Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 18:14

Un peu d'histoire:, Pour mieux situer notre Eglise et son Eglise-Mère Syriaque des Indes (Malankare) dans la famille des Eglises Syriaques Orthodoxes

 

persian-cross-400

L'Église Syro-Orthodoxe de Mar Thoma ( Jadis connue comme Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne) se situe, conserve et maintient fidèlement la Tradition multi-séculaire et la succession apostolique de l'Église syro-orthodoxe d'Antioche de laquelle naquit l'Eglise Syriaque Orthodoxe Malankare, notre "Eglise-Mère" et en laquelle furent consacrés les trois Métropolites désignés par le Catholicos et le Synode Malankare pour canoniquement constituer cette Juridiction Orthodoxe-Orientale de Tradition Syriaque pour l'Europe et ses Missions . 

Pentecôte

 

Église Orthodoxe Orientale, notre Église Syro-Orthodoxe de Mar Thoma (Syriaque Orthodoxe Antiochienne),  comme notre "Eglise- mère" Syrienne Orthodoxe du Malankare (Catholicosat de l'Est) ainsi que d'autres "Eglises locales" et filles elles-même de l'Antique "Eglise Mère" d'Antioche doit être distinguée de l'Eglise- mère et patriarcale Syriaque- Orthodoxe ( Patriarcat d'Antioche et de Tout l'Orient ) qui, par un accords entre leurs Sainteté Jean-Paul II et Ignace Zacka 1er Iwas, résolut la fracture qui divisait nos Traditions sur un malentendu théologique.

 

Sur la  demande de nombreux fidèles en Europe, en Août 2007, un nouvel archidiocèse de l'Europe a été établi et confirmé par le Saint Synode de l'Eglise Syrienne Orthodoxe Malankare de l'Inde (Eglise Orthodoxe Indienne). 

 

Pour la direction  pastorale de cette Juridiction ecclésiale Son Éminence Mor Severius Moïse fut consacré par décision du même Synode Indien le 21 Novembre 2007, comme Métropolite avec un statut d'autonomie. 

 

En Février 2009, la Métropolie (l'Archidiocèse) été élevée par le même Saint-Synode au statut d'Eglise autocéphale  et son Métropolite (Archevêque) nommé comme le premier Primat de cette Eglise (voir le document) . 

 

Le 28 Avril 2010, par décision du propre Saint Synode de l'Eglise qui était , dès lors autocéphale, le nom de l'église devint : «Eglise Syriaque Orthodoxe Antiochienne» (voir le document) et, depuis: "Eglise Syro-Orthodoxe de Mar Thoma". 

 

En raison de ces  décisions synodales successives, l'Eglise était désormais canoniquement érigée, et cela,  conformément aux règles de la Tradition Apostolique. Elle appartient, de ce fait, à la famille des l'Eglises orthodoxes orientales, qui comptent dans le monde plus de 90 millions de fidèles. 

 

Ainsi, l'Eglise orthodoxe syrienne de Malankare en Inde demeure  l'Eglise- mère de cette nouvelle et jeune Juridiction . 

 

L'Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne (Ou, en traduction Allemande "Antiochienne Syriaque Orthodoxe"), aujourd'hui "Syro-Orthodoxe de Mar Thoma" possède son propre Synode indépendant, lequel est présidée par le métropolite et primat:

-Le Premier métropolite primat fut Mor Severius Moïse qui rejoignit une Eglise Grecque Orthodoxe.

-Le second fut, par dévolution, Mor Philipose. 

Elle suit la doctrine apostolique et ses règles. Elle préserve et défend la seule vraie foi orthodoxe  telle que le Seigneur Jésus Christ l'a confié à Ses saints apôtres. 

