Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 janvier 2018 6 06 /01 /janvier /2018 07:19

Chers amis.Aloho m'barekh

WEEKEND DE LA THÉOPHANIE

En France le weekend de l'Epiphanie- Theophanie n'étant pas chômé, la solennité est reportée au dimanche le plus proche, cette année le Dimanche 7.
Le 6, après la première Messe de vigile ce soir à Chartres pour l'aumônerie des Africains vivant en France, je serai à la disposition des fidèles pour confessions, prières de délivrances ou de guérisons intérieures.
Ce Samedi donc, Quadisha Qurbana à 10h30 suivie du programme habituel.

PARIS:
Abouna Isaac ( 
Isaac Père) sera à PARIS pour une permanence pastorale le Samedi 6 de 9h à 13h .

*Le Samedi 6 JANVIER,RAMASSAGE DES FIDÈLES de Paris et sa région pour le WE de Pèlerinage à N-D de Miséricorde lors de la Solennité de l'Epiphanie-Théophanie

-Dimanche 7 Janvier,Solennité de la Théophanie (Epiphanie), 10h30 Grand Messe d'action de grâce offertes aux intentions particulières de ceux et celles qui, d'une manière ou d'une autre, me soutinrent de manière si émouvante pour mes trente ans d'épiscopat , laquelle Messe sera suivie d'un repas pour les remercier.

Nous dirons aussi "au revoir" au cher Père Philippe ( Philipose Achen) venu passer ses vacances universitaires auprès de nous. Il rejoindra ensuite Salzburg. Les instants partagés en sa présence firent de grands moments de fraternité dans le Christ et l'amour du prochain.

SOYEZ TOUS PRESENTS POUR HONORER LE CHRIST et la Grande Bénédiction des eaux.

A bientôt donc. Votre fidèlement en Notre-Seigneur.
Union de prières !

+Mor Philipose, Brévilly ce 5.I.18
------------------------------

Dear friends.Aloho m'barekh

WEEKEND OF THEOPHANIA

In France the weekend of the Epiphany-Theophany is not idle, the solemnity is postponed to the nearest Sunday, this year on Sunday 7.
On the 6th, after the first vigil vigil tonight at Chartres for the chaplaincy of Africans living in France, I will be at the disposal of the faithful for confessions, prayers for deliverance or internal healing.
This Saturday, Quadisha Qurbana at 10:30 followed by the usual program.

PARIS:
Abouna Isaac (Isaac Father) will be in PARIS for a pastoral permanence on Saturday 6 from 9h to 13h.

* Saturday, January 6, PASSING OF THE FAITHFUL of Paris and its region for the Pilgrimage WEEK to N-D of Mercy during the Solemnity of the Epiphany-Theophany 

- Sunday January 7th, Solemnity of the Theophany (Epiphany), 10:30 am Mass of thanksgiving offered to the particular intentions of those who, in one way or another, supported me in such a moving way for my thirty years of episcopacy, which Mass will be followed by a meal to thank them.

We will also say "goodbye" to dear Father Philip (Philipose Achen) who came to spend his university holidays with us. He will then join Salzburg. The moments shared in his presence made great moments of fraternity in Christ and love of neighbor.

BE ALL PRESENTS TO HONOR CHRIST and the Great Blessing of the waters.

See you soon. Your faithfulness in Our Lord.
Union of prayers!

+ Mor Philipose, Brévilly this 5.I.18
-------------------------------------
Caros amigos.Aloho m'barekh

WEEKEND OF THEOPHANIA

Na França, o fim de semana do Epiphany-Theophany não é ocioso, a solenidade é adiada para o domingo mais próximo, este ano no domingo 7.
No dia 6, após a primeira vigília da vigília nesta noite em Chartres para a capelania dos africanos que vivem na França, estarei à disposição dos fiéis para confissões, orações por libertação ou cura interna.
Este sábado, Quadisha Qurbana às 10:30, seguido do programa habitual.

PARIS:
Abouna Isaac (pai Isaac) estará em PARIS para uma permanência pastoral no sábado 6 das 9h às 13h.

* Sábado, 6 de janeiro, PASSANDO DO FIEL de Paris e sua região para a SEMANA DE peregrinação a N-D da Misericórdia durante a solenidade da Epifania-Teofania 

- Segunda-feira, 7 de janeiro, Solenidade de Teofania (Epifania), 10h30. A Missa de Ação de Graças ofereceu as intenções particulares daqueles que, de uma forma ou de outra, me apoiaram de maneira tão emocionante para os meus trinta anos de episcopado, cuja missa será seguida por uma refeição para agradecer-lhes.

