Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 05:11
Samedi 18 AVRIL 2015: Éléments de méditation :

Samedi 18 AVRIL 2015:

Éléments de méditation :

Livre de l'Ecclésiastique 24,9-12.

Dès le commencement et avant tous les siècles il m'a créée, et je ne cesserai pas d'être jusqu'à l'éternité.
J'ai exercé le ministère devant lui dans le saint tabernacle, et ainsi j'ai eu une demeure fixe en Sion.
De même, il m'a fait reposer dans la cité bien-aimée, et dans Jérusalem est le siège de mon empire.
J'ai poussé mes racines dans le peuple glorifié, dans la portion du Seigneur, dans son héritage.


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 19,25-27.

En ce temps-là, près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie-Madeleine.
Jésus ayant vu sa mère, et auprès d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère : "Femme, voilà votre fils."
Ensuite il dit au disciple : "Voilà votre mère." Et depuis cette heure-là, le disciple la prit chez lui.



Saint Bonaventure (1221-1274), franciscain, docteur de l'Église Latine
Les sept dons du Saint Esprit, conférence VI, 15-21 (trad. Orval)

« Voici ta mère »


La glorieuse Vierge a payé notre rançon en femme courageuse et aimante d'un amour de compassion pour le Christ. Il est dit dans l'évangile de saint Jean : « La femme, lorsqu'elle enfante, a de la tristesse parce que son heure est venue » (16,21). La bienheureuse Vierge n'a pas éprouvé les douleurs qui précèdent l'enfantement, parce qu'elle n'a pas conçu à la suite du péché comme Ève contre qui la malédiction a été portée ; sa douleur, elle l'a eue après : elle a enfanté à la croix. Les autres femmes connaissent la douleur du corps, elle a éprouvé celle du cœur. Les autres souffrent d'une altération physique ; elle, de compassion et de charité.

La bienheureuse Vierge a payé notre rançon en femme courageuse et aimante d'un amour de miséricorde pour le monde, et surtout pour le peuple chrétien. « Une femme peut-elle oublier son nourrisson et être sans pitié pour le fruit de ses entrailles ? » (Is 49,15) Ceci peut nous faire comprendre que le peuple chrétien tout entier est issu des entrailles de la glorieuse Vierge. Quelle Mère aimante nous avons ! Modelons-nous sur notre Mère et suivons-la dans son amour. Elle a eu compassion des âmes à tel point qu'elle a compté pour rien toute perte matérielle et toute souffrance physique. « Nous avons été rachetés d'un grand prix ! » (1Co 6,20)



Quoi de neuf sur le Linceul ?

par Dominique Daguet

Le pape François a décidé d’une nouvelle ostension du 19 avril au 15 juin 2015. Pendant deux mois, Turin sera donc la proie de pèlerins venus afin d’être admis à passer des instants trop brefs devant le Linceul de Jésus, document archi-étudié mais dont on continue de dire à son sujet aussi bien le mensonge que le vrai, le doute que la certitude ! Le vrai cependant est que cette étoffe est authentique — ainsi que l’image qu’elle porte : elle ne peut être « que » le dernier vêtement du Christ entre l’heure de sa mort et celle de sa résurrection.

Ils seront à nouveau une multitude à vouloir contempler l’image de ce « Visage du Fils de l’Homme » tel qu’Il nous l’a Lui-même légué en un autoportrait fulgurant ; à essayer de percevoir ce qu’enseignent les deux silhouettes, celle vue de face et celle vue de dos, qui témoignent à la perfection des douleurs, des souffrances de la Passion ; en somme, à se laisser pénétrer par ce qui leur paraîtra à la fois incompréhensible, mystérieux et surtout profondément surprenant car les plaies, répandues partout et très visiblement, montrent comment ce corps, de son vivant, a été a été traité comme on ne maltraite pas une bête.

