https://www.facebook.com/yurij.maximov/posts/10201363704210072

14 Février 2016

P. George Maximov, est un prêtre missionnaire dynamique et infatiguable, qui a servi dans les champs de la mission partout dans le monde, il nous présente ici quelques réflexions à propos de la déclaration commune signée par sa sainteté le Patriarche Kyrill et le pape François. 


 



Pour commencer, permettez-moi de rappeler à ceux qui se lamentent déjà par le fait même de cette rencontre « tout est fichu, tout est perdu » : non, rien n'est perdu. Les Canons interdisent de célébrer avec des hérétiques, de prier avec eux, et de solliciter leur bénédiction. Mais les Canons n'interdisent pas de simplement se rencontrer. Le patriarche n'est pas devenu catholique-romain suite à cette rencontre.

A propos de la rencontre

Dans la mesure où notre patriarche n'a pas été envoyé à cette rencontre par le Synode, ni par le Conseil des Primats (pour autant que je sache), c'est donc en réalité une rencontre personnelle.

Il est bon que la rencontre se soit déroulée sans la moindre sorte d'office liturgique commun ou de prières. On a l'impression que le pape a reçu le patriarche comme un égal – nulle part dans les photos, nous ne voyons que le patriarche aurait accepté la moindre subordination dans la relation à la position du pape.

A propos du document

D'un côté, dans ce document, il y a beaucoup de paroles auxquelles nous pourrions souscrire. Par exemple, les paroles pour la défense des persécutés et des opprimés au Moyen Orient (§8-10), la critique de l'Islam (§13), les paroles contre les discriminations envers les Chrétiens en Occident (§15), l'appel aux pays riches à partager avec les pauvres  (§17), la condamnation de la propagande homosexuelle (§20), et de l'avortement (§21), et que les schismes en Ukraine devraient être résolus « sur base des normes canoniques » (§27).


Mais à côté de tout ça, il y a aussi des expressions qui ne sont pas sans reproches, et parfois erronées.

Par exemple :  « nous espérons que notre rencontre contribue au rétablissement de cette unité voulue par Dieu, pour laquelle le Christ a prié. [.. et] inspirer les chrétiens du monde entier à prier le Seigneur avec une ferveur renouvelée pour la pleine unité de tous ses disciples ! »
Dans l'Église du Christ, l'unité est déjà accomplie en sa plénitude. C'est pour cela que dans le Credo, nous confessons notre foi en « l'Église Une. » C'est une autre affaire, le fait que de cette unité avec l'Église, diverses communautés hérétiques et schismatiques s'en soient détachées. Mais leurs membres ne sauraient être appelés disciples du Christ. Ils sont disciples de ceux qui enseignement malignement des erreurs à propos du Christ et les guident pour rester éloigné de l'unité avec l'Église.

«  Nous nous inclinons devant le martyre de ceux qui, au prix de leur propre vie, témoignent de la vérité de l’Evangile, préférant la mort à l’apostasie du Christ. Nous croyons que ces martyrs de notre temps, issus de diverses Eglises, mais unis par une commune souffrance, sont un gage de l’unité des chrétiens. »  (§12). 
Ils ne sauraient être un gage de l'unité des Chrétiens que si nous devions proclamer que toutes les différences dogmatiques dans les fois des églises auxquelles appartenaient ceux qui ont été tués étaient totalement sans intérêt. Mais ça, nous en sommes incapables. Actuellement, seule une unité dans la vérité peut être un gage d'unité des Chrétiens, qui n'est pas atteinte par la suppression des divergences dogmatiques, mais en les analysant, et en rejetant les dogmes qui sont fallacieux, pour le bien de ceux qui sont authentiques.

Une cause de souci, c'est l'affirmation que le fonctionnement de la mission « exclut toute forme de prosélytisme » (§24). Ce que ça signifie, ce n'est pas clair. Par exemple, dans le concept d'une œuvre missionnaire, il y a l'explication que le prosélytisme accomplit son travail missionnaire par des moyens inappropriés (coercition, corruption, tromperie). Dans ce sens-là, nous pouvons accepter. Mais je crois que dans ce document, en particulier dans l'expression « toute forme », elle peut être globalement comprise ainsi, qu'il serait interdit de guider des catholiques-romains vers l'Orthodoxie, ce qui est, naturellement, absurde.
Et de même, dans le paragraphe suivant : « .. la méthode de l’« uniatisme » du passé, comprise comme la réunion d’une communauté à une autre, en la détachant de son Eglise, n’est pas un moyen pour recouvrir l’unité » (§25). 
Mais si nous pouvions guider quelque communauté catholique-romaine dans l'Orthodoxie, pour cette communauté, ce serait le rétablissement de l'unité avec l'Église du Christ, et si cela n'a pas lieu, cela signifie que cette communauté reste dans un état de séparation d'avec l'Église.