Também diremos "adeus" ao querido Padre Philippe (Philipose Achen) que passou a passar as férias da universidade conosco. Ele vai juntar-se a Salzburgo. Os momentos compartilhados em sua presença fizeram grandes momentos de fraternidade em Cristo e amor ao próximo.

SEJA TODOS OS PRESENTES PARA HONRA CRISTO e a grande bênção das águas.

Até logo. Sua fidelidade em Nosso Senhor.
União de orações!

+ Mor Philipose, Brévilly este 5.I.18

UN CHEMIN VERS LA PERFECTION:

LE MAGNIFICAT DE LA TRÈS SAINTE VIERGE...

 

En lisant attentivement les homélies sur l’Évangile de Luc qu'Origène a faite en 233 ou 234 aux fidèles de Césarée, on se rend compte qu'il parle avec prédilection d'un « chemin de Marie » en nous.

Toutes les étapes de Marie vécues dans son chemin de foi et d'amour se reproduisent en nous.

Nous possédons ce que saint Jérôme a traduit. « L'homélie VIII sur Luc » ne commente qu'une partie du Magnificat, depuis « Mon âme exalte le Seigneur » jusqu'à « il s'est fait puissant pour ceux qui le craignent »

Origène commence par rappeler le parallèle classique entre Eve et Marie et constate que comme le péché a commencé par une femme, le salut commence par une femme. Puis il continue ainsi :

 

« On se demande comment l'âme "magnifie le Seigneur". (...)

Si je considère que le Seigneur notre Sauveur est "l'image du Dieu invisible" (Col 1,15) et si je vois que mon âme est faite à "l'image du Créateur" (Gn 1,27), pour être l'image de l'image - mon âme en effet n'est pas expressément l'image de Dieu mais elle a été créée à la ressemblance de la première image - je comprendrais alors ceci : à la manière de ceux dont le métier est de peindre des images et d'utiliser leur art à reproduire un modèle unique, par exemple le visage d'un roi, chacun de nous transforme son image à l'image du Christ et trace de lui une image plus ou moins grande, tantôt délavée ou ternie, tantôt claire et lumineuse, répondant à l'original.

Lors donc que j'aurai fait grandir l'image de l'image, c'est à dire mon âme, et que je l'aurai magnifiée par mes œuvres, mes pensées et mes paroles, alors l'image de Dieu aura grandi et le Seigneur lui-même dont notre âme est l'image, sera magnifié. (...)

L'âme de Marie magnifie d'abord le Seigneur et son esprit ensuite exulte en Dieu. De fait si nous n'avons pas d'abord grandi, nous ne pouvons pas d'abord exulter.

"Parce que dit-elle, il a jeté les yeux sur l'humilité de sa servante". (...)

Dans l'Ecriture, l'humilité est considérée comme une des vertus. Le sauveur l'affirme : "Apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez le repos de vos âmes." (Mt 11,29) (...) C'est l'état d'un homme qui ne s'enfle pas, mais s'abaisse lui-même. S'enfler d'orgueil, selon l'apôtre, c'est tomber sous la condamnation du diable qui précisément, a commencé par l'enflure de l'orgueil et de la superbe ; voici la citation : "afin que, n'étant pas bouffi d'orgueil, il ne tombe pas sous la condamnation du diable." (1 Tm 3,6) (...)

 

Voici que "désormais toutes les générations m'appelleront bienheureuse."

Si je comprend l'expression "toutes les générations" selon son sens le plus simple, je l'interprète des croyants.

Mais si je scrute ce verset plus profondément, je m'aperçois qu'il est préférable d'ajouter : "car le Tout Puissant fit pour moi de grandes choses" (...)

 

"Et sa miséricorde s'étend de génération en génération" (...) "pour ceux qui le craignent, Il a déployé la puissance de son bras."

Malgré ta faiblesse, si tu approches du Seigneur dans la crainte, tu pourrais entendre sa promesse en réponse à ta crainte."

Quelle est donc cette promesse du Seigneur ? "il se fait la force de ceux qui le craignent" dit Marie. La force ou la puissance est un attribut royal. (...)