Ce linceul fut enfoui dans le tombeau donné par Joseph d’Arimathie à Jésus, son Ami et son Maître, puis tiré de la nuit, une fois la résurrection reconnue : alors se révéla l’image directement écrite sur ce tissu de lin par le seul corps du Crucifié, non par une main étrangère. Elle fut, dès les premiers siècles, dite « acheiropoïète », soit « non-faite de mains d’homme », puis tétradiplon, soit pliée deux fois en quatre, encore Mandylion, mot grec venu de mandil, mot arabe signifiant « serviette » : c’était au temps d’Édesse [1]. où ne se voyait que le Visage enfermé dans le reliquaire d’Abgar le Grand, du IIe au Xe siècle.

Aujourd’hui, il faut rejeter le conditionnel. Ce qui est su concernant ce Témoin dépasse certes l’entendement humain, mais pas au point de ne pouvoir que se taire : quand je médite, devant parfois des centaines de jeunes, des centaines d’adultes, sur la Passion de Notre Sauveur selon le Linceul, je parcours le récit de saint Jean admirablement complété par ce que révèle l’empreinte toujours inexplicable de ce corps à ce point ravagé que le souffle des auditeurs s’arrête, que les larmes viennent ponctuer ce dont l’humanité, tout au long des siècles, ne se doutait point. Qui éclaire ce que fut l’extrême détermination du Christ avant sa mort, inébranlable dans sa résolution d’affronter l’épouvante d’une telle mort afin de nous en guérir.

Si peu de temps donné à chacun de ces visiteurs innombrables et chacun unique, venu parfois de fort loin, l’un quelque peu dilettante, sceptique, l’autre déjà en adoration… Ils forment une longue procession pour enfin découvrir lentement, plissant leurs paupières pour mieux distinguer ce qui est si ténu, presque invisible d’abord, puis dévoilant ces deux images si douces qui rendent supportable l’absolument intolérable.

Ce que chacun verra, en un temps si court, il lui faudra ensuite le méditer — à moins qu’il se soit déjà préparé avec l’un ou l’autre de ceux qui ont consacré nombre d’heures à interroger cet « évangile selon le corps de Jésus » comme j’aime à le nommer, ou bien à lire l’un ou l’autre des livres sérieux publiés chez deux ou trois éditeurs [2]. Il abordera l’« examen » du document que saint Jean-Paul II avait nommé « Relique des reliques » : d’abord en regardant avec attention la « figure » [3] vue de face : il commencera donc par découvrir le pied « coupé » qu’un empereur de Constantinople du XIe siècle a ainsi mutilé, s’étant taillé un scapulaire censé le rendre invincible sur les champs de bataille… Reste, par bonheur, la flaque de sang jailli du seul clou qui fut nécessaire pour fixer les deux pieds au « stipes » [4]., puis il verra les jambes tenues fléchies [5] au moment de l’enclouage et restées telles du fait de la rigidité cadavérique survenue sur la croix : marquées, si bas, par quelques-uns des coups de la flagellation… Il s’étonnera devant les dégâts causés par les deux billes de plomb fixées au bout de chacune des dures lanières de cuir, deux par fouet : l’on voit chaque sillon de sang imprimé par ces lanières, chaque trou creusé par ces haltères, instruments de la plus sauvage cruauté.

L’on compte entre cent et cent vingt de ces plaies tout le long du corps, de la chevelure jusqu’aux chevilles, que ce soit sur la figure de face ou celle de dos, ce qui oblige à penser que le supplicié aurait dû mourir sous cette avalanche impensable, en rien le simple « châtiment » annoncé par Pilate, comptant seulement vingt-cinq coups : là est la « preuve » que Jésus n’avait pas encore été condamné à la crucifixion.