 

Il convient donc , pour mieux  situer où et comment se situe notre Eglise , faire un peu d'histoire  pour comprendre comment  les Eglises Syriennes (ou Syriaques) Orthodoxes,  célébrant selon le  rite syrien occidental, sont aujourd'hui organisées en  juridictions indépendantes:
St Pierre et Paul 

Voyons par ordre historique:
1)L'Eglise Orthodoxe Syriaque d'Antioche et de Tout l'Orient dont le Siège du patriarche est à Damas (Syrie), qui est responsable de tous les fidèles Syriaques de langue Araméenne (Syriaque Occidental) dépendant de sa diaspora. Son Patriarche est considéré comme le "Père des Pères" et exerce, comme Chef de l'Eglise-mère de toutes les Eglises de Tradition Syriaque, une prééminence honorifique sur les autres Eglises de cette Tradition.

 

   Les grottes de saint Pierre
 
Les origines de cette Eglise se confondent avec celles du christianisme et, plus particulièrement, de l'Eglise d'Antioche, c'est elle qui, directement ou à travers le "Catholicosat" de Perse (Pour des raisons politiques), assura la continuité de l'Episcopat aux Indes et établit l'Eglise des Indes dans la Tradition Liturgique Syriaque..
Le concile de Chalcédoine (451) provoqua la division de la chrétienté antiochienne; persécutée, cette Eglise dut sa survie à l'action de l'évêque Jacques Baradée († 578), raison pour laquelle elle est souvent appelée du sobriquet d' "Eglise jacobite".
Contrairement aux "mekites" byzantinisés au Moyen-Âge, l'Eglise fidèle à l'Orthodoxie Apostolique , l'Orthodoxie originelle, non chalcédonienne, ou anté-chalcédonienne conserva ses traditions syriaques (Judéo-Palestiniènnes).
Après l'invasion mongole de Tamerlan (XIVe s.), elle vit ses effectifs décroître dramatiquement. Pendant la première guerre mondiale, les Syriens orthodoxes de Turquie orientale furent, comme les Arméniens et les Assyro-chaldéens, victimes d'une terrible persécution.
 

L’actuel patriarche est

 Sa Sainteté Moran Mor Ignatius Aphrem II, 123 ème Patriarche d'Antioche et de tout l'Orient 

qui succéde à Sa Sainteté Zakka Ier IWAS, ce dernier s'était  rendu au Vatican pour rencontrer le pape Jean-Paul II le 23 juin 1984.

 Des accords théologiques et pastoraux de la plus haute importance ont alors été signés.Ils résolvaient un des plus anciens malentendus théologique ainsi que le schisme qui en découlait. Dès lors les Eglises d pouvaient de nouveau, et à juste titre, être dîtes "Eglises-Soeurs", recouvrant l'Unité Catholique par l'Orthodoxie de la Foi telle que vécue dans le concert des Eglises Indivisées des 1ers siècles. 

Jean-Paul II, à son tour, lui rendit cette visite en rencontrant le patriarcat syrien orthodoxe à Damas, en mai 2001.

 

Quelques Pères Syriaques:

 

On peut citer parmi les Pères syriaques, saint Ignace d'Antioche*,  saint Aphraate, le Sage persan (346), et Saint Ephrem le Syrien (373), dont Benoît XVI donné la biographie et la pensée dans trois audiences générales de 2007.  Également : saint Sévère d’Antioche (538), et saint Jacques d’Edesse (708).

 

2)L'Eglise Syrienne (Syriaque) Orthodoxe de Malankare , Catholicosat de l'Est [dont  le siège du Catholicose est à Kottayam (Inde)], qui est responsable des fidèles de l'Inde (Célébrant en Syriaque et Malayalam, la langue vernaculaire).

Voyons maintenant un peu quelle fut l'histoire de
L' Eglise orthodoxe syrienne de Malankara , notre Eglise-mère , Son  Catholicos est actuellement: 
Catholicos Paulos II
Sa Sainteté Baselius Marthoma Paulose II 
qui succèda à S.S. Mor Moran Baselios Mar Thomas Didymos I , Catholicos de l'Est, Métropolite de l'Eglise malankare orthodoxe syrienne, 91e successeur sur le trône de S. Thomas  l'Apôtre 
(Nombre de fidèles: 1 million, dont certains en diaspora).
Saint Gregorios de Parumala, priez-pour nous !