Si donc tu crains Dieu, il te communique sa force et sa puissance, il te donne son Royaume, afin que soumis au Roi des rois (Ap 19,16), tu possèdes le royaume des cieux, dans le Christ Jésus, "à qui appartiennent la gloire et la puissance dans les siècles des siècles. Amen." (1 P 4,11) »

(Origène† 253)

 

 


Origène, homélie VIII : dans sources chrétiennes 87, Paris Cerf 1961, p. 165-173

Source : http://www.mariedenazareth.com/

Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ   (6 Janvier)

Ce samedi 6 janvier (Solennisé le 7 si le jour n'est pas chômé) est la commémoration de la fête de la théophanie / manifestation de Dieu (Hido d'Denho Alohoyo) et le Baptême de notre Seigneur (ma`modeetho d'Moran) selon le calendrier liturgique des l'Églises Syro-Orthodoxes.

Le terme syriaque - ܕܢܛܐ - Denho signifie "le lever du soleil" et il dénote théologiquement la manifestation divine de Jésus lors de son baptême dans le Jourdain. 

La compréhension qu'avait l'Église primitive de la personne de Jésus en tant que "Soleil de justic" l'aurait incitée à utiliser ce terme pour la fête. 

C'est ici que , pour la première fois, le grand mystère du Dieu trinitaire, caché depuis des générations, se révèle. 

Primitivement L'Eglise Syro-Orthodoxe célébrait ce 6 Janvier la nativité de Jésus . D'ailleurs Saint Ephrem  écrivit 28 magnifiques hymnes sur la Nativité célébrée à l'actuelle date de la Théophanie. Mais cette tradition se perdit lorsque fut fixée la date romaine du 25 décembre et que le récit de naissance s' éloigna de la manifestation(Epiphanie) et du baptême (Théophanie). 

En Orient, Denho a toujours été associé au Baptême du Christ, et sa liturgie se concentre autour de la bénédiction de l'eau baptismale et de l'immersion de la Sainte Croix. 
Au quatrième siècle, la fête de la Théophanie a été classée parmi les trois principales fêtes de l'Église syriaque avec Pâques et la Pentecôte.

 

This Saturday, January 6th (Solemnized the 7th if the day is not free time) is the commemoration of the feast of theophany / manifestation of God (Hido of Denho Alohoyo) and the Baptism of our Lord (ma`modeetho of Moran ) according to the liturgical calendar of the Syro-Orthodox Churches.

The term Syriac - ܕܢܛܐ - Denho means "sunrise" and it theologically denotes the divine manifestation of Jesus at his baptism in the Jordan.

The early church's understanding of the person of Jesus as the "sun of justic" would have prompted him to use the term for the holiday.

It is here that, for the first time, the great mystery of the Triune God, hidden for generations, is revealed.

Primitively The Syro-Orthodox Church celebrated this January 6th the nativity of Jesus. Moreover Saint Ephrem wrote 28 magnificent hymns on the Nativity celebrated at the present date of the Theophany. But this tradition was lost when the Roman date of December 25 was fixed and the birth story moved away from manifestation (Epiphany) and baptism (Theophany).

In the East, Denho has always been associated with the Baptism of Christ, and his liturgy focuses on the blessing of baptismal water and the immersion of the Holy Cross.
In the fourth century, the feast of the Theophany was ranked among the three main festivals of the Syriac Church with Easter and Pentecost.

 

Este sábado 6 de janeiro (Solemnized the 7th, se o dia não é tempo livre) é a comemoração da festa da teofania / manifestação de Deus (Hido de Denho Alohoyo) e do Batismo de nosso Senhor (ma`modeetho de Moran ) de acordo com o calendário litúrgico das igrejas síro-ortodoxas.

O termo Syriac - ܕܢܛܐ - Denho significa "nascer do sol" e denota teologicamente a manifestação divina de Jesus no seu batismo no Jordão.

O entendimento da igreja primitiva da pessoa de Jesus como o "sol da justiça" o levaria a usar o termo para o feriado.

É aqui que, pela primeira vez, o grande mistério do Deus Triúno, escondido por gerações, é revelado.

Primitivamente, a igreja sírio-ortodoxa celebrou este 6 de janeiro a natividade de Jesus. Além disso, Saint Ephrem escreveu 28 magníficos hinos sobre a Natividade celebrados no presente encontro da Teofania. Mas essa tradição foi perdida quando a data romana de 25 de dezembro foi fixada e a história do nascimento se afastou da manifestação (Epifania) e do batismo (Teofania).

No Oriente, Denho sempre esteve associado ao Batismo de Cristo, e sua liturgia se concentra na bênção da água batismal e na imersão da Santa Cruz.
No quarto século, a festa da teofania foi classificada entre os três festivais principais da Igreja Syriac com a Páscoa e Pentecostes.