Puis le pèlerin s’attardera devant les mains « à quatre doigts » : dont l’une recouvre l’autre, percée d’un clou de huit millimètres de diamètre dans le poignet. Clou trop gros pour le passage réduit dit de Destot : d’où un frottement très douloureux contre les nerfs carpiens, et, conséquence de ce type d’enclouage, repliement ou rétraction des pouces sous les paumes… Il devra se rendre compte que les bras de Jésus n’ont pas pu être étendus le long du corps : Joseph et Nicodème auraient dû forcer les coudes au risque de les briser. De plus, cette disposition des mains, ainsi posées sur son ventre, formait comme un bienvenu vêtement de pudeur. Cette position des bras sur l’empreinte du corps indique avec grande vraisemblance que Jésus ne fut pas crucifié les bras étendus mais disposés comme s’Il allait enlacer chacun de nous venant à Lui : cette image se voit en Allemagne, qui reproduit l’apparition du Crucifié devant saint Bernard [6]. En outre, une corde devait être nouée sous les aisselles, ce qu’avait aperçu l’abbé Paul de Gail [7], afin d’empêcher qu’il ne soit projeté en avant, ce qui aurait provoqué une asphyxie en trois à quatre minutes. Les Romains tenaient à ce que le supplice durât le plus longtemps possible : d’où la réflexion de Pilate, surpris d’une mort si rapide… Ce long temps d’agonie en effet faisait partie intégrante du châtiment !

Le cadavre de Jésus est donc resté dans son Linceul ainsi figé par la rigidité cadavérique qui, sur la croix, commença par les pieds, tétanisation très douloureuse qui monta peu à peu le long des jambes puis s’empara du ventre, de la poitrine et enfin atteignit le cou et la tête juste un très court moment avant la mort, ce que suggère saint Jean et que démontre l’empreinte. Le pèlerin se rendra compte que Jésus fut enseveli sans vêtements : tels devaient l’être les condamnés à la crucifixion. Il fallait en effet qu’ils comprennent n’être plus que des bêtes, interdits de rejoindre le « séjour des morts », condamnation à deux peines, de ce côté du temps comme de son au-delà ! Humiliation absolue ! Rejet comme d’un déchet ! Nus également et non lavés devaient rester les cadavres ensanglantés selon le règlement du Temple : le sang devait adhérer à la peau afin d’être bien enseveli : chez les Juifs, l’âme de l’être humain avait pour siège le sang, d’où cette consécration en deux temps par le Christ au soir du Jeudi Saint…

Le témoin arrivera devant l’empreinte de la poitrine, sa partie haute invisible à cause de la tête qui tomba en avant peu avant la mort au point que le menton touchait la cage thoracique selon un angle d’environ 70° : indice de rigidité cadavérique permanente puisque Jésus ressuscita moins de 40 heures après sa mort [8]. C’est pourquoi la silhouette vue de face semble donner à voir sa poitrine plus courte que son dos, la bouche se retrouvant un peu au-dessous des épaules [9].

Coups nombreux sur la poitrine [10], mais moins que sur le dos. Cent à cent vingt tout le long du corps, de la chevelure jusqu’aux chevilles, ce à quoi il conviendra d’ajouter entre dix à vingt autres coups d’abord sur le haut de la poitrine, resté vide d’empreinte du fait que le tissu, épousant la forme de la tête, n’a pu que retomber au-delà du menton alors en contact direct avec le haut de la cage thoracique ; ensuite sur le bras… brûlés en 1532 à Chambéry : ce qui oblige à ajouter encore une dizaine de nouveaux coups non comptabilisés. Le flagellé aurait dû mourir au moins dix fois de ces coups, preuve manifeste qu’Il n’avait pas encore été condamné à la crucifixion. Indice également que Jésus a voulu rester en vie jusqu’au moment où il pourrait enfin dire : « Tout est accompli », sursaut de joie pour avoir, au Jardin du Pressoir à Olives [11], promis à son Père « de faire sa volonté ».