 

La Mission de Mar Thomas

St-Thomas.jpgSelon le livre des "Actes de Saint Thomas" (récit apocryphe des oeuvres de Saint Thomas aux Indes - écrit vers 154-222 ap. J.-C. par Bar Disan, de l'Eglise d'Edesse - Asie mineure), alors que les Apôtres étaient réunis en assemblée qu'on qualifierait aujourd'hui de Synodale ou Conciliaire, en la Première Eglise de Jérusalem, les Douze divisèrent le monde connu en plusieurs parties et se partagèrent les nations et régions à visiter et à évangéliser.
Le sort désigna Thomas pour les Indes . Thomas finit par accepter de partir pour une destination qui, de prime abord, de l'enchantait guère.

Il est attesté que l'Inde était connue des hébreux longtemps avant la naissance du Christ. 

Si les portugais ont "découvert la route des Indes" en 1498 (Vasco de Gama),  la Bible nous révèle que du temps du roi Salomon le commerce des épices existait déjà entre la Syrie et cette région du monde (1 Rois 9,26), (1 Rois 10,11), (1 Rois 10,22).

 

Par ailleurs, lorsque Nabuchodonosor envahit Jérusalem au VI ème siècle av. J.-C. une première colonie juive émigra aux Indes, s'installa et fit souche. 

En l'an 70 de notre ère, lorsque la ville de Jérusalem fut détruite par le général romain Titus un grand nombre de juifs émigrèrent encore vers le pays de mission de l'Apôtre Thomas. 

Ceci nous amène à conclure qu'historiquement, il est tout à fait possible que Saint Thomas ait voyagé jusqu'aux Indes.

Si Paul a certes accompli de grands voyages missionnaires, c'est en empruntant les routes terrestres et maritimes du gigantesque empire romain; en dehors de ces limites, d'autres routes et d'autres contrées demeuraient possible d'accès, car balisées et connues depuis longtemps déjà.

 

Il est par ailleurs mentionné historiquement qu'un canal artificiel navigable fut construit par Ptolémée II Philadelphe (roi d'Egypte - 309-246 av. J.-C.) pour relier le Nil avec la mer Rouge (tous les efforts pour le conserver en bon état furent abandonnés au VIIIe siècle ap. J.-C.) bien avant le fameux et moderne canal de Suez.

Les phéniciens et les juifs établirent des colonies sur la côte du Malabar (Kérala) à différentes périodes.

 

Le nom Malabar désigne la région d'évangélisation de Saint Thomas - côte sud-ouest de l'Inde - Malayalam en hindou - se dit Kerala aujourd'hui - 40000 km² de superficie - Malabar est une forme arabisée du même mot.

 

Les colons Juifs vinrent comme négociants à la recherche d'épices, de bois de santal, de girofles, pierres précieuses et ivoire. Certains étaient arrivés lors de la persécution en Galilée au II ème siècle avant J.-C. On les connaissait sous le nom de "juifs-noirs".

 

Au Danemark - sur la partie nord d'une île danoise - près des ruines du monastère d'Æbelholt jadis consacré à l'Apôtre Thomas, se trouve l'église de Sønder Jernløse, on peut y contempler les vestiges de deux peintures murales (le seul endroit dans ce pays): la première révèle Jésus ordonnant à Thomas de partir aux Indes; la seconde montre Thomas à bord du bateau qui le conduit aux Indes, Abbanès le marchand est occupé par les contraintes de la navigation. Sur l'inscription on peut lire: "Thomas part avec Abbanès à bord du navire".

 

Thomas aux Indes

L'Apôtre serait arrivé à Kodungallur (Cranganoor), Kerala, le 21 novembre 52. Il annonça d'abord l’Évangile à ses frères hébreux, mais il eut plus de succès auprès des kéralites.