The Holy Bible readings from the Church Lectionary:

Evening:
St. Mark 1:1-11

Night:
John 4:4-30

Morning:
St. Matthew 3:1-17

Before Holy Qurbono:
Genesis 24:1-28
Numbers: 24:2-7,15-19 20:1-11
Joshua 4:15-24, 4:1-7
II Samuel 23:13-17
Judges 15:10-20
II Kings 2:19-25 3:13-19
Zechariah 6:9-15
Daniel 12:5-9
Jeremiah 17:5-13
Ezekiel 47:1-9
Isaiah 12:1-6

Holy Qurbono:
Acts 8:26-40 
Titus 2:11-3:7 
I Timothy 1:17
St. Luke 3:15-22

Blessing of the Water:
Exodus 20:1-11
II Kings 2:19-25
Isaiah 12:1-6
Acts 8:35-40
Hebrews 10:15-25
St. John 4:4-42

Cette Fête est appelée "Danaha" et en  syriaque «Dawn». C’est la Fête de l’Epiphanie ou Théophanie.

Quand le 6 Janvier ne tombe pas un dimanche, cette Fête est solennisée en France le dimanche le plus proche.

Saint Qurbana

    • Actes 19: 1 -7 :
  • 01 Pendant qu’Apollos était à Corinthe, Paul traversait le haut pays ; il arriva à Éphèse, où il trouva quelques disciples.
  • 02 Il leur demanda : « Lorsque vous êtes devenus croyants, avez-vous reçu l’Esprit Saint ? » Ils lui répondirent : « Nous n’avons même pas entendu dire qu’il y a un Esprit Saint. »
  • 03 Paul reprit : « Quel baptême avez-vous donc reçu ? » Ils répondirent : « Celui de Jean le Baptiste. »
  • 04 Paul dit alors : « Jean donnait un baptême de conversion : il disait au peuple de croire en celui qui devait venir après lui, c’est-à-dire en Jésus. »
  • 05 Après l’avoir entendu, ils se firent baptiser au nom du Seigneur Jésus.
  • 06 Et quand Paul leur eut imposé les mains, l’Esprit Saint vint sur eux, et ils se mirent à parler en langues mystérieuses et à prophétiser.
  • 07 Ils étaient une douzaine d’hommes au total.
    •  
    • Epître de St Paul Apôtre à Tite 2: 11 :
    • 11 La grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes.
    •  3: 9 :
    • 09 Quant aux recherches folles sur les généalogies, les disputes et les polémiques sur la Loi, évite-les, car elles sont inutiles et vaines.
    • Evangile de Notre-Seigneur J-C selon Saint-Luc 3:7-22 :
  • 07 Jean disait aux foules qui arrivaient pour être baptisées par lui : « Engeance de vipères ! Qui vous a appris à fuir la colère qui vient ?
  • 08 Produisez donc des fruits qui expriment votre conversion. Ne commencez pas à vous dire : “Nous avons Abraham pour père”, car je vous dis que, de ces pierres, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham.
  • 09 Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres : tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu. »
  • 10 Les foules lui demandaient : « Que devons-nous donc faire ? »
  • 11 Jean leur répondait : « Celui qui a deux vêtements, qu’il partage avec celui qui n’en a pas ; et celui qui a de quoi manger, qu’il fasse de même ! »
  • 12 Des publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) vinrent aussi pour être baptisés ; ils lui dirent : « Maître, que devons-nous faire ? »
  • 13 Il leur répondit : « N’exigez rien de plus que ce qui vous est fixé. »
  • 14 Des soldats lui demandèrent à leur tour : « Et nous, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « Ne faites violence à personne, n’accusez personne à tort ; et contentez-vous de votre solde. »
  • 15 Or le peuple était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Christ.
  • 16 Jean s’adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus fort que moi. Je ne suis pas digne de dénouer la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu.
  • 17 Il tient à la main la pelle à vanner pour nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier ; quant à la paille, il la brûlera au feu qui ne s’éteint pas. »
  • 18 Par beaucoup d’autres exhortations encore, il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle.
  • 19 Hérode, qui était au pouvoir en Galilée, avait reçu des reproches de Jean au sujet d’Hérodiade, la femme de son frère, et au sujet de tous les méfaits qu’il avait commis.
  • 20 À tout cela il ajouta encore ceci : il fit enfermer Jean dans une prison.
  • 21 Comme tout le peuple se faisait baptiser et qu’après avoir été baptisé lui aussi, Jésus priait, le ciel s’ouvrit.
  • 22 L’Esprit Saint, sous une apparence corporelle, comme une colombe, descendit sur Jésus, et il y eut une voix venant du ciel : « Toi, tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. »
    •  