Remarquer les coups de fouets à billes de plomb : l’on compte les trous creusés de trois à six millimètres de profondeur, autant de sources de sang ! Par elles s’en écoulent sur le sol au moins deux litres, si bien que les reins vont s’arrêter de fonctionner, eux qui régulent le rythme cardiaque, pour laisser la circulation être orientée vers le cerveau. Mais il faut se souvenir que la sueur de sang a fait couler elle aussi le sang « à grosses gouttes » comme l’indique saint Luc, sans oublier que l’enclouage en fera encore disparaître sur le sol… et que l’hémothorax [12] provoqué par la flagellation retira de la circulation une quantité appréciable du peu qui restait de sang…

La lente progression du pèlerin le fait arriver enfin à la hauteur du visage de Jésus : à cet instant précis l’un de mes amis, en ce temps-là chrétien de façade — c’était en 1978 —, leva soudainement sa main comme pour le désigner et déclara à haute voix : « C’est Lui ! ». Dès cet instant et pour toujours il redevint chrétien fervent. On se doute que des conversions multiples mais pour la plupart inconnues se sont produites lors des ostensions… puisque dans l’exposition que je fais pèleriner au nom de l’association (l’ALIAS [13]), j’ai eu connaissance de plusieurs cas remarquables : mais évidemment bien d’autres ont dû se produire que je n’avais pas à connaître. Il ne s’agissait pourtant que de reproductions ; lorsque je fis part de ces faits au cardinal Lustiger, il me dit, levant sa main droite : « Là est le Signe ! »

Sainte-Face sans pareille qui reçut injures, insultes, crachats et dépilation de barbe de la part des sanhédrinites alors qu’ils ne firent qu’obéir aux prescriptions de leur règlement une fois que, par eux, fut pour blasphème condamné le Juste : car ce jugement réservait pour ce seul crime ces tortures infâmes : le prophète Isaïe les avait déjà énumérées en écrivant le si profond récit du « Serviteur souffrant », sans oublier l’arrachage de barbe [14] dont se devinent les emplacements sur la Sainte-Face : il est la preuve que c’est bien pour blasphème que Jésus le Christ, Fils du Dieu vivant, fut condamné, Lui tout amour filial comme fut tout amour paternel Celui qui dut, dans le silence, contempler l’horreur de ce que toute l’humanité avait réservée à son Envoyé.

Oui, combien le pèlerin aimerait que le temps s’arrêtât : qu’il puisse au moins regarder ces yeux fermés qui, depuis deux mille ans, voient plus profond que s’ils étaient ouverts ; qu’il puisse observer, de la barbe jusqu’au front, les traces des coups de poing et de bâton, les tuméfactions qui déformèrent ses traits, les écoulements de sang dus aux épines de 4 à 6 centimètres de la couronne tressée avec des branches d’acacia et dont les pointes, très aiguës, n’ont pu que s’enfoncer sous les coups de bâtons. Je me suis toujours interrogé sur le peu de considération que l’on accorde trop souvent à ce supplice, assurément une épouvante, et dont Jésus, que certains voient se reposer un peu, assis sur un trône de fortune, ne put qu’en frémir en tout son corps.

Le pèlerin sait que, dans les écoulements de sang dus aux coups de fouets, aux clous, aux épines, fut découvert un taux exceptionnel de bilirubine, alors marqueur de la « sueur de sang », dont la définition médicale insiste sur le fait qu’elle est le « symptôme d’une souffrance absolument intolérable » ; dans les cheveux, là où furent enfoncées les épines, des traces d’un produit huileux furent décelées, restes émouvants du nard, parfum précieux, versé sur les pieds et la tête de Jésus par Marie de Béthanie, geste d’amour dont le Sauveur fit valoir qu’il accomplissait ainsi le rite de son ensevelissement. Puis le pèlerin parvient enfin devant la silhouette vue de dos et il s’alarme, découvrant le nombre de piqûres d’épines, d’abord constatées sur le Visage, le front ; l’incroyable résille des coups de fouet ; le si long écoulement de sang post mortem qui marque la taille. Il constate à nouveau, par-dessous les jambes, le fléchissement repéré au départ. Enfin, il remarque le trou dit de Mérat qui fut creusé par le seul clou par quoi furent attachés ensemble les deux pieds. Ce clou est tel un épieu carré d’un centimètre de côté : l’écoulement de sang apparaît considérable par ce qu’il en reste sous la voûte plantaire.