Il baptisa de nombreuses personnes appartenant à la haute caste hindoue, dont des membres de la famille royale qui formèrent la première communauté chrétienne des Indes.

L'Histoire rapporte que Thomas fonda sept Eglises dans la province du Kerala:

*Cranganoor,

*Palayoor,

*Parur,

*Kokkamangalam,

*Quilon,

*Niranam et

*Nilackal. La légende veut qu'il ait accompli un miracle dans chacun de ces sept centres.

 

Selon le mode habituel adopté par tous les Apôtres, chaque Eglise locale était administrée par un groupe de prêtres et de diacres, placés sous l'autorité d'un évêque. Thomas se conforma à la règle en instituant par imposition des mains un clergé local.

 

Après 20 ans de mission l'Apôtre fut martyrisé (transpercé d'une lance) à Mylapore (près de Madras) le 3 juillet 72, alors qu'il priait dans une grotte de montagne.

 

Saint Grégoire de Tours en 590 rapporte que le corps de Saint Thomas est d'abord resté à Mylapore dans un monastère richement orné puis, après un long intervalle de temps fut ramené dans la cité d'Edesse en Asie mineure.

 

Saint Ephrem, le grand docteur de l'Eglise syriaque-Orthodoxe confirme cette tradition. Saint Jean Chrysostome, Saint Grégoire de Naziance (IVème siècle), Saint Jérôme, le célèbre historien Eusèbe en 338, tous attestent la présence de Thomas aux Indes.

Intervention de l'Eglise Syriaque-Orthodoxe

Croix Syrienne des Chrétiens de Mar Thomas
En 325 eut lieu le premier grand concile œcuménique de la chrétienté à Nicée. 
Le concile accorda au Patriarche d'Antioche de Syrie juridiction sur l'Asie mineure, l'Inde et la Chine. 
Un évêque représentait l'Eglise Indienne au Concile: Mar Jean. Il signa les décrets du concile en donnant son titre: "prélat et métropolite de Perse, évêque de la Grande Inde".
Cependant, la situation des chrétiens de Saint Thomas devenait préoccupante.
Un riche marchand syrien, Thomas Cana, remarqua lors d'un voyage à Kerala qu'un grand nombre de personnes portaient des croix raides et arrondies sur leurs cols.
Après quelques investigations il découvrit qu'ils étaient "Nazaranees", convertis à la foi chrétienne depuis plusieurs générations par Saint Thomas l'Apôtre.
Mais  ils n'avaient plus désormais de guide spirituel , l'Eglise Patriarcale les avait-elle oublié, ou le Manphrianat de l'Est les avaient-ils oubliés?
Toujours est-ils qu'ils "erraient comme des brebis sans berger", comme des étrangers dominés par les hindous de caste. Leur condition était pathétique.
Chrétien loyal et convaincu, de retour à Damas, Thomas Cana plaida leur cause auprès du Patriarche d'Antioche qui décida l'envoi d'une mission destinée à soutenir cette Eglise.

Mor Joseph d'EdesseVers la même époque, l'évêque de la ville d'Edesse ( non encore assujettie à l'hérésie nestorienne) eut un songe qui lui révéla l'état déplorable des chrétiens de Saint Thomas. Mar Joseph - c'était son nom - réunit des prêtres, des diacres et d'autres missionnaires pour aller secourir l'Eglise du Kerala (Malabar).

Un groupe de 400 personnes conduit par Mar Joseph et Thomas Cana se prépara à partir vers l'Inde pour s'y établir. Ils désiraient aussi y prospérer. Tous ceux qui souhaitèrent participer au voyage devaient s'engager à:
1) Ne plus avoir de relations avec leur pays d'origine.
2) Etre fidèles aux dix commandements et aux sept sacrements.
3) Ne pas échouer dans leur entreprise.