 

Bénédiction de l'eau

    • Actes 8:35-40 :
  • 35  Philippe prit la parole et, à partir de ce passage de l’Écriture, il lui annonça la Bonne Nouvelle de Jésus.
  • 36 Comme ils poursuivaient leur route, ils arrivèrent à un point d’eau, et l’eunuque dit : « Voici de l’eau : qu’est-ce qui empêche que je sois baptisé ? »
  • 38 Il fit arrêter le char, ils descendirent dans l’eau tous les deux, et Philippe baptisa l’eunuque.
  • 39 Quand ils furent remontés de l’eau, l’Esprit du Seigneur emporta Philippe ; l’eunuque ne le voyait plus, mais il poursuivait sa route, tout joyeux.
  • 40 Philippe se retrouva dans la ville d’Ashdod, il annonçait la Bonne Nouvelle dans toutes les villes où il passait jusqu’à son arrivée à Césarée.
    •  
    • Epître aux Hébreux 10: 15-25 :
  • 15 L’Esprit Saint, lui aussi, nous l’atteste dans l’Écriture, car, après avoir dit :
  • 16 Voici quelle sera l’Alliance que j’établirai avec eux quand ces jours-là seront passés, le Seigneur dit : Quand je leur donnerai mes lois, je les inscrirai sur leurs cœurs et dans leur pensée
  • 17 et je ne me rappellerai plus leurs péchés ni leurs fautes.
  • 18 Or, quand le pardon est accordé, on n’offre plus le sacrifice pour le péché.
  • 19 Frères, c’est avec assurance que nous pouvons entrer dans le véritable sanctuaire grâce au sang de Jésus :
  • 20 nous avons là un chemin nouveau et vivant qu’il a inauguré en franchissant le rideau du Sanctuaire ; or, ce rideau est sa chair.
  • 21 Et nous avons le prêtre par excellence, celui qui est établi sur la maison de Dieu.
  • 22 Avançons-nous donc vers Dieu avec un cœur sincère et dans la plénitude de la foi, le cœur purifié de ce qui souille notre conscience, le corps lavé par une eau pure.
  • 23 Continuons sans fléchir d’affirmer notre espérance, car il est fidèle, celui qui a promis.
  • 24 Soyons attentifs les uns aux autres pour nous stimuler à vivre dans l’amour et à bien agir.
  • 25 Ne délaissons pas nos assemblées, comme certains en ont pris l’habitude, mais encourageons-nous, d’autant plus que vous voyez s’approcher le Jour du Seigneur.
    •  
    • Evangile selon Saint-Jean 4:1-42 :
  • 01 Les pharisiens avaient entendu dire que Jésus faisait plus de disciples que Jean et qu’il en baptisait davantage. Jésus lui-même en eut connaissance.
  • 02 – À vrai dire, ce n’était pas Jésus en personne qui baptisait, mais ses disciples.
  • 03 Dès lors, il quitta la Judée pour retourner en Galilée.
  • 04 Or, il lui fallait traverser la Samarie.
  • 05 Il arrive donc à une ville de Samarie, appelée Sykar, près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph.
  • 06 Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué par la route, s’était donc assis près de la source. C’était la sixième heure, environ midi.
  • 07 Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l’eau. Jésus lui dit : « Donne-moi à boire. »
  • 08 – En effet, ses disciples étaient partis à la ville pour acheter des provisions.
  • 09 La Samaritaine lui dit : « Comment ! Toi, un Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? » – En effet, les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains.
  • 10 Jésus lui répondit : « Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : “Donne-moi à boire”, c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. »
  • 11 Elle lui dit : « Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond. D’où as-tu donc cette eau vive ?
  • 12 Serais-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ? »
  • 13 Jésus lui répondit : « Quiconque boit de cette eau aura de nouveau soif ;
  • 14 mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle. »
  • 15 La femme lui dit : « Seigneur, donne-moi de cette eau, que je n’aie plus soif, et que je n’aie plus à venir ici pour puiser. »
  • 16 Jésus lui dit : « Va, appelle ton mari, et reviens. »
  • 17 La femme répliqua : « Je n’ai pas de mari. » Jésus reprit : « Tu as raison de dire que tu n’as pas de mari :
  • 18 des maris, tu en as eu cinq, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari ; là, tu dis vrai. »
  • 19 La femme lui dit : « Seigneur, je vois que tu es un prophète !...
  • 20 Eh bien ! Nos pères ont adoré sur la montagne qui est là, et vous, les Juifs, vous dites que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. »
  • 21 Jésus lui dit : « Femme, crois-moi : l’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père.
  • 22 Vous, vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs.
  • 23 Mais l’heure vient – et c’est maintenant – où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père.
  • 24 Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. »
  • 25 La femme lui dit : « Je sais qu’il vient, le Messie, celui qu’on appelle Christ. Quand il viendra, c’est lui qui nous fera connaître toutes choses. »
  • 26 Jésus lui dit : « Je le suis, moi qui te parle. »
  • 27 À ce moment-là, ses disciples arrivèrent ; ils étaient surpris de le voir parler avec une femme. Pourtant, aucun ne lui dit : « Que cherches-tu ? » ou bien : « Pourquoi parles-tu avec elle ? »
  • 28 La femme, laissant là sa cruche, revint à la ville et dit aux gens :
  • 29 « Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait. Ne serait-il pas le Christ ? »
  • 30 Ils sortirent de la ville, et ils se dirigeaient vers lui.
  • 31 Entre-temps, les disciples l’appelaient : « Rabbi, viens manger. »
  • 32 Mais il répondit : « Pour moi, j’ai de quoi manger : c’est une nourriture que vous ne connaissez pas. »
  • 33 Les disciples se disaient entre eux : « Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger ? »
  • 34 Jésus leur dit : « Ma nourriture, c’est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre.
  • 35 Ne dites-vous pas : “Encore quatre mois et ce sera la moisson” ? Et moi, je vous dis : Levez les yeux et regardez les champs déjà dorés pour la moisson. Dès maintenant,
  • 36 le moissonneur reçoit son salaire : il récolte du fruit pour la vie éternelle, si bien que le semeur se réjouit en même temps que le moissonneur.
  • 37 Il est bien vrai, le dicton : “L’un sème, l’autre moissonne.”
  • 38 Je vous ai envoyés moissonner ce qui ne vous a coûté aucun effort ; d’autres ont fait l’effort, et vous en avez bénéficié. »
  • 39 Beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en Jésus, à cause de la parole de la femme qui rendait ce témoignage : « Il m’a dit tout ce que j’ai fait. »
  • 40 Lorsqu’ils arrivèrent auprès de lui, ils l’invitèrent à demeurer chez eux. Il y demeura deux jours.
  • 41 Ils furent encore beaucoup plus nombreux à croire à cause de sa parole à lui,
  • 42 et ils disaient à la femme : « Ce n’est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons : nous-mêmes, nous l’avons entendu, et nous savons que c’est vraiment lui le Sauveur du monde. »
  •  