«  De notre capacité à porter ensemble témoignage de l’Esprit de vérité en ces temps difficiles dépend en grande partie l’avenir de l’humanité. (§28). Afin que nous puissions, ensemble avec l'église catholique-romaine, « porter ensemble témoignage à l'Esprit de vérité, » il est nécessaire pour elle de confesser la vérité, et d'abandonner tous ses faux dogmes. 

----------------------

fr. Stephen Freeman
Hier, à 03:59 · Oak Ridge, TN, États-Unis ·

Réflexions sur le Patriarche et le Pape. La plupart des personnes semblent en ébullition par rapport à une sorte de progrès oecuménique. Ce qui est important était leur parole commune, unifiée quant à l'avortement, le mariage traditionnel et la famille, les Chrétiens persécutés, le respect approprié pour envers les communautés religieuses dans les cultures laïcisées, aussi bien que quelques questions liées en Ukraine. Bref, les grandes nouvelles ne sont pas l'oecuménisme ... ce sont les efforts continus de la modernité pour redéfinir l'humanité.

Et voyez donc ça. Les médias enterreront en grande partie et cacheront ce qu'ils ont dit, et le Grand Show ne parlera que de la "relation". Le bas fond de la piscine.



fr. Stephen Freeman
Hier, à 03:59 · Oak Ridge, TN, États-Unis ·

Takeaway from Patriarch and Pope. Most people seem to be gushing over some sort of ecumenical progress. What is important was their common, unified voice regarding abortion, traditional marriage and family, persecuted Christians, proper regard for religious communities in secularized cultures, as well as some matters related to Ukraine. In short, the big news is not ecumenism...it's modernity's continuing efforts to redefine humanity.

And watch. The news media will largely bury and hide what they said, and play Entertainment Tonight about the "relationship." The shallow end of the pool.


--------------------------------------


Dirions-nous :" étant donné qu'il est licite pour un archevêque, avec ses collaborateurs, de faire ce qu'il veut, qu'il soit pour la durée de son archevêché un nouvel Évangéliste, un autre Apôtre, un autre Législateur?" Certainement pas. Car nous avons une injonction de l'Apôtre lui-même : si quelqu'un prêche une doctrine, ou vous exhorte à faire quelque chose contre ce que vous avez reçu, contre ce qui est prescrit par les Canons des conciles généraux et locaux qui ont eu lieu à plusieurs reprises, qu'il ne soit pas reçu, ou compté au nombre des fidèles. Et je me retiens même de mentionner le jugement terrible par lequel l'Apôtre conclut (Gal. 1,8)."
saint Théodore Studite, épître 24, 94-101

“Shall we say: ‘Since it is lawful for an archbishop together with his associates to do as he pleases, let him be for the duration of his archbishopric a new Evangelist, another Apostle, a different Law-giver?’ Certainly not. For we have an injunction from the Apostle himself: If anyone preaches a doctrine, or urges you to do something against what you have received, against what is prescribed by the canons of the catholic and local synods held at various times, he is not to be received, or to be reckoned among the number of the faithful. And I forbear even to mention the terrible judgment with which the Apostle concludes (Gal. 1:8).”

+ St. Theodore the Studite, Epistle 24, 94-101

cité au sujet de cette rencontre par père Stefan Weerts, Eorhf

(Source: "Blog de St Materne)

 

===

 

===

Patriarch-Ignatius-Ephrem

/أعرب البطريرك إغناطيوس افرام الرئيس الأعلى للكنيسة السريانية في العالم عن قلقه بوجود خطط ومحاولات لإقتلاع المسيحية من بلدان المشرق الاوسطي، فيما حث على البقاء في ارض الاباء والاجداد حتى لو كان وجودا رمزيا .

وقال مار اغناطيوس أفرام الثاني كريم بطريرك أنطاكيا وسائر المشرق للسريان الأرثوذكس خلال قداس ديني أقيم في بغداد أن “الكنيسة تعرضت الى اضطهادات كثيرة على مر الاجيال والازمنة من شعوب وقبائل ودول كثيرة في الشرق، مبدياً تخوفه من اندثار الشهود من بلاد شهدت ولادة المسيحية ومنها انتشرت البشارة الى كل بقاع العالم” .

