Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2019 6 20 /07 /juillet /2019 08:56

Sommaire:

*St Elie

*Programme Iconographique de plafond de l'église du Monastère

*Lectionnaire du 6ème Dimanche après Pentecôte

*Prochains Rendez-vous Liturgiques

*Cotignac , un Sanctuaire de la Ste Famille

*Dieu a t-il un genre ? 

*Clarté d'un cardinal

*Aujourd'hui l'Iraq

En ce 20 juillet, notre Église Syro-Orthodoxe de Mar Thoma (Métropolie de Tradition Malankare Orthodoxe pour l'Europe et ses Missions) se souvient du Saint Prophète Élie .

Le Saint Prophète Élie était un ardent défenseur de la vraie foi. Ainsi s’insurgea t-il avec force contre le culte des idoles pratiqué par les Israélites de son temps.

Aujourd'hui encore, de nombreux croyants sont tentés par l'esprit d'apostasie. Que Saint Elie, intercède pour nous conserver dans la Vraie Foi !

Au 1er Livre des Rois au Chapitre 17, nous voyons comment il annonça prophétiquement une sécheresse sur la terre d'Israël et comment il fût nourri par des corbeaux sur l'ordre de Dieu.

L' Épiclèse lors de laquelle , lors de la Quadisha Qurbana (Sainte Messe), le célébrant prie à haute voix, "Anin Moriyo (Répondez moi, Seigneur, Répondez moi, Seigneur,Répondez moi, Seigneur!", prend sa source dans la prière du prophète Elijah à Dieu telle qu'elle est décrite dans le 1er Livre des Rois au Chapitre 18, verset 37.

L'Ecriture Sainte nous enseigne que le prophète Élie a été emmené vivant au ciel sur un char de feu et Élisée resta pour continuer son oeuvre prophétique et lui succéder (2 Rois 2:11). 
Dans le Nouveau Testament, comme vous le voyez sur la première Icône Syriaque de cette publication, il apparaît aux côtés de Jésus lors de la Transfiguration.

Que les prières et les intercessions du Saint Prophète Elie soient avec nous tous! Amîn.

Demain, je l'espère, vous serez au Monastère. 
Voici le programme iconographique dans son ensemble, tel qu'envisagé par notre ami Armia . 

Je vous laisse quelques photos de l'Avant-chœur et du Chœur de notre église du Monastère et, ensuite dans le sens des aiguilles d'une montre vous contemplez ce qui est réalisé et ce qui reste à réaliser.


 

 

En couleur ce qui est réalisé, en gris, ce qui reste à faire...
Vous avez ci-dessous le descriptif des scènes*.
1) Première icône: L'annonce des Saints Anges au bergers dans la nuit de Bethléem


2) La deuxième icône: Naissance de Jésus le Messie 


3) La troisième icône: Visite des mages offrant leurs présents à Jésus le Messie.


4) La quatrième icône: Le songe de Joseph pour fuir Hérode e sanguinaire et emmener l'enfant et sa mère au pays d'Égypte.


5) La cinquième icône: Offrande du Christ au temple


6) La sixième icône:La sainte famille fuit le massacre des Saints Innocents ordonné par Hérode et visite l'Egypte, accomplissant ainsi l'Ecriture "d'Egypte, j'ai appelé mon Fils"

A demain je l'espère.Tous au Monastère Dimanche 21 JUILLET pour le
Pèlerinage en l'honneur de Saint Christophe:

*Messe à 10h30 
*BENEDICTION:
-De la Fresque des Saints Pierre et Paul,
- DES VOITURES ET DES MOTOS en l'honneur de St Christophe
*Repas fraternel pour l'anniversaire anticipé de Mor Philipose, de Thérèse Ribreau et remercier Armia Elkatcha, notre ami fresquiste et iconographe (Qui repartira vers l'Egypte le 25) ainsi que, comme d'habitude, de la réception des fidèles.

Adresse:
Sanctuaire Marial de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde
Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly,4
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

*l'église du Monastère métropolitain de notre Juridiction Syro-Orthodoxe (De Tradition Malankare Orthodoxe) étant aussi un Sanctuaire Marial dédié à Marie, Mère de Miséricorde, notre ami Armia Elkatcha a conçu que les six panneaux du plafond fussent réservés au Mystère de la Sainte Enfance de Notre Seigneur et Sauveur le Christ, Vrai Dieu et Vrai homme.
--------------------------------------

On this 20th of July, our Syro-Orthodox Church of Mar Thoma (Metropolis of Malankara Orthodox Tradition for Europe and its Missions) remembers the Holy Prophet Elijah.

The Holy Prophet Elijah was an ardent defender of the true faith. Thus he rebelled strongly against the worship of idols practiced by the Israelites of his time.

Even today, many believers are tempted by the spirit of apostasy. May Saint Elijah intercede to keep us in True Faith!

In the 1st Book of Kings in Chapter 17, we see how he prophetically announced a drought on the land of Israel and how he was fed by crows on the command of God.

The epiclesis in which, during the Quadisha Qurbana (Holy Mass), the celebrant prays aloud, "Anin Moriyo (Answer me, Lord, answer me, Lord, answer me, Lord!", Takes its source in the Prophet Elijah's prayer to God as described in the 1st Book of Kings in Chapter 18, verse 37.

Sacred Scripture teaches us that the prophet Elijah was taken alive to heaven on a chariot of fire, and Elisha stayed to continue his prophetic work and succeed him (2 Kings 2:11).
In the New Testament, as you see on the first Syriac Icon of this publication, he appears alongside Jesus during the Transfiguration.