    DIEU AVEC VOUS ; 

    Dieu se fait homme…  

             

    Tout rendait là, Adam, les prophètes et la maison royale de David, les siècles, les empires et l'unité romaine, l'espérance, d'Israël et l'attente des nations — vers cette mère penchée sur cet enfant. Désormais rien ne fera que Dieu n'ait été « le petit Jésus » qui sourit et qui pleure et qui dort gorgé de lait...

    Agenouillons-nous un instant.

    Si étonnante que la chose puisse paraître à ce siècle dur, concret, réaliste, « né du croisement de l'homme et de la machine », c'estl'humanité du Sauveur que les premiers hérésiarques ont niée, et non sa divinité. Attirés par la nuit de l'invisible, déroutés par le mystère du mal, ils ont dans leurs vastes élaborations gnostiques, nié qu'il y avait un sens divin à la matière, cachot de l'esprit, objet de honte, principe du mal, anathème. Le Christ, s'il est Dieu, ne saurait avoir de corps réel.

    O vérité de la chair du Christ, je vous adore, fait d'une femme, dit saint Paul, Marie, sa mère, précise saint Matthieu, Verbe de vie quenous avons entendu, vu de nos yeux, touché de nos mains, insiste saint Jean. Mais le paradoxe est trop énorme, folie pour tous les diocètes honteux de leur corps.

    Deux évangiles, ceux de Matthieu et de Luc, donnent des généalogies qui établissent, quelles que soient les différences d'exégèse, l'appartenance de Jésus à une lignée humaine, voire pécheresse.

    Marcion les rejette : dans saint Marc, Jésus apparaît brusquement « en ces jours-là », sans qu'il soit né et sans qu'il ait grandi. Valentin soutient que le corps du Christ est d'une autre nature qu'humaine, né par Marie, non de Marie, le sein de la Vierge n'ayant servi que de lieu de passage. Et ainsi de suite ...

    Il ne faut pas sourire; l'Eglise ne l'a pas pris si à la légère. Elle a maintenu, avec toute l'énergie d'une épouse indignée, la réalité des faits historiques. 