Un seul clou : l’un des pieds passe sous l’autre. Le fait semble anodin, mais l’on sait que les condamnés à la croix par enclouage réagissaient violemment en donnant de terribles coups de pieds… Les bourreaux, le plus souvent en couple, employaient une technique particulière dans de tels cas : l’un s’asseyait sur une des jambes, le second clouait la cheville sur le côté (et non sur le devant) du stipes, etc. Mais Jésus démontre, par ce seul clou utilisé, son absolue détermination : on pourrait se dire qu’Il se refuse à gêner l’action de ses bourreaux, auxquels Il pardonne, eux qui « ne savent pas ce qu’ils font », mais nous supputons qu’Il contrôle tout son corps à chaque étape de sa Passion.

Alors, le pèlerin, revenant en pensée à la sueur de sang connue à Gethsémani, peut se poser la question à jamais reprise : pourquoi ? Fallait-il vraiment traverser ces faisceaux d’épouvantes pour que nous prenions conscience de ce qu’est ce péché nôtre dont Jésus en ce « pressoir mystique » connut sa monstruosité, en cette solitude effrayante où même le Père ne pouvait intervenir et où Il se retrouva seul trois fois, en un crescendo de tentations qui toutes visaient à le détourner de sa promesse ? L’être humain ne peut voir ce que Dieu perçoit : sauf l’homme parfait qu’endosse le Verbe éternel.

Le Linceul est signe ou indice de ce que fait le Christ : si, à bout d’arguments, les scientifiques finissent par indiquer l’espèce de situation qui a dû régner à l’intérieur du tissu qui « enveloppait » son cadavre pour obtenir ce qu’on constate, ils ne peuvent aller au bout de ce désir qui les porte, seulement dire l’impossible « dématérialisation », seul concept pourtant à pouvoir rendre compte des « impossibilités » détectées, hors de toute explication scientifique possible. Et le pèlerin comprend, dans cette foi qui l’a poussé à venir jusqu’en ce sanctuaire où s’expose le Linceul, que ce ne peut être qu’au moment où Jésus revient de sa visite auprès des Justes qui l’attendaient depuis toujours au sein du Shéol qu’Il se saisit de son cadavre et s’en revêt, alors rendu à l’état de « corps glorieux » ou « corps spirituel », expressions soufflées par l’Esprit Saint à l’apôtre saint Paul.

J’entends souvent mes auditeurs dire qu’en vérité le Linceul est en lui-même un véritable catéchisme, expert en ce qui concerne aussi bien la Passion du Christ que sa résurrection : ce que je crois depuis très longtemps. Mon étonnement s’accroît d’année en année quand je constate qu’existe toujours le doute, chez presque tous les journalistes de France, si souvent totalement ignorants de ce dossier, chez trop de prêtres et d’évêques, eux aussi n’ayant presque rien lu sur ce Témoin irréfutable : doute qu’a infusé dans le monde entier la datation par le 14C, vieillerie déjà de trente-sept ans, comme si personne n’avait repris les travaux, évacué les arguments des carbonistes en découvrant son inaptitude à « dater de vieux tissus ayant beaucoup vécu ». Comme si la présence des empreintes d’une moitié de monnaie de l’an 29 frappée par Pilate et d’une autre pièce de l’an 30, elle aussi frappée par le Préfet de Jérusalem, qui le fut de l’an 26 à l’an 36, ne suffisait pas à satisfaire notre curiosité d’historiens désireux de tout dater ! Comme si les quatre impossibilités majeures reconnues par le collège des sindonologues [15] ne suffisaient pas à évacuer n’importe quel doute sur l’authenticité :