May the prayers and intercessions of the Holy Prophet Elijah be with us all! Amin.

Tomorrow I hope you will be at the Monastery.
Here is the iconographic program as a whole, as envisioned by our friend Armia.
I leave you some pictures of the Avant-choir and the Choir of our Monastery Church and, then in a clockwise direction, you contemplate what is realized and what remains to be done.
In color what is done, in gray, what remains to be done ...
You have below the description of the scenes *.
1) First Icon: The Annunciation of the Holy Angels to the Shepherds in the Night of Bethlehem
2) The second icon: Birth of Jesus the Messiah
3) The third icon: Visit of the mages offering their presents to Jesus the Messiah.
4) The fourth icon: Joseph's dream to escape Herod e bloodthirsty and take the child and his mother to the land of Egypt.
5) The fifth icon: Offering of Christ to the temple
6) The sixth icon: The holy family flees the massacre of the Holy Innocents ordained by Herod and visits Egypt, thus fulfilling the Scripture "of Egypt, I called my Son"

See you tomorrow, I hope so. All at Monastery Sunday, July 21st for the
Pilgrimage in honor of Saint Christopher:

* Mass at 10:30
*BLESSING:
From the Fresco of Saints Peter and Paul,
- CARS AND MOTORBIKES in honor of St Christophe
* Fraternal meal for the anticipated birthday of Mor Philipose, Thérèse Ribreau and thank Armia Elkatcha, our friend fresco and iconographer (who will return to Egypt on the 25th) and, as usual, the reception of the faithful.

 

* The Church of the Metropolitan Monastery of our Syro-Orthodox Jurisdiction (Orthodox Malankara Tradition) is also a Marian Shrine dedicated to Mary, Mother of Mercy, our friend Armia conceived that the six ceiling panels were reserved for the Mystery of the Holy Childhood of Our Lord and Savior Christ, True God and True Man.
----------------------------------------

Neste dia 20 de julho, nossa Igreja Siro-Ortodoxa de Mar Thoma (Metrópole da Tradição Ortodoxa Malankara para a Europa e suas Missões) lembra-se do Santo Profeta Elias.

O Santo Profeta Elias foi um ardente defensor da verdadeira fé. Assim, ele se rebelou fortemente contra a adoração de ídolos praticados pelos israelitas de seu tempo.

Ainda hoje, muitos crentes são tentados pelo espírito de apostasia. Que São Elias interceda para nos manter na Verdadeira Fé!

No primeiro livro dos reis, no capítulo 17, vemos como ele profeticamente anunciou uma seca na terra de Israel e como ele foi alimentado por corvos sob o comando de Deus.

A epiclese em que, durante a Quadisha Qurbana (Santa Missa), o celebrante ora em voz alta: "Anin Moriyo (Responda-me, Senhor, responde-me, Senhor, responde-me, Senhor!", Leva sua fonte no A oração do profeta Elias a Deus como descrito no primeiro livro dos Reis no capítulo 18, verso 37.

A Sagrada Escritura nos ensina que o profeta Elias foi levado vivo ao céu em uma carruagem de fogo, e Eliseu ficou para continuar seu trabalho profético e sucedê-lo (2 Reis 2:11).
No Novo Testamento, como você vê no primeiro ícone siríaco desta publicação, ele aparece ao lado de Jesus durante a Transfiguração.

Que as orações e intercessões do Santo Profeta Elias estejam com todos nós! Amin.

Amanhã espero que você esteja no mosteiro.
Aqui está o programa iconográfico como um todo, como imaginado pelo nosso amigo Armia.
Deixo-vos algumas fotos do Coro Avant e do Coro da nossa Igreja do Mosteiro e, depois, no sentido dos ponteiros do relógio, pensais no que é realizado e no que resta a fazer.
Na cor o que é feito, em cinza, o que resta a ser feito ...
Você tem abaixo a descrição das cenas *.
1) Primeiro ícone: A Anunciação dos Santos Anjos aos Pastores na Noite de Belém
2) O segundo ícone: Nascimento de Jesus, o Messias
3) O terceiro ícone: Visita dos magos oferecendo seus presentes a Jesus, o Messias.
4) O quarto ícone: o sonho de José de escapar de Herodes e sedento de sangue e levar a criança e sua mãe à terra do Egito.
5) O quinto ícone: oferenda de Cristo ao templo
6) O sexto ícone: A Sagrada Família foge do massacre dos Santos Inocentes ordenados por Herodes e visita o Egito, cumprindo assim a Escritura "do Egito, eu chamei meu Filho"

Vejo você amanhã, espero que sim.Todos no Mosteiro domingo, 21 de julho para o
Peregrinação em honra de São Cristóvão:

* Missa às 10:30
* BÊNÇÃO:
Do Fresco de São Pedro e São Paulo,
- CARROS E VELOMOS em honra de São Cristóvão
* Refeição fraterna para o antecipado aniversário de Mor Philipose, Thérèse Ribreau e agradecimento a Armia Elkatcha, nossa amiga aficcionada e iconógrafa (que retornará ao Egito no dia 25) e, como sempre, a recepção dos fiéis.

 

* A Igreja do Mosteiro Metropolitano da nossa Jurisdição Siro-Ortodoxa (Tradição Ortodoxa Malankara) é também um santuário mariano dedicado a Maria, Mãe da Misericórdia, nosso amigo Armia concebeu que os seis painéis de teto foram reservados para o Mistério do Santo Infância de Nosso Senhor e Salvador Cristo, Verdadeiro Deus e Verdadeiro Homem.