 

L'expédition arriva par la voie des mers au port de Cranganore le 3 mars 345. Thomas Cana fut reçu par le roi Cheruman Perumal, rajah du Malabar, qui accepta les présents des syriens et offrit l'hospitalité de ses terres aux immigrants.

Le groupe des 400 personnes se composait de 72 familles qui purent s'installer dans 72 maisons et jardins avec leurs dépendances.

Le roi donna à Thomas Cana une ville appelée Mahadevarpattanam pour construire une église. Les syriens reçurent le titre de "Mapla", qui signifie "cher fils" ou "cher enfant". 

Les souverains du Malabar étaient très tolérants, ils respectaient les autres religions et les accueillaient avec bienveillance.

Les chrétiens de Saint Thomas adoptèrent ces frères venus s'expatrier pour eux, la liturgie syriaque fut introduite,respectueuse de coutumes indiennes locales.

Désormais l'Eglise du Malabar quittait un relatif isolement et bénéficiait de la protection spirituelle du patriarcat syrien d'Antioche.

L'Eglise eut quelques craintes avec l'arrivée de l'Islam dans les siècles suivants, mais peu de documents historiques couvrant cette époque sont parvenus jusqu'à aujourd'hui. Tout se transmettait de façon orale. Seul un manuscrit découvert en 1985 à Kuravilangad et daté de 1158 ans donne quelques précisons sur l'origine de la région du Kerala (Malabar), l'organisation de la société, l'agriculture, l'histoire de Thomas Cana et les privilèges reçus du rajah Cheruman Peruval (La nouvelle de la découverte de ce manuscrit a été publiée dans "The Indian Express" du 14/7/1985).

L'arrivée des Colonisateurs Portugais et de leurs "Missionnaires"

En 1498 le navigateur portugais Vasco de Gama "découvre la route des Indes". Il aborde la côte du Kerala.

Au siècle suivant la couronne royale portugaise établit son pouvoir politique et spirituel dans l'Inde du Sud.

Les Aumôniers Jésuites des colonisateurs se posant en "missionnaires" débarquent dans l'idée d'opèrer des conversions massives.

Ils constatent avec étonnement qu'une Eglise autochtone vivante et indépendante, bien constituée dans son administration sacerdotale existe déjà.

Mais l'Eglise de Rome veut s'imposer à Kerala, elle se prépare à y appliquer sa politique et ses principes d'hégémonie universelle, comme elle tentera de le faire quelques années plus tard avec les chrétiens d'Ethiopie.

 

Pourtant,les chrétiens de Saint Thomas accueillirent tout d'abord avec joie ces frères en Christ venus du bout du monde, leur culture religieuse étant imprégnée de tolérance et de respect d'autrui.

Depuis fort longtemps plusieurs religions coexistent de façon pacifique en Kerala :

-juifs, chrétiens, bouddhistes, hindouistes, musulmans.

La marche forcée vers la "communion avec Rome" orchestrée par les dits "missionnaires" a finalement, temporairement, raison de la résistance des chrétiens de Saint Thomas.

Un simulacre de"synode" se tient à Diampur le 20 juin 1599 pour soumettre  l'Eglise du Kerala afin qu'elle promit  "obédience et soumission au Pontife romain". Cette Eglise est, comme celle d'Antioche une "Eglise de Martyrs" . Par exemple : Thomas Paremmakel, l'un de ses évêques, est assassiné par les portugais.

A la suite du "synode", l'épiscopat indien est disloqué, dissout, l'Eglise du Kerala est désormais gouvernée par des évêques portugais. 

Cette situation est méprisante et humiliante pour les chrétiens de Saint Thomas.

Une révolte éclate en 1653 connue sous le nom de "The Coonen Cross Pledge". Le recouvrement de l'indépendance de l'Église est  exigé.

Les communautés souffrent de l'absence d'évêque indien pour les guider dans leur spiritualité, elles connaissent de sérieuses difficultés liées au refus du pouvoir et de l'oppression portugaise.