1/ sang absolument intact (jamais vu dans un tel contexte) ;

2/ images du corps non en « développé » alors que le drap l’a bien « enveloppé » (ce qui est normalement inconcevable) ;

3/ totale correspondance entre ce linge et le texte de saint Jean (en archéologie, les cor­res­pondances s’accompagnent toujours de divergences) ;

4/ couleur foncée et couleur claire en aplats, plus plages en dégradé relevant d’une sorte de photogravure : toutes les fibrilles sont touchées par la couleur mais dans les zone foncées elles sont très nombreuses à l’être, moins dans les zones plus claires ; quant aux plages en dégradé on constate une diminution régulière de ce nombre (la nature travaille autrement). Elles rendent l’existence du document incompréhensible ! Comme si l’indice de la résurrection fourni par le concept de dématérialisation ne portait pas le coup de grâce à nos hésitations, aux lenteurs de nos neurones, lui qui oriente notre esprit vers cette résurrection sans pour autant nous contraindre !

Au milieu du mois d’avril, je serai une huitaine de jours dans une paroisse de Bayonne à faire tenir au Linceul une place centrale dans les enseignements de cette « mission paroissiale » où je suis convié : sachant d’avance que beaucoup des paroissiens présents verront s’augmenter leur foi en l’œuvre accomplie par Jésus, s’augmenter leur amour, dynamiser leur confiance en Notre Seigneur Ressuscité. Parce que l’Esprit Saint ne peut manquer de se servir de cette sorte de « bande dessinée » qui, en deux silhouettes presque invisibles, restaure nos convictions et redresse notre détermination à témoigner de notre Salut.

Pour réserver :

http://www.sindone.org/saint_suaire...

http://www.piemonteitalia.eu/prenot...

Notes

[1] Ville située à l’emplacement d’Urfa, en Turquie anatolienne

[2] Je n’excepterai pas le mien, Le Linceul de Jésus de Nazareth, cinquième évangile ? que l’on peut se procurer à l’ANDAS (parvisdesalliances@gmail.com), au prix de 26,50 €, franco de port, car l’action que mène l’association « Action Linceul – Action spirituelle » n’est rendue possible que par cette vente.

[3] C’est-à-dire le corps tout entier.

[4] Stipes est le nom romain du poteau vertical, comme patibulum est celui de la poutre horizontale

[5] Lors de l’enclouage, les jambes étaient fléchies du fait que les pieds étaient cloués « à plat » sur le bois, donc, croix levée, fixés à la verticale.

[6] Christ de la vision de St Bernard, XVe siècle, cathédrale de Würzburg en Allemagne.

[7] Paul de Gail, s.j., Jésus-Christ révélé par son Linceul, éd. Téqui. Il avait bien vu à la fois la position en forme de W et le soutien sous les aisselles : il fit d’ailleurs exécuter une statue reproduisant ces deux détails.

[8] La rigidité d’un tel crucifié pouvait durer jusqu’à plus de 60 heures.

[9] Mesurer à partir de la taille que souligne l’écoulement de sang issu du coup de lance aussi bien par devant que par derrière : l’on voit alors que la bouche du Crucifié se trouve quasi à la hauteur du nez.

[10] Un coup égale une lanière avec son haltère de plomb, soit plus de soixante coups étalés sur environ, pure supputation, quelques dix à quinze secondes entre chacun. On peut penser que ce supplice a duré entre dix et quinze minutes.

[11] « Pressoir à Olives » : ce que signifie le mot Gethsémani.

[12] Un hémothorax est un épanchement de sang dans la cavité pleurale. Sa cause est la plupart du temps traumatique, ce que fut la flagellation, qui ajouta une inflammation aiguë de la plèvre.