 

 

Sixième dimanche après la Pentecôte

  • Saint Qurbana
    • Actes 1:15 – 20 :
  • 15 En ces jours-là, Pierre se leva au milieu des frères qui étaient réunis au nombre d’environ cent vingt personnes, et il déclara :
  • 16 « Frères, il fallait que l’Écriture s’accomplisse. En effet, par la bouche de David, l’Esprit Saint avait d’avance parlé de Judas, qui en est venu à servir de guide aux gens qui ont arrêté Jésus :
  • 17 ce Judas était l’un de nous et avait reçu sa part de notre ministère ;
  • 18 puis, avec le salaire de l’injustice, il acheta un domaine ; il tomba la tête la première, son ventre éclata, et toutes ses entrailles se répandirent.
  • 19 Tous les habitants de Jérusalem en furent informés, si bien que ce domaine fut appelé dans leur propre dialecte Hakeldama, c’est-à-dire Domaine-du-Sang.
  • 20 Car il est écrit au livre des Psaumes : Que son domaine devienne un désert, et que personne n’y habite, et encore : Qu’un autre prenne sa charge.
    •  
    • I Corinthiens 8: 1-6 :
  • 01 Au sujet des viandes qui ont été offertes aux idoles, nous savons bien que nous avons tous la connaissance nécessaire ; mais la connaissance rend orgueilleux, tandis que l’amour fait œuvre constructive.
  • 02 Si quelqu’un pense être arrivé à connaître quelque chose, il ne connaît pas encore comme il faudrait ;
  • 03 mais si quelqu’un aime Dieu, celui-là est vraiment connu de lui.
  • 04 Quant à manger ces viandes offertes aux idoles, le pouvons-nous ? Nous savons que, dans le monde, une idole n’est rien du tout ; il n’y a de dieu que le Dieu unique.
  • 05 Bien qu’il y ait en effet, au ciel et sur la terre, ce qu’on appelle des dieux – et il y a une quantité de « dieux » et de « seigneurs » –,
  • 06 pour nous, au contraire, il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui tout vient et vers qui nous allons ; et un seul Seigneur, Jésus Christ, par qui tout vient et par qui nous vivons.
    •  
    • Saint Matthieu 15: 32-39 :
  • 32 Jésus appela ses disciples et leur dit :
  • -« Je suis saisi de compassion pour cette foule, car depuis trois jours déjà ils restent auprès de moi, et n’ont rien à manger. Je ne veux pas les renvoyer à jeun, ils pourraient défaillir en chemin. »
  • 33 Les disciples lui disent :
  • -« Où trouverons-nous dans un désert assez de pain pour rassasier une telle foule ? »
  • 34 Jésus leur demanda :
  • -« Combien de pains avez-vous ? »
  • Ils dirent :
  • -« Sept, et quelques petits poissons. »
  • 35 Alors il ordonna à la foule de s’asseoir par terre.
  • 36 Il prit les sept pains et les poissons ; rendant grâce, il les rompit, et il les donnait aux disciples, et les disciples aux foules.
  • 37 Tous mangèrent et furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait sept corbeilles pleines.
  • 38 Or, ceux qui avaient mangé étaient quatre mille, sans compter les femmes et les enfants.
  • 39 Après avoir renvoyé la foule, Jésus monta dans la barque et alla dans le territoire de Magadane.
    •  

Nos prochains Rendez-vous Liturgique au Monastère et en

dehors pour la fin Juillet et le début Août:

 

 

¤Au Monastère:

 

-Dimanche 21  JUILLET,

Pèlerinage en l'honneur de Saint Christophe.

BENEDICTION DES VOITURES*

 

-Dimanche 28   JUILLET, 

Pèlerinage en l'honneur de Sainte Anne,

MESSE A 9h30, départ pour la Procession de Sainte Anne (Pique-nique)

 

-Dimanche 4 AOÛT

Pèlerinage mensuel à Notre-Dame de Miséricorde

et aux Saints du Kerala

Du lundi 5 Août au Jeudi 15 Août,

VACANCES FAMILIALES

Organisées par l’Association Caritative

CARITAS E S O F.

Lieux visités :

-Plages de Vendée,

-Charentes,

-Lourdes et Pyrénées,

-Limousin et Normandie

 

IL EST TEMPS DE S’INSCRIRE !

-JEUDI 15 AOÛT

DORMITION-ASSOMPTION DE LA TRÈS SAINTE VIERGE MARIE

Grand Pèlerinage d'été à Notre-Dame de Miséricorde

10h30 Messe et Procession mariale, renouvellement du vœux de consécration de la France à Marie Reine

 

¤ANGOULÊME (Jauldes):

-Dimanche 14 JUILLET*

-ATTENTION, Dimanche 28 JUILLET, PAS DE MESSE A JAULDES 

 

-Dimanche 11 AOUT,

Pèlerinage à Jauldes

à Ste Philomène (Relique)*

 

*Messe à 10h30 suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

 

UN SANCTUAIRE A LA SAINTE FAMILLE:

 

Dans l’arrière-pays de Toulon, un discret sanctuaire consacré à la Sainte Famille et ayant marqué l’histoire de France fête cette année ses 500 ans.
Cotignac (Var) De notre envoyée spéciale

7 h 30. Soleil sur le mont Verdaille

Six religieux en habit gris-bleu, sandales et barbe de quelques jours, chantent en arc de cercle devant l’autel. « Voici la servante du Seigneur », entonne le plus âgé. « Qu’il me soit fait selon sa parole », répondent les autres à l’unisson, selon une mélodie grégorienne quasi monocorde.