C'est alors qu'un  évêque orthodoxe syrien, Mar Ahathalla, sera même assassiné par les portugais dès qu'il accosta sur les rives Keralaises.

St Grégoire, Patriache de Jérusalem,Consécrateur de St K

Les communautés les plus attachées à l'indépendance et à la liberté de l'Église du Kerala souhaitent la restauration de la succession apostolique, c'est à dire espèrent la consécration d'un évêque indien dans la succession des Apôtres. 

Elles se tournent vers d'autres Églises soeurs pour leur demander de l'aide,

 une nouvelle fois(après plus de mille ans d'intervalle) 

 le Patriarche d'Antioche répond présent.

essanjoor

Il délègue l'archevêque métropolitain de Jérusalem Mar Gregorios (Devenu St Grégoire de Jérusalem) qui voyage aux Indes en 1665 et consacre tout d'abord un premier Métropolite: Mar Koorlose BAVA, puis  un Métropolite pour l'Eglise Malankare en imposant les mains à l'Archidiacre qu'avaient élu ses pairs lors du Serment de la Croix de Conan sous le nom de Marthoma 1er .

Les Temps Modernes

En 1795 les anglais s'emparent du Malabar (Kerala)Une autre occupation commence, celle de l'empire britannique. 

En 1806 le marquis de Welleysley, gouverneur général des Indes pour la couronne d'Angleterre envoie le Révérend Claudius Buchanan, prêtre anglican, effectuer des recherches sur l'Eglise des chrétiens de Saint Thomas.

Les missionnaires anglicans prétendent venir en aide à l'Eglise indienne, ils permettent l'ouverture d'un séminaire dans la ville de Kottayam en 1815,mais leurs efforts ne sont pas "désintéressés", ils tentent d'imposer la théologie anglicane (protestante) aux séminaristes indiens et, de ce fait collaborent à diviser notre chère Chrétienté Orthodoxe des Indes en plusieurs factions..

Vers la fin du XIXème siècle l'Eglise des chrétiens de Saint Thomas se partage en plusieurs obédiences (Malankare-Orthodoxe/ Eglise Orthodoxe Indienne (Siège Apostolique de Saint Thomas, Catholicosat de l'Est), Syriaque-Orthodoxe Jacobite (Patriarcat d'Antioche), Syrienne Indépendante de Malabar (MISC / Siège de Thoozyur), Eglise Malankare Mathomite (Anglicanisée).

Au début du XXIème siècle l'Eglise Othodoxe Indiènne (Malankare Orthodoxe crée une nouvelle Juridiction Orthodoxe-Orientale pour l'Europe :
 

 

3)L'Eglise Syro-Orthodoxe de Mar Thoma (Syiaque-Orthodoxe Antiochienne ,ou, selon la traduction Allemande: "Antiochienne Syriaque Orthodoxe") dont le siège du métropolite et primat fut initialement dans le Leinatal (Allemagne) et se trouve actuellement en Normandie (France), qui est responsable des fidèles de différentes langues, nations et ethnies européennes ainsi que des "Missions Etrangères" de ces nations jadis devenues majoritairement Romaines-catholique au gré d'aléas de schismes et hérésies sur fond politique.

 

Rappelons ce que nous énoncions au début de notre propos:

Église Orthodoxe Orientale, notre Église Syro-Orthodoxe de Mar Thoma (Syiaque Orthodoxe Antiochienne),  comme notre "Eglise- mère" Syrienne Orthodoxe du Malankare (Catholicosat de l'Est) ainsi que d'autres "Eglises locales" et filles elles-même de l'Antique "Eglise Mère" d'Antioche doit être distinguée de l'Eglise- mère et patriarcale Syriaque- Orthodoxe ( Patriarcat d'Antioche et de Tout l'Orient ) qui, par un accords entre leurs Sainteté Jean-Paul II et Ignace Zacka 1er Iwas, résolut la fracture qui divisait nos Traditions sur un malentendu théologique.