[13] ALIAS : Action Linceul – Action Spirituelle. On peut aider par divers moyens cette association, pour qu’elle expédie en divers lieux des reproductions de l’exposition originale.

[14] Sur la barbe de Jésus se discernent en taches légèrement plus blanches deux emplacements, dont l’un fit croire aux Grecs des premiers siècles qu’Il avait une barbe bifide : ce qui n’est pas possible vu sa forme arrondie et son décalage vers la gauche du visage.

[15] On nomme sindonologues les savants travaillant sur le Linceul qui, en Italie, porte le nom de Sindone…

« N'aie peur de rien, sois fidèle jusqu'à la fin »

Sainte Faustine Kowalska est une religieuse de Cracovie (Pologne) dite ‘Apôtre de la Miséricorde Divine’. Elle est née en 1905 et décédée en 1938. Elle rapporte dans son Petit Journal une vingtaine d'apparitions de la Vierge, en plus d'une trentaine de visions du Christ, d'anges et de défunts.

Ainsi le 25 mars 1936 : « Soudain je vis la Mère de Dieu qui me dit : "J'ai donné au monde le Sauveur. Et toi, tu dois parler au monde de Sa miséricorde et préparer le monde à la seconde venue de Celui qui viendra, non comme Sauveur Miséricordieux, mais comme Juste Juge (...). N'aie peur de rien, sois fidèle jusqu'à la fin." » (Journal, 635).

Ou quelques mois plus tard: « Je la vis si belle que les mots me manquent pour décrire cette beauté, même en partie. Elle était toute blanche, ceinte d'une écharpe bleue, le manteau bleu aussi, une couronne sur la tête. De toute sa personne rayonnait une lumière inconcevable : "Je suis la Reine du Ciel et de la Terre, mais surtout votre Mère." Elle me serra contre son Cœur et dit : "J'ai compassion de toi". » (Journal, 804).

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 6,16-21.

Le soir venu, les disciples de Jésus descendirent jusqu’à la mer.
Ils s’embarquèrent pour gagner Capharnaüm, sur l’autre rive. C’était déjà les ténèbres, et Jésus n’avait pas encore rejoint les disciples.
Un grand vent soufflait, et la mer était agitée.
Les disciples avaient ramé sur une distance de vingt-cinq ou trente stades (c’est-à-dire environ cinq mille mètres), lorsqu’ils virent Jésus qui marchait sur la meret se rapprochait de la barque. Alors, ils furent saisis de peur.
Mais il leur dit : « C’est moi. N’ayez plus peur. »
Les disciples voulaient le prendre dans la barque ; aussitôt, la barque toucha terre là où ils se rendaient.

Prière « de Pierre et des autres apôtres »
Papyrus de l'Eglise primitive (trad. Prières des premiers chrétiens, Fayard 1952)

« Sur la mer fut ton chemin, ton sentier sur les eaux innombrables » (Ps 76,20)


Tu es saint, Seigneur, Dieu tout-puissant,

Père de notre Seigneur Jésus Christ,

le paradis du bonheur, le sceptre royal,

l'amour somptueux, l'espérance assurée...



Tu es saint, Seigneur Dieu,

tu es « le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs.

Seul tu possèdes l'immortalité.

Tu habites une lumière inaccessible

que nul n'a jamais vue » (1Tm 6,15-16).

Tu te promènes sur les ailes des vents (Ps 103,3) ;

tu as créé le ciel, la terre et la mer

et tout ce qu'ils renferment (Ac 4,24).



Tu fais des vents tes messagers

et du feu brûlant ton serviteur (Ps 103,4) ;

tu as façonné l'homme à ton image et ressemblance (Gn 1,26),

tu as mesuré le ciel avec l'empan

et la terre tout entière avec le doigt de ta main (Is 40,12).

Oui, tes œuvres sont très belles, en ta présence.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Recherche

Articles Récents

Liens