Au cœur de la spiritualité de ces frères de Saint-Jean, la Vierge Marie est aussi la patronne des lieux : sur cette bucolique colline provençale, le mont Verdaille, elle est apparue deux fois, portant l’Enfant Jésus. C’était en août 1519, il y a 500 ans. Saint Joseph, lui, est apparu sur la colline d’en face, le mont Bessillon, en 1660. Toute la Sainte Famille est ainsi apparue dans ce relief situé à soixante kilomètres de Toulon.

Quand on sort, après les laudes, de l’église Notre-Dame-de-Grâces, le soleil est déjà haut. Les cars qui ne tarderont pas à débarquer leurs lots de pèlerins ne sont pas encore garés dans le parking, mais le sanctuaire fourmille déjà d’activité, entre le vrombissement du chantier des futurs sanitaires et l’arrivée de quelques prestataires extérieurs.

La boutique, elle, est ouverte depuis 7 heures. Juste devant, sous un arbre, trois ouvriers armés de râteaux et de souffleurs électriques attendent que Pedro, qui gère la logistique du sanctuaire, cesse de courir pour leur montrer les lieux à « débroussailler ». Frère Samuel-Bernard, le chapelain, glisse un commentaire en passant : « Autrefois, ici, il y avait des chênes verts, mais ils ont été remplacés au XIXe siècle par ces pins, nuisibles au possible : leurs aiguilles bouchent toutes les gouttières ! » Leur ombre, en tout cas, offre un peu de répit en cette chaude journée.

9 h 30. Un film pour les pèlerins

Venu des environs de Perpignan, un premier groupe de pèlerins visionne le film de présentation du sanctuaire, instructif, quoique à l’imagerie assez kitsch. La salle où sont réunis les paroissiens, derrière l’église, porte le nom de Jean de la Baume. C’est à ce bûcheron que la Vierge est apparue il y a 500 ans, avec dans ses bras un enfant « debout, les pieds posés sur un croissant de lune ». La rareté des apparitions de la Vierge à l’Enfant à travers le monde fait la fierté de ce sanctuaire français.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Plus d’un siècle plus tard, en 1637, alors que Louis XIII et Anne d’Autriche ne parviennent pas à enfanter, un religieux augustin, frère Fiacre, récite trois neuvaines à Marie, dont une à Notre-Dame-de-Grâces de Cotignac, après que la Vierge le lui a demandé au cours d’une vision. Neuf mois plus tard naît Louis XIV, dit « Dieudonné ». Avant même cette naissance, son père Louis XIII consacre le royaume à Marie.
10 h 30. Dans les pas de Louis XIV

« C’est l’histoire de France qui s’est jouée ici ! », s’enthousiasme Marianne Giardina. La bénévole guide les pèlerins à travers les pins, où un catéchétique « parcours des saints » a été installé en extérieur pour cette année jubilaire.

Après avoir traversé une clairière, Marianne arrête son groupe au pied d’un imposant escalier de pierre remontant vers l’église. « Louis XIV a monté ces marches quand il est venu à 22 ans remercier la Vierge de lui avoir donné la vie. » À leur rythme, s’appuyant parfois sur une canne, les pèlerins gravissent à leur tour l’escalier, s’agenouillant sur une marche pour un « Je vous salue Marie ». Ils finissent par franchir la Porte sainte ouverte en décembre 2018 par l’évêque de Fréjus-Toulon, Mgr Dominique Rey.

« En passant cette porte, vous allez recevoir l’indulgence plénière », prévient Marianne Giardina. Comme la plupart des autres bénévoles du sanctuaire, cette mère de famille dit avoir reçu une « grâce particulière » en ces lieux.
12 h 45. à la table des frères

Après la messe de 11 h 30, les pèlerins déballent leur pique-nique sous les pins. Quant aux religieux, sitôt leur aube retirée, ils se dirigent vers la « maison des frères », une vaste bâtisse du XVIIe siècle en contrebas de l’église. « Vous avez de la chance, le mercredi on déjeune tous ensemble ! » Ils sont huit à vivre ici, âgés de 40 à 78 ans. Deux autres frères sont attachés à ce prieuré fondé en 1981 (le plus ancien de la communauté de Saint-Jean), sans y vivre.

Pour ces religieux, ouvrir leur table à un invité de passage n’est pas si rare, et le déjeuner se déroule dans une atmosphère détendue. Tout en mangeant, les frères échangent sur les travaux à venir pour transformer le parking en esplanade et le charisme spécifique de ce sanctuaire : « Il évoque la vie cachée de la Sainte Famille à Nazareth, et est donc plus discret que la Sainte-Baume, qui correspond plutôt à la vie publique du Christ… »

14 heures. Seul ou en famille

Encore un peu plus bas sur la colline, les retraitants logés au Foyer de la Sainte Famille font eux aussi l’expérience de cette « vie cachée ». Hébergés dans 14 ermitages (bientôt 26), ils gardent le silence, lisent et écrivent tout en contemplant le village provençal de Cotignac en un superbe panorama. Mais pendant les vacances scolaires, quand des familles investissent les lieux, le foyer est moins calme : deux courts de tennis et une piscine sont même là pour offrir à ces sessions familiales un cadre de vacances.

En un mois, ce début d’été aura vu se succéder le pèlerinage des mères, puis des pères de famille, celui des célibataires et des couples en espérance d’enfants. Ils sont nombreux à venir ici pour cette raison, revenant parfois quelques années plus tard avec un « bébé Cotignac »… et un ex-voto à son nom pour remercier la Vierge de sa naissance.