 

Sur la  demande de nombreux fidèles en Europe, en Août 2007, un nouvel archidiocèse de l'Europe a été établi et confirmé par le Saint Synode de l'Eglise Syrienne Orthodoxe Malankare de l'Inde. 

Primat

Pour la direction  pastorale de cette Juridiction ecclésiale Son Éminence Mor Severius Moïse fut consacré par décision du même Synode Indien le 21 Novembre 2007, comme premier Métropolite avec un statut d'autonomie. 

 

En Février 2009, la Métropolie (l'Archidiocèse) été élevée par le même Saint-Synode au statut d'Eglise autocéphale   et son Métropolite (Archevêque) nommé comme le premier Primat de cette Eglise (voir le document)  . 

 

Le 28 Avril 2010, par décision du propre Saint Synode de l'Eglise qui était , dès lors autocéphale, le nom de l'église devint : «Eglise Syriaque Orthodoxe Antiochienne» (voir le document) et , depuis, pour éviter toute ambiguïté terminologique avec l'Eglise d'Antioche et mieux exprimer sa filiation avec l'Eglise des Indes (Chrétiens de Mar Thoma / St Thomas): "Eglise Syro-Orthodoxe de Mar Thoma". 

 

En raison de ces  décisions synodales successives, l'Eglise était désormais canoniquement érigée, et cela,  conformément aux règles de la Tradition Apostolique.

Elle appartient, de ce fait, à la famille des l'Eglises orthodoxes orientales, qui comptent dans le monde plus de 90 millions de fidèles. 

 

Ainsi, l'Eglise orthodoxe syrienne de malankare en Inde demeure  l'Eglise- mère de cette nouvelle, de cette jeune Juridiction . 

 

L'Eglise Syro-Orthodoxe de Mar Thoma (Syriaque-Orthodoxe Antiochienne (Ou, en traduction Allemande "Antiochienne Syriaque Orthodoxe") possède son propre Synode indépendant.

Mor Severius ayant  quitté la Tradition Syro-Orthodoxe pour rejoindre une Eglise Grecque-Orthodoxe le 12 Mai 2016, Mor Philipose  succède par dévolution comme Métropolite-Primat à Mor Severius 

(Mor Philipose, à gauche de Mor Melethius, l'un des trois consécrateur du Premier Primat: Mor Severius)

avec l'assistance d'un "Conseil du Métropolite" (Composé des prêtres des deux clergé monastique et séculier ), "Conseil de l'Eglise" (Composé des fidèles de l'Eglise), d'un "Conseil des Fraternels (Composé d’évêques, de prêtres et de laïques d'autres Eglises Apostoliques: De la famille Orthodoxe-Orientale, Orthodoxes de la famille Bysantino-Slave, Romaine-catholiques...)  

Elle suit la doctrine apostolique et ses règles. Elle préserve et défend la seule vraie foi orthodoxe  telle que le Seigneur Jésus Christ l'a confié à Ses saints apôtres. 

 

     cross[1]     

                 

 

"L'avenir est dans la paix, il n'y a pas d'avenir sans paix"

 

"The future is in peace, there is no future without peace"

 

"O futuro está em paz, não há futuro sem paz"

 

(SS Ignatius Aprem II)

Note:
Eglise Métropolitaine fondée grâce à l'élan missionnaire de l'Eglise Syrienne Orthodoxe des Indes (Malankare) pour l'Europe et ses missions, notre Eglise Syro-Orthodoxe de Mar Thoma, située en francophonie et ses missions d'Afrique, du Brésil, du Pakistan et en Amérique latine* est une Eglise Orthodoxe-Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles, nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non obligatoires.Toute offrande fait cependant l'objet d'une déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre revenu). 
Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

Pour l’Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89), Métropolite et Sœur Marie-André M'Bezele, moniale (06.17.51.25.73).