 

 

 

 

(Source: http://ar.aleteia.org/…/%D9%88%D9%83%D8%B4%D9%81%D9%87%D8%A…)
Le patriarche de l'Eglise Syriaque Orthodoxe d'Antioche et de Tout l'Orient : Sa Sainteté Ignace Ephraim a exprimé sa préoccupation face à l'existence de plans et de tentatives pour arracher le christianisme de pays Orientaux où il s'origine
 

===

Patriarch Ignatius Aphrem II Visits Assyrian Patriarchs Mar Gewargis III & Mar Addai II

 

Source: ORTHODOXY COGNATE PAGE on MARCH 2, 2016

 

 

Syriac Orthodox Church – 2/3/16

Visit to His Holiness Assyrian Patriarch Mar Gewargis III

His Holiness Patriarch Mor Ignatius Aphrem II visited His Holiness Assyrian Patriarch Mar Gewargis III Sleewa at his patriarchal residence in Baghdad.

His Holiness was accompanied by their Eminences: Mor Severius Hawa, Archbishop of Baghdad and Basra, Mor Timotheos Moussa Al-Shamani, Archbishop of the Archdiocese of Mor Matta monastery, Mor Nicodemus Daoud Sharaf, Archbishop of Mosul and Kurdistan, Mor Timotheos Matta Al-Khoury, Patriarchal Secretary, His Grace Mor Maurice Amsih, Director of Public Relations and Patriarchal Delegate in Al-Jazeerah and Euphrates, and Very Rev. Raban Joseph Bali, Patriarchal Secretary and Media Office Director.

His Holiness Patriarch Mar Gewargis III welcomed His Holiness Patriarch Aphrem II and the accompanying delegation.
He expressed his joy at this visit to Baghdad and underlined its importance for the Christians still living there.
Similarly, His Holiness Patriarch Aphrem II thanked His Holiness for the warm welcome and prayed for peace in Iraq and the Middle East. He highlighted the importance to have regular meetings of the heads of the churches in the Middle East to discuss and find solutions for the difficulties and persecutions we are witnessing. He also congratulated His Holiness for the liberation of the kidnapped Assyrians from Khabur.

Visit to His Beatitude Patriarch Mar Addai II

His Holiness Patriarch Mor Ignatius Aphrem II visited His Beatitude Patriarch Mar Addai II, Patriarch of the Ancient Church of the East at his residence in Baghdad.

His Holiness was accompanied by their Eminences: Mor Severius Hawa, Archbishop of Baghdad and Basra, Mor Timotheos Moussa Al-Shamani, Archbishop of the Archdiocese of Mor Matta monastery, Mor Nicodemus Daoud Sharaf, Archbishop of Mosul and Kurdistan, Mor Timotheos Matta Al-Khoury, Patriarchal Secretary, His Grace Mor Maurice Amsih, Director of Public Relations and Patriarchal Delegate in Al-Jazeerah and Euphrates, and Very Rev. Raban Joseph Bali, Patriarchal Secretary and Media Office Director.

His Beatitude Patriarch Mar Addai II welcomed His Holiness Patriarch Aphrem II and the accompanying delegation and expressed his joy at this visit to Baghdad. He also discussed the relations between the two churches.

Similarly, His Holiness Patriarch Aphrem II thanked His Beatitude for the warm welcome and discussed ways of strengthening the relations between the two churches.

Source:

 

===

 

Les Russes ouvrent leurs sanctuaires aux pèlerins catholiques

 

Quelques jours après la rencontre à Cuba entre le pape François et le patriarche Cyrille Ier, le métropolite Hilarion, qui préside le département des relations extérieures du patriarcat de Moscou, a annoncé pour la fin de l’année l’ouverture de ses sanctuaires aux pèlerins catholiques.

(Source: Famille Chrétienne)

===

 

 

Ne l'oublions pas ! Prions sans relâche pour sa libération et celle de son Confrère ...

 

INVITATION(S):

 

 La chorale Cœur-Joie arrive en 

 

chorale-syrienne-coeur-joie.jpg

La célèbre chorale Coeur-Joie de Damas est de retour en France !
Sous la direction du Père Zahlaoui et avec Claudia Touma comme chef de chœur, 114 enfants choristes et 15 musiciens sillonneront la France, pour sept concerts exceptionnels, du 11 au 25 mars.

“Apporter un message de paix et d’espérance” tel est le souhait de cette chorale dont les membres vivent quotidiennement les horreurs de la guerre en Syrie.

Informations complètes : soschretiensdorient.fr/coeur-joie

 

Charles de Meyer, président de l'Association SOS Chrétiens d'Orient, était l'invité de Hélène Lecomte et Nicolas Herbeaux sur LCI. Il a présenté la tournée de la chorale syrienne Cœur-Joie.

Paris, Lyon, Bollène, Sanary-Sur-Mer, Béziers, Toulouse ou Lourdes : réservez vite votre place surweezevent.com/coeur-joie.