16 heures. Confidences anonymes

Derrière le comptoir de la boutique, Sandrine Rousseau raccroche le téléphone. « C’était une femme dont le couple est en difficulté et qui avait besoin de parler, explique cette salariée de l’association des pèlerins du sanctuaire. J’ai donné son numéro à l’un des frères, je sais qu’il la rappellera pour convenir d’un rendez-vous. »

C’est dans deux petits bureaux jouxtant l’église que les frères, à tour de rôle, assurent ce type d’accueil. « Les gens se confient plus facilement à un religieux qu’ils ne reverront jamais qu’à leur curé de paroisse », explique frère Samuel-Bernard, qui en rencontre une dizaine par jour. Certains sont aussi loin de l’Église : « Il faut alors adapter notre vocabulaire pour ne pas les intimider ! »

Voilà justement, qui vient d’acheter une colombe en bois d’olivier, une jeune retraitée refusant de se dire « pèlerine ».« Ici, je recherche plutôt une villégiature mystique », explique cette habituée, qui trouve dans ce lieu de « très bonnes énergies » et « beaucoup de réconfort ».

17 h 30. Relais de prière

Les « adorateurs », qui ont cet après-midi leur réunion trimestrielle au sanctuaire, sont eux non seulement des pèlerins, mais des priants chargés d’une adoration continue dans l’église Notre-Dame-de-Grâces, en cette année jubilaire. « On ne perd pas son temps pendant une adoration, même si cela semble vide au début », assure Christelle-Catherine, une habitante de Cotignac qui monte prier ici plusieurs fois par jour.

Tandis que le sanctuaire se vide de ses visiteurs, on prend la direction du monastère La Font Saint-Joseph du Bessillon, à trois kilomètres de là. Six religieuses d’une congrégation argentine, Mater Dei, vivent ici depuis février, remplaçant les bénédictines qui faisaient jusqu’alors vivre ce site de l’apparition de saint Joseph.

À l’heure de l’adoration quotidienne des sœurs, dans l’église, les alentours impressionnent par leur silence. On s’approche de la source miraculeuse où, en 1660, un berger assoiffé, suivant les conseils de saint Joseph, avait déplacé une lourde pierre pour délivrer de l’eau. Désormais voué à la prière et au recueillement, ce lieu est pourtant l’un des seuls au monde où saint Joseph, qui ne dit pas un mot dans la Bible, est apparu parlant.

Mélinée Le Priol

DIEU A T-IL UN GENRE ?

Trois textes intéressants sur le sujet

... dans la Trinité, aucune des trois personnes n’existe pour elle-même. Au contraire, chacune n’existe que dans le mouvement par lequel elle va vers les autres. Ainsi, le Père n’existe qu’à engendrer le Fils, c’est-à-dire à se donner entièrement à lui. Mais inversement, le Fils n’est rien d’autre que l’image du Père. Il n’existe que pour montrer le Père, lui rendre témoignage.

C’est d’ailleurs bien pour cela qu’on peut donner à Dieu le nom de Père, parce qu’on le désigne par la relation qu’il entretient au Fils, et non pour ce qu’il est en lui-même et qui reste insaisissable. Et c’est pour cela aussi qu’il nous est connu au masculin, parce que son image, le Fils incarné, nous a été plutôt connue au masculin.

En lui-même, « Dieu le Père » est assurément au-delà du genre, mais que pourrions-nous bien dire de Dieu en lui-même et de ses profondeurs infinies, indépendamment de son image en Jésus-Christ ? Tel est le raisonnement de la théologie trinitaire. Et comment connaît-on le Fils ? Directement ?

Certainement pas, il suffit de voir combien de controverses la figure historique de Jésus a pu alimenter. Ses contemporains l’auraient-ils mieux connu que nous, qui n’avons que la science historique pour y accéder ? Peut-être, mais ce n’est pas ce que racontent les Évangiles : Jésus est souvent méconnu, mal compris, et finalement rejeté et même exécuté comme un criminel. Même ressuscité, il n’est pas tout de suite reconnu par ses propres disciples.

Il faut donc un.e troisième pour le reconnaître : l’Esprit saint. L’Esprit Saint est donné par le Fils (qui ne fait rien sinon par le Père dont il est l’image) : il est Dieu soi-même tout autant que les deux autres, mais Dieu en tant qu’il se fait connaître, en tant qu’il est en nous pour nous permettre de le voir, image du Fils comme le Fils est l’image du Père, parce qu’il montre le Fils comme le Fils montre le Père.

On connaît donc le Père par le Fils, et le Fils par l’Esprit. Le Fils donne l’image du Père, et l’Esprit donne l’image du Fils. « Les personnes divines ne s’affirment guère par elles-mêmes, mais l’une rend témoignage à l’autre », explique le théologien Vladimir Lossky.

En d’autres termes, l’identité du Père est donnée par le Fils, et celle du Fils par l’Esprit. Il n’y a donc personne, en Dieu, pour donner à l’esprit son identité, être son image. C’est pourquoi l’Esprit saint est la figure la plus abstraite de la Trinité (dans le Nouveau Testament, elle est une colombe aussi bien que des langues de feu).

C’est, d’ailleurs, cette indétermination qui permet à chacun.e de la recevoir. Or d’après Lossky, c’est justement de celles et ceux qui le reçoivent qu’en retour on verra affirmée l’identité de l’Esprit : « La multitude des saints sera son image ». Ce sont en effet ces saint.e.s qui en témoigneront, comme il.elle témoigne du Fils, et comme le Fils témoigne du Père. Autrement dit, l’Esprit saint se dira au genre de l’Église achevée (non pas l’une des institutions ecclésiale que l’on connaît, mais l’humanité en communion).