-------------------------------------------------------------

Nota:
A Igreja Metropolitana fundada graças ao ímpeto missionário da Igreja Ortodoxa Síria das Índias (Malankare) para a Europa e suas missões, nossa Igreja Siro-Ortodoxa de Mar Thoma, localizada em Francofonia e suas missões da África, Brasil, do Paquistão e da América Latina * é uma Igreja Ortodoxa Oriental.

O mosteiro siríaco é um centro de oração pela unidade das igrejas apostólicas, a unanimidade do testemunho cristão e a paz do mundo.

¤ Pastoral em várias regiões da França para: acompanhamento espiritual, sacramentos, sacramentais (bênçãos, orações de libertação ou exorcismo, orações para cura) ...

Para os serviços pastorais prestados ao mosteiro como a recepção dos fiéis para estadias curtas ou retiros espirituais, não exigimos nenhum pagamento fixo.

As ofertas são gratuitas e não são obrigatórias, no entanto, qualquer oferta é deduzida da sua renda tributável em 66% da sua renda.
Rotule todos os C B com a seguinte ordem "Metropolitan E S O F"

Para a capelania francófona siro-ortodoxa de africanos que vivem na França, entre em contato com os chefes: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitan e irmã Marie-André M'Bezele, freira (06.17.51.25.73).

-----------------------------------------------------------------

Note:
Metropolitan Church founded thanks to the missionary impetus of the Syrian Orthodox Church of the Indies (Malankare) for Europe and its missions, our Syro-Orthodox Church of Mar Thoma, located in Francophonie and its missions from Africa, Brazil, of Pakistan and Latin America * is an Eastern Orthodox Church.

The Syriac Monastery is a Prayer Center for the unity of the Apostolic Churches, the unanimity of the Christian Testimony and the peace of the world.

¤ Pastoral office in various regions of France for: spiritual accompaniment, sacraments, sacramentals (Blessings, Prayers of deliverance or exorcism, prayers for healing) ...

For the pastoral services rendered to the monastery as the reception of the faithful for short stays or spiritual retreats, we do not require any fixed.

Offerings are free and not obligatory. However, any offer is deducted from your taxable income at 66% of your income.
Label all C B with the following order "Metropolitan E S O F"

For the Francophone Syro-Orthodox Chaplaincy of Africans living in France, contact the Heads: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitan and Sister Marie-André M'Bezele, nun (06.17.51.25.73).

----------------------------------------------------------------

Nota:
La Iglesia Metropolitana, fundada gracias al ímpetu misionero de la Iglesia Ortodoxa Siria de las Indias (Malankare) para Europa y sus misiones, nuestra Iglesia Siro-Ortodoxa de Mar Thoma, ubicada en la Francofonía y sus misiones desde África, Brasil, de Pakistán y América Latina * es una iglesia ortodoxa oriental.

El monasterio siríaco es un centro de oración por la unidad de las iglesias apostólicas, la unanimidad del testimonio cristiano y la paz del mundo.

¤ Presencia pastoral en varias regiones de Francia para: acompañamiento espiritual, sacramentos, sacramentales (bendiciones, oraciones de liberación o exorcismo, oraciones para sanar) ...

Para los servicios pastorales prestados al monasterio como la recepción de los fieles para estancias cortas o retiros espirituales, no requerimos ninguna reparación.

Las ofertas son gratuitas y no obligatorias, sin embargo, cualquier oferta se deduce de su ingreso imponible al 66% de su ingreso.
Etiquete todos los C B con el siguiente orden "Metropolitan E S O F"

Para la Capellanía franco-ortodoxa francófona de africanos que viven en Francia, comuníquese con los Jefes: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitana y la Hermana Marie-André M'Bezele, monja (06.17.51.25.73).

* Pour aller plus loin, cliquez ci-dessous:

 

Partager cet article
Repost0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans orthodoxie-orientale

Recherche

Articles Récents

Liens