- 12/03 - Paris (75) - Eglise Notre Dame des Champs - 20h30
- 13/03 - Lyon (69) - Basilique Notre-Dame de Fourvière - 20h30
- 15/03 - Bollène (84) - Collégiale Saint-Martin - 20h
- 16/03 - Sanary-sur-Mer (83) - Théâtre Galli - 20h30
- 18/03 - Béziers (34) - Cathédrale Saint-Nazaire - 20h30
- 19/03 - Toulouse (31) - Halle aux grains - 19h
+ 20/03 - Toulouse (31) - Cathédrale Saint-Etienne (Messe des Rameaux)
- 21/03 - Lourdes (65) - Basilique du Rosaire - 20h30
+ 24/03 - Paris (75) - Eglise du Coeur Eucharistique de Jésus (Messe)
+ 25/03 - Paris (75) - Mairie du 7ème, Eglise Saint-Julien-le-Pauvre (Messe)

chorale-syrienne-coeur-joie-affiche_600.jpg

 

Ne l'oublions pas ! Prions sans relâche pour sa libération et celle de son Confrère ...

 

 

Programme des prochaines semaines au Monastère Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Miséricorde:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

 

 

*Dimanche 6 Mars, 

Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde

 

 Messe à 10h30,.Repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

* Sunday, March 6,
monthly pilgrimage to N-D Mercy


  Mass at 10:30 .Repas brotherly reception and loyal 13:30 to 17:30.

 

*20 Mars : 

RAMEAUX (Dimanche des Hosanna) Bénédiction solennelle des rameaux  et Messe à 10h30,.Repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

 

* March 20:
PALM (Sunday Hosanna) Solemn Blessing of the Palms, Mass at 10:30 .Repas brotherly reception and loyal 13:30 to 17:30.

 

RETRAITE DE SEMAINE SAINTE des Rameaux au lundi de Pâques.

(Période popice pour les préparation au Baptêmes et receptions dans l'Eglise par Chrismation.)

RETRAITE DE SEMAINE SAINTE AU MONASTERE SYRIAQUE

Pour une guérison et une unification totale de l'homme en chemin vers le Père par le Christ Rédempteur notre Divin Médecin et dans la Grâce du St Esprit

INSCRIVEZ-VOUS !...

Inscrivez-vous pour suivre au plus près le Christ, divin Médecin de nos Esprits,de nos âmes et de nos corps pour vous laisser guérir par Lui !...

 

 

RETIREMENT OF HOLY WEEK Palm Sunday to Easter Monday.


SIGN UP! ...​ 

Sign up to follow closely the Christ, Divine Physician of our spirits, our souls and our bodies to let you heal Him! ...

 

*25 Mars:

Vendredi Saint, 15 h Office Liturgique Syriaque de la Crucifixion...

 

* March 25:
Holy Friday, 15h Syriac Liturgical Service of the Crucifixion ...

 

*26 Mars :

Samedi Saint: 21h , Bénédiction du feu nouveau et Veillée pascale  au rythme  des Services Liturgiques Syriaques, Messe de la Résurection de Notre-Seigneur.

 

* March 26:
Holy Saturday: 21h, Blessing of the New Fire and Vigil at the whim of Liturgical Services Syriacs, Mass of the Resurrection of Our Lord.

 

 

*27 Mars :

PÂQUES, Messe à 10h30,.Repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

* March 27:
EASTER Mass at 10:30 .Repas brotherly reception and loyal 13:30 to 17:30.

 

*Lundi 28 Mars:

PELERINAGE A LA CROIX GLORIEUSE

Messe à 7h au Monastère, départ pour Lisieux.Prières à Lisieux en matinée et déjeuner sur place.

Procession et Prières à la Croix Glorieuse de Dozulé dans  l'après-midi.

Retour au Monastère vers 19h.

 

* Monday, March 28:


PILGRIMAGE TO THE GLORIOUS CROSS


Mass at 7 am at the Monastery, departure for Lisieux.Prières to Lisieux in the morning and lunch.


Procession and Prayers to the Glorious Cross of Dozulé in the afternoon.


Back at the monastery around 19h.

 

*Pèlerinage à Argenteuil:ou

LA SAINTE TUNIQUE

SERA EXPOSEE 

du 25 mars au 10 avril 2016 

*Lundi 4 Avril, Pèlerinage des Chrétiens Syro-Orthodoxes de Saint Thomas,

SOYEZ TOUS PRESENTS,

INSCRIVEZ-VOUS DES MAINTENANT !

Ostension de la Sainte tunique du Christ en la basilique Saint-Denys d'Argenteuil, le 14 avril 1984.

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F