Quel sera ce genre ? Il n’est pas permis de trancher, si l’on ose dire, même si la figure par excellence de la sainteté et de l’Église a toujours été une femme, Marie. En tout cas, il n’est pas permis d’affirmer non plus qu’il.elle soit masculin, et il serait trop facile de s’en tenir au neutre.

Pourquoi faudrait-il un seul genre ? Il.Elle sera personnifié.e par la multiplicité des identités réelles, c’est-à-dire notamment les identités de genre, dans la mesure où elles contribuent à définir les personnes réelles que nous sommes.

Il y a donc bien place, dans le christianisme le plus orthodoxe, pour Dieu inclusif.ve, pour Dieu masculin.e et féminin.e (avec toutes les variations possibles entre ces pôles).

L’Esprit, dont l’image est la multitude des saint.e.s, est le lieu théologique de cette inclusivité. Or, image de l’image du Père, il.elle révèle aussi qu’il y a en Jésus-Christ, et jusqu’en son Père, non pas seulement de l’humain, mais tout ce qui fait l’humain, féminin compris, et toutes les nuances de genre.

**************************************

Dʼun point de vue linguistique, la terminologie théiste masculine est clairement dominante dans les Écritures. Les deux Testaments emploient des pronoms masculins pour faire réference à Dieu. Les noms qui lui sont attribués (par ex. Yahwé, Élohim, Adonaï, Kyrios, Theos, etc.) sont tous masculins. Il nʼest jamais désigné par un nom ou un pronom féminin.

Les références au Saint-Esprit dans tout le Nouveau Testament sont également masculines, alors que le terme employé pour « esprit » (pneuma) est lui-même neutre. Le terme hébreu pour « esprit » (ruach) est féminin en Genèse 1.2, mais le genre dʼun mot en grec ou en hébreu nʼa rien à voir avec le genre qu’il possède effectivement.

Dʼun point de vue théologique, puisque le Saint-Esprit est Dieu, on peut déduire certaines de ses caractéristiques de celles de Dieu. Dieu est esprit, par opposition au monde physique ou matériel. Il est invisible et spirituel (cʼest-à-dire quʼil nʼa pas de corps, voir Jean 4.24, Luc 24.39, Romains 1.20, Colossiens 1.15, 1 Timothée 1.17), dʼoù lʼinterdiction de se servir dʼun objet matériel pour le représenter (Exode 20.4).

Si le genre est un attribut du corps, alors un esprit nʼen a pas. Dieu nʼa donc par définition pas de genre.

Le genre attribué à Dieu dans la Bible varie. On pense souvent à tort que le texte biblique le présente exclusivement sous une forme masculine, mais ce nʼest pas le cas : le livre de Job parle de Dieu qui donne naissance et Ésaïe le décrit comme une mère. Jésus, en Luc 15, compare le Père à une femme partie à la recherche dʼune pièce perdue (et se compare lui-même à une « poule » en Matthieu 23.37).

En Genèse 1.26-27, Dieu dit : « Faisons lʼhomme à notre image, à notre ressemblance ! », puis : « Dieu créa lʼhomme à son image, il le créa à lʼimage de Dieu. Il créa lʼhomme et la femme. »

On voit donc que lʼimage de Dieu est à la fois masculine et féminine, plutôt que tout simplement lʼun ou lʼautre, comme le confirme encore Genèse 5.2, quʼon pourrait traduire littéralement : « Il les créa homme et femme ; quand ils furent créés, il les bénit et les appela Adam. » Le terme hébreu « adam » signifie « homme » et cʼest le contexte qui indique sʼil sʼagit de lʼhomme (par opposition à la femme) ou de lʼhumanité (au sens collectif). Le genre nʼa donc pas dʼeffet sur lʼhumanité créée à lʼimage de Dieu.

Les images masculines ne sont cependant pas dénuées de tout sens. Dieu est également décrit par une image physique en Jean 14, quand les disciples de Jésus lui demandent de leur montrer le Père et quʼil répond au verset 9 : « Celui qui mʼa vu a vu le Père. » Paul dit clairement que Jésus est lʼimage exacte de Dieu en Colossiens 1.15 en lʼappelant « lʼimage du Dieu invisible. »

Ce verset figure dans un passage qui manifeste la supériorité de Christ sur toute la création. La plupart des religions antiques croyaient en un panthéon de dieux et déesses dignes dʼadoration, mais le judéo-christianisme se distingue notamment par la croyance en un Créateur suprême.

Un vocabulaire masculin décrit mieux cette relation entre le Créateur et la création : comme lʼhomme pénètre la femme depuis lʼextérieur pour la rendre enceinte, Dieu a créé lʼunivers de lʼextérieur plutôt que de lui donner naissance de lʼintérieur.

Comme une femme ne peut sʼinséminer elle-même, lʼunivers nʼa pas pu se créer lui-même. Paul fait écho à cette idée en 1 Timothée 2.12-14, où il décrit lʼordre créationnel comme un modèle de lʼÉglise.

**************************************

Rappellons-nous que l’Evangile, nous offre l’image de la colombe pour figurer l’Esprit Saint: “L’Esprit Saint, sous une apparence corporelle, comme une colombe, descendit sur Jésus, et il y eut une voix venant du ciel : « Toi, tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. »” (Luc 3, 22).

Tout est exprimé dans ce verset d’Evangile, la bienveillance du Père, son Esprit plane, déploie ses ailes au-dessus de Jésus et ses paroles nous disent qu’il est le bien-aimé, en lui est toute la joie du Père.

Et Jésus de même, évoquant l’attitude du Père envers son peuple, osera même dire, s’adressant à Jérusalem: “Combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes” (Luc 13, 34).