    Sans vrai corps, Jésus n'a pas eu vraiment sommeil dans la barque, vraiment faim au désert, vraiment soif sur la croix.

    Sans vrai corps, pas d'agonie, pas de mains clouées, pas de côté percé. Pas de rédemption.

    Bien plus, la chair assumée par le Verbe, le Verbe ne l'a jamais abandonnée même dans la mort : ce corps, enseigne l'Eglise, au risque de faire sourire la sagesse de ce siècle, n'est pas un cadavre, mais le corps d'un homme mort; au ciel, revêtu de lumière et de gloire et de majesté, il jouit de toutes les prérogatives qui lui revenaient de droit ici sur terre.

    Pour toute l'éternité, la seconde Personne de la Sainte Trinité, Dieu de Dieu, est vraiment l'un des nôtres.

    Oui, l'un des nôtres.

    Et pleinement.

    Si l'incroyable audace de langage le Verbe s'est fait chair a donné le terme dogmatique d'incarnation, c'est pour mieux souligner la profondeur des anéantissements du Christ, non pour nier que le Christ soit un hom­me complet.

    Tel est cependant le scandale de l'Incarnation que, la vérité de la chair du Christ une fois affermie, c'est dorénavant la perfection de son humanité que rejetteront les hérétiques.

    Apollinaire divise l'homme en trois parties, le corps, l'âme, l'esprit, et refuse de donner au Christ un « intellect humain ».

    Nestorius veut deux personnes dans le Christ. Ne possède-t-il pas deux natures ? Et comment penser à « un Dieu de deux ou trois mois » ?

    Eutychès raisonne en sens inverse : puisque le concile d'Éphèse définit que, dans le Christ, seule subsiste la personne du Verbe, il ne saurait y avoir en lui qu'une seule nature, mélange de chair et de divinité, « chose monstrueuse », dira le concile de Chalcédoine.

    Au fond, c'est toujours la même erreur et le même refus de l'Incarnation totale. Mais qu'on ne se fasse pas d'illusions sur la grandeur de ces luttes : voilà cinq siècles que l'Eglise bataille, définit, excommunie.

     

    Dieu se fait homme pour que l'homme devienne dieu

    Et pourtant, le vieux rêve de l'humanité, celui qui séduisit nos premiers parents et qui séduisit même les anges, innombra­bles comme leurs essences : Vous serez comme Dieu, le voici réa­lisé par le Verbe incarné.

    Cet enfant qui voit le jour d'une vierge et qui s'insère dans l'histoire — puisqu'il naît sous l'empereur César Auguste, pendant que Quirinus commandait la Syrie  déborde l'histoire — puisqu'il était au commencement et qu'en lui était la vie. 

    Il est la vie.

    L'histoire hors de lui n'est que l'écume des faits. Il est l'océan infini. Il vient pour faire couler dans nos âmes des fleu­ves... la vie en abondance.

    L'abîme est franchi, le double abîme de notre indignité com­me créature et comme pécheur. Unique en son indépendance, im­pénétrable en son mystère, incomparable en son bras, roi des siècles devant qui toutes les créatures sont comme n'étant pas, Dieu naît de sa créature, grandit, aime sa mère en enfant qui demande d'être aimé. Dieu ne peut rien faire de plus, pour se montrer dans le temps, que de s'anéantir ainsi.

    Par la création de l'homme, il a comblé merveilleusement 1’écart entre la matière et l'esprit; par son Incarnation il a comblé plus merveilleusement encore l'écart insondable entre le Créateur et la créature.

    Il a résumé la création dans l'homme; il la récapitule tout entière, visible et invisible, matière et esprit, corps et âme, dans l'unité de la Personne du Verbe incarné.

    Du même coup, l'œuvre de Dieu reçoit son accomplissement suprême, et le péché sa réparation. 

    Je suis venu pour qu'ils aient la vie et qu'ils l'aient en abondance.

    La vie de Dieu !

    La religion comporte plusieurs aspects : dogme, morale, législation, liturgie.

    Sacrifier une seule de ces valeurs serait impiété; en exagérer une serait pharisaïsme; les dépasser toutes en les orientant vers ce nouvel Être, cette réalité de la vie divine en nous, est christianisme authentique.

    La re­ligion est plus que dogme, morale, législation, liturgie; elle est Quelqu'un, Quelqu'un d'ineffable que Jean a vu, entendu, touché, Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme, par qui et en qui nous recevons la vie en abondance dans le baptême qui prolonge sa naissance, en qui et par qui nous sommes nourris et assimilés à la Table de communion qui prolonge la crèche, en qui et par qui sans abolir notre destinée personnelle, il n'y a plus, pour employer le langage si sûr de saint Augustin, qu'un Homme unique qui dure jusqu'à la fin des temps. 