Cette affection véritable – qui ne voit que la beauté de ses petits – est bien féminine, comme celle de la mère qui ne se séparera jamais de son propre enfant, même si aux yeux de la société c’est un criminel. Pour elle, même adulte et coupable, il reste le fruit des ses entrailles, l’enfant bien-aimé.

Nous avons plus haut le commentaire de Rachi à propos de l’attitude de l’aigle qui approche du nid: il les a conduits avec miséricorde (רַחֲמִים raḫmim) et compassion (חֶמְלָה ḥemlah), comme un aigle qui est plein de miséricorde pour ses enfants (רַחֲמָנִי עַל בָּנָיו raḥmany al banayw).

Il emploie aussi les mots bibliques (רַחֲמִים raḥmim) et compassion (חֶמְלָה ḥemlah) qui nous disent l’attachement d’une mère qui porte ses enfants. Le mot raḥmim vient de reḥem, le ventre maternel, l’utérus et le mot ḥemlah de la racine ḥamal porter, qui, en arabe, sert aussi à dire la femme enceinte, qui porte, et se trouve dans la Bible pour dire la compassion.

Alors nous ne nous étonnerons pas si la Bible, à côté de l’autorité paternelle, introduit tout de suite en Dieu son affection maternelle.

Et nous retrouverons bien d’autres passages bibliques, comme celui du livre d’Isaïe ch.49, verset 15: “Une femme peut-elle oublier son nourrisson, ne plus avoir de tendresse (מֵרַחֵם meraḥem) pour le fils de ses entrailles ? Même si elle l’oubliait, moi, je ne t’oublierai pas” ou du psaume 27, verset 9: “Mon père et ma mère m’abandonnent; le Seigneur me reçoit.”

Clarté d’un Cardinal

L’Europe, maintenant, n’écoute plus son Dieu
C’est pourquoi les migrants sont le fléau de Dieu.

Un Cardinal romain a fait récemment paraître le texte d’une interview, frappé au coin du bon sens ; il s’agit des vagues d’immigrants qui depuis plusieurs décennies menacent de submerger les grandes nations occidentales. Pourtant les propos du Cardinal Sarah, car il s’agit de lui, n’ont rien de raciste : le Cardinal est originaire d’Afrique noire. Ah, si seulement les Européens savaient comme lui apprécier les dons que Dieu a faits à l’Europe ! Mais, comme dit Hamlet (III, 1),« là est tout le problème ! » Car, qui en Europe se soucie encore de Dieu ?

« Je suis scandalisé par tous ces hommes qui meurent en mer, par les trafics humains, par les réseaux mafieux, par l’esclavage organisé. Je reste perplexe devant ces gens qui émigrent sans papier, sans projet, sans famille. Ils pensent trouver ici le paradis terrestre ? Il n’est pas en Occident ! S’il faut les aider, je pense que c’est sur place, dans leurs villages, dans leurs ethnies. On ne peut cautionner ces déséquilibres économiques et ces drames humains. Vous ne pouvez pas accueillir tous les migrants du monde. Accueillir, ce n’est pas seulement laisser entrer les gens chez soi, c’est leur donner du travail. Vous en avez ? Non. Leur donner un logement. Vous en avez ? Non. Les parquer dans un endroit indécent, sans dignité, sans travail, ce n’est pas ce que j’appelle accueillir les gens. Cela ressemble plus à une organisation mafieuse ! L’Église ne peut pas coopérer à des trafics humains, qui ressemblent à un nouvel esclavage.

Ce que je trouve également scandaleux, c’est qu’on utilise la Parole de Dieu pour justifier cela, Dieu ne veut pas la migration. Le Christ, enfant, s’est réfugié en Égypte, à cause d’Hérode, mais il est rentré chez lui ensuite. De même, Dieu a toujours ramené son peuple en Israël, comme après la famine ou la déportation en Babylonie. Un pays est un grand trésor, c’est là que nous sommes nés, c’est là où sont enterrés nos ancêtres. Quand on accueille quelqu’un, c’est pour qu’il ait une vie meilleure, et ce n’est pas dans un camp qu’on a une vie meilleure. Quand on est nourri sans travailler, on n’a aucune dignité. Et quelle culture avez-vous à leur offrir ? Est-ce que vous êtes encore capable de partager votre culture et vos racines chrétiennes ? J’ai peur que le déséquilibre démographique engendré par ces vagues migratoires vous fasse perdre votre identité et ce qui fait votre spécificité. L’Europe a une mission spéciale que Dieu lui a donnée c’est par vous que nous avons connu l’Évangile, que nous avons connu les valeurs de la famille, la dignité de la personne, et la liberté. Si vous renoncez à votre identité, si vous êtes noyés par une population qui ne partage pas votre culture, vos valeurs chrétiennes et votre identité risquent de disparaître . C’est comme la Rome ancienne envahie par les barbares. Il faut réfléchir aux migrations – c’est un nouvel esclavage qu’on organise parce qu’on a besoin de travailleurs. Toutes ces personnes qui viennent ici en croyant trouver une vie rêvée. Quel mensonge ! Quel cynisme ! Benoît XVI fut particulièrement clair et prophétique sur toutes ces questions. [ . . . ]

Vous avez été façonnés par le christianisme, tout est chrétien en Europe. Pourquoi nier cela ? Aucun musulman ne nie son identité. Si vous ne retrouvez pas ce que vous êtes, vous disparaîtrez. Et si l’Europe disparaît, il y aura un bouleversement épouvantable : le christianisme risquerait de disparaître sur la surface de la terre. Voyez bien que vous êtes envahis par l’islam : ils veulent islamiser le monde entier, et ils ont les moyens financiers. Ils ne réussiront pas, parce que le Seigneur est avec nous jusqu’à la fin du monde. Mais il ne faut pas nier ce que vous êtes : ceux que vous accueillez doivent s’intégrer à votre culture. Encore faut-il que vous ayez une culture : vous ne pourrez pas les accueillir dans votre athéisme, dans votre matérialisme, dont ils ne veulent pas. »

Kyrie eleison.

(Source: Les commentaires de Kyrie eleïson)

Aujourd’hui, l’Irak

Chaque semaine, la rédaction d’Info Chrétienne vous propose un article focus sur la situation des chrétiens dans le monde. Aujourd’hui, l’Irak.

Tim Stanley se tenait devant le Parlement britannique la semaine dernière. De retour d’Irak, dans la plaine de Ninive, l’historien et chroniqueur au Telegraph a tenu à alerter les parlementaires. Pour lui, les yézidies et les chrétiens subissent un « nettoyage ethnique » :

« Si nous ne disons pas ce qui se passe réellement dans la région, à savoir le nettoyage ethnique des chrétiens et des yézidis, nous permettons à l’État islamique et à d’autres criminels de s’en tirer à bon compte. »

Pour leur part, les experts de la Commission de la liberté religieuse internationale n’hésitent pas à parler de « génocide » :

« En outre, les minorités religieuses et ethniques que l’État islamique avait choisies pour génocide, telles que les yézidis et les chrétiens, continuent de faire face à une incertitude extrême quant au fait de savoir si les conditions leur permettraient de retourner dans leurs communautés d’origine. »

Selon leur dernier rapport, le gouvernement irakien n’a pas la « capacité d’assurer une sécurité adéquate aux minorités ethniques et religieuses vulnérables ». Si le groupe État Islamique « évite les affrontements militaires à grande échelle avec les forces irakiennes, kurdes ou internationales », il continue de mener des « attaques à petites échelles ». Pour les experts, il s’agit de préserver le groupe sur le long terme. En 2018, le rapport dénonce « au moins 75 attaques par mois en Irak ».

« En bref, l’État Islamique s’est temporairement retiré dans l’ombre, mais reste une menace grave et imminente, en particulier pour les communautés minoritaires vulnérables du nord de l’Irak, qui sont déjà la cible principale de l’intolérance violente du groupe depuis son apparition en 2014. »

Ces communautés subissent un contexte de violence et de tensions depuis plus de 15 ans. C’est, selon les experts de l’USCIRF, ce climat qui a permis la montée de l’État Islamique en 2014 :

« Et les mêmes conditions persistent en 2018 malgré la défaite du groupe en tant que force d’occupation l’année précédente. »

En terme de démographie, les populations des minorités religieuses avaient déjà été réduites de manière significative, mais le déclin s’est poursuivi dans les 4 dernières années.

« L’Irak risque particulièrement de perdre son ancienne communauté chrétienne, dont le nombre a considérablement diminué au cours des 15 dernières années. Selon les dirigeants chrétiens, il y a maintenant moins de 250 000 chrétiens en Irak, contre une estimation d’avant 2003 de 1,4 million. »

Certains chrétiens des communautés chrétiennes assyrienne et chaldéenne sont retournés dans la plaine de Ninive, notamment à Qaraqosh. Mais ce n’est pas le cas de la majorité.

« La plupart d’entre eux ne sont toutefois pas encore revenus, car l’absence d’infrastructures restaurées, les pièges de l’Etat islamique et les munitions non explosées, et les craintes persistantes d’une résurgence de l’Etat islamique ont empêché de nombreuses personnes déplacées chrétiennes de retourner à Mossoul ou dans des villages de son orbite sociale et économique. »

Autres obstacles à ce retour, la destruction des infrastructures agricoles, des puits, des cultures, qui place les communautés rurales dans une situation délicate, mais aussi la discrimination vécue par les yézidies victimes de viol par les islamistes.

« Des centaines de yézidies libérées sont désormais confrontées à un impossible choix, parce qu’elles ont porté des enfants nés d’agressions sexuelles commises par des membres du personnel de l’État Islamique pendant leur captivité. Elles font face à l’ostracisme des communautés d’origine dont les dirigeants traditionnels insistent pour pouvoir rentrer chez eux, mais leurs enfants, nés de pères génocidaires non-yézidis et potentiellement nombreux, n’auraient aucune place parmi eux. »

Ceux qui ont fait le choix du retour dans leurs terres ancestrales sont également confrontés à l’expropriation illégale, suite à leur déplacement temporaire quand ils fuyaient l’État Islamique. Plus de 300 propriétés chrétiennes sont en cours de réenregistrement auprès des autorités.

Reste également le problème de la religion inscrite sur la carte d’identité, qui impose d’identifier comme musulman un enfant dont un des parents est musulman.

« Cela renforce les restrictions existantes, qui empêchent les musulmans de modifier leur identité religieuse sur leurs cartes d’identité après leur conversion vers une autre religion. Les dirigeants chrétiens ont déclaré que, dans certains cas, les familles officiellement enregistrées comme musulmanes mais pratiquant le christianisme se sont enfuies pour éviter d’enregistrer leurs enfants en tant que musulmans ou pour que leurs enfants restent sans papiers. »

Les spécialistes notent cependant quelques « tentatives de progrès » du gouvernement irakien, notamment l’instauration d’une fête nationale, le 25 décembre, « en l’honneur des chrétiens irakiens ».

M.C.

Partager cet article

Repost0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone - dans Tradition Syriaque orthodoxie-orientale Spiritualité Chrétienne Pèlerinages

Recherche

Articles Récents

Liens