    Dieu devient homme pour que l'homme devienne Dieu.

    Tout tendait là. Au printemps, à l'Annonciation, la Colombe a frémi des ailes et couvert de son ombre la Rosé toute belle de Saron; l'Amour a veillé sur le lit virginal de son sein où le Verbe s'est uni à une chair d'homme. Voici Noël : au cœur de la nuit, la Lumière du monde naît de l'étoile de Jacob, et au cœur de l'hiver, la tige de Jessé donne sa fleur unique...

    Mais que cessent les figures ! Au fond de la grotte, une mère est penchée sur son enfant qu'elle adore. Adorons avec elle la Bonne Nouvelle, l'Em­manuel, Dieu avec nous.

    Luigi d'Apollonia, 

    Extrait de : NOURRITURES Spirituelles (Tome 1) 1956

    Deuxième dimanche après Noël

    Saint Qurbana

      • 1ère épître de St Jean 3: 21-24 :
    • 21 Bien-aimés, si notre cœur ne nous accuse pas, nous avons de l’assurance devant Dieu.
    • 22 Quoi que nous demandions à Dieu, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements, et que nous faisons ce qui est agréable à ses yeux.
    • 23 Or, voici son commandement : mettre notre foi dans le nom de son Fils Jésus Christ, et nous aimer les uns les autres comme il nous l’a commandé.
    • 24 Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui ; et voilà comment nous reconnaissons qu’il demeure en nous, puisqu’il nous a donné part à son Esprit.
      •  
      • Epître aux Hébreux 11: 23-31 :
    • 23 Grâce à la foi, Moïse, après sa naissance, fut caché pendant trois mois par ses parents, car ils avaient vu que l’enfant était beau, et ils n’eurent pas peur du décret du roi.
    • 24 Grâce à la foi, Moïse, devenu grand, renonça au titre de fils de la fille du Pharaon.
    • 25 Choisissant d’être maltraité avec le peuple de Dieu plutôt que de connaître une éphémère jouissance du péché,
    • 26 il considéra l’injure subie par le Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l’Égypte : en effet, il regardait plus loin, vers la récompense.
    • 27 Grâce à la foi, il quitta l’Égypte sans craindre la colère du roi ; il tint ferme, comme s’il voyait Celui qui est invisible.
    • 28 Grâce à la foi, il a fait célébrer la Pâque et appliquer du sang sur les portes, pour que l’Exterminateur des premiers-nés ne touche pas ceux d’Israël.
    • 29 Grâce à la foi, ils passèrent à travers la mer Rouge comme sur une terre sèche, alors que les Égyptiens, essayant d’en faire autant, furent engloutis.
    • 30 Grâce à la foi, les remparts de Jéricho tombèrent après qu’on en eut fait le tour pendant sept jours.
    • 31 Grâce à la foi, Rahab la prostituée ne périt pas avec ceux qui avaient résisté, car elle avait accueilli pacifiquement les hommes envoyés en reconnaissance.
      •  
      • Evangile selon St Luc 2: 40 - 52 :
    • 40 L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.
    • 41 Chaque année, les parents de Jésus se rendaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque.
    • 42 Quand il eut douze ans, ils montèrent en pèlerinage suivant la coutume.
    • 43 À la fin de la fête, comme ils s’en retournaient, le jeune Jésus resta à Jérusalem à l’insu de ses parents.
    • 44 Pensant qu’il était dans le convoi des pèlerins, ils firent une journée de chemin avant de le chercher parmi leurs parents et connaissances.
    • 45 Ne le trouvant pas, ils retournèrent à Jérusalem, en continuant à le chercher.
    • 46 C’est au bout de trois jours qu’ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi : il les écoutait et leur posait des questions,
    • 47 et tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses.
    • 48 En le voyant, ses parents furent frappés d’étonnement, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme ton père et moi, nous avons souffert en te cherchant ! »
    • 49 Il leur dit : « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? »
    • 50 Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait.
    • 51 Il descendit avec eux pour se rendre à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements.
    • 52 Quant à Jésus, il grandissait en sagesse, en taille et en grâce, devant Dieu et devant les hommes.
      •  

     

    Partager cet article
    Repost0
    Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone - dans Tradition Syriaque Famille orthodoxie-orientale CATECHISME et CATECHESE

    Recherche

    Articles Récents

    Liens